Oct 22

ISRAELVALLEY. LES ISRAÉLIENS VIVENT AU-DESSUS DE LEURS MOYENS: un ménage israélien dépense 13% de plus qu’il ne gagne. L'économie noire expliquerait l’écart entre revenu et dépense.

Authors picture

Jacques Bendelac, à Jérusalem | Économie

Headline image

MYSTÈRE – On s’en doutait, mais on en a maintenant la preuve. À quelques jours d’intervalle, l’institut israélien de la statistique a publié deux chiffres qui résument la situation socioéconomique de l’Israélien moyen: en 2011, un ménage a dépensé 13.967 shekels par mois, soit 2.800 euros. Jusque là, rien d’anormal, sauf que le revenu net moyen du même ménage israélien se montait, la même année, à 12.345 shekels, soit 2.500 euros. Autrement dit, une famille israélienne moyen dépense chaque mois 1.622 shekels de plus qu’elle n’en gagne (ou 300 euros). L’écart entre les dépenses et les revenus des ménages est donc de 13%, ce qui n’est pas négligeable, surtout lorsque cette somme s’accumule de mois en mois.

Cet écart, apparemment inexpliqué, peut avoir plusieurs origines: logiquement, on pourrait estimer que les ménages puisent dans leur épargne pour financer leurs dépenses en période de crise. Or, l’explication la plus répandue est ailleurs: beaucoup d’Israéliens ne déclarent pas une partie de leur revenu pour échapper à la fiscalité.

Les revenus diminuent

La première cause de cet écart inattendu réside dans le fait que les revenus diminuent sans que cela n’entraîne une baisse parallèle de dépenses: pour la seule année 2011, l’institut de la statistique a calculé que le revenu moyen des ménages a diminué de 1,7% en termes réels par rapport à 2010. En revanche, les dépenses sont restées sans changement d’une année à l’autre, d’où l’écart qui se creuse.

L’érosion du pourvoir d’achat ne touche pas tous les catégories sociales avec la même ampleur. En 2011, les travailleurs indépendants ont perdu 3,9% de leur pouvoir d’achat, alors que les salariés ont vu leur revenu baisser de 2,4% “seulement”. Du reste, les inégalités dans la répartition du revenu sont criantes: en 2011, les 20% d’Israéliens les plus riches accaparaient près de 40% du revenu national et ils n’avaient pas de problème pour boucler les fins de mois. En revanche, les 20% d’Israéliens les plus pauvres se contentaient de 7% du revenu national, ce qui les entraîne dans un découvert bancaire permanent.

Les dépenses se maintiennent

En 2011, un ménage israélien a dépensé 13.967 shekels par mois, soit sans changement en termes réels par rapport à 2010. Malgré la baisse de son revenu net, l’Israélien a donc maintenu sa dépense au même niveau que l’an passé. Il est vrai que certaines dépenses des ménages sont incompressibles, comme le logement, ce qui ne leur permet pas toujours d’ajuster immédiatement leurs dépenses à leurs revenus.

L’an passé, le logement était toujours le principal poste de dépense du ménage israélien: il absorbait le quart du budget familial. Vient ensuite le poste des “transports et télécommunications” qui représente 20,1% des dépenses familiales. Désormais, un ménage israélien ne consacre que 16% de son budget à l’alimentation.

L’économie noire se développe

Dissimuler est un sport national: voila la seconde explication la plus probable de l’écart persistant entre revenu et dépenses. L’économie noire, ou la Kalcala Shrora, prend des proportions importantes en Israël. Ce phénomène n’est pas nouveau: en 1975 déjà, la fameuse commission Ben-Shahar, chargée de proposer une réforme de la fiscalité, décelait un écart inexpliqué entre les revenus déclarés aux services des impôts et ceux mesurés par les statistiques de la comptabilité nationale. Cet écart, qui correspondrait aux revenus non déclarés, représentait 6,6% du revenu national en 1973. A en croire les chiffres que vient de publier l’institut de la statistique pour 2011, ce sont dorénavant 13% des revenus des ménages qui ne seraient pas déclarés au fisc.

Il est indéniable que l’économie noire (fraude fiscale et travail non déclaré) en Israël représente un secteur important de l’activité humaine. Le décalage entre la richesse visible et celle qui est saisie par les statistiques officielles semble même plus large qu’ailleurs. Aujourd’hui, les vagues de consommation (comme voitures et appareils électroménagers) ne semblent pas toujours compatibles avec un salaire moyen qui stagne. Il semble donc que le développement de l’économie souterraine soit une réaction de la société civile aux méfaits de la crise et à la l’érosion du pouvoir d’achat qu’Israël connaît au cours des quatre dernières années.

Jacques Bendelac (Jérusalem)

200 des 2 000 Israéliens présents au Népal à l’heure du séisme n’ont pas encore contacté leurs familles ou l’ambassade d’Israël sur place. Le Népal est une destination très recherchée par les touristes israéliens de tous âges. Au moment du séisme, on pouvait estimer que 2.000 Israéliens se trouvaient sur place. Plusieurs dizaines d’entre eux étaient toujours isolées ce dimanche matin, sans...

Jacques Bendelac | Économie

Tsahal a entamé les premiers préparatifs pour envoyer sur place un hôpital de campagne et une première équipe de secours qui évaluera les besoins. Le Népal est un pays très prisé par les touristes israéliens de tous âges. Au moment du séisme, on pouvait estimer que 2.000 Israéliens se trouvaient sur place. Plusieurs dizaines d’entre eux étaient toujours isolées ce samedi soir, sans doute e...

Jacques Bendelac | Économie

Shimon Peres renonce à son contrat avec la banque Hapoalim, qui avait fait appel à l'ex-dirigeant pour sa promotion sur les marchés financiers internationaux en contrepartie d'honoraires s'élevant à 30 000 dollars (28 000 euros) par mois, a-t-il déclaré jeudi lors d'une interview pour la deuxième chaîne israélienne. "Il est important pour moi de préserver la confiance que le public a en moi"...

i24News | Économie

L’Israélien se plaint régulièrement de payer trop d’impôt: un rapport de l’OCDE révèle que la charge fiscale en Israël est particulièrement faible. Israël a adhéré à l’OCDE en 2009. Depuis plus de six ans, l’Organisation pour la Coopération et le Développement Économiques publie régulièrement des données qui permettent de situer Israël parmi les autres pays occidentaux. La dernière en date...

Jacques Bendelac | Économie

EDITORIAL. Les multinationales françaises du CAC 40 ont encore bien du mal à ignorer où résister au boycott illégal du BDS vis à vis d'Israël. Des fleurons Français "évitent" encore soigneusement de travailler en profondeur en Israël où se retirent discrètement. Ils n'avouent jamais le facteur essentiel de leur départ : la peur du boycott. Inutile de dresser une "liste noire" des firmes de ...

Daniel Rouach | Économie

Yom Haatsmaout est une période faste pour l’économie israélienne ; les commerçants jouent sur la fibre patriotique des Israéliens pour vendre. Les commerçants israéliens le savent et ils en profitent : les Israéliens ont dépensé sans compter pour fêter aujourd’hui, et comme il se dit doit, Yom Haatsmaout, la journée de l’Indépendance d’Israël. Plusieurs semaines avant la fête, les étagères...

Jacques Bendelac | Économie

Nathalie Hamou, Les Echos (copyrights) : "L'oligarque propriétaire du Chelsea FC mise sur IsraëlRoman Abramovitch a injecté 15 milli. ons de dollars dans l'application Music Messenger. Son cinquième investissement dans une start-up israélienne. L'oligarque russe Roman Abramovitch creuse le sillon des technologies israéliennes. Depuis environ un an, pas un mois ne s'écoule sans que le proprié...

Nathalie Hamou, Les Echos | Économie

Le magazine francophone israélien Hamodia consacre un long article aux firmes Allemandes durant la seconde guerre mondiale. Hamodia : "À Wurtemberg (sud-ouest de l’Allemagne), en 1931, Hugo Ferdinand Boss, fondateur de l’atelier de confection du même nom, adhère au NSDAP, ce qui lui permet de travailler avec l’armée de 1933 à 1945 : fabrication des uniformes militaires, notamment ceux des SS, d...

Hamodia | Économie

Les Israéliens célébreront demain les 67 ans de leur pays. Au cours de la dernière année, la population du pays a dépassé les 8,3 millions d’âmes. 8 345 000 Israéliens se souviennent aujourd’hui, dans la douleur, des soldats morts pendant les guerres. Demain, ils fêteront, dans le bonheur, le jour de l’Indépendance d’Israël. Depuis le Yom Haatsmaout précédent, la population israélienne a a...

Jacques Bendelac | Économie

INVITATION. L'institut pour l'innovation et la compétitivité - i7 de ESCP Europe et la CCI de Paris ont le plaisir de vous inviter au colloque "L'Europe, terre d'innovation" le 11 mai de 17h00 à 20h00 à ESCP Europe - campus de Paris / Amphi Vital Roux Animé par Delphine Manceau,Directrice de la division corporate et Professeur à ESCP Europe et Pascal Morand, Directeur général adjoint, charg...

IsraelValley Desk | Économie

ET Solutions AG, a été sélectionnée pour fournir des services d'ingénierie, d'achat et de construction clé en main pour une centrale solaire de 50 MWp en Israël, aux côtés des partenaires locaux G-Systems et El-Mor Group. Le projet se trouve à 20 km au nord-ouest de l'ancienne ville portuaire d'Ashqelon et sera construit sur 60 hectares de terres semi-désertiques. La nouvelle installation ph...

IsraelValley Desk | Économie

Shimon Pérès était à la recherche d’un emploi après avoir quitté la présidence d’Israël en Septembre dernier, et aux dernières nouvelles il a finalement obtenu une offre sympathique. Selon The Marker, M. Pérès a récemment signé un contrat avec la banque Hapoalim, dans lequel il sera payé 30 000 $ par mois pour aider à promouvoir les affaires de la banque. Un conseiller de l’ancien président...

Coolamnews.com | Économie

ANALYSE – À 67 ans, l’Israélien prend sa retraite. Pour l’économie d’Israël, c’est un nouveau départ: une année de protestation contre la vie chère. Qui a dit que le « printemps arabe » avait épargné la société israélienne ? Si Israël compte 8 millions de sujets, ce sont autant de sujets de mécontentement. À 67 ans, l’économie israélienne entre dans sa phase de maturité ; si les réseaux soci...

Jacques Bendelac | Économie

Les ministres des Affaires étrangères de seize des vingt-huit pays de l’Union européenne, dont la France, ont adressé une lettre à Federica Mogherini. Ils lui demandent d’accélérer le processus de signalisation des produits en provenance des localités juives de Judée-Samarie vendus sur le marché européen. Dans leur lettre, les ministres indiquent qu’il s’agira d’un pas important dans l’appli...

IsraPresse | Économie

Le gouvernement israélien veut encourager la reconversion des agriculteurs de l’Arava qui produisent essentiellement du poivron destiné à la Russie. La crise économique en Russie et la chute du rouble se répercutent jusque dans les exploitations israéliennes de la vallée de l’Arava. Au fil des dernières années, de nombreux agriculteurs israéliens se sont spécialisés dans la culture du poiv...

Jacques Bendelac | Économie