Oct 12

ISRAELVALLEY SHOAH. "MON NUMERO EST LE 4559". En Israël, des jeunes ont décidé de se faire tatouer sur l'avant-bras les chiffres que portaient leurs grands parents, victimes de l'Holocauste.

Authors picture

IsraelValley Desk | Culture

En Israël, se tatouer pour ne pas oublier. Phénomène de mode “indécent” ou véritable solution contre l’oubli ? En Israël, plusieurs jeunes ont décidé de reproduire sur leur bras le tatouage de leurs grands-parents déportés. La mémoire dans la peau. En Israël, des jeunes ont décidé de se faire tatouer sur l’avant-bras les chiffres que portaient leurs grands parents, victimes de l’Holocauste. Une façon pour eux de leur rendre hommage et de ne pas oublier la Shoah. L’initiative, qui attire de nombreux jeunes, fait débat en Israël.

Le numéro 4559 sur son bras gauche, Livia Ravek le porte depuis 1942, quand elle a été déportée au camp d’extermination d’Auschwitz. Aujourd’hui, son petit fils, Daniel, 24 ans, porte le même numéro. Soixante-dix ans d’Histoire séparent ces deux tatouages. “Je sais que c’est choquant, explique le jeune homme. Mais il est si facile d’oublier. On entend déjà : ’C’est quoi la Shoah déjà ? Ah oui, une histoire entre les juifs et les nazis’. Pour la prochaine génération, cela ne sera plus qu’une petite histoire, sans importance”, témoigne l’étudiant, dans un reportage récemment diffusé sur France 2. “Je n’étais pas contente quand Daniel a fait ça”, lâche de son côté sa grand-mère. Son tatouage est une plaie qui ne disparaîtra jamais. “Moi, je dois le porter toute ma vie”, se désole-t-elle. “Je ne sais pas s’il a bien fait”.

“Mon grand-père m’a embrassé le bras”
Dans la famille d’Eli, une jeune femme de 24 ans que le New York Times a rencontré, les réactions ont été différentes. “Quand mon grand-père a vu mon tatouage, il a embrassé mon bras”, raconte la petite fille du déporté d’Auschwitz. “Un moment inoubliable”. Peu de temps après, sa mère et son oncle ont décidé de faire la même chose. “Aujourd’hui, mon grand-père ne fait plus partie du monde des vivants. Je suis là pour raconter son histoire et celle de l’Holocauste”, affirme-t-elle avec fierté.

Derrière les chiffres, une histoire, une identité. Dans Naufragés et les Rescapés, l’écrivain Primo Lévi, ancien déporté à Auschwitz, écrivait de la funeste empreinte sur son avant-bras : “c’est un signe indélébile, vous ne sortirez plus d’ici. C’est la marque qu’on imprime sur les esclaves et les bestiaux destinés à l’abattoir, et c’est ce que vous êtes devenus. Vous n’avez plus de nom : ceci est votre nouveau nom”.

Et c’est là que le bât blesse. En se tatouant, ces jeunes s’approprieraient une identité, une histoire qui n’est pas la leur. C’est en tout cas le point de vue de nombreux historiens israéliens, qui critiquent durement ce phénomène. “Cette démarche me paraît aberrante, sinon inquiétante, souligne ainsi Lucien Lazare, historien et grand résistant. Il y a une recherche d’identification avec la victime. Or ces jeunes ne sont pas les victimes”.

Une polémique nécessaire ?
Au sein de la société israélienne aussi, le geste est perçu comme indécent, déplacé. D’autant que le tatouage, hormis sa funeste signification, est interdit par la loi mosaïque (Lévitique, 19-28). Mais ces jeunes mettent en avant la nécessité de préserver le souvenir de la Shoah. Un argument difficilement contestable en Israël, où les survivants de la solution finale sont de moins en moins nombreux, et où le poids de la Shoah, fondamental, est intrinsèquement lié à la création de l’Etat hébreux.

Ce phénomène révèle donc un vrai paradoxe. Comment éviter l’oubli sans rouvrir une plaie qui peine à cicatriser ? Pour Michael Berenbaum, professeur à l’American Jewish University de Los Angeles et spécialiste de la mémorialisation de l’Holocauste, “nous nous éloignons de la mémoire vivante pour aller vers la mémoire historique” analyse-t-il dans le New York Times. “Nous sommes à ce moment de transition et les tatouages sont une manière insolite, démonstrative, de le franchir”.

Source: http://www.metrofrance.com/info/en-israel-se-tatouer-pour-ne-pas-oublier/mljk!jJmXpCJUjbDs/

4 artistes Israéliens contemporains majeurs, si proches par leurs talents, si différents dans leurs origines et dans leur art, exposent ensemble dans le studio du photographe Yehuda Altmann a Tel Aviv . Jack JANO ZENOU, peintre et sculpteur, est né en 1950 à Fes , au Maroc, Il arrive en Israël à Shlomi, à l'age de 6 ans. Jano est l'un des artistes les plus fascinant sur la scène israélienn...

Shalom Marciano | Culture

TV5MONDE, l’Ambassade de France en Israël et l’Institut français de Haïfa organisent dans le cadre du festival une « Journée 100% Francophone », le 16 octobre 2014. Au cœur de cette journée, la projection du film Atlit de Shirel Amitay avec la présence exceptionnelle de la productrice Sandrine Brauer et des actrices Géraldine Nakache (sous réserve) et Yael Abecassis. La projection se dérou...

IsraelValley Desk | Culture

« Rencontre avec un auteur », à l’initiative de l’Institut français d’Israël, propose une quarantaine de rencontres chaque année, mettant en lumière la diversité et la richesse des publications de langue française, romanciers, poètes, dramaturges ou essayistes. L’Institut français d’Israël s’offre une rentrée littéraire sous le signe de l’hébreu : 8 rencontres avec des écrivains israéliens de r...

IsraelValley Desk | Culture

L'humour juif peut remonter ses origines à la Torah, aux Talmuds et au Midrash, avant de se diversifier selon les époques, les conditions socio-politiques, et les lieux dans lesquels se retrouvent les diverses communautés juives. Actuellement, l'« humour juif » fait généralement référence à une forme plus récente, dont le centre était situé en Europe de l'Est, et s'est particulièrement dével...

IsraelValley Desk | Culture

HUMOUR. Le jour de Kippour est dit aussi le jour du Grand Pardon. Soit le jour où les juifs sollicitent le pardon de Dieu pour les fautes commises à son encontre. Ce qui a inspiré à Gaï Mored, du quotidien Yediot Aharonot, la caricature suivante : la rue d’une agglomération israélienne. Binyamin Netanyahou et Avigdor Lieberman, sur le trottoir, kippa sur la tête, étui à prière sous le bras...

M.B.A. | Culture

Membre d’un réseau présent dans le monde entier, l’institut français de Jérusalem (IFJ) Romain Gary encourage les échanges interculturels et la diffusion de la langue et de la culture françaises à travers ses différentes activités. Situé en plein cœur de Jérusalem sur l’esplanade de la Municipalité, l’IFJ Romain Gary est un espace culturel qui vous propose : - Des cours de français certif...

LG | Culture

Christian Petron, directeur de la photographie du « Grand Bleu » et « Atlantis » de Luc Besson et a qui dirigé les campagnes d’exploration sur l’épave du Titanic de Discovery Channel a peut-être établi un nouveau record du monde lors de la Compétition internationale de photographies sous-marines de la Mer Rouge à Eilat. Il s’agit du nombre de nombre de téléspectateurs YouTube en live d’une vid...

IsraelValley Desk | Culture

Peut-on détourner des images d'un groupe terroriste pour faire la promotion d'une soirée ? En Israël, l'initiative ne passe pas. Drek, un club gay connu à Tel-Aviv, "a déclenché une énorme vague de critiques et de colère sur la Toile, après avoir utilisé une série d'images inspirées des exécutions de l'Etat islamique (EI) pour promouvoir ses soirées", rapporte ainsi le quotidien Yediot Aharonot...

IsraelValley Desk | Culture

Israël a choisi son candidat pour l'Oscar du meilleur film en langue étrangère. C'est Gett, le procès de Viviane Amsalem de Ronit et Shlomi Elkabetz qui a été choisi. Dévoilé lors de la Quinzaine des Réalisateurs, Gett, le procès Viviane Amsalem (qui a attiré plus de 100.000 spectateurs en France) vient d'être sacré meilleur film aux Ophir Awards, l'équivalent israélien des Oscars. Israël n'...

IsraelValley Desk | Culture

Pour honorer le travail de Keren Ann, artiste cosmopolite qui a su promouvoir la Nouvelle Scène Française, l’ambassadeur de France en Israël, Patrick Maisonnave, lui a décerné les insignes de Chevalier de l’Ordre des Arts et des Lettres le 20 septembre 2014, au Théâtre Gesher à Jaffa. Keren Ann, auteur-compositeur et interprète israélienne d’expression française et anglaise, est revenue en...

LG | Culture

Encore une fois, et plus que jamais, Lady Gaga a prouvé lors de ce concert à Tel Aviv que sous ses costumes et ses provocations se cache une chanteuse et un compositeur de très grand talent. Après plusieurs mois d’incertitude sur la venue de Lady Gaga en Israël, son Jet privé a enfin atterri sur le tarmac de Ben Gurion dans l’après midi de  vendredi dernier, la pop star avait fait deux escal...

Diane Cohen | Culture

Hier la télévision israéliennne a suivi pas à pas la chanteuse Lady Gaga qui est arrivée à Tel Aviv avec une horde de musiciens, maquilleurs, coachs, garde du corps, toyboys, habilleuses, danseurs, attachés de presse, porte-parole, déménageurs, trésoriers et experts comptables. Selon i24News : "Lady Gaga se produira ce samedi à guichet fermé dans le Park Hayarkon de Tel Aviv. Tous les bille...

i24News et IsraelValley | Culture

La séance inaugurale du cycle " DESTINS ET LEGENDES " accueillera, pour la première fois en Israël, FRANCIS HUSTER qui présentera la version filmée de la pièce à succès: LE JOURNAL D'ANNE FRANK et dialoguera avec le public à l'issue de la projection. Le dimanche 9 novembre à 19h au Collège Académique de Netanya 1, rue de l'université-Netanya Nos futurs abonnés seront nos invités à ce b...

IsraelValley Desk | Culture

Plus de 100000 coureurs israeliens utilisent déjà l’application “Nike Plus” sur leur smartphone. Et pour l’occasion, la marque à la virgule, a décidé d’organiser, pour les utilisateurs existants et ceux à venir, la première compétition virtuelle de course à pied en Israel qui commencera le 21 Septembre 2014 et s’étalera sur une durée d’un mois... Comment ça fonctionne? Nike a décidé de ...

David Sayada | Culture

Le  Festival de Salzburg accueille depuis quelques années le Divan Occidental-Oriental, constitué et dirigé majestueusement par le pianiste et chef d'orchestre Daniel Barenboïm. Cette année,il se fait encore plus fort de le faire en plein conflit de Gaza,  L'émotion à Salzburg était à son comble à l'arrivée du Divan Occidental-Oriental, lors de leur présentation du 21 août de Tristan et Iseu...

Carmela Serfaty & Doron Dinai | Culture