Oct 29

ISRAELVALLEY. LÉGISLATIVES 2013: LES PARTIS POLITIQUES COURTISENT LA CLASSE MOYENNE. Les grandes formations politiques recrutent des candidats connus pour leur sensibilité sociale.

Authors picture

Jacques Bendelac, à Jérusalem | Économie

Headline image

Le social s’invite dans la campagne électorale israélienne. Les partis politiques ont bien compris que pour courtiser les classes moyennes et les catégories les plus défavorisées, un discours sécuritaire ne suffit plus; il leur faut adopter aussi un discours social. Et pour être crédible, rien de mieux que de recruter des candidats qui sont connus pour leur sensibilité sociale, ou qui ont œuvré en faveur des Israéliens les plus déshérités: les meneurs de la dernière “révolte des tentes” (pour Avoda), une éducatrice (pour Yesh Atid), un ex-leader politique (pour Shas), etc. Au Likoud, la désertion du ministre qui était devenu un symbole social, est désormais occultée par la fusion avec la liste Israël Beiteinou.

Le social redevient donc à la mode à l’occasion dans la campagne électorale: la lutte que vont se livrer les grands partis pour chaque séduire les électeurs ne fait que commencer.

Avoda : les leaders de la “révolte des tentes”

Les travaillistes de l’Avoda auront leurs candidats sociaux. Ils ont convaincu deux leaders de la « révolte des tentes » de l’été 2011 de les rejoindre: il s’agit d’Itsik Shmuli, le président de l’Union des Etudiants, et de Stav Shafir dont la chevelure rousse ne passait pas inaperçue parmi les manifestants de l’avenue Rothschild. Les deux nouvelles recrues vont permettre à Shelly Yehimovitz, qui préside aux destinées d’Avoda, de présenter une liste de candidats plus jeunes et motivés.

La plateforme électorale des travaillistes reprendra donc les grands slogans de la révolte sociale de l’été 2011: un logement accessible pour tous, une santé publique meilleure, une protection sociale plus efficace, etc. L’éducation sera symbolisée par Hili Tropper, un directeur d’école et éducateur portant kippa, qui vient de rejoindre les rangs de l’Avoda.

Yesh Atid : une éducatrice et des rabbins

Le parti de l’ancien journaliste Yaïr Lapid (“Yesh Atid” – un futur existe) a fait appel à deux jeunes inconnues pour incarner les préoccupations sociales de ses électeurs potentiels: Adi Kol, qui a créé et qui dirige, à l’Université de Tel Aviv, le projet “Access for All” destiné à intégrer dans un cursus universitaire les enfants issus des classes défavorisés, et l’avocate Karine Elharar, qui dirige le département de l’aide juridique à l’université Bar-Ilan.

Par ailleurs, le parti de Yaïr Lapid va présenter, sur sa liste électorale, 3 candidats religieux parmi les vingt premières places. Parmi eux: le rav Shay Piron de Petah-Tikva, qui sera le numéro deux de la liste, et le rav Dov Lipman qui habite à Bet-Shemesh et qui a combattu la discrimination contre les femmes dans sa ville.

Shas : une direction tricéphale

Finalement, Arié Dérhy a rejoint les rangs de Shas. L’accord imposé par le Rav Ovadia Yossef permet aux trois leaders du parti de conduire la campagne électorale: Ariel Attias, Elie Yshaï et Arié Dérhy. Le retour sur la liste de Shas d’Arié Dérhy, écarté après sa condamnation pour corruption, va permettre de remettre en avant les slogans sociaux dont l’ex-leader du parti séfarade s’était fait le symbole lors de ses précédentes fonctions ministérielles.

Du reste, Arié Dérhy n’a pas attendu le lancement de la campagne pour mettre les points sur les i. Le jour même de son retour à Shas, il a annoncé la couleur sur la seconde chaîne de la télévision israélienne: « Israël est un pays à deux vitesses: ceux qui ont les moyens et ceux qui n’en ont pas » et d’ajouter: « nous voulons défendre ceux qui n’ont rien ». Le retour fracassant d’Arié Dérhy est un coup dur pour son rival de toujours, Elie Yshaï, l’actuel ministre de l’Intérieur: celui-ci comptait centrer sa campagne électorale sur l’expulsion des immigres clandestins, thème que rejette catégoriquement Arié Dérhy.

Likoud-Beiteinou : un économiste séfarade

Le parti de Benyamin Netanyahou vient d’embaucher un nouveau candidat: l’économiste Shlomo Maoz. Celui-ci apportera au Likoud autant son origine séfarade que son franc-parler pour défendre les Israéliens les plus défavorisés. Récemment, Shlomo Maoz avait critiqué “l’élite ashkénaze” de la finance et les “enfants gâtés” de la révolte sociale de l’été 2011. Il vient d’indiquer que son principal combat sera de s’attaquer à la crise de l’immobilier et de résoudre la pénurie de logement. La candidature de Shlomo Maoz va permettre au Likoud de faire face à la défection du ministre Moshe Kahlon, symbole social du gouvernement, qui a renoncé à se présenter aux prochaines élections législatives.

Entretemps, la fusion de la liste du Likoud avec celle d’Israël Beiteinou va conduire Benyamin Netanyahou et Avigdor Lieberman à choisir d’autres personnalités connues pour leurs convictions sociales. Au Likoud, deux ministres se posent en candidat social. Le premier est Sylvain Shalom, ministre du Néguev et de la Galilée, qui réside à Beer-Sheva: il estime que son expérience dans le développement de la périphérie lui donne un avantage sur tout autre candidat. Le second est Youval Steinitz, l’actuel ministre des Finances: il vient de déclarer qu’au cours des quatre dernières années, son ministère avait réalisé des transformations sociales de la plus haute importance comme l’école gratuite à partir de 3 ans, la revalorisation du salaire minimum, les soins dentaires gratuits jusqu’à 12 ans, etc.

Jacques Bendelac (Jérusalem)

Si le projet de budget n’est pas encore connu, les propos du ministre des Finances soulèvent plus de questions et qu’elles n’apportent de réponses. Alors que les experts du Trésor n’ont pas fini de concocter la loi de finances pour 2015, le ministre Yaïr Lapid (photo) a déjà promis que « le budget 2015 sera une bonne nouvelle sociale ; si le budget précédent était un budget de crise, le prés...

Jacques Bendelac | Économie

C'est ce que pense Nick Butler, un expert britannique en matière d'énergie. Les coûts d'exportation seraient plus élevés que ceux des concurrents et il serait suggéré d'utiliser le gaz naturel liquéfié principalement pour la consommation domestique. Il existe en Israël un consensus national selon lequel la découverte d'immenses gisements de gaz naturel au large des côtes au cours de ces der...

Avner Myers | Économie

La société de création de plateforme web en ligne qui compte déjà 800 employés à Tel Aviv et à travers le monde a annoncé aujourd’hui l’ouverture d’un nouveau centre de développement dans le parc High Tech à Beersheva. La société a embauché des dizaines développeurs mais n’a pas encore statué sur l’emplacement définitif de ses locaux au sein du parc. Chaque année, la société double ses effec...

Dan Levy | Économie

L'industrie agroalimentaire israélienne sera présente lors du SIAL 2014 (du 19 au 23 octobre 2014 à Paris - France). C'est l'un des salons professionnels que les israéliens adorent. Les visiteurs israéliens peuvent, en un temps record, rencontrer les meilleurs experts au monde du secteur. C'est l'une des rencontres où l'on peut clôturer des deals dans une atmosphère très conviviale. Selon n...

Eyal Ganor (Tel Aviv) | Économie

Avec des vignobles plantés sur d’anciennes terrasses calcaires à 900 mètres d’altitude, la Psagot Winery propose des vins qui ont un lien avec la terre, riches en minéraux, avec des notes d’herbes méditerranéennes, écrit le critique de vin Daniel Rogov. Psagot est également située dans le centre de la Cisjordanie, à proximité de la banlieue d’El Bireh, un quartier de Ramallah. Vraiment à pro...

Times of Israel | Économie

Le Bureau central de statistique publie un aperçu de la vie dans 14 localités. Vous songez à quitter votre ville natale pour Israël? Le Bureau central des statistiques est là pour vous aider. L'organisme gouvernemental propose un mini guide qui nous apprend laquelle des 14 plus grandes villes d'Israël a le meilleur taux d'actif sur le marché du travail, celle qui a l...

Avner Myers | Économie

Une société en cybersécurité lève 86 millions ; Une filiale de la Israel Corporation vendue à Wall Street L'entreprise israélienne en cybersécurité "CyberArk" a levé 86 millions de dollars mercredi lors de son introduction en bourse et le cours de son action s’est envolé à 86% durant les 3 jours qui ont suivi. "CyberArk", qui développe des logiciels de protection contre les cyber-attaqu...

i24News | Économie

Le Japon n’est pas forcément le premier pays qui vient à l’esprit lorsqu’on pense aux partenaires d’Israël. Pourtant, l’intérêt mutuel que se portent ses deux pays grandit. Ainsi, le Premier ministre Benyamin Netanyahou a effectué au Japon une visite de cinq jours en mai dernier, et en a profité pour signer un nouvel accord de coopération économique avec son homologue japonais. Des échanges ...

Dr Paul Balança | Économie

En raison de la guerre à Gaza, les mois d’été ont été moroses pour les commerçants israéliens: les fêtes juives de la rentrée sont arrivées à temps. Les commerçants israéliens tablent sur les fêtes juives pour redresser leur chiffre d’affaires qui a souffert de la guerre à Gaza. Les fêtes juives, qui ont démarré le 25 septembre avec Rosh Hashana et qui se poursuivront avec Kippour et Soucc...

Jacques Bendelac | Économie

La start-up EatWith propose une plateforme en ligne pour les cuisiniers amateurs souhaitant faire bénéficier de leurs talents culinaires de parfaits étrangers. La formule est simple: elle implique la cuisson de vos meilleurs plats servis à des inconnus transformé en clients le temps d'un repas. La société israélienne vient de lever 8 millions de dollars auprès d'un groupe d'investisseurs di...

Avner Myers | Économie

À la veille de Rosh Hashana, les ministres de la Défense et des Finances se sont mis d’accord: le budget militaire d’Israël bondira de 13% en 2015. Benyamin Netanyahou s’envole ce dimanche pour participer à l’assemble générale des Nations-Unis. Il pourra atterrir à New-York la tête reposée : à la dernier minute, il a réussi à mettre d’accord Yaïr Lapid, son ministre des Finances, et Moshe ...

Jacques Bendelac | Économie

Lors de l'année juive écoulée c'est bien la poussée très forte de l'Alyah de France vers Israël qui a profondément marquée les esprits. Sur le plan économique les chiffres des échanges franco-israéliens sont assez stables. IsraelValley vous présente l'analyse des Autorités françaises qui ont fait récemment le point sur le plan économique entre les deux pays. Selon (1) : "Pays jeune, dyn...

IsraelValley Desk | Économie

Vous voulez vous débarrasser de vos objets superflus ? Durant des années il suffisait en Israël d'entendre les cris de "Alte Zachen" (deux mots en Yiddish, mais déclamés avec une lourde prononciation en arabe) pour comprendre qu'une charrette de ramassage, tirée par des chevaux, passait par là. Les arabes israéliens ont l'exclusivité de ce travail. Depuis quelques jours une nouvelle loi in...

Ilan Friedman (Tel Aviv) | Économie

À la veille de Rosh Hachana, une "guerre des chiffres" sur la population israélienne a opposé le ministère de l’Intérieur au Bureau des Statistiques. En début de semaine, le ministère israélien de l’Intérieur a publié des chiffres pour le moins étonnants : à l’approche de l’année juive 5775, la population israélienne compterait 8.904.373 personnes. En se basant sur cette information, la pr...

Jacques Bendelac | Économie

En matière d'innovation, les israéliens sont très bien plaçés dans le monde. Les chiffres le prouvent . Le nombre de brevets par tête d'habitant d'Israël est exceptionnel. Pourtant à Berlin, lors d'une cérémonie importante, aucun israélien n'était sur scène pour reçevoir un prix.C'est un Allemand qui a attiré le regards et les projecteurs du monde entier. son nom : Artur Fisch. Selon (1) : "...

Eyal Friedmann | Économie