Oct 12

ISRAELVALLEY. FRANCE ISRAEL. SALON E-COMMERCE ET PUBLICITE EN LIGNE. Benny Arbel, PDG de la startup MyThings basée à Tel-Aviv et Londres coopère avec ORANGE en France.

Authors picture

IsraelValley Desk | High-Tech

Headline image

Salon E-Commerce 2012 : Benny Arbel, CEO de MyThings, aborde le business du retargeting et les perspectives de reciblage publicitaire en France. A l’occasion du salon E-Commerce 2012 (19 et 20 septembre à Paris), nous avons rencontré Benny Arbel, P-DG de la société MyThings principalement basée en Israël (dans les environs de Tel-Aviv) ainsi qu’à Londres.

Accompagné d’Alexis Fortier, son directeur général en France, il est venu présenter le développement rapide de sa société sur le marché de la publicité en ligne et évoqué les innovations récentes du reciblage publicitaire et du e-commerce ainsi que son impact sur le marché français. MyThings venait juste d’effectuer une levée de fonds importante (15 millions de dollars) réalisé dans son capital par le fond d’investissement d’Orange-Publicis Venture – Iris Capital.

Cette société fournit des solutions de « retargeting publicitaire personnalisé », appelées aussi »publicité contextuelle » (un concurrent du français Criteo). D’ailleurs, la firme revendique la deuxième place au niveau européen. MyThings a plus de 7 ans d’existence et opère d’ores et déjà sur 14 marchés, dont la France.

Mettant en avant la personnalisation de ses outils de publication des publicités en ligne qui augmentent considérablement l’acquisition de nouveaux clients au travers de technologies de reciblage et de pré-ciblage, MyThings évoque dans son argumentaire la génération de taux de conversion et de croissance supérieurs de 150% à ceux de ses concurrents du retargeting.

Benny Arbel explique : « Notre but principal est de nous imposer comme leader dans le ‘performance display’ en nous appuyant sur la puissance de nos solutions de pretargeting et de retargeting. ». Interrogé sur la nature de ses relations avec Orange, suite à l’investissement massif, au printemps dernier, du fond réunissant Orange et Publicis Venture, le CEO de MyThings explique que ces relations sont au beau fixe, qu’elles sont notamment fortes en France, mais aussi en Espagne et en Amérique (nord et sud).

Que le salon E-Commerce a également été l’occasion d’annoncer l’arrivée d’un outil mobile pour Orange et pour tous les clients du e-commerce. Benny Arbel se montre très optimiste quant à l’avenir immédiat de sa firme : « Notre croissance est rapide, nous sommes profitables. Et nous profitons à la fois d’une croissance organique et géographique, dans une quinzaine de pays. La France est un pays majeur pour nous : une dizaine de personnes travaillent pour nous ici, dans plusieurs registres, et nous profitons du partenariat avec Orange pour avoir un impact maximum sur le Web français. »

En complément, Eric-Alexis Fortier explique : « Notre potentiel vient de la puissance de nos outils. Nous travaillons avec notre propre DSP [demand-side platform, ndlr] que nous avons construite en 2011, et l’on est branché sur tous les AD Exchanges existants. Cela dit, nous pouvons aussi travailler en direct avec certains éditeurs, afin d’obtenir une couverture plus large encore et atteindre une cible de clientèle maximale. »

Heureux d’avoir vu le « Real Time Bidding » et la « création dynamique » se développer rapidement en Europe et autoriser des campagnes personnalisées en temps réel, qualifiées de « rentables et évolutives », M.Arbel réitère l’ambition de son entreprise pour les prochains mois : être un leader solide et incontournable dans le domaine du retargeting. Tous les développements de la firme israélienne vont dans ce sens.

Il précise : « A l’occasion de cette conférence nous annonçons une solution de pretargeting que nous avons testé pendant six mois. Elle va permettre encore plus aux acteurs marchands sur la toile de réaliser plus d’affaires, d’améliorer drastiquement leur efficacité. »

Quand on demande à Eric-Alexis Fortier de citer de grands clients dans l’hexagone, il répond : « Numericable, Boulanger, PriceMinister, Orange, Zalando, et quelques autres ».

Interrogé sur les relations ou la concurrence de MyThings avec Google, Benny Arbel répond : « Nous ne sommes pas en concurrence frontale avec Google, mais les entreprises qui nous font confiance ont une opportunité avec nous d’améliorer leur présence et leur targeting sans forcément passer par un modèle classique. Nous ne sommes pas centrés que sur la recherche, nous nous concentrons sur la volonté d’achat. »

Et quand on le questionne sur les pistes d’évolution possibles, ou les projets R&D actuellement menés chez MyThings, le CEO évoque principalement deux grands axes : le video retargeting et la mobilité

Précisions sur le « moteur de recommandation » signé MyThings
Au cœur de la solution MyThings, il y a un « moteur de recommandation ». Faisant appel aux dernières avancées en matière d’apprentissage, il prône la diffusion uniquement d’impressions sur-mesure, micro-optimisées pour chaque prospect, le tout « en temps réel ». Autrement dit, il diffuse le produit, le service, l’offre ou la promotion ayant la plus forte probabilité d’intéresser l’internaute prospect, y compris en tenant compte d’éléments d’ordre promotionnel ou bien encore venant du cross-selling.

Résultat : MyThings évoque une pertinence accrue des campagnes « on line » et un taux de conversion infiniment supérieur à celui obtenu par « des méthodes traditionnelles ». Concrètement, lorsqu’un visiteur arrive sur le site d’un annonceur utilisant MyThings, il est aussitôt taggués avec un « smart cooki ». Au cours de ses pérégrinations sur la toile et son accès à d’autres sites, MyThings sait les identifier. Via l’agrégation de données anonymes, le moteur de recommandation sélectionne alors les offres ayant la plus forte probabilité de l’intéresser.

Une bannière personnalisée, réalisée sur-mesure, est créée aussitôt à partir des données du produit et pointant le cas échéant sur une page précise ou sur une fiche produit/service."

Source: (1) http://www.itespresso.fr/benny-arbel-mythings-publicite-contextuelle-la-france-marche-majeur-57688.html

A Tel Aviv, ce sera certainement le méga-deal HighTech de la semaine si la signature d'un accord se confirme. Sequoia Capital, Accel Partners, Genesis Partners, Pitango Venture Capital, et Poalim Ventures vont peut-être gagner une petite fortune si la vente de l'israélien Sansa Security installé à Kfar Netter se finalise. Pour $85 Million (maximum) ARM (capitalisation de 25 milliards de do...

Dan Assayah (Tel-Aviv) | High-Tech

SPECIAL SAVE THE DATE TRANSTECH5 A TEL AVIV. Le transfert technologique est un domaine clé qu'il faut impérativement connaître si l'on veut comprendre l'économie Israélienne. Un établissement représentatif dans le transfert technologique en Israël est le Technion d'Haïfa qui devrait générer cette année près de 30 millions de dollars en revenus de licences. L'université compte près de 50 so...

Raphael Levin | High-Tech

Opgal Optronic Industries Ltd. est un important fournisseur mondial de systèmes d'imagerie infrarouge innovants et de solutions avancées de vision et de surveillance. En s'appuyant sur des technologies de pointe dans le domaine de l'imagerie thermique et d'autres types d'imagerie, Opgal tire parti de son expertise approfondie en matière d'optoélectronique et de traitement d'image afin de cr...

IsraelValley Desk | High-Tech

Bruce Aust, le vice-président du NASDAQ (Deuxième plus grand marché d’actions des Etats-Unis ), a déclaré au site d’information NRG : « Israël est une région clef pour le NASDAQ et nous sommes fiers de faire partie de l’économie israélienne ». 20% des sociétés étrangères cotées au NASDAQ sont israéliennes. Israël est d’ailleurs classé, derrière la Chine, en deuxième position du classement des ...

IsraPresse | High-Tech

Yokee est une application qui permet aux utilisateurs l’accès à un karaoké entièrement privé sur leur smartphone. Fondée en 2013, par Gil Selka et Ariel Yaloz, cette application israélienne compte déjà plus de 30 millions d’utilisateurs. Yokee propose à ses utilisateurs une vaste bibliothèque de chansons dans une vingtaine de langues, ainsi que l’accès à la base de données de vidéos musicales d...

CoolIsrael | High-Tech

Stéphany Gardier : "Et si demain les 20 millions de presbytes que compte la France pouvaient se passer des lunettes, devenues indispensables pour lire aux abords de la cinquantaine ? C’est ce que promet une application développée par une société américano-israélienne et qui, après avoir séduit 100 000 Américains, débarque dans l’Hexagone. Une application pour mobiles au nom explicite, « Glas...

IsraelValley Desk | High-Tech

INTERVIEW SPECIAL ISRAELVALLEY. Invité à venir présenter son innovation lors de la conférence « Global Open Innovation » du 13 mai dernier (1), Ilan Mor a répondu à quelques questions pour IsraelValley. Seatylock est une selle de vélo qui, rapidement et sans effort, se convertit en anti-vol, et inversement, en moins de 30 secondes. Comment l'idée d'inventer Seatylock vous est-elle venue ? ...

Magali Allouche (Tel Aviv) | High-Tech

Maxime Seligman et son équipe lancent « Brow’zin ». Le concept de l’application est né d’un constat simple: la multitude des promotions proposées dans les zones commerciales est source de confusion pour les clients qui, par manque de visibilité, perdent du temps dans les étages des « Canyons » (centres commerciaux) israéliens toujours plus monumentaux. « Browz’in » – contraction de « Brownsi...

Daria Soussan (IsraNews) | High-Tech

Les Echos (Copyrights) . "Longtemps boudé, le secteur a reçu plus de 800 millions de dollars d’investissements en capital-risque en 2014. Si le dynamisme des start-up israéliennes dans la high-tech est bien connu, c’est loin d’être le seul secteur à susciter la convoitise. La filière des sciences de la vie fait elle aussi preuve d’une belle vitalité, révèle un rapport publié à l’occasion du Sal...

Nathalie Hamou (Les Echos) | High-Tech

Le Rwanda accueille le plus grand ensemble de panneaux solaires installé sur le continent africain en dehors de l’Afrique du Sud et de l’île Maurice. Ce champ solaire commercial, qui fournit 6% des besoins énergétiques du Rwanda et notamment 12 000 habitations, s’étale sur une parcelle de terrain de 20 hectares et est composé de 28.360 panneaux photovoltaïques, qui exploiteront la lumière du so...

Silicon Wadi | High-Tech

Google fête le 10e anniversaire du lancement du site d’hébergement de vidéos populaire YouTube et pour l’occasion, le géant de la recherche sur la toile a publié quelques données intéressantes sur le site Web. D’après un communiqué de la compagnie Scherf Communications, le clip le plus regardé sur YouTube est une parodie en hébreu du Gangnam Style de PSY, appelée « Gamba Style » (Style poiv...

IsraPresse | High-Tech

Meerkat est devenue l’application à la mode, celle dont parle toute la Silicon Valley. La société n’est pourtant pas nouvelle. Elle a même déjà eu plusieurs vies. Créée à Tel-Aviv en 2012, Yevvo s’est ainsi rebaptisée Air en début d’année, à l’occasion d’une première grosse levée de fonds (3,7 millions de dollars) et après avoir déménagé son siège à San Francisco. L’objectif restait toutefois l...

Les Echos (Copyrights) | High-Tech

Une start-up israélienne a lancé l’application Wooof. Le module permet d’obtenir des informations sur les parcs et autres aires de jeux adaptés à l’animal domestique et situés proche de sa situation géographique. Il est aussi possible de connaître en temps réel la position des autres possesseurs de chiens présents dans la région. « L’application offre par ailleurs tous les services liés aux...

IsraPresse | High-Tech

Google fait l’acquisition de Timeful, une application qui permet de gérer son emploi du temps de façon intelligente. Timeful est née en mars 2014 du génie de trois Israéliens qui ont transformé le fruit d’une recherche académique sur le thème de la gestion du temps en un service d’assistance personnalisé. (Silicon Wadi) ISRAELVALLEY PLUS. Selon Clubic (Copyrights) :" Google annonce le rach...

Silicon Wadi | High-Tech

En alternative aux gilets pare-balles, des chercheurs du MIT et du Technion (Israël) ont mis au point un matériau innovant. Inspiré des écailles d’un poisson, il pourrait donner naissance à l’armure de demain. Grâce à sa structure spécifique, il peut résister aux balles et aux coups de couteaux. L’équipe du professeur Stephen Rudykh a donc tenté de reproduire les écailles du poisson Arapaima...

Tomsguide.fr | High-Tech