Partager

Pessa’h est l’une des trois fêtes de pèlerinage du judaïsme prescrites par la Bible hébraïque, au cours de laquelle on célèbre l’Exode hors d’Égypte et le début de la saison de la moisson de l’orge qui inaugure le cycle agricole annuel. Elle commence le 14 nissan à la tombée de la nuit (qui correspond, selon les années, à la fin du mois de mars ou au mois d’avril dans le calendrier grégorien) et dure huit jours (sept en terre d’Israël et dans le judaïsme réformé) dont seuls les premiers et les derniers sont totalement fériés. Elle inaugure en outre la période de l’omer au terme de laquelle est célébrée la fête de Chavouot.
Particulièrement riche en rites et coutumes, la fête se distinguait originellement par l’offrande pascale que les Juifs ne peuvent réaliser depuis la destruction du Temple (les Samaritains continuent à l’offrir sur le mont Garizim). L’obligation de manger des matzot (aliments azymes) et de bannir le hametz (aliments à base de pâte levée et/ou fermentée) tout au long de la fête demeure en application. Cette fête puise ses origines dans le rite agricole des azymes et le rite nomade du sang de l’agneau répandu sur les piquets de la tente pour écarter les épidémies.

Qu’est-ce qu’un Séder ?

Le Séder est un repas cérémonial qui comprend la lecture de textes, la consommation de vin, des histoires, la consommation d’aliments spéciaux et des chants. Il est tenu après la tombée de la nuit le premier soir de Pessa’h (et le second soir si vous vivez en dehors d’Israël), qui est l’anniversaire de l’exode miraculeux de notre nation de l’esclavage égyptien il y a plus de 3000 ans. Le(s) Séder(s) de cette année aura (auront) lieu le 30 (et le 31) mars 2018.
La cérémonie du Séder commence par la récitation du kiddouch, qui proclame la sainteté de la fête, qui se fait en tenant un verre de vin, le premier des quatre verres que nous boirons (en étant inclinés sur le côté) pendant le Séder.
 

Partager