Oct 9

ISRAELVALLEY. PORTRAIT DU NOUVEAU PRIX NOBEL 2012. DANS LE JOURNAL LE MONDE, "LE PROF SERGE HAROCHE, EST NE D'UN PERE JUIF MAROCAIN, ET D'UNE MERE D'ORIGINE RUSSE".

Authors picture

IsraelValley Desk | Économie

Headline image

Le Prix Nobel 2012, le Professeur Serge Haroche a eu l’occasion d’inviter dans son laboratoire à Paris le très brillant Professeur Asher Peres du Technion Institute (Haifa), disparu en 2005. Une conférence avait été même réalisée il y a une dizaine d’années sur le thème : " L’information quantique et la relativité".

Récemment, le profil du Prix Nobel 2012 avait été fait par le journal “Le Monde” dans l’une des ses éditions : "Serge Haroche a été récompensé du prix Nobel de physique 2012, avec l’Américain David Wineland, pour ses travaux en optique quantique.

Dans son bureau de l’Ecole normale supérieure (ENS), un tableau couvert de schémas et de formules bizarroïdes. Lui parle de peinture, d’opéra. Ses autres passions. Entre la science et l’art, il sent des “résonances”. L’une et l’autre produisent “des choses mystérieuses”. L’astronomie de Galilée est soeur des clairs-obscurs du Caravage. Profitant d’un congrès scientifique à Vienne, il vient de revoir les toiles de Schiele et de Klimt. L’"effervescence" et l’"inquiétude" qui les habitent sont les mêmes que celles qui entourent l’éclosion de la physique quantique, dans l’Europe tourmentée du début du XXe siècle.

Serge Haroche ne regarde pas la réalité avec les mêmes yeux que nous. Pour lui, une chose n’est pas blanche ou noire. Elle peut être simultanément blanche et noire. Mieux, elle ne se trouve pas ici ou là, mais peut-être à la fois ici et là. Chez lui, une porte n’est pas ouverte ou fermée. Elle peut être en même temps ouverte et fermée, aux deux extrémités de la pièce. Auprès de lui, un être n’est pas vivant ou mort. Il peut être dans le même temps vivant et mort, quelque part et ailleurs… Bienvenue dans le monde déroutant de la physique quantique !

Dans cet univers paradoxal, où les certitudes sont aléatoires et les vérités contre-intuitives, un fait reste sûr : ici et maintenant, Serge Haroche est le lauréat de la médaille d’or du CNRS, la plus prestigieuse distinction scientifique française. Retour dans le monde normal.

Cheveu noir piqué de blanc, veste sombre sur chemise claire, geste ferme et verbe fluide, le chercheur n’a pas son pareil pour vous prendre par la main et vous guider, un “passeur d’idées”, disent ses collègues, de l’un à l’autre de ces deux mondes. L’expérience est aussi radicale que le passage de l’impressionnisme au cubisme. D’un côté, les lois de la physique classique, qui décrivent la nature à notre mesure et à celle, plus grande encore, des planètes et des galaxies. De l’autre, les principes de la physique quantique, qui s’appliquent aux atomes, aux particules élémentaires et à l’infiniment petit.

A cette échelle, explique-t-il, la matière peut être en “superposition”, dans plusieurs niveaux d’énergie à la fois. Et, du fait de sa double nature de corpuscule et d’onde, être localisée en différents endroits. La diablerie est que toute intervention extérieure – à commencer par une mesure scientifique – lève l’ambiguïté, en forçant la matière à adopter un état ou une position unique. C’est la “décohérence”. Voilà pourquoi, dans la vie courante, où un corps est soumis à l’influence de son environnement, les états superposés sont si fugaces qu’ils sont insaisissables. En sorte qu’une chose est soit blanche soit noire, une porte tantôt ouverte et tantôt fermée, un être jamais mort-vivant.

La superposition et la “décohérence”, Serge Haroche les a connues enfant. Né à Casablanca d’un père juif marocain, avocat, et d’une mère d’origine russe, enseignante, il quitte le Maroc à 12 ans, quand le pays obtient son indépendance. Sa famille préfère ses attaches avec la France, tissées par ses grands-parents, directeurs de l’Alliance française.

Reçu major à l’X, il opte, plutôt que pour une carrière de grand capitaine d’industrie ou de grand commis de l’Etat, pour la recherche, à Normale-Sup l’ENS. Il s’intéresse aux interactions entre atomes et rayonnement : une façon de “comprendre le monde au niveau le plus fondamental, puisque toutes les informations que nous recevons de notre environnement passent par la lumière”. C’est l’époque, les années 1960, où la science optique vit une révolution, où les physiciens apprennent à piéger et à manipuler la matière avec la lumière. Sa thèse portera sur “l’atome habillé”, jolie formule décrivant comment une particule interagit avec les grains de lumière (les photons) qui l’entourent.

ll est à l’école des meilleurs : Alfred Kastler (Nobel de physique en 1966), Jean Brossel, Claude Cohen-Tannoudji (Nobel en 1997). Recruté au CNRS à 23 ans, il est bientôt nommé professeur à l’université Pierre-et- Marie-Curie. La physique quantique n’en est plus à ses balbutiements, la théorie est solidement établie. Ce qui est nouveau, c’est que les outils modernes permettent de la vérifier.

Les grands anciens, Einstein, Bohr et les autres, en étaient réduits à des “expériences de pensée” virtuelles. Comme celle, fameuse, de Schrödinger, où un chat est suspendu entre la vie et la mort. Serge Haroche, lui, réussit à apprivoiser atomes et photons. Il parvient à mettre en boîte une superposition quantique et à suivre en temps réel sa perte de cohérence. Puis à détecter un photon sans le détruire : un tour de force, puisqu’un grain de lumière disparaît aussitôt qu’il est vu par notre oeil ou par un capteur, qui le transforment en signal chimique ou électrique.

Son laboratoire, un caveau au sous-sol de l’ENS, a tout de l’atelier du bricoleur, bardé de tuyaux, de tubes et de cylindres enveloppés de papier aluminium. Mais il recèle un bijou de technologie. Un boîtier aux parois ultraréfléchissantes, refroidi à une température proche du zéro absolu, où un photon peut être emprisonné suffisamment longtemps – 13 centièmes de seconde, le temps de rebondir plus de 1 milliard de fois et de parcourir 40 000 km, soit la circonférence de la Terre – pour provoquer un infime décalage dans le battement (la transition entre deux niveaux d’énergie) d’atomes injectés, à la queue leu leu, dans le réceptacle. Et manifester ainsi son existence. “Un travail collectif”, insiste Serge Haroche, impossible sans l’équipe constituée avec deux de ses anciens élèves, Jean-Michel Raimond et Michel Brune.

L’Electrodynamique quantique en cavité, dont il est l’un des chefs de file, pourrait déboucher sur les systèmes d’information et de cryptage de demain. Mais, à ses yeux, “la recherche ne se justifie pas par ses retombées économiques, comme le système d’attribution des crédits pousse à le faire”. Il s’agit, pense-t-il, “d’une marque de culture et de civilisation, aussi noble que l’art”.

Voilà pourquoi un gouvernement devrait “favoriser la recherche fondamentale”. Ne pas décourager “l’enthousiasme des jeunes chercheurs” par des conditions matérielles “misérables”. Et “mettre beaucoup d’argent dans la formation”. Une tâche prioritaire qui, à l’heure où se développe “un inquiétant esprit antiscientifique”, fait des enseignants “les dépositaires, bien plus que les banquiers, de la richesse d’un pays”.

Loin de s’enfermer dans sa cavité d’ivoire, Serge Haroche possède, de l’honnête homme, “la curiosité pour ses semblables, la hauteur de vue, et l’humour”, disent ses proches. Il le doit pour beaucoup, dit-il, à son épouse, anthropologue et sociologue. La superposition quantique ne manque finalement pas de cohérence". Pierre Le Hir (Copyrights Le Monde)

Un nouveau mode de loisirs est en train de conquérir les Israéliens : le "Top Secret" qui consiste à acheter un service sans en connaître le détail. Voyages, restaurants, vacances, vins, etc. : le concept Top Secret se répand en Israël. Réserver un hôtel ou un restaurant dont le nom n’est révélé qu’après la réservation : ce mode de consommation, qui peut paraître saugrenu, a déjà tenté de no...

Jacques Bendelac | Économie

Le zoo de Jérusalem a perdu sa première place au classement des sites les plus visités des Israéliens ; la tension sécuritaire en serait la cause. La semaine de Pessah est propice aux promenades en famille. De nombreux Israéliens mettent à profit cette période de vacances pour s’adonner aux plaisirs de la nature, pique-niques et ballades. La visite du parc zoologique de Jérusalem (connu en a...

Jacques Bendelac | Économie

Selon la presse chypriote, l’Union Européenne prend en considération l’éventualité de développer le potentiel des champs gaziers de la Méditerranée orientale. Une telle initiative pourrait aboutir à la mise en place d’un oléoduc entre l’île d’Aphrodite et le continent européen. Un porte-parole de la Commission européenne a annoncé que “les champs gaziers de l’Est de la Méditerranée peuvent ...

Nathan Sarel (Tel Aviv) | Économie

Selon la presse russe, le gouvernement de Vladimir Poutine rechercherait à pénétrer le secteur gazier israélien par le biais d’un achat de 30% du champ Léviathan. Selon différents rapports, Gazprom, dont le capital est à 50,1% détenu par l’État, aurait jusqu’à présent avancé la meilleure offre de partenariat, devant le sud-coréen Kogas, la compagnie chinoise CNOOC et l’australien Woodside. ...

Nathan Sarel | Économie

Moins d’un mois après le cryptage généralisé des messages Whatsapp, une société israélienne passe à la vitesse supérieure en terme de protection des données personnelles. Sirin Labs, une start-up développant des smartphones hauts de gamme a récemment achevé une levée de fonds à hauteur de 72 millions de dollars. Co-fondée par Moshe Hogeg et l’entrepreneur kazakh Kenges Rakishev il y a deux ...

Nathan Sarel | Économie

Dans le domaine de la santé connectée les israéliens sont considérés, certainement à juste titre, comme des Tops leaders dans le domaine. Selon le site de la French Tech d'Israël : "La scène israélienne des technologies digitales appliquées à la santé humaine est l'une des plus dynamiques au monde. L'écosystème israélien de ce secteur foisonne de Start-ups. Il est porté par des grandes entrepr...

IsraelValley Plus | Économie

DOSSIER SPÉCIAL – La faillite de la société immobilière Inbal Or remet à l'ordre du jour une habitude israélienne : l'achat d'un logement sur plan. La première pierre n'est pas encore posée et, parfois, toutes les autorisations de construire ne sont pas encore réunies : ce qui n'empêche pas les Israéliens de se presser aux portes des promoteurs pour acquérir un logement, en déboursant une av...

Jacques Bendelac | Économie

Excellente nouvelle annoncée cette semaine par la société de notation financière internationale Fitch Ratings Ltd donne un "A" à Israël. L’agence donne crédit à la politique économique et financière du gouvernement Netanyahou et diffuse un message encourageant aux marchés internationaux à l’égard d’investisseurs potentiels en Israël. Cette promotion est d’autant plus méritoire que la tendance g...

Dan Rosh (Rehovot) | Économie

Cinq ans après son lancement, le service "Tel-Ofan" atteint sa vitesse de croisière ; en 2015, 12.000 abonnés ont évité les bouchons en pédalant. « Pourquoi marcher en ville ou rouler en voiture lorsqu’il est possible de simplement monter sur un vélo et pédaler ? » proclame le site internet de Tel-O-fun (en hébreu : Tel-Ofan). Pour convaincre de nouveaux utilisateurs, la mairie de Tel Aviv a...

Jacques Bendelac | Économie

La fête de Pessah va inciter plus d’un million d’Israéliens à prendre un peu de vacances à l’étranger. Quelles sont leurs destinations préférées ? Ce vendredi soir, les Juifs pratiquants du monde entier s’assiéront autour d’une table pour le traditionnel Seder, le repas pascal. Mais pour 1,1million d’Israéliens (14% de plus que l’an prochain), Pessah est devenu synonyme de vacances, à l’ét...

Jacques Bendelac | Économie

L'économie israélienne est très ouverte. Le commerce représente plus de 65% du PIB du pays (moyenne 2012-2014, OMC), et les exportations, épine dorsale de la croissance du pays, environ un quart du PIB. La balance commerciale d'Israël, auparavant déficitaire, a enregistré un excédent record. La situation s'est inversée depuis 2010. La balance commerciale d'Israël a affiché un déficit de ...

IsraelValley Plus | Économie

On avait enterré le kibboutz un peu vite. Si le modèle communautaire a disparu, l’industrie se porte bien ; son chiffre d’affaires s’est redressé. L’industrie kibboutzique a enregistré un chiffre d’affaires de 44 milliards de shekels en 2015 (10 milliards d’euros). La Fédération des Industries du Kibboutz vient de rendre public son rapport économique pour l’année 2015. Les données ont été ...

Jacques Bendelac | Économie

L'échange de produits contrefaits dans le monde représente plus de 300 milliards d'euros par an, soit 2,5% de l'ensemble des importations mondiales, selon un rapport de l'OCDE. Israël représente une petite goutte d'eau dans cet océan de contrefaçon. Israël est assez touché par la contrefaçon pharmaceutique. Un exemple :"Avastin, fabriqué par les laboratoires Roche, est utilisé pour traiter ...

IsraelValley Plus | Économie

Chaque année, 4 000 Israéliens travaillant dans le high tech partent à l’étranger poursuivre leur carrière: un sur cinq ne s’adapte pas et revient. Le déplacement international de main d’œuvre spécialisée, notamment des experts en haute technologie, est une tendance qui va en s’accroissant : chaque année, 3 millions d’individus dans le monde quittent leur pays pour tenter professionnellement...

Jacques Bendelac | Économie

Le Premier ministre de Singapour, Lee Hsien Loong, est arrivé lundi 18 avril en Israël pour une visite officielle de quatre jours. C’est la première fois qu’un chef de gouvernement de Singapour se rend en Israël depuis l’indépendance de la cité-État en 1965. Lors de la réception à l’Université hébraïque de Jérusalem, Lee Hsien Loong a apprécié les soutiens militaires accordés à son pays par ...

IsraelValley Plus | Économie