Oct 7

ISRAELVALLEY DEBAT. Alors que le prix du gaz a crû de 25% en France en 2 ans, aux USA il a été divisé par 3 ou 4. Il se situe à moins de 15 US$ d’équivalent baril contre 100 pour notre gaz importé.

Authors picture

Roger Cukierman | Économie

L’exploitation du gaz de schiste fait débat. Quelles sont les données du problème ? Le gaz de schiste est contenu dans des roches argileuses compactes à environ 3.000 mètres de profondeur. Selon les pétroliers le potentiel de gaz de schiste récupérable en France représenterait un siècle de consommation. En vérité pour connaître ces réserves, il faudrait évidemment en autoriser l’exploration.

Autre donnée : la France importe la quasi totalité de son pétrole et de son gaz, soit 62 milliards d’euros. Or le prix du gaz naturel importé, notamment de Russie, est contractuellement connecté avec le prix du baril de pétrole (autour de 100 $ le baril). Il pèse lourdement sur notre balance commerciale. Nos importations de combustibles représentent 90 % de notre déficit extérieur.
Or l’exemple américain d’exploitation du gaz de schiste depuis près de dix ans est très positif : le prix du gaz a fortement baissé, les USA sont devenus auto suffisants, il y a eu création d’emplois, et c’est une énergie qui émet moins de gaz carbonique que le charbon ou le pétrole.

En outre, nous avons des sociétés françaises parfaitement armées pour développer cette ressource calorique. En tête Total et GDF-Suez. Total a déjà investi dans deux gisements du spécialiste Chesapeake aux USA, et aussi en Argentine, en Pologne, au Danemark et en Chine.

Mais les écologistes s’opposent vigoureusement à l’exploitation du gaz de schiste en raison du risque de pollution. Ils ont le plus souvent l’appui des élus locaux qui craignent la multiplication sur leur commune des forages de gaz de schiste.

En quoi consiste ce risque de pollution ?
Le gaz de schiste s’exploite par la méthode de la fracturation hydraulique. On injecte à très haute pression un mélange de quantités importantes d’eau, avec du sable et des adjuvants chimiques. L’injection ouvre des fissures et libère le gaz qui y était séquestré. Le gaz remonte enfin par le puits pour être capté.
Mais il est arrivé dans les pays qui exploitent le gaz de schiste que des nappes phréatiques soient souillées ainsi que des eaux de surface. Ce ne serait pas dû à la fracturation hydraulique mais à des défauts de cimentation des puits. Un problème d’étanchéité qui explique l’opposition des écologistes.

Que nous dit le modèle américain ?
Les Américains estiment que l’exploitation du gaz de schiste se fait dans des conditions de sécurité comparables à celles des autres combustibles fossiles. Les techniques d’extraction ont bénéficié de progrès décisifs sur les besoins en eau, sur les composants chimiques, sur le risque de pollution des nappes phréatiques et des sols et sur le nombre de puits. Selon Total les quelques incidents relevés aux USA sont le fait de l’arrivée de nombreux petits opérateurs peu regardants sur la sécurité des installations.

Alors que le prix du gaz a crû de 25% en France en deux ans, aux USA il a été divisé par trois ou quatre. Il se situe à moins de 15 US$ d’équivalent baril contre 100 pour notre gaz importé. Les USA n’ont plus besoin d’importer le gaz. Le président Obama a indiqué que plusieurs centaines de milliers d’emplois avaient été créés. Entre 2006 et 2012 la part du gaz dans l’électricité américaine est passée de 20 à 25 % aux dépens du charbon.

Parallèlement les émissions de gaz à effet de serre ont fortement diminué alors qu’en Europe elles augmentaient. Autre avantage l’industrie peut utiliser des dérivés du gaz plutôt que des dérivés du pétrole ce qui abaisse les coûts. De même le gaz permet des coûts du chauffage mieux maîtrisés pour les habitations.

Comment réagissent nos dirigeants face au choix entre les avantages économiques et le risque de pollution?

Le Président Sarkozy avait annulé en Juillet 2011 trois permis de recherche dont un permis d’exploration de 4.000 km2 vers Montélimar détenu par Total mais sept autres titres avaient été maintenus. Selon un sondage, l’opinion publique serait opposée au gaz de schiste alors que le patronat et des personnalités comme Claude Allègre et Bernard Thibault de la CGT se prononcent en faveur du gaz de schiste. Le ministre Arnaud Montebourg disait vouloir examiner de près cette affaire.

En inaugurant le 14 septembre la conférence environnementale, le Président Hollande a tranché. Il a annoncé son refus de l’exploitation du gaz de schiste. Il estime que la fracturation hydraulique, seule technique aujourd’hui connue, n’est pas exempte de risques lourds.

Qu’en pensez vous ?
L’argument du risque sanitaire me paraît contestable. Les américains sont bien plus regardants que les européens en matière de santé. A preuve le FDA qui contrôle les médicaments est beaucoup plus strict que nos instances de contrôle sanitaire.

Peut-on critiquer les hausses du prix du gaz et refuser d’étudier l’éventualité d’une nouvelle ressource bon marché ? Ne faut-il pas rechercher l’autonomie énergétique ? N’est-il pas absurde d’interdire l’exploration sans connaître la réalité des réserves ?

Ne faut-il pas autoriser l’exploration, quitte ensuite à fixer des conditions restrictives. Nous voulons tous pour nos enfants un monde meilleur. Il faut pour cela pouvoir et vouloir profiter des progrès de la science.

Je pense que la décision du Président Hollande est une concession extrêmement coûteuse, probablement de nombreux milliards d’euros, faite au parti des écologistes. J’ose espérer que la politique politicienne n’interviendra pas trop souvent dans les décisions importantes qui relèvent de l’intérêt de l’état.
XXX

Source: Chronique économique de Roger Cukierman sur RCJ 94.8

Chronique de Serge Assayag : "Les nouvelles expérimentations managériales élisent domicile dans l'Etat hébreu. Ce qui explique en grande partie la bonne santé économique de cette nation start-up. L’entreprise ne se vit plus centrée sur elle-même, elle appartient à un écosystème social, sectoriel, géographique, culturel beaucoup plus large. Son nouveau rôle est donc d’offrir ...

IsraelValley Desk | Économie

Même si la fermeture d'agences sont nombreuses, Israël est quadrillé d'agences bancaires. Plus de 800 agences bancaires existent en Israël. La Banque Hapoalim en possède 235. La Banque Leumi, 203 agences. La Banque Discount : 200 agences. Mizrahi Tefahot se classe à la quatrième place en nombre d'agences (184). Selon (1) : "Placés sous le contrôle d’un directeur d’agence, ces ...

Eyal Koren | Économie

La Histadrouth menace. Une grève pourrait avoir lieu le 25 Avril 2017 .Avi Nissenkorn, la patron du syndicat a décidé d'engager un bras de fer avec le Gouvernement. Selon les médias israéliens la décision de "jouer au dur" de Nissenkorn est liée aux prochaines élections de la Histadrout. Shelly Yachimovich fera face au patron actuel du syndicat. Shelly Yachimovitch (en hébreu : של...

Eyal Aviv (Kikar hamedina) | Économie

Bonne nouvelle pour le Groupe Delta Galil Industries Ltd qui a signé un important accord de fabrication sous licence Calvin Klein. L'accord porte sur des sous-vêtements enfants (garçons et fille) LE PLUS. Calvin Klein est un entrepreneur américain. Passionné par le dessin et la couture dès son enfance, il prend des cours au Fashion Institute of Technology de New York, il travaille ensu...

Ilanit Goldberg (Rehovot) | Économie

CONTROVERSES. Le parti religieux Shass est en colère. Une décision qui a fait des heureux auprès des bobos telaviviens. La "High Court of Justice" d'Israël a finalement donné son autorisation, après des mois de tergiversations. Il sera possible à Tel Aviv, d'ouvrir boutiques, restaurants, cinémas sans que les propriétaires payent des amendes. Les partis politiques religieux israéliens...

Ilanit Goldberg (Rehovot) | Économie

BONNE NOUVELLE. Cadeau pré-electoral ? Le Ministre Kahlon se transforme en Père Noël et a décidé de réduire les taxes d'importations (15%) à partir du 23 Avril. LE PLUS. Israël applique un régime libéral d’importations et de réduction progressive des tarifs douaniers. Tous les produits peuvent être importés librement. Les permis d'importation sont accordés par le Ministère d...

Eyal Aviv (Kikar hamedina) | Économie

Moshe Kahlon fait parler de lui (pré-campagne électorale ?) et a annoncé, sans en informer auparavant l'indéracinable Bibi Netanyahou, un programme-surprise. Le Ministre Kahlon, qui vise le job de 1er Ministre, prévoit d'augmenter les subventions gouvernementales pour les gardes d’enfants. Des crédits d’impôts sont également prévus pour les parents qui travaillent. Le plan pré...

Ilanit Goldberg | Économie

Depuis le début de l'année, les actions américaines et européennes font un carton. L'indice Stoxx 600 a ainsi pris +4,85% en seulement trois mois et le S&P500 +5,2%. Le 16 mars, le CAC 40 a même retrouvé les 5.000 points, son plus haut depuis 18 mois. Cette tendance haussière est-elle durable? Qu'est-ce qui dope les marchés? L'analyse de Christophe Donay, chef de la recherche macroécon...

IsraelValley Desk | Économie

Les automobilistes iraniens commençaient à s'habituer au système de navigation routière. Jusqu'à ce que le régime des ayatollahs découvre qu'il s'agissait d'une invention israélienne. Un article de Pascale Zonszain : "Le mois dernier, la République islamique a interdit l'utilisation de Waze sur l'ensemble de son territoire. Les Iraniens qui étaient de plus en plus nombreux à recou...

IsraelValley Desk | Économie

La BCI (Banque Centrale d’Israël) a publié ses perspectives économiques pour 2017 et 2018. Ainsi, les estimations de la BCI pour la Croissance sont de 2.80 % pour 2017, tandis qu’elle l’estimait plus tôt dans l’année à 3.25 % ; pour 2018, ses estimations sont de 3.30 % contre 3.10 % lors des précédentes estimations. Enfin, la consommation des ménages qui est l’un des pr...

IsraelValley Desk | Économie

REVUE DE PRESSE. 1. Une société israélienne se vante d’avoir créé un édulcorant plus sucré et plus sain. ‘Unavoo’, un succédané de sucre à base de stevia, aurait tous les bénéfices d’une alternative au sucre, sans l’arrière-goût désagréable. 2. Pour lutter contre l’antisémitisme sur la Toile, de jeunes cerveaux de la culture high-tech planchent ensemble. Hackatho...

Eyal Aviv (Kikar hamedina) | Économie

Teva Pharmaceutical Industries est une entreprise pharmaceutique internationale de premier plan qui propose des solutions de soins de santé centrées sur les patients et de haute qualité utilisées par environ 200 millions de patients sur 100 marchés chaque jour. Premier fabricant mondial de médicaments génériques, Teva, dont le siège social se trouve en Israël, tire profit de son p...

IsraelValley Desk | Économie

A quelques jours de Pessah, les prestataires de services font preuve d'innovation pour inciter les Israéliens à leur confier leurs travaux ménagers et la protection de leur domicile. Dorénavant, les Israéliens font appel à l'outsourcing, c'est-à-dire à la sous-traitance de tâches domestiques par des professionnels, artisans indépendants ou sociétes privées. Les services ne sont ...

Jacques Bendelac | Économie

Très présent en Israël sur la partie R&D et intelligence artificielle, Google va exploiter le "machine learning" (domaine d'excellence des chercheurs israéliens) pour mieux identifier le contenu indélicat sur YouTube et ainsi rassurer les annonceurs soucieux de leurs images de marque. A SAVOIR. L'apprentissage automatique, ou machine learning en anglais, champ d'étude de l'intelligenc...

IsraelValley Desk | Économie

Après un article de Rogel Alper dans le Haaretz contre la marque de chocolat à tartiner « HaShah’ar HaoOleh », son Pdg Moshé Weidberg a tenu à remercier la population du pays pour sa réaction de soutien massif. Le journaliste avait dénoncé cette entreprise du fait que "son Pdg aide financièrement chaque année des localités juives de Judée-Samarie". Il avait appelé la populati...

IsraelValley Desk | Économie