Oct 15

ISRAELVALLEY. ÉLECTIONS LÉGISLATIVES: UNE "ÉCONOMIE ÉLECTORALE" EST PRATIQUÉE DEPUIS DÉJÀ UN AN: accords salariaux avantageux, réformes populistes, allégements fiscaux, etc.

Authors picture

Jacques Bendelac, à Jérusalem | Économie

Headline image

Alors que le gouvernement vient de fixer la date des élections anticipées au 22 janvier prochain, il n’y aura pas d’économie électorale en Israël cette année, et pour cause: l’économie électorale a déjà commencé il y a un an, soit bien avant l’annonce officielle de la tenue d’élections anticipées.

Au cours de l’année écoulée, le gouvernement israélien, dirigé par Benyamin Netanyahou, a pris des mesures qui pourraient être qualifiées d’électorales. Dans le système politique israélien, la pratique de l’économie électorale est devenue une tradition à laquelle aucun gouvernement n’échappe: les ministres sortants ont l’habitude d’appâter les électeurs en adoptant des mesures populistes qui coûtent cher aux caisses de l’Etat. Mais cette fois-ci, le gouvernement a pris de l’avance sur le calendrier électoral: il y a belle lurette que l’économie israélienne a revêtu ses plus beaux habits d’économie électorale. En voici quelques illustrations.

Accords salariaux : qui paiera ?

Durant la campagne électorale qui durera environ trois mois, l’économie israélienne va entrer en hibernation: depuis plus d’un an, le gouvernement mène une politique économique qui a toutes les caractéristiques d’une économie électorale: les dépenses publiques ont augmenté sans que des recettes fiscales n’aient été prévues en contrepartie. Résultat: depuis le début de 2012, le déficit public a doublé, comparé à celui de l’année précédente. De janvier à septembre 2012, le déficit public a atteint 19 milliards de shekels (4 milliards d’euros), contre 10 milliards de shekels au cours des trois premiers trimestres de 2011.

Un des domaines de la gestion des fonds publics, qui a de forts relents d’économie électorale, concerne les accords de salaires signés ces derniers mois et qui vont coûter à l’Etat 7,2 milliards de shekels en 2013 (1,5 milliard d’euros). Il s’agit de la revalorisation du traitement des fonctionnaires de 2,75%, du relèvement du salaire minimum de 11% en un an et demi, de l’augmentation du salaire des médecins hospitaliers, de l’amélioration des conditions de travail des salariés intérimaires, etc. Si toutes ces relèvement de salaire sont justifiés, il reste qu’ils tous ont été accordés sous la pression de grèves, sur une période très courte et sans contrepartie budgétaire, ce qui se traduit par une aggravation du déficit public.

Réformes : des chèques sans provision ?

Autre mesure emblématique prise récemment par le gouvernement, mais dont le financement reste problématique: l’école gratuite pour les 3-4 ans. Adoptée dans le cadre de la commission Trajtenberg, la gratuité des jardins d’enfants permet d’améliorer le pouvoir d’achat des jeunes couples de toutes les classes sociales. En revanche, cette mesure n’a pas été financée, comme promis, par une coupe dans le budget militaire: une coupe transversale de 5% a été effectuée dans quasiment tous les ministères civils, remettant à l’ordre du jour l’adage bien connu en Israël: « Il n’y a pas de repas gratuit ».

Certes, au cours de la campagne électorale, le gouvernement ne manquera pas de rappeler les mesures qu’il a prises pour améliorer le niveau de vie des Israéliens de toutes conditions. Par exemple: la gratuité des soins dentaires pour les enfants jusqu’à 12 ans, la réforme de la téléphonie mobile qui a permis d’abaisser sensiblement la facture mensuelle des Israéliens, ou encore l’ouverture des frontières aux importations de produits alimentaires pour faire baisser les prix au consommateur. En revanche, le gouvernement se gardera de mentionner le relèvement de la TVA d’un point, le relèvement de l’impôt sur le revenu de 1%, l’augmentation des taxes sur les cigarettes et alcools, la dévalorisation des prestations sociales, etc.

Impôt sur les sociétés : des allégements injustifiés ?

Dernier exemple en date de « cadeau fiscal »: les allégements fiscaux sur le revenu imposable des grandes sociétés, israéliennes et multinationales. Le ministre des Finances vient de décider d’instituer un taux réduit de l’impôt sur les bénéfices qui seront transférés en dehors d’Israël; un projet de loi en ce sens a déjà été déposé à la Knesset. Cette décision controversée revient donc à réduire de moitié l’impôt que les sociétés multinationales, installées en Israël, doivent verser au trésor public lorsqu’elles exportent leurs profits à l’étranger.

On dénombre aujourd’hui en Israël environ 2.000 entreprises multinationales qui auraient accumulé un “butin” impressionnant de 120 milliards de shekels (25 milliards d’euros). Plus de la moitié de ces profits appartient à cinq ou six grandes sociétés, comme Intel, Motorola, Iscar ou Check Point, ainsi qu’à quelques entreprises israéliennes qui possèdent des filiales à l’étranger, comme Teva ou Israel Chemicals. Dorénavant, toutes ces entreprises pourront réduire de moitié environ l’impôt dû à l’Etat et donc réaliser une jolie plus-value sur le dos des finances publiques: le manque-à-gagner pour les caisses de l’Etat se monteraient à plusieurs milliards de shekels.

Jacques Bendelac (Jérusalem)

Toutes les études le prouvent dans l'Etat hébreu : il va manquer cruellement dans les années à venir de jeunes ayant un niveau suffisant en mathématiques. La "Startup Nation" risque de s'effondrer sans ingénieurs et scientifiques de rang international. Comment réagir ? Intel, Sandisk, Marvell Israel, Microsoft, IBM, Qualcomm, Red Hat, Amdocs, eBay, et Philips s'associent dans un programme co...

Ilana Trajman | Économie

Ce n'est pas du tout par hasard si les touristes israéliens retournent au pays après avoir acheté des quantités énormes d'alcools à l'étranger. Exemple. Depuis quinze mois les prix de l'Absolut Vodka en Israël sont de +33%. La raison : des taxes sur l'alcool imposée par le Gouvernement pour renflouer les caisses de l'Etat. ISRAELVALLEY PLUS DANS NOS ARCHIVES. Après Brooklyn, Vancouver, Ista...

Ilan Friedman-Cohen | Économie

Une forte baisse du prix des carburants vendus à la pompe est attendue en Israël début novembre dans le sillage de la baisse des cours de l’or noir. Voilà une nouvelle qui devrait réjouir l’automobiliste israélien : le prix de l’essence à la pompe va diminuer de 30 agorot pour le sans plomb 95, soit 6 centimes d’euro de moins. Cette baisse prendra effet dès le début du mois de novembre. ...

Jacques Bendelac | Économie

Des centaines de personnes faisaient la queue, hier soir au Mall de Ramat aviv pour être les premiers à acheter l’iPhone. Le nouveau modèle de base coûte NIS 3549, il est 40% plus cher qu’aux Etats-Unis. (Tel Avivre) Le Monde (Copyrights) : "Les dirigeants d’Apple peuvent être rassurés : l’iPhone reste un objet de désir capable de nourrir le chiffre d’affaires et gonfler les profits. Le g...

IsraelValley Desk | Économie

Le ralentissement de l’activité commence à toucher le marché de l’emploi : c’est surtout dans le sud d’Israël que les licenciements se multiplient. Les localités israéliennes situées dans le sud d’Israël ont toujours souffert d’un chômage chronique ; mais lorsque le ralentissement économique se généralise, les entreprises du sud du pays sont les premières à en payer le prix. Si la filière...

Jacques Bendelac | Économie

Israël souhaite encourager l'utilisation des cartes de crédit, afin de lutter contre la fraude fiscale et le blanchiment d'argent. Les transactions en liquide sont limitées à 15 000 shekels (3 176 €) pour les particuliers et 7 500 shekels (1 588 €) pour les entreprises. Le montant passera à 5 000 shekels (1 058 €) après une période initiale pas encore définie. Lors d'une interview pour le q...

Econostrum | Économie

L'OCDE note qu'un élève sur sept "n’est pas capable de prendre des décisions même simples à propos des dépenses courantes, et seulement un sur dix peut résoudre des tâches financières complexes". Pour Angel Gurría, secrétaire général de l'organisation il apparait "essentiel" de développer les compétences et connaissances financières des jeunes "responsables à un âge toujours plus précoce de ris...

Econostrum | Économie

Isabelle Puderbeutel de ActuJ (Copyrights) : "Le mouvement de protestation lancé récemment autour du prix du Milky, crème dessert garnie de Chantilly, qui vaut l'équivalent d'un shekel à Berlin et presque trois fois plus en Israël a relancé le débat sur le coût de la vie dans l'Etat hébreu. Le ministre des Finances, Yaïr Lapid, a exprimé sa sympathie pour les protestataires en déclarant : « Je ...

ActuJ | Économie

La reprise des échanges commerciaux est attendue pour 2014 : les exportations de biens et services augmenteront de 1,2% cette année, contre une hausse de 0,9% en 2013. Côté importations (défense et diamants exclus), une hausse de 3,2% est prévue pour 2014. Il s’agit d’une nette reprise après la baisse des importations de 2,7% enregistrée en 2013. ISRAELVALLEY PLUS BILLET – Yom Kippour est l...

Jacques Bendelac | Économie

Selon une estimation flash des comptes nationaux, le PIB israélien augmentera de 2,2% en 2014. Par habitant, le revenu moyen progressera de 0,3%. L’Institut de la Statistique à Jérusalem vient de publier des estimations corrigées des comptes nationaux d’Israël : en 2014, le PIB israélien augmentera de 2,2%, contre une progression de 3,2% en 2013 et de 3% en 2012. *CROISSANCE RALENTIE* ...

Jacques Bendelac | Économie

Selon francetvinfo : "La chasse aux sites de trading est ouverte. L'Autorité des Marchés Financiers (AMF) se lance à la poursuite de certains sites Internet qui proposent aux particuliers de gagner beaucoup d'argent en très peu de temps. Entre 2009 et 2012, près de 13 000 épargnants ont perdu au total près de 175 millions d’euros. Dans une liste noire, l'AMF fait état d'une centaine de sites...

IsraelValley Desk | Économie

Une course contre la montre est engagée dans le monde pour trouver un traitement anti-Ebola: les israéliens Protalix et CollPlant sont en lice. La recherche médicale israélienne pourrait contribuer à mettre au point un vaccin ou un traitement contre le virus Ebola. C’est, du moins, ce que croient de nombreux spécialistes et investisseurs qui misent sur les valeurs boursières de plusieurs s...

Jacques Bendelac | Économie

La guerre à Gaza aurait-elle dissuadé les voleurs de voitures ? Sans doute que oui : les vols de voitures ont baissé de 20% depuis le début 2014. Bien sûr, il n’y a pas que la guerre à Gaza, l’été dernier, qui ait provoqué la baisse du vol des voitures en Israël ; mais selon les experts en la matière, le conflit a renforcé la tendance à la baisse qui est observée depuis le début de 2014. ...

Jacques Bendelac | Économie

L'israélien Teddy Sagi vient de racheter pour £70-90 million une nouvelle partie de Camden. Camden Market est l'un des sites touristiques les plus visités de Londres. Chaque année ce sont plus de 40 millions de visiteurs qui déambulent dans les allées. Le centre dispose de magasins de détails, de galeries d'art , d'antiquaires et d'espaces de bureaux. Lieux emblématiques de Londres, il attir...

Youval Dinor (Paris) | Économie

Une première cargaison de matériaux de construction est entrée à Gaza en provenance d'Israël cette semaine à bord de 15 camions. Dans les semaines à venir Israël va faciliter l'exportation de produits agricoles de Gaza vers la Cisjordanie. Selon un communiqué de l'armée israélienne, le premier transfert comprendra 15 tonnes de marchandise, dont principalement des dates et des patates douces...

i24News | Économie