Oct 7

ISRAELVALLEY DEBAT. Alors que le prix du gaz a crû de 25% en France en 2 ans, aux USA il a été divisé par 3 ou 4. Il se situe à moins de 15 US$ d’équivalent baril contre 100 pour notre gaz importé.

Authors picture

Roger Cukierman | Économie

L’exploitation du gaz de schiste fait débat. Quelles sont les données du problème ? Le gaz de schiste est contenu dans des roches argileuses compactes à environ 3.000 mètres de profondeur. Selon les pétroliers le potentiel de gaz de schiste récupérable en France représenterait un siècle de consommation. En vérité pour connaître ces réserves, il faudrait évidemment en autoriser l’exploration.

Autre donnée : la France importe la quasi totalité de son pétrole et de son gaz, soit 62 milliards d’euros. Or le prix du gaz naturel importé, notamment de Russie, est contractuellement connecté avec le prix du baril de pétrole (autour de 100 $ le baril). Il pèse lourdement sur notre balance commerciale. Nos importations de combustibles représentent 90 % de notre déficit extérieur.
Or l’exemple américain d’exploitation du gaz de schiste depuis près de dix ans est très positif : le prix du gaz a fortement baissé, les USA sont devenus auto suffisants, il y a eu création d’emplois, et c’est une énergie qui émet moins de gaz carbonique que le charbon ou le pétrole.

En outre, nous avons des sociétés françaises parfaitement armées pour développer cette ressource calorique. En tête Total et GDF-Suez. Total a déjà investi dans deux gisements du spécialiste Chesapeake aux USA, et aussi en Argentine, en Pologne, au Danemark et en Chine.

Mais les écologistes s’opposent vigoureusement à l’exploitation du gaz de schiste en raison du risque de pollution. Ils ont le plus souvent l’appui des élus locaux qui craignent la multiplication sur leur commune des forages de gaz de schiste.

En quoi consiste ce risque de pollution ?
Le gaz de schiste s’exploite par la méthode de la fracturation hydraulique. On injecte à très haute pression un mélange de quantités importantes d’eau, avec du sable et des adjuvants chimiques. L’injection ouvre des fissures et libère le gaz qui y était séquestré. Le gaz remonte enfin par le puits pour être capté.
Mais il est arrivé dans les pays qui exploitent le gaz de schiste que des nappes phréatiques soient souillées ainsi que des eaux de surface. Ce ne serait pas dû à la fracturation hydraulique mais à des défauts de cimentation des puits. Un problème d’étanchéité qui explique l’opposition des écologistes.

Que nous dit le modèle américain ?
Les Américains estiment que l’exploitation du gaz de schiste se fait dans des conditions de sécurité comparables à celles des autres combustibles fossiles. Les techniques d’extraction ont bénéficié de progrès décisifs sur les besoins en eau, sur les composants chimiques, sur le risque de pollution des nappes phréatiques et des sols et sur le nombre de puits. Selon Total les quelques incidents relevés aux USA sont le fait de l’arrivée de nombreux petits opérateurs peu regardants sur la sécurité des installations.

Alors que le prix du gaz a crû de 25% en France en deux ans, aux USA il a été divisé par trois ou quatre. Il se situe à moins de 15 US$ d’équivalent baril contre 100 pour notre gaz importé. Les USA n’ont plus besoin d’importer le gaz. Le président Obama a indiqué que plusieurs centaines de milliers d’emplois avaient été créés. Entre 2006 et 2012 la part du gaz dans l’électricité américaine est passée de 20 à 25 % aux dépens du charbon.

Parallèlement les émissions de gaz à effet de serre ont fortement diminué alors qu’en Europe elles augmentaient. Autre avantage l’industrie peut utiliser des dérivés du gaz plutôt que des dérivés du pétrole ce qui abaisse les coûts. De même le gaz permet des coûts du chauffage mieux maîtrisés pour les habitations.

Comment réagissent nos dirigeants face au choix entre les avantages économiques et le risque de pollution?

Le Président Sarkozy avait annulé en Juillet 2011 trois permis de recherche dont un permis d’exploration de 4.000 km2 vers Montélimar détenu par Total mais sept autres titres avaient été maintenus. Selon un sondage, l’opinion publique serait opposée au gaz de schiste alors que le patronat et des personnalités comme Claude Allègre et Bernard Thibault de la CGT se prononcent en faveur du gaz de schiste. Le ministre Arnaud Montebourg disait vouloir examiner de près cette affaire.

En inaugurant le 14 septembre la conférence environnementale, le Président Hollande a tranché. Il a annoncé son refus de l’exploitation du gaz de schiste. Il estime que la fracturation hydraulique, seule technique aujourd’hui connue, n’est pas exempte de risques lourds.

Qu’en pensez vous ?
L’argument du risque sanitaire me paraît contestable. Les américains sont bien plus regardants que les européens en matière de santé. A preuve le FDA qui contrôle les médicaments est beaucoup plus strict que nos instances de contrôle sanitaire.

Peut-on critiquer les hausses du prix du gaz et refuser d’étudier l’éventualité d’une nouvelle ressource bon marché ? Ne faut-il pas rechercher l’autonomie énergétique ? N’est-il pas absurde d’interdire l’exploration sans connaître la réalité des réserves ?

Ne faut-il pas autoriser l’exploration, quitte ensuite à fixer des conditions restrictives. Nous voulons tous pour nos enfants un monde meilleur. Il faut pour cela pouvoir et vouloir profiter des progrès de la science.

Je pense que la décision du Président Hollande est une concession extrêmement coûteuse, probablement de nombreux milliards d’euros, faite au parti des écologistes. J’ose espérer que la politique politicienne n’interviendra pas trop souvent dans les décisions importantes qui relèvent de l’intérêt de l’état.
XXX

Source: Chronique économique de Roger Cukierman sur RCJ 94.8

Des ministres et hauts fonctionnaires des pays du "Groupe G-10" de l'OMC (Organisation mondiale du commerce) se sont rencontrés vendredi à Davos, en marge du Forum économique mondial, sur invitation du ministre suisse de l'économie. Les membres du "Groupe G-10" ont notamment discuté des négociations agricoles dans le cadre de l'OMC et ont souligné "leur volonté de s'engager de maniè...

IsraelValley Desk | Économie

Y aurait-il un effet Trump sur l'économie ? En Israël, les milieux d'affaires le redoutent, notamment sur la question du protectionnisme. La cérémonie d'investiture de Donald Trump ce 20 janvier à Washington marque le début d’une nouvelle ère pour les États-Unis comme pour le monde entier. En Israël, le flou du programme économique de Donald Trump inquiète les économistes, ho...

Jacques Bendelac | Économie

Il y a entre 196 et 250 pays au monde suivant les définitions. Israël est classé 154e pour sa superficie et 97e pour sa population. Mais l’Etat juif occupe des places de premier plan dans l’innovation et la recherche. L’agence économique et financière Bloomberg établit chaque année un classement mondial appelé  Bloomberg Innovation Index  qui est particulièrement élogieu...

IsraelValley Desk | Économie

ANALYSE – Le déficit commercial israélien s'est creusé de 60% en 2016 : à qui la faute ? Les chiffres du commerce extérieur d’Israël pour 2016 ne sont pas très encourageants : le déficit commercial a été le plus élevé depuis 2012, selon l’Institut de la Statistique à Jérusalem. En 2016, la balance des marchandises (exportations moins importations) a été déficitaire de ...

Jacques Bendelac | Économie

A quelques jours de l’ouverture du congrès Cars 2017 à Eilat, l’un des grands rendez-vous de la branche automobile, l’Office israélien du Commerce a publié une proposition intéressante à l’intention du gouvernement. L’avocat Dan Carmeli, adjoint du président Ouriel Linn a proposé que la TVA soit supprimée lors de l’achat de la première voiture pour une famille. Le juri...

IsraelValley Desk | Économie

En quelques décennies, le high tech est devenu la locomotive de l’économie israélienne; aujourd’hui, la pénurie de main d’œuvre menace son avenir. La Start-up Nation serait-elle menacée par son propre succès ? Avec de milliers de startups et des centaines de centres de R&D établies par des multinationales en Israël, la poursuite du développement du secteur des hautes techno...

Jacques Bendelac | Économie

Rivulis Irrigation (Kibbutz Gvat) a fait la Une de la presse spécialisée en Grèce après avoir racheté Eurodrip (le montant de la transactionn'a pas été divulgué). La firme israélienne est spécialisée dans l’industrie de la micro-irrigation et du goutte à goutte, "en fournissant des solutions aux agriculteurs qui souhaitent optimiser leurs rendements et leurs opérations". Rivul...

Ilan Berger (Césarée) | Économie

La situation des finances publiques d’Israël s’améliore : avec quatre années d’avance, sa dette publique tombe à 60% de son PIB. L’objectif financier était prévu pour 2020 mais il a été atteint dès la fin de 2016 : la dette publique d’Israël a frôlé les 60% en 2016, exactement 60,4%. À l’origine de ce résultat inattendu : la hausse des recettes fiscales qui est lié...

Jacques Bendelac | Économie

Les exportations de produits de haute technologie ont représenté 49% de toutes les exportations israéliennes de marchandises l'an dernier. Les exportations de haute technologie ont diminué de 7,1% en 2016, par rapport à 2015, selon les chiffres publiés hier par le Bureau central des statistiques. L'une des raisons pour lesquelles les exportations de haute technologie ont chuté a é...

Aharon Kahn | Économie

L'Etat israélien n'avait pas sollicité les investisseurs obligataires en euros depuis 2014. Et son retour sur le marché, mercredi, s'est déroulé de manière plus que satisfaisante. Le pays, noté A1 /A+ a levé 1,5 milliard d'euros à 10 ans et 750 millions d'euros à 20 ans. Un total supérieur à l'objectif initialement affiché, compris entre 1 et 2 milliards d'euros. Cette aug...

IsraelValley Desk | Économie

Comme son cours de bourse continue à baisser, l'analyste UBS Marc Goodman a abaissé l’objectif de cours de la société pharmaceutique israélienne de 7$. Le cours de l'action de Teva Pharmaceutical Industries Ltd. (Nasdaq: TEVA ; TASE: TEVA ) a continué de baisser à nouveau. Dans le commerce de l'après-midi, le cours de l'action a baissé de 2,51% après avoir chuté de 2,61% sur...

Aharon Kahn | Économie

"Je crois que c'est la première fois qu'un Premier ministre jamaïcain vient en Israël" (Netanyahou) Le Premier ministre israélien Benyamin Netanyahou a rencontré jeudi son homologue jamaïcain, Andrew Holness, lors de sa première visite en Israël. "Je crois que c'est la première fois qu'un Premier ministre jamaïcain vient en Israël", a déclaré Netanyahou, en remerciant Holness...

i24news | Économie

Les députés israéliens continuent de mettre de l’ordre dans le secteur de la loterie : les paris sur les courses hippiques seront mis hors-la-loi. La commission des Réformes de la Knesset a discuté cette semaine de la proposition du gouvernement de limiter les jeux et paris en Israël. Après avoir interdit les machines à sous, ce sont les paris sur les courses hippiques qui seront...

Jacques Bendelac | Économie

En Israël, la compétitivité de l’industrie est en perte de vitesse : le gouvernement concocte un "plan de renforcement de l’industrie israélienne". Les industriels israéliens ont été entendus : les pouvoirs publics se penchent enfin au chevet de l’industrie qui souffre, depuis longtemps d’une perte de sa compétitivité sur les marchés internationaux. Certes, le rythme de l...

Jacques Bendelac | Économie

Les relations entre Israël et l’Inde se renforcent de jour en jour dans des domaines très divers, dans le cadre d’une coopération de plus en plus active sur le plan commercial, scientifique et militaire. Après la visite, en novembre dernier, du président Rivlin à New Dehli, c’est au tour du ministre de l’Agriculture Ouri Ariel de faire le voyage pour assister à une conférenc...

IsraelValley Desk | Économie