Partager

Le ministère israélien des Affaires Etrangères a annoncé hier que le gouvernement polonais allait reporter la promulgation définitive de sa loi très controversée sur l’Holocauste.

A la demande d’Israël, Varsovie a accepté de ne pas appliquer sa nouvelle loi bien qu’elle ait été approuvée par le Parlement après avoir reçu l’approbation du président polonais.

Pour mettre fin à la crise que cette loi avait déclenchée entre les deux pays, la Pologne va envoyer une délégation officielle en Israël dans les jours qui viennent. Le groupe de représentants polonais devrait travailler en concertation avec l’Etat Hébreu sur le contenu de la loi afin de parvenir à une forme de compromis.

Israël avait exigé à la fin du mois de Janvier un amendement de la loi qui interdisait tout propos suggérant un lien entre la Pologne et les crimes du régime nazi perpétrés sur son territoire au cours de la Seconde Guerre Mondiale. La loi indiquait que l’utilisation du terme « camp d’extermination polonais », même employé à l’étranger, serait passible d’une peine allant jusqu’à trois ans de prison.

Pour Israël et des organisations juives internationales, ce texte de loi visait à empêcher les survivants de la Shoah de raconter leur histoire et à nier la participation de certains polonais aux crimes du nazisme. Ce que le Premier ministre polonais avait nié en provoquant au passage une autre polémique puisqu’il avait déclaré qu’il y avait eu des collaborateurs polonais comme il y avait eu des « collaborateurs russes ou juifs. »

Partager