Partager

Les Hippocampes appelés plus familièrement chevaux de mer, sont un genre de poissons à nageoires rayonnées de la famille des Syngnathidae. Une cinquantaine d’espèces se répartissent dans les eaux tempérées et tropicales partout dans le monde. Comme beaucoup de poissons, ils souffrent de la destruction de leur habitat et de la surpêche liée au braconnage.

Les hippocampes sont en voie de disparition dans le monde, mais dans le Golfe d’Eilat, on veille à leur survie à l’aide d’un procédé inédit. Le programme de l’observatoire sous-marin d’Eilat consiste à prélever et faire se reproduire des hippocampes dans des aquariums, puis de leur redonner la liberté une fois qu’ils ont atteint l’âge adulte, où ils sont plus résistants. Une équipe de douze plongeurs prennent des hippocampes adultes et les mettent dans des aquariums, une femelle avec plusieurs males. Ce sont eux qui effectuent la gestation, à l’aide d’ovocytes provenant de la femelle.

Puis ils sont nourris jusqu’à ce qu’ils atteignent l’âge adulte. Deux fois par an, les hippocampes sont relâchés dans leur milieu naturel par des plongeurs. Dans une semaine, l’opération aura lieu dans le Golfe d’Eilat. « Ce programme a débuté après avoir constaté la diminution importante du nombre d’hippocampes dans le golfe d’Eilat , a déclaré Avi Levy, directeur scientifique de l’observatoire sous-marin d’Eilat. Les raisons sont nombreuses : « pollution de la mer, nombreux plongeurs qui les touchent ou les ramassent en souvenir, etc…. ». (Source : IsraelValley, Mako.co.il,archives-infos-efc-eilat.blogspot.fr ).

A SAVOIR.

La ville d’Eilat est réputée pour ses coraux et ses fonds-marins exceptionnels, et si les touristes viennent du monde entier les découvrir, il existe un phénomène, certes rare mais inquiétant : d’autres « curieux » s’y intéressent, mais ne font pas que les observer. Ils « volent » des coraux et des espèces animales rares, certaines en voie de disparition. Il existe en effet une mode qui consiste à détenir des aquariums remplis d’eau de mer. Certains magasins vendent même du sel marin pour aquarium. Certains plongeurs peu soucieux des dégâts qu’ils causent, essaient donc de prendre des coraux, en choisissant les plus beaux possibles, tels des collectionneurs. Récemment, l’un d’entre eux a été attrapé, et l’on a découvert chez lui un aquarium géant contenant des coraux, des poissons de mer et autres algues marines arrachées à leur milieu naturel. Le tribunal lui a infligé une amende de 10 000 shekels, et une caution de 20 000 shekels l’engageant à ne pas récidiver. L’autorité de protection de l’environnement rappelle que ces faits sont des délits réprimandés par la loi, les coraux d’Eilat étant considérés comme des espèces protégées. Un plongeur pris en flagrant délit en train de ramasser « un souvenir » de vacances sera passible d’une amende de 700 shekels, comme certains touristes français en ont déjà fait les frais. (Source :   archives-infos-efc-eilat.blogspot.fr)

Partager