Oct 30

ISRAELVALLEY - 1948: LE NOUVEAU ROMAN DE YORAM KANIUK. Après avoir publié 17 romans , l’écrivain israélien retrace son parcours entant de commando durant la Guerre d'Indépendance.

Authors picture

Myriam Rosenberg (Jérusalem) | Culture

Headline image

À 82 ans, Yoram Kaniuk retranscrit, avec la verve et la naïveté du jeune homme qu’il était, son expérience de commando durant la Guerre d’Indépendance de 1948 qui assurera la création de l’État d’Israël. Par petites touches discrètes mais éclairantes, Kaniuk évoque les années précédentes et les tensions qui commencent à agiter le Yishouv, l’opposition entre Sabras et déportés, qui le mènent avant la fin du lycée à son engagement dans le PalYam, les commandos de marine de la Haganah, l’une des organisations clandestines de défense dans la Palestine Mandataire.

À la lecture, j’ai bien vite repensé à mes années collège-lycée bien éloignées de « Hartley, cœurs à vifs ». À vrai dire, même si un roublard pouvait ressembler à Costa, il n’y avait guère de Drazic ou d’Anita à l’horizon. Studieuses, consacrées à la lecture de «L’Étranger» de Camus, du «Voyage au bout de la nuit» de Céline, ou de «À l’Ouest rien de nouveau» de Erich Maria Remarque.Bien sûr, je ne cite pas ces romans par hasard… Les pages de «1948» les ont fait rejaillir presque aussi nettement qu’une madeleine raviverait les souvenirs du premier Proust venu. Car tous trois convergent autant vers l’absurde que le roman de Kaniuk. «1948» est, en effet, assez drôle, mais d’une drôlerie grinçante, de celle qui emporte le lecteur sur un versant vertigineux.

Engagé par idéologie parmi l’élite idéologique – toutes les organisations de défense du Yishouv, de la Haganah jusqu’au Lehi (le «groupe Stern»), se composaient presque plus d’idéologues que de combattants – le héros découvre le quotidien de l’ennui et de la fatigue au milieu des balles ennemies et des sacrifices des camarades. La gangue de la matière laisse bien vite peu de place à l’idéal.Ironie manifeste quand, à la nouvelle de la déclaration d’indépendance annoncée avec jubilation par un membre du commando, l’ensemble du groupe avoue ne pas comprendre le sens de la création de «l’État de Ben Gourion de Tel-Aviv» alors qu’ils sont en train de subir le siège de Jérusalem et préfère dormir.

Puissante thématique du sommeil qui traverse ce roman et toutes les années entre la fin des années 1930 et «1948». Sommeil qui est aveuglement quand est décrite la réaction hostile du Yishouv à l’arrivée des déportés, eux qui représentent par trop l’archétype du Juif méprisé par le Sabra : la victime de l’Histoire porteuse d’archaïsme religieux. Sommeil qui se veut oubli de la mort et négation du présent quand la violence quotidienne a la même (ir)réalité que les rêves. Sommeil, enfin, qui est morale effacée quand sont chassées les populations.Yoram Kaniuk ne veut pas livrer un document historique. L’Histoire est trompeuse, parce qu’elle est sèche et que les émotions se dissimulent dans des chiffres, dans des dates. La fiction assume son mensonge, parce que dans ses symboles, ses métaphores dont la signification ne s’épuisera pas, elle soutient la mémoire vivifiante.

Jonathan Aleksandrowicz.

ISRAELVALLEY PLUS

Yoram Kaniuk, né le 2, 1930, est un écrivain israélien, peintre, journaliste, et critique de théâtre. Yoram Kaniuk est né à Tel-Aviv. Son père, Moshe Kaniuk, fut le premier conservateur du musée d’arts de Tel-Aviv. Son grand père, professeur d’hébreu, faisait ses propres manuels. La mère de Kaniuk, née à Odessa, était aussi enseignante. Sa famille émigra en Palestine en 1909, année de la fondation de Tel Aviv, et s’installa à Neve Tzedek. À 17 ans, Kaniuk rejoignit le Palmach.

En 1948, pendant la guerre d’Indépendance, il fut blessé aux jambes par un Anglais. Il fut soigné à New York. Kaniuk épousa Miranda, une chrétienne. Il a obtenu en octobre 2011 que le Ministère de l’Intérieur israélien change son statut de religion “de juif” à “sans religion parce qu’il estime que le judaïsme en Israël est aujourd’hui synonyme de racisme.”

Kaniuk a publié 17 romans, un mémoire, sept recueils de nouvelles, deux livres d’essais et cinq livres pour des enfants et la jeunesse. Ses livres ont été publiés dans 25 langues et il a gagné des nombreux prix littéraires. Une conférence internationale consacrée aux œuvres de Kaniuk a été tenue à l’Université de Cambridge en mars 2006.

Source: JewPop – Copyright © . Tous droits réservés.

Un articlede Jonah Mandel (Tel-Aviv) - Lorsque le saxophoniste Eli Degibri a quitté Israël à 18 ans pour étudier le jazz au prestigieux Berklee College of Music américain, il avait la conviction qu'il reviendrait vivre dans son pays. Quinze ans plus tard, après avoir joué avec les plus grands noms du jazz --de Herbie Hancock au batteur favori de Miles Davis, Al Forster--, Eli Degibri est de ...

IsraelValley Plus | Culture

En évaluant statistiquement les habitudes de "consommation" pornographique, le site de vidéos pour adultes Pornhub vient de dévoiler les catégories préférées des millions de femmes qui visitent au quotidien la plateforme à travers le monde. Les israéliennes choisissent en grande majorité la catégorie "lesbienne". LE PLUS La sexualité (hébreu moderne : מיניות (miniout) ; classique : ביאה (bi...

Eyal Model | Culture

“Ce soir c’est le premier soir de Pessah, la fête qui célèbre l’émancipation des juifs de l’esclavage, la fête qui raconte aussi comment ils ont survécu en tant que réfugiés et se sont reconstruit comme immigrant dans une terre nouvelle” a posté le PDG de Facebook. Il a ajouté : “Chaque année, ma famille se réunit pour dire merci pour notre liberté et remercier ceux qui ont souffert pour qu’on...

IsraelValley Plus | Culture

C'est dans un brûlant mélange de chants yéménites ancestraux et de rythmes hip-hop que les trois soeurs israéliennes du groupe A-WA enflamment en langue arabe aussi bien Israéliens qu'Arabes et Européens. Telles des héroïnes modernes des contes des Mille et une nuits, robes brodées traditionnelles et baskets clinquantes aux pieds, les trois soeurs recréent à chaque concert l'ambiance énergis...

IsraelValley Plus | Culture

En arrivant à Moscou, le candidat israélien de l’Eurovision 2016 a provoqué les moqueries des fonctionnaires, qui ont déchiré son passeport. Le représentant d’Israël pour l’Eurovision de cette année, Hovi Star, a fait part du traitement humiliant qu’il a reçu quand il est passé par l’aéroport de Moscou dans le cadre d’une tournée Eurovision il y a environ 15 jours, probablement en raison de ...

Eretzaujourdhui | Culture

Etgar Keret (en hébreu אתגר קרת), né le 20 août 1967 (48 ans) à Tel-Aviv, est un écrivain, scénariste de bande dessinée et cinéaste israélien et polonais, de parents ayant survécu à l'holocauste en Pologne. Son œuvre littéraire, principalement composée de nouvelles, est publiée en français aux éditions Actes Sud. Selon (1) : "Les propriétaires de « tiny houses », ces maisons minuscules dont ...

IsraelValley Plus | Culture

Le Parisien : "Des centaines d'anonymes et de grands noms du cinéma israélien ont rendu un dernier hommage mercredi à la cinémathèque de Tel-Aviv à l'actrice et réalisatrice Ronit Elkabetz, décédée mardi des suites d'un cancer à l'âge de 51 ans. "C'est un jour triste pour le cinéma israélien, qui a perdu un de ses moteurs", a déclaré Yoël Liba, représentant de l'Association des artistes isra...

Le Parisien | Culture

C'était le secret le mieux gardé dans le mondre artistique israélien. Selon (1) : Ronit Elkabetz L'actrice, scénariste et réalisatrice israélienne Ronit Elkabetz est décédée ce mardi des suites d'un cancer, annonce le journal israélien «Haaretz». Elle était âgée de 51 ans. Depuis 1990, début de sa carrière d'actrice, elle a été à l'affiche d'une vingtaine de films. Elle a reçu 8 récompenses...

IsraelValley Plus | Culture

L’Autorité de la population et de l’Immigration a publié des statistiques sur les prénoms « anormaux » en Israël. Concernant les prénoms liés à la fête, 91 Israéliens ont été nommés Pourim, une femme a été nommée Vashti et un homme porte le nom de Haman. Il y a 49.907 femmes en Israël qui s’appellent Esther et 22.797 hommes qui s’appellent Mordechai. D’autres jours fériés sont représentés, a...

IsraelValley Plus | Culture

Des murs, des barbelés, des gardes armés et des caméras de sécurité… non ce n’est pas une base militaire mais bien une plantation de marijuana qui est protégée de la sorte. Ici, à la périphérie d’un village calme dans le nord d’Israël, 50.000 plantes de 230 variétés font de cette plantation de cannabis médical la deuxième plus importante du pays. « Pour le cannabis, nous sommes sur la terr...

IsraelValley Plus | Culture

Les Echos (Copyrights) : "Huit longs métrages, autant de documentaires et quelques courts métrages. Le Festival du cinéma israélien vient de démarrer rive gauche à Paris. L’occasion de faire le point avec son directeur, Charles Zrihen. 2016 marque le seizième anniversaire du Festival du cinéma israélien. Qu’est-ce qui différencie ce Festival des précédents ? Le Festival du Cinéma Israélie...

IsraelValley Plus | Culture

La moitié des candidats à la conversion, environ 200 cas par an, sont des Palestiniens et des travailleurs étrangers, d’après la commission parlementaire de Contrôle de l’État. D’après la loi israélienne, les personnes non israéliennes ou non concernées par la Loi du Retour ne peuvent entamer un processus de conversion qu’après avoir reçu une autorisation de la Commission des exceptions. ...

IsraelValley Plus | Culture

La chaîne de télévision qatarie Al-Jazeera, qui fêtera en novembre son 20e anniversaire, a annoncé dimanche 500 nouveaux licenciements, alors que le paysage médiatique mondial est en pleine transformation et que l'émirat qui l'a lancée fait face à des difficultés économiques. Les 500 postes supprimés s'ajoutent aux 700 autres appelés à disparaître avec la chaîne Al-Jazeera America qui mettra...

IsraelValley Plus | Culture

L’un des personnages centraux de la Méguilat Esther, Haman, est le descendant direct d’Amalek qui a attaqué les Enfants d’Israël alors qu’ils venaient à peine de sortir de l’esclavage d’Égypte. En hébreu, Amalek a la même valeur numérique que le mot Safek qui signifie le doute. Il représente donc dans le judaïsme l’incarnation d’un doute qu’il a réussi à semer au sein du peuple juif, ébranl...

IsraelValley Plus | Culture

L’extraordinaire vitalité littéraire d'Israël ne se verra pas forcément au Salon du Livre qui a ouvert à Paris. Mais on rencontrera au Salon (du 16 au 20 mars, à la Porte de Versailles) des caricaturistes israéliens comme Yirmi Pinkus et Rutu Modan. Selon CoolIsrael : "Le mercredi 16 mars, à l’ouverture du Salon du Livre, renommé Livre Paris, le Président de la république M. François Holland...

IsraelValley Desk | Culture