Oct 31

ISRAELVALLEY. FRANCE ISRAËL. PARIS MATCH DIFFUSE L'INTERVIEW DE NETANYAHOU. "Nous avons maintenu une croissance positive et nous sommes capables de mener une politique économique responsable".

Authors picture

Daniel Assayah (Tel-Aviv) | News

Headline image

Lors d’un débat lors de la conférence GO4Europe qui a eu lieu en début de semaine au Hilton de Tel-Aviv, Roger Cukierman, l’ancien Président du CRIF, dans le cadre d’une table ronde qu’il animait sur l’image d’Israël dans le monde, reprochait une certaine passivité aux leaders israéliens en matière de communication internationale. Il semble que les israéliens réagissent vraiment au manque de reactivité évident face au déluge d’articles négatifs sur Israël. La preuve. L’interview qui suit fait parler B. Netanyahou sans le censurer. Sans langue de bois.

Paris Match (Copyrights, tous droits réservés) (1). Vous avez décidé de vous rendre à Toulouse. Là, des enfants juifs ont été assassinés, en mars dernier, par un jeune musulman français qui se vantait de liens avec Al-Qaïda et avançait comme explication de ces crimes : “Les juifs ont tué nos frères et nos sœurs en Palestine.” Vous sentez-vous concerné par cet argument et quel message délivrerez-vous dans ce lieu symbolique ?

Benyamin Netanyahou. Massacrer des enfants, c’est la barbarie à l’état pur. Et toute tentative de l’expliquer, la ­justifier, l’excuser est absurde. Je vais à Toulouse pour ­exprimer ma solidarité envers les victimes du terrorisme, juives ou non, et appeler à agir contre les terroristes et les Etats qui les ­soutiennent.

Dans un livre, vous aviez prévu les événements du 11 septembre et évoquez souvent “la naïveté des juifs qui n’ont pas compris qu’il fallait quitter l’Europe à la fin des années 30”… Après l’affaire Merah et le récent démantèlement d’un réseau islamiste à Strasbourg, conseilleriez-vous aux juifs de France de partir ?

Le gouvernement français est très déterminé à combattre l’antisémitisme et fait le nécessaire contre “ses” terroristes. François Hollande m’en a assuré comme, du reste, son pré­décesseur, Nicolas Sarkozy. Les dirigeants français ont compris que ce combat n’est pas seulement important pour les citoyens juifs de France, mais aussi pour la France elle-même. Pour le reste, en tant que Premier ministre d’Israël, je souhaite évidemment que chaque juif revienne ici, chez lui, sur sa terre.

Qu’attendez-vous de ce tête-à-tête avec François Hollande ?
Depuis qu’il est président, nous avons eu des échanges téléphoniques intéressants que j’ai hâte d’approfondir. Il ne s’agit pas simplement de cimenter les relations franco-­israéliennes, mais également d’évoquer les fortes convulsions qui secouent notre région.

En premier lieu, je veux discuter avec lui des façons concrètes d’intensifier les sanctions contre l’Iran. Il va falloir aussi nous atteler ensemble pour combattre le terrorisme. Il ne faut pas résumer cela à une affaire de religion. C’est un combat entre modérés, et des radicaux qui, par la force, voudraient nous ramener à des valeurs édictées en des temps très reculés et peu joyeux…

Un choc des civilisations ?
Oui, un combat pour continuer d’aller de l’avant dans une société moderne, prospère, libre, reconnaissant les droits de tous, des femmes, des minorités, des enfants, des adolescents… Israël, qui vit dans une région aux mentalités parfois étroites, est depuis longtemps à la pointe de ce combat.

“D’ici à quatre ans, promettait le secrétaire général de la Maison-Blanche, Rahm Emanuel, en 2009, il y aura un accord permanent de coexistence entre Israël et les Palestiniens sur la base de deux Etats pour deux peuples. Et peu importe qui sera le Premier ministre alors !” Il rêvait ?

C’est vrai, ces quatre années sont des années perdues du point de vue des avancées vers la paix. Mais c’est très dif­ficile de songer à un résultat quand les Palestiniens refusent de s’asseoir à une table pour négocier sans conditions préalables. Ce n’est pas faute de le leur proposer. Une seule fois le président Abbas est venu ici, chez moi, alors qu’il n’est qu’à 7 kilo­mètres. Je lui ai proposé d’aller le voir à Ramallah, mais il a décliné. J’espère qu’il changera d’avis, car c’est autant dans son intérêt que dans le nôtre.

L’annonce, le 18 octobre, de la construction de 800 logements à Jérusalem-Est n’a pas soulevé d’objection du côté de Washington. Est-ce à dire que vous avez fait fléchir Obama ?

Pourquoi se serait-il insurgé ?
Il ne faut pas désespérer du printemps arabe. Les nouvelles technologies peuvent changer les mentalités

Parce qu’il n’a eu de cesse de vous demander de geler votre politique de construction en territoire palestinien, afin, justement, de dégeler le processus de paix…

Jérusalem n’est pas un territoire occupé. Jérusalem unifiée est, depuis trois mille ans, la capitale du peuple juif et nous sommes déterminés à ce qu’elle le reste.

Pas une seule visite de Barack Obama sur vos terres pendant son mandat alors qu’il est passé par l’Egypte. Pensez-vous qu’il n’a pas d’affection particulière pour Israël ?

Je crois que tous les présidents des Etats-Unis ont une relation particulière à Israël, ne serait-ce que parce que leur pays, leurs concitoyens ont une relation particulière au nôtre. Nous avons tant de vues et de valeurs communes !

L’attendez-vous, s’il est réélu ?
Il est le bienvenu… Mais je me garderai de tout autre commentaire concernant les élections américaines à venir.

Pour la première fois de son histoire, Israël a connu des manifestations contre la vie chère et vous avez dû vous résoudre à des mesures d’austérité. Vivez-vous dans la hantise d’un scénario catastrophe, à la grecque, et d’une sanction des agences de notation internationales ?

Beaucoup de pays ont souffert et souffrent des tur­bulences économiques sans précédent que nous traversons tous. Certaines puissances, à commencer par les Etats-Unis, ont vu leur notation dégradée. Celle de notre pays, pourtant petit, a progressé ! Cela peut durer, nous avons la capacité de maintenir une croissance positive et sommes capables de mener une politique économique responsable.

Pourquoi avoir décidé d’organiser des élections anticipées le 22 janvier 2013, neuf mois avant le terme de votre mandat ?

Face aux défis économiques qui nous attendent, il faut un nouveau Parlement apte à voter, au plus vite, sans pinailler, un budget responsable.

Alors que vous et votre parti, le Likoud, êtes en tête des sondages, pourquoi avoir lié, la semaine dernière, votre destin politique à celui d’Avigdor Lieberman, ministre des Affaires étrangères, par une alliance avec son parti ultranationaliste ? Cela signifie-t-il un virage à droite toute ?

Il y a tant de petits partis en Israël que gouverner n’est pas chose aisée. En créant de véritables blocs d’alliance, j’espère trouver la majorité stable qu’il faut pour entamer certaines réformes qui ne peuvent plus attendre, notamment sur le plan domestique. Revenir à des coalitions fortes est sain pour la démocratie.

Avigdor Lieberman est bien plus pragmatique qu’on ne l’imagine. Beaucoup de mes prédécesseurs l’ont eu dans leur gouvernement sans que cela ébranle leur politique. A mes côtés, il n’a pas refusé de faire des gestes en faveur de la paix. En ce qui concerne la politique étrangère, selon nos accords, je continuerai d’y veiller très directement, comme je l’ai fait ces quatre dernières années.

Printemps arabes, hivers islamistes ?
Il ne faut pas désespérer. Je crois que le vent de liberté porté par les nouvelles technologies peut balayer les dogmes et provoquer un vrai changement dans les mentalités au Moyen-Orient. On parle de jeunes dont les esprits ont été contrôlés, auxquels on a dénié le droit au savoir, le droit de choisir. La propagation des réseaux sociaux finira par générer les doutes, la curiosité, les questionnements nécessaires à l’ouverture de leurs esprits. Mais c’est un processus complexe, lent, qui n’ira pas sans soubresauts. Il faut rester vigilant.

Pensez-vous que Nicolas Sarkozy a bien fait de pousser la communauté internationale à agir en Libye contre le régime de Mouammar Kadhafi ?
Oui…Point final

Retrouvez l’intégralité de cet entretien exclusif dans Paris Match n°3311 du 1er au 7 novembre 2012

Source: (1) http://www.parismatch.com

Les "Gmahim" sont des institutions extrêmement répandues dans les cercles religieux et surtout chez les ultra-orthodoxes. Leur nom est une abréviation de l'expression hébraïque "gmilout hassadim" évoquant la bienfaisance, la charité. Ils ont pour objectif de venir en aide aux personnes dans le besoin par le prêt d'argent ou de différents objets. Les gmahim ont connu un grand développemen...

IsraelValley Plus | News

Une expo très talons aiguilles à Holon, dans la banlieue de Tel Aviv. Intitulée le syndrome de Cendrillon l’expo est surtout l’occasion pour des créateurs israéliens de présenter leur travail. Yaara Keydar est la commissaire de l’expo : “Depuis leur création il y a 500 ans, les talons hauts suscitent des scandales dans le monde entier principalement en Europe et à l’occident. Je me suis ...

IsraelValley Plus | News

Agriculture. L’hydroponie, c’est-à-dire la culture bio des plantes hors du sol, dans des bacs remplis d’eau et d’engrais naturels, est une pratique de plus en plus populaire chez les particuliers. Mais peu connaissent les besoins précis de leurs cultures. La startup Flux a donc mis au point un appareil qui se place dans l’eau, l’analyse et transmet les données à l’utilisateur avec des conse...

IsraelValley Plus | News

Benjamin Netanyahu a signé un accord avec Cisco afin de faire avancer la " numérisation " en Israël. Netanyahu a rencontré le président exécutif de la compagnie américaine Cisco, John Chambers, à Jérusalem. Les deux hommes ont signé un protocole d'accord afin de travailler ensemble pour faire avancer la numérisation en Israël. Le Ministre de l'Egalité sociale Gila Gamliel, le directeur de...

IsraelVvalley Desk | News

Le célèbre mannequin israélien Esti Ginzburg est en pourparlers pour une nouvelle campagne internationale avec le leader mondial de la beauté L’Oréal. Esti Ginzburg, ou Ginsberg, Ginsborg, (Hebreu: אסתי גינזבורג) née le 6 mars 1990, à Tel Aviv (Israël) est un mannequin et une actrice israélienne2. Elle fait ses débuts à l'âge de huit ans avec une publicité pour du lait et, à l'âge de 14 ans,...

Ilan Dreyfus (Paris) | News

Sarona Market est en train de vivre une crise sans précédent. Les 91 boutiques et restaurants de Sarona ont perdu leurs clients (-50% pour certains). La presse en rajoute en parlant à nouveau du manque d'expertise des services de sécurité du centre. La télévision fait passer des publicités sur Sarona, mais rien n'y fait. Les israéliens ne veulent plus s'aventurer dans ce complexe magnifique. ...

Youval Barzilaï (Rehovot) | News

Un jour après avoir accusé certains rabbins en Israël d'avoir appelé "leur gouvernement à empoisonner les puits palestiniens", Abbas s'est rétracté samedi dans un communiqué, soulignant qu'il était "évident" que ces propos étaient "sans fondement". Dans des propos tenus jeudi en arabe --apparemment improvisés-- devant le Parlement européen et diffusés par la télévision de l'Union européenne,...

i24News | News

Benyamin Netanyahou compte soumettre dimanche au Conseil des ministres un projet de 50 millions de shekels (un peu plus de 11 millions d'euros) afin de renforcer les liens économiques et la coopération avec les pays africains. "Le continent africain constitue un vaste potentiel pour Israël dans de très nombreux domaines", a déclaré le Premier ministre. "De nombreux pays cherchent à nous o...

i24News | News

Le manque de pluie de ces derniers hivers dans le nord d’Israël a eu un effet désastreux sur la qualité de l’eau du lac de Tibériade dont la salinité continue d’augmenter, car la quantité d’eau se déversant dans le plus grand lac du pays ne cesse de diminuer. La quantité d’eau disponible est actuellement de 320 000 m3 par an contre environ 480 000 m3 dans les années 70. Même si Israël mi...

IsraelValley Plus | News

Plus besoin d’amis pour s’amuser au karaoké. Désormais, tout se passe sur les réseaux sociaux. L’application Yokee, au succès croissant, propose une plateforme de karaoké privée et sur mesure. De l’opéra à la musique pop, en passant par le rock ou la country, l’utilisateur peut sélectionner des chansons parmi une vaste bibliothèque en ligne dans une vingtaine de langues, piocher dans les vi...

IsraelValley Plus | News

La Tribune :"Tous les citadins le savent : trouver à se garer relève souvent du casse-tête et de l’épreuve de nerfs tant les places se font rares. Lancée en Israël, puis à Paris à la mi-avril, par la startup sPARK, l’application Polly s’engage à réduire le temps de recherche par deux, de 21 minutes (moyenne à Paris) à 10 minutes. Une performance possible grâce à un algorithme développé en i...

IsraelValley Plus | News

Le ministre israélien de la Santé Yakov Litzman a appelé le public à réduire sa consommation de "malbouffe" et à boycotter la chaîne de restauration rapide McDonald's. S'exprimant au cours de la conférence annuelle de l'Association de cardiologie, Litzman a pointé du doigt le type de nourriture consommé dans les chaînes de restauration rapide. "Il n'y a aucune justification à la malbouffe. ...

IsraelValley Plus | News

Ricky Martin a annoncé un concert à Tel Aviv en septembre prochain. Avec 70 millions anglophones et hispanophones vendus dans le monde pendant ses 30 ans de carrière, Martin fera venir sa tournée mondiale 2016 en Terre Sainte pour un concert unique au Palais des Sports de Tel Aviv le 14 septembre. Martin, qui a commencé sa carrière avec le populaire boys band portoricain Menudo au milieu des...

IsraelValley Plus | News

Créée en 2006 et sous l’égide de la Fondation de France, la Fondation LACOSTE a pour mission d’aider des jeunes en situation de fragilité à se construire et trouver leur propre voie grâce au golf et au tennis. Plus de 60 000 jeunes ont bénéficié du soutien de la Fondation depuis 2006. La Fondation LACOSTE se donne pour mission d’accompagner les jeunes dans la durée, pour leur projet de vie p...

IsraelValley Plus | News

Netanyahu a dépensé pour 500 000 euros de frais durant sa visite aux Nations Unies à New York l’année dernière. Parmi les dépenses figurent 1 418 euros de coiffure et 1 551 euros de maquillage. La plus grosse dépense du voyage est le coût du vol, 357 142 euros. Un résumé détaillé des dépenses du Premier ministre pendant son voyage a été préparé par le ministère des Affaires étrangères, le c...

IsraelValley Plus | News