Partager

Une mannequin belge a fait scandale en posant nue près du mur des Lamentations, lieu le plus sacré où les juifs peuvent prier dans la Vieille ville de Jérusalem, les autorités religieuses dénonçant un incident «embarrassant et grave». Sur le cliché, Marisa Papen, 26 ans, prend une pose lascive sur une chaise en plastique blanche, avec en arrière-plan le mur des Lamentations qu’elle surplombe depuis la terrasse où elle se trouve.

Shmuel Rabinowitz, le rabbin responsable du mur des Lamentations, a qualifié cette semaine dans un communiqué l’incident d’«embarrassant, grave et attristant, qui porte atteinte à la sainteté du lieu et aux sentiments de ceux qui le visitent». En 2017, la jeune mannequin avait été détenue pendant 24 heures en Egypte après avoir posé nue devant le temple de Karnak, ont rapporté les médias israéliens. Le mur des Lamentations se trouve dans le quartier juif de la Vieille ville. Il est situé directement en contrebas de l’esplanade des Mosquées, le troisième lieu saint de l’islam et le site le plus sacré pour les juifs, qui le révèrent sous le nom de Mont du Temple.

Marisa Pappen a précisé qu’elle était consciente que la photographie pouvait sembler provocante pour certaines personnes, mais d’un autre côté, il était important de montrer que chaque personne, femme ou homme pouvait croire en ce qu’elle voulait – et que la chose principale était la liberté. Elle a également dit que Jérusalem est une ville mixte – religieuse, laïque et multiculturelle. Marisa Papen a déclaré que sa boîte mail est pleine de missives empoisonnées, et sur les réseaux sociaux, on lui souhaite « de brûler en enfer ». Elle s’est empressée d’écrire un article intitulé « The Wall of Shame » (le Mur de la honte) sur son site Web.

« Ma boîte mail est sur le point d’exploser », écrit-elle, « pour tous ceux qui écrivent leur rage, il vaut mieux garder votre énergie. Je n’ouvre même pas vos emails. Après mon aventure en Égypte, je savais que je voulais repousser encore plus loin les frontières de la religion et de la politique, briser les murs construits pour garder nos âmes errantes sur cette planète sous contrôle. En d’autres termes, montrer ma religion personnelle dans un monde où la liberté est devenue un luxe. »

Partager