Oct 7

ISRAELVALLEY DEBAT. Peut-on tirer des enseignements des différences entre les politiques menées par la France et l’Allemagne pour expliquer les différences entre ces 2 pays en terme de compétitivité ?

Authors picture

Roger Cukierman | Économie

Headline image

Peut-on tirer des enseignements des différences entre les politiques menées par la France et par l’Allemagne pour expliquer les différences entre ces deux pays en terme de compétitivité ? Je crois que oui. La politique menée par le Chancelier Gerhard Schröder au cours de son deuxième mandat de 2002 à 2005 a probablement changé le sort de l’Allemagne.

Né en 1944, leader du parti social démocrate SPD, il gagne les élections de 1998 contre le libéral Helmut Kohl, unificateur de l’Allemagne qui avait détenu le pouvoir pendant 16 ans. Schröder s’associe alors aux Verts de Yoshka Fisher, et devient Chancelier. Il est réélu en 2002 malgré une situation économique difficile.

Il adopte alors en 2003, pour ce deuxième mandat un « Agenda 2010 » destiné à réformer l’économie allemande. C’est la refonte du modèle social allemand au nom de la nécessaire compétitivité. C’est la base sur laquelle l’Allemagne, malade de l’Europe il y a dix ans, a construit son succès actuel.

Ni Tony Blair en Grande Bretagne, ni Lionel Jospin en France, tous deux également au pouvoir au début des années 2000 sous les couleurs socialistes n’ont adhéré à la politique choisie par Schröder en 2003.

Cet « agenda 2010 » a été établi sur la base d’un rapport d’un Conseil des Sages présidé par Peter Harz responsable professionnellement du personnel de Volkswagen.

Quelle était la motivation de ce Conseil des Sages ?
Ses membres voulaient rompre avec la dérive distributive de l’état providence. Ce plan a été mis en place alors que l’Allemagne était au plus bas : croissance anémique, chômage croissant, 4 millions de chômeurs, déficit public alarmant. Le marasme économique avait fait prendre conscience à ces Sages de l’urgence de réformes structurelles.

Quelles étaient ces propositions ?
Tout d’abord création de mini emplois à 400 € par mois avec imposition et charges allégées mais ne donnant droit à aucune prestation de santé ou de chômage. En matière de fiscalité : élargissement de l’assiette de l’impôt sur le revenu, baisse des taux aux deux extrémités, et baisse de l’impôt sur les sociétés.

Le plus spectaculaire est en matière de chômage l’apparition d’un plafond de montant et d’un plafond de durée des indemnités de chômage. La loi Hatz IV limite l’indemnité de chômage à un an, et 18 mois pour les plus de 55 ans, suivie d’un forfait de base d’aide de 345 € par mois pour les plus nécessiteux.

Le tout accompagné d’un durcissement des conditions de refus d’une offre d’emploi par le chômeur. Ces mesures a priori impopulaires se révèlent efficaces avec l’apparition d’une corrélation entre la fin de la période d’indemnisation et le retour à l’emploi.

Parallèlement des simplifications sont apportées aux pratiques bureaucratiques de l’agence pour l’emploi. En ce qui concerne la sécurité sociale, une hausse de la participation des assurés aux dépenses de santé est imposée. Les assurés doivent désormais payer un forfait pour les consultations, et 10 % de plus pour les médicaments, et les prothèses dentaires ne sont plus remboursées.

Les retraites n’échappent pas à la réforme : moratoire sur la revalorisation des pensions désormais gelées et imposées à l’IR. Une dose de capitalisation est introduite dans le système des retraites. Et surtout le départ à la retraite passe de 60 à 65 ans.

Enfin, des mesures d’assouplissement de la protection contre les licenciements, de libéralisation du travail intérimaire, et l’allongement de la durée maximum des CDD sont mises en œuvre.

Ce programme draconien a dû entraîner la révolte des syndicats ?
Il y a eu certes des protestations et des manifestations mais finalement les syndicats allemands comprennent la nécessité de ces réformes et contribuent à leur efficacité. Ils acceptent chez Daimler Chrysler et chez Volkswagen la hausse du temps de travail sans compensation salariale. Ils ont été des partenaires politiques à part entière acceptant fréquemment l’allongement de la durée de travail, et le blocage des salaires dans des négociations menées essentiellement au niveau des entreprises et non avec l’état. Grande différence avec la France !

L’après 2005 pour Schroder :
L’agenda 2010 établi en Mars 2003 est un succès économique sur le plan de la compétitivité, mais avec au départ de Schröder en 2005 un coût social élevé : 4,7 millions de chômeurs, et un taux de pauvreté qui a augmenté de 4,5 % pendant les mandats de Schröder.

C’est aussi un échec politique pour le SPD parti social démocrate puisqu’il a perdu les élections de 2005 contre Angela Merkel.

Mais la vie continue ! En tant que Chancelier Schröder avait apporté son soutien au gazoduc russe NordStream pour assurer l’approvisionnement direct de l’Allemagne en gaz russe. Peu de temps après son retrait politique il est nommé par Gazprom, donc par Poutine, à la tête du consortium en charge de la construction du gazoduc. Certains ont été choqués par le mélange des genres pratiqué par l’ancien Chancelier.

Suggérez vous que François Hollande pourrait adopter un « Agenda » comparable à celui de Schröder ?

Cela ne me déplairait pas mais je doute que nos dirigeants, de gauche comme de droite, soient mûrs pour de tels changements. D’autant que si la réforme radicale de Schröder a bénéficié grandement à l’économie allemande elle a condamné son auteur à être battu aux élections de 2005.

En tout cas Schröder a estimé que l’intérêt de l’état était plus important que son intérêt électoral. C’est la marque d’un homme d’état. Ils sont rares !
XXX

Andrew Cuomo, gouverneur de New York, prévient: « C’est très simple, si vous boycottez Israël, New York vous boycottera ». Il calquait alors sa stratégie sur celle adoptée pour cibler les banques et les entreprises européennes qui commerçaient avec l’Iran, à savoir que ces dernières voyaient leurs avoirs gelés sur le lucratif marché américain. La menace de Cuomo fait partie...

IsraelValley Plus | Économie

Si son rapport semi-annuel sur la stabilité financière se concentre principalement sur les risques du marché immobilier, la Banque d’Israël en a également consacré une partie non négligeable sur la forte augmentation des crédits aux ménages sur les dernières années, et sur les risques qu’une telle situation implique. Selon l’institution, les crédits accordés aux ménages (...

Nathan Sarel (Tel Aviv) | Économie

La société israélienne SodaStream International étend sa production dans le Parc industriel Idan Haneguev près de Lehavim dans le sud d’Israël. Elle a notamment embauché 300 nouveaux employés sur les trois derniers mois. 70 salariés devraient également être engagés dans les prochaines semaines. Aujourd’hui, la multinationale compte 1400 employés dans ce parc, dont un tiers d...

Nathan Sarel (Tel Aviv) | Économie

Les automobilistes israéliens paieront plus cher leur voiture dès le 1 janvier 2017. La taxe éco gonflera les prix de quelques milliers de shekels. Bizarrement, h4. les voitures de luxe ne seront pas touchées. Les petites voitures dites mini verront leur prix augmenter de 1500 à 3000 shekels et curieusement les voitures hybrides augmenteront sensiblement. Ces voitures très peu gourmand...

IsraelValley Plus | Économie

22 ans après l’accord de paix avec la Jordanie, Israël est sur le point de renforcer ses relations avec son voisin par le biais d’initiatives conjointes. Début juillet, une délégation menée par le ministre-adjoint à la coopération régionale Ayoob Kara a rencontré le premier ministre jordanien Hani Al-Muki. Les deux parties se sont alors entendues sur une coopération plus importan...

Nathan Sarel (Tel Aviv) | Économie

Par Nathalie Hamou (thegoodlife) : "Premier « génériqueur » mondial, ce champion israélien a également su miser sur les médicaments innovants". La cérémonie s’est déroulée début ­décembre dans un grand hôtel de Tel-Aviv, devant le gotha du monde des affaires israélien. Désigné homme de l’année 2015 par le quotidien des affaires Globes, Erez Vigodman, qui a repris, ...

IsraelValley Plus | Économie

Depuis plus de 20 ans, Israël connaît un phénomène unique : Le dynamisme du pays et sa jeunesse donne à ses habitants l'envie de développer leur propre projet. Beaucoup d’israéliens ont la fibre entrepreneuriale due à une combinaison de facteurs uniques. Le gouvernement joue un rôle actif, et finance l'innovation via 21 structures et centres de recherche et développement, comme...

Jessica Philippe Consulting | Économie

Peut-être passées inaperçues, elles ont pourtant leur importance. Quelques nouvelles qu'il ne fallait pas rater ce week-end. 1. Teva vend pour 15 milliards d’obligations : Jeudi dernier, le groupe israélien Teva a annoncé avoir vendu 15 milliards de dollars d’obligations. L’objectif ? Permettre l’acquisition de la division des génériques de la multinationale pharmaceutique ...

Nathan Sarel (Tel Aviv) | Économie

A l’occasion de la conférence “Israël, la clé du Moyen-Orient ?” organisée par Herez Israël et accueillant Olivier Rafowicz, colonel de réserve et ancien porte-parole de Tsahal, ainsi qu’Avi Pazner, ancien ambassadeur d’Israël en France, Israël Valley est allé à la rencontre de Jérôme Jarmoune et Laurent Perez associés directeur de la structure en Israël et de Dan Cal...

Nathan Sarel (Tel Aviv) | Économie

Rami Lévy, le propriétaire de la chaîne de supermarchés à bas prix qui porte son nom, a décidé de construire entre Jérusalem et Ramallah le premier centre commercial israélo-palestinien. Certaines enseignes palestiniennes comme la boulangerie Sinokrot ou les bonbons Zalatimo ont déjà retenu des emplacements. Au total, 70 magasins ouvriront dans un peu plus d'un an. Rami Lévy tab...

IsraelValley Plus | Économie

Le ministère des Finances israélien, qui a déjà fait le tour des conséquences du retrait du Royaume-Uni dans un rapport récemment publié, pense quant à lui que le Brexit peut être une chance pour Israël : „Il est possible que la sortie de la Grande-Bretagne de l’UE améliore les chances d’Israël en matière de compétitivité sur le marché européen“. En effet, Israël s...

IsraelValley Plus | Économie

Selon Investing.com : "Israël: Les marchés actions ont terminé la séance en baisse ce jeudi; le repli des secteurs Communication, Pétrole et gaz, et Immobilier a contribué à cette baisse. En clôture à Tel Aviv, l'indice Tel Aviv 25 a lâché 0,04%. La meilleure performance de la séance pour l'indice Tel Aviv 25 est à mettre au crédit du titre Mylan NV (TA:MYL) en hausse de 1,4...

IsraelValley Plus | Économie

Netanyahou et les ministre des Finances Moshé Kahlon ont décidé d’une nouvelle baisse du taux de l’impôt sur les sociétés pour le budget 2017-2018. Il devrait passer en deux étapes de 25% à 23%, ce qui est un plancher historique. LPH : "Dans le budget actuel, ce taux avait déjà été ramené de 26,5% à 25%. Cette mesure devrait encourager les investissements, créer de l’em...

IsraelValley Plus | Économie

1. L’israélien Delek lorgne sur les champs gaziers de la mer du Nord : Le Groupe Delek, géant israélien du gaz a annoncé être en négociation avec la société d’exploitation pétrolière et gazière EnQuest PLC, basée au Royaume-Uni, pour l’acquisition de 20% des droits d’exploration et les licences de production pour le champ “Kraken”. Ce dernier est situé dans les eaux...

Nathan Driot | Économie

Shikun & Binui va construire l’autoroute à péage Cundinamarca 010 de 160 km de long, près de Bogota, la capitale du pays sud-américain. Le projet – comprenant le financement, les coûts de construction, la réhabilitation, l’exploitation et la maintenance – est estimé à environ 640 millions de dollars. La société israélienne mondiale de la construction et des infrastructures...

IsraelValley Plus | Économie