Partager

Encadrés par de grandes colonnes lumineuses, clignotantes comme des phares, des écrans tactiles sont alignés le long des murs. Chacun d’entre eux diffuse une succession de petits films présentant une cinquantaine de start-up israéliennes.

L’exposition « Israël@Lights », qui ouvre ses portes ce mercredi 6 juin au Grand Palais à Paris, met en scène, de manière futuriste, quelques-unes des pépites technologiques de l’État hébreu. Ces PME interviennent dans des domaines aussi divers que l’agriculture, l’énergie, la médecine ou encore les télécommunications. Réalisée par l’agence israélienne Diskin, la scénographie de l’exposition « Israël@Lights » fait la part belle à des bornes interactives présentant une cinquantaine de start-up israéliennes.

Les entreprises qui développent les applications les plus spectaculaires concernent le secteur de la santé. La société Rewalk commercialise ainsi un exosquelette permettant à des personnes paraplégiques de remarcher. Orcam propose une solution d’assistance visuelle pour malvoyants. Et PillCam perfectionne un dispositif de caméra embarquée dans une microcapsule permettant d’explorer l’intérieur du corps humain et d’affiner ainsi un diagnostic.

Préparée depuis de longs mois par Aliza Bin-Noun, l’ambassadrice d’Israël en France, mais aussi par l’Institut français… cette manifestation marque le coup d’envoi de la saison croisée France-Israël qui doit durer six mois.

« Les 400 manifestations que nous organisons visent, avant tout, à mettre en avant la coopération scientifique et culturelle de nos deux pays », indique Cécile Caillou-Robert, commissaire générale de la Saison, avec Emmanuel Halperin. « Les partenariats entre les deux pays sont extraordinairement variés », surenchérit Gisèle Hivert-Messeca, directrice de Business France en Israël, qui voit défiler, chaque semaine, les délégations d’entreprises hexagonales à Tel-Aviv.

« Pour tous les acteurs désireux de développer leurs activités numériques, Israël est un passage obligé », relève-t-elle. Si les chantiers « cyber » communs se multiplient de part et d’autre de la Méditerranée, la coopération entre les deux pays ne se cantonne pas au simple monde virtuel. Les projets se multiplient dans bien d’autres domaines : de la pharmacie à l’industrie.

Gisèle Hivert-Messeca : « Le stand israélien sur le salon VivaTech n’a jamais été aussi grand que cette année. Cela témoigne du fait que les acteurs dissocient complètement l’aspect business des problèmes géostratégiques de la région ».

Source : Le Point (Copyrights)

 

Partager