Oct 15

ISRAELVALLEY. ÉLECTIONS LÉGISLATIVES: UNE "ÉCONOMIE ÉLECTORALE" EST PRATIQUÉE DEPUIS DÉJÀ UN AN: accords salariaux avantageux, réformes populistes, allégements fiscaux, etc.

Authors picture

Jacques Bendelac, à Jérusalem | Économie

Headline image

Alors que le gouvernement vient de fixer la date des élections anticipées au 22 janvier prochain, il n’y aura pas d’économie électorale en Israël cette année, et pour cause: l’économie électorale a déjà commencé il y a un an, soit bien avant l’annonce officielle de la tenue d’élections anticipées.

Au cours de l’année écoulée, le gouvernement israélien, dirigé par Benyamin Netanyahou, a pris des mesures qui pourraient être qualifiées d’électorales. Dans le système politique israélien, la pratique de l’économie électorale est devenue une tradition à laquelle aucun gouvernement n’échappe: les ministres sortants ont l’habitude d’appâter les électeurs en adoptant des mesures populistes qui coûtent cher aux caisses de l’Etat. Mais cette fois-ci, le gouvernement a pris de l’avance sur le calendrier électoral: il y a belle lurette que l’économie israélienne a revêtu ses plus beaux habits d’économie électorale. En voici quelques illustrations.

Accords salariaux : qui paiera ?

Durant la campagne électorale qui durera environ trois mois, l’économie israélienne va entrer en hibernation: depuis plus d’un an, le gouvernement mène une politique économique qui a toutes les caractéristiques d’une économie électorale: les dépenses publiques ont augmenté sans que des recettes fiscales n’aient été prévues en contrepartie. Résultat: depuis le début de 2012, le déficit public a doublé, comparé à celui de l’année précédente. De janvier à septembre 2012, le déficit public a atteint 19 milliards de shekels (4 milliards d’euros), contre 10 milliards de shekels au cours des trois premiers trimestres de 2011.

Un des domaines de la gestion des fonds publics, qui a de forts relents d’économie électorale, concerne les accords de salaires signés ces derniers mois et qui vont coûter à l’Etat 7,2 milliards de shekels en 2013 (1,5 milliard d’euros). Il s’agit de la revalorisation du traitement des fonctionnaires de 2,75%, du relèvement du salaire minimum de 11% en un an et demi, de l’augmentation du salaire des médecins hospitaliers, de l’amélioration des conditions de travail des salariés intérimaires, etc. Si toutes ces relèvement de salaire sont justifiés, il reste qu’ils tous ont été accordés sous la pression de grèves, sur une période très courte et sans contrepartie budgétaire, ce qui se traduit par une aggravation du déficit public.

Réformes : des chèques sans provision ?

Autre mesure emblématique prise récemment par le gouvernement, mais dont le financement reste problématique: l’école gratuite pour les 3-4 ans. Adoptée dans le cadre de la commission Trajtenberg, la gratuité des jardins d’enfants permet d’améliorer le pouvoir d’achat des jeunes couples de toutes les classes sociales. En revanche, cette mesure n’a pas été financée, comme promis, par une coupe dans le budget militaire: une coupe transversale de 5% a été effectuée dans quasiment tous les ministères civils, remettant à l’ordre du jour l’adage bien connu en Israël: « Il n’y a pas de repas gratuit ».

Certes, au cours de la campagne électorale, le gouvernement ne manquera pas de rappeler les mesures qu’il a prises pour améliorer le niveau de vie des Israéliens de toutes conditions. Par exemple: la gratuité des soins dentaires pour les enfants jusqu’à 12 ans, la réforme de la téléphonie mobile qui a permis d’abaisser sensiblement la facture mensuelle des Israéliens, ou encore l’ouverture des frontières aux importations de produits alimentaires pour faire baisser les prix au consommateur. En revanche, le gouvernement se gardera de mentionner le relèvement de la TVA d’un point, le relèvement de l’impôt sur le revenu de 1%, l’augmentation des taxes sur les cigarettes et alcools, la dévalorisation des prestations sociales, etc.

Impôt sur les sociétés : des allégements injustifiés ?

Dernier exemple en date de « cadeau fiscal »: les allégements fiscaux sur le revenu imposable des grandes sociétés, israéliennes et multinationales. Le ministre des Finances vient de décider d’instituer un taux réduit de l’impôt sur les bénéfices qui seront transférés en dehors d’Israël; un projet de loi en ce sens a déjà été déposé à la Knesset. Cette décision controversée revient donc à réduire de moitié l’impôt que les sociétés multinationales, installées en Israël, doivent verser au trésor public lorsqu’elles exportent leurs profits à l’étranger.

On dénombre aujourd’hui en Israël environ 2.000 entreprises multinationales qui auraient accumulé un “butin” impressionnant de 120 milliards de shekels (25 milliards d’euros). Plus de la moitié de ces profits appartient à cinq ou six grandes sociétés, comme Intel, Motorola, Iscar ou Check Point, ainsi qu’à quelques entreprises israéliennes qui possèdent des filiales à l’étranger, comme Teva ou Israel Chemicals. Dorénavant, toutes ces entreprises pourront réduire de moitié environ l’impôt dû à l’Etat et donc réaliser une jolie plus-value sur le dos des finances publiques: le manque-à-gagner pour les caisses de l’Etat se monteraient à plusieurs milliards de shekels.

Jacques Bendelac (Jérusalem)

Hier, au cœur de l'Université de Tel Aviv se tenait le "Start-Up Nation Show", destiné à présenter l'environnement israélien de l'innovation et quelques-unes des meilleures start-up du pays. Axelle Lemaire a pris la parole (dans un anglais "Oxfordien") pour expliquer aux 180 participants d'un Forum "France-Israël" l'excellence Française en matière digitale. LA START UP NATION. Axelle Lemaire...

Nathan Sarel (Tel Aviv) | Économie

Le Premier ministre français a visité dimanche 22 mai une centrale solaire et un incubateur de start-up à Tel-Aviv. Pendant ces quelques heures consacrées aux relations d'affaires, Manuel Valls a vanté le dynamisme économique de la France. Avec notre envoyée spéciale à Tel Aviv, Valérie Gas C’est un des messages que Manuel Valls aime faire passer lors de ses déplacements à l’étranger : « ...

IsraelValley Plus | Économie

La session d’été de la Knesset s’ouvre cette semaine ; après la trêve de Pessah, plusieurs dossiers économiques attendent les 120 députés israéliens. La fin de la trêve de Pessah et de Yom Haatsmaout a sonné pour les 120 députés israéliens. La session parlementaire d’été s’ouvre à Jérusalem ce 23 mai 2016 et elle se prolongera jusqu’au 7 août. Cette session démarre alors que la coalition ...

Jacques Bendelac | Économie

Après l’annulation de la "clause de stabilité" par la Cour Suprême, le gouvernement israélien et les sociétés gazières ont concocté un nouvel accord. Nouvel (et dernier ?) épisode dans la saga du gaz israélien : le Conseil des ministres hebdomadaire avalise la nouvelle version de l’accord gazier. Réuni à Jérusalem ce dimanche matin, le gouvernement israélien vote l’amendement à l’accord ga...

Jacques Bendelac | Économie

BHI Bank Hapoalim et Business Leaders ont le plaisir de vous accueillir pour leur prochain Business Breakfast. Avec le Dr Nadine Baudot-Trajtenberg, Gouverneur adjointe de la Banque centrale d'Israël sur le Thème : L’Economie Innovatrice : le cas d’Israel Le Mercredi 25 Mai 2016 de 8h30 à 11h00 Salon Hoche 9, avenue Hoche 75008 Paris Réservation obligatoire : Pour confirmer votre parti...

IsraelValley Plus | Économie

L'entrée d'Israël Beteinou dans la coalition gouvernementale en Israël ne laisse pas envisager d'importants changements dans la politique économique. L'élargissement de la coalition gouvernementale au parti "Israël Beiteinou" d'Avigdor Lieberman a fait l'effet d'une mini-bombe politique. L'entrée du parti de la droite nationaliste dans le gouvernement de Benyamin Netanyahou va peser sur les ...

Jacques Bendelac | Économie

Si les ressources substantielles affectées à l’armée et aux services de sécurité ont des retombées positives sur le développement économique civil, elles représentent un coût considérable. Les dépenses publiques de personnel et d’équipement consacrées à la défense sont aujourd’hui nettement inférieures aux pics atteints précédemment, mais elles demeurent relativement élevées, atteignant env...

IsraelValley Desk | Économie

L’influence substantielle de la bulle Internet des années 90 sur l’économie israélienne illustre le rôle prépondérant joué par les technologies de pointe dans la croissance, suscitant un intérêt considérable à l’étranger. C’est en partie le résultat de la politique d’innovation, qui comporte notamment un système d’attribution d’aides à la R-D par concours et offre un soutien aux sociétés ét...

IsraelValley Desk | Économie

Le ministre israélien des Finances réunit les partenaires sociaux autour d'une "table ronde". Au menu : croissance, niveau de vie et productivité. Pour la première fois depuis 2009, des négociations collectives auront lieu en Israël autour d'une table ronde. Celle-ci va réunir les trois principaux partenaires sociaux: le gouvernement, le patronat et les syndicats. Ainsi en a décidé Moshé K...

Jacques Bendelac | Économie

Netafim, le leader mondial des solutions d’irrigation intelligentes, a récemment inauguré sa première usine de production en Chine. Matan Vilnai, l’ambassadeur d’Israël en Chine, Zeng Yichun, vice-gouverneur du Ningxia, et Wu Hongxiang, directeur du Bureau de l’eau du Ningxia, figuraient parmi les personnes assistant à la cérémonie d’inauguration. Située à Yinchuan, la capitale de la région ...

IsraelValley Plus | Économie

2016 a démarré sur le pied gauche pour l'économie israélienne ; le rythme de croissance du PIB reste très inférieur aux prévisions officielles. L'économie d'Israël a du mal à démarrer l'année 2016 ; elle serait même au bord de la récession. Au premier trimestre 2016, le PIB israélien a augmenté d’un petit 0,8% en rythme annuel ; par tête d’habitant, il s’agit même d’une baisse de la producti...

Jacques Bendelac | Économie

Pierre Gattaz, président du MEDEF, est actuellement en visite en Israël, dans les Territoires Palestiniens et en Jordanie jusqu'au 19 mai 2016. Il y conduit une délégation de plus de 30 entreprises et organismes de formation. La délégation est également conduite en Israël par Philippe Guez, président du Conseil de chefs d’entreprises France-Israël de MEDEF International et Vice-président pou...

Nathan Sarel (Tel Aviv) | Économie

Durant ses soixante-huit ans d’existence, Israël a vu sa population multipliée par 10, son PIB multiplié par 44 et le niveau de vie multiplié par 7. En mai 2016, la population israélienne compte 8 522 000 habitants, dont 74,8% de juifs (6,4 millions), 20,8% d’arabes (1,8 million) et 4,4% de chrétiens et d’individus d’autres confessions ou ethnies (0,3 million). Les festivités de l’Indé...

Jacques Bendelac | Économie

Il y a moins d’accidents du travail en Israël qu’en Europe ; en revanche, dans le bâtiment, on compte deux fois plus d’accidents en Israël qu’en Europe. En Israël, la branche du bâtiment est la plus dangereuse de toutes les activités professionnelles ; c’est ce qui ressort du rapport annuel que vient de publier le ministère israélien de l’Économie, conjointement avec la Sécurité sociale, s...

Jacques Bendelac | Économie

HP Inc. officialise la création d’une branche capital-risque orientée notamment sur l’impression 3D, l’intelligence artificielle, la robotique et l’IoT. Le groupe informatique américain a officialisé la constitution d’une nouvelle branche de capital-investissement qui se concentrera sur les entreprises en phase d’amorçage, jusqu’à leur premier tour de table institutionnel (« Series A »). ...

IsraelValley Plus | Économie