Oct 27

ISRAELVALLEY - Le récent sommet européen a-t-il fait avancer l’Europe ? L’Union bancaire est-elle vraiment en marche ? Le danger de l’explosion de la zone euro a-t-il disparu ?

Authors picture

Roger Cukierman | Économie

Headline image

Fin de la crise de l’euro. Le danger de l’explosion de la zone euro a-t-il disparu ? Oui, l’Europe semble sortie de la crise de sa monnaie. Mais on n’est sorti ni de la crise économique, ni de la crise de l’Europe. On aurait pu en 2008 mettre en œuvre une unification de la politique fiscale. C’est aujourd’hui impossible car les écarts se sont approfondis au point que l’Allemagne veut réduire les impôts au moment où la France les accroît.

Le récent sommet européen a-t-il fait avancer l’Europe ?
A ce sommet Hollande voulait obtenir l’Union bancaire et Merkel voulait le contrôle des budgets nationaux. Les 27 devaient traiter aussi des modalités d’intervention en Espagne. Comment aider ce pays tout en évitant l’intervention de la Troïka et particulièrement du FMI dont l’Espagne ne veut pas. Il devait enfin décider d’un nouveau délai pour la Grèce. Rien n’a vraiment été tranché sur tous ces points. Mais des progrès en direction de l’Union bancaire ont été réalisés.

L’Union bancaire est-elle vraiment en marche ?
Oui, cette Union bancaire est destinée à mettre en œuvre une solidarité entre les 6.200 banques européennes. L’Allemagne souhaitait limiter la suprématie de la BCE aux seules banques systémiques ce qui permettait d’écarter les banques régionales allemandes. Elle a abandonné cette demande. Certes on accélère l’Union bancaire en fixant une échéance au 1° janvier 2013 pour la mise en place du dispositif. Mais le vrai démarrage de l’Union bancaire ne se fera qu’au courant de l’année 2014. L’Espagne qui espérait faire recapitaliser ses banques par le MES devra supporter sur son budget ces recapitalisations.

Le projet d’Union bancaire comporte plusieurs aspects sur lesquels des décisions doivent encore être prises: quel sera le mode d’emploi en cas de difficultés, comment recapitaliser les banques en évitant les pertes de temps, va-t-on instituer un système unique de protection des dépôts des clients. Il faudra aussi décider une fois pour toutes si on scinde les banques entre activités commerciales et activités de marché.

Et qu’a-t-on décidé en matière de contrôle des budgets nationaux ?
Cette idée d’un contrôle des budgets nationaux par l’Europe, chère à Madame Merkel, n’est pas admise par François Hollande qui ne l’envisagerait que si des ressources supplémentaires étaient allouées par l’Europe ou si on créait les eurobonds. C’est dans cette perspective que Wolfgang Schauble, le ministre des finances de Madame Merkel, avait évoqué la possibilité de créer un ministère européen des finances qui aurait un droit de regard sur les budgets des 27 états. M. Schauble aurait sans doute été un excellent candidat pour cette fonction. Mais l’Allemagne devra patienter.

L’Europe est sortie de la phase dangereuse du danger existentiel. Mais d’autres menaces ne vont-elles pas apparaître ?

Oui et pour commencer l’opposition potentielle entre les contributeurs nets Allemagne, Royaume Uni, Suède, Finlande, Pays Bas et Autriche et les cigales du sud. David Cameron a déjà menacé d’utiliser son veto alors qu’il bénéficie d’un rabais sur les cotisations de son pays.

Deuxième risque : l’opposition entre les 17 de la zone euro et les dix autres pays qui sont dans l’Union mais pas dans l’euro. Ainsi les banques de la zone euro sont privilégiées par le MES, mais les pays ou des de cette zone seront seuls soumis à la taxe sur les transactions financières. Le marché financier européen a cessé d’être homogène et la prééminence de la City londonienne est en danger.

Les propositions de Louis Gallois sont-elle compatibles avec cette évolution européenne ?

J’irais plus loin. La marche forcée vers la compétitivité qu’il propose me paraît indispensable au maintien de la France au niveau des pays moteurs de l’Europe. Louis Gallois, ancien patron de la SNCF et de EADS, dont je rappelle que ce rapport lui a été demandé par le gouvernement socialiste, propose de créer un choc de compétitivité étalé sur deux ou trois ans de 30 milliards.

Les cotisations patronales seraient diminuées de 20 milliards et les cotisations salariales de 10 milliards. Parallèlement il propose une baisse massive des dépenses publiques bien supérieures aux 10 milliards prévus dans le projet de budget. Ces mesures seraient accompagnées d’une hausse légère de la CSG et de la TVA. Il rejoint sur cette proposition la conclusion du rapport de la Cour des Comptes dont la rigueur et l’objectivité n’ont jamais été contestés.

Gallois ajoute aussi une taxe écologique sur le diesel mais annonce clairement que la France doit s’appuyer sur deux ressources énergétiques essentielles, le nucléaire et le gaz de schiste. Enfin, dans une sorte de compensation politique, les syndicats obtiendraient d’avoir une voix délibérative dans les conseils d’administration.

Le gouvernement aura-t-il le courage de prendre en compte les sages recommandations de Louis Gallois ? Quand on voit le triste sort réservé par de précédents gouvernements aux rapports Attali sur les réformes ou Pébereau sur la dette, on peut craindre que le conservatisme l’emporte …comme d’habitude !

Source: Chronique économique de Roger Cukierman sur RCJ 94.8 le 28 octobre 2012

En début d'année 2016, la plus grande société de sécurité au monde, la GS4 britannique, annonçait vouloir se retirer d’Israël. Une victoire que le BDS s’est empressé de revendiquer. Mais fin juin, le magazine Tablet publiait un article d’Eugene Kontorovich, professeur à la faculté de droit de Northwestern (Chicago), dans lequel il écrivait : « Il se trouve que l’un des ...

IsraelValley Plus | Économie

Les experts de la Banque d’Israël (qui ont beaucoup d'imagination!) planchent actuellement sur un scénario catastrophe engendré par une inflation galopante, la hausse des taux d’intérêt et du chômage, une hausse des prix de l’immobilier de 25 %, une chute de l’indice boursier de 40 %, ainsi qu’un total de 40 milliards de shekels de prêts irrécouvrables. Les exportations de ...

IsraelValley Plus | Économie

Si son rapport semi-annuel sur la stabilité financière se concentre principalement sur les risques du marché immobilier, la Banque d’Israël en a également consacré une partie non négligeable sur la forte augmentation des crédits aux ménages sur les dernières années, et sur les risques qu’une telle situation implique. Selon l’institution, les crédits accordés aux ménages (...

Nathan Sarel (Tel Aviv) | Économie

Andrew Cuomo, gouverneur de New York, prévient: « C’est très simple, si vous boycottez Israël, New York vous boycottera ». Il calquait alors sa stratégie sur celle adoptée pour cibler les banques et les entreprises européennes qui commerçaient avec l’Iran, à savoir que ces dernières voyaient leurs avoirs gelés sur le lucratif marché américain. La menace de Cuomo fait partie...

IsraelValley Plus | Économie

La société israélienne SodaStream International étend sa production dans le Parc industriel Idan Haneguev près de Lehavim dans le sud d’Israël. Elle a notamment embauché 300 nouveaux employés sur les trois derniers mois. 70 salariés devraient également être engagés dans les prochaines semaines. Aujourd’hui, la multinationale compte 1400 employés dans ce parc, dont un tiers d...

Nathan Sarel (Tel Aviv) | Économie

Les automobilistes israéliens paieront plus cher leur voiture dès le 1 janvier 2017. La taxe éco gonflera les prix de quelques milliers de shekels. Bizarrement, h4. les voitures de luxe ne seront pas touchées. Les petites voitures dites mini verront leur prix augmenter de 1500 à 3000 shekels et curieusement les voitures hybrides augmenteront sensiblement. Ces voitures très peu gourmand...

IsraelValley Plus | Économie

22 ans après l’accord de paix avec la Jordanie, Israël est sur le point de renforcer ses relations avec son voisin par le biais d’initiatives conjointes. Début juillet, une délégation menée par le ministre-adjoint à la coopération régionale Ayoob Kara a rencontré le premier ministre jordanien Hani Al-Muki. Les deux parties se sont alors entendues sur une coopération plus importan...

Nathan Sarel (Tel Aviv) | Économie

Par Nathalie Hamou (thegoodlife) : "Premier « génériqueur » mondial, ce champion israélien a également su miser sur les médicaments innovants". La cérémonie s’est déroulée début ­décembre dans un grand hôtel de Tel-Aviv, devant le gotha du monde des affaires israélien. Désigné homme de l’année 2015 par le quotidien des affaires Globes, Erez Vigodman, qui a repris, ...

IsraelValley Plus | Économie

Depuis plus de 20 ans, Israël connaît un phénomène unique : Le dynamisme du pays et sa jeunesse donne à ses habitants l'envie de développer leur propre projet. Beaucoup d’israéliens ont la fibre entrepreneuriale due à une combinaison de facteurs uniques. Le gouvernement joue un rôle actif, et finance l'innovation via 21 structures et centres de recherche et développement, comme...

Jessica Philippe Consulting | Économie

Peut-être passées inaperçues, elles ont pourtant leur importance. Quelques nouvelles qu'il ne fallait pas rater ce week-end. 1. Teva vend pour 15 milliards d’obligations : Jeudi dernier, le groupe israélien Teva a annoncé avoir vendu 15 milliards de dollars d’obligations. L’objectif ? Permettre l’acquisition de la division des génériques de la multinationale pharmaceutique ...

Nathan Sarel (Tel Aviv) | Économie

A l’occasion de la conférence “Israël, la clé du Moyen-Orient ?” organisée par Herez Israël et accueillant Olivier Rafowicz, colonel de réserve et ancien porte-parole de Tsahal, ainsi qu’Avi Pazner, ancien ambassadeur d’Israël en France, Israël Valley est allé à la rencontre de Jérôme Jarmoune et Laurent Perez associés directeur de la structure en Israël et de Dan Cal...

Nathan Sarel (Tel Aviv) | Économie

Rami Lévy, le propriétaire de la chaîne de supermarchés à bas prix qui porte son nom, a décidé de construire entre Jérusalem et Ramallah le premier centre commercial israélo-palestinien. Certaines enseignes palestiniennes comme la boulangerie Sinokrot ou les bonbons Zalatimo ont déjà retenu des emplacements. Au total, 70 magasins ouvriront dans un peu plus d'un an. Rami Lévy tab...

IsraelValley Plus | Économie

Le ministère des Finances israélien, qui a déjà fait le tour des conséquences du retrait du Royaume-Uni dans un rapport récemment publié, pense quant à lui que le Brexit peut être une chance pour Israël : „Il est possible que la sortie de la Grande-Bretagne de l’UE améliore les chances d’Israël en matière de compétitivité sur le marché européen“. En effet, Israël s...

IsraelValley Plus | Économie

Selon Investing.com : "Israël: Les marchés actions ont terminé la séance en baisse ce jeudi; le repli des secteurs Communication, Pétrole et gaz, et Immobilier a contribué à cette baisse. En clôture à Tel Aviv, l'indice Tel Aviv 25 a lâché 0,04%. La meilleure performance de la séance pour l'indice Tel Aviv 25 est à mettre au crédit du titre Mylan NV (TA:MYL) en hausse de 1,4...

IsraelValley Plus | Économie

Netanyahou et les ministre des Finances Moshé Kahlon ont décidé d’une nouvelle baisse du taux de l’impôt sur les sociétés pour le budget 2017-2018. Il devrait passer en deux étapes de 25% à 23%, ce qui est un plancher historique. LPH : "Dans le budget actuel, ce taux avait déjà été ramené de 26,5% à 25%. Cette mesure devrait encourager les investissements, créer de l’em...

IsraelValley Plus | Économie