Question à IsraelValley. Les ventes d’armes d’Israël à la Pologne à l’arrêt?

By |2018-05-30T09:05:35+00:00mai 30th, 2018|Categories: ECONOMIE|
Partager

Le groupe d’armement Rafael basé dans le nord d’Israël a confirmé très récemment que, malgré les tensions politiques entre les deux pays, les ventes d’armes progressent. Un deal de 1 Milliard de dollars est en discussion. Le commerce des ventes d’armes d’Israël à la Pologne est en progression constante.

A SAVOIR. La Pologne a restauré ses relations diplomatiques avec Israël le 27 février 1990. Un an plus tard, le président polonais fraîchement élu, Lech Wałęsa, fait une visite en Israël et prononce un discours mémorable devant la Knesset, le Parlement israélien. En présentant des excuses officielles pour l’antisémitisme polonais et ses conséquences, il facilite la réconciliation entre les deux pays et pose les bases pour une coopération nouvelle. Au niveau de la société civile, l’ouverture en 1991 de lignes aériennes régulières entre Varsovie et Tel-Aviv favorise les échanges et le tourisme.

Au cours des dernières années, l’État d’Israël a signé une série d’accords commerciaux. L’importateur de marchandises en provenance d’un pays avec lequel Israël aurait signé un accord de libre-échange doit vérifier la « réglementation d’origine » – permettant de déterminer si le produit fabriqué dans ce pays est en mesure de bénéficier des avantages énoncés dans l’accord de libre-échange, et quels sont les documents nécessaires permettant d’obtenir les avantages énoncés dans l’accord. Israël a signé des accords commerciaux de libre échange avec la Pologne. La Pologne a toujours tenu un discours très ferme sur le thème du programme nucléaire iranien. Cette attitude de soutien à Israël bénéficie au demeurant d’un très large consensus dans la classe politique polonaise.

LE PLUS. Selon RFI (début 2018) : « Une nouvelle polémique a éclaté entre Israël et la Pologne à propos de la Shoah. Benyamin Netanyahu a dénoncé dimanche 18 février les propos du Premier ministre polonais Mateusz Morawiecki qui a laissé entendre que des juifs avaient été complices du génocide nazi. Les deux pays s’étaient déjà accrochés au début du mois, en raison d’une loi votée en Pologne qui condamne l’attribution à cet Etat de crimes nazis.

Mateusz Morawiecki a affirmé samedi 17 février à Munich que des Polonais, mais aussi des juifs auraient été des auteurs de la Shoah. Des propos jugés « inacceptables » par Benyamin Netanyahu, ce dimanche, lors d’un entretien téléphonique avec son homologue, rapporte notre correspondant à Jérusalem, Christian Brunel. Le Premier ministre affirme qu’on ne peut comparer l’action de Polonais – dont certains ont collaboré avec les nazis – et celle de juifs qui étaient tous condamnés à mort, d’après un communiqué retraçant leur échange.

Sur la défensive, la porte-parole de Mateusz Morawiecki a affirmé qu’il n’avait pas intention de « nier l’holocauste ni d’attribuer la moindre responsabilité aux victimes juives dans le génocide allemand ». Le député du parti nationaliste PiS Jacek Sasin se montre moins mesuré. Il affirme que le chef du gouvernement polonais n’a prononcé aucun mensonge et que ceux qui l’attaquent font preuve de mauvaise volonté, indique notre correspondant à Varsovie, Damien Simonart.

Pour le rabbin de Varsovie, Michael Schudrich, c’est la citation dans une même phrase d’auteurs polonais, juifs et allemands de la Shoah qui est « incompréhensible et très triste ». Quant au principal intéressé, Mateusz Morawiecki, il affirme sur Twitter « espérer poursuivre le dialogue avec Israël au sujet de ces chapitres difficiles de l’Histoire ».

Partager