Marc & Spencer en pleine forme en Israël. Achats sur le web.

By |2018-03-23T07:00:53+00:00mars 23rd, 2018|Categories: NEWS|Tags: , , , , |
Partager

Le nouveau site Web israélien offre les charges de livraison pour un montant de minimum 250 shekels.
La chaîne de magasins britanniques Marc & Spencer ouvrent son site Web aux Israéliens. La page d’accueil du site Web invite des clients en ligne « à Découvrir notre nouveau site Web israélien. » Le site Web propose l’envoi express en trois jours et la livraison gratuite pour une commande de plus de 250 shekels.
C’est face au succès des sites Web britanniques Next et Asus chez les consommateurs israéliens que Marc & Spencer s’est lancé à la conquête des parts du marché d’achat en ligne actuellement en pleine croissance. La chaîne a mis des prix en shekels sur un site Web fait en anglais au profit des clients de toutes nationalités résidant en Israël.
L’Entreprise Postale Israélienne fera les livraisons pour la chaîne par courrier ordinaire ou par courrier express. La chaine Marc & Spencer ont des centaines de magasins dans plus de 40 pays différents dans le monde entier avec une gamme de prix plus ou moins élevé.
« L’assurance de Droits de douane encourage le non-paiement d’impôt »
La Fédération de Chambres de commerce israéliennes a fait appel au Directeur général de la direction douanière israélienne Avi Arditi, alléguant que les entreprises israéliennes offrent l’assurance de droits de douane aux consommateurs qui achètent sur les sites Web internationaux, ce qui encouragent le non-paiement d’impôt. Ceci se réfère aux sites Web comme Zipy, qui offrent aux acheteurs en ligne une sorte de règle de quasi-assurance, dans laquelle la différence sera couverte s’ils sont invité à payer l’impôt sur la commande qu’ils viennent d’acheter.
Le plafond d’exonération pour les acheteurs israéliens sur des sites Web internationaux est de 75 $ et l’idée de la politique se réfère aux personnes achetant des colis d’une valeur plus élevée que ce plafond. Les acheteurs payent à ces entreprises pour un service appelé « protection fiscale, » qui est utilisé si les acheteurs doivent payer l’impôt. La vente de cette protection suppose que l’impôt nécessaire pour des achats en ligne n’est pas appliqué et qu’ils profiteront donc en proposant cette politique, même s’ils doivent, malgré tout, payer l’impôt dans les cas où ils sont vérifiés. Ce mécanisme d’assurance est apparemment statistiquement rentable.
L’appel par la Fédération de Chambres de commerce israéliennes a suivi un rapport publié plus tôt cette semaine sur « Chai Laila » (Vie nocturne) programme. La Fédération invite la Direction Douanière à considérer cet arrangement si il encourage le non-paiement d’impôt. « Selon la loi, l’importateur est responsable du payement de l’impôt, que ce soit une importation personnelle ou commerciale, » expose la lettre, signée par le Conseiller juridique de fédération Adv Shlomi Loya. « Aussitôt que le consommateur a acheté l’assurance de protection fiscale, il agit contre l’intérêt du vrai rapport selon la loi. »
Source : IsraelValley et globes.co.il

Partager