Partager

Sur leur site internet, les conservateurs Canadiens ont affirmé avoir toujours été « une voix forte pour Israël et la communauté juive du pays » et « (qu’) Israël est l’un des alliés les plus solides du Canada et l’un des phares du pluralisme et des principes démocratiques dans une région turbulente du monde.

Le message publié sur le site du Parti poursuit en disant que « les conservateurs du Canada reconnaissent qu’il est évident qu’Israël, comme n’importe quelle autre nation souveraine, a le droit de choisir l’emplacement de sa capitale. » A la suite de ces propos, les canadiens soutenant le Parti Conservateur ont été invités à signer une pétition en faveur d’une reconnaissance de Jérusalem comme capitale d’Israël.

Erin O’Toole, député conservateur de Durham en Ontaria, a expliqué que cette prise de position sur le statut de Jérusalem ne rentrait pas en opposition avec la volonté et les efforts pour parvenir à une résolution du conflit isrélo-palestinien. « Reconnaitre le fait que Jérusalem est la capitale d’Israël n’empêche pas qu’on en vienne à une solution à deux Etats à l’issue des pourparlers », a-t-il argumenté hier en conférence de presse.

Il a ensuite ajouté que cette reconnaissance du statut de Jérusalem n’était qu’une confirmation d’un état fait, puisque le pouvoir politique et judiciaire israéliens sont déjà situés dans la ville sainte. « Suggérer qui Jérusalem n’est pas la capitale d’Israël au moment où on se parle va à l’encontre du bon sens », a dit O’Toole. Cette prise de position mène forcément à se poser la question d’un éventuel déménagement de l’ambassade canadienne de Tel Aviv vers Jérusalem. Pour les conservateurs, il s’agit « d’une conversation tout à fait distincte. »

Ainsi, ce que nous savons pour l’heure c’est que le chef du Parti Conservateur, Andrew Scheer, a annoncé qu’en cas de victoire de son camp aux élections de 2019, le nouveau gouvernement reconnaîtrait Jérusalem comme capitale d’Israël.

Partager