Oct 15

ISRAELVALLEY. ÉLECTIONS LÉGISLATIVES: UNE "ÉCONOMIE ÉLECTORALE" EST PRATIQUÉE DEPUIS DÉJÀ UN AN: accords salariaux avantageux, réformes populistes, allégements fiscaux, etc.

Authors picture

Jacques Bendelac, à Jérusalem | Économie

Headline image

Alors que le gouvernement vient de fixer la date des élections anticipées au 22 janvier prochain, il n’y aura pas d’économie électorale en Israël cette année, et pour cause: l’économie électorale a déjà commencé il y a un an, soit bien avant l’annonce officielle de la tenue d’élections anticipées.

Au cours de l’année écoulée, le gouvernement israélien, dirigé par Benyamin Netanyahou, a pris des mesures qui pourraient être qualifiées d’électorales. Dans le système politique israélien, la pratique de l’économie électorale est devenue une tradition à laquelle aucun gouvernement n’échappe: les ministres sortants ont l’habitude d’appâter les électeurs en adoptant des mesures populistes qui coûtent cher aux caisses de l’Etat. Mais cette fois-ci, le gouvernement a pris de l’avance sur le calendrier électoral: il y a belle lurette que l’économie israélienne a revêtu ses plus beaux habits d’économie électorale. En voici quelques illustrations.

Accords salariaux : qui paiera ?

Durant la campagne électorale qui durera environ trois mois, l’économie israélienne va entrer en hibernation: depuis plus d’un an, le gouvernement mène une politique économique qui a toutes les caractéristiques d’une économie électorale: les dépenses publiques ont augmenté sans que des recettes fiscales n’aient été prévues en contrepartie. Résultat: depuis le début de 2012, le déficit public a doublé, comparé à celui de l’année précédente. De janvier à septembre 2012, le déficit public a atteint 19 milliards de shekels (4 milliards d’euros), contre 10 milliards de shekels au cours des trois premiers trimestres de 2011.

Un des domaines de la gestion des fonds publics, qui a de forts relents d’économie électorale, concerne les accords de salaires signés ces derniers mois et qui vont coûter à l’Etat 7,2 milliards de shekels en 2013 (1,5 milliard d’euros). Il s’agit de la revalorisation du traitement des fonctionnaires de 2,75%, du relèvement du salaire minimum de 11% en un an et demi, de l’augmentation du salaire des médecins hospitaliers, de l’amélioration des conditions de travail des salariés intérimaires, etc. Si toutes ces relèvement de salaire sont justifiés, il reste qu’ils tous ont été accordés sous la pression de grèves, sur une période très courte et sans contrepartie budgétaire, ce qui se traduit par une aggravation du déficit public.

Réformes : des chèques sans provision ?

Autre mesure emblématique prise récemment par le gouvernement, mais dont le financement reste problématique: l’école gratuite pour les 3-4 ans. Adoptée dans le cadre de la commission Trajtenberg, la gratuité des jardins d’enfants permet d’améliorer le pouvoir d’achat des jeunes couples de toutes les classes sociales. En revanche, cette mesure n’a pas été financée, comme promis, par une coupe dans le budget militaire: une coupe transversale de 5% a été effectuée dans quasiment tous les ministères civils, remettant à l’ordre du jour l’adage bien connu en Israël: « Il n’y a pas de repas gratuit ».

Certes, au cours de la campagne électorale, le gouvernement ne manquera pas de rappeler les mesures qu’il a prises pour améliorer le niveau de vie des Israéliens de toutes conditions. Par exemple: la gratuité des soins dentaires pour les enfants jusqu’à 12 ans, la réforme de la téléphonie mobile qui a permis d’abaisser sensiblement la facture mensuelle des Israéliens, ou encore l’ouverture des frontières aux importations de produits alimentaires pour faire baisser les prix au consommateur. En revanche, le gouvernement se gardera de mentionner le relèvement de la TVA d’un point, le relèvement de l’impôt sur le revenu de 1%, l’augmentation des taxes sur les cigarettes et alcools, la dévalorisation des prestations sociales, etc.

Impôt sur les sociétés : des allégements injustifiés ?

Dernier exemple en date de « cadeau fiscal »: les allégements fiscaux sur le revenu imposable des grandes sociétés, israéliennes et multinationales. Le ministre des Finances vient de décider d’instituer un taux réduit de l’impôt sur les bénéfices qui seront transférés en dehors d’Israël; un projet de loi en ce sens a déjà été déposé à la Knesset. Cette décision controversée revient donc à réduire de moitié l’impôt que les sociétés multinationales, installées en Israël, doivent verser au trésor public lorsqu’elles exportent leurs profits à l’étranger.

On dénombre aujourd’hui en Israël environ 2.000 entreprises multinationales qui auraient accumulé un “butin” impressionnant de 120 milliards de shekels (25 milliards d’euros). Plus de la moitié de ces profits appartient à cinq ou six grandes sociétés, comme Intel, Motorola, Iscar ou Check Point, ainsi qu’à quelques entreprises israéliennes qui possèdent des filiales à l’étranger, comme Teva ou Israel Chemicals. Dorénavant, toutes ces entreprises pourront réduire de moitié environ l’impôt dû à l’Etat et donc réaliser une jolie plus-value sur le dos des finances publiques: le manque-à-gagner pour les caisses de l’Etat se monteraient à plusieurs milliards de shekels.

Jacques Bendelac (Jérusalem)

Une course contre la montre est engagée dans le monde pour trouver un traitement anti-Ebola: les israéliens Protalix et CollPlant sont en lice. La recherche médicale israélienne pourrait contribuer à mettre au point un vaccin ou un traitement contre le virus Ebola. C’est, du moins, ce que croient de nombreux spécialistes et investisseurs qui misent sur les valeurs boursières de plusieurs s...

Jacques Bendelac | Économie

Selon francetvinfo : "La chasse aux sites de trading est ouverte. L'Autorité des Marchés Financiers (AMF) se lance à la poursuite de certains sites Internet qui proposent aux particuliers de gagner beaucoup d'argent en très peu de temps. Entre 2009 et 2012, près de 13 000 épargnants ont perdu au total près de 175 millions d’euros. Dans une liste noire, l'AMF fait état d'une centaine de sites...

IsraelValley Desk | Économie

La guerre à Gaza aurait-elle dissuadé les voleurs de voitures ? Sans doute que oui : les vols de voitures ont baissé de 20% depuis le début 2014. Bien sûr, il n’y a pas que la guerre à Gaza, l’été dernier, qui ait provoqué la baisse du vol des voitures en Israël ; mais selon les experts en la matière, le conflit a renforcé la tendance à la baisse qui est observée depuis le début de 2014. ...

Jacques Bendelac | Économie

L'israélien Teddy Sagi vient de racheter pour £70-90 million une nouvelle partie de Camden. Camden Market est l'un des sites touristiques les plus visités de Londres. Chaque année ce sont plus de 40 millions de visiteurs qui déambulent dans les allées. Le centre dispose de magasins de détails, de galeries d'art , d'antiquaires et d'espaces de bureaux. Lieux emblématiques de Londres, il attir...

Youval Dinor (Paris) | Économie

Une première cargaison de matériaux de construction est entrée à Gaza en provenance d'Israël cette semaine à bord de 15 camions. Dans les semaines à venir Israël va faciliter l'exportation de produits agricoles de Gaza vers la Cisjordanie. Selon un communiqué de l'armée israélienne, le premier transfert comprendra 15 tonnes de marchandise, dont principalement des dates et des patates douces...

i24News | Économie

La baisse des prix s’installe en Israël : si le consommateur peut s’en réjouir, les économistes s’inquiètent de ce signe annonciateur de récession. Encore un indice des prix négatif pour le mois de septembre en Israël : les prix ont baissé de 0,3% par rapport au mois précédent. En août aussi, l’indice des prix avait surpris les experts en reculant de 0,1% par rapport à juillet. *L’AVOC...

Jacques Bendelac | Économie

Marque low cost du groupe Renault, Dacia rencontre un succès qui va crescendo. Désormais solidement implantée dans l'Hexagone, elle a permis au constructeur automobile de tenir le choc quand les marchés français et européens battaient sérieusement de l'aile. Symbole de la cote dont jouit Dacia, le cap des trois millions de clients en Europe et dans le bassin méditerranéen vient d'être franchi....

IsraelValley Desk | Économie

Plus de 23.000 personnes avaient confirmé sur Facebook leur participation à une manifestation à Tel Aviv contre le coût de la vie en Israël. Mais, à la surprise de tous, ils étaient peu nombreux au final place Rabin mardi soir dernier. Après la révolution des tentes en 2011 la « Révolution Berlinoise » (le nom temporaire) s’est organisée en quelques jours à Tel Aviv. On les surnomme les « O...

Dan Levy | Économie

La semaine de Souccot a été courte pour la bourse de Tel Aviv : seulement trois jours de cotation qui se sont soldés par de fortes baisses. En raison de la fête juive de Souccot, les cotations à Tel Aviv n’ont duré cette semaine que trois jours (dimanche, lundi et mardi) alors que la clôture quotidienne des cours a eu lieu plus tôt qu’à l’habitude (dès 14h30). Si la semaine de Souccot a ét...

Jacques Bendelac | Économie

La société Sainte Germaine, spécialiste en corderie fondée en 1828 et basée à Mérignac en Gironde, produit et commercialise de nombreux articles destinés au secteur agricole (ficelles, filets et films mais aussi de nombreuses autres spécialités destinées aux univers de la pêche, de l’emballage, de l’industrie et de la forêt. Depuis 2003, la société Sainte Germaine appartient au groupe améric...

IsraelValley Desk | Économie

Une belle claque pour les Universitaires israéliens qui ne jurent que par l'Amérique! Le Nobel d'économie a été attribué à un Français, Jean Tirolle. Pour des raisons d'étroitesse d'esprit les universitaires israéliens ne vont retenir que le parcourt d'un économiste Français de Toulouse qui a aussi séjourné à Boston au MIT. peu importe. la France, avec un deuxième prix Nobel fait taire de nombe...

Dan Rosh (Tel Aviv) | Économie

Pendant les 8 jours de Souccot, l’Israélien s’installe dans une cabane précaire; oubliera-t-il pour autant la cherté du logement et de l’alimentation? Après le fromage et le concombre, c’est au tour du yoghourt "Milki" de provoquer une mini-protestation sociale : un groupe d'internautes Israéliens vivant à Berlin a soulevé une vague d'indignation en appelant leurs compatriotes en Israël à ...

Jacques Bendelac | Économie

Le dollar n'en finit pas d'atteindre des sommets par rapport au shekel et s'échange aujourd'hui à sa valeur la plus haute depuis 18 mois. Mardi, après que la Banque d'Israël soit intervenue sur le marché pour acheter des devises, le dollar s'échangeait à 3,7 shekels. Selon les estimations, la banque centrale aurait acheté entre 150 millions et 200 millions de dollars de devises étrangères, prov...

Avner Myers | Économie

Les échanges commerciaux entre Israël et le Royaume-Uni atteignent un record de 2,5 milliards de Livres Sterling cette annéel. Les chiffres publiés par le Bureau central israélien des statistiques montrent que le commerce entre les deux pays entre Janvier et Août 2014 a augmenté de 28% par rapport à la même période l’an passé. Les exportations israéliennes vers le Royaume-Uni ont augmenté de...

JSS News | Économie

De Sdérot à Haïfa : pas moins de 20 coopératives ont vu le jour en Israël depuis la protestation sociale et la révolte des tentes de l’été 2011. Les coopératives ne sont pas un phénomène nouveau en Israël. L’économie israélienne s’est développée en se basant sur le secteur coopératif dont les fleurons furent Tnuva (laiteries), Egged (transports) et Solel-Boneh (construction). Sept décennie...

Jacques Bendelac | Économie