Oct 15

ISRAELVALLEY. ÉLECTIONS LÉGISLATIVES: UNE "ÉCONOMIE ÉLECTORALE" EST PRATIQUÉE DEPUIS DÉJÀ UN AN: accords salariaux avantageux, réformes populistes, allégements fiscaux, etc.

Authors picture

Jacques Bendelac, à Jérusalem | Économie

Headline image

Alors que le gouvernement vient de fixer la date des élections anticipées au 22 janvier prochain, il n’y aura pas d’économie électorale en Israël cette année, et pour cause: l’économie électorale a déjà commencé il y a un an, soit bien avant l’annonce officielle de la tenue d’élections anticipées.

Au cours de l’année écoulée, le gouvernement israélien, dirigé par Benyamin Netanyahou, a pris des mesures qui pourraient être qualifiées d’électorales. Dans le système politique israélien, la pratique de l’économie électorale est devenue une tradition à laquelle aucun gouvernement n’échappe: les ministres sortants ont l’habitude d’appâter les électeurs en adoptant des mesures populistes qui coûtent cher aux caisses de l’Etat. Mais cette fois-ci, le gouvernement a pris de l’avance sur le calendrier électoral: il y a belle lurette que l’économie israélienne a revêtu ses plus beaux habits d’économie électorale. En voici quelques illustrations.

Accords salariaux : qui paiera ?

Durant la campagne électorale qui durera environ trois mois, l’économie israélienne va entrer en hibernation: depuis plus d’un an, le gouvernement mène une politique économique qui a toutes les caractéristiques d’une économie électorale: les dépenses publiques ont augmenté sans que des recettes fiscales n’aient été prévues en contrepartie. Résultat: depuis le début de 2012, le déficit public a doublé, comparé à celui de l’année précédente. De janvier à septembre 2012, le déficit public a atteint 19 milliards de shekels (4 milliards d’euros), contre 10 milliards de shekels au cours des trois premiers trimestres de 2011.

Un des domaines de la gestion des fonds publics, qui a de forts relents d’économie électorale, concerne les accords de salaires signés ces derniers mois et qui vont coûter à l’Etat 7,2 milliards de shekels en 2013 (1,5 milliard d’euros). Il s’agit de la revalorisation du traitement des fonctionnaires de 2,75%, du relèvement du salaire minimum de 11% en un an et demi, de l’augmentation du salaire des médecins hospitaliers, de l’amélioration des conditions de travail des salariés intérimaires, etc. Si toutes ces relèvement de salaire sont justifiés, il reste qu’ils tous ont été accordés sous la pression de grèves, sur une période très courte et sans contrepartie budgétaire, ce qui se traduit par une aggravation du déficit public.

Réformes : des chèques sans provision ?

Autre mesure emblématique prise récemment par le gouvernement, mais dont le financement reste problématique: l’école gratuite pour les 3-4 ans. Adoptée dans le cadre de la commission Trajtenberg, la gratuité des jardins d’enfants permet d’améliorer le pouvoir d’achat des jeunes couples de toutes les classes sociales. En revanche, cette mesure n’a pas été financée, comme promis, par une coupe dans le budget militaire: une coupe transversale de 5% a été effectuée dans quasiment tous les ministères civils, remettant à l’ordre du jour l’adage bien connu en Israël: « Il n’y a pas de repas gratuit ».

Certes, au cours de la campagne électorale, le gouvernement ne manquera pas de rappeler les mesures qu’il a prises pour améliorer le niveau de vie des Israéliens de toutes conditions. Par exemple: la gratuité des soins dentaires pour les enfants jusqu’à 12 ans, la réforme de la téléphonie mobile qui a permis d’abaisser sensiblement la facture mensuelle des Israéliens, ou encore l’ouverture des frontières aux importations de produits alimentaires pour faire baisser les prix au consommateur. En revanche, le gouvernement se gardera de mentionner le relèvement de la TVA d’un point, le relèvement de l’impôt sur le revenu de 1%, l’augmentation des taxes sur les cigarettes et alcools, la dévalorisation des prestations sociales, etc.

Impôt sur les sociétés : des allégements injustifiés ?

Dernier exemple en date de « cadeau fiscal »: les allégements fiscaux sur le revenu imposable des grandes sociétés, israéliennes et multinationales. Le ministre des Finances vient de décider d’instituer un taux réduit de l’impôt sur les bénéfices qui seront transférés en dehors d’Israël; un projet de loi en ce sens a déjà été déposé à la Knesset. Cette décision controversée revient donc à réduire de moitié l’impôt que les sociétés multinationales, installées en Israël, doivent verser au trésor public lorsqu’elles exportent leurs profits à l’étranger.

On dénombre aujourd’hui en Israël environ 2.000 entreprises multinationales qui auraient accumulé un “butin” impressionnant de 120 milliards de shekels (25 milliards d’euros). Plus de la moitié de ces profits appartient à cinq ou six grandes sociétés, comme Intel, Motorola, Iscar ou Check Point, ainsi qu’à quelques entreprises israéliennes qui possèdent des filiales à l’étranger, comme Teva ou Israel Chemicals. Dorénavant, toutes ces entreprises pourront réduire de moitié environ l’impôt dû à l’Etat et donc réaliser une jolie plus-value sur le dos des finances publiques: le manque-à-gagner pour les caisses de l’Etat se monteraient à plusieurs milliards de shekels.

Jacques Bendelac (Jérusalem)

Le gouvernement israélien veut encourager la reconversion des agriculteurs de l’Arava qui produisent essentiellement du poivron destiné à la Russie. La crise économique en Russie et la chute du rouble se répercutent jusque dans les exploitations israéliennes de la vallée de l’Arava. Au fil des dernières années, de nombreux agriculteurs israéliens se sont spécialisés dans la culture du poiv...

Jacques Bendelac | Économie

Les ministres des Affaires étrangères de seize des vingt-huit pays de l’Union européenne, dont la France, ont adressé une lettre à Federica Mogherini. Ils lui demandent d’accélérer le processus de signalisation des produits en provenance des localités juives de Judée-Samarie vendus sur le marché européen. Dans leur lettre, les ministres indiquent qu’il s’agira d’un pas important dans l’appli...

IsraPresse | Économie

La saison 3 est lancée ! Les 6 start-ups sélectionnées parmi 175 candidatures pour le programme d’accélération Orange Fab France ont présenté leur projet devant des investisseurs et des entrepreneurs à Paris aujourd’hui. Dopez vos plus-values Afrostream est le service de vidéo à la demande par abonnement qui donne à des millions de fans un accès illimité aux films et séries africaines, afro...

IsraelValley Desk | Économie

Les transactions immobilières ont reculé en février après une poussée en janvier ; le Sud d’Israël devient très recherché par les investisseurs. La note de conjoncture hebdomadaire publiée par le ministère des Finances à Jérusalem consacre une longue analyse au marché immobilier au début 2015. En février dernier, 10.500 logements ont été achetés en Israël, soit 3,5% de moins qu’en janvier. C...

Jacques Bendelac | Économie

Si la situation économique des rescapés de la Shoah s’améliore, ils sont encore nombreux à vivre dans la pauvreté et à rogner sur leurs dépenses. Israël commémore aujourd’hui la Journée de la Shoah, officiellement dénommée Yom ha-zikaron laShoah vélaGvoura (« Journée du souvenir pour la Shoah et l’Héroïsme »). Au début 2015, 189.000 rescapés de la Shoah vivaient en Israël ; deux tiers d’en...

Jacques Bendelac | Économie

Le ministre israélien des Transports prépare une mini-révolution dans les plaques d’immatriculation des véhicules; son coût élevé sera inévitable. À partir de 2017, les plaques d’immatriculation des véhicules en Israël sera composé de huit chiffres, contre sept aujourd’hui. Explication : au rythme actuel des immatriculations, toutes les combinaisons à sept chiffres seront prochainement épu...

Jacques Bendelac | Économie

Fin de la trêve pascale en Israël : les tractations pour la formation d’un gouvernement reprennent, les dossiers économiques restent brûlants. L’économie sera un des principaux enjeux des transactions pour former un gouvernement de coalition israélien. Le Premier ministre nommé, Benyamin Netanyahou, devra « jongler » entre les exigences des différents partenaires potentiels, tout en leur f...

Jacques Bendelac | Économie

De nombreuses universités et associations philantropiques israéliennes rêvent de reçevoir une partie de la fortune de Tim Cook. Selon i24News : "Le patron d'Apple, Tim Cook, céderait sa fortune à des oeuvres de charité, une somme qui approcherait les 800 millions de dollars, selon une révélation du magazine Fortune. Aujourd'hui âgé de 54 ans, Tim Cook a indiqué qu'il donnera son argent à des...

IsraelValley et i24News | Économie

Avec le recul de l’euro face au shekel, la parité euro/dollar deviendrait une réalité dans le courant de 2015. Quel impact sur l’économie d’Israël? Au dernier jour de cotation de la semaine de Pessah à la bourse de Tel Aviv, le dollar est resté stable à 3,94 shekels. En revanche, la monnaie européenne a encore perdu 1% de sa valeur face à la devise israélienne : l’euro vaut désormais 4,24 ...

Jacques Bendelac | Économie

HiLabs tente de faire passer le message de la nation start-up aux 200 000 Juifs argentins. Situé à Buenos Aires, HiLabs cherche recréer autant que possible l’atmosphère des incubateurs israéliens, en donnant aux participants les outils et le mentorat nécessaires au développement d’applications et de nouvelles technologies. « Nous avons reçu 300 candidatures pour 30 places. Cela a dépassé tou...

Times of Israel | Économie

Benjamin Netanyahu a l’intention de revenir à des budgets sur deux ans, une politique financière que son gouvernement avait adoptée lors de son mandat de 2009 à 2013 mais qui avait été abandonnée par le gouvernement récemment dissous. La decision de réintroduire cette politique n’a pas été motivée par des considérations budgétaires, mais dans le but de stabiliser la future coalition au pouvoir ...

Times of Israel | Économie

Le secteur chimique en Israël est incontestablement un des piliers de son industrie et joue un rôle majeur dans l’économie du pays. Il couvre une variété d’activités ; le raffinage et la pétrochimie, les engrais, la fabrication de matières premières de base, l’utilisation des ressources minérales naturelles, les produits de biotechnologie, cosmétiques, pharmaceutiques, les produits d’entretien...

IsraelValley Desk | Économie

Les villes monnayent le nom de leurs installations sportives, terrains et gymnases ; des sociétés commerciales s’engouffrent dans ce sponsoring. C’est désormais un phénomène courant en Israël ; pour injecter des fonds dans le secteur du sport, les municipalités israéliennes vendent le nom de leurs installations sportives à des sponsors privés. Cette semaine, c’est la ville de Haïfa qui a p...

Jacques Bendelac | Économie

INFO ? INTOX? Le BDS va pleurer de rage. Israël pourrait devenir exportateur de saucisses Hallal vers l’Arabie Saoudite. Les saoudiens pourraient bientôt manger des hot-dogs Hallal fabriqués en Israël, mais ils ne seront pas étiquetés comme tels. Reuven Maskit, directeur général de l’usine Soglowek de saucisses et viande à Nahariya, a déclaré qu’un intermédiaire européenne a offert d’acheter...

JSS News | Économie

Peut-on vivre en Israël sans compte en banque ? La réponse est positive pour 73.400 ménages qui ne sont pas « bancarisés », soit 3% de la population. Une étude inédite de l’Institut de la Statistique publiée récemment à Jérusalem, révèle les habitudes financières des Israéliens et leurs comportements en matière d’épargne. Cette enquête a été réalisée auprès de 4.621 ménages israéliens, rep...

Jacques Bendelac | Économie