Partager

Les pilotes israéliens dominent complétement l’usage du F-15 dont la supériorité aérienne est considérée la meilleure de la quatrième génération. Il est grand, rapide, agile, et porte sous ses ailes beaucoup d’armes visibles ce qui le rend dissuasif en mission d’interception des avions ennemis. Les pilotes ont eu le temps de se familiariser avec ce chasseur introduit dans l’armée en 1982, après la première guerre du Liban. Beaucoup de victoires dans le ciel sont à son actif ainsi que de nombreuses missions de longue portée.
Le F-15 avait été conçu pour des missions d’interception, de combat aérien, de supériorité aérienne et de défense de l’espace aérien national. Mais, au cours des 15 dernières années, l’avion a été adapté pour attaquer des cibles au sol après avoir été équipé de capacités air-sol. Sa portée a été élargie avec une capacité accrue de transporter de grandes quantités de munitions à de longues distances, en volant à haute altitude. Ces transformations ont modifié totalement les spécifications d’origine de l’avion.
En revanche, le F-15 n’a aucune capacité de furtivité. Mais, selon les professionnels, le F-35 n’a pas les mêmes avantages en combat aérien. Son armement est caché l’intérieur des baies réservées aux bombes, pour optimiser sa furtivité. Mais dans le cadre d’une interception ou d’un combat air-air, le pilote semble gêné par un armement qu’il faut préparer avant son usage. En d’autres termes, pour prendre l’exemple trivial d’un fusil, la balle est déjà dans le canon pour le F-15 tandis que pour le F-35 il faut le préparer avant d’affronter une cible. Mais il est vrai le combat air-air est plus rare. En revanche pour violer un espace aérien ennemi, la furtivité permet d’atteindre des cibles sans être détecté, contrairement au F-15. C’est d’ailleurs ce qui le rend plus efficace de ce point de vue qu’un Rafale français.
Israël est le premier pays étranger à mettre en service actif les avions furtifs, déjà prêts pour des missions réelles de combat. La guerre aérienne avec la Syrie crée une tension qui est poussée à son paroxysme depuis l’arrivée, le 24 février en Syrie, de deux chasseurs SU-57 russes, furtifs de cinquième génération qui portent à quatre le nombre d’avions d’attaque de ce type dans la région. Ils représentent un défi à la fois pour l’aviation israélienne mais aussi pour les Etats-Unis. Cela accroît de manière sensible les capacités des forces aériennes russes en Syrie en plus des avions déjà présents dans la base de Hmeimim, à savoir 4 avions de combat Su-35, 4 avions d’attaque Su-25 et une plate-forme de commandement et de contrôle radar A-50U.
Le SU-57 est aussi prévu pour transporter le nouveau missile de croisière X-50, d’où l’inquiétude israélienne. La décision russe de gonfler l’armement en Syrie intervient à la suite des bombardements de l’artillerie américaine et des frappes aériennes qui ont fait des dizaines de morts russes, voire des centaines selon ceratines sources. Des combattants de nationalité russe ont été tués, le 7 février à Deir Ez-Zor, par des forces américaines déployées dans la région. Le général Jeffrey Harrigian, commandant des forces aériennes au Moyen-Orient, avait estimé que la coalition avait agi «en légitime défense».
Par ailleurs, les Russes ne pouvaient pas rester passifs après la destruction le 10 février par l’aviation israélienne de quatre centres de commandement iraniens en Syrie. Ils doivent aussi faire face aux F-35 en alignant des avions de cinquième génération. Mais ils prennent délibérément le risque d’une escalade guerrière. Il n’est pas certain que les Russes engagent un combat de front avec Israël mais ils réduisent la liberté d’action des avions de Tsahal.
Israël a reçu neuf F-35 au sein du 140e Escadron Golden Eagle, commandé par le lieutenant-colonel Yotam. Toute l’année écoulée a servi à l’apprentissage des pilotes pour une formation sur l’avion, ses systèmes, son fonctionnement et sa maintenance. Mais, comme pour tous les autres avions, depuis le Mirage français, Tsahal et les industries militaires apportent leur touche pour le rendre opérationnel selon les normes israéliennes.
Source : benillouche.blogspot.co.il

Partager