Partager
Israël: un « must » pour les sociétés françaises qui investissent dans le domaine de la cyber-sécurité. C’est ce qui ressort de la table ronde France-Israël qui s’est tenue dans le cadre de la Cyberweek, conférence internationale annuelle sur la cyber-sécurité organisée à l’Université de Tel-Aviv. Le panel, planifié par Business France, l’agence française pour le développement international des entreprises, sous l’égide de l’Ambassade de France, a réuni des grands groupes tels que Renault, Orange et Airbus autour du thème: « Que viennent chercher les sociétés françaises sur le marché israélien de la cyber-sécurité ? ».

La table ronde a été introduite par Marc Azuelos, expert international de la France chargé des partenariats d’innovation technologique entre les deux pays, et précédée par une mise en parallèle des écosystèmes français et israéliens présentés comme complémentaires par Karen Gordon (Business France) et Florent de la Valla (Ambassade de France).

Sept entreprises françaises ont évoqué leur stratégie commerciale et expliqué leurs buts en venant s’installer ou scruter le marché israélien de la cyber-sécurité. Laurent Porracchia, directeur international des ventes d’Airbus D&S a rappelé qu’Israël représente plus de 25% des investissements privés mondiaux dans le domaine de la cyber-sécurité: « Si vous voulez faire quelque-chose dans ce domaine, vous ne pouvez pas ne pas être dans ce pays », dit-il, annonçant que depuis six mois, un représentant d’Airbus se trouve en poste en Israël pour développer des partenariats.

« C’est le lieu où il faut être »

« C’est le lieu où il faut être », a également déclaré Antoine Basseville, directeur pour Israël d’Alliance Innovation Renault-Nissan-Mitsubishi, le fond d’investissement en capital risque de Renault, qui possède déjà un laboratoire d’innovation situé dans le bâtiment Porter des études d’environnement de l’UTA. « Nous avons déjà des rapports avec une quinzaine de startups israéliennes et allons investir dans le pays ».

Francois Dufour, directeur du développement du Centre technologique d’Orange, rappelle que la société a déjà un bureau en Israël via sa filiale Viaccess-Orca. « Orange Cyberdefense est la plus grande équipe européenne dans ce domaine », a-t-il expliqué. « Nous avons déjà investi dans plusieurs entreprises de cyber-sécurité en Israël et nous travaillons avec Business France pour repérer les meilleures startups ».

Fabio Lancellotti, partenaire chez Aster, fond d’investissement en capital risque d’Alstom Schneider Electric, a annoncé que le fond employait une personne à plein temps pour développer les partenariats en Israël.

Yoni Abittan, directeur chargé des rapports avec les universités de l’Atelier BNP Paribas, l’unité de R&D du groupe a fait une présentation détaillée de l’Atelier, qui occupe 50 personnes réparties entre Paris, San Francisco et Shanghai.: « Nous essayons d’ouvrir les ‘chakras’ des banques. Aujourd’hui, nos activités tournent autour de trois pôles: prospective, conseil et accélération. Notre stratégie est d’identifier les guépards et les zèbres du marché et de les faire se rencontrer », a-t-il expliqué. « Notre collaboration avec Israël n’est pas nouvelle. Ce que nous y cherchons ce sont les idées dans les universités et les instituts de recherche », a-t-il ajouté.

9e édition de la Cyberweek

Enfin Frederic  Urvoy de Portzamparc, conseiller en sécurité à Trusted Labs, branche du spécialiste de sécurité numérique Gemalto, a annoncé que sa société procure ses services aux sociétés israéliennes depuis 5 ans. Le cabinet juridique international Bird&Bird, présent dans 28 pays du monde, a pour sa part annoncé par sa représentante Merav Griguer, qu’il espère bientôt pouvoir ouvrir un bureau en Israël. « Pour le moment nous avons un comptoir, mais nous travaillons déjà avec la plupart des sociétés qui établissent des rapports entre la France et Israël. Nous aidons les sociétés israéliennes à s’installer sur les marchés européens et à y être compétitifs. La France est l’un des principaux partenaires en Europe, en particulier depuis le Brexit; c’est de plus la porte vers l’Afrique ».

Source : Source : http://www.ami-universite-telaviv.com/index.php/2013-05-26-08-41-51/recherche/sciences/informatique/904-table-ronde-france-isra%C3%ABl-sur-la-cyber-s%C3%A9curit%C3%A9-%C3%A0-l-universit%C3%A9-de-tel-aviv

Partager