Partager

 

L’assureur israélien Phoenix Holdings Ltd. a acheté une participation de 5,18% dans le fabricant de drones israélien Aeronautics Defense Systems Ltd., selon un dépôt déposé lundi à la bourse de Tel-Aviv. L’affaire a été finalisée fin mars.
À la suite de cette annonce, lundi, les actions d’Aeronautics ont augmenté de 1,73% et la société s’est négociée à 143 millions de dollars (501 millions de NIS).

 

L’aéronautique est entrée en bourse pour la première fois en juin 2017 et a été négociée à environ 285 millions de dollars (un milliard de NIS) jusqu’en juillet, avant que son action ne commence à décliner. Le stock d’aéronautique a depuis plongé de plus de 50%.

 

Fondée en 1997 et basée dans le centre d’Israël, Aeronautics développe et fabrique des systèmes aériens sans pilote (UAS) pour la sécurité militaire et nationale, et compte plus de 45 clients militaires et de la sécurité intérieure dans le monde entier.

 

En août 2017, Aéronautique a rapporté à la Bourse que le ministère israélien de la Défense avait suspendu sa licence d’exportation de son véhicule aérien sans pilote Orbiter 1K à un «client anonyme mais éminent» bloquant une transaction évaluée à 20 millions de dollars.

 

Puis, en novembre 2017, la police israélienne a annoncé qu’elle enquêtait sur l’Aéronautique dans le cadre d’un accord qu’elle a signé avec un client non israélien. Un tribunal israélien a émis une ordonnance de bâillon sur tous les détails relatifs à l’enquête. Selon les médias qui ont précédé l’ordre du bâillon, l’Aéronautique aurait effectué une démonstration en direct d’un de ses drones suicides sur un poste militaire arménien à la demande de l’armée azerbaïdjanaise, un client majeur de l’Aéronautique responsable de 20% des ventes de la société en 2016, selon le dépôt réglementaire. L’enquête est toujours en cours.

 

Source : israelValley & Calcalist

Partager