Oct 7

ISRAELVALLEY DEBAT. Peut-on tirer des enseignements des différences entre les politiques menées par la France et l’Allemagne pour expliquer les différences entre ces 2 pays en terme de compétitivité ?

Authors picture

Roger Cukierman | Économie

Headline image

Peut-on tirer des enseignements des différences entre les politiques menées par la France et par l’Allemagne pour expliquer les différences entre ces deux pays en terme de compétitivité ? Je crois que oui. La politique menée par le Chancelier Gerhard Schröder au cours de son deuxième mandat de 2002 à 2005 a probablement changé le sort de l’Allemagne.

Né en 1944, leader du parti social démocrate SPD, il gagne les élections de 1998 contre le libéral Helmut Kohl, unificateur de l’Allemagne qui avait détenu le pouvoir pendant 16 ans. Schröder s’associe alors aux Verts de Yoshka Fisher, et devient Chancelier. Il est réélu en 2002 malgré une situation économique difficile.

Il adopte alors en 2003, pour ce deuxième mandat un « Agenda 2010 » destiné à réformer l’économie allemande. C’est la refonte du modèle social allemand au nom de la nécessaire compétitivité. C’est la base sur laquelle l’Allemagne, malade de l’Europe il y a dix ans, a construit son succès actuel.

Ni Tony Blair en Grande Bretagne, ni Lionel Jospin en France, tous deux également au pouvoir au début des années 2000 sous les couleurs socialistes n’ont adhéré à la politique choisie par Schröder en 2003.

Cet « agenda 2010 » a été établi sur la base d’un rapport d’un Conseil des Sages présidé par Peter Harz responsable professionnellement du personnel de Volkswagen.

Quelle était la motivation de ce Conseil des Sages ?
Ses membres voulaient rompre avec la dérive distributive de l’état providence. Ce plan a été mis en place alors que l’Allemagne était au plus bas : croissance anémique, chômage croissant, 4 millions de chômeurs, déficit public alarmant. Le marasme économique avait fait prendre conscience à ces Sages de l’urgence de réformes structurelles.

Quelles étaient ces propositions ?
Tout d’abord création de mini emplois à 400 € par mois avec imposition et charges allégées mais ne donnant droit à aucune prestation de santé ou de chômage. En matière de fiscalité : élargissement de l’assiette de l’impôt sur le revenu, baisse des taux aux deux extrémités, et baisse de l’impôt sur les sociétés.

Le plus spectaculaire est en matière de chômage l’apparition d’un plafond de montant et d’un plafond de durée des indemnités de chômage. La loi Hatz IV limite l’indemnité de chômage à un an, et 18 mois pour les plus de 55 ans, suivie d’un forfait de base d’aide de 345 € par mois pour les plus nécessiteux.

Le tout accompagné d’un durcissement des conditions de refus d’une offre d’emploi par le chômeur. Ces mesures a priori impopulaires se révèlent efficaces avec l’apparition d’une corrélation entre la fin de la période d’indemnisation et le retour à l’emploi.

Parallèlement des simplifications sont apportées aux pratiques bureaucratiques de l’agence pour l’emploi. En ce qui concerne la sécurité sociale, une hausse de la participation des assurés aux dépenses de santé est imposée. Les assurés doivent désormais payer un forfait pour les consultations, et 10 % de plus pour les médicaments, et les prothèses dentaires ne sont plus remboursées.

Les retraites n’échappent pas à la réforme : moratoire sur la revalorisation des pensions désormais gelées et imposées à l’IR. Une dose de capitalisation est introduite dans le système des retraites. Et surtout le départ à la retraite passe de 60 à 65 ans.

Enfin, des mesures d’assouplissement de la protection contre les licenciements, de libéralisation du travail intérimaire, et l’allongement de la durée maximum des CDD sont mises en œuvre.

Ce programme draconien a dû entraîner la révolte des syndicats ?
Il y a eu certes des protestations et des manifestations mais finalement les syndicats allemands comprennent la nécessité de ces réformes et contribuent à leur efficacité. Ils acceptent chez Daimler Chrysler et chez Volkswagen la hausse du temps de travail sans compensation salariale. Ils ont été des partenaires politiques à part entière acceptant fréquemment l’allongement de la durée de travail, et le blocage des salaires dans des négociations menées essentiellement au niveau des entreprises et non avec l’état. Grande différence avec la France !

L’après 2005 pour Schroder :
L’agenda 2010 établi en Mars 2003 est un succès économique sur le plan de la compétitivité, mais avec au départ de Schröder en 2005 un coût social élevé : 4,7 millions de chômeurs, et un taux de pauvreté qui a augmenté de 4,5 % pendant les mandats de Schröder.

C’est aussi un échec politique pour le SPD parti social démocrate puisqu’il a perdu les élections de 2005 contre Angela Merkel.

Mais la vie continue ! En tant que Chancelier Schröder avait apporté son soutien au gazoduc russe NordStream pour assurer l’approvisionnement direct de l’Allemagne en gaz russe. Peu de temps après son retrait politique il est nommé par Gazprom, donc par Poutine, à la tête du consortium en charge de la construction du gazoduc. Certains ont été choqués par le mélange des genres pratiqué par l’ancien Chancelier.

Suggérez vous que François Hollande pourrait adopter un « Agenda » comparable à celui de Schröder ?

Cela ne me déplairait pas mais je doute que nos dirigeants, de gauche comme de droite, soient mûrs pour de tels changements. D’autant que si la réforme radicale de Schröder a bénéficié grandement à l’économie allemande elle a condamné son auteur à être battu aux élections de 2005.

En tout cas Schröder a estimé que l’intérêt de l’état était plus important que son intérêt électoral. C’est la marque d’un homme d’état. Ils sont rares !
XXX

La forêt de Yatir, le plus grand espace forestier planté en Israël situé dans le désert du Néguev à quelques 20 km au nord-est de BeerShéva, est déjà reconnue comme un miracle écologique Cependant cette forêt a acquis un atout inattendu. On y produit un vin de qualité appréciable tiré des vignobles improbables qui poussent sur les coteaux boisés du désert. Le Yatir Fores...

IsraelValley Desk | Économie

Coca-Cola a ouvert sa première usine dans la bande de Gaza, qui va offrir du travail à des centaines de personnes dans l’enclave palestinienne close hermétiquement. La compagnie, qui a investi 20 millions de dollars (19 millions d’euros) pour cette usine, va créer 120 postes dans l’immédiat, puis éventuellement 270 autres, selon un communiqué de la compagnie. Il existe trois autres...

IsraelValley Desk | Économie

Israël est devenu un expert dans l’utilisation ingénieuse de l’eau afin de surmonter les problèmes de pénurie. Cette année, les expositions et conférences WATEC, qui se tiendront en Septembre à Tel -Aviv, devraient attirer 10.000 intervenants provenant de 90 pays, qui recherchent les solutions israéliennes pour les questions d’eau. Israël investit 2,2 milliards $ chaque ann...

IsraelValley Desk | Économie

Avec des partenaires de premier plan, Herez (gestion de patrimoine) se prépare à lancer un évènement majeur en Juillet 2017 à Tel Aviv. IsraelValley sera le partenaire média de cet évènement. Avec un milliard d’euros d’actifs financiers conseillés, Herez est un des leaders français indépendants de la Gestion de patrimoine, de la Gestion de Fortune et du Family Office. Élu...

Eyal Aviv (Kikar hamedina) | Économie

1. La police Israélienne a arrêté mardi plusieurs membres d'un gang spécialisé dans le vol d'informations relatives aux cartes de crédit, ces individus, tous des résidents étrangers en provenance de Roumanie, installaient des équipements électroniques sur les distributeurs ATM dans le but de voler des informations et des mots de passe. 2. Le magazine Forbes a publié sa liste des m...

IsraelValley Desk | Économie

Binyamin Netanyahou est en Chine avec une importante délégation à l’occasion du 25e anniversaire de l’instauration de relations diplomatiques entre Pékin et Jérusalem. Dans le cadre de ce séjour, il a rencontré 11 patrons des coopératives les plus importantes de Chine dont certaines investissent déjà en Israël. Netanyahou a souligné que ces investissements chinois en Israël ...

IsraelValley Desk | Économie

Le secteur des importations de voitures en Israël présente peu de concurrence et des marges bénéficiaires exceptionnelles, selon l’économiste en chef du ministère des Finances. Les achats de véhicules neufs ont progressé depuis 2007 et les 12 importateurs de véhicules ont accumulé un bénéfice global de 14,1 milliards de NIS entre 2007-2014, soit une moyenne annuelle de 1,6 mill...

IsraelValley Desk | Économie

Israël lorgne sur le potentiel d'expansion commerciale constitué par les pays africains: l'Afrique ne représente aujourd'hui que 2% de son commerce extérieur, de même que l'État hébreu cherche à s'assurer du soutien des pays africains dans les institutions internationales. Israël et la Banque mondiale (BM) prévoient d'étendre la coopération dans les domaines de l'eau, de la cyber...

IsraelValley Desk | Économie

Surprise pour les analystes qui n'en reviennent pas. Selon des chiffres publiés par les Autorités à Jérusalem, Israël a investi plus de deux milliards de dollars au Mexique l'an dernier. L’économie du Mexique a été classée douzième parmi les économies mondiales avec un produit intérieur brut 1 788 milliards $, mesuré en parité de pouvoir d'achat. Le Mexique possède une écon...

IsraelValley Desk | Économie

"L’économie israélienne a progressé de 4% en 2016, dépassant les taux d’autres pays Etats membres de l'OCDE dont la moyenne est de 1,7% de croissance", a déclaré jeudi, le Bureau central de statistique israélien. La croissance du produit national brut d’Israël se situait à 2,5% en 2015 et 3,2% en 2014. Le secteur des affaires du pays a connu 4,2% de croissance en 2016 par rapp...

IsraelValley Desk | Économie

Seuls 47% des consommateurs ont tendance à vérifier systématiquement leur ticket de caisse. 55% du public pense que les entreprises ne les traitent pas de manière équitable. Selon une enquête menée par l’Autorité internationale des consommateurs à l’occasion de la Journée internationale du consommateur, il apparaît que 77% des clients de supermarchés ayant regardé leur ticke...

IsraelValley Desk | Économie

Le 23 mars prochain le "Gindi Fashion Mall", premier centre commercial de Tel Aviv dédié entièrement à la mode, va ouvrir ses portes au public. Pour la mode, en plus de H&M ET Zara (Femme, Homme et enfant) qui vont y ouvrir leur Flag Store, on peut noter la présence du premier magasin COS d’Israël ou encore de Lacoste, Longchamps et Calvin Klein. (https://happyintlv.net) Zara est la ...

IsraelValley Desk | Économie

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu a rencontré le PDG d'Intel, Brian Krzanich, et les fondateurs de Mobileye, Prof. Amnon Shashua et Ziv Aviram, au bureau du Premier ministre à Jérusalem. Le ministre de l'Économie, Eli Cohen, a également assisté à la réunion.   Le Premier ministre Netanyahu : "C'est la fête pour l'économie israélienne et pour Jérusalem. Israël devient rapide...

Aharon Kahn | Économie

L'action Mobileye a bondi de 28,3% ce soir à Wall Street à 60,6 $ par action, après une ouverture à +30,12% - c'est le plus haut niveau depuis Août 2015 - suite à l'annonce de son acquisition par Intel à un prix de $15,3 milliards, la plus importante transaction de l'histoire de l'économie israélienne. Le cours de l'action Intel a quant à lui chuté de 2,2% à 35,1 $ l'action. ...

Aharon Kahn | Économie

AFP – Le géant américain des puces électroniques Intel a décidé de se renforcer dans le secteur de la voiture autonome avec le rachat annoncé lundi de Mobileye, société israélienne spécialisée dans les systèmes anti-collisions, pour plus de 15 milliards de dollars. L'opération chiffrée approximativement à 15,3 milliards de dollars (14,3 milliards d'euros) par Intel est prés...

IsraelValley Desk | Économie