Partager

L’Inde a retiré la désignation de « marchés restreints » de deux sous-traitants israéliens, Rafael Advanced Defense Systems Ltd. et Israel Aerospace Industries Ltd. (IAI), selon un rapport publié jeudi par le journal indien The Print.

Les sociétés ont été placées sur la liste restreinte après que le Bureau Central d’Investigation Indien (CBI) les ait nommées dans une enquête de corruption de 2006 de l’ancien ministre indien de la Défense George Fernandes et de l’homme d’affaires indien Suresh Nanda. La CBI étudiait l’achat de missiles israéliens Barak en 2000 par la marine indienne dans le cadre de l’enquête. Alors que l’enquête a été conclue en 2013, les entreprises sont restées sur la liste jusqu’à la semaine dernière, selon le rapport.

La désignation de marchés restreints n’empêchait pas les fabricants d’armes israéliens de vendre des armes à l’Inde, mais rendait le processus plus complexe sur le plan bureaucratique. Le retrait des entreprises de la liste devrait faciliter leur obtention de futurs contrats dans le pays.

En avril 2017, IAI a annoncé avoir conclu un accord d’une valeur de près de 2 milliards de dollars pour fournir à l’armée et à la marine indiennes des systèmes de défense antimissile. Un mois plus tard, IAI a conclu un accord de 630 millions de dollars pour la vente de systèmes de missiles sol-air Barak 8 à l’entreprise publique indienne Bharat Electronics Ltd. (BEL), fournisseur de la marine indienne.

En 2016, le gouvernement indien a accepté d’acheter 8 000 missiles anti-chars «Spike» et 300 lance-missiles à Rafael. L’accord, estimé à 500 millions de dollars, a depuis été annulé. Les efforts pour relancer l’accord faisaient partie de l’agenda du Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu lors de sa visite d’Etat en Inde en janvier.

Source : israelValley & Calcalist

Partager