Dec 30

BILAN 2013 : l’Année du High-Tech pour l'Economie Israélienne

Authors picture

Jacques Bendelac | Économie

Headline image

L’année qui s’écoule a été une des meilleures pour les secteurs israéliens du high-tech et du bio-tech: achats étrangers, embauches en hausse, etc.

2013 aura été l’année du high-tech pour Israël. Tous les indicateurs sont au beau fixe : le secteur a levé des fonds pour un montant record, les embauches sont reparties à la hausse, les salaires versés sont en progression et la frénésie d’achats étrangers de start-up israéliennes a dépassé toutes les prévisions. Les mêmes tendances positives sont également observées pour 2014.

Les réussites du high-tech en 2013 sont d’autant plus spectaculaires que l’économie israélienne a connu une année particulièrement instable ; ce qui n’a pas empêché Google de réaliser en Israël sa transaction de l’année, ni Facebook d’investir dans un centre de recherche et de développement en Israël, ni le milliardaire mexicain Carlos Slim, le deuxième homme le plus riche au monde, de continuer à investir en Israël, en particulier dans le secteur de la santé et des télécommunications.

FRÉNÉSIE D’ACHATS ÉTRANGERS

Au cours de 2013, le secteur du high-tech israélien a été saisi par une frénésie d’achats de start-up locales de la part d’investisseurs étrangers, surtout d’origine américaine. Au total, ce sont 20 sociétés israéliennes qui ont été achetées par des étrangers en 2013, pour un montant global d’environ 5 milliards de dollars. Durant la dernière décennie (de 2004 à 2013), les étrangers ont déboursé 36 milliards de dollars pour s’offrir une technologie israélienne.

Parmi les achats étrangers de sociétés israéliennes effectués en 2013, on n’oubliera pas les transactions les plus marquantes : Google a acheté Waze (navigation GPS) pour 1,1 milliard de dollars, IBM a acquis Trusteer (logiciel de sécurité en ligne) pour 900 millions de dollars, Opko Health a acheté Prolor Biotech (biotechnologie) pour 480 millions de dollars, Cisco s’est offert Intucell (auto-optimisation de réseaux) pour 475 millions de dollars, Facebook a acheté Onavo (sécurité informatique) pour 150 millions de dollars, etc.

LEVÉES DE FONDS

Fortes de leurs succès économiques et technologiques, les sociétés israéliennes n’ont plus de difficultés à lever des fonds à l’étranger. La Terre promise des inventeurs israéliens reste l’Amérique, mais l’Europe aussi a retrouvé sa place sur la carte mondiale des places financières importantes : en 2013, trois sociétés israéliennes de high-tech ont effectué des introductions dans les bourses européennes de Londres et de Varsovie.

Sur le marché financier américain, une vingtaine d’entreprises israéliennes ont emprunté, en 2013, la somme globale de 1,6 milliard de dollars, soit la meilleure année depuis 2008. Dans le secteur du high-tech et de biomed, les levées de fonds les plus fortes ont été celles réalisées par Kerk et par Medgenics, deux sociétés israéliennes spécialisées dans le domaine de la pharmacologie. Cette levée de fonds a concerné aussi des entreprises industrielles : Statasys (impression 3D) a emprunté 481 millions de dollars et Delek (énergie) a levé 355 millions de dollars.

EMBAUCHES DE MASSE

Dopées par leurs bons résultats, les start-up israéliennes n’ont pas hésité à améliorer les rémunérations qu’elles versent à leurs salariés. En 2013, le salaire moyen du secteur du high-tech a augmenté de 4,1% mais certaines branches se sont particulièrement distinguées par leur générosité salariale: les hausses de salaire les plus fortes ont été enregistrées dans la téléphonie mobile (+ 8,5%), dans l’Internet (+ 7,5%) et dans les contrôles de qualité (+ 6,5%).

Avec la poussée des salaires, les embauches aussi sont reparties à la hausse : le high-tech a été responsable de 11% des embauches de l’économie israélienne effectuées durant l’année écoulée, soit le taux d’embauche le plus fort des cinq dernières années. L’amélioration du marché du travail dans le high-tech s’explique, sans aucun doute, par les achats étrangers qui ont dopé l’ensemble du secteur.

Jacques Bendelac (Jérusalem)

Un avocat aux commandes des Finances : Nimrod Sapir remplira la fonction de ministre intérimaire des Finances, jusqu’aux élections de mars 2015. La nouvelle a pris de court tous les observateurs israéliens : l’avocat Nimrod Sapir dirigera le ministère des Finances à titre temporaire. En revanche, il ne détiendra pas officiellement le portefeuille des Finances qui reste entre les mains du Pre...

Jacques Bendelac | Économie

L’instabilité politique en Israël pourrait conduire à une dégradation de sa note de crédit. Après que l’agence de notation Fitch Ratings ai revu la perspective de note de crédit d’Israël de positive à stable sur le long terme le 22 novembre dernier, l’agence Moody’s a déclaré lundi dernier que la dissolution du gouvernement israélien pourrait avoir un impact négatif sur la notation financiè...

Maelle Lassy | Économie

GetTaxi innove et se plie en quatre pour ses clients. Cette semaine la compagnie annonce la mise en place d'un dispositif spécial réservé aux familles qui ont des enfants en bas âge (deux à huit ans). Pour un peu plus d'un euro il est possible d'avoir un taxi qui mettra à disposition un siège spécial pour enfants. Une idée à reprendre en France ? Inutile d'y penser! GetTaxi, l'application m...

Eyal Dayan (Rehovot) | Économie

La compagnie Air Méditerranée qui a une ligne sur Tel Aviv innove et utilise des sièges en titane ultra-light. Pascal Rabiller (La Tribune) : "Société créée en mars 2011 et implantée majoritairement à Paris mais aussi à Mérignac (33), dans les locaux de la technopole Bordeaux Technowest, Expliseat a conçu le siège d’avion le plus léger du marché. Baptisé Titanium, il ne se contente pas d’accumu...

IsraelValley Desk | Économie

Pour les besoins d'une campagne marketing, Coca Cola Israël a conçu un algorithme permettant de générer un design différent pour 2 millions d'étiquettes apposées sur ses bouteilles de Diet Coke. En personnalisant ses bouteilles, Coca-Cola veut offrir à ses clients une expérience unique. En période estivale, la marque américaine a déjà lancé – avec succès – l'opération "Partage un Coca-Cola"....

Sylvain Arnulf (Usine Digitale) | Économie

La chute des prix du brut se répercute sur le prix à la pompe et sur les valeurs des sociétés israéliennes qui opèrent dans le secteur de l’énergie. Au cours des six derniers mois, le prix du baril de brut a perdu 35% ; il s’échange en dessous de 60 dollars, contre 110 dollars il y a quelques mois. En Israël, la chute des prix du brut va se répercuter sur le prix de l’essence à la pompe, t...

Jacques Bendelac | Économie

A l'Export Institute d'Israël, comment procédez vous au choix d'un domaine d'intérêt ? Ofer Sachs. Nous n'essayons pas de balayer une branche voire un domaine spécifique afin de le comparer à un autre. Au demeurant, nous n'intervenons que lorsqu'il y a concomitance d'un besoin qui se profile, dans une branche certes considérée comme intéressante, relativement à une offre assortie de la dispo...

C.Serfaty, C.Trigano, D Dinai. | Économie

33 millions de beignets (soufganiot) vendus en huit jours : ce marché immense donne lieu à une concurrence acharnée entre les commerces d’Israël. La soufgania (au pluriel soufganiot) est le beignet traditionnel dont raffolent les Israéliens durant Hanouca. La fête de Hanouca, qui a démarré mardi soir et qui se poursuivra pendant huit jours, est toujours l’objet d’un débat public en Israël...

Jacques Bendelac | Économie

La Plupart des Ménages Israéliens Dépensent plus qu'ils ne Gagnent. Seulement 20% d'entre eux feraient des économies et ne vivraient pas à découvert. Selon un rapport publié ce mardi par le Centre Taub spécialisé dans les études sociales, la plupart des ménages israéliens ont dépensé plus que ce qu'ils gagnaient en 2011 et 2012. Les juifs non-orthodoxes ont dépensé en moyenne 864 shekels par mo...

Avner Myers | Économie

Le nouveau rapport de la Sécurité sociale révèle la sortie de 96.000 Israéliens de la pauvreté en 2013: renversement de tendance ou baisse passagère? La bonne nouvelle de l’année est apportée par le rapport annuel de la pauvreté que la Sécurité sociale a publié hier à Jérusalem; pour la première fois depuis des années, la pauvreté recule en Israël. S’il est encore trop tôt pour dire s’il s...

Jacques Bendelac | Économie

Nul ne saura jamais si le projet de Yaïr Lapid de supprimer la TVA de 0 % aurait été viable. Les premiers à s’insurger furent les économistes. On se souvient du choc que causa la démission d’un directeur du Budget : désavoué par l’un de ses hauts fonctionnaires, le tout nouveau promu ministre des Finances venait de recevoir son premier désaveu. Lequel – déchu de ses fonctions par le Premier min...

David Jortner (Hamodia) | Économie

Le Prof. Yossi Matias de l’Ecole des sciences de l’informatique de l’Université de Tel-Aviv, directeur général du centre de R &D de Google en Israël a été nommé vice-président de Google. Il sera à la tête des efforts de recherche de l’équipe de la société au niveau mondial, tout en continuant de diriger son Centre de R &D en Israël. “Google a fait de gros progrès depuis les dix liens bleus q...

Dr S. Cohen-Wiesenfeld | Économie

Après des études en finance et un début de carrière dans des banques en France, Jonathan Taieb quitte la France pour Israël. Passionné par le monde de la finance et partant du principe que tout est possible, il cofonde, Winigood, premier acteur de P2P Lending (plateforme internet permettant le prêt entre particuliers) en Israël. Il crée et dirige ensuite une société de High Tech spécialisée ...

Anael Dahan | Économie

Le gouvernement israélien se lance dans une "économie électorale". Enjeu: s’attirer les faveurs de l’électorat par largesses et promesses infondées. Depuis la proclamation des élections anticipées en mars prochain, le chef du gouvernement israélien, Benyamin Netanyahou, multiplie les promesses dont beaucoup répondent aux impératifs d’une « économie électorale ». Son objectif : se faire rééli...

Jacques Bendelac | Économie

Le second groupe agroalimentaire d’Israël va réaliser en 2014 des profits importants grâce surtout à la vente de café et du houmous. Strauss contrôle 12% du marché israélien de l’agroalimentaire. Ses produits phares sont le café et les salades préparées, dont le célèbre houmous. En 2014, le groupe Strauss a dû l’essentiel de la croissance de ses ventes aux marchés étrangers, notamment au B...

Jacques Bendelac | Économie