Dec 14

Le Phénomène de « Petit Monde », Clé du Succès Economique Israélien.

Authors picture

Dr Daniel Rouach et Dr Michael Bichart | Éditorial

Headline image

Depuis sa création, l’économie israélienne a cherché à mettre en valeur son capital humain. Israël profite d’une population très internationale. Plus du quart des israéliens sont nés à l’étranger (35% des juifs). Dans de nombreux cas, les réseaux diasporiques restent vivaces et favorisent les échanges commerciaux. En particulier, tout comme l’Irlande et l’Inde, Israël s’est largement appuyé sur sa diaspora américaine (en l’occurrence, les réseaux juifs américains).

Cette tendance est extrêmement visible par exemple dans le domaine du capital risque : l’Etat hébreu, à travers le programme Yozma (1992), a spécifiquement construit son capital-risque sur le savoir-faire américain. L’ex président de la banque d’Israël, M. Stanley Fisher, est lui-même issu directement de la diaspora juive.

Peu avantagée par un sol faible en ressources naturelles, Israël a su mettre en place un système éducatif efficace. Le Technion, Israel Institute of Technology, et l’Institut Weizmann ne sont que les fers de lance d’un dense réseau d’institutions qui combinent la tradition allemande d’orientation vers les sciences (la moitié des étudiants israéliens sont des scientifiques) et un mode de fonctionnement « à l’américaine » (les sphères universitaires américaines et israéliennes sont très liées).

La performance du système éducatif israélien trouve notamment son explication dans l’engagement de l’Etat en sa faveur. Avec 9,2% de son Produit Intérieur Brut, Israël figure au premier niveau mondial en matière de ressources consacrées à son système éducatif.

En plus de l’engagement de l’Etat dans la conception d’un système éducatif performant, Israël a bénéficié à diverses reprises au cours de son histoire d’une immigration considérable de personnes très qualifiées. A titre d’exemple, environ la moitié des adultes en provenance d’ex-URSS qui se sont installés dans les années 1990 en Israël a fait des études supérieures. C’est pratiquement deux fois plus que la moyenne des Israéliens avant l’immigration (28%). Dans le domaine médical, l’immigration russe a ajouté 10 000 médecins à Israël entre 1990 et 1992, ceci alors que le pays, avec 12 000 médecins, comptait déjà une des proportions de docteurs les plus élevées du monde.

La combinaison entre une immigration qualifiée et un système d’enseignement efficace produit une main d’oeuvre largement éduquée : 60% de la population active israélienne a un niveau d’études égal ou supérieur à celui du baccalauréat et 35% de celle-ci possède un diplôme universitaire. La population active israélienne est composée à 1,4% de scientifiques et d’ingénieurs, soit largement plus que dans les autres pays (le taux est de 0,88% au Japon, 0,85% aux USA et 0,60% en Allemagne).

La diversité de la population israélienne, son orientation vers l’étranger ainsi que son niveau de qualification sont des éléments majeurs du succès économique de l’état hébreu.

La culture israélienne, élément non quantifiable par excellence, occupe néanmoins un rôle majeur dans le système national d’innovation. Si le fait de posséder une population internationale et éduquée est un avantage considérable pour l’économie israélienne, son succès tient également à des éléments proprement culturels.

Par exemple, la culture israélienne est très tournée vers l’innovation technologique. Que ce soit dans les médias ou dans les sphères politiques, la population de l’état hébreu est caractérisée par une adoption rapide des nouvelles technologies. Les israéliens ont ainsi été recemment classés 2ème mondiaux (derrière le Canada) pour leur utilisation intensive d’internet. Cette ouverture aux technologies est également liée à l’apprentissage que la plupart des jeunes israéliens en font lors de leur long passage à l’armée.

Outre l’orientation vers les nouvelles technologies, le fait qu’Israël possède une population très diverses mais très connectée favorise également la créativité et l’innovation locale. En effet, de nombreux sociologues ont montré l’importance du contexte social dans la capacité individuelle d’innovation.

De fait, l’idée du « génie créatif », de l’inventeur génial déconnecté du monde et qui aurait des idées révolutionnaires seul dans son coin n’a correspondu à la réalité que dans trois cas (Collins 1998) : le métaphysicien confucéen Wang Ch’ung du premier siècle après J-C, le spiritualiste zen du 14ème siècle Bassui Tokusho et le philosophe arabe du même siècle Ibn Khaldun.

En réalité, l’énorme majorité des génies (comme Ludwig van Beethoven, Thomas David Hume ou Adam Smith), doivent beaucoup de leur créativité au contexte social, et en particulier au phénomène du « petit monde » (small world). Même si la théorie sociale du « petit monde » est plutôt compliquée, son principe est simple : une personne est d’autant plus créative/innovante qu’elle a d’attaches dans des groupes de personnes variés.

La théorie développée par Brian Uzzi et Jarrett Spiro dans leur article sur le phénomène du « petit monde » peut être (grossièrement) résumée de la manière suivante : si l’on considère deux groupes homogènes différents et qu’on crée quelques liens entre eux, on augmente la créativité de ces groupes. Si on les mélange trop, le groupe devient homogène et la créativité décroît.

Ce phénomène de « petit monde » est un élément important (bien que peu quantifiable) du succès économique israélien. En effet, à une population extrêmement diverse, Israël allie une culture d’ouverture des uns vers les autres dans la vie quotidienne. Tous les lieux publics – cafés, transports en commun, plages, etc. – sont autant d’opportunités de faire de nouvelles rencontres. Les Israéliens échangent très facilement leurs numéros de téléphone et se constituent ainsi un réseau très étoffé de connaissances variées qu’ils n’hésiteront pas à mettre à profit. Au final, le fait que ces derniers aient très souvent des attaches dans des groupes sociaux différents est un atout pour l’économie israélienne.

Ces deux traits sociaux – diversité et connections – forment ainsi un terreau fertile au développement de l’innovation en Israël. De nombreuses histoires à succès de la technologie locale sont ainsi nées de rencontres fortuites. Given Imaging, par exemple, l’inventeur de la PillCam, la capsule endoscopique – qui compte aujourd’hui plus de 300 employés de par le monde – et est le fruit de l’association d’un médecin avec un ingénieur spécialisé dans les systèmes de guidage des missiles.

Au delà de l’avantage qu’elle tire de sa population et de sa culture originale, Israël s’est dotée d’institutions qui ont pu soutenir son développement économique, et ce malgré l’environnement difficile dans lequel elles évoluaient.
Conscient de l’importance essentielle de l’éducation pour assurer la viabilité du projet sioniste, les pères fondateurs de l’état d’Israël ont investi dans la création d’universités de pointe qui placeraient l’industrie israélienne à la frontière technologique. De fait, son système universitaire est un pilier du succès économique d’Israël.

L'Autorité de la Population et de l'Immigration a publié un rapport cette semaine estimant la population d'Israël à 8 904 373 personnes. Cela représente une augmentation de 173 811 personnes, par rapport aux 8 730 562 israéliens de l'année dernière. Le nombre d'Olim (personnes qui immigrent en Israël) s'est élevé l'année dernière à 24 801. Au cours de la dernière année, 176 230 bébés sont né...

IsraelValley Desk | Éditorial

Tribune Juive (Copyrights) : " Depuis quelques temps une information circule dans les sites économiques israéliens : une nouvelle « Silicon Valley » bicéphale émerge, elle se trouve à Jérusalem Est et à Nazareth. On a pu assister récemment à la naissance d'un pôle hightech israélo-arabe à Nazareth. Cette localisation est logique car la région de Haïfa a une forte population arabe, dont le n...

Line Tubiana (TJ) | Éditorial

Une brève a été publiée cette semaine faisant état de la visite de 30 jeunes futurs hauts fonctionnaires israéliens en France. Cette visite importante (les israéliens possèdent souvent à travers les médias israéliens des informations non vérifiées sur la situation réelle des juifs de France) a été l'occasion pour l'élite israélienne à venir de discuter d'un problème essentiel : l'antisémitisme...

Dan Rosh (Tel Aviv) | Éditorial

La presse israélienne à réservé un accueil assez froid, disons glacial, aux propos de Brigitte Bardot. LMJ : "Brigitte Bardot, qui fêtera ses 80 ans le 28 septembre, s’est attirée la colère du Congrès juif européen après avoir qualifié l’abattage casher de sacrifice rituel et appelé à son interdiction dans une lettre ouverte publiée lundi dans plusieurs grands journaux français, adressée au ...

Eric Hazan | Éditorial

Un excellent article repris par Courrier International et qui explique de plus en plus pourquoi la politique israélienne passe de moins en moins bien aux Etats-Unis auprès des décideurs de premier plan. Des think tanks américains sont de plus en plus financés par des pays parfois hostiles à Israël. Courrier International (Copyrights) : ""Plus d'une douzaine de groupes de réflexion de premier...

IsraelValley Desk | Éditorial

Steve Wozniak a été interviewé récemment dans un café de Tel Aviv pour son premier voyage en Israël. « Je suis ici pour une durée trop courte malheureusement mais j’ai eu la chance incroyable de visiter des endroits bien touristiques comme Jérusalem ou la Citée de David, et bien sur Tel Aviv. Nous avons beaucoup discuté de l’histoire de ce pays, de sa géographie sociale….il y a tellement de cho...

Tel Avivre | Éditorial

Si le projet de loi présenté par le ministre des Communications Gilad Erdan passe, alors à compter du 1er Avril 2015, la chaîne de télévision Arutz 2 sera divisée en deux autres chaînes dont chacune sera diffusée à temps plein. Les nouvelles chaines seront issues des deux réseaux qui aujourd'hui opèrent conjointement, d'un coté Arutz 2 et de l'autre, Keshet et Reshet. Chacun de ces canaux f...

David Illouz | Éditorial

Près d'un Israélien sur trois envisagerait sérieusement de quitter le pays s'il en avait la possibilité, selon un sondage commandé par la deuxième chaîne publique Arutz 2, rapporte le site internet du journal économique Globes. Alors que 56% des personnes interrogées ont répondu qu'elles ne quitteraient pas Israël même si elles en avaient l'opportunité, l'émigration n'est plus stigmatisée co...

i24News | Éditorial

Nouvelle étape pour un des fleurons du solaire israélien. L’entreprise israélienne SolarEdge, qui avait reçu le prestigieux prix de la conférence Intersolar de Munich (distinction concernait la catégorie du photovoltaïque), devrait se lancer dans une IPO à New-York. Une introduction en bourse (en anglais « Initial Public Offering », représenté par l'acronyme « IPO ») est une opération financ...

Ilan Friedman (Tel Aviv) | Éditorial

Très peu d'Israéliens pourraient imaginer que dans le dernier classement des "entreprises les innovantes du monde" du Forbes Magazine, les firmes multinationales Françaises obtiendraient des résultats aussi remarquables. Ce résultat mérite d'être mieux connu dans l'Etat Hébreu. Dans le classement du Forbes, il est à noter qu'aucune entreprise israélienne ne figure dans le "Top 100"! Selo...

Eyal Friedmann | Éditorial

Il i a quelques années, le gouvernement israélien avait décidé, pour des raisons de sécurité, la fermeture de l'aéroport de Sde Dov qui accueille des vols domestiques civils. Les Compagnies aériennes Arkia Israel Airlines, Ayit Aviation and Tourism, Elrom Airways et Israir sont donc obligées de déménager progressivement toutes leurs opérations à l'aéroport Ben Gourion et notamment au termina...

Eyal Kaddosh (Tel Aviv) | Éditorial

Erdogan, qui a remporté la présidence le 10 août après avoir servi comme Premier ministre pendant les 11 années précédentes, a rencontré Yossef Lévi Sfari, le chargé d’affaires de l’ambassade d’Israël à Ankara, et lui a serré la main lors d’une réception avec des diplomates à l’occasion du Jour de la Victoire de la Turquie – célébrant l’Indépendance de la nation. Erdogan, cherchant à renfo...

Times of Israel | Éditorial

La jeune ministre des Affaires étrangères (qui a fêté ses 41 ans en juin),est considérée comme plutôt favorable à Israël. Selon un blog israélien : "Mi-juillet, en mission en Israël et dans les territoires de l’Autorité palestinienne, la locataire de la Farnesina (le Ministère italien des A.E) avait déploré le manque d’engagement de la communauté internationale pour mettre fin au conflit israél...

Eyal Kaddosh (Tel Aviv) | Éditorial

Les israéliens sont satisfaits de la nomination à la tête de l'Europe de Donald Tusk qui a de bonnes relations avec Benjamin Netanyahou et Israël en général. Lors de sa visite officielle en Israël, c'était Ehoud Olmert qui était Premier Ministre. Tusk est réputé pour son sens du dialogue au niveau international, et pour son désir de rapprochement avec les États-Unis. Il a, ainsi, rencontré ...

Dan Rosh (Tel Aviv) | Éditorial

La menace politique majeure de Netanyahu arrivera à la mi-septembre lorsque le ministre des Finances Yair Lapid doit présenter le budget national de 2015 au gouvernement pour un vote. S’il est voté au cabinet, il passera très probablement à la Knesset, mais un âpre combat au cabinet semble se profiler. La bataille du budget commence avec l’augmentation attendue du budget de la défense. Dans ...

Times of Israel | Éditorial