Oct 10

ISRAELVALLEY - UNE EXPERIENCE DE TERRAIN UNIQUE : DIDIER WISSELMAN ET FREDERIC SZABO (UBIFRANCE) SONT EN TOURNEE A LYON, GRENOBLE, NANCY POUR PROMOUVOIR LE POTENTIEL COMMERCIAL FRANCE-ISRAËL.

Authors picture

Caroll AZOULAY (Jérusalem) | Économie

Headline image

Didier Wisselmann, chef du Service économique de l’ambassade de France en Israël et Frédéric Szabo, directeur d’Ubifrance en Israël, sont en France pour expliquer l’intérêt des chefs d’entreprises à exporter vers Israël. L’occasion de faire le point avec Didier Wisselmann sur la présence française en Israël, les projets en cours, la création d’un nouveau label franco-israélien, le changement de gouvernement en France et la crise économique.

C.A. : Quels sont l’objectif et les raisons de ce déplacement en France ?

Didier Wisselmann – Les PME françaises ne sont pas naturellement exportatrices. Nous avons 100.000 PME tournées vers l’international contre 600.000 en Allemagne. Ce chiffre vous laisse comprendre pourquoi nous avons 70 milliards de déficit dans la balance globale extérieure alors que les Allemands ont plus de 100 milliards d’excédent. Nous avons un véritable problème de réflexe à l’exportation. Et pour une bonne raison : nous avons un marché intérieur pléthorique avec près de 70 millions d’habitants, et nous n’avons pas naturellement besoin d’exporter. Il le faut cependant. L’exportation permet de se remettre en question, de s’ouvrir, d’innover, et est donc toujours favorable.

Si les Allemands sont plus performants à l’exportation que les Français, c’est aussi parce que leurs entreprises sont plus fortes, en nombre, notamment. Elles comportent ainsi plus de cadres qui peuvent se consacrer entièrement au département ‘exportation’. En France, le chef d’entreprise fait tout. Il a les idées, il met en œuvre la stratégie et en assure la réalisation. Autre constatation, celles des entreprises françaises qui se tournent vers l’exportation vont plus naturellement vers des marchés de proximité ou des marchés émergents qui représentent un intérêt fort. L’Allemagne, le Benelux, l’Europe centrale, le sud de l’Europe, l’Afrique du nord, et plus loin, le Brésil, l’Inde, la Chine, considérés comme des eldorados pour leur marchés gigantesques.

Aller exporter vers Israël, petit pays avec ses 7 ou 8 millions d’habitants, enclavé pour les raisons géopolitiques que l’on connait, n’est pas naturel pour un chef d’entreprise. C’est là que nous devons intervenir. Il y a une nécessité d’information car il y a souvent une grande ignorance sur ce qui fait l’intérêt d’Israël. C’est une économique dynamique, ouverte, innovante, toute entière tournée vers l’exportation et qui s’adresse à un marché global. Israël constitue donc une sorte de plateforme de rebond pour nouer des partenariats et cibler, outre le marché israélien, le marché global : 1/3 vers les USA, Amérique du Nord, 1/3 Europe, 1/3 reste du monde Asie.

C’est ce que nous allons expliquer aux chefs d’entreprises que nous rencontrerons à Lyon, Grenoble et Nancy les 10 et 11 octobre. Nous rappellerons également les fondamentaux macro économiques d’Israël souvent méconnus, l’écosystème de l’innovation et le fonctionnement du marché israélien en démontrant pourquoi ce pays ne peut se résumer à sa taille et son insularité.

C.A: Quelle a été la réaction des CCI locales que vous avez démarchées ?
Très favorable, car elles considèrent qu’il y a un vrai intérêt à parler d’Israël et reconnaissent que ce n’est pas une destination suffisamment connue. La preuve, la France n’est qu’au 10e rang des pays exportateurs vers Israël. Avec mon collègue d’Ubifrance, Frédéric Szabo, nous avons compris qu’il fallait aller chercher les entreprises françaises… en France !

Outre notre travail de réseau habituel, on a donc décidé d’aller sur le terrain, soit en participant à des réunions, soit en les suscitant au travers de ‘journée pays’ comme on en fait sur l’Inde, le Canada ou l’Indonésie par exemple. Cette idée avait particulièrement été encouragée par l’ancien secrétaire d’Etat au commerce extérieur Pierre Lellouche lors de son dernier passage en Israël.

C.A. La situation géo politique influence t-elle l’économie israélienne ?
Du point de vue purement macro économique, si l’on observe l’évolution de la croissance au cours des dix dernières années en Israël, les tendances ont toujours été favorables. Il y a eu évidemment un ‘coup de mou’ en 2009 en raison de la crise économique mondiale mais moins que dans d’autres pays. Enfin, si l’on veut tenter de faire une comparaison entre l’activité économique du pays et les ‘soucis’ d’intensité variable régionaux (guerre du Liban, Gaza, Flottille, Intifada…) on constate une absence de corrélation du niveau d’activité économique avec les aléas géopolitiques et conflictuels. C’est un fait objectif. L’économie israélienne n’est pas influencée par les aléas sécuritaires.

Quelle est l’actualité des échanges économiques binationaux ?
Nous travaillons actuellement sur un projet d’incubateur (pas au sens physique) franco-israélien consistant en un processus de labellisation conjoint qui donnerait aux start-up françaises accès à l’écosystème de l’innovation israélien, et aux start-up israélienne accès aux grands groupes français. Tout cela à condition de recevoir ce label qui sera distribué avec beaucoup de parcimonie par un comité de sélection conjoint.

C’est comme cela que nous pourrons faire des mises en contacts, des ‘matching’ qui permettront à des équipes de se trouver, de travailler et de développer ensemble, sachant qu’en phase précoce, les israéliens sont très bons, et en phase de développement les français sont meilleurs. Il existe donc un potentiel d’enrichissement mutuel, et nous voulons nous appliquer à le développer.

C.A. Quand devrait entrer en action ce label ?
Lors de la prochaine journée franco-israélienne de l’innovation organisée par le gouvernement israélien qui aura lieu le 21 janvier prochain en Israël. La première ‘journée de l’innovation France Israël’ avait eu lieu le 5 décembre 2011 à Paris et avait enregistré un franc succès, avec une centaine de participants israélien lors de ce forum exceptionnel. Le processus est désormais embrayé entre nos deux pays, et nous espérons également la présence d’une centaine d’entreprises, de professionnels et d’institutions françaises le 21 janvier à Tel-Aviv.

C.A. Le changement de gouvernement en France semble ne pas avoir eu d’incidence sur l’organisation de cette deuxième édition, qu’en est-il plus généralement dans le domaine de la coopération économique franco-israélienne?

En ce qui concerne la journée de l’innovation, nos services ont été en contact avec Bercy et plus précisément avec le cabinet de la ministre de l’Innovation et de l’Economie numérique, Fleur Pellerin, qui nous a immédiatement donné son accord pour une présence le 21 janvier.

Plus généralement, nous avons un travail qui se poursuit sans aucun problème sur le domaine des transports publics. Une mission d’experts ferroviaire est venue début septembre pour expertiser le projet de la ligne à grande vitesse Tel-Aviv/Eilat. On est également en train de bâtir un ‘dialogue énergie’ qui concernera les énergies renouvelables, les carburants alternatifs au pétrole et le gaz naturel.

On a une coopération qui a démarré il y a plusieurs années, et qui va se poursuivre. Il n’y a aucun frein, ni changement d’idées là-dessus. Bien sûr il n’est pas évident d’envisager une visite ministérielle immédiate, car c’est un gouvernement qui vient de se former et qui est occupé par des priorités nationales.

C.A. La crise économique qui pèse sur la France, peut elle peser défavorablement sur la politique économique à l’étranger de la France ou au contraire l’encourager ?
Elle doit, vous l’avez dit, l’encourager. La réponse à la crise est double : Améliorer la compétitivité de la France et augmenter son agressivité sur les exportations car c’est un des moteurs du développement, surtout quand la demande intérieure est faible. La diplomatie économique est une priorité absolue du gouvernement, et cela a d’ailleurs été répété lors de la conférence des ambassadeurs par le ministre des Affaires étrangères. La nouvelle banque publique d’investissement qui va bientôt être crée va aussi avoir ce rôle d’identifier systématiquement les zones d’exportations, aider, accompagner et garantir les entreprises qui se tournent vers l’exportation.

La situation difficile dans laquelle on se trouve pourrait être compensée par une plus grande agressivité à l’international. Et encore une fois, l’industrie française peut avoir tout intérêt à venir en Israël pas simplement pour le marché israélien mais pour travailler avec des partenaires israéliens afin d’aller ailleurs, en Afrique par exemple mais aussi aux USA, en Inde ou au Brésil, où les Israéliens se trouvent.

Ce sont des idées à priori pleines de bon sens, mais pour que des acteurs économiques puissent en être convaincus, ils doivent en être informés. A nous de le faire et de leur dire : Venez jeter un œil sur cette économie de type occidentale, ouverte et dynamique dont le fonctionnement entreprenant rapide et direct a de quoi séduire.

Caroll AZOULAY (www.lepetitjournal.com/telaviv.html)

Pour toute information : Didier.WISSELMANN@dgtresor.gouv.fr

Source: http://www.lepetitjournal.com/tel-aviv-economie/124246-interview--didier-wisselmann--qla-france-nest-quau-10e-rang-des-pays-exportateurs-vers-israel-q.html

Les promesses de reprise économique en Israël dès la fin de 2014 pourraient voler en éclats face à la détérioration de la situation sécuritaire. La reprise attendue de l’économie israélienne ne sera peut-être pas au rendez-vous de 2015 : l’agence de notation financière internationale Fitch vient de déclasser légèrement les perspectives de l’économie israélienne en lui attribuant la note « ...

Jacques Bendelac | Économie

Le Smile Clock est un réveil que l’on ne peut éteindre qu’en souriant. Ce n’est pas simplement une idée amusante, selon le créateur de l’application Hanan Rofe Haim. « Il y a de nombreuses études scientifiques qui montrent que vous passerez une meilleure journée si vous la commencez en souriant, même si vous vous forcez », a déclaré Haim au Times of Israel dans un entretien. C’est exactement...

Times of Israel | Économie

La guerre de l'été sur Gaza et... ses conséquences. Depuis quelques jours les autorités israéliennes en charge des finances se doutaient bien que "quelque chose n'allait pas" avec les firmes qui analysent le "risque Israël". Celles-ci ne font pas de cadeau. Mauvaise nouvelle pour le Ministre des finances d'Israël qui a appris la décision de Fitch ce vendredi. Selon i24News : " Fitch abaiss...

i24News et IsraelValley | Économie

Rapport OCDE – Avec des dépenses de R&D représentant 3,93% de son PIB, Israël a été détrôné par la Corée qui dépense 4,36 % de son PIB pour la R&D. Mauvaise nouvelle pour Israël : le pays de la Silicon Wadi a perdu sa première place dans le classement mondial des pays à forte intensité de Recherche et Développement (R&D) en proportion de leur PIB. C’est ce qu’il ressort du dernier rapport ...

Jacques Bendelac | Économie

Le maire d'Ashkelon : «Bien que le déploiement de gardes de sécurité soit de la responsabilité du ministère de la Sécurité intérieure, j'ai décidé de placer à partir de demain (ndlr: jeudi) matin des gardes armés près de toutes les écoles maternelles adjacentes à des chantiers sur lesquels travaillent des ouvriers arabes», a-t-il ajouté. Le déploiement des gardes de sécurité sera financé par...

IsraelValley Desk | Économie

Israël pourrait exporter vers l'Egypte à partir de 2017, pour une durée de sept ans, via un nouveau pipeline. Les champs de gaz israéliens offshore Tamar pourrait bénéficier de nouvelles installations, estimées à 2 milliards de dollars, avec notamment un nouveau pipeline sous-marin construit pour l'exportation vers L'Egypte. Deux nouveaux puits et une plate-forme font également partie des pl...

i24News | Économie

La paix passera-t-elle par l’économie ? Israël vient de donner son accord pour l’ouverture d’une usine de Coca-Cola à Karni, dans la bande de Gaza. Malgré les menaces d’une troisième Intifada, deux investisseurs palestiniens viennent de recevoir toutes les autorisations pour l’installation d’une usine de Coca-Cola à Gaza. L’accord a été donné simultanément par les autorités israéliennes, p...

Jacques Bendelac | Économie

Outbrain, société israélienne qui génère des suggestions d'articles automatiques pour des sites d'information, a conclu un accord avec Time Incorporated. Le contrat porte sur la fourniture exclusive de ce service pour les titres principaux du géant américain tels que Time.com et People.com. Time souhaite par cette collaboration renforcer sa stratégie digitale. Jusqu'à présent, l'éditeur américa...

Avner Myers | Économie

Ce 20 novembre est la Journée mondiale de l’Enfance ; l’occasion de faire le point sur la situation sociale et économique des enfants en Israël. La journée internationale des droits de l'enfant est la date anniversaire de la signature de la Convention internationale des droits de l'enfant le 20 novembre 1989 par 191 pays, Israël compris. Cette convention affirme qu'un enfant n'est pas seul...

Jacques Bendelac | Économie

SafeNet, société spécialisée dans la protection de données, a recensé entre juillet et septembre 2014 320 fuites majeures de données confidentielles dans le monde, un chiffre en hausse de 25% sur un an. Les services bancaires et financiers sont les plus touchés par le phénomène. SafeNet analyse, dans un communiqué au ton assez alarmiste, les informations tirées de son Breach Level Index, une...

IsraelValley Desk | Économie

La fédération syndicale israélienne (Histadrut) a lancé mardi un préavis de grève à l'échelle nationale. Elle exige du gouvernement une augmentation du salaire minimum de 1000 shekels (260 dollars) par mois. Cette augmentation serait de près de 25% supérieure au salaire minimum actuel qui s'élève à 4300 shekels (en vigueur depuis deux ans). Président de la Histadrout, Avi Nissenkorn explique...

Avner Myers | Économie

Success-Story : la chaîne de bar-café hiérosolymitaine s’internationalise. Elle va ouvrir un café en Finlande et lorgne sur toute la Scandinavie. Les frères Abouhatsira, Oshri (36 ans) et Eliran (35 ans), sont aux anges : leur enseigne de bar à gaufres Waffel-Bar, créée à Jérusalem il y a 14 ans, va étendre ses ramifications en Europe. C’est la rencontre entre les deux frères et un homme d...

Jacques Bendelac | Économie

Les Israéliens peuvent certes se plaindre au sujet du coût élevé de la vie, mais si vous êtes cadre dirigeant expatrié, déménager pour un emploi en Israël est une aubaine. C'est le résultat d'une étude menée par le cabinet d'avocats Herzog Fox & Neeman en partenariat avec l'entreprise Relocation Jobs, qui aide les multinationales en matière d'emploi en Israël. L'étude a comparé Israël à Hong...

Avner Myers | Économie

Julius Baer a attribué la progression de ses actifs sous gestion au rehaussement de sa participation dans le brésilien GPS, qui y a contribué à hauteur de 6 milliards de francs suisses. Quant aux avoirs totaux de la clientèle de Julius Baer, ils ont gonflé de 11% à 385 milliards. La performance reflète notamment la poursuite de l'intégration des activités de gestion de fortune internationale...

IsraelValley Desk | Économie

La croissance économique israélienne connait un ralentissement au troisième trimestre pour la première fois en cinq ans. Cette baisse coïncide avec l'opération militaire "Bordure protectrice" à Gaza, qui a duré deux mois l'été dernier, et qui a coûté à l'Etat hébreu plus de 2.5 milliards de dollars. Pour la période juillet-septembre, la croissance économique israélienne a reculé de 1.4% e...

i24News | Économie