Oct 22

ISRAELVALLEY - UBIFRANCE EN ACTION FRANCE-ISRAËL. De retour d'une tournée effectuée auprès des entreprises françaises intéressées par le modèle économique israélien, Frédéric Szabo fait le point.

Authors picture

Caroll AZOULAY (Jérusalem) | Économie

UBIFRANCE, l’Agence française pour le développement international des entreprises, est un Etablissement Public Industriel et Commercial placé sous la tutelle du ministre français de l’Economie et des Finances, du ministre en charge du Commerce extérieur et de la direction générale du Trésor. L’agence dispose de 80 bureaux présents dans 60 pays. Ils forment le réseau mondial d’UBIFRANCE, soit près de 1.400 collaborateurs, en France et à l’étranger, dédiés à l’accompagnement des entreprises françaises dans leur développement à l’export.

Frédéric Szabo dirige le bureau UBIFRANCE de Tel Aviv et met l’expertise de son équipe au service des entreprises françaises qui désirent exporter ou s’implanter en Israël. De retour d’une tournée effectuée auprès des entreprises françaises intéressées par le modèle économique israélien, Frédéric Szabo fait le point.

Lepetitjournal.com/Tel Aviv : Quel est le bilan de cette visite en France ?

Frédéric Szabo : Excellent. Avec le chef du Service économique de l’Ambassade de France en Israël, Didier Wisselman, nous avons rencontré 25 chefs d’entreprises françaises en face-à-face à Grenoble, Lyon et Nancy. Ils avaient déjà une connaissance du marché israélien et désiraient avoir une confirmation de la faisabilité de leur projet. 1/3 d’entre eux devraient prochainement se rendre en Israël pour des actions de prospection, et nous espérons qu’une partie de ces entreprises parviendra à concrétiser les projets.

Peut-on savoir dans quel domaine d’activité, ces entreprises françaises sont elles spécialisées ?

Nous avons notamment rencontré une société spécialisé dans le secteur de l’animation, qui compte déjà des clients israéliens sans avoir entrepris des démarches de prospection. Une autre dans le logiciel de e-commerce sur des véhicules utilitaires d’occasion, ainsi que des entreprises des secteurs de la téléphonie, de la santé, de la sécurité. Leur premier objectif sera de conquérir le marché israélien.

Quel a été votre sentiment sur le terrain ? Existe-t-il un réel intérêt des entreprises françaises pour le marché israélien ?

Nos partenaires, les chambres de commerces locales, ont fait circuler un questionnaire d’évaluation à l’issue des rencontres. 85 % des chefs d’entreprises se sont déclaré satisfaits sur la qualité de l’information délivrée, et surtout face à la nouveauté de l’information.

Quelles questions récurrentes vous ont été posées par les entrepreneurs français ?

Des questions techniques portant sur les problèmes douaniers, les circuits de distribution etc. mais très peu de questions liées à la sécurité et la géopolitique ont été soulevées.

La prochaine étape consistera donc à accompagner ces entreprises françaises en Israël. Une tache qui caractérise votre mission. Concrètement, comment ça se passe sur le terrain ?

La première phase consiste à échanger avec l’entreprise française pour connaitre le projet, les moyens et les capacités de la PME a le mettre en œuvre. Exporter ne s’improvise pas. On établit ensuite un cahier des charges dans une logique de validation. Le profil établi, les conseillers de notre équipe se mettent en quête de l’entreprise israélienne à même de répondre à, au moins, 85 % des critères de sélection de l’entreprise française. Ce qui optimise considérablement le taux de transformation d’affaire. Notre qualité de travail se situe dans une grande capacité d’écoute, voire même de reformulation de la demande, afin de coller au mieux à la réalité. Parfois au fil de la discussion, une réévaluation de la stratégie apparait. Le conseil est une part primordiale de notre travail.

Une fois le ‘mariage’ conclu entre chefs d’entreprise israéliens et français, continuez-vous d’accompagner ces entreprises ?

Dans tous les cas de figure, nous conservons des relations privilégiées.Certaines entreprises qui se sont mariées nous demandent d’être le parrain de leurs enfants, et nous sommes heureux de pouvoir le faire ! Mais nous sommes généralement là pour aider les entreprises à prospecter le marché et à concrétiser. Ensuite quand tout va bien et c’est généralement le cas, les entreprises n’ont plus besoin de nous. Il est important de rappeler que la pratique des affaires est très sain en Israël où le droit prévaut. Nos entreprises n’ont donc pas de déconvenues dans ce secteur.

Existe-t-il un modèle identique à UBIFRANCE en Israël ?

Israel export Institute, qui est en Israël ce qui ressemble le plus à notre modèle, est très intéressé à une coopération avec UBIFRANCE pour que nous leur transférions un certain nombre de nos outils de gouvernance, y compris des outils portant sur nos services. Pour l’instant il n’existe rien de concret, mais régulièrement, les responsables de cet organisme nous disent leur intérêt. UBIFRANCE vient par contre de signer une coopération avec l’ANEXAL (association nationale des exportateurs algériens) pour les structurer dans leur stratégie d’exportation.

Cela fait deux ans que vous êtes en poste. Quel est le bilan ?

Venir en Israël était un choix. On ne peut pas comprendre le monde sans comprendre ce qui se passe ici. C’est un lieu de notre planète qui fait partie de notre patrimoine mondial. J’y ai été très bien accueilli. La feuille de route d’UBIFRANCE en Israël est donc une feuille de route passionnante, composée de nombreux défis.Des défis que je relève en équipe, une notion fondamentale, à mes yeux. Les qualités professionnelles, humaines qui caractérisent celle que j’ai la chance de diriger ont permis d’obtenir des résultats : Une multiplication par deux des entreprises françaises en visite en Israël en moins de 18 mois; un taux de transformation de courant d’affaires très élevé avec plus de 30 % de nos clients qui ont concrétisé leur prospection.

Le changement de gouvernement en France a-t-il eu une implication sur votre agence ?

L’objectif d’UBIFRANCE consiste à installer des courants d’affaires pérennes dans les pays dans lequel notre agence est implantée afin de créer de la richesse et de fixer l’emploi en France. Il ne faut pas l’oublier : Nous sommes là pour créer ou maintenir des emplois en France, et c’est ce qui fait la noblesse et l’élégance de notre mission. Ceci dit, l’export des PME française est une priorité nationale. C’est un consensus , et ce, quelles que soient les tendances politiques. Notre agence est donc au cœur de cette politique d’exportation et nous avons la pleine confiance de nos dirigeants. Par ailleurs, Israël est remonté dans le rang des bureaux UBIFRANCE qui comptent. Dans le contexte de modification actuelle des marchés historiques de la France tel que la Tunisie, la Lybie ou l’Egypte, il existe un vrai point d’interrogation. Il est donc possible que nous récupérions quelques entreprises françaises qui choisiront Israël pour son taux de croissance à 3,5 % et pour son économie ultra dynamique. Elles seront agréablement surprises de faire du business avec Israël.

Quels types de sociétés font appel à vos services ?

Principalement des PME ou des EPI dans les 4 grands secteurs organisés au sein de notre bureau.

L’industrie, les transports et les infrastructures qui rassemblent de grandes opportunités pour les sociétés françaises dont l’expertise est appréciée par Israël, un pays qui construit en permanence.

Le deuxième secteur concerne les Télécommunications et les hautes technologies dans lequel les français peuvent parfois être concurrents avec les israéliens, mais où nos deux pays peuvent aussi parfaitement être partenaires. Un partenariat à explorer et à exploiter dans le monde global dans lequel nous vivons et dans lequel Israël sait se positionner. Sans dévoiler de cas précis, car c’est confidentiel, il existe déjà des produits sur lesquels des entreprises françaises et israéliennes coopèrent afin de conquérir le marché américain par exemple. Cela s’est produit dans les énergies renouvelables, ou dans les high-tech où l’on a vu des réalisations pénétrer la Chine, l’Inde ou l’Europe.

Le secteur agro-tech est le 3e secteur dans lequel les entreprises françaises ont une carte à jouer en Israël. L’agro-alimentaire est le premier poste d’exportation français et les israéliens sont intéressés par l’expertise française dans ce domaine.

Enfin, les biens de consommation représentent le 4e secteur de notre activité. Les mœurs et la pratique de la consommation ont changé en Israël. La classe moyenne israélienne qui correspond à un CSP ++ en France consomme bien, et représente un marché potentiel intéressant notamment en ce qui concerne les produits de luxe dans la décoration intérieure, les produits gourmets ou la parfumerie.

La Journée de l’innovation Israël-France étant annulée en raison des législatives israéliennes, quelles seront les grandes échéances qui permettront à la France et Israël de nouer des partenariats économiques ?

Notre agenda 2013 est très fourni. Nous organiserons la semaine de la gastronomie française sur le salon du tourisme israélien en février. En mai, nous serons présents, pour la 3e fois, sur le salon architecture et design et puis nous serons également présents sur le salon Biomed au cours du 1er trimestre 2013.

Propos recueillis par Caroll Azoulay (lepetitjournal.com/telaviv). Octobre 2012

Source: http://www.lepetitjournal.com/tel-aviv-economie/126464-frederic-szabo-qla-feuille-de-route-dubifrance-en-israel-est-une-feuille-de-route-passionnante-composee-de-nombreux-defisq.html

200 des 2 000 Israéliens présents au Népal à l’heure du séisme n’ont pas encore contacté leurs familles ou l’ambassade d’Israël sur place. Le Népal est une destination très recherchée par les touristes israéliens de tous âges. Au moment du séisme, on pouvait estimer que 2.000 Israéliens se trouvaient sur place. Plusieurs dizaines d’entre eux étaient toujours isolées ce dimanche matin, sans...

Jacques Bendelac | Économie

Tsahal a entamé les premiers préparatifs pour envoyer sur place un hôpital de campagne et une première équipe de secours qui évaluera les besoins. Le Népal est un pays très prisé par les touristes israéliens de tous âges. Au moment du séisme, on pouvait estimer que 2.000 Israéliens se trouvaient sur place. Plusieurs dizaines d’entre eux étaient toujours isolées ce samedi soir, sans doute e...

Jacques Bendelac | Économie

Shimon Peres renonce à son contrat avec la banque Hapoalim, qui avait fait appel à l'ex-dirigeant pour sa promotion sur les marchés financiers internationaux en contrepartie d'honoraires s'élevant à 30 000 dollars (28 000 euros) par mois, a-t-il déclaré jeudi lors d'une interview pour la deuxième chaîne israélienne. "Il est important pour moi de préserver la confiance que le public a en moi"...

i24News | Économie

L’Israélien se plaint régulièrement de payer trop d’impôt: un rapport de l’OCDE révèle que la charge fiscale en Israël est particulièrement faible. Israël a adhéré à l’OCDE en 2009. Depuis plus de six ans, l’Organisation pour la Coopération et le Développement Économiques publie régulièrement des données qui permettent de situer Israël parmi les autres pays occidentaux. La dernière en date...

Jacques Bendelac | Économie

EDITORIAL. Les multinationales françaises du CAC 40 ont encore bien du mal à ignorer où résister au boycott illégal du BDS vis à vis d'Israël. Des fleurons Français "évitent" encore soigneusement de travailler en profondeur en Israël où se retirent discrètement. Ils n'avouent jamais le facteur essentiel de leur départ : la peur du boycott. Inutile de dresser une "liste noire" des firmes de ...

Daniel Rouach | Économie

Yom Haatsmaout est une période faste pour l’économie israélienne ; les commerçants jouent sur la fibre patriotique des Israéliens pour vendre. Les commerçants israéliens le savent et ils en profitent : les Israéliens ont dépensé sans compter pour fêter aujourd’hui, et comme il se dit doit, Yom Haatsmaout, la journée de l’Indépendance d’Israël. Plusieurs semaines avant la fête, les étagères...

Jacques Bendelac | Économie

Nathalie Hamou, Les Echos (copyrights) : "L'oligarque propriétaire du Chelsea FC mise sur IsraëlRoman Abramovitch a injecté 15 milli. ons de dollars dans l'application Music Messenger. Son cinquième investissement dans une start-up israélienne. L'oligarque russe Roman Abramovitch creuse le sillon des technologies israéliennes. Depuis environ un an, pas un mois ne s'écoule sans que le proprié...

Nathalie Hamou, Les Echos | Économie

Le magazine francophone israélien Hamodia consacre un long article aux firmes Allemandes durant la seconde guerre mondiale. Hamodia : "À Wurtemberg (sud-ouest de l’Allemagne), en 1931, Hugo Ferdinand Boss, fondateur de l’atelier de confection du même nom, adhère au NSDAP, ce qui lui permet de travailler avec l’armée de 1933 à 1945 : fabrication des uniformes militaires, notamment ceux des SS, d...

Hamodia | Économie

Les Israéliens célébreront demain les 67 ans de leur pays. Au cours de la dernière année, la population du pays a dépassé les 8,3 millions d’âmes. 8 345 000 Israéliens se souviennent aujourd’hui, dans la douleur, des soldats morts pendant les guerres. Demain, ils fêteront, dans le bonheur, le jour de l’Indépendance d’Israël. Depuis le Yom Haatsmaout précédent, la population israélienne a a...

Jacques Bendelac | Économie

INVITATION. L'institut pour l'innovation et la compétitivité - i7 de ESCP Europe et la CCI de Paris ont le plaisir de vous inviter au colloque "L'Europe, terre d'innovation" le 11 mai de 17h00 à 20h00 à ESCP Europe - campus de Paris / Amphi Vital Roux Animé par Delphine Manceau,Directrice de la division corporate et Professeur à ESCP Europe et Pascal Morand, Directeur général adjoint, charg...

IsraelValley Desk | Économie

ET Solutions AG, a été sélectionnée pour fournir des services d'ingénierie, d'achat et de construction clé en main pour une centrale solaire de 50 MWp en Israël, aux côtés des partenaires locaux G-Systems et El-Mor Group. Le projet se trouve à 20 km au nord-ouest de l'ancienne ville portuaire d'Ashqelon et sera construit sur 60 hectares de terres semi-désertiques. La nouvelle installation ph...

IsraelValley Desk | Économie

Shimon Pérès était à la recherche d’un emploi après avoir quitté la présidence d’Israël en Septembre dernier, et aux dernières nouvelles il a finalement obtenu une offre sympathique. Selon The Marker, M. Pérès a récemment signé un contrat avec la banque Hapoalim, dans lequel il sera payé 30 000 $ par mois pour aider à promouvoir les affaires de la banque. Un conseiller de l’ancien président...

Coolamnews.com | Économie

ANALYSE – À 67 ans, l’Israélien prend sa retraite. Pour l’économie d’Israël, c’est un nouveau départ: une année de protestation contre la vie chère. Qui a dit que le « printemps arabe » avait épargné la société israélienne ? Si Israël compte 8 millions de sujets, ce sont autant de sujets de mécontentement. À 67 ans, l’économie israélienne entre dans sa phase de maturité ; si les réseaux soci...

Jacques Bendelac | Économie

Les ministres des Affaires étrangères de seize des vingt-huit pays de l’Union européenne, dont la France, ont adressé une lettre à Federica Mogherini. Ils lui demandent d’accélérer le processus de signalisation des produits en provenance des localités juives de Judée-Samarie vendus sur le marché européen. Dans leur lettre, les ministres indiquent qu’il s’agira d’un pas important dans l’appli...

IsraPresse | Économie

Le gouvernement israélien veut encourager la reconversion des agriculteurs de l’Arava qui produisent essentiellement du poivron destiné à la Russie. La crise économique en Russie et la chute du rouble se répercutent jusque dans les exploitations israéliennes de la vallée de l’Arava. Au fil des dernières années, de nombreux agriculteurs israéliens se sont spécialisés dans la culture du poiv...

Jacques Bendelac | Économie