Oct 7

ISRAELVALLEY DEBAT. Peut-on tirer des enseignements des différences entre les politiques menées par la France et l’Allemagne pour expliquer les différences entre ces 2 pays en terme de compétitivité ?

Authors picture

Roger Cukierman | Économie

Headline image

Peut-on tirer des enseignements des différences entre les politiques menées par la France et par l’Allemagne pour expliquer les différences entre ces deux pays en terme de compétitivité ? Je crois que oui. La politique menée par le Chancelier Gerhard Schröder au cours de son deuxième mandat de 2002 à 2005 a probablement changé le sort de l’Allemagne.

Né en 1944, leader du parti social démocrate SPD, il gagne les élections de 1998 contre le libéral Helmut Kohl, unificateur de l’Allemagne qui avait détenu le pouvoir pendant 16 ans. Schröder s’associe alors aux Verts de Yoshka Fisher, et devient Chancelier. Il est réélu en 2002 malgré une situation économique difficile.

Il adopte alors en 2003, pour ce deuxième mandat un « Agenda 2010 » destiné à réformer l’économie allemande. C’est la refonte du modèle social allemand au nom de la nécessaire compétitivité. C’est la base sur laquelle l’Allemagne, malade de l’Europe il y a dix ans, a construit son succès actuel.

Ni Tony Blair en Grande Bretagne, ni Lionel Jospin en France, tous deux également au pouvoir au début des années 2000 sous les couleurs socialistes n’ont adhéré à la politique choisie par Schröder en 2003.

Cet « agenda 2010 » a été établi sur la base d’un rapport d’un Conseil des Sages présidé par Peter Harz responsable professionnellement du personnel de Volkswagen.

Quelle était la motivation de ce Conseil des Sages ?
Ses membres voulaient rompre avec la dérive distributive de l’état providence. Ce plan a été mis en place alors que l’Allemagne était au plus bas : croissance anémique, chômage croissant, 4 millions de chômeurs, déficit public alarmant. Le marasme économique avait fait prendre conscience à ces Sages de l’urgence de réformes structurelles.

Quelles étaient ces propositions ?
Tout d’abord création de mini emplois à 400 € par mois avec imposition et charges allégées mais ne donnant droit à aucune prestation de santé ou de chômage. En matière de fiscalité : élargissement de l’assiette de l’impôt sur le revenu, baisse des taux aux deux extrémités, et baisse de l’impôt sur les sociétés.

Le plus spectaculaire est en matière de chômage l’apparition d’un plafond de montant et d’un plafond de durée des indemnités de chômage. La loi Hatz IV limite l’indemnité de chômage à un an, et 18 mois pour les plus de 55 ans, suivie d’un forfait de base d’aide de 345 € par mois pour les plus nécessiteux.

Le tout accompagné d’un durcissement des conditions de refus d’une offre d’emploi par le chômeur. Ces mesures a priori impopulaires se révèlent efficaces avec l’apparition d’une corrélation entre la fin de la période d’indemnisation et le retour à l’emploi.

Parallèlement des simplifications sont apportées aux pratiques bureaucratiques de l’agence pour l’emploi. En ce qui concerne la sécurité sociale, une hausse de la participation des assurés aux dépenses de santé est imposée. Les assurés doivent désormais payer un forfait pour les consultations, et 10 % de plus pour les médicaments, et les prothèses dentaires ne sont plus remboursées.

Les retraites n’échappent pas à la réforme : moratoire sur la revalorisation des pensions désormais gelées et imposées à l’IR. Une dose de capitalisation est introduite dans le système des retraites. Et surtout le départ à la retraite passe de 60 à 65 ans.

Enfin, des mesures d’assouplissement de la protection contre les licenciements, de libéralisation du travail intérimaire, et l’allongement de la durée maximum des CDD sont mises en œuvre.

Ce programme draconien a dû entraîner la révolte des syndicats ?
Il y a eu certes des protestations et des manifestations mais finalement les syndicats allemands comprennent la nécessité de ces réformes et contribuent à leur efficacité. Ils acceptent chez Daimler Chrysler et chez Volkswagen la hausse du temps de travail sans compensation salariale. Ils ont été des partenaires politiques à part entière acceptant fréquemment l’allongement de la durée de travail, et le blocage des salaires dans des négociations menées essentiellement au niveau des entreprises et non avec l’état. Grande différence avec la France !

L’après 2005 pour Schroder :
L’agenda 2010 établi en Mars 2003 est un succès économique sur le plan de la compétitivité, mais avec au départ de Schröder en 2005 un coût social élevé : 4,7 millions de chômeurs, et un taux de pauvreté qui a augmenté de 4,5 % pendant les mandats de Schröder.

C’est aussi un échec politique pour le SPD parti social démocrate puisqu’il a perdu les élections de 2005 contre Angela Merkel.

Mais la vie continue ! En tant que Chancelier Schröder avait apporté son soutien au gazoduc russe NordStream pour assurer l’approvisionnement direct de l’Allemagne en gaz russe. Peu de temps après son retrait politique il est nommé par Gazprom, donc par Poutine, à la tête du consortium en charge de la construction du gazoduc. Certains ont été choqués par le mélange des genres pratiqué par l’ancien Chancelier.

Suggérez vous que François Hollande pourrait adopter un « Agenda » comparable à celui de Schröder ?

Cela ne me déplairait pas mais je doute que nos dirigeants, de gauche comme de droite, soient mûrs pour de tels changements. D’autant que si la réforme radicale de Schröder a bénéficié grandement à l’économie allemande elle a condamné son auteur à être battu aux élections de 2005.

En tout cas Schröder a estimé que l’intérêt de l’état était plus important que son intérêt électoral. C’est la marque d’un homme d’état. Ils sont rares !
XXX

L'ancien patron de Brightn Food (Shangai) qui a acquis récemment Tnuva, Wang Zongnan, est accusé de corruption. Le deal entre Tnuva et Brightfood qui devait être finalisé dans deux jours a été finalement repoussé au 5 Octobre 2014. Le Haaretz signale que l'affaire de corruption qui touche l'ex-patron de Bright Food n'a rien à voir avec le deal de Tnuva. ISRAELVALLEY DANS NOS ARCHIVES. Quell...

Dan Rosh (Tel Aviv) et Yann Cohen (Paris) | Économie

Au cours des dix dernières années, Israël est devenu l'un des centres mondiaux de l'innovation, en particulier dans la sécurité de l'information, des semi-conducteurs, et des produits pharmaceutiques. Aujourd'hui, les domaines couverts par les Start-Ups en Israël sont beaucoup plus diversifiés, allant de l'internet des consommateurs au CleanTech. Une de ces industries émergentes est la Techn...

James Lewin | Économie

En recherchant la diversité parmi ses cadres supérieurs, Apple a nommé, Johny Srouji, arabe israélien originaire de Haïfa, parmi ses 15 dirigeants les plus importants. Cette nomination fait de ce diplômé du Technion, l'Israélien le plus puissant de la Silicon Valley En fin de semaine dernière, Apple a dévoilé les noms des cinq nouveaux vice-présidents de son équipe de direction. Ces nominati...

Avner Myers | Économie

Après la guerre Israël/Gaza, les autorités israéliennes sont sur les nerfs. Très fortes inquiétudes des israéliens qui craignent un phénomène de contagion du boycott en Grande Bretagne et dans le monde. BOYCOTT ? Un des magasins de la Chaîne Sainsbury (la Qatar Investment Authority détient 25,999% de la société) avait décidé récemment de retirer des rayons des produits cashers "Made In Isra...

Ilan Friedman (Tel Aviv) | Économie

La Bourse de Tel Aviv a perdu depuis 2007 des clients prestigieux. Le nombre de firmes listées était de 654 en 2007. En 2014, le nombre est tombé à 475. Le volume des transactions journalières a aussi chuté. Des plans d'action ont été montés pour redonner vie à la Bourse. L'objectif déclaré du patron de la bourse, Yossi Beinart, est de repasser à 575 firmes dans les cinq ans. L'idée est d'attir...

Ilan Friedman (Tel Aviv) | Économie

La municipalité de Tel-Aviv avait demandé au tribunal d'ordonner la fermeture de 21 magasins d'alimentation qui étaient restés ouverts ce samedi – et ce en violation des règlements municipaux. Les établissements visés font notamment partie de chaines telles que AM: PM, Tiv Ta'am, Super Yuda, Drugstore Food ou Dor Alon. Ces enseignes resteront ouvertes à Tel-Aviv au moins ce week-end, après q...

Avner Myers | Économie

En raison d'une extension de ses activités en Asie, par l'ouverture d'un bureau à Shanghai, la plus grande banque d'Israël connait un résultat net trimestriel supérieur aux dernières prévisions. La banque Hapoalim a annoncé jeudi un bénéfice au deuxième trimestre de 783 millions de shekels (225 millions de dollars), en hausse de 19,5% par rapport à l'année...

Avner Myers | Économie

La décision de stopper la vente de produits israéliens venant de certaines régions telle que Jérusalem-Est, Golan et Cisjordanie, est purement symbolique. Elle va satisfaire des lobbys anti-sionistes, souvent antisémites. Il s'agit d'une de ses décisions incohérentes et totalement inadaptées qui font mal à l'image de l'Europe. Selon l'AFP (Copyrights) : "Israël va cesser d'exporter vers l'U...

Eyal Friedmann | Économie

La municipalité de Haïfa a émis l'objectif de mettre en place un marché boursier qui serait en concurrence avec celui de Tel Aviv. Selon le site internet spécialisé Globes, les cotations financières seraient concentrées sur les valeurs technologiques. Des contacts en ce sens ont déjà été pris par la mairie. Le maire de la plus grande ville du nord d'Israël, Yonah Yahav, s'emploie depuis...

Avner Myers (Haïfa) | Économie

De nombreuses zones agricoles ont été touchées par des tirs de roquettes. Le planning des récoltes n’a pas pu être respecté, de nombreux travailleurs agricoles - asiatiques, mais aussi arabes locaux - ayant préféré ne pas se rendre en terrain découvert. Pour les consommateurs, les retards dans la cueillette et le ramassage se sont traduits par une hausse du prix des tomates, dont les prix m...

David Jortner | Économie

Au Moyen-Orient tout est possible. Et l'inverse aussi! Les alliances et mésalliances font partie intégrante du "show" local. Cette fois-ci trois sources non israéliennes (dont une italienne) annoncent la même information (IsraelValley est en train de vérifier auprès d'experts installés à Tel Aviv, l'information suivante ne relève pas de la désinformation) : "Via l’Égypte (gazoducs d’Al-...

Igal Klatzmann | Économie

Créée en 2009, la Chambre de Commerce Israël-Palestine est l’une des 52 chambres de commerce binationales actives en Israël. Elle représente des hommes d’affaires et des industriels israéliens désireux de faire commerce avec l’Autorité palestinienne. Dans son énoncé de mission, la Chambre de Commerce évoque notamment son objectif de « créer une atmosphère de confiance réciproque entre les d...

Times odf Israel | Économie

Encore un retournement de l'histoire ? Les israéliens, qui vendaient des fruits en grande quantité aux Turcs, étaient assez inquiets ces derniers jours. Les dernières déclarations anti-Israël de Erdogan n'étaient pas bonnes pour le futur des relations bilatérales Israël-Turquie. Arrive donc le boycott de la Russie sur (entre autres) les fruits Européens. Et là, Les producteurs israéliens re...

Igal Klatzmann | Économie

Startup Pirates est un organisme international à but non lucratif dont l’objectif est de révolutionner le monde entrepreneurial. Opérant comme un accélérateur d’une semaine pour les entrepreneurs en herbe, il propose une combinaison de formation, de mentorat, de sessions de travail encadrées pour aider les participants à structurer et à développer leurs idées d’entreprise. Ce projet est né ...

Yaël Haouzi | Économie

Tourisme, exportations, déficit public : comme il fallait s’y attendre, les indicateurs économiques d’Israël ont basculé dans le rouge en juillet. Les premiers indicateurs économiques de juillet, publiés officiellement hier à Jérusalem par l’Institut de la Statistique, confirment les craintes des économistes : le conflit avec Gaza a affecté l’activité économique en Israël, et en particulie...

Jacques Bendelac | Économie