Oct 7

ISRAELVALLEY DEBAT. Alors que le prix du gaz a crû de 25% en France en 2 ans, aux USA il a été divisé par 3 ou 4. Il se situe à moins de 15 US$ d’équivalent baril contre 100 pour notre gaz importé.

Authors picture

Roger Cukierman | Économie

L’exploitation du gaz de schiste fait débat. Quelles sont les données du problème ? Le gaz de schiste est contenu dans des roches argileuses compactes à environ 3.000 mètres de profondeur. Selon les pétroliers le potentiel de gaz de schiste récupérable en France représenterait un siècle de consommation. En vérité pour connaître ces réserves, il faudrait évidemment en autoriser l’exploration.

Autre donnée : la France importe la quasi totalité de son pétrole et de son gaz, soit 62 milliards d’euros. Or le prix du gaz naturel importé, notamment de Russie, est contractuellement connecté avec le prix du baril de pétrole (autour de 100 $ le baril). Il pèse lourdement sur notre balance commerciale. Nos importations de combustibles représentent 90 % de notre déficit extérieur.
Or l’exemple américain d’exploitation du gaz de schiste depuis près de dix ans est très positif : le prix du gaz a fortement baissé, les USA sont devenus auto suffisants, il y a eu création d’emplois, et c’est une énergie qui émet moins de gaz carbonique que le charbon ou le pétrole.

En outre, nous avons des sociétés françaises parfaitement armées pour développer cette ressource calorique. En tête Total et GDF-Suez. Total a déjà investi dans deux gisements du spécialiste Chesapeake aux USA, et aussi en Argentine, en Pologne, au Danemark et en Chine.

Mais les écologistes s’opposent vigoureusement à l’exploitation du gaz de schiste en raison du risque de pollution. Ils ont le plus souvent l’appui des élus locaux qui craignent la multiplication sur leur commune des forages de gaz de schiste.

En quoi consiste ce risque de pollution ?
Le gaz de schiste s’exploite par la méthode de la fracturation hydraulique. On injecte à très haute pression un mélange de quantités importantes d’eau, avec du sable et des adjuvants chimiques. L’injection ouvre des fissures et libère le gaz qui y était séquestré. Le gaz remonte enfin par le puits pour être capté.
Mais il est arrivé dans les pays qui exploitent le gaz de schiste que des nappes phréatiques soient souillées ainsi que des eaux de surface. Ce ne serait pas dû à la fracturation hydraulique mais à des défauts de cimentation des puits. Un problème d’étanchéité qui explique l’opposition des écologistes.

Que nous dit le modèle américain ?
Les Américains estiment que l’exploitation du gaz de schiste se fait dans des conditions de sécurité comparables à celles des autres combustibles fossiles. Les techniques d’extraction ont bénéficié de progrès décisifs sur les besoins en eau, sur les composants chimiques, sur le risque de pollution des nappes phréatiques et des sols et sur le nombre de puits. Selon Total les quelques incidents relevés aux USA sont le fait de l’arrivée de nombreux petits opérateurs peu regardants sur la sécurité des installations.

Alors que le prix du gaz a crû de 25% en France en deux ans, aux USA il a été divisé par trois ou quatre. Il se situe à moins de 15 US$ d’équivalent baril contre 100 pour notre gaz importé. Les USA n’ont plus besoin d’importer le gaz. Le président Obama a indiqué que plusieurs centaines de milliers d’emplois avaient été créés. Entre 2006 et 2012 la part du gaz dans l’électricité américaine est passée de 20 à 25 % aux dépens du charbon.

Parallèlement les émissions de gaz à effet de serre ont fortement diminué alors qu’en Europe elles augmentaient. Autre avantage l’industrie peut utiliser des dérivés du gaz plutôt que des dérivés du pétrole ce qui abaisse les coûts. De même le gaz permet des coûts du chauffage mieux maîtrisés pour les habitations.

Comment réagissent nos dirigeants face au choix entre les avantages économiques et le risque de pollution?

Le Président Sarkozy avait annulé en Juillet 2011 trois permis de recherche dont un permis d’exploration de 4.000 km2 vers Montélimar détenu par Total mais sept autres titres avaient été maintenus. Selon un sondage, l’opinion publique serait opposée au gaz de schiste alors que le patronat et des personnalités comme Claude Allègre et Bernard Thibault de la CGT se prononcent en faveur du gaz de schiste. Le ministre Arnaud Montebourg disait vouloir examiner de près cette affaire.

En inaugurant le 14 septembre la conférence environnementale, le Président Hollande a tranché. Il a annoncé son refus de l’exploitation du gaz de schiste. Il estime que la fracturation hydraulique, seule technique aujourd’hui connue, n’est pas exempte de risques lourds.

Qu’en pensez vous ?
L’argument du risque sanitaire me paraît contestable. Les américains sont bien plus regardants que les européens en matière de santé. A preuve le FDA qui contrôle les médicaments est beaucoup plus strict que nos instances de contrôle sanitaire.

Peut-on critiquer les hausses du prix du gaz et refuser d’étudier l’éventualité d’une nouvelle ressource bon marché ? Ne faut-il pas rechercher l’autonomie énergétique ? N’est-il pas absurde d’interdire l’exploration sans connaître la réalité des réserves ?

Ne faut-il pas autoriser l’exploration, quitte ensuite à fixer des conditions restrictives. Nous voulons tous pour nos enfants un monde meilleur. Il faut pour cela pouvoir et vouloir profiter des progrès de la science.

Je pense que la décision du Président Hollande est une concession extrêmement coûteuse, probablement de nombreux milliards d’euros, faite au parti des écologistes. J’ose espérer que la politique politicienne n’interviendra pas trop souvent dans les décisions importantes qui relèvent de l’intérêt de l’état.
XXX

Source: Chronique économique de Roger Cukierman sur RCJ 94.8

Hong Kong (awp) - DKSH, groupe proposant des services aidants à l’expansion de marché, particulièrement en Asie, et dont le siège est à Zurich (Suisse), a conclu un accord avec la société ICL (Israel Chemicals Limited) Advanced Additives concernant les produits de protection anticorrosion. La division Performance Materials commercialisera et livrera au Japon les composants antirouille ...

IsraelVallley Desk | Économie

Après des années de retard, Israël s'engage dans son plus vaste projet d'infrastructure jamais réalisé avec le développement de l'énorme champ de gaz offshore Leviathan en Méditerranée. La première phase implique un investissement initial de 4 milliards de dollars pour produire 12 milliards de mètres cubes de gaz par an pour les clients nationaux ainsi que, dans un premier temps, les...

Aharon Kahn | Économie

Malgré l'absence de relations officielles, les deux pays ont poursuivi discrètement des échanges commerciaux et touristiques. Les obsèques de Fidel Castro ont lieu ce dimanche 4 décembre à Santiago de Cuba. La disparition de l'ancien dirigeant cubain ne devrait pas avoir d’impact sur les relations israélo-cubaines. En revanche, la nouvelle administration américaine sous la prési...

Jacques Bendelac | Économie

Le secrétaire d'Etat aux questions financières internationales Jörg Gasser a signé une déclaration commune en Israël pour introduire l'échange automatique de renseignements en matière fiscale. Le secrétaire d'Etat aux questions financières internationales Jörg Gasser s'est rendu de lundi à mercredi au Moyen-Orient, pour une visite de travail. Au début de son voyage, il a notamme...

IsraelVallley Desk | Économie

Des investisseurs chinois chercheraient à acheter des hôtels israéliens, et pour cause : le tourisme chinois en Israël est en plein boom. « On n’est jamais mieux servi que par soi-même » : les Chinois sont en passe d’appliquer en Israël cet adage bien connu. Puisque les Chinois sont de plus en plus nombreux à visiter Israël, pourquoi ne pas les loger dans des hôtels chinois ...

Jacques Bendelac | Économie

Les nouvelles expérimentations managériales élisent domicile dans l'Etat hébreu. Ce qui explique en grande partie la bonne santé économique de cette nation start-up. L’entreprise ne se vit plus centrée sur elle-même, elle appartient à un écosystème social, sectoriel, géographique, culturel beaucoup plus large. Son nouveau rôle est donc d’offrir aux équipes un espace mélang...

Serge Assayag | Économie

Les députés israéliens examinent cette semaine la proposition du gouvernement de surtaxer les propriétaires de trois logements et plus. 54 000 Israéliens sont en colère : ils sont propriétaires de trois logements ou plus, et le gouvernement veut les imposer davantage. Selon la proposition du ministre des Finances, une nouvelle taxe de 1% par an s’appliquera à la valeur de chaque ...

Jacques Bendelac | Économie

Réputé pour ses prouesses technologiques, Israël a su introduire ses atouts dans l’agriculture pour dompter la nature et atteindre son autosuffisance alimentaire. Ce pays a pour ambition de nourrir le monde. À une cinquantaine de kilomètres au sud de Jérusalem se dresse fièrement la localité de Kibutz. Comme oasis dans le désert, elle jouxte la mer morte qui elle-même perd enviro...

IsraelVallley Desk | Économie

Accusé de corruption par le régime guinéen, Beny Steinmetz n’est pas près d’être rattrapé par la justice. Le dossier s’enlise. L’histoire peut se résumer ainsi : en 2008, la société minière Beny Steinmetz Group Resources (BSGR) obtient pour 165 millions de dollars la concession des blocs 1 et 2 de Simandou, en Guinée, le plus vaste gisement de fer non exploité du monde. C...

IsraelValley Desk | Économie

Le référendum en Italie et la réunion des pays de l’Opep sont à l’origine du repli de l’euro à son plus bas niveau historique face au shekel. L’euro s’échangeait hier contre 4,06 shekels, soit son cours le plus bas jamais relevé. Certes, la faiblesse de la devise européenne favorise le touriste israélien qui prévoit un séjour dans un pays de la zone euro. En revanche, ...

Jacques Bendelac | Économie

La Jordanie a annoncé lundi avoir choisi cinq consortiums internationaux pour la réalisation de la première phase d'un projet de canal reliant la mer Rouge à la mer Morte, menacée d'assèchement. Ce projet, dont le coût est évalué à environ 1,1 milliard de dollars, concerne la Jordanie, Israël et l'Autorité palestinienne, qui se partagent les rivages de la mer Morte. Ils avaient s...

IsraelVallley Desk | Économie

Le géant mondial de l’appareillage médical, Edwards Lifeciences a acquis l’entreprise israélienne Valtech Cardio pour un montant de 929 millions de dollars. La société Valtech Cardio est basée à Or Yehouda. La firme américaine, évaluée à 19 milliards de dollars au Nasdaq, a justifié cet achat par le développement par Valtech Cardio d’un produit innovant non-intrusif dans l...

IsraelValley Desk | Économie

Selon un rapport publié par le Crédit Suisse, environ 2% des Israéliens possèdent des avoirs supérieurs à 1 million de dollars, 32% possèdent entre 100.000 et 1.000.000 de dollars, 42,5% entre 10.000 et 100.000 dollars et 23,5% ont moins de 10.000 dollars. Selon le rapport, le nombre de millionnaires en Israël, définis comme possédant plus de 1 million de dollars en avoirs (espèce...

David Ilouz | Économie

Au bout de trois semaines de grève perlée, avec 17 vols annulés et plus de 100 avions loués, l’un des conflits les plus médiatisés de l'histoire de l'entreprise a pris fin hier soir (dimanche), après une série de réunions tenues dans la matinée d’hier à négocier avec le président du Comité économique par l’entremise de lla centrale syndicale Histadrout. Souvenons-nous de...

Aharon Kahn | Économie

Lancé il y a 2 ans, le fonds Copia Agro & Food veut investir dans les technologies agricoles et alimentaires développées par les instituts de recherche. L’organisme veut collecter 50 millions de dollars pour accroître ses investissements en Israël. Objectif : relever les grands défis de demain comme le changement climatique et la pénurie alimentaire. 50 millions de dollars, c’est ...

IsraelVallley Desk | Économie