Partager

Grand retour de l’esprit « Quai d’Orsay » sur la politique de la France en Israël? Emmanuel Macron a condamné jeudi les « actes odieux » commis par Israël contre des manifestants palestiniens dans la bande de Gaza et s’est défendu de toute complaisance, trois jours après la soixantaine de morts palestiniens dans des violences imputées par l’Etat hébreu au Hamas.

En Israël,les grands leaders israéliens ont fait semblant d’être… sourds!

Selon boursier.com : « Sur ce point je suis très clair : la France a condamné ces actes odieux – et ces victimes civiles – qui ont été commis en particulier sur la journée de lundi et en réalité encore dans les dernières heures », a déclaré le chef de l’Etat français lors d’une conférence de presse à Sofia, à l’issue d’un sommet Union européenne-Balkans.

« De la même façon, la France a appelé à des manifestations pacifiques et a condamné avec beaucoup de fermeté tous les propos tenus par le Hamas et l’ensemble des mouvements qui ont mis en danger la sécurité d’Israël », a-t-il ajouté.

« C’est cet équilibre que nous tenons depuis le début et donc il n’y a aucune complaisance à l’égard de qui que ce soit mais un attachement profond au respect des vies humaines et à la sécurité d’Israël ».

RAPPEL. REVUE DE PRESSE CETTE SEMAINE. Emmanuel Macron a, dans la soirée, « condamn(é) les violences des forces armées israéliennes contre les manifestants ».

Un peu plus tôt dans la journée, Jean-Yves Le Drian avait « de nouveau » appelé « les autorités israéliennes à faire preuve de discernement et de retenue dans l’usage de la force » avant de mettre en garde contre « un nouvel embrasement » de la région.

De leur côté, les responsables de gauche s’étaient indignés et avaient réclamé une « réponse forte » de la part du président de la République. Jean-Luc Mélenchon, Benoît Hamon, Olivier Faure ou encore Olivier Besancenot avaient notamment réagi via leurs comptes Twitter.

 

Partager