Oct 31

ISRAELVALLEY. FRANCE ISRAËL. PARIS MATCH DIFFUSE L'INTERVIEW DE NETANYAHOU. "Nous avons maintenu une croissance positive et nous sommes capables de mener une politique économique responsable".

Authors picture

Daniel Assayah (Tel-Aviv) | News

Headline image

Lors d’un débat lors de la conférence GO4Europe qui a eu lieu en début de semaine au Hilton de Tel-Aviv, Roger Cukierman, l’ancien Président du CRIF, dans le cadre d’une table ronde qu’il animait sur l’image d’Israël dans le monde, reprochait une certaine passivité aux leaders israéliens en matière de communication internationale. Il semble que les israéliens réagissent vraiment au manque de reactivité évident face au déluge d’articles négatifs sur Israël. La preuve. L’interview qui suit fait parler B. Netanyahou sans le censurer. Sans langue de bois.

Paris Match (Copyrights, tous droits réservés) (1). Vous avez décidé de vous rendre à Toulouse. Là, des enfants juifs ont été assassinés, en mars dernier, par un jeune musulman français qui se vantait de liens avec Al-Qaïda et avançait comme explication de ces crimes : “Les juifs ont tué nos frères et nos sœurs en Palestine.” Vous sentez-vous concerné par cet argument et quel message délivrerez-vous dans ce lieu symbolique ?

Benyamin Netanyahou. Massacrer des enfants, c’est la barbarie à l’état pur. Et toute tentative de l’expliquer, la ­justifier, l’excuser est absurde. Je vais à Toulouse pour ­exprimer ma solidarité envers les victimes du terrorisme, juives ou non, et appeler à agir contre les terroristes et les Etats qui les ­soutiennent.

Dans un livre, vous aviez prévu les événements du 11 septembre et évoquez souvent “la naïveté des juifs qui n’ont pas compris qu’il fallait quitter l’Europe à la fin des années 30”… Après l’affaire Merah et le récent démantèlement d’un réseau islamiste à Strasbourg, conseilleriez-vous aux juifs de France de partir ?

Le gouvernement français est très déterminé à combattre l’antisémitisme et fait le nécessaire contre “ses” terroristes. François Hollande m’en a assuré comme, du reste, son pré­décesseur, Nicolas Sarkozy. Les dirigeants français ont compris que ce combat n’est pas seulement important pour les citoyens juifs de France, mais aussi pour la France elle-même. Pour le reste, en tant que Premier ministre d’Israël, je souhaite évidemment que chaque juif revienne ici, chez lui, sur sa terre.

Qu’attendez-vous de ce tête-à-tête avec François Hollande ?
Depuis qu’il est président, nous avons eu des échanges téléphoniques intéressants que j’ai hâte d’approfondir. Il ne s’agit pas simplement de cimenter les relations franco-­israéliennes, mais également d’évoquer les fortes convulsions qui secouent notre région.

En premier lieu, je veux discuter avec lui des façons concrètes d’intensifier les sanctions contre l’Iran. Il va falloir aussi nous atteler ensemble pour combattre le terrorisme. Il ne faut pas résumer cela à une affaire de religion. C’est un combat entre modérés, et des radicaux qui, par la force, voudraient nous ramener à des valeurs édictées en des temps très reculés et peu joyeux…

Un choc des civilisations ?
Oui, un combat pour continuer d’aller de l’avant dans une société moderne, prospère, libre, reconnaissant les droits de tous, des femmes, des minorités, des enfants, des adolescents… Israël, qui vit dans une région aux mentalités parfois étroites, est depuis longtemps à la pointe de ce combat.

“D’ici à quatre ans, promettait le secrétaire général de la Maison-Blanche, Rahm Emanuel, en 2009, il y aura un accord permanent de coexistence entre Israël et les Palestiniens sur la base de deux Etats pour deux peuples. Et peu importe qui sera le Premier ministre alors !” Il rêvait ?

C’est vrai, ces quatre années sont des années perdues du point de vue des avancées vers la paix. Mais c’est très dif­ficile de songer à un résultat quand les Palestiniens refusent de s’asseoir à une table pour négocier sans conditions préalables. Ce n’est pas faute de le leur proposer. Une seule fois le président Abbas est venu ici, chez moi, alors qu’il n’est qu’à 7 kilo­mètres. Je lui ai proposé d’aller le voir à Ramallah, mais il a décliné. J’espère qu’il changera d’avis, car c’est autant dans son intérêt que dans le nôtre.

L’annonce, le 18 octobre, de la construction de 800 logements à Jérusalem-Est n’a pas soulevé d’objection du côté de Washington. Est-ce à dire que vous avez fait fléchir Obama ?

Pourquoi se serait-il insurgé ?
Il ne faut pas désespérer du printemps arabe. Les nouvelles technologies peuvent changer les mentalités

Parce qu’il n’a eu de cesse de vous demander de geler votre politique de construction en territoire palestinien, afin, justement, de dégeler le processus de paix…

Jérusalem n’est pas un territoire occupé. Jérusalem unifiée est, depuis trois mille ans, la capitale du peuple juif et nous sommes déterminés à ce qu’elle le reste.

Pas une seule visite de Barack Obama sur vos terres pendant son mandat alors qu’il est passé par l’Egypte. Pensez-vous qu’il n’a pas d’affection particulière pour Israël ?

Je crois que tous les présidents des Etats-Unis ont une relation particulière à Israël, ne serait-ce que parce que leur pays, leurs concitoyens ont une relation particulière au nôtre. Nous avons tant de vues et de valeurs communes !

L’attendez-vous, s’il est réélu ?
Il est le bienvenu… Mais je me garderai de tout autre commentaire concernant les élections américaines à venir.

Pour la première fois de son histoire, Israël a connu des manifestations contre la vie chère et vous avez dû vous résoudre à des mesures d’austérité. Vivez-vous dans la hantise d’un scénario catastrophe, à la grecque, et d’une sanction des agences de notation internationales ?

Beaucoup de pays ont souffert et souffrent des tur­bulences économiques sans précédent que nous traversons tous. Certaines puissances, à commencer par les Etats-Unis, ont vu leur notation dégradée. Celle de notre pays, pourtant petit, a progressé ! Cela peut durer, nous avons la capacité de maintenir une croissance positive et sommes capables de mener une politique économique responsable.

Pourquoi avoir décidé d’organiser des élections anticipées le 22 janvier 2013, neuf mois avant le terme de votre mandat ?

Face aux défis économiques qui nous attendent, il faut un nouveau Parlement apte à voter, au plus vite, sans pinailler, un budget responsable.

Alors que vous et votre parti, le Likoud, êtes en tête des sondages, pourquoi avoir lié, la semaine dernière, votre destin politique à celui d’Avigdor Lieberman, ministre des Affaires étrangères, par une alliance avec son parti ultranationaliste ? Cela signifie-t-il un virage à droite toute ?

Il y a tant de petits partis en Israël que gouverner n’est pas chose aisée. En créant de véritables blocs d’alliance, j’espère trouver la majorité stable qu’il faut pour entamer certaines réformes qui ne peuvent plus attendre, notamment sur le plan domestique. Revenir à des coalitions fortes est sain pour la démocratie.

Avigdor Lieberman est bien plus pragmatique qu’on ne l’imagine. Beaucoup de mes prédécesseurs l’ont eu dans leur gouvernement sans que cela ébranle leur politique. A mes côtés, il n’a pas refusé de faire des gestes en faveur de la paix. En ce qui concerne la politique étrangère, selon nos accords, je continuerai d’y veiller très directement, comme je l’ai fait ces quatre dernières années.

Printemps arabes, hivers islamistes ?
Il ne faut pas désespérer. Je crois que le vent de liberté porté par les nouvelles technologies peut balayer les dogmes et provoquer un vrai changement dans les mentalités au Moyen-Orient. On parle de jeunes dont les esprits ont été contrôlés, auxquels on a dénié le droit au savoir, le droit de choisir. La propagation des réseaux sociaux finira par générer les doutes, la curiosité, les questionnements nécessaires à l’ouverture de leurs esprits. Mais c’est un processus complexe, lent, qui n’ira pas sans soubresauts. Il faut rester vigilant.

Pensez-vous que Nicolas Sarkozy a bien fait de pousser la communauté internationale à agir en Libye contre le régime de Mouammar Kadhafi ?
Oui…Point final

Retrouvez l’intégralité de cet entretien exclusif dans Paris Match n°3311 du 1er au 7 novembre 2012

Source: (1) http://www.parismatch.com

La société Cofix a conclu un accord avec un groupe d'investisseurs pour établir 300 succursales à Moscou La chaîne israélienne "Cofix" introduite à la bourse de Tel-Aviv a annoncé mercredi un accord avec la Russie. Une expansion remarquable qui se traduira par 1000 points de vente supplémentaires à travers le pays, a rapporté le site Ynet. Dans une déclaration écrite, la société a conclu ...

i24News | News

Un article de Nathalie Hamou : "Une étude présentée par le sociologue Yehuda Shenhav de l’Université de Tel-Aviv s’est attachée à évaluer la maîtrise de l’arabe parmi les Juifs israéliens. Menée auprès d’un échantillon de 761 personnes, elle révèle que la seconde langue « officielle » du pays n’est « écrite, lue, parlée ou comprise » que par une minorité infime de Juifs israéliens : respectivem...

IsraelValley Plus | News

En Israël, le trend est de plus en plus visible : les meilleurs restaurants non casher du pays vendent des plats à base de crustacés (bien évidemment non cashers!) mais suppriment des plats à base de viande de porc car les meilleurs clients (dont des Français) refusent d'y mettre les pieds. LE PORC EN ISRAËL. L’histoire contemporaine de l’industrie du porc en Israël est vieille de cinquante ...

Youval Barzilaï | News

Aux côtés d’une trentaine de restaurants, cafés et bars télaviviens, la Maison de France, résidence de l’ambassadeur de France à Jaffa, a participé pendant près d’un an à un projet pilote de l’Autorité de Protection de l’environnement de la mairie de Tel Aviv en vue d’obtenir le Label Vert de la municipalité pour son respect de l’environnement. Ce jeudi 19 mai 2016, l’ambassadeur Patrick Ma...

Marine Crouzet | News

UN ARTICLE REMARQUABLE de Brooke Harrington, Auteur et maître de conférences, Copenhagen Business School (Copyrights). "Nous savons combien la situation des inégalités patrimoniales dans le monde est affligeante, mais que savons-nous de ceux qui en sont responsables ? Selon Oxfam, 1 % de la population mondiale détient plus que les autres 99 %. On peut donc se demander qui, ou ce qui, enrichit t...

IsraelValley Desk | News

Blablacar a du souci à se faire : l'application de GPS collaboratif Waze, rachetée par Google, se lance dans le covoiturage. Un programme pilote a été lancé ce lundi dans la région de la baie de San Francisco. Pour le moment, seuls les employés d'une série d'entreprises sélectionnées - soit environ 25.000 personnes - vont pouvoir profiter de ce nouveau service, baptisé "Waze Rider". L'ap...

IsraelValley Plus | News

François Hollande a annoncé, mardi sur Europe 1, que le sommet international prévu à Paris le 30 mai aurait lieu "dans l'été". Europe 1 : "Ce devait être une conférence importante pour relancer le processus de paix entre Israël et la Palestine. Mais ce rendez-vous, prévu le 30 mai à Paris et organisé par le Quai d'Orsay, sera "retardé", a annoncé François Hollande mardi au micro d'Europe 1. ...

IsraelValley Plus | News

La population d’Israël qui compte aujourd’hui 8.522.000 habitants.Au moment de la création de l’Etat, seules 806 000 personnes vivaient en Israël. La population juive est à présent de 6 millions 377 000 d’habitants, à savoir 74,8 %, alors que la population arabe compte 1 million 771 000 d’habitants, à savoir 20,8 %. Le reste, 374 000 personnes, représentent 4,4 % de la population totale...

Claire Dana-Picard | News

Le fonds pionnier américain Accel Partners a bouclé un gros financement pour scruter les start-up du numérique dans la sphère Europe-Israël. Accel Partners vient de collecter 500 millions de dollars pour consacrer des investissements dans une trentaine de start-up d’Israël et d’Europe dans le secteur du numérique. Il s’agit d’une tranche dédiée sur les 2 milliards de dollars récoltés à la...

IsraelValley Plus | News

En Belgique, c'est à Bruxelles, dans le quartier de Schaarbeek qu'une synagogue construite dans les années 70 a été mise en vente pour un peu plus d'un million d'euros. Décrite comme un "bâtiment multi-usages", elle n'avait pas encore trouvé acquéreur. Et une seconde synagogue aurait été mise en vente dans la capitale belge, selon le journal israélien Makor Rishon. "Les Juifs sont partis du ...

IsraelValley Plus | News

Communiqué : "Le Club JINI Privilèges s'adresse à la communauté francophone en Israël (Touristes ou résidents). Il s'agit de prestations de services : Informations, Conciergerie et d'un Club Privilèges, qui propose à ses membres des offres exclusives et promotions grâce aux partenaires de JINI, dans différents secteurs (Santé, assurances, immobilier, tourisme, et autres produits de grande conso...

IsraelValley Plus | News

En raison d'un problème avec l'airbag du côté passager, le constructeur Suzuki a décidé de rappeler 14.000 Suzuki Crossover SX4 qui ont été vendues en Israël. Selon un communiqué de la société importatrice, des messages ont été envoyés à tous ceux qui ont acheté le modèle Suzuki SX4 Crossover depuis 2013, toutes versions confondues. Le communiqué déclare que "le constructeur automobile Su...

David Illouz (Tel Aviv) | News

Le président de la Knesset Yuli Edelstein, veuf depuis quelques années, va se remarier le mois prochain. Plus de mille personnes sont attendues à cette fête, dont le président de l’Etat Reouven Rivlin et le Premier ministre Binyamin Netanyahou. Un véritable casse-tête pour le Shin Bet, la police et les différents services qui vont devoir assurer la protection de cet événement de taille et d...

IsraelValley Plus | News

Siné était un des dessinateurs historiques de Charlie Hebdo. Une chronique sur Jean Sarkozy en 2008 lui vaut d'être taxé d'antisémitisme. Il est licencié par le directeur de la publication de l'époque Philippe Val. Dans son texte, Siné ironisait sur la conversion éventuelle du fils de Nicolas Sarkozy au judaïsme avant son mariage avec la fille du fondateur des magasins Darty. Journalist...

IsraelValley Plus | News

Le ministère de l’Intégration a publié des chiffres intéressants sur les préférences des nouveaux immigrants qui choisissent leur lieu de résidence en arrivant dans le pays. L’étude porte sur ces quinze dernières années et ne tient pas compte des Israéliens de retour au pays ni des enfants de Olim. D’après l’enquête qui a été menée, c’est à Jérusalem que la majorité des Olim souhaite vivre :...

Claire Dana-Picard | News