Oct 9

ISRAELVALLEY. PORTRAIT DU NOUVEAU PRIX NOBEL 2012. DANS LE JOURNAL LE MONDE, "LE PROF SERGE HAROCHE, EST NE D'UN PERE JUIF MAROCAIN, ET D'UNE MERE D'ORIGINE RUSSE".

Authors picture

IsraelValley Desk | Économie

Headline image

Le Prix Nobel 2012, le Professeur Serge Haroche a eu l’occasion d’inviter dans son laboratoire à Paris le très brillant Professeur Asher Peres du Technion Institute (Haifa), disparu en 2005. Une conférence avait été même réalisée il y a une dizaine d’années sur le thème : " L’information quantique et la relativité".

Récemment, le profil du Prix Nobel 2012 avait été fait par le journal “Le Monde” dans l’une des ses éditions : "Serge Haroche a été récompensé du prix Nobel de physique 2012, avec l’Américain David Wineland, pour ses travaux en optique quantique.

Dans son bureau de l’Ecole normale supérieure (ENS), un tableau couvert de schémas et de formules bizarroïdes. Lui parle de peinture, d’opéra. Ses autres passions. Entre la science et l’art, il sent des “résonances”. L’une et l’autre produisent “des choses mystérieuses”. L’astronomie de Galilée est soeur des clairs-obscurs du Caravage. Profitant d’un congrès scientifique à Vienne, il vient de revoir les toiles de Schiele et de Klimt. L’"effervescence" et l’"inquiétude" qui les habitent sont les mêmes que celles qui entourent l’éclosion de la physique quantique, dans l’Europe tourmentée du début du XXe siècle.

Serge Haroche ne regarde pas la réalité avec les mêmes yeux que nous. Pour lui, une chose n’est pas blanche ou noire. Elle peut être simultanément blanche et noire. Mieux, elle ne se trouve pas ici ou là, mais peut-être à la fois ici et là. Chez lui, une porte n’est pas ouverte ou fermée. Elle peut être en même temps ouverte et fermée, aux deux extrémités de la pièce. Auprès de lui, un être n’est pas vivant ou mort. Il peut être dans le même temps vivant et mort, quelque part et ailleurs… Bienvenue dans le monde déroutant de la physique quantique !

Dans cet univers paradoxal, où les certitudes sont aléatoires et les vérités contre-intuitives, un fait reste sûr : ici et maintenant, Serge Haroche est le lauréat de la médaille d’or du CNRS, la plus prestigieuse distinction scientifique française. Retour dans le monde normal.

Cheveu noir piqué de blanc, veste sombre sur chemise claire, geste ferme et verbe fluide, le chercheur n’a pas son pareil pour vous prendre par la main et vous guider, un “passeur d’idées”, disent ses collègues, de l’un à l’autre de ces deux mondes. L’expérience est aussi radicale que le passage de l’impressionnisme au cubisme. D’un côté, les lois de la physique classique, qui décrivent la nature à notre mesure et à celle, plus grande encore, des planètes et des galaxies. De l’autre, les principes de la physique quantique, qui s’appliquent aux atomes, aux particules élémentaires et à l’infiniment petit.

A cette échelle, explique-t-il, la matière peut être en “superposition”, dans plusieurs niveaux d’énergie à la fois. Et, du fait de sa double nature de corpuscule et d’onde, être localisée en différents endroits. La diablerie est que toute intervention extérieure – à commencer par une mesure scientifique – lève l’ambiguïté, en forçant la matière à adopter un état ou une position unique. C’est la “décohérence”. Voilà pourquoi, dans la vie courante, où un corps est soumis à l’influence de son environnement, les états superposés sont si fugaces qu’ils sont insaisissables. En sorte qu’une chose est soit blanche soit noire, une porte tantôt ouverte et tantôt fermée, un être jamais mort-vivant.

La superposition et la “décohérence”, Serge Haroche les a connues enfant. Né à Casablanca d’un père juif marocain, avocat, et d’une mère d’origine russe, enseignante, il quitte le Maroc à 12 ans, quand le pays obtient son indépendance. Sa famille préfère ses attaches avec la France, tissées par ses grands-parents, directeurs de l’Alliance française.

Reçu major à l’X, il opte, plutôt que pour une carrière de grand capitaine d’industrie ou de grand commis de l’Etat, pour la recherche, à Normale-Sup l’ENS. Il s’intéresse aux interactions entre atomes et rayonnement : une façon de “comprendre le monde au niveau le plus fondamental, puisque toutes les informations que nous recevons de notre environnement passent par la lumière”. C’est l’époque, les années 1960, où la science optique vit une révolution, où les physiciens apprennent à piéger et à manipuler la matière avec la lumière. Sa thèse portera sur “l’atome habillé”, jolie formule décrivant comment une particule interagit avec les grains de lumière (les photons) qui l’entourent.

ll est à l’école des meilleurs : Alfred Kastler (Nobel de physique en 1966), Jean Brossel, Claude Cohen-Tannoudji (Nobel en 1997). Recruté au CNRS à 23 ans, il est bientôt nommé professeur à l’université Pierre-et- Marie-Curie. La physique quantique n’en est plus à ses balbutiements, la théorie est solidement établie. Ce qui est nouveau, c’est que les outils modernes permettent de la vérifier.

Les grands anciens, Einstein, Bohr et les autres, en étaient réduits à des “expériences de pensée” virtuelles. Comme celle, fameuse, de Schrödinger, où un chat est suspendu entre la vie et la mort. Serge Haroche, lui, réussit à apprivoiser atomes et photons. Il parvient à mettre en boîte une superposition quantique et à suivre en temps réel sa perte de cohérence. Puis à détecter un photon sans le détruire : un tour de force, puisqu’un grain de lumière disparaît aussitôt qu’il est vu par notre oeil ou par un capteur, qui le transforment en signal chimique ou électrique.

Son laboratoire, un caveau au sous-sol de l’ENS, a tout de l’atelier du bricoleur, bardé de tuyaux, de tubes et de cylindres enveloppés de papier aluminium. Mais il recèle un bijou de technologie. Un boîtier aux parois ultraréfléchissantes, refroidi à une température proche du zéro absolu, où un photon peut être emprisonné suffisamment longtemps – 13 centièmes de seconde, le temps de rebondir plus de 1 milliard de fois et de parcourir 40 000 km, soit la circonférence de la Terre – pour provoquer un infime décalage dans le battement (la transition entre deux niveaux d’énergie) d’atomes injectés, à la queue leu leu, dans le réceptacle. Et manifester ainsi son existence. “Un travail collectif”, insiste Serge Haroche, impossible sans l’équipe constituée avec deux de ses anciens élèves, Jean-Michel Raimond et Michel Brune.

L’Electrodynamique quantique en cavité, dont il est l’un des chefs de file, pourrait déboucher sur les systèmes d’information et de cryptage de demain. Mais, à ses yeux, “la recherche ne se justifie pas par ses retombées économiques, comme le système d’attribution des crédits pousse à le faire”. Il s’agit, pense-t-il, “d’une marque de culture et de civilisation, aussi noble que l’art”.

Voilà pourquoi un gouvernement devrait “favoriser la recherche fondamentale”. Ne pas décourager “l’enthousiasme des jeunes chercheurs” par des conditions matérielles “misérables”. Et “mettre beaucoup d’argent dans la formation”. Une tâche prioritaire qui, à l’heure où se développe “un inquiétant esprit antiscientifique”, fait des enseignants “les dépositaires, bien plus que les banquiers, de la richesse d’un pays”.

Loin de s’enfermer dans sa cavité d’ivoire, Serge Haroche possède, de l’honnête homme, “la curiosité pour ses semblables, la hauteur de vue, et l’humour”, disent ses proches. Il le doit pour beaucoup, dit-il, à son épouse, anthropologue et sociologue. La superposition quantique ne manque finalement pas de cohérence". Pierre Le Hir (Copyrights Le Monde)

Nouvelle donne en Israël à la tête de l'économie. Et montée en puissance d'un ministre très populaire en Israël. Benjamin Netanyahu et le ministre des Finances Moshe Kahlon se sont enfin accordés. Le ministère de l’Economie, actuellement détenu par Netanyahu, sera attribué au parti Koulanou de Kahlon. Kahlon lui-même devrait prendre le poste, en plus de son actuel ministère de...

IsraelValley Plus | Économie

PSA s'apprête à tester des voitures électriques embarquant un générateur de recharge d'un type original, ont indiqué à Reuters des sources du secteur, le constructeur automobile français recherchant une solution grand public pour tenter de rattraper ses concurrents Toyota ou Renault-Nissan. Selon les défenseurs de la technologie dite du "range extender" - ou prolongateur d'autonomie - ...

IsraelValley Plus | Économie

Le gouvernement a annoncé une baisse significative du prix de l’essence à compter du lundi 1er août. Cette baisse est due à la nouvelle chute du prix du baril de pétrole sur les marchés internationaux. Le litre d’essence 95 à la pompe va baisser de 0,25 shekels et redescendra en dessous de la barre des six shekels. Il se situera autour des 5,80 shekels. Au début du mois de juill...

IsraelValley Plus | Économie

En début d'année 2016, la plus grande société de sécurité au monde, la GS4 britannique, annonçait vouloir se retirer d’Israël. Une victoire que le BDS s’est empressé de revendiquer. Mais fin juin, le magazine Tablet publiait un article d’Eugene Kontorovich, professeur à la faculté de droit de Northwestern (Chicago), dans lequel il écrivait : « Il se trouve que l’un des ...

IsraelValley Plus | Économie

Les experts de la Banque d’Israël (qui ont beaucoup d'imagination!) planchent actuellement sur un scénario catastrophe engendré par une inflation galopante, la hausse des taux d’intérêt et du chômage, une hausse des prix de l’immobilier de 25 %, une chute de l’indice boursier de 40 %, ainsi qu’un total de 40 milliards de shekels de prêts irrécouvrables. Les exportations de ...

IsraelValley Plus | Économie

Si son rapport semi-annuel sur la stabilité financière se concentre principalement sur les risques du marché immobilier, la Banque d’Israël en a également consacré une partie non négligeable sur la forte augmentation des crédits aux ménages sur les dernières années, et sur les risques qu’une telle situation implique. Selon l’institution, les crédits accordés aux ménages (...

Nathan Sarel (Tel Aviv) | Économie

Andrew Cuomo, gouverneur de New York, prévient: « C’est très simple, si vous boycottez Israël, New York vous boycottera ». Il calquait alors sa stratégie sur celle adoptée pour cibler les banques et les entreprises européennes qui commerçaient avec l’Iran, à savoir que ces dernières voyaient leurs avoirs gelés sur le lucratif marché américain. La menace de Cuomo fait partie...

IsraelValley Plus | Économie

La société israélienne SodaStream International étend sa production dans le Parc industriel Idan Haneguev près de Lehavim dans le sud d’Israël. Elle a notamment embauché 300 nouveaux employés sur les trois derniers mois. 70 salariés devraient également être engagés dans les prochaines semaines. Aujourd’hui, la multinationale compte 1400 employés dans ce parc, dont un tiers d...

Nathan Sarel (Tel Aviv) | Économie

Les automobilistes israéliens paieront plus cher leur voiture dès le 1 janvier 2017. La taxe éco gonflera les prix de quelques milliers de shekels. Bizarrement, h4. les voitures de luxe ne seront pas touchées. Les petites voitures dites mini verront leur prix augmenter de 1500 à 3000 shekels et curieusement les voitures hybrides augmenteront sensiblement. Ces voitures très peu gourmand...

IsraelValley Plus | Économie

22 ans après l’accord de paix avec la Jordanie, Israël est sur le point de renforcer ses relations avec son voisin par le biais d’initiatives conjointes. Début juillet, une délégation menée par le ministre-adjoint à la coopération régionale Ayoob Kara a rencontré le premier ministre jordanien Hani Al-Muki. Les deux parties se sont alors entendues sur une coopération plus importan...

Nathan Sarel (Tel Aviv) | Économie

Par Nathalie Hamou (thegoodlife) : "Premier « génériqueur » mondial, ce champion israélien a également su miser sur les médicaments innovants". La cérémonie s’est déroulée début ­décembre dans un grand hôtel de Tel-Aviv, devant le gotha du monde des affaires israélien. Désigné homme de l’année 2015 par le quotidien des affaires Globes, Erez Vigodman, qui a repris, ...

IsraelValley Plus | Économie

Depuis plus de 20 ans, Israël connaît un phénomène unique : Le dynamisme du pays et sa jeunesse donne à ses habitants l'envie de développer leur propre projet. Beaucoup d’israéliens ont la fibre entrepreneuriale due à une combinaison de facteurs uniques. Le gouvernement joue un rôle actif, et finance l'innovation via 21 structures et centres de recherche et développement, comme...

Jessica Philippe Consulting | Économie

Peut-être passées inaperçues, elles ont pourtant leur importance. Quelques nouvelles qu'il ne fallait pas rater ce week-end. 1. Teva vend pour 15 milliards d’obligations : Jeudi dernier, le groupe israélien Teva a annoncé avoir vendu 15 milliards de dollars d’obligations. L’objectif ? Permettre l’acquisition de la division des génériques de la multinationale pharmaceutique ...

Nathan Sarel (Tel Aviv) | Économie

A l’occasion de la conférence “Israël, la clé du Moyen-Orient ?” organisée par Herez Israël et accueillant Olivier Rafowicz, colonel de réserve et ancien porte-parole de Tsahal, ainsi qu’Avi Pazner, ancien ambassadeur d’Israël en France, Israël Valley est allé à la rencontre de Jérôme Jarmoune et Laurent Perez associés directeur de la structure en Israël et de Dan Cal...

Nathan Sarel (Tel Aviv) | Économie

Rami Lévy, le propriétaire de la chaîne de supermarchés à bas prix qui porte son nom, a décidé de construire entre Jérusalem et Ramallah le premier centre commercial israélo-palestinien. Certaines enseignes palestiniennes comme la boulangerie Sinokrot ou les bonbons Zalatimo ont déjà retenu des emplacements. Au total, 70 magasins ouvriront dans un peu plus d'un an. Rami Lévy tab...

IsraelValley Plus | Économie