Oct 7

ISRAELVALLEY DEBAT. Alors que le prix du gaz a crû de 25% en France en 2 ans, aux USA il a été divisé par 3 ou 4. Il se situe à moins de 15 US$ d’équivalent baril contre 100 pour notre gaz importé.

Authors picture

Roger Cukierman | Économie

L’exploitation du gaz de schiste fait débat. Quelles sont les données du problème ? Le gaz de schiste est contenu dans des roches argileuses compactes à environ 3.000 mètres de profondeur. Selon les pétroliers le potentiel de gaz de schiste récupérable en France représenterait un siècle de consommation. En vérité pour connaître ces réserves, il faudrait évidemment en autoriser l’exploration.

Autre donnée : la France importe la quasi totalité de son pétrole et de son gaz, soit 62 milliards d’euros. Or le prix du gaz naturel importé, notamment de Russie, est contractuellement connecté avec le prix du baril de pétrole (autour de 100 $ le baril). Il pèse lourdement sur notre balance commerciale. Nos importations de combustibles représentent 90 % de notre déficit extérieur.
Or l’exemple américain d’exploitation du gaz de schiste depuis près de dix ans est très positif : le prix du gaz a fortement baissé, les USA sont devenus auto suffisants, il y a eu création d’emplois, et c’est une énergie qui émet moins de gaz carbonique que le charbon ou le pétrole.

En outre, nous avons des sociétés françaises parfaitement armées pour développer cette ressource calorique. En tête Total et GDF-Suez. Total a déjà investi dans deux gisements du spécialiste Chesapeake aux USA, et aussi en Argentine, en Pologne, au Danemark et en Chine.

Mais les écologistes s’opposent vigoureusement à l’exploitation du gaz de schiste en raison du risque de pollution. Ils ont le plus souvent l’appui des élus locaux qui craignent la multiplication sur leur commune des forages de gaz de schiste.

En quoi consiste ce risque de pollution ?
Le gaz de schiste s’exploite par la méthode de la fracturation hydraulique. On injecte à très haute pression un mélange de quantités importantes d’eau, avec du sable et des adjuvants chimiques. L’injection ouvre des fissures et libère le gaz qui y était séquestré. Le gaz remonte enfin par le puits pour être capté.
Mais il est arrivé dans les pays qui exploitent le gaz de schiste que des nappes phréatiques soient souillées ainsi que des eaux de surface. Ce ne serait pas dû à la fracturation hydraulique mais à des défauts de cimentation des puits. Un problème d’étanchéité qui explique l’opposition des écologistes.

Que nous dit le modèle américain ?
Les Américains estiment que l’exploitation du gaz de schiste se fait dans des conditions de sécurité comparables à celles des autres combustibles fossiles. Les techniques d’extraction ont bénéficié de progrès décisifs sur les besoins en eau, sur les composants chimiques, sur le risque de pollution des nappes phréatiques et des sols et sur le nombre de puits. Selon Total les quelques incidents relevés aux USA sont le fait de l’arrivée de nombreux petits opérateurs peu regardants sur la sécurité des installations.

Alors que le prix du gaz a crû de 25% en France en deux ans, aux USA il a été divisé par trois ou quatre. Il se situe à moins de 15 US$ d’équivalent baril contre 100 pour notre gaz importé. Les USA n’ont plus besoin d’importer le gaz. Le président Obama a indiqué que plusieurs centaines de milliers d’emplois avaient été créés. Entre 2006 et 2012 la part du gaz dans l’électricité américaine est passée de 20 à 25 % aux dépens du charbon.

Parallèlement les émissions de gaz à effet de serre ont fortement diminué alors qu’en Europe elles augmentaient. Autre avantage l’industrie peut utiliser des dérivés du gaz plutôt que des dérivés du pétrole ce qui abaisse les coûts. De même le gaz permet des coûts du chauffage mieux maîtrisés pour les habitations.

Comment réagissent nos dirigeants face au choix entre les avantages économiques et le risque de pollution?

Le Président Sarkozy avait annulé en Juillet 2011 trois permis de recherche dont un permis d’exploration de 4.000 km2 vers Montélimar détenu par Total mais sept autres titres avaient été maintenus. Selon un sondage, l’opinion publique serait opposée au gaz de schiste alors que le patronat et des personnalités comme Claude Allègre et Bernard Thibault de la CGT se prononcent en faveur du gaz de schiste. Le ministre Arnaud Montebourg disait vouloir examiner de près cette affaire.

En inaugurant le 14 septembre la conférence environnementale, le Président Hollande a tranché. Il a annoncé son refus de l’exploitation du gaz de schiste. Il estime que la fracturation hydraulique, seule technique aujourd’hui connue, n’est pas exempte de risques lourds.

Qu’en pensez vous ?
L’argument du risque sanitaire me paraît contestable. Les américains sont bien plus regardants que les européens en matière de santé. A preuve le FDA qui contrôle les médicaments est beaucoup plus strict que nos instances de contrôle sanitaire.

Peut-on critiquer les hausses du prix du gaz et refuser d’étudier l’éventualité d’une nouvelle ressource bon marché ? Ne faut-il pas rechercher l’autonomie énergétique ? N’est-il pas absurde d’interdire l’exploration sans connaître la réalité des réserves ?

Ne faut-il pas autoriser l’exploration, quitte ensuite à fixer des conditions restrictives. Nous voulons tous pour nos enfants un monde meilleur. Il faut pour cela pouvoir et vouloir profiter des progrès de la science.

Je pense que la décision du Président Hollande est une concession extrêmement coûteuse, probablement de nombreux milliards d’euros, faite au parti des écologistes. J’ose espérer que la politique politicienne n’interviendra pas trop souvent dans les décisions importantes qui relèvent de l’intérêt de l’état.
XXX

Source: Chronique économique de Roger Cukierman sur RCJ 94.8

Israël commémore la Journée de la Shoah. La situation financière de nombreux rescapés vivant en Israël est précaire ; la faute à la bureaucratie ? En Israël, ce jeudi 5 mai 2016 est le Yom HaZikaron LaShoah Ve La Gvoura, c’est-à-dire la Journée du Souvenir de la Shoah et de la Bravoure ; les Israéliens se souviennent des six millions de morts, exterminés durant la seconde guerre mondiale, ...

Jacques Bendelac | Économie

Les grands mouvements sociaux de 2011 ont mis en lumière, l'importance du rôle des monopoles dans la hausse des prix en Israël. Depuis, le gouvernement s'est donné comme mission de casser les monopoles et d'ouvrir les industries à la concurrence afin de faire baisser les prix. Cependant, les efforts du gouvernement n'ont pas encore vraiment porté leurs fruits. Afin de mieux comprendre le marc...

Jessica Philippe Consulting | Économie

Les municipalités israéliennes ont trouvé un moyen facile d'augmenter leurs ressources : limiter les places de stationnement pour accroître les PV. L’automobiliste israélien en a marre : il devient la "vache à lait" des municipalités. Les PV de stationnement se multiplient, devenant pour les pouvoirs locaux une méthode commode pour renflouer leurs caisses. *CASINO DE LA CHANCE* Car t...

Jacques Bendelac | Économie

Le groupe Azrieli fait son entrée dans le commerce en ligne par l’acquisition du site de Buy2 Networks pour 62 millions de shekels (environ 14 millions d’euros). Le groupe paiera également 5 millions de shekels (1,15 millions d’euros) pour leurs services de management. Selon Azrieli, l’acquisition de la filiale Netex New Media de Buy2 Networks fait partie d’une stratégie globale visant à la...

Nathan Sarel (Tel Aviv) | Économie

Siemens (Allemagne) a signé cette semaine un accord avec Israël sur un dossier de corruption avéré. Historique : Siemens Energy avait reçu ily a dix ans une commande de la part du groupe de services aux collectivités publiques Israel Electric Corp (IEC) portant sur la fourniture de 3 turbines à gaz pour des centrales. Le montant de la commande s'élevait à prés de 200 millions d'euros. (La comma...

Ilan Dreyfus (Tel Aviv) | Économie

Comme pour les exercices précédents, Gil Shwed, PDG de Check Point Software Technologies, n’a reçu qu’un salaire minimum et a décidé de renoncer à ses primes. Il a cependant récolté le fruit de son investissement en récoltant pour 2015 environ 35,7 millions de dollars au titre des rémunérations par actions. En comparaison, le président Amnon Bar-Lev a bénéficié un d’un salaire annuel de 470...

Nathan Sarel | Économie

"Retour à la normale" : après la trêve de Pessah, l’activité économique en Israël retrouve sa vitesse de croisière et tente de rattraper son retard. L’activité économique a tourné au ralenti durant toute la semaine de Pessah ; à l’exception de quelques secteurs privilégiés, comme les loisirs et la restauration, les principales entreprises et administrations du pays se sont octroyés huit jo...

Jacques Bendelac | Économie

Le géant chinois de la technologie Kuang-Chi a annoncé la mise en place d'un fonds international pour l’innovation basé à Tel Aviv afin d'investir dans différentes sociétés en Israël et à travers le monde. Le “Kuang-Chi CGI Fund & Incubator” sera le premier fonds chinois de ce type, combinant un incubateur et des investissements de phases initiale et intermédiaire pour des sociétés israélie...

Nathan Sarel (Tel Aviv) | Économie

Le rapport annuel du Centre Adva sur la situation sociale d'Israël estime que le principal problème de la productivité israélienne réside dans les bas salaires. Une majorité de salariés sont payés au-dessous des salaires les plus bas enregistrés dans les pays de l'OCDE dont Israël fait partie. Les auteurs du rapport affirment que le gouvernement, qui lutte contre le chômage, préfère inves...

i24News | Économie

La Wallonie est un territoire occupant le sud de la Belgique appartenant principalement au domaine linguistique roman, par opposition au domaine linguistique germanique du nord. Cette « terre romane » est depuis environ 1886 la base des revendications du mouvement wallon. Elle se concrétise politiquement par la création de la région de langue française et de la Région wallonne qui deviendra...

IsraelValley Plus | Économie

L’écosystème de la télévision numérique israélien comprend quelques dizaines de startups qui couvrent différents segments : le middleware et les solutions pour set-top-boxes, les solutions de web TV, les solutions de gestion de la publicité vidéo, et aussi des composants divers, notamment autour des interfaces utilisateur. Cet écosystème a été dominé jusqu'en 2010 par le mastodonte local qu...

IsraelValley Plus | Économie

Le 12 octobre dernier, IsraelValley annonçait avec d’autres médias l’ouverture d’une ligne aérienne directe entre Tel Aviv et Pékin. C’est maintenant chose faite. Un premier vol a relié les deux villes ce jeudi. La liaison se fera trois fois par semaine - le mardi, jeudi et dimanche - à l'aide d'un Airbus A330 d’une capacité d’accueil de 214 passagers. Pour un tel voyage, il vous faudra débo...

Nathan Sarel (Tel Aviv) | Économie

Très peu d'israéliens qui s'intéressent aux relations entre le Proch-Orient et Israël ont une connaissance de l'existence de relations fortes entre la France et la Jordanie sur le plan du business. Selon (1) : "En présence de François Holande, la CCI France-Jordanie a organisé en partenariat avec la Chambre de Commerce d’Amman et la commission d’Investissement, le Forum Économique France Jor...

IsraelValley Plus | Économie

Ophir Guttman, 41 ans, a été promu Directeur Général de Procter & Gamble Israël. La société est implantée dans l’État hébreu depuis 2001 mais n’avait eu que des dirigeant étrangers à sa tête. Guttman remplace Elena Kudryashova, directrice au cours des quatre dernières années. Quatre années durant lesquelles Guttman aura été Directeur des opérations commerciales et du marketing, après avoir s...

Nathan Sarel | Économie

Un nouveau mode de loisirs est en train de conquérir les Israéliens : le "Top Secret" qui consiste à acheter un service sans en connaître le détail. Voyages, restaurants, vacances, vins, etc. : le concept Top Secret se répand en Israël. Réserver un hôtel ou un restaurant dont le nom n’est révélé qu’après la réservation : ce mode de consommation, qui peut paraître saugrenu, a déjà tenté de no...

Jacques Bendelac | Économie