Oct 9

ISRAELVALLEY. PORTRAIT DU NOUVEAU PRIX NOBEL 2012. DANS LE JOURNAL LE MONDE, "LE PROF SERGE HAROCHE, EST NE D'UN PERE JUIF MAROCAIN, ET D'UNE MERE D'ORIGINE RUSSE".

Authors picture

IsraelValley Desk | Économie

Headline image

Le Prix Nobel 2012, le Professeur Serge Haroche a eu l’occasion d’inviter dans son laboratoire à Paris le très brillant Professeur Asher Peres du Technion Institute (Haifa), disparu en 2005. Une conférence avait été même réalisée il y a une dizaine d’années sur le thème : " L’information quantique et la relativité".

Récemment, le profil du Prix Nobel 2012 avait été fait par le journal “Le Monde” dans l’une des ses éditions : "Serge Haroche a été récompensé du prix Nobel de physique 2012, avec l’Américain David Wineland, pour ses travaux en optique quantique.

Dans son bureau de l’Ecole normale supérieure (ENS), un tableau couvert de schémas et de formules bizarroïdes. Lui parle de peinture, d’opéra. Ses autres passions. Entre la science et l’art, il sent des “résonances”. L’une et l’autre produisent “des choses mystérieuses”. L’astronomie de Galilée est soeur des clairs-obscurs du Caravage. Profitant d’un congrès scientifique à Vienne, il vient de revoir les toiles de Schiele et de Klimt. L’"effervescence" et l’"inquiétude" qui les habitent sont les mêmes que celles qui entourent l’éclosion de la physique quantique, dans l’Europe tourmentée du début du XXe siècle.

Serge Haroche ne regarde pas la réalité avec les mêmes yeux que nous. Pour lui, une chose n’est pas blanche ou noire. Elle peut être simultanément blanche et noire. Mieux, elle ne se trouve pas ici ou là, mais peut-être à la fois ici et là. Chez lui, une porte n’est pas ouverte ou fermée. Elle peut être en même temps ouverte et fermée, aux deux extrémités de la pièce. Auprès de lui, un être n’est pas vivant ou mort. Il peut être dans le même temps vivant et mort, quelque part et ailleurs… Bienvenue dans le monde déroutant de la physique quantique !

Dans cet univers paradoxal, où les certitudes sont aléatoires et les vérités contre-intuitives, un fait reste sûr : ici et maintenant, Serge Haroche est le lauréat de la médaille d’or du CNRS, la plus prestigieuse distinction scientifique française. Retour dans le monde normal.

Cheveu noir piqué de blanc, veste sombre sur chemise claire, geste ferme et verbe fluide, le chercheur n’a pas son pareil pour vous prendre par la main et vous guider, un “passeur d’idées”, disent ses collègues, de l’un à l’autre de ces deux mondes. L’expérience est aussi radicale que le passage de l’impressionnisme au cubisme. D’un côté, les lois de la physique classique, qui décrivent la nature à notre mesure et à celle, plus grande encore, des planètes et des galaxies. De l’autre, les principes de la physique quantique, qui s’appliquent aux atomes, aux particules élémentaires et à l’infiniment petit.

A cette échelle, explique-t-il, la matière peut être en “superposition”, dans plusieurs niveaux d’énergie à la fois. Et, du fait de sa double nature de corpuscule et d’onde, être localisée en différents endroits. La diablerie est que toute intervention extérieure – à commencer par une mesure scientifique – lève l’ambiguïté, en forçant la matière à adopter un état ou une position unique. C’est la “décohérence”. Voilà pourquoi, dans la vie courante, où un corps est soumis à l’influence de son environnement, les états superposés sont si fugaces qu’ils sont insaisissables. En sorte qu’une chose est soit blanche soit noire, une porte tantôt ouverte et tantôt fermée, un être jamais mort-vivant.

La superposition et la “décohérence”, Serge Haroche les a connues enfant. Né à Casablanca d’un père juif marocain, avocat, et d’une mère d’origine russe, enseignante, il quitte le Maroc à 12 ans, quand le pays obtient son indépendance. Sa famille préfère ses attaches avec la France, tissées par ses grands-parents, directeurs de l’Alliance française.

Reçu major à l’X, il opte, plutôt que pour une carrière de grand capitaine d’industrie ou de grand commis de l’Etat, pour la recherche, à Normale-Sup l’ENS. Il s’intéresse aux interactions entre atomes et rayonnement : une façon de “comprendre le monde au niveau le plus fondamental, puisque toutes les informations que nous recevons de notre environnement passent par la lumière”. C’est l’époque, les années 1960, où la science optique vit une révolution, où les physiciens apprennent à piéger et à manipuler la matière avec la lumière. Sa thèse portera sur “l’atome habillé”, jolie formule décrivant comment une particule interagit avec les grains de lumière (les photons) qui l’entourent.

ll est à l’école des meilleurs : Alfred Kastler (Nobel de physique en 1966), Jean Brossel, Claude Cohen-Tannoudji (Nobel en 1997). Recruté au CNRS à 23 ans, il est bientôt nommé professeur à l’université Pierre-et- Marie-Curie. La physique quantique n’en est plus à ses balbutiements, la théorie est solidement établie. Ce qui est nouveau, c’est que les outils modernes permettent de la vérifier.

Les grands anciens, Einstein, Bohr et les autres, en étaient réduits à des “expériences de pensée” virtuelles. Comme celle, fameuse, de Schrödinger, où un chat est suspendu entre la vie et la mort. Serge Haroche, lui, réussit à apprivoiser atomes et photons. Il parvient à mettre en boîte une superposition quantique et à suivre en temps réel sa perte de cohérence. Puis à détecter un photon sans le détruire : un tour de force, puisqu’un grain de lumière disparaît aussitôt qu’il est vu par notre oeil ou par un capteur, qui le transforment en signal chimique ou électrique.

Son laboratoire, un caveau au sous-sol de l’ENS, a tout de l’atelier du bricoleur, bardé de tuyaux, de tubes et de cylindres enveloppés de papier aluminium. Mais il recèle un bijou de technologie. Un boîtier aux parois ultraréfléchissantes, refroidi à une température proche du zéro absolu, où un photon peut être emprisonné suffisamment longtemps – 13 centièmes de seconde, le temps de rebondir plus de 1 milliard de fois et de parcourir 40 000 km, soit la circonférence de la Terre – pour provoquer un infime décalage dans le battement (la transition entre deux niveaux d’énergie) d’atomes injectés, à la queue leu leu, dans le réceptacle. Et manifester ainsi son existence. “Un travail collectif”, insiste Serge Haroche, impossible sans l’équipe constituée avec deux de ses anciens élèves, Jean-Michel Raimond et Michel Brune.

L’Electrodynamique quantique en cavité, dont il est l’un des chefs de file, pourrait déboucher sur les systèmes d’information et de cryptage de demain. Mais, à ses yeux, “la recherche ne se justifie pas par ses retombées économiques, comme le système d’attribution des crédits pousse à le faire”. Il s’agit, pense-t-il, “d’une marque de culture et de civilisation, aussi noble que l’art”.

Voilà pourquoi un gouvernement devrait “favoriser la recherche fondamentale”. Ne pas décourager “l’enthousiasme des jeunes chercheurs” par des conditions matérielles “misérables”. Et “mettre beaucoup d’argent dans la formation”. Une tâche prioritaire qui, à l’heure où se développe “un inquiétant esprit antiscientifique”, fait des enseignants “les dépositaires, bien plus que les banquiers, de la richesse d’un pays”.

Loin de s’enfermer dans sa cavité d’ivoire, Serge Haroche possède, de l’honnête homme, “la curiosité pour ses semblables, la hauteur de vue, et l’humour”, disent ses proches. Il le doit pour beaucoup, dit-il, à son épouse, anthropologue et sociologue. La superposition quantique ne manque finalement pas de cohérence". Pierre Le Hir (Copyrights Le Monde)

Le ministère de l’Economie va investir 225 millions de shekels (environ 52 millions d’euros) dans un nouveau programme de soutien en faveur des moyennes entreprises. Ce programme concerne les sociétés qui ne font pas partie du secteur de la haute technologie et dont le chiffre d’affaires annuel est compris entre 10 et 100 millions de shekels. „Les petites et moyennes entreprises sont le...

IsraelValley Desk | Économie

L’accord de partenariat transpacifique donnera naissance à la plus vaste zone de libre-échange de la planète ; et Israël aussi en profitera. Jeudi dernier, les représentants des douze nations ayant finalisé, l’an dernier, l’accord de partenariat transpacifique ou TPP, se sont retrouvés à Auckland en Nouvelle-Zélande, pour signer formellement le grand pacte commercial. Dorénavant, l’Austra...

Jacques Bendelac | Économie

C'est la news'éco d'Israël qui a fait bondir la bourse de Tel Aviv. Nestlé (Suisse) devrait racheter 100% de Osem. Le montant versé par Nestlé €752m ($840m) pour prendre le contrôle total de la société israélienne. Nestlé est une entreprise suisse, et l'un des principaux acteurs de l'agroalimentaire dans le monde. Selon la presse Suisse : "Nestlé a conclu avec le conseil d'administration du...

IsraelValley Desk | Économie

En 2015, 91% des Israéliens ont fait des emplettes en ligne ; les sites de vente chinois caracolent en tête des sites préférés des Israéliens. La consommation en ligne se développe rapidement en Israël. En 2015, ce sont 91% des Israéliens adultes qui ont effectué au moins un achat sur Internet : c’est ce qu’il ressort d’une enquête réalisée par l’institut de sondages TRI. Les sites chinois...

Jacques Bendelac | Économie

Le Premier Ministre israélien ne laissera pas le BDS occuper le terrain médiatique. A la Knesset Yarden Vatikai (un ex des services de sécurité) a laissé entrevoir la réponse d'Israël au BDS. Il a annoncé que 35 personnes (tous recrutés cette année) vont rejoindre le "Strategic Affairs Ministry". Par ailleurs, Ayelet Shaked, ministre de la Justice prépare un projet de loi permettant de faire co...

Ludwig Walter | Économie

La crise du logement en Israël n'épargne pas les étudiants : si 49% d'entre eux louent un logement, 36% habitent toujours chez leurs parents. Les 310 000 étudiants israéliens ont de plus en plus de mal à se loger ; un bon tiers de ceux qui habitent en location, est obligé de déménager en cours d’études, et cela en raison de la cherté de la location. C’est ce que révèle une récente enquête ...

Jacques Bendelac | Économie

Le chef du ministère de la Défense politique, Amos Gilad, s’est exprimé dans un interview à la radio militaire, ce matin, et a annoncé que les Etats-Unis participent au montant de plus de 100 millions de $ dans le projet technologique israélien qui vise à identifier les tunnels dans la bande de Gaza. Amos Gilad a ajouté que, selon les évaluations du renseignement, aucun tunnels n’a traversé la...

IsraelValley Desk | Économie

Contrairement à la Fed américaine, la Banque d'Israël a décidé de ne pas relever son taux d'intérêt en février: celui-ci reste à 0,1%. Explications. Le taux d'intérêt directeur en Israël reste fixé à 0,1% en février : ainsi en a décidé la commission monétaire de la Banque d'Israël. Contrairement à La Banque centrale américaine (Fed) qui vient de relever ses taux, Israël préfère attendre : le...

Jacques Bendelac | Économie

La croissance de l’économie d’Israël devrait redémarrer en 2016 ; certains secteurs d’activité, plus prometteurs, s’en sortiront mieux que d’autres. L’économie d’Israël continuera de progresser en 2016, mais à un rythme modéré ; le principal moteur de la croissance restera la consommation des ménages. Dans certains secteurs, la concurrence profitera encore au consommateur israélien, mais ...

Jacques Bendelac | Économie

Impossible de le dissimuler : l'OCDE, avec une batterie de statistiques, le dit : "les Israéliens sont satisfaits de la qualité de vie" et sont finalement, malgré les tuiles de la vie, assez heureux (les nouveaux immigrants de France, face aux diffficultés d'intégration sont assez sceptiques sur ses stats!). Selon IsraPresse : Le secrétaire général de l’OCDE Angel Gurria en visite officielle...

IsraelValley Desk | Économie

Angel Gurria, le secrétaire général de l’OCDE, effectue une visite exceptionnelle à Jérusalem pour commémorer la cinquième année d’adhésion d’Israël. Le secrétaire général de l’OCDE a estimé que l’évènement méritait d’être marqué solennellement : Mr. Angel Gurría effectue ce dimanche 31 janvier et lundi 1 février une visite officielle en Israël, pour célébrer le cinquième anniversaire de l...

Jacques Bendelac | Économie

Coca Cola devrait ouvrir une usine à Gaza « dans les prochaines semaines ». L’usine de 20 millions de dollars créera plus de 1 000 emplois dans la bande de Gaza durement touchée par le chômage. (Times of Israel) LE PLUS. Le Coca-Cola (parfois abrégé Coca en France ou Coke en Amérique du Nord et dans certains pays européens et africains - Coke est même devenu un nom déposé appartenant à The ...

IsraelValley Desk | Économie

La certification casher coûte à l’économie israélienne environ 770 millions de dollars par an, a estimé le ministère des Finances. La certification ajoute environ 5 % du coût de la production alimentaire, selon un rapport préliminaire du ministère. Jusqu’à 152 millions de dollars du coût est dû au quasi-monopole sur la supervision casher par le Grand Rabbinat d’Israël, qui impose des exigenc...

IsraelValley Desk | Économie

Les dépenses de publicité ont augmenté de 4% seulement en 2015 ; la révolution que connaissent les médias profite à l’Internet au détriment de la TV. En 2015, les médias israéliens ont engrangé des recettes publicitaires pour un montant de 3,78 milliards de shekels (900 millions d’euros). Il s’agit d’une progression que les spécialistes du secteur qualifient de modeste : + 4% par rapport à...

Jacques Bendelac | Économie

Malgré les turbulences qui affectent les marchés étrangers, le système financier israélien reste stable ; mais la bulle immobilière menace toujours. « Garantir la stabilité du système financier et de son activité courante » : tel est le rôle de la Banque d’Israël redéfini par une loi de 2010. Le rapport semestriel que la banque centrale vient de publier à Jérusalem vise justement à présent...

Jacques Bendelac | Économie