Oct 12

ISRAELVALLEY. FRANCE ISRAEL. SALON E-COMMERCE ET PUBLICITE EN LIGNE. Benny Arbel, PDG de la startup MyThings basée à Tel-Aviv et Londres coopère avec ORANGE en France.

Authors picture

IsraelValley Desk | High-Tech

Headline image

Salon E-Commerce 2012 : Benny Arbel, CEO de MyThings, aborde le business du retargeting et les perspectives de reciblage publicitaire en France. A l’occasion du salon E-Commerce 2012 (19 et 20 septembre à Paris), nous avons rencontré Benny Arbel, P-DG de la société MyThings principalement basée en Israël (dans les environs de Tel-Aviv) ainsi qu’à Londres.

Accompagné d’Alexis Fortier, son directeur général en France, il est venu présenter le développement rapide de sa société sur le marché de la publicité en ligne et évoqué les innovations récentes du reciblage publicitaire et du e-commerce ainsi que son impact sur le marché français. MyThings venait juste d’effectuer une levée de fonds importante (15 millions de dollars) réalisé dans son capital par le fond d’investissement d’Orange-Publicis Venture – Iris Capital.

Cette société fournit des solutions de « retargeting publicitaire personnalisé », appelées aussi »publicité contextuelle » (un concurrent du français Criteo). D’ailleurs, la firme revendique la deuxième place au niveau européen. MyThings a plus de 7 ans d’existence et opère d’ores et déjà sur 14 marchés, dont la France.

Mettant en avant la personnalisation de ses outils de publication des publicités en ligne qui augmentent considérablement l’acquisition de nouveaux clients au travers de technologies de reciblage et de pré-ciblage, MyThings évoque dans son argumentaire la génération de taux de conversion et de croissance supérieurs de 150% à ceux de ses concurrents du retargeting.

Benny Arbel explique : « Notre but principal est de nous imposer comme leader dans le ‘performance display’ en nous appuyant sur la puissance de nos solutions de pretargeting et de retargeting. ». Interrogé sur la nature de ses relations avec Orange, suite à l’investissement massif, au printemps dernier, du fond réunissant Orange et Publicis Venture, le CEO de MyThings explique que ces relations sont au beau fixe, qu’elles sont notamment fortes en France, mais aussi en Espagne et en Amérique (nord et sud).

Que le salon E-Commerce a également été l’occasion d’annoncer l’arrivée d’un outil mobile pour Orange et pour tous les clients du e-commerce. Benny Arbel se montre très optimiste quant à l’avenir immédiat de sa firme : « Notre croissance est rapide, nous sommes profitables. Et nous profitons à la fois d’une croissance organique et géographique, dans une quinzaine de pays. La France est un pays majeur pour nous : une dizaine de personnes travaillent pour nous ici, dans plusieurs registres, et nous profitons du partenariat avec Orange pour avoir un impact maximum sur le Web français. »

En complément, Eric-Alexis Fortier explique : « Notre potentiel vient de la puissance de nos outils. Nous travaillons avec notre propre DSP [demand-side platform, ndlr] que nous avons construite en 2011, et l’on est branché sur tous les AD Exchanges existants. Cela dit, nous pouvons aussi travailler en direct avec certains éditeurs, afin d’obtenir une couverture plus large encore et atteindre une cible de clientèle maximale. »

Heureux d’avoir vu le « Real Time Bidding » et la « création dynamique » se développer rapidement en Europe et autoriser des campagnes personnalisées en temps réel, qualifiées de « rentables et évolutives », M.Arbel réitère l’ambition de son entreprise pour les prochains mois : être un leader solide et incontournable dans le domaine du retargeting. Tous les développements de la firme israélienne vont dans ce sens.

Il précise : « A l’occasion de cette conférence nous annonçons une solution de pretargeting que nous avons testé pendant six mois. Elle va permettre encore plus aux acteurs marchands sur la toile de réaliser plus d’affaires, d’améliorer drastiquement leur efficacité. »

Quand on demande à Eric-Alexis Fortier de citer de grands clients dans l’hexagone, il répond : « Numericable, Boulanger, PriceMinister, Orange, Zalando, et quelques autres ».

Interrogé sur les relations ou la concurrence de MyThings avec Google, Benny Arbel répond : « Nous ne sommes pas en concurrence frontale avec Google, mais les entreprises qui nous font confiance ont une opportunité avec nous d’améliorer leur présence et leur targeting sans forcément passer par un modèle classique. Nous ne sommes pas centrés que sur la recherche, nous nous concentrons sur la volonté d’achat. »

Et quand on le questionne sur les pistes d’évolution possibles, ou les projets R&D actuellement menés chez MyThings, le CEO évoque principalement deux grands axes : le video retargeting et la mobilité

Précisions sur le « moteur de recommandation » signé MyThings
Au cœur de la solution MyThings, il y a un « moteur de recommandation ». Faisant appel aux dernières avancées en matière d’apprentissage, il prône la diffusion uniquement d’impressions sur-mesure, micro-optimisées pour chaque prospect, le tout « en temps réel ». Autrement dit, il diffuse le produit, le service, l’offre ou la promotion ayant la plus forte probabilité d’intéresser l’internaute prospect, y compris en tenant compte d’éléments d’ordre promotionnel ou bien encore venant du cross-selling.

Résultat : MyThings évoque une pertinence accrue des campagnes « on line » et un taux de conversion infiniment supérieur à celui obtenu par « des méthodes traditionnelles ». Concrètement, lorsqu’un visiteur arrive sur le site d’un annonceur utilisant MyThings, il est aussitôt taggués avec un « smart cooki ». Au cours de ses pérégrinations sur la toile et son accès à d’autres sites, MyThings sait les identifier. Via l’agrégation de données anonymes, le moteur de recommandation sélectionne alors les offres ayant la plus forte probabilité de l’intéresser.

Une bannière personnalisée, réalisée sur-mesure, est créée aussitôt à partir des données du produit et pointant le cas échéant sur une page précise ou sur une fiche produit/service."

Source: (1) http://www.itespresso.fr/benny-arbel-mythings-publicite-contextuelle-la-france-marche-majeur-57688.html

Selon une étude conduite par le centre de recherche IVC et l’institution Reversexit, 2,5% des start-up israéliennes seraient des entreprises à succès. L’étude a analysé plus de 10.000 start-ups fondées entre 1999 et 2014. Selon cette analyse, 46% de ces entreprises ont fait faillites, 14% ont été rachetées dont seulement la moitié avec des bénéfices. Sur les 5.400 entreprises en activité, s...

Coolamnews.com | High-Tech

Le bureau du Chief Scientist en Israël avait poussé à l'ouverture d'un incubateur de stratups spécialisé dans le domaine de la santé. Depuis hier c'est fait. Philips Healthcare et Teva se sont associés pour lancer ce projet exceptionnel. Le nom de l'incubateur : Sanara. C'est la ville de Ra'anana qui accueille ce nouvel incubateur. Raanana est une ville israélienne d'environ 80 000 habitants...

Ilan Rosenthal | High-Tech

Nathalie Hamou (Copyrights Les Echos) : "Après avoir séduit les géants du Net grâce à son expertise en cybersécurité, Israël attire désormais les grands noms de l’informatique en nuage (« cloud computing »). En l’espace de quelques jours, deux transactions majeures ont fait les gros titres, avec, d’une part, le rachat de la start-up de Yokneam (en basse Galilée) Annapurna Labs par Amazon, p...

Nathalie Hamou (Les Echos) | High-Tech

Coup de tonnerre dans l'industrie du software en Israël. Le groupe américain Harman rachète pour 170 millions de dollars l'israélien Red Bend. Fondée en 1999, Red Bend Software est une entreprise privée, au capital-risque financé société possède des bureaux en Chine, Israël, le Japon, la Corée, le Royaume-Uni et les Etats-Unis 1. Red Bend Software est le leader mondial de solutions de gesti...

Eyal Dayan (Rehovot) | High-Tech

Un excellent article paru dans L'Atelier explique de manière rationnelle les raisons qui poussent les "Gafa" à investir et racheter des startups. Israël est bien le lieu de rêve de Google, Apple, Facebook et Amazon. Arthur de Villemandy : "Les GAFA (acronyme pour Google, Apple, Facebook et Amazon) ont assis leur suprématie en générant des revenus gigantesques (déjà 123 milliards de dollars e...

IsraelValley Desk | High-Tech

Google est devenu incontournable en Israël. et son impact est réel dans tout l'écosystème de la startup Ntion. cela va être aussi le cas en Europe. Selon Eliane HONG : "La création de Google Ventures Europe apportera de nouvelles ressources dans l’écosystème d’innovation européen mais il devra s’adapter au marché local pour se développer de manière optimale. Pour l’année 2013, les investisse...

IsraelValley Desk | High-Tech

Un excellent article de Arthur de Villemandy de L'Atelier (Copyrights) qui explique mieux que quiconque pourquoi des startups (entre autres israéliennes) se délocalisent sans aucun complexe : "Même si l’écosystème entrepreneurial européen est encore fragile et naissant, de nouvelles sources de financement apparaissent et vont permettre aux start-up embryonnaires de sécuriser des tours de tables...

IsraelValley Desk | High-Tech

Silicon Wadi : "Deux entrepreneurs ultra-orthodoxes de Benei Brak, la ville ultra-religieuse de la banlieue de Tel-Aviv, lancent le tout premier incubateur High-Tech Haredi. Selon Yitzik Krombi, l’un des deux fondateurs, en 2014, 8 000 ultraorthodoxes suivaient des études dans le secteur du high-tech. “Même si le milieu des entrepreneurs ultra-orthodoxes reste plutôt masculin, il existe en ...

Siilcon Wadi | High-Tech

Samsung a fait l’acquisition de 2 startups israéliennes en à peine une semaine. Deux investissements de 10 millions de dollars américains chacun ont permis le rachat de Rounds et d’EarlySense, respectivement spécialisées dans les applications de communication sur internet et de suivi médical de patients à distance. Le géant coréen compte ainsi intégrer les applications israéliennes à son savoir...

Citizenkane | High-Tech

Selon frenchweb.fr (copyrights) : "C’est la plus grosse acquisition de Dropbox en nombre d’employés: l’entreprise américaine vient de faire l’acquisition de CloudOn, prenant la main sur la trentaine d’employés de cette start-up basée à Herzliya. Un moyen pour le service de stockage et de transfert de fichiers de s’implanter en Israël, deux ans après avoir ouvert son premier bureau en Europe...

Adeline Raynal (frenchweb) | High-Tech

Rarissime. Un site antisioniste majeur vient de faire paraître un article tout a fait intéressant sur la liaison hightech, politique et pouvoir d'influence (extraits) : "L’Inde a fait la découverte d’un marché israélien high-tech qui cible l’industrie militaire et la société civile. Si le marché israélien est en plein essor c’est plus ou moins grâce à l’Inde et à sa soif de technologie militair...

IsraelValley Desk | High-Tech

1. Conservation des fruits : le monde entier s’intéresse à Pimi Agro Conservation des fruits : le monde entier s’intéresse à Pimi Agro. Environ 30% des fruits sont déjà impropres à la consommation avant d’atteindre le consommateur. Pour réduire ces pertes, Nimrod Ben-Yehuda a créé Pimi Agro, il y a 15 ans. Il s’agit d’une solution naturelle, sans produits chimiques, permettant de garder frais,...

SiliconWadi | High-Tech

Communiqué Officiel de Ubifrance : Les "French Tech Days Israël" seront organisés par Ubifrance du 7 au 9 juin 2015, et bénéficiez ainsi : - d'une mise en avant commerciale de vos produits et solutions auprès des grands comptes israéliens (opérateurs, intégrateurs, banques...) - d'un positionnement privilégié auprès des décideurs locaux pour une projection immédiate sur le marché israélie...

Karen Gordon (Ubifrance) | High-Tech

L’observatoire Netexplo a choisi, pour la 8ème édition de son forum dédié aux grandes tendances digitales, le thème "My smart life ?". Le numérique ne serait donc pas forcément intelligent ? Après “My life with the cloud” en 2013, “My life with data” en 2014, la grande tendance numérique de 2015, selon l’observatoire Netexplo, sera "My smart life ?". Après les réseaux bienveillants et l’inva...

IsraelValley Desk | High-Tech

Les dix innovations numériques mondiales les plus prometteuses - Quel melon est le plus sucré ? Cet avocat est-il mûr ? Ma plante verte se porte-t-elle bien ? Combien de calories y'a-t-il dans ce morceau de fromage ? Répondre à toutes ces questions sera bientôt un jeu d'enfant, grâce au petit capteur moléculaire de poche qu'a conçu la start-up israëlienne Scio. " Chaque type de molécule vib...

IsraelValley Desk | High-Tech