Oct 15

ISRAELVALLEY. ÉLECTIONS LÉGISLATIVES: UNE "ÉCONOMIE ÉLECTORALE" EST PRATIQUÉE DEPUIS DÉJÀ UN AN: accords salariaux avantageux, réformes populistes, allégements fiscaux, etc.

Authors picture

Jacques Bendelac, à Jérusalem | Économie

Headline image

Alors que le gouvernement vient de fixer la date des élections anticipées au 22 janvier prochain, il n’y aura pas d’économie électorale en Israël cette année, et pour cause: l’économie électorale a déjà commencé il y a un an, soit bien avant l’annonce officielle de la tenue d’élections anticipées.

Au cours de l’année écoulée, le gouvernement israélien, dirigé par Benyamin Netanyahou, a pris des mesures qui pourraient être qualifiées d’électorales. Dans le système politique israélien, la pratique de l’économie électorale est devenue une tradition à laquelle aucun gouvernement n’échappe: les ministres sortants ont l’habitude d’appâter les électeurs en adoptant des mesures populistes qui coûtent cher aux caisses de l’Etat. Mais cette fois-ci, le gouvernement a pris de l’avance sur le calendrier électoral: il y a belle lurette que l’économie israélienne a revêtu ses plus beaux habits d’économie électorale. En voici quelques illustrations.

Accords salariaux : qui paiera ?

Durant la campagne électorale qui durera environ trois mois, l’économie israélienne va entrer en hibernation: depuis plus d’un an, le gouvernement mène une politique économique qui a toutes les caractéristiques d’une économie électorale: les dépenses publiques ont augmenté sans que des recettes fiscales n’aient été prévues en contrepartie. Résultat: depuis le début de 2012, le déficit public a doublé, comparé à celui de l’année précédente. De janvier à septembre 2012, le déficit public a atteint 19 milliards de shekels (4 milliards d’euros), contre 10 milliards de shekels au cours des trois premiers trimestres de 2011.

Un des domaines de la gestion des fonds publics, qui a de forts relents d’économie électorale, concerne les accords de salaires signés ces derniers mois et qui vont coûter à l’Etat 7,2 milliards de shekels en 2013 (1,5 milliard d’euros). Il s’agit de la revalorisation du traitement des fonctionnaires de 2,75%, du relèvement du salaire minimum de 11% en un an et demi, de l’augmentation du salaire des médecins hospitaliers, de l’amélioration des conditions de travail des salariés intérimaires, etc. Si toutes ces relèvement de salaire sont justifiés, il reste qu’ils tous ont été accordés sous la pression de grèves, sur une période très courte et sans contrepartie budgétaire, ce qui se traduit par une aggravation du déficit public.

Réformes : des chèques sans provision ?

Autre mesure emblématique prise récemment par le gouvernement, mais dont le financement reste problématique: l’école gratuite pour les 3-4 ans. Adoptée dans le cadre de la commission Trajtenberg, la gratuité des jardins d’enfants permet d’améliorer le pouvoir d’achat des jeunes couples de toutes les classes sociales. En revanche, cette mesure n’a pas été financée, comme promis, par une coupe dans le budget militaire: une coupe transversale de 5% a été effectuée dans quasiment tous les ministères civils, remettant à l’ordre du jour l’adage bien connu en Israël: « Il n’y a pas de repas gratuit ».

Certes, au cours de la campagne électorale, le gouvernement ne manquera pas de rappeler les mesures qu’il a prises pour améliorer le niveau de vie des Israéliens de toutes conditions. Par exemple: la gratuité des soins dentaires pour les enfants jusqu’à 12 ans, la réforme de la téléphonie mobile qui a permis d’abaisser sensiblement la facture mensuelle des Israéliens, ou encore l’ouverture des frontières aux importations de produits alimentaires pour faire baisser les prix au consommateur. En revanche, le gouvernement se gardera de mentionner le relèvement de la TVA d’un point, le relèvement de l’impôt sur le revenu de 1%, l’augmentation des taxes sur les cigarettes et alcools, la dévalorisation des prestations sociales, etc.

Impôt sur les sociétés : des allégements injustifiés ?

Dernier exemple en date de « cadeau fiscal »: les allégements fiscaux sur le revenu imposable des grandes sociétés, israéliennes et multinationales. Le ministre des Finances vient de décider d’instituer un taux réduit de l’impôt sur les bénéfices qui seront transférés en dehors d’Israël; un projet de loi en ce sens a déjà été déposé à la Knesset. Cette décision controversée revient donc à réduire de moitié l’impôt que les sociétés multinationales, installées en Israël, doivent verser au trésor public lorsqu’elles exportent leurs profits à l’étranger.

On dénombre aujourd’hui en Israël environ 2.000 entreprises multinationales qui auraient accumulé un “butin” impressionnant de 120 milliards de shekels (25 milliards d’euros). Plus de la moitié de ces profits appartient à cinq ou six grandes sociétés, comme Intel, Motorola, Iscar ou Check Point, ainsi qu’à quelques entreprises israéliennes qui possèdent des filiales à l’étranger, comme Teva ou Israel Chemicals. Dorénavant, toutes ces entreprises pourront réduire de moitié environ l’impôt dû à l’Etat et donc réaliser une jolie plus-value sur le dos des finances publiques: le manque-à-gagner pour les caisses de l’Etat se monteraient à plusieurs milliards de shekels.

Jacques Bendelac (Jérusalem)

EDITORIAL SPECIAL. Sachant que dans de nombreux pays l'industrie aéronautique israélienne fait face à une concurrence frontale féroce du géant européen Airbus pousse les israéliens à en savoir plus sur les faits de corruptions de Airbus en Autriche et ailleurs. Les israéliens ont-ils été éliminés de gros marchés en raison de fait de pots de vin venant de Airbus? Selon Challenge...

Ilanit Goldberg (Beersheva) | Économie

La marque de cosmétiques Garnier du groupe L'Oréal est la marque la plus "puissante" en France, devant Louis Vuitton et Lancôme, selon une étude du cabinet spécialisé Brand Finance, basé à Londres. La puissance de la marque est calculée à partir de critères tels que l'investissement marketing, la réputation de la marque et leur impact sur la performance de l'entreprise. L'Or...

Eyal Koren (Tel Aviv) | Économie

L’application israélienne de réservation de taxi Gett est en pleine croissance et négocie actuellement le rachat d'un leader américain, "Juno". A SAVOIR. Gett (ou Get Taxi) est partenaire de Google. Le géant américain intègre les services de Gett au sein de l’application de navigation Google Maps. Ses utilisateurs peuvent commander un taxi directement depuis les cartes proposées...

Eyal Koren (Tel Aviv) | Économie

Chronique de Serge Assayag : "Les nouvelles expérimentations managériales élisent domicile dans l'Etat hébreu. Ce qui explique en grande partie la bonne santé économique de cette nation start-up. L’entreprise ne se vit plus centrée sur elle-même, elle appartient à un écosystème social, sectoriel, géographique, culturel beaucoup plus large. Son nouveau rôle est donc d’offrir ...

IsraelValley Desk | Économie

Même si la fermeture d'agences sont nombreuses, Israël est quadrillé d'agences bancaires. Plus de 800 agences bancaires existent en Israël. La Banque Hapoalim en possède 235. La Banque Leumi, 203 agences. La Banque Discount : 200 agences. Mizrahi Tefahot se classe à la quatrième place en nombre d'agences (184). Selon (1) : "Placés sous le contrôle d’un directeur d’agence, ces ...

Eyal Koren | Économie

Bonne nouvelle pour le Groupe Delta Galil Industries Ltd qui a signé un important accord de fabrication sous licence Calvin Klein. L'accord porte sur des sous-vêtements enfants (garçons et fille) LE PLUS. Calvin Klein est un entrepreneur américain. Passionné par le dessin et la couture dès son enfance, il prend des cours au Fashion Institute of Technology de New York, il travaille ensu...

Ilanit Goldberg (Rehovot) | Économie

CONTROVERSES. Le parti religieux Shass est en colère. Une décision qui a fait des heureux auprès des bobos telaviviens. La "High Court of Justice" d'Israël a finalement donné son autorisation, après des mois de tergiversations. Il sera possible à Tel Aviv, d'ouvrir boutiques, restaurants, cinémas sans que les propriétaires payent des amendes. Les partis politiques religieux israéliens...

Ilanit Goldberg (Rehovot) | Économie

BONNE NOUVELLE. Cadeau pré-electoral ? Le Ministre Kahlon se transforme en Père Noël et a décidé de réduire les taxes d'importations (15%) à partir du 23 Avril. LE PLUS. Israël applique un régime libéral d’importations et de réduction progressive des tarifs douaniers. Tous les produits peuvent être importés librement. Les permis d'importation sont accordés par le Ministère d...

Eyal Aviv (Kikar hamedina) | Économie

Moshe Kahlon fait parler de lui (pré-campagne électorale ?) et a annoncé, sans en informer auparavant l'indéracinable Bibi Netanyahou, un programme-surprise. Le Ministre Kahlon, qui vise le job de 1er Ministre, prévoit d'augmenter les subventions gouvernementales pour les gardes d’enfants. Des crédits d’impôts sont également prévus pour les parents qui travaillent. Le plan pré...

Ilanit Goldberg | Économie

Depuis le début de l'année, les actions américaines et européennes font un carton. L'indice Stoxx 600 a ainsi pris +4,85% en seulement trois mois et le S&P500 +5,2%. Le 16 mars, le CAC 40 a même retrouvé les 5.000 points, son plus haut depuis 18 mois. Cette tendance haussière est-elle durable? Qu'est-ce qui dope les marchés? L'analyse de Christophe Donay, chef de la recherche macroécon...

IsraelValley Desk | Économie

Les automobilistes iraniens commençaient à s'habituer au système de navigation routière. Jusqu'à ce que le régime des ayatollahs découvre qu'il s'agissait d'une invention israélienne. Un article de Pascale Zonszain : "Le mois dernier, la République islamique a interdit l'utilisation de Waze sur l'ensemble de son territoire. Les Iraniens qui étaient de plus en plus nombreux à recou...

IsraelValley Desk | Économie

La BCI (Banque Centrale d’Israël) a publié ses perspectives économiques pour 2017 et 2018. Ainsi, les estimations de la BCI pour la Croissance sont de 2.80 % pour 2017, tandis qu’elle l’estimait plus tôt dans l’année à 3.25 % ; pour 2018, ses estimations sont de 3.30 % contre 3.10 % lors des précédentes estimations. Enfin, la consommation des ménages qui est l’un des pr...

IsraelValley Desk | Économie

REVUE DE PRESSE. 1. Une société israélienne se vante d’avoir créé un édulcorant plus sucré et plus sain. ‘Unavoo’, un succédané de sucre à base de stevia, aurait tous les bénéfices d’une alternative au sucre, sans l’arrière-goût désagréable. 2. Pour lutter contre l’antisémitisme sur la Toile, de jeunes cerveaux de la culture high-tech planchent ensemble. Hackatho...

Eyal Aviv (Kikar hamedina) | Économie

Teva Pharmaceutical Industries est une entreprise pharmaceutique internationale de premier plan qui propose des solutions de soins de santé centrées sur les patients et de haute qualité utilisées par environ 200 millions de patients sur 100 marchés chaque jour. Premier fabricant mondial de médicaments génériques, Teva, dont le siège social se trouve en Israël, tire profit de son p...

IsraelValley Desk | Économie

A quelques jours de Pessah, les prestataires de services font preuve d'innovation pour inciter les Israéliens à leur confier leurs travaux ménagers et la protection de leur domicile. Dorénavant, les Israéliens font appel à l'outsourcing, c'est-à-dire à la sous-traitance de tâches domestiques par des professionnels, artisans indépendants ou sociétes privées. Les services ne sont ...

Jacques Bendelac | Économie