Oct 31

ISRAELVALLEY. FRANCE ISRAËL. PARIS MATCH DIFFUSE L'INTERVIEW DE NETANYAHOU. "Nous avons maintenu une croissance positive et nous sommes capables de mener une politique économique responsable".

Authors picture

Daniel Assayah (Tel-Aviv) | News

Headline image

Lors d’un débat lors de la conférence GO4Europe qui a eu lieu en début de semaine au Hilton de Tel-Aviv, Roger Cukierman, l’ancien Président du CRIF, dans le cadre d’une table ronde qu’il animait sur l’image d’Israël dans le monde, reprochait une certaine passivité aux leaders israéliens en matière de communication internationale. Il semble que les israéliens réagissent vraiment au manque de reactivité évident face au déluge d’articles négatifs sur Israël. La preuve. L’interview qui suit fait parler B. Netanyahou sans le censurer. Sans langue de bois.

Paris Match (Copyrights, tous droits réservés) (1). Vous avez décidé de vous rendre à Toulouse. Là, des enfants juifs ont été assassinés, en mars dernier, par un jeune musulman français qui se vantait de liens avec Al-Qaïda et avançait comme explication de ces crimes : “Les juifs ont tué nos frères et nos sœurs en Palestine.” Vous sentez-vous concerné par cet argument et quel message délivrerez-vous dans ce lieu symbolique ?

Benyamin Netanyahou. Massacrer des enfants, c’est la barbarie à l’état pur. Et toute tentative de l’expliquer, la ­justifier, l’excuser est absurde. Je vais à Toulouse pour ­exprimer ma solidarité envers les victimes du terrorisme, juives ou non, et appeler à agir contre les terroristes et les Etats qui les ­soutiennent.

Dans un livre, vous aviez prévu les événements du 11 septembre et évoquez souvent “la naïveté des juifs qui n’ont pas compris qu’il fallait quitter l’Europe à la fin des années 30”… Après l’affaire Merah et le récent démantèlement d’un réseau islamiste à Strasbourg, conseilleriez-vous aux juifs de France de partir ?

Le gouvernement français est très déterminé à combattre l’antisémitisme et fait le nécessaire contre “ses” terroristes. François Hollande m’en a assuré comme, du reste, son pré­décesseur, Nicolas Sarkozy. Les dirigeants français ont compris que ce combat n’est pas seulement important pour les citoyens juifs de France, mais aussi pour la France elle-même. Pour le reste, en tant que Premier ministre d’Israël, je souhaite évidemment que chaque juif revienne ici, chez lui, sur sa terre.

Qu’attendez-vous de ce tête-à-tête avec François Hollande ?
Depuis qu’il est président, nous avons eu des échanges téléphoniques intéressants que j’ai hâte d’approfondir. Il ne s’agit pas simplement de cimenter les relations franco-­israéliennes, mais également d’évoquer les fortes convulsions qui secouent notre région.

En premier lieu, je veux discuter avec lui des façons concrètes d’intensifier les sanctions contre l’Iran. Il va falloir aussi nous atteler ensemble pour combattre le terrorisme. Il ne faut pas résumer cela à une affaire de religion. C’est un combat entre modérés, et des radicaux qui, par la force, voudraient nous ramener à des valeurs édictées en des temps très reculés et peu joyeux…

Un choc des civilisations ?
Oui, un combat pour continuer d’aller de l’avant dans une société moderne, prospère, libre, reconnaissant les droits de tous, des femmes, des minorités, des enfants, des adolescents… Israël, qui vit dans une région aux mentalités parfois étroites, est depuis longtemps à la pointe de ce combat.

“D’ici à quatre ans, promettait le secrétaire général de la Maison-Blanche, Rahm Emanuel, en 2009, il y aura un accord permanent de coexistence entre Israël et les Palestiniens sur la base de deux Etats pour deux peuples. Et peu importe qui sera le Premier ministre alors !” Il rêvait ?

C’est vrai, ces quatre années sont des années perdues du point de vue des avancées vers la paix. Mais c’est très dif­ficile de songer à un résultat quand les Palestiniens refusent de s’asseoir à une table pour négocier sans conditions préalables. Ce n’est pas faute de le leur proposer. Une seule fois le président Abbas est venu ici, chez moi, alors qu’il n’est qu’à 7 kilo­mètres. Je lui ai proposé d’aller le voir à Ramallah, mais il a décliné. J’espère qu’il changera d’avis, car c’est autant dans son intérêt que dans le nôtre.

L’annonce, le 18 octobre, de la construction de 800 logements à Jérusalem-Est n’a pas soulevé d’objection du côté de Washington. Est-ce à dire que vous avez fait fléchir Obama ?

Pourquoi se serait-il insurgé ?
Il ne faut pas désespérer du printemps arabe. Les nouvelles technologies peuvent changer les mentalités

Parce qu’il n’a eu de cesse de vous demander de geler votre politique de construction en territoire palestinien, afin, justement, de dégeler le processus de paix…

Jérusalem n’est pas un territoire occupé. Jérusalem unifiée est, depuis trois mille ans, la capitale du peuple juif et nous sommes déterminés à ce qu’elle le reste.

Pas une seule visite de Barack Obama sur vos terres pendant son mandat alors qu’il est passé par l’Egypte. Pensez-vous qu’il n’a pas d’affection particulière pour Israël ?

Je crois que tous les présidents des Etats-Unis ont une relation particulière à Israël, ne serait-ce que parce que leur pays, leurs concitoyens ont une relation particulière au nôtre. Nous avons tant de vues et de valeurs communes !

L’attendez-vous, s’il est réélu ?
Il est le bienvenu… Mais je me garderai de tout autre commentaire concernant les élections américaines à venir.

Pour la première fois de son histoire, Israël a connu des manifestations contre la vie chère et vous avez dû vous résoudre à des mesures d’austérité. Vivez-vous dans la hantise d’un scénario catastrophe, à la grecque, et d’une sanction des agences de notation internationales ?

Beaucoup de pays ont souffert et souffrent des tur­bulences économiques sans précédent que nous traversons tous. Certaines puissances, à commencer par les Etats-Unis, ont vu leur notation dégradée. Celle de notre pays, pourtant petit, a progressé ! Cela peut durer, nous avons la capacité de maintenir une croissance positive et sommes capables de mener une politique économique responsable.

Pourquoi avoir décidé d’organiser des élections anticipées le 22 janvier 2013, neuf mois avant le terme de votre mandat ?

Face aux défis économiques qui nous attendent, il faut un nouveau Parlement apte à voter, au plus vite, sans pinailler, un budget responsable.

Alors que vous et votre parti, le Likoud, êtes en tête des sondages, pourquoi avoir lié, la semaine dernière, votre destin politique à celui d’Avigdor Lieberman, ministre des Affaires étrangères, par une alliance avec son parti ultranationaliste ? Cela signifie-t-il un virage à droite toute ?

Il y a tant de petits partis en Israël que gouverner n’est pas chose aisée. En créant de véritables blocs d’alliance, j’espère trouver la majorité stable qu’il faut pour entamer certaines réformes qui ne peuvent plus attendre, notamment sur le plan domestique. Revenir à des coalitions fortes est sain pour la démocratie.

Avigdor Lieberman est bien plus pragmatique qu’on ne l’imagine. Beaucoup de mes prédécesseurs l’ont eu dans leur gouvernement sans que cela ébranle leur politique. A mes côtés, il n’a pas refusé de faire des gestes en faveur de la paix. En ce qui concerne la politique étrangère, selon nos accords, je continuerai d’y veiller très directement, comme je l’ai fait ces quatre dernières années.

Printemps arabes, hivers islamistes ?
Il ne faut pas désespérer. Je crois que le vent de liberté porté par les nouvelles technologies peut balayer les dogmes et provoquer un vrai changement dans les mentalités au Moyen-Orient. On parle de jeunes dont les esprits ont été contrôlés, auxquels on a dénié le droit au savoir, le droit de choisir. La propagation des réseaux sociaux finira par générer les doutes, la curiosité, les questionnements nécessaires à l’ouverture de leurs esprits. Mais c’est un processus complexe, lent, qui n’ira pas sans soubresauts. Il faut rester vigilant.

Pensez-vous que Nicolas Sarkozy a bien fait de pousser la communauté internationale à agir en Libye contre le régime de Mouammar Kadhafi ?
Oui…Point final

Retrouvez l’intégralité de cet entretien exclusif dans Paris Match n°3311 du 1er au 7 novembre 2012

Source: (1) http://www.parismatch.com

Sans avoir à se cacher, les boycotteurs d'Israël pourront à présent acheter les merveilleux produits "Ahava". Ils pourront s'en passer plain le corps sans crier des slogans racistes et antisémites. (Dan Rosh) Arié Azoulay : "Le conglomérat de Chine continentale, Fosun International, qui respecte le "Made In Israel", va finalement acquérir la société israélienne de cosmétique Ahava. Fosun a ...

Arié Azoulay | News

Julien Bahloul est journaliste et présentateur à i24news : "Ce week-end, le journal Le Monde titrait en pleine page : “Être gay en Israël : un combat de tous les jours”. En y regardant de plus près on se rend compte que la citation exacte de la militante interviewée était : “Être gay à Jérusalem est un combat de tous les jours”. Au-delà de cette manipulation malhonnête des mots de la part du jo...

Julien Bahloul | News

Que deviennent les messages innombrables inscrits sur un bout de papier et glissés entre les pierres du Kotel par des fidèles ou des visiteurs, israéliens ou touristes ? La place manque et il faut donc, de temps à autre, les retirer pour laisser la place à d’autres plus récents. Mais que fait-on de ces vœux que les visiteurs placent avec tant de ferveur dans le Mur ? Ils sont régulièrement d...

Claire Dana-Picard | News

Benjamin Netanyahu a été critiqué ce mardi par des orthodoxes juifs pour avoir mangé dans un restaurant non-casher lors d’un voyage en Italie. Des membres de la Liste unifiée de la Torah, l’un des partis ultra-orthodoxe formant la majorité gouvernementale, ont dénoncé une transgression « inacceptable » de la part d’un Premier ministre israélien, a indiqué un site d’information ultra-orthodox...

IsraelValley Desk | News

La Suisse a exprimé des regrets après que son ambassadeur en Iran a utilisé un dessin représentant deux colombes déféquant sur la tête du Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu. C'est à l'occasion d'un discours adressé à des centaines de responsables économiques suisses et iraniens dans un hôtel de Zurich que l'ambassadeur Giulio Haas a montré la caricature qui a choqué Israël. Le Départ...

IsraelValley Desk | News

Les professionnels de la mode ont distingué l’école Shenkar comme étant "l’école la plus influente au monde hors New York ou Londres", et la place au 11ème rang à l’échelle mondiale. Un des élèves célèbres est Alber Elbaz, un créateur de mode israélo-américainn, reconnu par le milieu de la mode pour son travail effectué dans la maison Lanvin. Il a été nommée aux Globes de Cristal en 2015 dans l...

IsraelValley Desk | News

Des troupes de spectacles de théâtre venant du monde entier ont eu l'occasion d'exposer à Tel Aviv la nudité des acteurs et actrices. La presse israélienne parle assez sobrement du "Festival de Performances de Nudité urbaine" qu a lieu actuellement en Suisse. La ville suisse de Bienne, connue comme la capitale mondiale de l’industrie horlogère et de la mécanique de précision, s’est converti...

Eyal Dayan (Tel Aviv) | News

Le président de l’Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas, lance la construction d'un nouveau siège de l’Autorité palestinienne. La construction du "Palais d’Abbas" durera deux ans et atteindra une superficie de 27.000 mètres carrés de terrain pour un bâtiment de 4.700 mètres carrés. Non loin du siège de l'AP, se tiendra un autre bâtiment pour l’administration présidentielle et les gardes. Deux...

IsraelValley Desk | News

Le rapport 2015 du The Earth Institute à l’Université Columbia a été publié. Le bonheur est mesuré par une variété de paramètres, dont l’espérance de vie, la mortalité infantile, le statut socio-économique et l’éducation. Selon le professeur John Helliwell, économiste à l’Université Columbia qui a rédigé le rapport, l’indice de bonheur s’est amélioré entre 2005 et aujourd’hui. Selon jerusal...

IsraelValley Desk | News

La semaine dernière, les voyageurs ont été attristés d'apprendre que American Airlines supprimait sa ligne Tel Aviv-Philadelphie, l’unique vol direct de la compagnie aérienne vers les États-Unis. La compagnie aérienne a déclaré que la décision était financière, mais un article dans The Marker, citant des sources anonymes "dans l'industrie de l'aviation", a affirmé que la décision était polit...

(A.H) Ariel Aviv | News

Spécial IsraelValley Buzz. La course est lancée dans la capitale économique d'Israël. De nombreux jeunes experts israéliens de la CyberTech (le pays en regorge) tentent de gagner une prime de $500 000 promise par la police de Toronto. Selon Presse Citron :" A moins que vous ayez passé votre week-end dans une grotte, vous devez certainement déjà être au courant que des pirates ont volé des d...

IsraelValley Desk | News

Le saviez-vous ? Un ancien apprenti israélien chez un confiseur parisien (dont il a tiré l’essentiel de son savoir gourmet) Oded Brenner a crée avec un ami un "empire " du chocolat dans le monde. Du Made in Israel avec un zest de France. La chaîne Max Brenner appartient au Strauss Group (Israël) et possède 50 magasins-restaurants dans le monde (dont 38 en Australie). HISTOIRE. La chaîne de M...

Ilan Rosenthal (Eilat) | News

Certaines marques israéliennes à fort succès ont décidé de s’étendre à l’international. Une étape naturelle selon les spécialistes. Illustration à l’appui avec l’exemple de quelques enseignes phares qui ont mené leur expansion avec succès. MODE ET FASHION. Parmi les boutiques de mode qui ont connu le succès à l’étranger, Fox a déjà ouvert des boutiques en Chine, en Thaïlande, au Panama, en...

Eyal Dayan (Tel Aviv) | News

Ruth Porat, ex-vice-présidente exécutive et directrice financière de la banque d'investissement américaine Morgan Stanley, où elle a passé la majeure partie de sa carrière attire beaucoup l'attention des milieux d'affaires israéliens. Elle est devenue directrice financière de Google en mars dernier et occupera le même rôle au sein d'Alphabet. Le père de Ruth Porat a vu l’entrée d’Hitler en Autr...

Eyal Dayan (Tel Aviv) | News

1. "Flux : l’invention israélienne ultime pour les jardiniers Bio AgriTech" (Sarah Mergui). La start-up israélienne Flux a mis au point un appareil capable de détecter les besoins d’une culture hydroponique. L’hydroponie est une technique de culture de plantes en dehors du sol, c’est-à-dire sans plantation nécessaire dans la terre. Les végétaux poussent dans des bacs remplis d’eau et d’engr...

IsraelValley Desk | News