Partager

Le conseil d’administration de l’Agence juive pour Israël a demandé, dans une lettre envoyée au ministre de l’Intérieur Aryeh Deri, à ce que soit « accordé un statut légal aux plus de cinq cents jeunes migrants arrivés en Israël il y a des années en tant que mineurs non accompagnés et qui ont été intégrés dans le système éducatif des villages de jeunes exploités par l’Agence juive et le ministère de l’Education. » Selon l’Agence juive « ces jeunes ont grandi dans un environnement éducatif israélien, parlent couramment l’hébreu, sont imprégnés de la culture israélienne et sont fidèles à l’Etat d’Israël. Il est donc juste qu’ils aient un statut légal. »

Cette lettre fait suite à la décision d’Israël de lancer une campagne d’expulsion des migrants non mariés venus d’Erythrée ou du Soudan, sous peine d’emprisonnement. Les femmes, les enfants et les hommes mariés ne sont pas concernés par ce plan, mais au moins la moitié des 38 000 demandeurs d’asile que comptent Israël pour être éloignés dans ce qui est une « première étape », d’après Benyamin Netanyahu.

L’Agence juive a par ailleurs demandé au gouvernement à ce que « chaque migrant ait la possibilité de demander l’asile et de bénéficier d’une procédure régulière et transparente dans l’examen de sa demande. » Israël pour sa part affirme que la majorité de ces demandeurs d’asile ne sont pas persécutés et ont migré pour des raisons économiques.

Partager