Oct 12

ISRAELVALLEY SHOAH. "MON NUMERO EST LE 4559". En Israël, des jeunes ont décidé de se faire tatouer sur l'avant-bras les chiffres que portaient leurs grands parents, victimes de l'Holocauste.

Authors picture

IsraelValley Desk | Culture

En Israël, se tatouer pour ne pas oublier. Phénomène de mode “indécent” ou véritable solution contre l’oubli ? En Israël, plusieurs jeunes ont décidé de reproduire sur leur bras le tatouage de leurs grands-parents déportés. La mémoire dans la peau. En Israël, des jeunes ont décidé de se faire tatouer sur l’avant-bras les chiffres que portaient leurs grands parents, victimes de l’Holocauste. Une façon pour eux de leur rendre hommage et de ne pas oublier la Shoah. L’initiative, qui attire de nombreux jeunes, fait débat en Israël.

Le numéro 4559 sur son bras gauche, Livia Ravek le porte depuis 1942, quand elle a été déportée au camp d’extermination d’Auschwitz. Aujourd’hui, son petit fils, Daniel, 24 ans, porte le même numéro. Soixante-dix ans d’Histoire séparent ces deux tatouages. “Je sais que c’est choquant, explique le jeune homme. Mais il est si facile d’oublier. On entend déjà : ’C’est quoi la Shoah déjà ? Ah oui, une histoire entre les juifs et les nazis’. Pour la prochaine génération, cela ne sera plus qu’une petite histoire, sans importance”, témoigne l’étudiant, dans un reportage récemment diffusé sur France 2. “Je n’étais pas contente quand Daniel a fait ça”, lâche de son côté sa grand-mère. Son tatouage est une plaie qui ne disparaîtra jamais. “Moi, je dois le porter toute ma vie”, se désole-t-elle. “Je ne sais pas s’il a bien fait”.

“Mon grand-père m’a embrassé le bras”
Dans la famille d’Eli, une jeune femme de 24 ans que le New York Times a rencontré, les réactions ont été différentes. “Quand mon grand-père a vu mon tatouage, il a embrassé mon bras”, raconte la petite fille du déporté d’Auschwitz. “Un moment inoubliable”. Peu de temps après, sa mère et son oncle ont décidé de faire la même chose. “Aujourd’hui, mon grand-père ne fait plus partie du monde des vivants. Je suis là pour raconter son histoire et celle de l’Holocauste”, affirme-t-elle avec fierté.

Derrière les chiffres, une histoire, une identité. Dans Naufragés et les Rescapés, l’écrivain Primo Lévi, ancien déporté à Auschwitz, écrivait de la funeste empreinte sur son avant-bras : “c’est un signe indélébile, vous ne sortirez plus d’ici. C’est la marque qu’on imprime sur les esclaves et les bestiaux destinés à l’abattoir, et c’est ce que vous êtes devenus. Vous n’avez plus de nom : ceci est votre nouveau nom”.

Et c’est là que le bât blesse. En se tatouant, ces jeunes s’approprieraient une identité, une histoire qui n’est pas la leur. C’est en tout cas le point de vue de nombreux historiens israéliens, qui critiquent durement ce phénomène. “Cette démarche me paraît aberrante, sinon inquiétante, souligne ainsi Lucien Lazare, historien et grand résistant. Il y a une recherche d’identification avec la victime. Or ces jeunes ne sont pas les victimes”.

Une polémique nécessaire ?
Au sein de la société israélienne aussi, le geste est perçu comme indécent, déplacé. D’autant que le tatouage, hormis sa funeste signification, est interdit par la loi mosaïque (Lévitique, 19-28). Mais ces jeunes mettent en avant la nécessité de préserver le souvenir de la Shoah. Un argument difficilement contestable en Israël, où les survivants de la solution finale sont de moins en moins nombreux, et où le poids de la Shoah, fondamental, est intrinsèquement lié à la création de l’Etat hébreux.

Ce phénomène révèle donc un vrai paradoxe. Comment éviter l’oubli sans rouvrir une plaie qui peine à cicatriser ? Pour Michael Berenbaum, professeur à l’American Jewish University de Los Angeles et spécialiste de la mémorialisation de l’Holocauste, “nous nous éloignons de la mémoire vivante pour aller vers la mémoire historique” analyse-t-il dans le New York Times. “Nous sommes à ce moment de transition et les tatouages sont une manière insolite, démonstrative, de le franchir”.

Source: http://www.metrofrance.com/info/en-israel-se-tatouer-pour-ne-pas-oublier/mljk!jJmXpCJUjbDs/

Tandis que les Forces de défense israéliennes intensifient leurs frappes aériennes et que le Hamas poursuit ses tirs de roquettes sur Israël, Massive Attack poursuit sa tournée européenne. De passage à Dublin à l'occasion du festival Longitude, le groupe, connu pour son engagement politique, n'a pas hésité à adresser un message de soutien aux populations palestiniennes. Défenseurs de la Pale...

IsraelValley Desk | Culture

La question que nous posons en titre laisse penser que les israéliens qui restent à la maison... font l'amour. Et bien, non ! Ils font des "jokes" (blagues). C'est devenu un véritable sport national. Qui sortira la blague la plus reprise sur Facebook devient le héros du moment. Nous avons reçu à la rédaction d'IsraelValley des dizaines de plaisanteries qui se moquent souvent des habitants de Te...

Eyal Friedman (Tel Aviv) | Culture

Un gadget fabriqué en Israël permet de laver ses tsitsith en machine sans risque de les abîmer. Dénommé « Maguen Tzitzit », l’objet, réutilisable, se présente sous la forme d’un cône en plastique bleu dans lequel un dispositif permet d’enrouler les franges rituelles. Produit dans une usine « shomeret shabath », ce dispositif, commercialisé par la société Emeth, est vendu en France pour la modiq...

A.J. | Culture

Liza Minnelli, la légendaire actrice et chanteuse interprète devrait donner un concert à Tel-Aviv, en novembre 2014, dans le cadre de sa tournée européenne. L’artiste s’était déjà produite en Israël en 2011. La longue et impressionnante carrière de Liza Minnelli s’étend sur plus de 60 ans. Fille de l’icône Judy Garland et du réalisateur Vincente Minnelli, Liza Minnelli a reçu en 1972 un Osca...

IsraelValley Desk | Culture

Une véritable mer de plastique est visible au moshav Ein Yahav, dans la région brûlante de l’Arava. Les champs du Moshav sont couverts de plus de 6 millions de m² de plastique, afin d’utiliser la puissance du soleil pour élever les températures des surfaces sous le plastique jusqu’à 55 degrés. Cette chaleur est alors utilisée comme un substitut naturel aux pesticides. Le cliché que « l...

Line Tubiana (TJ) | Culture

Fin 2012, nous en parlions alors, Thibault Verbiest  sortait son premier roman, une œuvre très originale et remarquée, Amalek, le récit passionnant de 9 soldats israéliens qui se retrouvent téléportés, à la mode science-fiction, en plein milieu de la Shoah, à quelques kilomètres d’Auschwitz.   Le roman a connu un bel accueil en France et Belgique et voilà que son auteur décide de se lancer d...

IsraelValley Desk | Culture

Dimie Cat et La Femme, en concert pour la première fois en Israël. Le jeudi 26 juin à partir de 20h, sur la place devant l’Institut français de Tel Aviv, Rothschild 7. Après avoir reçu successivement le groupe Nouvelle Vague avec le designer français Jean-Charles de Castelbajac en 2012 et le groupe les Brigitte en 2013, l’Ambassade de France et l’Institut français d’Israël poursuivent leur ...

IsraelValley Desk | Culture

7863 livres ont été publiés en Israël en 2013. Selon les données de la Bibliothèque nationale, 82 % des nouveaux livres ont été publiés dans leur langue originale et 18 % ont été traduits. Sur les 1257 livres pour adultes publiés en 2013, 810 ont été écrits en hébreu et 447 traduits en hébreu. Parmi les livres écrits par des israéliens et publiés dans leur langue d’origine, 686 ont été publi...

Adèle Berg | Culture

On connaissait Burning Man, cet événement qui attire chaque année des dizaines de milliers d'hurluberlus dans le désert du Nevada. Voici aujourd'hui le Midburn Festival, un rassemblement tout aussi déjanté qui s'est déroulé pour la première fois dans le désert du Néguev, en Israël, au début du mois de juin 2014. ISRAELVALLEY PLUS Le festival Burning Man est une grande rencontre artistique ...

IsraelValley Desk | Culture

Une nouvelle initiative lancée par le ministère de l’Éducation vise à augmenter le nombre d’étudiants israéliens qui contribueront au développement de Wikipedia en hébreu. Le programme a été suggéré la semaine dernière lors d’une réunion entre le ministre de l’éducation, Shay Piron, et le président de la fondation Wikimedia, Jan-Bart de Vreede. Le ministre de l’éducation a exprimé son i...

Tel Avivre | Culture

Interview exclusif d'Edna Stern, pianiste franco-israélienne à l'occasion d'un récital unique de musiqué écrite à Theresinstadt, à La Chapelle de la Fondation Eugène Napoléon. A 70 ans de la fin de la seconde guerre mondiale et dans la vague de ce qui nous interpelle comme musique des camps, Edna Stern, la pianiste franco-israélienne,, vient de donner un recital unique. Au programme : Reine...

Carmela Serfaty | Culture

L’aile Archéologie du Musée d’Israël propose un parcours chronologique fascinant retraçant l’histoire de cette terre. Des temps préhistoriques à l’empire ottoman, le visiteur découvre au travers de sept sections l’histoire mouvementée d’Israël, et les particularités des peuples qui s’y sont succédés. Une exposition unique : Les Plus Vieux Masques Du Monde Le Musée d'Israël rassemble pour...

Cécile Kaplan (Tel Aviv) | Culture

Mercredi soir, le Park Hayarkon de Tel-Aviv retentissait de la voix de Mick Jagger s'adressant au public israélien en hébreu : "Bonsoir Tel-Aviv et bonne fête de Chavouot, nous sommes les Rolling Stones". L’heure du concert, prévu à 20h30 a été retardée d’environ une heure pour permettre à tous (y compris les fans religieux) d’être à l’heure. En effets, les juifs observant doivent attendre ...

Paula Chiche | Culture

L’Ambassade de France et l’Institut français d’Israël, avec le soutien de l’Institut français à Paris, accueillent « Tempête sous un crâne » pour deux représentations en Israël, à Beer Sheva et Nazareth. Les représentations seront suivies d’une discussion animée avec la troupe. En français, surtitres en arabe et/ou hébreu. Adaptée des Misérables, écrite pour cinq comédiens et deux musicien...

IsraelValley Desk | Culture

Une “journée éthiopienne”, en commémoration du 30e anniversaire de l’Opération Moise, au cours de laquelle 6364 Juifs d’Ethiopie ont été acheminés clandestinement des camps de réfugiés au Soudan vers Israël entre novembre 1984 et janvier 1985, a été organisée à l’Université de Tel-Aviv le 15 mai dernier dans le cadre du Conseil des Gouverneurs de l’Université. La journée comprenait le témoignag...

Dr. Sivan Cohen-Wiesenfeld | Culture