Les Etats-Unis exigent un grand mur autour de l'ambassade à Jérusalem

By |2018-03-22T09:00:10+03:00mars 22nd, 2018|Categories: POLITIQUE|Tags: , , , |
Partager

Le ministre des Finances, Moshe Kahlon, recommande d’accorder une exemption pour un permis d’infrastructure afin que l’ambassade puisse être déplacée en mai.
En février, le président américain Donald Trump a annoncé que les Etats-Unis déplaceraient leur ambassade à Jérusalem, y compris le bureau de l’ambassadeur américain, en mai prochain. L’ambassade sera logée dans un bâtiment temporaire dans le quartier de Jérusalem Arnona près de Talpiot actuellement utilisé par les Etats-Unis comme consulat jusqu’à ce que la construction par les Etats-Unis d’un bâtiment permanent sur un site voisin soit achevée.
Dans une lettre du directeur général du ministère des Affaires étrangères Yuval Rotem au ministre des Finances Moshe Kahlon, Rotem dit qu’un certain nombre de hauts fonctionnaires du Département d’Etat américain ont récemment visité le consulat et rencontré les autorités israéliennes, y compris l’administration de la planification du ministère des Finances. Les fonctionnaires ont clairement indiqué lors de ces réunions que pour adapter le site existant aux besoins de sécurité des États-Unis et du bureau de l’ambassadeur, le gouvernement américain doit effectuer les travaux de construction de sécurité essentiels et les achever au moment du transfert de l’ambassade.
«Dans le cadre de ce projet, un mur de 3,2 mètres recouvert de pierres de Jérusalem doit être construit autour du site», a écrit Rotem à Kahlon. « Une route d’évacuation doit être pavée depuis le parking sud de l’hôtel Diplomat, le long de la limite ouest du quartier Mordot Arnona jusqu’à l’intersection de la rue Leib Yaffe et de la rue Asher Weiner. »
La lettre dit aussi qu’il a été découvert que la construction prévue ne respecte pas le plan d’urbanisme local s’appliquant à l’endroit, qui était délimité pour le consulat général des États-Unis, pas l’ambassade.
« Le Département d’Etat peut déposer une demande de dérogation au plan existant ou de modification de celui-ci, mais ces démarches prendront probablement beaucoup de temps, surtout si des objections sont déposées contre eux, et empêcheront l’achèvement du projet à l’heure fixée pour le transfert de l’ambassade à Jérusalem vers mi-mai 2018. À moins que ce travail ne soit achevé, le site ne répondra pas aux exigences de sécurité du département d’État de l’ambassade des États-Unis.
Dans sa lettre, Rotem demande donc à Kahlon d’exercer son autorité en vertu de la loi sur l’urbanisme et la construction en ordonnant une dérogation temporaire à l’obligation de permis de construire pour les travaux de construction et cette exemption est valable trois ans. Rotem ajoute: «Il n’est pas nécessaire de gaspiller des mots décrivant l’importance politique et nationale du gouvernement israélien fournissant toute aide au gouvernement américain, le plus grand ami d’Israël, pour achever le projet de déplacer l’ambassade américaine à Jérusalem à l’époque décidée. le premier ministre et le ministre des Affaires étrangères sont d’accord avec moi pour dire qu’il s’agit incontestablement d’un projet d’importance et d’urgence nationales, et que les circonstances particulières de l’affaire justifient incontestablement l’exercice de votre autorité par la loi.
Rotem déclare qu’après consultation, il a été constaté que cela semble être le seul moyen de permettre l’achèvement du travail pour déplacer l’ambassade à Jérusalem à temps, et qu’il est nécessaire que la municipalité de Jérusalem fasse le travail.
Kahlon a annoncé aujourd’hui qu’il avait ordonné à la Commission nationale de planification et de construction de se réunir d’urgence pour délivrer dès que possible une dérogation à la loi sur la planification et la construction pour un permis de construire pour déplacer l’ambassade à Jérusalem. « Je suis reconnaissant d’avoir le privilège de ministre des Finances et d’être responsable de la planification en Israël pour faciliter le déménagement de l’ambassade américaine de Tel-Aviv à Jérusalem, notre capitale éternelle », a déclaré M. Kahlon.
La décision finale appartient au Conseil national de la planification et de la construction, qui a le pouvoir de délivrer une exemption de permis, éliminant ainsi la possibilité d’objections à l’égard des travaux.
Source : IsraelValley et globes

Partager