Partager


Samedi soir, le Premier ministre Benyamin Netanyahu a réuni les leaders des partis orthodoxes qui composent la coalition gouvernementale actuelle dans le but de trouver une issue à l’impasse politique liée au vote du budget que ces partis refuseront d’approuver si une nouvelle loi exemptant les jeunes religions du service militaire obligatoire n’était pas adoptée. La rencontre a duré environ deux heures et s’est terminée après minuit. Elle n’a débouché sur aucun accord, ce qui rend de plus en plus tangible la menace d’élections anticipées.
Les médias israéliens ont rapporté qu’à l’issue de cette rencontre, les partis orthodoxes ont affirmé continuer à travailler sur leur projet de loi dans l’optique qu’il soit approuvé tacitement par les membres de la coalition qui lui sont le plus opposés, y compris le Ministre de la Défense Avigdor Lieberman. La version amendée du texte faciliterait l’exemption de conscription pour les étudiants en Yeshivot (écoles talmudiques) sans toutefois la rendre automatique.
Netanyahu se serait pour sa part engagé à faire pression sur Lieberman pour qu’il laisse passer le texte amandé, même sans le voter, et à convaincre le Ministre des Finances Moshe Kahlon, leader du parti Koulanou opposé à la loi, de la voter.
Le chef du parti Israel Betenou, Avigdor Lieberman, a martelé qu’il ne soutiendrait aucun texte si celui-ci n’était pas rédigé par son ministère. Selon lui, les israéliens « ont été pris en otage par une bande d’extrémistes. Ils menacent de tous nous traîner vers des élections inutiles, dans un contexte sécuritaire complexe, et exigent que nous cédions à leur chantage. » Il a en outre promis de ne pas se laisser faire.
L’opposition s’est pour sa part dite convaincue que le Premier ministre instrumentalisait cette crise politique pour déclencher des élections anticipées qui, d’après les sondages, lui seraient favorables et consolideraient sa légitimité dans un contexte d’affaires judiciaires (pour corruption présumée) qui pourraient mener à une inculpation par le procureur.
Le Bureau du Premier ministre affirme cependant qu’il « préfère continuer le travail du gouvernement jusqu’à la fin de son mandat en Novembre 2019, ce qui nécessite l’accord des membres de la coalition. »
Pour rappel, le service militaire est obligatoire en Israël, sauf rares exceptions, à partir de l’âge de 18 ans. Sa durée et de deux ans et huit mois pour les hommes et de deux ans pour les femmes. La conscription est un sujet épineux depuis longtemps dans le pays, en particulier entre laïcs et religieux. Jeudi, des centaines de juifs orthodoxes se sont réunis à Jérusalem pour manifester contre le service militaire obligatoire, allant jusqu’à affronter les forces de l’ordre et provoquant une paralysie du trafic d’une partie de la ville.
 
 
 
 

Partager