Oct 15

ISRAELVALLEY. ÉLECTIONS LÉGISLATIVES: UNE "ÉCONOMIE ÉLECTORALE" EST PRATIQUÉE DEPUIS DÉJÀ UN AN: accords salariaux avantageux, réformes populistes, allégements fiscaux, etc.

Authors picture

Jacques Bendelac, à Jérusalem | Économie

Headline image

Alors que le gouvernement vient de fixer la date des élections anticipées au 22 janvier prochain, il n’y aura pas d’économie électorale en Israël cette année, et pour cause: l’économie électorale a déjà commencé il y a un an, soit bien avant l’annonce officielle de la tenue d’élections anticipées.

Au cours de l’année écoulée, le gouvernement israélien, dirigé par Benyamin Netanyahou, a pris des mesures qui pourraient être qualifiées d’électorales. Dans le système politique israélien, la pratique de l’économie électorale est devenue une tradition à laquelle aucun gouvernement n’échappe: les ministres sortants ont l’habitude d’appâter les électeurs en adoptant des mesures populistes qui coûtent cher aux caisses de l’Etat. Mais cette fois-ci, le gouvernement a pris de l’avance sur le calendrier électoral: il y a belle lurette que l’économie israélienne a revêtu ses plus beaux habits d’économie électorale. En voici quelques illustrations.

Accords salariaux : qui paiera ?

Durant la campagne électorale qui durera environ trois mois, l’économie israélienne va entrer en hibernation: depuis plus d’un an, le gouvernement mène une politique économique qui a toutes les caractéristiques d’une économie électorale: les dépenses publiques ont augmenté sans que des recettes fiscales n’aient été prévues en contrepartie. Résultat: depuis le début de 2012, le déficit public a doublé, comparé à celui de l’année précédente. De janvier à septembre 2012, le déficit public a atteint 19 milliards de shekels (4 milliards d’euros), contre 10 milliards de shekels au cours des trois premiers trimestres de 2011.

Un des domaines de la gestion des fonds publics, qui a de forts relents d’économie électorale, concerne les accords de salaires signés ces derniers mois et qui vont coûter à l’Etat 7,2 milliards de shekels en 2013 (1,5 milliard d’euros). Il s’agit de la revalorisation du traitement des fonctionnaires de 2,75%, du relèvement du salaire minimum de 11% en un an et demi, de l’augmentation du salaire des médecins hospitaliers, de l’amélioration des conditions de travail des salariés intérimaires, etc. Si toutes ces relèvement de salaire sont justifiés, il reste qu’ils tous ont été accordés sous la pression de grèves, sur une période très courte et sans contrepartie budgétaire, ce qui se traduit par une aggravation du déficit public.

Réformes : des chèques sans provision ?

Autre mesure emblématique prise récemment par le gouvernement, mais dont le financement reste problématique: l’école gratuite pour les 3-4 ans. Adoptée dans le cadre de la commission Trajtenberg, la gratuité des jardins d’enfants permet d’améliorer le pouvoir d’achat des jeunes couples de toutes les classes sociales. En revanche, cette mesure n’a pas été financée, comme promis, par une coupe dans le budget militaire: une coupe transversale de 5% a été effectuée dans quasiment tous les ministères civils, remettant à l’ordre du jour l’adage bien connu en Israël: « Il n’y a pas de repas gratuit ».

Certes, au cours de la campagne électorale, le gouvernement ne manquera pas de rappeler les mesures qu’il a prises pour améliorer le niveau de vie des Israéliens de toutes conditions. Par exemple: la gratuité des soins dentaires pour les enfants jusqu’à 12 ans, la réforme de la téléphonie mobile qui a permis d’abaisser sensiblement la facture mensuelle des Israéliens, ou encore l’ouverture des frontières aux importations de produits alimentaires pour faire baisser les prix au consommateur. En revanche, le gouvernement se gardera de mentionner le relèvement de la TVA d’un point, le relèvement de l’impôt sur le revenu de 1%, l’augmentation des taxes sur les cigarettes et alcools, la dévalorisation des prestations sociales, etc.

Impôt sur les sociétés : des allégements injustifiés ?

Dernier exemple en date de « cadeau fiscal »: les allégements fiscaux sur le revenu imposable des grandes sociétés, israéliennes et multinationales. Le ministre des Finances vient de décider d’instituer un taux réduit de l’impôt sur les bénéfices qui seront transférés en dehors d’Israël; un projet de loi en ce sens a déjà été déposé à la Knesset. Cette décision controversée revient donc à réduire de moitié l’impôt que les sociétés multinationales, installées en Israël, doivent verser au trésor public lorsqu’elles exportent leurs profits à l’étranger.

On dénombre aujourd’hui en Israël environ 2.000 entreprises multinationales qui auraient accumulé un “butin” impressionnant de 120 milliards de shekels (25 milliards d’euros). Plus de la moitié de ces profits appartient à cinq ou six grandes sociétés, comme Intel, Motorola, Iscar ou Check Point, ainsi qu’à quelques entreprises israéliennes qui possèdent des filiales à l’étranger, comme Teva ou Israel Chemicals. Dorénavant, toutes ces entreprises pourront réduire de moitié environ l’impôt dû à l’Etat et donc réaliser une jolie plus-value sur le dos des finances publiques: le manque-à-gagner pour les caisses de l’Etat se monteraient à plusieurs milliards de shekels.

Jacques Bendelac (Jérusalem)

Très peu d'israéliens qui s'intéressent aux relations entre le Proch-Orient et Israël ont une connaissance de l'existence de relations fortes entre la France et la Jordanie sur le plan du business. Selon (1) : "En présence de François Holande, la CCI France-Jordanie a organisé en partenariat avec la Chambre de Commerce d’Amman et la commission d’Investissement, le Forum Économique France Jor...

IsraelValley Plus | Économie

Ophir Guttman, 41 ans, a été promu Directeur Général de Procter & Gamble Israël. La société est implantée dans l’État hébreu depuis 2001 mais n’avait eu que des dirigeant étrangers à sa tête. Guttman remplace Elena Kudryashova, directrice au cours des quatre dernières années. Quatre années durant lesquelles Guttman aura été Directeur des opérations commerciales et du marketing, après avoir s...

Nathan Sarel | Économie

Un nouveau mode de loisirs est en train de conquérir les Israéliens : le "Top Secret" qui consiste à acheter un service sans en connaître le détail. Voyages, restaurants, vacances, vins, etc. : le concept Top Secret se répand en Israël. Réserver un hôtel ou un restaurant dont le nom n’est révélé qu’après la réservation : ce mode de consommation, qui peut paraître saugrenu, a déjà tenté de no...

Jacques Bendelac | Économie

Le zoo de Jérusalem a perdu sa première place au classement des sites les plus visités des Israéliens ; la tension sécuritaire en serait la cause. La semaine de Pessah est propice aux promenades en famille. De nombreux Israéliens mettent à profit cette période de vacances pour s’adonner aux plaisirs de la nature, pique-niques et ballades. La visite du parc zoologique de Jérusalem (connu en a...

Jacques Bendelac | Économie

Selon la presse chypriote, l’Union Européenne prend en considération l’éventualité de développer le potentiel des champs gaziers de la Méditerranée orientale. Une telle initiative pourrait aboutir à la mise en place d’un oléoduc entre l’île d’Aphrodite et le continent européen. Un porte-parole de la Commission européenne a annoncé que “les champs gaziers de l’Est de la Méditerranée peuvent ...

Nathan Sarel (Tel Aviv) | Économie

Selon la presse russe, le gouvernement de Vladimir Poutine rechercherait à pénétrer le secteur gazier israélien par le biais d’un achat de 30% du champ Léviathan. Selon différents rapports, Gazprom, dont le capital est à 50,1% détenu par l’État, aurait jusqu’à présent avancé la meilleure offre de partenariat, devant le sud-coréen Kogas, la compagnie chinoise CNOOC et l’australien Woodside. ...

Nathan Sarel | Économie

Moins d’un mois après le cryptage généralisé des messages Whatsapp, une société israélienne passe à la vitesse supérieure en terme de protection des données personnelles. Sirin Labs, une start-up développant des smartphones hauts de gamme a récemment achevé une levée de fonds à hauteur de 72 millions de dollars. Co-fondée par Moshe Hogeg et l’entrepreneur kazakh Kenges Rakishev il y a deux ...

Nathan Sarel | Économie

Dans le domaine de la santé connectée les israéliens sont considérés, certainement à juste titre, comme des Tops leaders dans le domaine. Selon le site de la French Tech d'Israël : "La scène israélienne des technologies digitales appliquées à la santé humaine est l'une des plus dynamiques au monde. L'écosystème israélien de ce secteur foisonne de Start-ups. Il est porté par des grandes entrepr...

IsraelValley Plus | Économie

DOSSIER SPÉCIAL – La faillite de la société immobilière Inbal Or remet à l'ordre du jour une habitude israélienne : l'achat d'un logement sur plan. La première pierre n'est pas encore posée et, parfois, toutes les autorisations de construire ne sont pas encore réunies : ce qui n'empêche pas les Israéliens de se presser aux portes des promoteurs pour acquérir un logement, en déboursant une av...

Jacques Bendelac | Économie

Excellente nouvelle annoncée cette semaine par la société de notation financière internationale Fitch Ratings Ltd donne un "A" à Israël. L’agence donne crédit à la politique économique et financière du gouvernement Netanyahou et diffuse un message encourageant aux marchés internationaux à l’égard d’investisseurs potentiels en Israël. Cette promotion est d’autant plus méritoire que la tendance g...

Dan Rosh (Rehovot) | Économie

Cinq ans après son lancement, le service "Tel-Ofan" atteint sa vitesse de croisière ; en 2015, 12.000 abonnés ont évité les bouchons en pédalant. « Pourquoi marcher en ville ou rouler en voiture lorsqu’il est possible de simplement monter sur un vélo et pédaler ? » proclame le site internet de Tel-O-fun (en hébreu : Tel-Ofan). Pour convaincre de nouveaux utilisateurs, la mairie de Tel Aviv a...

Jacques Bendelac | Économie

La fête de Pessah va inciter plus d’un million d’Israéliens à prendre un peu de vacances à l’étranger. Quelles sont leurs destinations préférées ? Ce vendredi soir, les Juifs pratiquants du monde entier s’assiéront autour d’une table pour le traditionnel Seder, le repas pascal. Mais pour 1,1million d’Israéliens (14% de plus que l’an prochain), Pessah est devenu synonyme de vacances, à l’ét...

Jacques Bendelac | Économie

L'économie israélienne est très ouverte. Le commerce représente plus de 65% du PIB du pays (moyenne 2012-2014, OMC), et les exportations, épine dorsale de la croissance du pays, environ un quart du PIB. La balance commerciale d'Israël, auparavant déficitaire, a enregistré un excédent record. La situation s'est inversée depuis 2010. La balance commerciale d'Israël a affiché un déficit de ...

IsraelValley Plus | Économie

On avait enterré le kibboutz un peu vite. Si le modèle communautaire a disparu, l’industrie se porte bien ; son chiffre d’affaires s’est redressé. L’industrie kibboutzique a enregistré un chiffre d’affaires de 44 milliards de shekels en 2015 (10 milliards d’euros). La Fédération des Industries du Kibboutz vient de rendre public son rapport économique pour l’année 2015. Les données ont été ...

Jacques Bendelac | Économie

L'échange de produits contrefaits dans le monde représente plus de 300 milliards d'euros par an, soit 2,5% de l'ensemble des importations mondiales, selon un rapport de l'OCDE. Israël représente une petite goutte d'eau dans cet océan de contrefaçon. Israël est assez touché par la contrefaçon pharmaceutique. Un exemple :"Avastin, fabriqué par les laboratoires Roche, est utilisé pour traiter ...

IsraelValley Plus | Économie