Oct 29

ISRAELVALLEY. LÉGISLATIVES 2013: LES PARTIS POLITIQUES COURTISENT LA CLASSE MOYENNE. Les grandes formations politiques recrutent des candidats connus pour leur sensibilité sociale.

Authors picture

Jacques Bendelac, à Jérusalem | Économie

Headline image

Le social s’invite dans la campagne électorale israélienne. Les partis politiques ont bien compris que pour courtiser les classes moyennes et les catégories les plus défavorisées, un discours sécuritaire ne suffit plus; il leur faut adopter aussi un discours social. Et pour être crédible, rien de mieux que de recruter des candidats qui sont connus pour leur sensibilité sociale, ou qui ont œuvré en faveur des Israéliens les plus déshérités: les meneurs de la dernière “révolte des tentes” (pour Avoda), une éducatrice (pour Yesh Atid), un ex-leader politique (pour Shas), etc. Au Likoud, la désertion du ministre qui était devenu un symbole social, est désormais occultée par la fusion avec la liste Israël Beiteinou.

Le social redevient donc à la mode à l’occasion dans la campagne électorale: la lutte que vont se livrer les grands partis pour chaque séduire les électeurs ne fait que commencer.

Avoda : les leaders de la “révolte des tentes”

Les travaillistes de l’Avoda auront leurs candidats sociaux. Ils ont convaincu deux leaders de la « révolte des tentes » de l’été 2011 de les rejoindre: il s’agit d’Itsik Shmuli, le président de l’Union des Etudiants, et de Stav Shafir dont la chevelure rousse ne passait pas inaperçue parmi les manifestants de l’avenue Rothschild. Les deux nouvelles recrues vont permettre à Shelly Yehimovitz, qui préside aux destinées d’Avoda, de présenter une liste de candidats plus jeunes et motivés.

La plateforme électorale des travaillistes reprendra donc les grands slogans de la révolte sociale de l’été 2011: un logement accessible pour tous, une santé publique meilleure, une protection sociale plus efficace, etc. L’éducation sera symbolisée par Hili Tropper, un directeur d’école et éducateur portant kippa, qui vient de rejoindre les rangs de l’Avoda.

Yesh Atid : une éducatrice et des rabbins

Le parti de l’ancien journaliste Yaïr Lapid (“Yesh Atid” – un futur existe) a fait appel à deux jeunes inconnues pour incarner les préoccupations sociales de ses électeurs potentiels: Adi Kol, qui a créé et qui dirige, à l’Université de Tel Aviv, le projet “Access for All” destiné à intégrer dans un cursus universitaire les enfants issus des classes défavorisés, et l’avocate Karine Elharar, qui dirige le département de l’aide juridique à l’université Bar-Ilan.

Par ailleurs, le parti de Yaïr Lapid va présenter, sur sa liste électorale, 3 candidats religieux parmi les vingt premières places. Parmi eux: le rav Shay Piron de Petah-Tikva, qui sera le numéro deux de la liste, et le rav Dov Lipman qui habite à Bet-Shemesh et qui a combattu la discrimination contre les femmes dans sa ville.

Shas : une direction tricéphale

Finalement, Arié Dérhy a rejoint les rangs de Shas. L’accord imposé par le Rav Ovadia Yossef permet aux trois leaders du parti de conduire la campagne électorale: Ariel Attias, Elie Yshaï et Arié Dérhy. Le retour sur la liste de Shas d’Arié Dérhy, écarté après sa condamnation pour corruption, va permettre de remettre en avant les slogans sociaux dont l’ex-leader du parti séfarade s’était fait le symbole lors de ses précédentes fonctions ministérielles.

Du reste, Arié Dérhy n’a pas attendu le lancement de la campagne pour mettre les points sur les i. Le jour même de son retour à Shas, il a annoncé la couleur sur la seconde chaîne de la télévision israélienne: « Israël est un pays à deux vitesses: ceux qui ont les moyens et ceux qui n’en ont pas » et d’ajouter: « nous voulons défendre ceux qui n’ont rien ». Le retour fracassant d’Arié Dérhy est un coup dur pour son rival de toujours, Elie Yshaï, l’actuel ministre de l’Intérieur: celui-ci comptait centrer sa campagne électorale sur l’expulsion des immigres clandestins, thème que rejette catégoriquement Arié Dérhy.

Likoud-Beiteinou : un économiste séfarade

Le parti de Benyamin Netanyahou vient d’embaucher un nouveau candidat: l’économiste Shlomo Maoz. Celui-ci apportera au Likoud autant son origine séfarade que son franc-parler pour défendre les Israéliens les plus défavorisés. Récemment, Shlomo Maoz avait critiqué “l’élite ashkénaze” de la finance et les “enfants gâtés” de la révolte sociale de l’été 2011. Il vient d’indiquer que son principal combat sera de s’attaquer à la crise de l’immobilier et de résoudre la pénurie de logement. La candidature de Shlomo Maoz va permettre au Likoud de faire face à la défection du ministre Moshe Kahlon, symbole social du gouvernement, qui a renoncé à se présenter aux prochaines élections législatives.

Entretemps, la fusion de la liste du Likoud avec celle d’Israël Beiteinou va conduire Benyamin Netanyahou et Avigdor Lieberman à choisir d’autres personnalités connues pour leurs convictions sociales. Au Likoud, deux ministres se posent en candidat social. Le premier est Sylvain Shalom, ministre du Néguev et de la Galilée, qui réside à Beer-Sheva: il estime que son expérience dans le développement de la périphérie lui donne un avantage sur tout autre candidat. Le second est Youval Steinitz, l’actuel ministre des Finances: il vient de déclarer qu’au cours des quatre dernières années, son ministère avait réalisé des transformations sociales de la plus haute importance comme l’école gratuite à partir de 3 ans, la revalorisation du salaire minimum, les soins dentaires gratuits jusqu’à 12 ans, etc.

Jacques Bendelac (Jérusalem)

Israel Chemicals (ICL) a annoncé le jeudi 26 mars dernier une offre d’environ 110 millions de dollars pour acquérir le fabricant d’engrais canadien Allana Potash. Selon Reuters, l’opération a pour but d’accélérer le projet d’exploitation d’une mine éthiopienne. En effet, Allana Potash a récemment annoncé son désir de mobiliser un financement de 787 millions de dollars dans l’exploitation de ...

Aaron Akinocho | Économie

Paypal est en train de racheter une deuxième entreprise israélienne de cyber-sécurité. Le géant des payements en ligne Paypal est en train de faire une nouvelle acquisition en Israël. De fait, une société de cyber-sécurité située à Beer Sheva, CyActive, est en cours d’achat pour la modique somme de 60 millions de dollars. CyActive a été fondée en 2003 par son PDG Liran Tancman et par Shlomi ...

Dan Birenbaum – JSSNews | Économie

Il n’est pas courant en Israël de voir des manifestations d’agriculteurs; pourtant, la colère gronde dans un secteur handicapé par des coûts élevés. Depuis quelques jours, les agriculteurs manifestent dans les grandes villes israéliennes au cri "Sauvons l’agriculture israélienne" : routes barrées, déversement de fruits dans les rues, défilés de protestation, rassemblements devant le minist...

Jacques Bendelac | Économie

Le célèbre milliardaire russe Roman Abrahamovitch a par l’intermédiaire de sa société d’investissement Millhouse Capital misé près de 2,25 millions de dollars sur la start-up israélienne IAngels. La société spécialisée dans le financement participatif a été créée l’année dernière. Elle a bâti son succès en offrant la possibilité aux jeunes entrepreneurs du pays de profiter de ses services d...

IsraPresse | Économie

La société israélienne des Chemins de fer lève des fonds à la Bourse de Tel Aviv ; une autre étape dans la privatisation de l’entreprise publique. La privatisation des entreprises publiques touche aussi les Chemins de fer israéliens Il y a quelques jours, "Rakevet Israel" (ou "Israel Railways" en anglais) a levé des fonds à la Bourse de Tel Aviv ; autrement dit, des investisseurs privés en...

Jacques Bendelac | Économie

Le ministère de l’Économie publie un rapport inédit sur la répartition géographique des entreprises exportatrices d’Israël: Petah Tikva est en tête. Beaucoup de surprises dans la liste inédite que vient de publier le ministère de l’Économie à Jérusalem. D’abord, c’est la première fois qu’un classement des villes israéliennes est réalisé selon leur part dans les exportations israéliennes. E...

Jacques Bendelac | Économie

Une semaine après les élections législatives israéliennes des sujets brûlants, alimentant le débat électoral comme la TVA et les taxes municipales, reviennent au front de l’actualité. Le nouveau gouvernement devra examiner lorsqu’il sera formé, un plan proposé par un groupe de travail constitué des représentants des ministères des finances, de l’intérieur et de la construction, sur la taxe...

Anael Dahan | Économie

LIDL, un des principaux distributeur " Low Cost " en France fait l'objet d'une opération de boycott de la part du BDS dans plusieurs villes de France (Marseille, Le Havre, Metz, Montpellier, Nîmes, Paris, Perpignan, Saint-Étienne, Toulouse ou encore Valence). L'enseigne travaille avec l'entreprise israélienne " Mehadrin ". On trouve répartis sur les magasins LIDL pratiquement toute la gamme ...

David Illouz | Économie

Les actions des banques israéliennes étaient en baisse dimanche, alors que les investisseurs commencent à prendre au sérieux l’éventualité de la nomination du chef de Koulanou, Moshe Kahlon, comme ministre des Finances dans le prochain gouvernement. M. Kahlon promet des réformes substantielles dans le système bancaire israélien, notamment l’ouverture du secteur à la concurrence, comme il l’a...

IsraPresse | Économie

SPÉCIAL – D’Agroalimentaire à Zéro intérêt: de nombreux chantiers économiques et sociaux attendent le quatrième gouvernement de Benyamin Netanyahou. Après les promesses électorales, l’heure est aux décisions. Le quatrième gouvernement dirigé par Benyamin Netanyahou devra se mettre rapidement à la tâche pour lancer les chantiers les plus urgents. Certains dossiers sont déjà prêts et attende...

Jacques Bendelac | Économie

ANALYSE – Le mystère reste entier à Tel Aviv: le quartier huppé de Ramat Aviv a voté à gauche alors que les pauvres d’Hatikva ont voté à droite. Les observateurs de la politique israélienne cherchent à expliquer ce paradoxe électoral : depuis plus de trente ans, les Israéliens les plus pauvres votent pour le Likoud et les partis de la droite ; en revanche, les Israéliens des classes moyen...

Jacques Bendelac | Économie

La start-up israélienne Playbuzz a annoncé le 18 mars dernier avoir levé 16 millions de dollars auprès du fonds de capital risque 83North, Saban Capital, Carmel Ventures et First Time Ventures. Fondée par Shaul Olmert en 2012 (fils de l’ancien Premier Ministre d’Israël Ehud Olmert) et par Tom Pachys, Playbuzz est une plateforme de contenu en ligne permettant aux médias, aux particuliers, au...

Anael Dahan | Économie

Dans la plupart des branches d’activité en Israël, les salaires de 2014 étaient inférieurs à ceux de 2001. Par contre, le marché du travail s’élargit. Mettre un terme aux inégalités de salaires : ce sera un des principaux enjeux du prochain gouvernement israélien. Car pour réduire le coût de la vie, il ne suffira pas de faire baisser les prix des produits de consommation courante : il faud...

Jacques Bendelac | Économie

Dans le cadre d'une stratégie de développement international soutenue, Frutarom vient d'acquérir 100% des actions de Taiga (alimentation: additifs, aromes, levures (fabrication, gros) en Belgque. La multinationale israélienne Frutarom Industries, spécialisée dans la fabrication d’arômes et d’essences naturelles pour les industries alimentaires et cosmétiques, figure dans le "Top 8" mondial des ...

Ilan Rosenthal | Économie

Bonne nouvelle pour le prochain gouvernement israélien: 2014 s’est terminé sur un excédent de la balance des paiements courants de $ 9 milliards. Israël a affiché un excédent des transactions courantes de 9,0 milliards de dollars en 2014 dans ses échanges (biens et services) avec le reste du monde. Selon les chiffres que vient de publier l’Institut de la Statistique à Jérusalem, les invest...

Jacques Bendelac | Économie