Partager


La presse israélienne a fait état du survol par un avion de la compagnie Air India à destination d’Israël du territoire de l’Arabie Saoudite, ce qu’un responsable du royaume dément. Si toutefois cette information devait s’avérer vraie, ce serait une nouvelle étape dans le processus de dégel qui jusqu’ici s’opérait en coulisses entre les deux pays. Pour rappel, aucun avion à destination d’Israël n’a pu pénétrer le ciel saoudien depuis 70 ans.
C’est le quotidien Haaretz qui révélé l’information qui proviendrait de sources au sein de l’aviation. Il s’agirait tout de même d’une exception accordée à Air India, précise la dite source. Cette autorisation exceptionnelle permet aux vols New Delhi-Tel Aviv de gagner deux heures trente de trajet lorsqu’habituellement ces vols prennent onze heures et doivent faire escale à Istanbul.
L’autorité générale de l’aviation civile du royaume saoudien réfute cette information. Les deux pays n’ont toujours officiellement aucune relation diplomatique bien qu’une coopération sécuritaire existe déjà, officieusement. C’est au moment du couronnement du roi Salmane, en 2015, et de la nomination de son fils Mohammed comme vice-Premier ministre et ministre de la Défense qu’un certain dégel a commencé à s’opérer entre l’Arabie Saoudite et Israël.
Times of Israël ajoute qu’Air India attend l’autorisation officielle du survol par ses avions du sol saoudien pour lancer la vente de billets. Optimiste, la compagnie se prépare pour le 20 mars.

Partager