Oct 29

ISRAELVALLEY. LÉGISLATIVES 2013: LES PARTIS POLITIQUES COURTISENT LA CLASSE MOYENNE. Les grandes formations politiques recrutent des candidats connus pour leur sensibilité sociale.

Authors picture

Jacques Bendelac, à Jérusalem | Économie

Headline image

Le social s’invite dans la campagne électorale israélienne. Les partis politiques ont bien compris que pour courtiser les classes moyennes et les catégories les plus défavorisées, un discours sécuritaire ne suffit plus; il leur faut adopter aussi un discours social. Et pour être crédible, rien de mieux que de recruter des candidats qui sont connus pour leur sensibilité sociale, ou qui ont œuvré en faveur des Israéliens les plus déshérités: les meneurs de la dernière “révolte des tentes” (pour Avoda), une éducatrice (pour Yesh Atid), un ex-leader politique (pour Shas), etc. Au Likoud, la désertion du ministre qui était devenu un symbole social, est désormais occultée par la fusion avec la liste Israël Beiteinou.

Le social redevient donc à la mode à l’occasion dans la campagne électorale: la lutte que vont se livrer les grands partis pour chaque séduire les électeurs ne fait que commencer.

Avoda : les leaders de la “révolte des tentes”

Les travaillistes de l’Avoda auront leurs candidats sociaux. Ils ont convaincu deux leaders de la « révolte des tentes » de l’été 2011 de les rejoindre: il s’agit d’Itsik Shmuli, le président de l’Union des Etudiants, et de Stav Shafir dont la chevelure rousse ne passait pas inaperçue parmi les manifestants de l’avenue Rothschild. Les deux nouvelles recrues vont permettre à Shelly Yehimovitz, qui préside aux destinées d’Avoda, de présenter une liste de candidats plus jeunes et motivés.

La plateforme électorale des travaillistes reprendra donc les grands slogans de la révolte sociale de l’été 2011: un logement accessible pour tous, une santé publique meilleure, une protection sociale plus efficace, etc. L’éducation sera symbolisée par Hili Tropper, un directeur d’école et éducateur portant kippa, qui vient de rejoindre les rangs de l’Avoda.

Yesh Atid : une éducatrice et des rabbins

Le parti de l’ancien journaliste Yaïr Lapid (“Yesh Atid” – un futur existe) a fait appel à deux jeunes inconnues pour incarner les préoccupations sociales de ses électeurs potentiels: Adi Kol, qui a créé et qui dirige, à l’Université de Tel Aviv, le projet “Access for All” destiné à intégrer dans un cursus universitaire les enfants issus des classes défavorisés, et l’avocate Karine Elharar, qui dirige le département de l’aide juridique à l’université Bar-Ilan.

Par ailleurs, le parti de Yaïr Lapid va présenter, sur sa liste électorale, 3 candidats religieux parmi les vingt premières places. Parmi eux: le rav Shay Piron de Petah-Tikva, qui sera le numéro deux de la liste, et le rav Dov Lipman qui habite à Bet-Shemesh et qui a combattu la discrimination contre les femmes dans sa ville.

Shas : une direction tricéphale

Finalement, Arié Dérhy a rejoint les rangs de Shas. L’accord imposé par le Rav Ovadia Yossef permet aux trois leaders du parti de conduire la campagne électorale: Ariel Attias, Elie Yshaï et Arié Dérhy. Le retour sur la liste de Shas d’Arié Dérhy, écarté après sa condamnation pour corruption, va permettre de remettre en avant les slogans sociaux dont l’ex-leader du parti séfarade s’était fait le symbole lors de ses précédentes fonctions ministérielles.

Du reste, Arié Dérhy n’a pas attendu le lancement de la campagne pour mettre les points sur les i. Le jour même de son retour à Shas, il a annoncé la couleur sur la seconde chaîne de la télévision israélienne: « Israël est un pays à deux vitesses: ceux qui ont les moyens et ceux qui n’en ont pas » et d’ajouter: « nous voulons défendre ceux qui n’ont rien ». Le retour fracassant d’Arié Dérhy est un coup dur pour son rival de toujours, Elie Yshaï, l’actuel ministre de l’Intérieur: celui-ci comptait centrer sa campagne électorale sur l’expulsion des immigres clandestins, thème que rejette catégoriquement Arié Dérhy.

Likoud-Beiteinou : un économiste séfarade

Le parti de Benyamin Netanyahou vient d’embaucher un nouveau candidat: l’économiste Shlomo Maoz. Celui-ci apportera au Likoud autant son origine séfarade que son franc-parler pour défendre les Israéliens les plus défavorisés. Récemment, Shlomo Maoz avait critiqué “l’élite ashkénaze” de la finance et les “enfants gâtés” de la révolte sociale de l’été 2011. Il vient d’indiquer que son principal combat sera de s’attaquer à la crise de l’immobilier et de résoudre la pénurie de logement. La candidature de Shlomo Maoz va permettre au Likoud de faire face à la défection du ministre Moshe Kahlon, symbole social du gouvernement, qui a renoncé à se présenter aux prochaines élections législatives.

Entretemps, la fusion de la liste du Likoud avec celle d’Israël Beiteinou va conduire Benyamin Netanyahou et Avigdor Lieberman à choisir d’autres personnalités connues pour leurs convictions sociales. Au Likoud, deux ministres se posent en candidat social. Le premier est Sylvain Shalom, ministre du Néguev et de la Galilée, qui réside à Beer-Sheva: il estime que son expérience dans le développement de la périphérie lui donne un avantage sur tout autre candidat. Le second est Youval Steinitz, l’actuel ministre des Finances: il vient de déclarer qu’au cours des quatre dernières années, son ministère avait réalisé des transformations sociales de la plus haute importance comme l’école gratuite à partir de 3 ans, la revalorisation du salaire minimum, les soins dentaires gratuits jusqu’à 12 ans, etc.

Jacques Bendelac (Jérusalem)

Avant de célébrer « la fête de la famille » (dimanche 26 février 2017), le Bureau Central des Statistiques a publié des données sur les dépenses des ménages en Israël en 2015. Selon les données, un ménage israélien moyen dépense, en moyenne 15,407 shekels par mois. Plus précisément: un couple sans enfant dépense en moyenne 13.313 shekels, et un ménage avec enfants dépen...

IsraelValley Desk | Économie

D'après l'Institut israélien de l'exportation, le taux de change euro-shekel est le pire depuis 1999. Les industriels sont de plus en plus préoccupés par l'appréciation rapide du shekel par rapport au dollar et à l'euro. Hier, le taux de change du shekel-dollar est tombé au-dessous de 3,70 $ NIS au cours de journée et le taux du shekel-euro est tombé sous les NIS 3,90 / €. Le ...

Aharon Kahn | Économie

Evalué avec un score de 69,7 points sur 100 en 2017, Israël maintient son statut de pays modérément libre dans l’indice économique élaboré par le laboratoire d’idées américain Heritage en se classant à la 36ème place mondiale. Le Japon se classe à la 40ème place, la Belgique à la 49ème place, l’Espagne à la 69ème place et la France à la 74ème place. Aux premières plac...

Aharon Kahn | Économie

Les travaux pour fabriquer les tunnels du tramway-métro de Tel-Aviv commenceront avant la date prévue. Une cérémonie spéciale a eu lieu en présence du ministre des Transports Yisrael Katz et du maire de Tel Aviv, Ron Huldai, pour accueillir les machines de forage de tunnel. Huit tunneliers creuseront 12 kilomètres de tunnel à une profondeur de 30 mètres sous Bnei Brak, Ramat Ga...

IsraelValley Desk | Économie

Narendra Modi, qui se rendra en Israël en Juillet 2017, vise à mettre l'Inde sur une trajectoire de croissance similaire à celle de la Chine et travaille à intégrer Israël dans les énormes réformes qu'il dirige. Entre autres examiner la possibilité de lancer des méga-projets conjoints dans les domaines de l'agriculture et de la qualité de l'eau d'une valeur de plusieurs milliards de ...

Aharon Kahn (Jérusalem) | Économie

Surprise totale en Israël. Cofix, le Roi du prix fixe, va faire passer ses prix de 5 shekels à 6 shekels. La raison officielle invoquée : les ingrédients coûtent trop chers. En fait les actionnaires de Cofix veulent gagner bien plus. Normal, non ? ARCHIVES DE TEL AVIVRE. COFIX la chaîne alimentaire bien connue des israéliens et des touristes proposant des jus de carottes, jus d’oran...

Eyal Koren | Économie

Hyundai Motor a vendu 39.086 unités en Israël l'année dernière, devenant le meilleur vendeur pour la première fois en trois ans, selon les données. Kia Motors s'est classé deuxième avec 38.069 unités vendues. En 2015, Kia était la marque la plus vendue dans ce pays, suivie par Hyundai. Le premier constructeur automobile sud-coréen a représenté 13,6% du marché automobile israé...

IsraelValley Desk | Économie

L’Office central de la statistique a publié hier une donnée impressionnante: le produit intérieur brut (PIB) a fait un bond de 6,2% en donnée annuelle durant le 4e trimestre de l’année 2016. Il s’agit de la plus forte hausse trimestrielle depuis le 2e trimestre 2013. D’après les estimations, l’économie à progressé de 5% sur le second semestre après une croissance de 3,2%...

Aharon Kahn | Économie

La direction et la Histadrout ont indiqué qu'un accord a été conclu sur le statut et la rémunération des pilotes âgés de 65 à 67 ans. La Histadrout (Fédération générale du travail en Israël) et la direction de la compagnie aérienne ont confirmé que la crise chez El Al Israel Airlines Ltd. était terminée. Les pilotes n'ont pas encore fait d'annonce officielle. Selon un com...

Aharon Kahn | Économie

Le Bureau central de la statistique reporte que les prix de l’immobilier étaient en baisse de 1,2% pour le mois allant du 15 novembre au 15 décembre par rapport au mois précédent. Les efforts du ministre des Finances Moshé Kahlon ont porté leur fruits, après un rapport sur une baisse de 20% des transactions sur le second semestre, du fait de la taxe à l’achat pour les investisseu...

Aharon Kahn | Économie

Selon un des top manager de la Banque Julius Baer en Suisse, le processus de rachat de la Banque Leumi Suisse (il y a de cela deux ans)a été un succès. Julius Bär ou Julius Baer est la plus grande banque suisse de gestion de titres, basée à Zurich. La société date des années 1890 et fut fondée par le banquier du même nom1. En septembre 2005, Julius Bär acquiert les banques pri...

Ilan Korit | Économie

EasyJet a annoncé qu’elle est devenue la plus grande compagnie aérienne étrangère en Israël. Selon les chiffres publiés par l’Autorité aéroportuaire israélienne pour le mois de janvier, easyJet est maintenant second transporteur en nombre de passagers après El Al. EasyJet a transporté plus de 56.000 passagers le mois dernier, soit une augmentation de près de 10% par rapport à j...

IsraelValley | Économie

La mission du FMI a conclu sa visite en Israël et a félicité le ministre des Finances au sujet de la performance de l'économie du pays. « Les perspectives économiques de l'entreprise israélienne sont fortes. Israël a renforcé ses réalisations économiques en 2016 et a réduit la dette du PIB, le déficit public était de 2,1% du PIB, contre un objectif de 2,9%». En deux mots, les ...

IsraelValley | Économie

Nathalie Hamou, Correspondante à Tel-Aviv de Les Echos :"Rien ne va plus pour Teva Pharmaceutical. Non seulement le leader mondial des génériques a dû annoncer le départ de son PDG, Erez Vigodman, resté seulement trois ans à la tête du groupe israélien, dont il n'a pu assurer le redressement. Mais vingt-quatre heures plus tard, le laboratoire de Petah Tikva (près de Tel-Aviv) a dû au...

IsraelValley Desk | Économie

Les réserves de devises étrangères d'Israël ont franchi la barre des 100 milliards de dollars en Janvier, leur plus haut niveau depuis que la Banque d'Israël a été créée en 1954. Les réserves en devises se sont élevées à 101,6 milliards de dollars à la fin du mois de Janvier, soit une augmentation de 3,16 milliards de dollars par rapport à la fin du mois de décembre. Une déc...

IsraelValley Desk | Économie