Partager

La start-up israélienne Fortellix, qui fournit des solutions avancées pour l’inspection des systèmes intelligents de véhicules autonomes, a recueilli 1,5 million de dollars lors d’un premier tour de financement et embauche quinze personnes pour travailler dans ses bureaux à Tel Aviv.

Foretellix a été fondée par Yoav Hollander, Ziv Binyamini et Gil Amid. Tous les trois ont une expérience considérable dans l’entrepreneuriat et la gestion. L’entreprise propose une nouvelle approche différente pour résoudre le plus grand défi de l’industrie automobile autonome, à savoir la sécurité des véhicules sans conducteur. L’entreprise est en train de développer un langage qui peut servir de standard pour décrire des scénarios de véhicules autonomes. Le langage est censé être ouvert, de sorte que n’importe qui peut l’utiliser pour inspecter les véhicules avant qu’ils ne partent sur la route. La solution fonctionnera avec toutes les plates-formes d’inspection existantes, telles que les simulateurs, les pistes d’essai et d’autres méthodes d’inspection.

Parmi les investisseurs de l’entreprise et les membres de son conseil consultatif, Zohar Zisapel, fondateur du groupe RAD; Gil Agmon, propriétaire et PDG de Delek Automotive Systems Ltd. (TASE: DLEA); l’entrepreneur en série Benny Schneider, qui est vice-président chez Oracle après lui avoir vendu Ravello; Le professeur Amiram Yehudai, ancien diacre de la faculté d’informatique de l’université de Tel Aviv; Moshe Gavrielov, jusqu’à récemment PDG de Xilinx; et NextGear Ventures, la branche financière de DRIVE tlv.

Les régulateurs et les fournisseurs dans de nombreux pays tentent de comprendre comment réguler les véhicules autonomes et comment décider quand un tel véhicule est en état de rouler. L’un des problèmes est l’absence de normes pour l’inspection de ces véhicules. Le langage développé par Foretellix peut être utilisé comme une norme pour décrire des scénarios pour des véhicules autonomes, tels que le scénario de l’accident mortel récent impliquant un véhicule Uber.

« L’industrie automobile autonome est maintenant à un point critique, où la technologie est très avancée, mais il reste encore beaucoup à faire avant la mise en œuvre sur les routes, à cause de la barrière justifiée de la peur des accidents », a déclaré Binyamini. « Le grand défi de l’industrie en ce moment n’est pas un autre capteur ou une meilleure caméra, mais le succès de la voiture autonome à faire face à des situations auxquelles les programmeurs n’ont jamais pensé: nous avons donc l’intention, entre autres, de développer une bibliothèque de scénarios de véhicules autonomes.  »

Selon Foretellix, les investissements dans les startups liées aux véhicules autonomes ont plus que doublé en 2017, Israël arrivant en deuxième position après les Etats-Unis dans le nombre de startups spécialisées dans ce domaine.

 

Source : israelValley & Globes

Partager