Oct 15

ISRAELVALLEY. ÉLECTIONS LÉGISLATIVES: UNE "ÉCONOMIE ÉLECTORALE" EST PRATIQUÉE DEPUIS DÉJÀ UN AN: accords salariaux avantageux, réformes populistes, allégements fiscaux, etc.

Authors picture

Jacques Bendelac, à Jérusalem | Économie

Headline image

Alors que le gouvernement vient de fixer la date des élections anticipées au 22 janvier prochain, il n’y aura pas d’économie électorale en Israël cette année, et pour cause: l’économie électorale a déjà commencé il y a un an, soit bien avant l’annonce officielle de la tenue d’élections anticipées.

Au cours de l’année écoulée, le gouvernement israélien, dirigé par Benyamin Netanyahou, a pris des mesures qui pourraient être qualifiées d’électorales. Dans le système politique israélien, la pratique de l’économie électorale est devenue une tradition à laquelle aucun gouvernement n’échappe: les ministres sortants ont l’habitude d’appâter les électeurs en adoptant des mesures populistes qui coûtent cher aux caisses de l’Etat. Mais cette fois-ci, le gouvernement a pris de l’avance sur le calendrier électoral: il y a belle lurette que l’économie israélienne a revêtu ses plus beaux habits d’économie électorale. En voici quelques illustrations.

Accords salariaux : qui paiera ?

Durant la campagne électorale qui durera environ trois mois, l’économie israélienne va entrer en hibernation: depuis plus d’un an, le gouvernement mène une politique économique qui a toutes les caractéristiques d’une économie électorale: les dépenses publiques ont augmenté sans que des recettes fiscales n’aient été prévues en contrepartie. Résultat: depuis le début de 2012, le déficit public a doublé, comparé à celui de l’année précédente. De janvier à septembre 2012, le déficit public a atteint 19 milliards de shekels (4 milliards d’euros), contre 10 milliards de shekels au cours des trois premiers trimestres de 2011.

Un des domaines de la gestion des fonds publics, qui a de forts relents d’économie électorale, concerne les accords de salaires signés ces derniers mois et qui vont coûter à l’Etat 7,2 milliards de shekels en 2013 (1,5 milliard d’euros). Il s’agit de la revalorisation du traitement des fonctionnaires de 2,75%, du relèvement du salaire minimum de 11% en un an et demi, de l’augmentation du salaire des médecins hospitaliers, de l’amélioration des conditions de travail des salariés intérimaires, etc. Si toutes ces relèvement de salaire sont justifiés, il reste qu’ils tous ont été accordés sous la pression de grèves, sur une période très courte et sans contrepartie budgétaire, ce qui se traduit par une aggravation du déficit public.

Réformes : des chèques sans provision ?

Autre mesure emblématique prise récemment par le gouvernement, mais dont le financement reste problématique: l’école gratuite pour les 3-4 ans. Adoptée dans le cadre de la commission Trajtenberg, la gratuité des jardins d’enfants permet d’améliorer le pouvoir d’achat des jeunes couples de toutes les classes sociales. En revanche, cette mesure n’a pas été financée, comme promis, par une coupe dans le budget militaire: une coupe transversale de 5% a été effectuée dans quasiment tous les ministères civils, remettant à l’ordre du jour l’adage bien connu en Israël: « Il n’y a pas de repas gratuit ».

Certes, au cours de la campagne électorale, le gouvernement ne manquera pas de rappeler les mesures qu’il a prises pour améliorer le niveau de vie des Israéliens de toutes conditions. Par exemple: la gratuité des soins dentaires pour les enfants jusqu’à 12 ans, la réforme de la téléphonie mobile qui a permis d’abaisser sensiblement la facture mensuelle des Israéliens, ou encore l’ouverture des frontières aux importations de produits alimentaires pour faire baisser les prix au consommateur. En revanche, le gouvernement se gardera de mentionner le relèvement de la TVA d’un point, le relèvement de l’impôt sur le revenu de 1%, l’augmentation des taxes sur les cigarettes et alcools, la dévalorisation des prestations sociales, etc.

Impôt sur les sociétés : des allégements injustifiés ?

Dernier exemple en date de « cadeau fiscal »: les allégements fiscaux sur le revenu imposable des grandes sociétés, israéliennes et multinationales. Le ministre des Finances vient de décider d’instituer un taux réduit de l’impôt sur les bénéfices qui seront transférés en dehors d’Israël; un projet de loi en ce sens a déjà été déposé à la Knesset. Cette décision controversée revient donc à réduire de moitié l’impôt que les sociétés multinationales, installées en Israël, doivent verser au trésor public lorsqu’elles exportent leurs profits à l’étranger.

On dénombre aujourd’hui en Israël environ 2.000 entreprises multinationales qui auraient accumulé un “butin” impressionnant de 120 milliards de shekels (25 milliards d’euros). Plus de la moitié de ces profits appartient à cinq ou six grandes sociétés, comme Intel, Motorola, Iscar ou Check Point, ainsi qu’à quelques entreprises israéliennes qui possèdent des filiales à l’étranger, comme Teva ou Israel Chemicals. Dorénavant, toutes ces entreprises pourront réduire de moitié environ l’impôt dû à l’Etat et donc réaliser une jolie plus-value sur le dos des finances publiques: le manque-à-gagner pour les caisses de l’Etat se monteraient à plusieurs milliards de shekels.

Jacques Bendelac (Jérusalem)

La banque Leumi semble abonnée aux mauvaises nouvelles provenant de New York. Selon la presse américaine l'établissement financier israélien devra payer une énorme amende et des frais importants. La banque serait coupable d'avoir aidé des américains à pratiquer l'évasion fiscale. La justice américaine ne fait aucun cadeau à l'entité financière. ISRAELVALLEY PLUS La banque israélienne Leum...

Yannick Danel | Économie

L’activité économique de Jérusalem subit les conséquences du climat de violence : le commerce ralentit et le tourisme risque d’en payer le prix. Depuis l’été, les heurts entre jeunes palestiniens et policiers israéliens sont quasi quotidiens et rien ne laisse envisager un prochain retour à la normale. Le climat de violence, qui règne dans les quartiers-Est de Jérusalem, commence à se faire...

Jacques Bendelac | Économie

Les travaux de construction par une société publique chinoise du nouveau port privé à Ashdod ont commencé mardi, provoquant la grève des dockers du port de Haïfa qui s'opposent à cette étape dans le processus de privatisation du dispositif portuaire israélien. Le gouverment du Premier ministre Benjamin Netanyahu, qui cherche à briser le monopole des deux ports publics de Haïfa et Ashdod à tr...

i24News | Économie

C’est une véritable victoire pour l'industrie solaire israélienne, après deux ans d’attente, le Cabinet ministériel approuve enfin l’augmentation des quotas de puissance pour l’électricité produite à partir de panneaux photovoltaïques. Les producteurs d’énergie solaire photovoltaïque pourront atteindre les 300 MW PV. Le gouvernement a approuvé plusieurs projets dans le désert du Néguev : ...

Econostrum | Économie

Malgré un ralentissement économique, Israël se maintient dans le Top 50 de l’édition 2015 de Doing Business, le classement édité par la Banque mondiale des pays les plus accueillants pour les entreprises. Dans l’édition 2015 de son classement annuel Doing Business, parmi les 189 pays passés à la loupe selon leur «facilité de faire des affaires», Israël est de loin juste après les Émirats ara...

Arié Azoulay | Économie

Étape par étape, la fin du secret bancaire approche également pour Israël. Le compte à rebours est lancé pour la généralisation de l'échange automatique d'information, l'arme jugée la plus efficace contre l'évasion fiscale. Selon (1) : "Ce mercredi, lors de la réunion annuelle du Forum mondial sur la transparence fiscale, cinquante pays, les premiers à s'être engagés à adopter ce nouveau st...

IsraelValley Desk | Économie

Selon lefigaro.fr : "Le géant des boissons non alcoolisées a signé un accord avec le spécialiste des boissons faites maison. Le titre Sodastream s'est envolé vendredi dernier en Bourse. PepsiCo (Pepsi, 7UP, Gatorade, Tropicana) a-t-il voulu copier son rival de toujours Coca-Cola ? La semaine dernière, le numéro 2 mondial des sodas a en effet annoncé avoir signé un accord avec le spécialiste isr...

IsraelValley Desk | Économie

6.000 shekels soit l’équivalent de 1.200 euros : c’est le salaire médian en Israël, c’est-à-dire le salaire que gagne un salarié israélien sur deux. Les écarts de salaire restent particulièrement ouverts en Israël ; telle est la conclusion d’un rapport de la Sécurité sociale publié hier à Jérusalem. Cette enquête inédite présente un panorama complet des salaires en Israël en 2012, dernière...

Jacques Bendelac | Économie

Tapis rouge pour l'Italie ? Les autorités israéliennes font des efforts réels (des propositions d'exonérations fiscales exceptionnelles) pour pousser le groupe Fiat à ouvrir un centre de recherche et développement dans le pays. Des délégations italiennes ont déjà visité l'Etat Hébreu plus d'une fois. Avec le temps, l'option de bâtir un centre de recherche à Tel Aviv semble de plus en plus r...

Ilan Friedman-Cohen | Économie

L’hiver sera chaud à la Knesset. De nombreux dossiers économiques attendent les députés qui rentrent de vacances : budget, coût de la vie, etc. Après de longues semaines de vacances estivales et religieuses, les députés israéliens retrouvent aujourd’hui leur siège dans l’hémicycle de la Knesset. La session d’hiver est traditionnellement chargée de dossiers économiques. La loi de finances p...

Jacques Bendelac | Économie

"Bits of Gold" devrait annoncer dans les prochains jours la grande nouvelle : l'aventure américaine devrait démarrer en trombe début novembre pour la startup israélienne experte du Bitcoin (transactions et technologies). Son jeune PDG devrait annoncer aux professionnels du secteur lors d'un évènement majeur qui se déroulera mardi à l'Université de Tel Aviv (Transtech5) le pas majeur de "Bit...

Eyal Dayan (Rehovot) | Économie

A New York, une campagne publicitaire lancée cet été et qui a duré jusqu'à mi-octobre n'est pas passée inaperçue. Pour combler son retard sur le marché par rapport à sa concurrente Sabra (67% du marché), la marque de houmous israélien Tribe a créé des affiches qu'elle a publiées dans les médias et accrochées dans les stations de métro. Ce ne sont pas les slogans à double sens («Si bon, il d...

Slate | Économie

310 125 étudiants israéliens prennent cette semaine le chemin d’un des 65 établissements d’enseignement supérieur: la majorité d’entre eux travaille. L’étudiant israélien de 2014 travaillera davantage, mais il aura aussi besoin de l’aide accrue de ses parents : ceux-ci accordent à leur enfant étudiant la somme moyenne de 16.497 shekels par an (3.500 euros) pour l’aider à boucler son budget...

Jacques Bendelac | Économie

Toutes les études le prouvent dans l'Etat hébreu : il va manquer cruellement dans les années à venir de jeunes ayant un niveau suffisant en mathématiques. La "Startup Nation" risque de s'effondrer sans ingénieurs et scientifiques de rang international. Comment réagir ? Intel, Sandisk, Marvell Israel, Microsoft, IBM, Qualcomm, Red Hat, Amdocs, eBay, et Philips s'associent dans un programme co...

Ilana Trajman | Économie

Ce n'est pas du tout par hasard si les touristes israéliens retournent au pays après avoir acheté des quantités énormes d'alcools à l'étranger. Exemple. Depuis quinze mois les prix de l'Absolut Vodka en Israël sont de +33%. La raison : des taxes sur l'alcool imposée par le Gouvernement pour renflouer les caisses de l'Etat. ISRAELVALLEY PLUS DANS NOS ARCHIVES. Après Brooklyn, Vancouver, Ista...

Ilan Friedman-Cohen | Économie