Oct 15

ISRAELVALLEY. ÉLECTIONS LÉGISLATIVES: UNE "ÉCONOMIE ÉLECTORALE" EST PRATIQUÉE DEPUIS DÉJÀ UN AN: accords salariaux avantageux, réformes populistes, allégements fiscaux, etc.

Authors picture

Jacques Bendelac, à Jérusalem | Économie

Headline image

Alors que le gouvernement vient de fixer la date des élections anticipées au 22 janvier prochain, il n’y aura pas d’économie électorale en Israël cette année, et pour cause: l’économie électorale a déjà commencé il y a un an, soit bien avant l’annonce officielle de la tenue d’élections anticipées.

Au cours de l’année écoulée, le gouvernement israélien, dirigé par Benyamin Netanyahou, a pris des mesures qui pourraient être qualifiées d’électorales. Dans le système politique israélien, la pratique de l’économie électorale est devenue une tradition à laquelle aucun gouvernement n’échappe: les ministres sortants ont l’habitude d’appâter les électeurs en adoptant des mesures populistes qui coûtent cher aux caisses de l’Etat. Mais cette fois-ci, le gouvernement a pris de l’avance sur le calendrier électoral: il y a belle lurette que l’économie israélienne a revêtu ses plus beaux habits d’économie électorale. En voici quelques illustrations.

Accords salariaux : qui paiera ?

Durant la campagne électorale qui durera environ trois mois, l’économie israélienne va entrer en hibernation: depuis plus d’un an, le gouvernement mène une politique économique qui a toutes les caractéristiques d’une économie électorale: les dépenses publiques ont augmenté sans que des recettes fiscales n’aient été prévues en contrepartie. Résultat: depuis le début de 2012, le déficit public a doublé, comparé à celui de l’année précédente. De janvier à septembre 2012, le déficit public a atteint 19 milliards de shekels (4 milliards d’euros), contre 10 milliards de shekels au cours des trois premiers trimestres de 2011.

Un des domaines de la gestion des fonds publics, qui a de forts relents d’économie électorale, concerne les accords de salaires signés ces derniers mois et qui vont coûter à l’Etat 7,2 milliards de shekels en 2013 (1,5 milliard d’euros). Il s’agit de la revalorisation du traitement des fonctionnaires de 2,75%, du relèvement du salaire minimum de 11% en un an et demi, de l’augmentation du salaire des médecins hospitaliers, de l’amélioration des conditions de travail des salariés intérimaires, etc. Si toutes ces relèvement de salaire sont justifiés, il reste qu’ils tous ont été accordés sous la pression de grèves, sur une période très courte et sans contrepartie budgétaire, ce qui se traduit par une aggravation du déficit public.

Réformes : des chèques sans provision ?

Autre mesure emblématique prise récemment par le gouvernement, mais dont le financement reste problématique: l’école gratuite pour les 3-4 ans. Adoptée dans le cadre de la commission Trajtenberg, la gratuité des jardins d’enfants permet d’améliorer le pouvoir d’achat des jeunes couples de toutes les classes sociales. En revanche, cette mesure n’a pas été financée, comme promis, par une coupe dans le budget militaire: une coupe transversale de 5% a été effectuée dans quasiment tous les ministères civils, remettant à l’ordre du jour l’adage bien connu en Israël: « Il n’y a pas de repas gratuit ».

Certes, au cours de la campagne électorale, le gouvernement ne manquera pas de rappeler les mesures qu’il a prises pour améliorer le niveau de vie des Israéliens de toutes conditions. Par exemple: la gratuité des soins dentaires pour les enfants jusqu’à 12 ans, la réforme de la téléphonie mobile qui a permis d’abaisser sensiblement la facture mensuelle des Israéliens, ou encore l’ouverture des frontières aux importations de produits alimentaires pour faire baisser les prix au consommateur. En revanche, le gouvernement se gardera de mentionner le relèvement de la TVA d’un point, le relèvement de l’impôt sur le revenu de 1%, l’augmentation des taxes sur les cigarettes et alcools, la dévalorisation des prestations sociales, etc.

Impôt sur les sociétés : des allégements injustifiés ?

Dernier exemple en date de « cadeau fiscal »: les allégements fiscaux sur le revenu imposable des grandes sociétés, israéliennes et multinationales. Le ministre des Finances vient de décider d’instituer un taux réduit de l’impôt sur les bénéfices qui seront transférés en dehors d’Israël; un projet de loi en ce sens a déjà été déposé à la Knesset. Cette décision controversée revient donc à réduire de moitié l’impôt que les sociétés multinationales, installées en Israël, doivent verser au trésor public lorsqu’elles exportent leurs profits à l’étranger.

On dénombre aujourd’hui en Israël environ 2.000 entreprises multinationales qui auraient accumulé un “butin” impressionnant de 120 milliards de shekels (25 milliards d’euros). Plus de la moitié de ces profits appartient à cinq ou six grandes sociétés, comme Intel, Motorola, Iscar ou Check Point, ainsi qu’à quelques entreprises israéliennes qui possèdent des filiales à l’étranger, comme Teva ou Israel Chemicals. Dorénavant, toutes ces entreprises pourront réduire de moitié environ l’impôt dû à l’Etat et donc réaliser une jolie plus-value sur le dos des finances publiques: le manque-à-gagner pour les caisses de l’Etat se monteraient à plusieurs milliards de shekels.

Jacques Bendelac (Jérusalem)

Si le projet de budget n’est pas encore connu, les propos du ministre des Finances soulèvent plus de questions et qu’elles n’apportent de réponses. Alors que les experts du Trésor n’ont pas fini de concocter la loi de finances pour 2015, le ministre Yaïr Lapid (photo) a déjà promis que « le budget 2015 sera une bonne nouvelle sociale ; si le budget précédent était un budget de crise, le prés...

Jacques Bendelac | Économie

C'est ce que pense Nick Butler, un expert britannique en matière d'énergie. Les coûts d'exportation seraient plus élevés que ceux des concurrents et il serait suggéré d'utiliser le gaz naturel liquéfié principalement pour la consommation domestique. Il existe en Israël un consensus national selon lequel la découverte d'immenses gisements de gaz naturel au large des côtes au cours de ces der...

Avner Myers | Économie

La société de création de plateforme web en ligne qui compte déjà 800 employés à Tel Aviv et à travers le monde a annoncé aujourd’hui l’ouverture d’un nouveau centre de développement dans le parc High Tech à Beersheva. La société a embauché des dizaines développeurs mais n’a pas encore statué sur l’emplacement définitif de ses locaux au sein du parc. Chaque année, la société double ses effec...

Dan Levy | Économie

L'industrie agroalimentaire israélienne sera présente lors du SIAL 2014 (du 19 au 23 octobre 2014 à Paris - France). C'est l'un des salons professionnels que les israéliens adorent. Les visiteurs israéliens peuvent, en un temps record, rencontrer les meilleurs experts au monde du secteur. C'est l'une des rencontres où l'on peut clôturer des deals dans une atmosphère très conviviale. Selon n...

Eyal Ganor (Tel Aviv) | Économie

Avec des vignobles plantés sur d’anciennes terrasses calcaires à 900 mètres d’altitude, la Psagot Winery propose des vins qui ont un lien avec la terre, riches en minéraux, avec des notes d’herbes méditerranéennes, écrit le critique de vin Daniel Rogov. Psagot est également située dans le centre de la Cisjordanie, à proximité de la banlieue d’El Bireh, un quartier de Ramallah. Vraiment à pro...

Times of Israel | Économie

Le Bureau central de statistique publie un aperçu de la vie dans 14 localités. Vous songez à quitter votre ville natale pour Israël? Le Bureau central des statistiques est là pour vous aider. L'organisme gouvernemental propose un mini guide qui nous apprend laquelle des 14 plus grandes villes d'Israël a le meilleur taux d'actif sur le marché du travail, celle qui a l...

Avner Myers | Économie

Une société en cybersécurité lève 86 millions ; Une filiale de la Israel Corporation vendue à Wall Street L'entreprise israélienne en cybersécurité "CyberArk" a levé 86 millions de dollars mercredi lors de son introduction en bourse et le cours de son action s’est envolé à 86% durant les 3 jours qui ont suivi. "CyberArk", qui développe des logiciels de protection contre les cyber-attaqu...

i24News | Économie

Le Japon n’est pas forcément le premier pays qui vient à l’esprit lorsqu’on pense aux partenaires d’Israël. Pourtant, l’intérêt mutuel que se portent ses deux pays grandit. Ainsi, le Premier ministre Benyamin Netanyahou a effectué au Japon une visite de cinq jours en mai dernier, et en a profité pour signer un nouvel accord de coopération économique avec son homologue japonais. Des échanges ...

Dr Paul Balança | Économie

En raison de la guerre à Gaza, les mois d’été ont été moroses pour les commerçants israéliens: les fêtes juives de la rentrée sont arrivées à temps. Les commerçants israéliens tablent sur les fêtes juives pour redresser leur chiffre d’affaires qui a souffert de la guerre à Gaza. Les fêtes juives, qui ont démarré le 25 septembre avec Rosh Hashana et qui se poursuivront avec Kippour et Soucc...

Jacques Bendelac | Économie

La start-up EatWith propose une plateforme en ligne pour les cuisiniers amateurs souhaitant faire bénéficier de leurs talents culinaires de parfaits étrangers. La formule est simple: elle implique la cuisson de vos meilleurs plats servis à des inconnus transformé en clients le temps d'un repas. La société israélienne vient de lever 8 millions de dollars auprès d'un groupe d'investisseurs di...

Avner Myers | Économie

À la veille de Rosh Hashana, les ministres de la Défense et des Finances se sont mis d’accord: le budget militaire d’Israël bondira de 13% en 2015. Benyamin Netanyahou s’envole ce dimanche pour participer à l’assemble générale des Nations-Unis. Il pourra atterrir à New-York la tête reposée : à la dernier minute, il a réussi à mettre d’accord Yaïr Lapid, son ministre des Finances, et Moshe ...

Jacques Bendelac | Économie

Lors de l'année juive écoulée c'est bien la poussée très forte de l'Alyah de France vers Israël qui a profondément marquée les esprits. Sur le plan économique les chiffres des échanges franco-israéliens sont assez stables. IsraelValley vous présente l'analyse des Autorités françaises qui ont fait récemment le point sur le plan économique entre les deux pays. Selon (1) : "Pays jeune, dyn...

IsraelValley Desk | Économie

Vous voulez vous débarrasser de vos objets superflus ? Durant des années il suffisait en Israël d'entendre les cris de "Alte Zachen" (deux mots en Yiddish, mais déclamés avec une lourde prononciation en arabe) pour comprendre qu'une charrette de ramassage, tirée par des chevaux, passait par là. Les arabes israéliens ont l'exclusivité de ce travail. Depuis quelques jours une nouvelle loi in...

Ilan Friedman (Tel Aviv) | Économie

À la veille de Rosh Hachana, une "guerre des chiffres" sur la population israélienne a opposé le ministère de l’Intérieur au Bureau des Statistiques. En début de semaine, le ministère israélien de l’Intérieur a publié des chiffres pour le moins étonnants : à l’approche de l’année juive 5775, la population israélienne compterait 8.904.373 personnes. En se basant sur cette information, la pr...

Jacques Bendelac | Économie

En matière d'innovation, les israéliens sont très bien plaçés dans le monde. Les chiffres le prouvent . Le nombre de brevets par tête d'habitant d'Israël est exceptionnel. Pourtant à Berlin, lors d'une cérémonie importante, aucun israélien n'était sur scène pour reçevoir un prix.C'est un Allemand qui a attiré le regards et les projecteurs du monde entier. son nom : Artur Fisch. Selon (1) : "...

Eyal Friedmann | Économie