Partager

L’année 2018 correspond au 70e anniversaire de la création de l’Etat d’Israël. Pour les supporters de l’Etat hébreu, cette année sera l’occasion de vanter les mérites de la start up nation et de constater qu’elle s’est hissée ces dernières années dans le peloton de têtes des pays industrialisés. Mais cette année devrait également être mise à profit par les ennemis les plus farouches de l’Etat hébreu pour dénoncer son existence, remettre en cause sa légitimité et promouvoir de vastes campagnes de délégitimation tant sur les médias que dans les réseaux sociaux.

Pour l’institut NGO Monitor qui, depuis plusieurs années, effectue un impressionnant travail de veille auprès des ONG européennes radicalement pro-palestiniennes, cette année 2018 sera probablement l’année de tous les défis dans la lutte acharnée contre les activistes du BDS en général et contre les ONG qui se sont fixé pour objectif de salir délibérément et souvent à l’aide de narratifs mensongers et de preuves biaisées, la seule démocratie du Proche Orient, la seule à accorder les mêmes droits aux Juifs, aux Musulmans et aux Chrétiens et qui en dépit des tensions et des difficultés, parvient à garantir, pour tous, une liberté de culte dans un Etat de Droit.

Pour NGO Monitor qui est dirigée depuis sa fondation par le professeur Gerard Steinberg, les ennemis d’Israël devraient se focaliser au cours de cette année sur trois dossiers principaux qui seront donc naturellement les chevaux de bataille de l’association :

  • L’arrestation par Israël de mineurs palestiniens : NGO Monitor a constaté qu’au cours de l’année 2017, les ONG pro-palestiniennes financées pour certaines, par des gouvernements occidentaux ont développé une fâcheuse tendance : elles accusent mensongèrement Israël d’emprisonner des mineurs palestiniens sans raison. L’arrestation, il y a quelques semaines, de la jeune palestinienne blonde Ahed Tamini qui a giflé un officier de Tsahal; s’inscrit dans cette véritable campagne de dénigrement. Et l’on peut constater, à travers cet exemple récent et très médiatisé, comment les Palestiniens et leurs supporters dans les ONG, sont capables aujourd’hui encore de créer un mythe falsifié avec la complicité et la complaisance de certains médias européens capables de transformer le coupable en héros et le bon en mauvais. Dans ce contexte, ces ONG antisionistes ont l’intention de lancer en 2018 une vaste campagne visant à inscrire Tsahal dans la liste noire des organisations terroristes !
  • Célébrations des 70 ans de l’Etat : en marge des célébrations officielles, les ONG d’extrême gauche pro-palestiniennes auraient l’intention de faire campagne au cours des prochains mois en faveur d’une reconnaissance de la « Nakba »(la Catastrophe) vécue par les Palestiniens en1948 avec le déplacement de centaines de milliers d’entre eux sur recommandation des pays arabes. Il faut s’attendre à ce que les organisations pro-BDS insistent durant cette année de festivités, sur le dossier des réfugiés palestiniens dispersés dans la Diaspora palestinienne. Parallèlement ces mouvements auraient l’intention d’insister sur la discrimination dont feraient l’objet, selon eux, les Arabes Israéliens et ce en dépit du fait qu’ils disposent des meilleures données de croissance économique parmi l’ensemble du monde arabe.
  • En dépit des critiques émises ces dernières semaines par le Président Donald Trump et par l’ambassadrice américaine à l’ONU Nikky Haley envers les Nations Unies et en dépit de la décision américaine de geler une partie du budget de l’UNRWA, le Conseil des Droits de l’Homme de l’ONU, tristement célèbre pour ses résolutions systématiquement anti-israéliennes, pourrait poursuivre et même accentuer son action en faveur de la formation d’une « liste noire » de boycott de compagnies ou consortium israéliens.

Daniel Haïk

Partager