Oct 10

ISRAELVALLEY - UNE EXPERIENCE DE TERRAIN UNIQUE : DIDIER WISSELMAN ET FREDERIC SZABO (UBIFRANCE) SONT EN TOURNEE A LYON, GRENOBLE, NANCY POUR PROMOUVOIR LE POTENTIEL COMMERCIAL FRANCE-ISRAËL.

Authors picture

Caroll AZOULAY (Jérusalem) | Économie

Headline image

Didier Wisselmann, chef du Service économique de l’ambassade de France en Israël et Frédéric Szabo, directeur d’Ubifrance en Israël, sont en France pour expliquer l’intérêt des chefs d’entreprises à exporter vers Israël. L’occasion de faire le point avec Didier Wisselmann sur la présence française en Israël, les projets en cours, la création d’un nouveau label franco-israélien, le changement de gouvernement en France et la crise économique.

C.A. : Quels sont l’objectif et les raisons de ce déplacement en France ?

Didier Wisselmann – Les PME françaises ne sont pas naturellement exportatrices. Nous avons 100.000 PME tournées vers l’international contre 600.000 en Allemagne. Ce chiffre vous laisse comprendre pourquoi nous avons 70 milliards de déficit dans la balance globale extérieure alors que les Allemands ont plus de 100 milliards d’excédent. Nous avons un véritable problème de réflexe à l’exportation. Et pour une bonne raison : nous avons un marché intérieur pléthorique avec près de 70 millions d’habitants, et nous n’avons pas naturellement besoin d’exporter. Il le faut cependant. L’exportation permet de se remettre en question, de s’ouvrir, d’innover, et est donc toujours favorable.

Si les Allemands sont plus performants à l’exportation que les Français, c’est aussi parce que leurs entreprises sont plus fortes, en nombre, notamment. Elles comportent ainsi plus de cadres qui peuvent se consacrer entièrement au département ‘exportation’. En France, le chef d’entreprise fait tout. Il a les idées, il met en œuvre la stratégie et en assure la réalisation. Autre constatation, celles des entreprises françaises qui se tournent vers l’exportation vont plus naturellement vers des marchés de proximité ou des marchés émergents qui représentent un intérêt fort. L’Allemagne, le Benelux, l’Europe centrale, le sud de l’Europe, l’Afrique du nord, et plus loin, le Brésil, l’Inde, la Chine, considérés comme des eldorados pour leur marchés gigantesques.

Aller exporter vers Israël, petit pays avec ses 7 ou 8 millions d’habitants, enclavé pour les raisons géopolitiques que l’on connait, n’est pas naturel pour un chef d’entreprise. C’est là que nous devons intervenir. Il y a une nécessité d’information car il y a souvent une grande ignorance sur ce qui fait l’intérêt d’Israël. C’est une économique dynamique, ouverte, innovante, toute entière tournée vers l’exportation et qui s’adresse à un marché global. Israël constitue donc une sorte de plateforme de rebond pour nouer des partenariats et cibler, outre le marché israélien, le marché global : 1/3 vers les USA, Amérique du Nord, 1/3 Europe, 1/3 reste du monde Asie.

C’est ce que nous allons expliquer aux chefs d’entreprises que nous rencontrerons à Lyon, Grenoble et Nancy les 10 et 11 octobre. Nous rappellerons également les fondamentaux macro économiques d’Israël souvent méconnus, l’écosystème de l’innovation et le fonctionnement du marché israélien en démontrant pourquoi ce pays ne peut se résumer à sa taille et son insularité.

C.A: Quelle a été la réaction des CCI locales que vous avez démarchées ?
Très favorable, car elles considèrent qu’il y a un vrai intérêt à parler d’Israël et reconnaissent que ce n’est pas une destination suffisamment connue. La preuve, la France n’est qu’au 10e rang des pays exportateurs vers Israël. Avec mon collègue d’Ubifrance, Frédéric Szabo, nous avons compris qu’il fallait aller chercher les entreprises françaises… en France !

Outre notre travail de réseau habituel, on a donc décidé d’aller sur le terrain, soit en participant à des réunions, soit en les suscitant au travers de ‘journée pays’ comme on en fait sur l’Inde, le Canada ou l’Indonésie par exemple. Cette idée avait particulièrement été encouragée par l’ancien secrétaire d’Etat au commerce extérieur Pierre Lellouche lors de son dernier passage en Israël.

C.A. La situation géo politique influence t-elle l’économie israélienne ?
Du point de vue purement macro économique, si l’on observe l’évolution de la croissance au cours des dix dernières années en Israël, les tendances ont toujours été favorables. Il y a eu évidemment un ‘coup de mou’ en 2009 en raison de la crise économique mondiale mais moins que dans d’autres pays. Enfin, si l’on veut tenter de faire une comparaison entre l’activité économique du pays et les ‘soucis’ d’intensité variable régionaux (guerre du Liban, Gaza, Flottille, Intifada…) on constate une absence de corrélation du niveau d’activité économique avec les aléas géopolitiques et conflictuels. C’est un fait objectif. L’économie israélienne n’est pas influencée par les aléas sécuritaires.

Quelle est l’actualité des échanges économiques binationaux ?
Nous travaillons actuellement sur un projet d’incubateur (pas au sens physique) franco-israélien consistant en un processus de labellisation conjoint qui donnerait aux start-up françaises accès à l’écosystème de l’innovation israélien, et aux start-up israélienne accès aux grands groupes français. Tout cela à condition de recevoir ce label qui sera distribué avec beaucoup de parcimonie par un comité de sélection conjoint.

C’est comme cela que nous pourrons faire des mises en contacts, des ‘matching’ qui permettront à des équipes de se trouver, de travailler et de développer ensemble, sachant qu’en phase précoce, les israéliens sont très bons, et en phase de développement les français sont meilleurs. Il existe donc un potentiel d’enrichissement mutuel, et nous voulons nous appliquer à le développer.

C.A. Quand devrait entrer en action ce label ?
Lors de la prochaine journée franco-israélienne de l’innovation organisée par le gouvernement israélien qui aura lieu le 21 janvier prochain en Israël. La première ‘journée de l’innovation France Israël’ avait eu lieu le 5 décembre 2011 à Paris et avait enregistré un franc succès, avec une centaine de participants israélien lors de ce forum exceptionnel. Le processus est désormais embrayé entre nos deux pays, et nous espérons également la présence d’une centaine d’entreprises, de professionnels et d’institutions françaises le 21 janvier à Tel-Aviv.

C.A. Le changement de gouvernement en France semble ne pas avoir eu d’incidence sur l’organisation de cette deuxième édition, qu’en est-il plus généralement dans le domaine de la coopération économique franco-israélienne?

En ce qui concerne la journée de l’innovation, nos services ont été en contact avec Bercy et plus précisément avec le cabinet de la ministre de l’Innovation et de l’Economie numérique, Fleur Pellerin, qui nous a immédiatement donné son accord pour une présence le 21 janvier.

Plus généralement, nous avons un travail qui se poursuit sans aucun problème sur le domaine des transports publics. Une mission d’experts ferroviaire est venue début septembre pour expertiser le projet de la ligne à grande vitesse Tel-Aviv/Eilat. On est également en train de bâtir un ‘dialogue énergie’ qui concernera les énergies renouvelables, les carburants alternatifs au pétrole et le gaz naturel.

On a une coopération qui a démarré il y a plusieurs années, et qui va se poursuivre. Il n’y a aucun frein, ni changement d’idées là-dessus. Bien sûr il n’est pas évident d’envisager une visite ministérielle immédiate, car c’est un gouvernement qui vient de se former et qui est occupé par des priorités nationales.

C.A. La crise économique qui pèse sur la France, peut elle peser défavorablement sur la politique économique à l’étranger de la France ou au contraire l’encourager ?
Elle doit, vous l’avez dit, l’encourager. La réponse à la crise est double : Améliorer la compétitivité de la France et augmenter son agressivité sur les exportations car c’est un des moteurs du développement, surtout quand la demande intérieure est faible. La diplomatie économique est une priorité absolue du gouvernement, et cela a d’ailleurs été répété lors de la conférence des ambassadeurs par le ministre des Affaires étrangères. La nouvelle banque publique d’investissement qui va bientôt être crée va aussi avoir ce rôle d’identifier systématiquement les zones d’exportations, aider, accompagner et garantir les entreprises qui se tournent vers l’exportation.

La situation difficile dans laquelle on se trouve pourrait être compensée par une plus grande agressivité à l’international. Et encore une fois, l’industrie française peut avoir tout intérêt à venir en Israël pas simplement pour le marché israélien mais pour travailler avec des partenaires israéliens afin d’aller ailleurs, en Afrique par exemple mais aussi aux USA, en Inde ou au Brésil, où les Israéliens se trouvent.

Ce sont des idées à priori pleines de bon sens, mais pour que des acteurs économiques puissent en être convaincus, ils doivent en être informés. A nous de le faire et de leur dire : Venez jeter un œil sur cette économie de type occidentale, ouverte et dynamique dont le fonctionnement entreprenant rapide et direct a de quoi séduire.

Caroll AZOULAY (www.lepetitjournal.com/telaviv.html)

Pour toute information : Didier.WISSELMANN@dgtresor.gouv.fr

Source: http://www.lepetitjournal.com/tel-aviv-economie/124246-interview--didier-wisselmann--qla-france-nest-quau-10e-rang-des-pays-exportateurs-vers-israel-q.html

En France très peu de personnes connaissent le meilleur "Think Tank" de l'Etat Hébreu. Le Reut Institute fait un travail remarquable en Israël. Son objectif est d'aider les décideurs du pays à construire le futur technologique, social, économique du pays. Le Reut Institute est spécialisé dans le domaine de l'innovation sociétale. Une conférence baptisée IL@75 (qui a eu lieu récemment) en Is...

IsraelValley Desk | Économie

Israël ne cessera pas ses exportations de produits agricoles vers la Russie malgré les pressions de l’Union européenne contre Moscou, a indiqué le ministre israélien de l’Agriculture Yair Shamir. Ce dernier a motivé cette décision par le boycott européen des produits israéliens provenant des implantations, lors d’une interview à l’agence de presse russe RIA Novosti. "S'ils viennent (les Europée...

i24News (Tel Aviv) | Économie

La guerre à Gaza a incité le gouvernement israélien à débloquer des crédits pour le Néguev et les villes israéliennes proches de la bande de Gaza. Après l’opération militaire israélienne dans la bande de Gaza, le gouvernement a décidé d’accélérer le développement économique et social du sud d’Israël. Cette semaine, le conseil des Ministres débat à Jérusalem de deux plans de développement du ...

Jacques Bendelac | Économie

Les hôtels israéliens ont fustigé le ministère des Affaires religieuses pour la hausse des prix à venir des certificats de cacherout de près de 30 % alors même que l’industrie du tourisme a souffert d’un ralentissement suite à l’opération Bordure protectrice. Le PDG de l’Association des Hôteliers Shevi Shai a critiqué le gouvernement pour avoir annoncé un plan pour aider ostensiblement le se...

Times of Israel | Économie

Il fut une époque ou Nokia avait le vent en poupe dans l'industrie du téléphone portable. Aujourd'hui, Nokia n'est plus que l'ombre de lui-même et la société n'a plus les moyens d'autrefois. Ainsi, le Nokia Stadium Arena, l'un des plus grands stades couverts du pays, à Tel Aviv, qui s'appelait autrefois " Yad Eliyahu Arena " va devoir changer de nom sous peu. Nokia a annoncé son intention ...

IsraelValley Desk | Économie

Les échanges commerciaux entre Israël et le Japon ont débuté dès 1952 avec l'établissement des relations diplomatiques. Ils furent dès le début relativement importants. Israël exportait alors vers le Japon principalement des diamants, fruits et produits chimiques. Si, à l'époque, la balance commerciale était relativement équilibrée entre les deux pays (autour de 1,5 milliard de dollars d'ex...

Dr Paul Balança | Économie

Les salariés grévistes s'opposent à un plan de redressement qui impliquerait de nombreux licenciements. Les représentants du service postal et du syndicat israélien (Histadrout) ont prévu de reprendre les négociations avec le ministère des Finances. Les tribunaux israéliens seront fermés au public ce dimanche, bien que les audiences devraient avoir lieu comme prévu. En outre, les agents du ...

Avner Myers | Économie

Le compromis trouvé par le Premier ministre israélien et son ministre des Finances permettra de boucler rapidement le projet de budget 2015. Ce n’était qu’une question de temps : un accord entre Benyamin Netanyahou et Yaïr Lapid va enfin permettre au gouvernement de débattre de la loi de finances pour 2015 et de la soumettre aux députés israéliens pour son adoption définitive avant la fin ...

Jacques Bendelac | Économie

C’était l’OpenStartUp cette semaine, l’après-midi portes-ouvertes des start ups de Tel Aviv dans le cadre du DLD, le festival de l’innovation. IsraelValley en a profité pour aller rendre visite à Pzartech, une jeune start up israélienne dans le secteur de l’impression 3D qui s’apprête à débuter son Beta Test. Joachim Hagege, Yonathan Aflalo et Jérémie Brabet, les fondateurs de Pzartech, dév...

Yaël Haouzi | Économie

Arrivé à la présidence de Yoplait International en juillet 2012, Olivier Faujour affiche de fortes ambitions. Prochaine étape, la Chine, où le groupe va construire une usine en 2015, comme il le confie dans un entretien au «Parisien Economie». Yoplait est déjà implanté dans près d'une cinquantaine de pays, avec plus de 2 500 références à travers le monde. Sur les 5 milliards de chiffre d'aff...

IsraelValley Desk | Économie

Le thème du « rôle du capital-risque dans l'écosystème de l'innovation » a réuni des décideurs, hommes d'affaires et universitaires israéliens et européens, lors du séminaire de l'innovation UE-Israël, mené chaque année par la Délégation de l'UE en Israël, dans le cadre du Festival de l'innovation DLD à Tel-Aviv. Le séminaire de cette année a été co-organisé par les Etats membres de l'UE, I...

IsraelValley Desk | Économie

Keshet, la société de production israëlienne, poursuit son ascension. Entretien avec son PDG, Alon Shtruzman. Selon tvmag.lefigaro.fr (Copyrights) : "Alon Shtruzman, comment expliquez-vous la réussite de Keshet? Réponse : C'est le résultat de beaucoup de travail. Nous avons lié de bonnes relations avec les studios américains et de grands groupes mondiaux. En nous adaptant à chaque fois au «l...

IsraelValley Desk | Économie

Depuis quelques années, la coopération entre Israël et Madagascar dans le domaine du commerce est en veilleuse. Les échanges commerciaux restent très faibles alors que dans les années 60, lorsque Madagascar a obtenu son indépendance, des produits agricoles ont été exportés en Israël. Pour redynamiser cette relation, le ministre des Finances et du Budget, Jean Razafindravonana et l’ambassade...

IsraelValley Desk | Économie

La CNUCED (Conférence des Nations Unies sur le commerce et le développement) a publié son Rapport sur l’investissement dans le monde 2014 (World Investment Report - WIR 2014) fin juin 2014. Selon animaweb.org : "Après une année 2012 difficile, les investissements directs étrangers (IDE) rebondissent en 2013: les flux d'IDE ont enregistré une hausse de 9% par rapport à 2012, s'établissant à ...

IsraelValley Desk | Économie

Israël ne s'inquiète pas seulement des combats le long de sa ligne de démarcation sur le Golan; une fièvre venue de Syrie menace le cheptel israélien. Les bactéries ne connaissent pas de frontières. Depuis quelques semaines, des bactéries de type coccobacilles touchent le cheptel israélien sur le plateau du Golan. Les vétérinaires soupçonnent la Syrie d’être involontairement à l’origine de...

Jacques Bendelac | Économie