Oct 29

ISRAELVALLEY. LÉGISLATIVES 2013: LES PARTIS POLITIQUES COURTISENT LA CLASSE MOYENNE. Les grandes formations politiques recrutent des candidats connus pour leur sensibilité sociale.

Authors picture

Jacques Bendelac, à Jérusalem | Économie

Headline image

Le social s’invite dans la campagne électorale israélienne. Les partis politiques ont bien compris que pour courtiser les classes moyennes et les catégories les plus défavorisées, un discours sécuritaire ne suffit plus; il leur faut adopter aussi un discours social. Et pour être crédible, rien de mieux que de recruter des candidats qui sont connus pour leur sensibilité sociale, ou qui ont œuvré en faveur des Israéliens les plus déshérités: les meneurs de la dernière “révolte des tentes” (pour Avoda), une éducatrice (pour Yesh Atid), un ex-leader politique (pour Shas), etc. Au Likoud, la désertion du ministre qui était devenu un symbole social, est désormais occultée par la fusion avec la liste Israël Beiteinou.

Le social redevient donc à la mode à l’occasion dans la campagne électorale: la lutte que vont se livrer les grands partis pour chaque séduire les électeurs ne fait que commencer.

Avoda : les leaders de la “révolte des tentes”

Les travaillistes de l’Avoda auront leurs candidats sociaux. Ils ont convaincu deux leaders de la « révolte des tentes » de l’été 2011 de les rejoindre: il s’agit d’Itsik Shmuli, le président de l’Union des Etudiants, et de Stav Shafir dont la chevelure rousse ne passait pas inaperçue parmi les manifestants de l’avenue Rothschild. Les deux nouvelles recrues vont permettre à Shelly Yehimovitz, qui préside aux destinées d’Avoda, de présenter une liste de candidats plus jeunes et motivés.

La plateforme électorale des travaillistes reprendra donc les grands slogans de la révolte sociale de l’été 2011: un logement accessible pour tous, une santé publique meilleure, une protection sociale plus efficace, etc. L’éducation sera symbolisée par Hili Tropper, un directeur d’école et éducateur portant kippa, qui vient de rejoindre les rangs de l’Avoda.

Yesh Atid : une éducatrice et des rabbins

Le parti de l’ancien journaliste Yaïr Lapid (“Yesh Atid” – un futur existe) a fait appel à deux jeunes inconnues pour incarner les préoccupations sociales de ses électeurs potentiels: Adi Kol, qui a créé et qui dirige, à l’Université de Tel Aviv, le projet “Access for All” destiné à intégrer dans un cursus universitaire les enfants issus des classes défavorisés, et l’avocate Karine Elharar, qui dirige le département de l’aide juridique à l’université Bar-Ilan.

Par ailleurs, le parti de Yaïr Lapid va présenter, sur sa liste électorale, 3 candidats religieux parmi les vingt premières places. Parmi eux: le rav Shay Piron de Petah-Tikva, qui sera le numéro deux de la liste, et le rav Dov Lipman qui habite à Bet-Shemesh et qui a combattu la discrimination contre les femmes dans sa ville.

Shas : une direction tricéphale

Finalement, Arié Dérhy a rejoint les rangs de Shas. L’accord imposé par le Rav Ovadia Yossef permet aux trois leaders du parti de conduire la campagne électorale: Ariel Attias, Elie Yshaï et Arié Dérhy. Le retour sur la liste de Shas d’Arié Dérhy, écarté après sa condamnation pour corruption, va permettre de remettre en avant les slogans sociaux dont l’ex-leader du parti séfarade s’était fait le symbole lors de ses précédentes fonctions ministérielles.

Du reste, Arié Dérhy n’a pas attendu le lancement de la campagne pour mettre les points sur les i. Le jour même de son retour à Shas, il a annoncé la couleur sur la seconde chaîne de la télévision israélienne: « Israël est un pays à deux vitesses: ceux qui ont les moyens et ceux qui n’en ont pas » et d’ajouter: « nous voulons défendre ceux qui n’ont rien ». Le retour fracassant d’Arié Dérhy est un coup dur pour son rival de toujours, Elie Yshaï, l’actuel ministre de l’Intérieur: celui-ci comptait centrer sa campagne électorale sur l’expulsion des immigres clandestins, thème que rejette catégoriquement Arié Dérhy.

Likoud-Beiteinou : un économiste séfarade

Le parti de Benyamin Netanyahou vient d’embaucher un nouveau candidat: l’économiste Shlomo Maoz. Celui-ci apportera au Likoud autant son origine séfarade que son franc-parler pour défendre les Israéliens les plus défavorisés. Récemment, Shlomo Maoz avait critiqué “l’élite ashkénaze” de la finance et les “enfants gâtés” de la révolte sociale de l’été 2011. Il vient d’indiquer que son principal combat sera de s’attaquer à la crise de l’immobilier et de résoudre la pénurie de logement. La candidature de Shlomo Maoz va permettre au Likoud de faire face à la défection du ministre Moshe Kahlon, symbole social du gouvernement, qui a renoncé à se présenter aux prochaines élections législatives.

Entretemps, la fusion de la liste du Likoud avec celle d’Israël Beiteinou va conduire Benyamin Netanyahou et Avigdor Lieberman à choisir d’autres personnalités connues pour leurs convictions sociales. Au Likoud, deux ministres se posent en candidat social. Le premier est Sylvain Shalom, ministre du Néguev et de la Galilée, qui réside à Beer-Sheva: il estime que son expérience dans le développement de la périphérie lui donne un avantage sur tout autre candidat. Le second est Youval Steinitz, l’actuel ministre des Finances: il vient de déclarer qu’au cours des quatre dernières années, son ministère avait réalisé des transformations sociales de la plus haute importance comme l’école gratuite à partir de 3 ans, la revalorisation du salaire minimum, les soins dentaires gratuits jusqu’à 12 ans, etc.

Jacques Bendelac (Jérusalem)

Après un travail acharné et une stratégie offensive de conquête des marchés mondiaux, le sourire des dirigeants de Thales est enfin revenu. Les actions de coopération hightech avec des entrepreneurs israéliens font partie des ingrédients de ce succès. Selon La Tribune : "Thales est enfin sur le chemin de la croissance... Une croissance théorisée lors de l'arrivée il y a un peu plus de trois...

Ilan Rosenthal (Tel Aviv) | Économie

C'est déjà une habitude. Toutes les semaines des startups d'Israël sont vendues à des géants américains où asiatiques. De fait des jeunes trentenaires encaissent des sommes faramineuses. Adam Rappaport et Ami Luttwak ont 31 ans. Roy Reznik a 27 ans. Ce sont les trois nouveaux millionnaires israéliens qui bénéficient de la vente de Adallom à Microsoft. Ils ont tous été des membres de l'Unité myt...

Dan Assayah (Tel-Aviv) | Économie

Les allocations de l’Etat, en faveur des organisations d’aide aux nouveaux immigrants ont été divisées par quatre durant la dernière décennie, passant de 8 à 2 millions de shekels par an, selon un communiqué publié mercredi par la commission parlementaire pour l’immigration et l’intégration. Les causes sont multiples incluant une baisse du budget de l’Etat, un alourdissement de la bureaucratie ...

IsraPresse | Économie

Le gouvernement fédéral a annoncé cette semaine la conclusion des négociations pour l'expansion et la modernisation de l'accord de libre-échange Canada-Israël. Cette mise à jour permettra notamment de réduire les frais transactionnels des entreprises, et de créer de nouveaux débouchés pour les entreprises du secteur canadien de l'agriculture, de l'agroalimentaire, du poisson et des produits ...

IsraelValley Desk | Économie

Le président Reouven Rivlin s’avère beaucoup moins dépensier que son prédécesseur Shimon Péres, selon un rapport du quotidien économique Calcalist publié mardi. Le quotidien base ses informations sur les données que l’ancien président s’était engagé à rendre publiques pour l’année 2013-2014. Au cours des sept premiers mois de 2014, soit lorsque M. Péres était encore en poste, le bureau du...

IsraPresse | Économie

Excellente nouvelle sur le front des relations bi-nationales. Axelle Lemaire sera en Israël début septembre pour une visite officielle qui aura lieu lors de la conférence DLD. A cette occasion, la CCIIF Chambre de Commerce Israël France à Tel Aviv organisera le 9 Septembre un évènement spécial qui devrait rassembler l'élite israélienne et française du hightech. A SAVOIR. C'était dans IsraelV...

Eyal Dayan (Rehovot) | Économie

73 eurodéputés ont dénoncé “la faiblesse des garde-fous du programme Horizon 2020, qui permet à des entreprises comme Elbit Systems, qui fabrique des chars d’assaut et drones militaires de bénéficier de financements européens”. Les eurodéputés pointent du doigt les 6 propositions de projets soumises par Elbit à Horizon 2020, déjà approuvé par la direction israélienne pour la recherche européenn...

Coolamnews.com | Économie

Israël a signé un contrat pour constuire une usine d’énergie solaire de plusieurs mégawatts dans le sud du désert du Neguev pour tenir l’objectif national destiné à augmenter l’utilisation de sources d’énergie renouvelable. L’accord de 1,05 milliard de dollars pour une usine de 121 megawatts a été annoncé par le ministère des Finances dimanche, a rapporté Reuters. Un consortium de Shikun & B...

Times of Israel | Économie

En pleine saison estivale, Israël a évité la pagaille: la grevé prévue pour mercredi a été annulée après la signature d'un accord Syndicats-Trésor. À l'appel de la Histadrout, la puissante Confédération du Travail, les salariés israéliens se préparaient à entamer une grève générale. Au cœur des revendications: les mauvaises conditions de travail des intérimaires, appelés ici « salariés sous-...

Jacques Bendelac | Économie

Environ 49 % des exportations israéliennes, représentant un volume d’affaires de 17,5 milliards de dollars, sont assurés par 10 grandes sociétés (à l’exclusion des diamants) : Intel, Elbit, Teva, Iscar, ICL, Paz et quelques compagnies aéronautiques. Une entreprise, très peu mentionnée par les médias israéliens, mérité d'être connue : ICL. L'entreprise se presente : "ICL est un fabricant int...

IsraelValley Desk | Économie

La compagnie israélienne des chemins de fer a fait l’acquisition d’un wagon de contrôle autrichien pour un montant de vingt-six millions de shekels. Ce wagon est équipé de systèmes optique et informatique parmi les plus perfectionnés au monde et permettra d’effectuer un contrôle de tout le réseau de chemin de fer israélien, une inspection régulière des voies ferrées permettant d’éviter de nombr...

IsraPresse | Économie

Des startups d'Israël (sélection Ynet) qui ont des chance d'émerger dans le futur. 1. SoPick : Se faire livrer n’importe quel produit à n’importe quelle heure, c’est possible maintenant grace à "SoPick". Cette application permet de se faire livrer mais également de livrer des produits pour ceux qui voudraient arrondir les fins de mois. Il vous suffit de vous connecter à l’application, indiquer ...

i24News et Ynet | Économie

Dror Tamir est le jeune patron d'une startup israélienne : « Nous travaillons sur des insectes comestibles pour les humains ». Sa société, Steak TzarTzar – qui signifie criquet –, qu’il a fondé avec Ben Friedman et Chanan Aviv, vise à être "la première à élever des insectes comestibles, en utilisant des méthodes high-tech pour les développer rapidement d’une manière organisée, dans des conditi...

Times of Israel | Économie

En novembre dernier, Bwin.Party avait déclaré étudier plusieurs propositions d'intérêt et annoncé avoir mandaté Deutsche Bank pour la conseiller. Ce matin un deal a été annoncé. L'Israélien 888 rachète Bwin pour un prix astronomique. HISTOIRE. L’un des fondateurs du géant israélien des jeux en ligne "888" est décédé. Dentiste de profession, Aharon Shaked ne connaissait pas grand-chose sur l...

Eyal Cohen-Sellam | Économie

Le Shekel s’est affaiblit, par rapport au dollar, mais a continué de se renforcer face à l’Euro, poussant la monnaie européenne à une valeur d’échange historiquement basse. Le taux Shekel-Dollar est en hausse de 0,38% à 3.779 NIS pour un $ et le taux Shekel-Euro est en baisse de 0,24% à 4.132 NIS pour un €. (IsraPresse). Les nouveaux immigrants juifs Français en Israël guettent avec un regard ...

IsraelValley Desk | Économie