Oct 7

ISRAELVALLEY DEBAT. Peut-on tirer des enseignements des différences entre les politiques menées par la France et l’Allemagne pour expliquer les différences entre ces 2 pays en terme de compétitivité ?

Authors picture

Roger Cukierman | Économie

Headline image

Peut-on tirer des enseignements des différences entre les politiques menées par la France et par l’Allemagne pour expliquer les différences entre ces deux pays en terme de compétitivité ? Je crois que oui. La politique menée par le Chancelier Gerhard Schröder au cours de son deuxième mandat de 2002 à 2005 a probablement changé le sort de l’Allemagne.

Né en 1944, leader du parti social démocrate SPD, il gagne les élections de 1998 contre le libéral Helmut Kohl, unificateur de l’Allemagne qui avait détenu le pouvoir pendant 16 ans. Schröder s’associe alors aux Verts de Yoshka Fisher, et devient Chancelier. Il est réélu en 2002 malgré une situation économique difficile.

Il adopte alors en 2003, pour ce deuxième mandat un « Agenda 2010 » destiné à réformer l’économie allemande. C’est la refonte du modèle social allemand au nom de la nécessaire compétitivité. C’est la base sur laquelle l’Allemagne, malade de l’Europe il y a dix ans, a construit son succès actuel.

Ni Tony Blair en Grande Bretagne, ni Lionel Jospin en France, tous deux également au pouvoir au début des années 2000 sous les couleurs socialistes n’ont adhéré à la politique choisie par Schröder en 2003.

Cet « agenda 2010 » a été établi sur la base d’un rapport d’un Conseil des Sages présidé par Peter Harz responsable professionnellement du personnel de Volkswagen.

Quelle était la motivation de ce Conseil des Sages ?
Ses membres voulaient rompre avec la dérive distributive de l’état providence. Ce plan a été mis en place alors que l’Allemagne était au plus bas : croissance anémique, chômage croissant, 4 millions de chômeurs, déficit public alarmant. Le marasme économique avait fait prendre conscience à ces Sages de l’urgence de réformes structurelles.

Quelles étaient ces propositions ?
Tout d’abord création de mini emplois à 400 € par mois avec imposition et charges allégées mais ne donnant droit à aucune prestation de santé ou de chômage. En matière de fiscalité : élargissement de l’assiette de l’impôt sur le revenu, baisse des taux aux deux extrémités, et baisse de l’impôt sur les sociétés.

Le plus spectaculaire est en matière de chômage l’apparition d’un plafond de montant et d’un plafond de durée des indemnités de chômage. La loi Hatz IV limite l’indemnité de chômage à un an, et 18 mois pour les plus de 55 ans, suivie d’un forfait de base d’aide de 345 € par mois pour les plus nécessiteux.

Le tout accompagné d’un durcissement des conditions de refus d’une offre d’emploi par le chômeur. Ces mesures a priori impopulaires se révèlent efficaces avec l’apparition d’une corrélation entre la fin de la période d’indemnisation et le retour à l’emploi.

Parallèlement des simplifications sont apportées aux pratiques bureaucratiques de l’agence pour l’emploi. En ce qui concerne la sécurité sociale, une hausse de la participation des assurés aux dépenses de santé est imposée. Les assurés doivent désormais payer un forfait pour les consultations, et 10 % de plus pour les médicaments, et les prothèses dentaires ne sont plus remboursées.

Les retraites n’échappent pas à la réforme : moratoire sur la revalorisation des pensions désormais gelées et imposées à l’IR. Une dose de capitalisation est introduite dans le système des retraites. Et surtout le départ à la retraite passe de 60 à 65 ans.

Enfin, des mesures d’assouplissement de la protection contre les licenciements, de libéralisation du travail intérimaire, et l’allongement de la durée maximum des CDD sont mises en œuvre.

Ce programme draconien a dû entraîner la révolte des syndicats ?
Il y a eu certes des protestations et des manifestations mais finalement les syndicats allemands comprennent la nécessité de ces réformes et contribuent à leur efficacité. Ils acceptent chez Daimler Chrysler et chez Volkswagen la hausse du temps de travail sans compensation salariale. Ils ont été des partenaires politiques à part entière acceptant fréquemment l’allongement de la durée de travail, et le blocage des salaires dans des négociations menées essentiellement au niveau des entreprises et non avec l’état. Grande différence avec la France !

L’après 2005 pour Schroder :
L’agenda 2010 établi en Mars 2003 est un succès économique sur le plan de la compétitivité, mais avec au départ de Schröder en 2005 un coût social élevé : 4,7 millions de chômeurs, et un taux de pauvreté qui a augmenté de 4,5 % pendant les mandats de Schröder.

C’est aussi un échec politique pour le SPD parti social démocrate puisqu’il a perdu les élections de 2005 contre Angela Merkel.

Mais la vie continue ! En tant que Chancelier Schröder avait apporté son soutien au gazoduc russe NordStream pour assurer l’approvisionnement direct de l’Allemagne en gaz russe. Peu de temps après son retrait politique il est nommé par Gazprom, donc par Poutine, à la tête du consortium en charge de la construction du gazoduc. Certains ont été choqués par le mélange des genres pratiqué par l’ancien Chancelier.

Suggérez vous que François Hollande pourrait adopter un « Agenda » comparable à celui de Schröder ?

Cela ne me déplairait pas mais je doute que nos dirigeants, de gauche comme de droite, soient mûrs pour de tels changements. D’autant que si la réforme radicale de Schröder a bénéficié grandement à l’économie allemande elle a condamné son auteur à être battu aux élections de 2005.

En tout cas Schröder a estimé que l’intérêt de l’état était plus important que son intérêt électoral. C’est la marque d’un homme d’état. Ils sont rares !
XXX

Une nouvelle forme de marketing se développe rapidement en Israël: des boutiques éphémères apparaissent pour disparaître au bout de quelques jours. Une boutique éphémère (en anglais : pop up store, ou pop up shop) est une approche du marketing basée sur l’ouverture de points de vente pour de courtes durées. Le concept est similaire à un point de vente classique, mais de manière temporaire ...

Jacques Bendelac | Économie

Quel est le nom de cette firme qui réalise 72 millions d’euros de ventes, emploie 1 000 personnes et dont le travail de conception de costumes est fait en Israël ? Ses usines de fabrication sont en Chine, Birmanie, Vietnam, Égypte, Roumanie et Jordanie. Son nom ? Bagir. C'est l’un des plus importants fabricants de costumes sur le marché britannique. 12,5 % des Anglais portent un costume fabr...

IsraelValley Desk | Économie

Selon Nathalie Hamou, Correspondante à Tel-Aviv pour les Échos: "Les programmes « made in Tel-Aviv » continuent de séduire les diffuseurs du monde entier. A l’image de TF1 qui a acquis le quizz « Boom » lors du dernier MIP. Mis à l’honneur lors de la dernière édition du Marché international des programmes (MIP) qui s’est achevée le 9 avril, les programmes télé venant d’Israël continuent de s...

IsraelValley Desk | Économie

De 70 à 2 700 shekels: c’est la valeur du cadeau traditionnel de Pessah que les entreprises israéliennes ont accordé cette année à leurs salariés. À Pessah, le cadeau d’entreprise est devenu une tradition en Israël. Le patron s’associe souvent au comité d’entreprise pour offrir aux salariés un cadeau. Cette année, le marché du cadeau d’entreprise a fait un bon de 10% pour s’établir à 3,2 m...

Jacques Bendelac | Économie

Selon la presse aux USA, Wall Street : "SodaStream International bondit de 9,8%. Selon le site d'informations israélien Calcalist, le fabricant de machines à soda pour la maison négocie la cession d'une participation de 10 à 16% à un grand groupe qui pourrait être PepsiCo, Dr Pepper Snapple Group ou Starbucks". ISRAELVALLEY PLUS Le plus grand fabricant de boissons gazeuses au monde vient de...

IsraelValley Desk | Économie

Surprise.... Dubaï est candidat à l’installation d’une Grande Roue à Jérusalem, qui sera montée au Parc de l’Indépendance. Il y a quelques semaines, la mairie de Jérusalem a publié un appel d’offres pour l’installation d’une Grande Roue à Jérusalem. Une surprise attendait le département de la Culture et des Loisirs de la municipalité en ouvrant les enveloppes de l’appel d’offres. Sur les ...

Jacques Bendelac | Économie

The Chamber of Commerce & Industry Israel-France (CCIIF) and its President, Dr. Daniel Rouach, in cooperation with the Embassy of France in Israel, ESCP Europe and Tel Aviv University - Recanati Business School are pleased to invite you to the Transtech Conference - 5th Edition. The Conference strives to contribute to a better understanding of two management practices that are very relevant...

Matias Frydman (Tel Aviv) | Économie

Quelles ruses utilisent les grandes marques et les supermarchés pour paraître moins chères aux yeux du consommateur israélien? Voici les principales techniques utilisées par les trois grandes chaînes israéliennes: Shufersal, Mega et Rami Levy. *Des soldes pour attirer le chaland*. La stratégie du discount utilisée par les fabricants et les grandes surfaces fait preuve de son efficacité: arti...

J.B. | Économie

UBIFRANCE. Communique - Paz détient l’une des deux uniques raffineries du pays et opère près de 300 stations-services réparties sur tout le territoire. Paz est aussi le leader de la production des produits dérivés du pétrole, destinés à l’industrie comme aux particuliers. Le groupe est également actif dans la production de lubrifiants pour le secteur automobile ainsi que de produits isolants. ...

J.D.B. | Économie

Le Forum Économique Mondial (World Economic Forum - WEF) publie un rapport sur le commerce international. Il évalue la "performance" de 138 pays en matière de libre circulation des marchandises, dans quatre domaines : l'accès aux marchés, l'administration aux frontières, les infrastructures et l'environnement opérationnel. Econostrum (copyrights) : "Le rapport donne ainsi un aperçu de "ce q...

A.J. | Économie

Les précautions concernant la salubrité des aliments d'importations, la compression des petits importateurs et les autorités rabbiniques rendent la concurrence réelle presque impossible.    Tout a commencé avec un traumatisme national. En 2003, trois nourrissons nourris avec des produits importés trouvèrent la mort et 23...

Avner Myers | Économie

Une enquête publiée à la veille de Pessah met à jour un « nouveau consommateur » : l’Israélien compare davantage les prix et freine ses achats. Existe-t-il en Israël un « consommateur modèle 2014 » ? Oui, selon l’institut de sondages Buzzilla qui a effectué une enquête auprès d’un échantillon représentatif des consommateurs israéliens, notamment en analysant les conversations sur les média...

Jacques Bendelac | Économie

A quelques jours de Pessah, les prestataires de services font preuve d'innovation pour inciter les Israéliens à leur confier leurs travaux ménagers et la protection de leur domicile. Dorénavant, les Israéliens font appel à l'outsourcing, c'est-à-dire à la sous-traitance de tâches domestiques par des professionnels, artisans indépendants ou sociétes privées. Les services ne sont pas bon marché, ...

J.B. | Économie

Pas d'approximations et des reprises de ce qui est dit par ailleurs. Un excellent article paru sous la plume d'un expert de talent, Binyamin Lachkar. The Times of Israel (Extraits) : "L’impôt sur le revenu et l’impôt sur le bénéfice ont été revus à la baisse en Israel, de nombreuses taxes d’achats éliminées ou sérieusement rabotées, et en même temps, les dépenses publiques, surtout sociales...

B.L. | Économie

La semaine de Pessah, qui débute demain, sera chargée pour les employés de l’aéroport Ben Gourion : les vols low cost en sont pour quelque chose. Comme tous les ans, de nombreuses familles israéliennes profitent de la semaine de Pessah pour prendre quelques jours de vacances. Cette année encore, les Israéliens seront plus nombreux à préférer des vacances à l’étranger plutôt qu’en Israël : ...

Jacques Bendelac | Économie