Oct 31

ISRAELVALLEY. FRANCE ISRAËL. PARIS MATCH DIFFUSE L'INTERVIEW DE NETANYAHOU. "Nous avons maintenu une croissance positive et nous sommes capables de mener une politique économique responsable".

Authors picture

Daniel Assayah (Tel-Aviv) | News

Headline image

Lors d’un débat lors de la conférence GO4Europe qui a eu lieu en début de semaine au Hilton de Tel-Aviv, Roger Cukierman, l’ancien Président du CRIF, dans le cadre d’une table ronde qu’il animait sur l’image d’Israël dans le monde, reprochait une certaine passivité aux leaders israéliens en matière de communication internationale. Il semble que les israéliens réagissent vraiment au manque de reactivité évident face au déluge d’articles négatifs sur Israël. La preuve. L’interview qui suit fait parler B. Netanyahou sans le censurer. Sans langue de bois.

Paris Match (Copyrights, tous droits réservés) (1). Vous avez décidé de vous rendre à Toulouse. Là, des enfants juifs ont été assassinés, en mars dernier, par un jeune musulman français qui se vantait de liens avec Al-Qaïda et avançait comme explication de ces crimes : “Les juifs ont tué nos frères et nos sœurs en Palestine.” Vous sentez-vous concerné par cet argument et quel message délivrerez-vous dans ce lieu symbolique ?

Benyamin Netanyahou. Massacrer des enfants, c’est la barbarie à l’état pur. Et toute tentative de l’expliquer, la ­justifier, l’excuser est absurde. Je vais à Toulouse pour ­exprimer ma solidarité envers les victimes du terrorisme, juives ou non, et appeler à agir contre les terroristes et les Etats qui les ­soutiennent.

Dans un livre, vous aviez prévu les événements du 11 septembre et évoquez souvent “la naïveté des juifs qui n’ont pas compris qu’il fallait quitter l’Europe à la fin des années 30”… Après l’affaire Merah et le récent démantèlement d’un réseau islamiste à Strasbourg, conseilleriez-vous aux juifs de France de partir ?

Le gouvernement français est très déterminé à combattre l’antisémitisme et fait le nécessaire contre “ses” terroristes. François Hollande m’en a assuré comme, du reste, son pré­décesseur, Nicolas Sarkozy. Les dirigeants français ont compris que ce combat n’est pas seulement important pour les citoyens juifs de France, mais aussi pour la France elle-même. Pour le reste, en tant que Premier ministre d’Israël, je souhaite évidemment que chaque juif revienne ici, chez lui, sur sa terre.

Qu’attendez-vous de ce tête-à-tête avec François Hollande ?
Depuis qu’il est président, nous avons eu des échanges téléphoniques intéressants que j’ai hâte d’approfondir. Il ne s’agit pas simplement de cimenter les relations franco-­israéliennes, mais également d’évoquer les fortes convulsions qui secouent notre région.

En premier lieu, je veux discuter avec lui des façons concrètes d’intensifier les sanctions contre l’Iran. Il va falloir aussi nous atteler ensemble pour combattre le terrorisme. Il ne faut pas résumer cela à une affaire de religion. C’est un combat entre modérés, et des radicaux qui, par la force, voudraient nous ramener à des valeurs édictées en des temps très reculés et peu joyeux…

Un choc des civilisations ?
Oui, un combat pour continuer d’aller de l’avant dans une société moderne, prospère, libre, reconnaissant les droits de tous, des femmes, des minorités, des enfants, des adolescents… Israël, qui vit dans une région aux mentalités parfois étroites, est depuis longtemps à la pointe de ce combat.

“D’ici à quatre ans, promettait le secrétaire général de la Maison-Blanche, Rahm Emanuel, en 2009, il y aura un accord permanent de coexistence entre Israël et les Palestiniens sur la base de deux Etats pour deux peuples. Et peu importe qui sera le Premier ministre alors !” Il rêvait ?

C’est vrai, ces quatre années sont des années perdues du point de vue des avancées vers la paix. Mais c’est très dif­ficile de songer à un résultat quand les Palestiniens refusent de s’asseoir à une table pour négocier sans conditions préalables. Ce n’est pas faute de le leur proposer. Une seule fois le président Abbas est venu ici, chez moi, alors qu’il n’est qu’à 7 kilo­mètres. Je lui ai proposé d’aller le voir à Ramallah, mais il a décliné. J’espère qu’il changera d’avis, car c’est autant dans son intérêt que dans le nôtre.

L’annonce, le 18 octobre, de la construction de 800 logements à Jérusalem-Est n’a pas soulevé d’objection du côté de Washington. Est-ce à dire que vous avez fait fléchir Obama ?

Pourquoi se serait-il insurgé ?
Il ne faut pas désespérer du printemps arabe. Les nouvelles technologies peuvent changer les mentalités

Parce qu’il n’a eu de cesse de vous demander de geler votre politique de construction en territoire palestinien, afin, justement, de dégeler le processus de paix…

Jérusalem n’est pas un territoire occupé. Jérusalem unifiée est, depuis trois mille ans, la capitale du peuple juif et nous sommes déterminés à ce qu’elle le reste.

Pas une seule visite de Barack Obama sur vos terres pendant son mandat alors qu’il est passé par l’Egypte. Pensez-vous qu’il n’a pas d’affection particulière pour Israël ?

Je crois que tous les présidents des Etats-Unis ont une relation particulière à Israël, ne serait-ce que parce que leur pays, leurs concitoyens ont une relation particulière au nôtre. Nous avons tant de vues et de valeurs communes !

L’attendez-vous, s’il est réélu ?
Il est le bienvenu… Mais je me garderai de tout autre commentaire concernant les élections américaines à venir.

Pour la première fois de son histoire, Israël a connu des manifestations contre la vie chère et vous avez dû vous résoudre à des mesures d’austérité. Vivez-vous dans la hantise d’un scénario catastrophe, à la grecque, et d’une sanction des agences de notation internationales ?

Beaucoup de pays ont souffert et souffrent des tur­bulences économiques sans précédent que nous traversons tous. Certaines puissances, à commencer par les Etats-Unis, ont vu leur notation dégradée. Celle de notre pays, pourtant petit, a progressé ! Cela peut durer, nous avons la capacité de maintenir une croissance positive et sommes capables de mener une politique économique responsable.

Pourquoi avoir décidé d’organiser des élections anticipées le 22 janvier 2013, neuf mois avant le terme de votre mandat ?

Face aux défis économiques qui nous attendent, il faut un nouveau Parlement apte à voter, au plus vite, sans pinailler, un budget responsable.

Alors que vous et votre parti, le Likoud, êtes en tête des sondages, pourquoi avoir lié, la semaine dernière, votre destin politique à celui d’Avigdor Lieberman, ministre des Affaires étrangères, par une alliance avec son parti ultranationaliste ? Cela signifie-t-il un virage à droite toute ?

Il y a tant de petits partis en Israël que gouverner n’est pas chose aisée. En créant de véritables blocs d’alliance, j’espère trouver la majorité stable qu’il faut pour entamer certaines réformes qui ne peuvent plus attendre, notamment sur le plan domestique. Revenir à des coalitions fortes est sain pour la démocratie.

Avigdor Lieberman est bien plus pragmatique qu’on ne l’imagine. Beaucoup de mes prédécesseurs l’ont eu dans leur gouvernement sans que cela ébranle leur politique. A mes côtés, il n’a pas refusé de faire des gestes en faveur de la paix. En ce qui concerne la politique étrangère, selon nos accords, je continuerai d’y veiller très directement, comme je l’ai fait ces quatre dernières années.

Printemps arabes, hivers islamistes ?
Il ne faut pas désespérer. Je crois que le vent de liberté porté par les nouvelles technologies peut balayer les dogmes et provoquer un vrai changement dans les mentalités au Moyen-Orient. On parle de jeunes dont les esprits ont été contrôlés, auxquels on a dénié le droit au savoir, le droit de choisir. La propagation des réseaux sociaux finira par générer les doutes, la curiosité, les questionnements nécessaires à l’ouverture de leurs esprits. Mais c’est un processus complexe, lent, qui n’ira pas sans soubresauts. Il faut rester vigilant.

Pensez-vous que Nicolas Sarkozy a bien fait de pousser la communauté internationale à agir en Libye contre le régime de Mouammar Kadhafi ?
Oui…Point final

Retrouvez l’intégralité de cet entretien exclusif dans Paris Match n°3311 du 1er au 7 novembre 2012

Source: (1) http://www.parismatch.com

Le ministère de l’Intérieur en Israël permettra désormais aux citoyens de changer la désignation de leur sexe sur leur carte nationale d’identité et ce, sans avoir recours à une opération chirurgicale de changement de sexe. Cette décision intervient après que la Cour suprême israélienne ait ordonné au ministère de modifier l’identité sexuelle sur la carte de deux citoyens. Dans les deux cas, le...

Times of Israel | News

En 2005, Bill Clinton crée et parraine Clinton Global Initiative, une ONG qui lutte contre la pauvreté en Afrique, le paludisme et le SIDA. L'organisation réunit annuellement, moyennant un montant d'adhésion de 20 000 dollars, des leaders de plusieurs pays, des prix Nobel, d'anciens chefs d’État, des dirigeants d'ONG, de fondations et d'entreprises, des philanthropes majeurs, pour faire face à ...

IsraelValley et Coolamnews.com | News

Contrairement aux autres devises monétaires, Bitcoin n'est pas l'incarnation de l'autorité d'un État, d'une banque ou d'une entreprise. Bitcoin est une monnaie virtuelle, mais aussi un moyen de paiement qui fait trembler toutes les banques centrales. Fort d’un succès probant dans le pays, l’Etat israélien a décidé d’en faire un allié plutôt que de le combattre. Le restaurant Barkayma du quar...

Simon Assoun (AJ) | News

En Israël, l’Administration fiscale coopère à l’intégration facilitée des Olims. Nous exposons ici succinctement les cinq principales mesures dont bénéficient les Olims (nouveaux immigrants en Israël). 1. Réduction de la taxe municipale Toutes les villes en Israël ont établi une taxe appelée Arnona. Tous les olims bénéficient d’une réduction quant au montant dont ils doivent s’acquitt...

abitbol-associes.com | News

La coalition de M. Netanyahu devrait comprendre outre le Likud (30 sièges), HaBayit HaYehudi (8 députés) et Yisraël Beiteinu (6 députés), les partis ultra-orthodoxes Shass (7 sièges) et la Liste Unifiée de la Torah (6 sièges) ainsi que le parti de centre droit Koulanou (10 sièges). Bennett devrait obtenir le Ministère de l’Education, les ministères de l’Agriculure et de la Culture. M. Lieberman...

Times of Israel | News

EXCLUSIF. Israël a mis en place en urgence au Népal tout un dispositif médical et de rapatriement vers Tel Aviv pour sauver les bébés (au moins 24) nés de mère porteuse. Plus de cent cliniques privées seraient spécialisées dans l'aide à la procréation, y compris via des mères porteuses. Ce commerce générerait plusieurs centaines de bébés par an. ADOPTION AU NEPAL. Au Népal, l’adoption inter...

Dan Assayah (Tel-Aviv) | News

En Israël, il y a bien des choses que l'on ne retrouve nulle part ailleurs dans le monde. Un exemple qui est cité dans un excellent article de Times of Israel : la colle sur les enveloppes et des timbres israéliens est strictement casher (supervision du Rabbinat d'Israël). HISTOIRE DE TMBRES DANS NOS ARCHIVES EN 2008. A l'occasion des 60 ans d'Israël et de la commémoration du premier vol ...

Dan Amsellem (Tel Aviv) | News

Rien n'arrête "le progrès" en Israël. Des installations en libre service de lavage des chiens ont été installées avec succès dans la capitale économique d'Israël Tel Aviv. La 1ère station de lavage pour chien que nous avons visité permet, selon le fabriquant, de "laver, déparasiter et sécher en une dizaine de minutes, peu importe le degré de saleté du chien puisque la cabine possède un syst...

Ilan Friedman-Cohen | News

Le magazine Time publie sa liste des hommes et femmes les plus influents, quel que soit leur domaine d'activité. Les hommes politiques côtoient donc aussi bien les personnalités du cinéma que les entrepreneurs et les sportifs. Marine Le Pen été désignée cette année comme l’une des 100 personnalités influentes du monde. Netnayhou figure dans la même liste. Il est resté en Israël pour les célébra...

Eyal Ganim (Rehovot) | News

Le magazine américain Saveur Magazine’s a classé la ville de Tel-Aviv parmi les trois meilleures destinations culinaires au monde des villes de moins de 800 000 habitants, après Lyon (France) et Florence (Italie). Tel-Aviv a été également été primée dans la catégorie des meilleurs marchés, juste après ceux de Paris et Barcelone. La ville regorge de plus de 4500 restaurants et abrite trois im...

Déborah Partouche | News

Les commémorations du Yom Hazikaron débuteront ce soir à 20h00 à la mémoire des 23 320 soldats tombés au combat. Cette année, Israël honorera la mémoire de 116 victimes supplémentaires, dont 73 soldats et civils tués l’été dernier, durant la guerre menée contre le Hamas dans la bande de Gaza. La cérémonie officielle aura lieu mercredi au cimetière du Mont Herzl à Jérusalem en présence du p...

Coolamnews.com | News

Le maire de Haïfa, port industriel du nord d'Israël, a exigé la fermeture de cinq usines pétrochimiques après la publication d'un rapport établissant un lien entre la pollution de l'air et un taux élevé de cancer chez les résidents de la ville. Le maire, Yona Lahav, a envoyé ce matin des camions bloquer les entrées de deux raffineries du port. "A partir de maintenant, aucun cmion-citerne n'a...

Le Figaro (Copyrights) | News

Il est un domaine où les israéliens excellent: le photojournalisme. L'un des Maîtres le plus talentueux de sa génération est certainement Nati Shohat qui pratique le photojournalisme avec un talent inégalé. Ses photographies ont fait le tour du monde. Les plus grands médias (Time, ...) ont fait paraître ses photos qui révèlent Jérusalem sous un regard très particulier. Nati Shohat dirige depuis...

Dan Rosh (Tel Aviv) | News

Le géant pharmaceutique bâlois Novartis a annoncé jeudi que sa filiale Sandoz a obtenu le feu vert des autorités américaines pour une version générique d'un traitement contre la sclérose en plaques. Cette maladie touche près de 500'000 personnes aux Etats-Unis. L'agence américaine des médicaments, la Food and Drug Administration (FDA), a homologué le médicament de Sandoz appelé Glatopa, qui ...

Hebdo.ch | News

Pour la première fois, des survivants de l’Holocauste qui ont été violés ou agressés sexuellement en tant qu’enfants et adolescents dans les ghettos et les camps de concentration et de travail parlent devant la caméra de ce qui leur est arrivé et de l’impact de cette violence sexuelle sur leur vie au cours des 70 années qui ont suivi la guerre. Ces individus ont caché les abus sexuels qu’ils on...

Times of Israel | News