Oct 7

ISRAELVALLEY. "APRÈS LES FÊTES": LES HAUSSES DE PRIX VONT S'ACCÉLÉRER. Le consommateur israélien sera bientôt confronté à une valse des étiquettes de l'alimentation. À qui la faute?

Authors picture

Jacques Bendelac, à Jérusalem | Économie

En Israël, la rentrée est traditionnellement divisée en deux périodes: “avant les fêtes” et “après les fêtes”. Il s’agit des fêtes de Rosh Achana, Kippour et Souccot, qui constituent une trêve de trois semaines dans l’activité économique de la plupart des secteurs de l’économie israélienne.

Les géants de l’agroalimentaire n’ont pas attendu la fin des fêtes pour annoncer les hausses de prix, dont l’objectif avoué est de répercuter la flambée des matières premières: Tnuva, Strauss et Tara ont promis une valse des prix des produits laitiers, Osem et Unilever augmenteront le prix des pâtes, soupes et café, Coca-Cola renchérit les boissons, etc. Si on y ajoute les augmentations prévues dans les tarifs de l’eau et de l’électricité, c’est tout le panier de la ménagère qui va coûter plus cher dès la fin de 2012.

La faute aux matières premières ?
A la veille de la fête de Souccot, le ministère israélien de l’Agriculture a publié une recommandation tout à fait exceptionnelle: les experts agricoles ont estimé que le prix du lait brut a augmenté de 9,4% depuis le début de l’année, ce qui devrait se répercuter sur les prix à la consommation. Suite à cette recommandation, le ministère des Finances va renchérir prochainement les produits laitiers subventionnés: il s’agit des produits dont le prix est fixé administrativement par le gouvernement, comme le lait en sachet et en carton, le beurre et certains fromages. La hausse des prix au détail sera moins importante que celle du lait brut, mais elle devrait se situer quand même entre 6 et 7%.

Dans le secteur privé, la hausse du prix des produits subventionnés va donner le feu vert à la valse des étiquettes de tous les produits similaires. Les grandes laiteries du pays, comme Tnuva, Strauss et Tara, viennent d’annoncer le relèvement de leurs prix: immédiatement après les fêtes de Souccot, la hausse des prix devra compenser le renchérissement des matières premières enregistré depuis plusieurs mois mais qui n’a pas été répercuté à la consommation.

La faute aux fabricants ?

Le lait n’est pas le seul produit alimentaire à connaître la valse des étiquettes. Les autres produits de consommation courante suivront rapidement pour répercuter l’augmentation des coûts de production. Chez Osem, on explique que « depuis janvier 2011, le coût des matières premières dans le monde a flambé de plusieurs dizaines de pourcents, comme la farine, le mais et le soja; par ailleurs, le prix de l’énergie, de l’eau et les impôts locaux ont aussi augmenté sensiblement, ce qui a renchéri les coûts de production ».

Si les principaux accusés sont le sucre, le café, l’huile et la farine, les fabricants israéliens vont renchérir toute une ligne de produits alimentaires comme les soupes en poudre, les pâtes, les cornflakes, les plats cuisinés, la mayonnaise, etc. Chez Osem comme chez Unilever, les nouveaux tarifs entreront en vigueur le 1er novembre et ils refléteront une hausse allant de 3 à 6% selon les produits. De même, Coca-Cola vient d’annoncer une hausse de 5,7% du prix de tous ses produits dont la ligne comprend aussi les boissons gazeuses Sprite, Fanta et Kinley, ainsi que l’eau naturelle Neviot.

La faute aux élections ?

La hausse annoncée des prix des produits alimentaires fait des remous au sommet même de l’Etat. Fait exceptionnel, le Contrôleur de l’Etat est intervenu publiquement pour exprimer son mécontentement: Yossef Shapira vient de se dire scandalisé par l’ampleur des hausses annoncées et par le flou qui entoure le calcul des hausses de prix. Selon les calculs réalisés par ses services, le prix des produits alimentaires a augmenté de 10% entre 2005 et 2011 alors que, sur la même période, le revenu réel a stagné, ce qui a entraîné un recul du pouvoir d’achat. Récemment, le contrôleur Shapira avait recommandé au gouvernement une refonte de la méthode de calcul du prix du lait subventionné: aujourd’hui, il regrette que le renchérissement des produits laitiers ait été annoncé avant même que le système d’ajustement n’ait été revu.

Quant à Youval Steinitz, le ministre des Finances, il se dit convaincu que la baisse de droits de douanes et la concurrence des produits importés vont contribuer à ralentir la hausse des prix. Aujourd’hui, l’importation de produits laitiers supporte 150 à 200% de droits de douane. L’objectif du gouvernement est d’abaisser les taxes d’importation jusqu’à un taux maximal de 50%. Pour l’heure, le puissant lobby des agriculteurs a réussi à retarder toute baisse des droits de douane sur les produits laitiers importés. Et, la tenue d’élections anticipées devrait à nouveau ralentir la libéralisation des importations: les agriculteurs ont une influence importante sur les choix politiques des grands partis israéliens.

Jacques Bendelac (Jérusalem)

Plusieurs niches commerciales profitent du "printemps israélien" : cette année, le huitième jour de Pessah coïncide avec le lundi de Pâques. Le « réveil » de certains secteurs dope toute l’activité économique. La Fédération israélienne des Chambres de Commerce vient de dresser un bilan des ventes aux cours des cinq dernières semaines : les quatre semaines précédant Pessah ainsi que durant ...

Jacques Bendelac | Économie

La chancelière allemande Angela Merkel était en Israël récemment avec une délégation de 16 ministres pour préparer le cinquantième anniversaire des relations diplomatiques l'Allemagne et l'Etat hébreu, qui sera célébré en 2015. "Nous sommes venus ici avec la quasi-totalité de notre nouveau gouvernement et nous voulions vous montrer de cette façon qu'il existe une très forte amitié", a-t-elle dé...

Guillaume Sicard | Économie

Sept millions d’usagers moscovites et de touristes de la capitale russe utilisent quotidiennement unWi- Fi à haut débit “Made in Israël ” dans les célèbres métros de Moscou. La grande majorité d’entre eux ne le savent pas, et cependant, pour rester en contact avec le monde entier, tout en étant dans un sous-sol, l’opérateur Russe « Maksimatelekom » a fait appel à une entreprise israélienne r...

Natalia Benzaquen | Économie

Avec kikar habusiness retrouvez tous les semaines un podcast sur l'actualité économique en Israël. Une sélection hebdomadaire d'infos originales choisies sur Israel Valley et parmi les plus grands titres de la presse israélienne. COMMENT EXPLIQUER LE PRIX ÉLEVÉ DES DENRÉES ALIMENTAIRES? Israël impose des règles drastiques pour l'importation des produits alimentaires. Ils sont plus cher de ...

Fabrice Darmon | Économie

Le fond monétaire international, dans son rapport Perspectives de l'économie mondiale annonce que l'économie israélienne devrait croître de 3,5 % en 2015 ! Le rapport indique également qu'en 2014, la hausse sera de 3,2 % alors qu'il était de 3,4 % en 2013. Les prévisions du FMI sont plus optimistes que celles de la Banque d'Israël, qui prévoit une croissance de 3 % en 2015 ( 2,8% sans tenir...

IsraelValley Desk | Économie

Le robot-imprimante, fabriquée par ZuTa Labs, une start-up israélienne, a réussi à lever 80 % des 400 000 dollars requis pour son projet sur la plateforme de financement collaboratif Kickstarter, 3 jours et demi seulement après sa mise en ligne. Cela représente l’un des succès les plus rapides de l’histoire du site, explique Tuvia Elbaum, le PDG de ZuTA Labs. (The Times of Israel) La finance...

Times of Israel | Économie

Bonne nouvelle en ce qui concerne la StartUp nation. Selon le site Fortuneo (Copyrights) : "Standard & Poor’s a confirmé la notation souveraine "A+" d’Israël, assortie d’une perspective "stable". L’agence pense que l’amélioration budgétaire est sur de bons rails, et que le mouvement de consolidation des finances publiques va se poursuivre, tandis que le risque sécuritaire pour l’économie du pay...

IsraelValley Staff | Économie

Une nouvelle forme de marketing se développe rapidement en Israël: des boutiques éphémères apparaissent pour disparaître au bout de quelques jours. Une boutique éphémère (en anglais : pop up store, ou pop up shop) est une approche du marketing basée sur l’ouverture de points de vente pour de courtes durées. Le concept est similaire à un point de vente classique, mais de manière temporaire ...

Jacques Bendelac | Économie

Quel est le nom de cette firme qui réalise 72 millions d’euros de ventes, emploie 1 000 personnes et dont le travail de conception de costumes est fait en Israël ? Ses usines de fabrication sont en Chine, Birmanie, Vietnam, Égypte, Roumanie et Jordanie. Son nom ? Bagir. C'est l’un des plus importants fabricants de costumes sur le marché britannique. 12,5 % des Anglais portent un costume fabr...

IsraelValley Desk | Économie

Selon Nathalie Hamou, Correspondante à Tel-Aviv pour les Échos: "Les programmes « made in Tel-Aviv » continuent de séduire les diffuseurs du monde entier. A l’image de TF1 qui a acquis le quizz « Boom » lors du dernier MIP. Mis à l’honneur lors de la dernière édition du Marché international des programmes (MIP) qui s’est achevée le 9 avril, les programmes télé venant d’Israël continuent de s...

IsraelValley Desk | Économie

De 70 à 2 700 shekels: c’est la valeur du cadeau traditionnel de Pessah que les entreprises israéliennes ont accordé cette année à leurs salariés. À Pessah, le cadeau d’entreprise est devenu une tradition en Israël. Le patron s’associe souvent au comité d’entreprise pour offrir aux salariés un cadeau. Cette année, le marché du cadeau d’entreprise a fait un bon de 10% pour s’établir à 3,2 m...

Jacques Bendelac | Économie

Selon la presse aux USA, Wall Street : "SodaStream International bondit de 9,8%. Selon le site d'informations israélien Calcalist, le fabricant de machines à soda pour la maison négocie la cession d'une participation de 10 à 16% à un grand groupe qui pourrait être PepsiCo, Dr Pepper Snapple Group ou Starbucks". ISRAELVALLEY PLUS Le plus grand fabricant de boissons gazeuses au monde vient de...

IsraelValley Desk | Économie

Surprise.... Dubaï est candidat à l’installation d’une Grande Roue à Jérusalem, qui sera montée au Parc de l’Indépendance. Il y a quelques semaines, la mairie de Jérusalem a publié un appel d’offres pour l’installation d’une Grande Roue à Jérusalem. Une surprise attendait le département de la Culture et des Loisirs de la municipalité en ouvrant les enveloppes de l’appel d’offres. Sur les ...

Jacques Bendelac | Économie

The Chamber of Commerce & Industry Israel-France (CCIIF) and its President, Dr. Daniel Rouach, in cooperation with the Embassy of France in Israel, ESCP Europe and Tel Aviv University - Recanati Business School are pleased to invite you to the Transtech Conference - 5th Edition. The Conference strives to contribute to a better understanding of two management practices that are very relevant...

Matias Frydman (Tel Aviv) | Économie

Quelles ruses utilisent les grandes marques et les supermarchés pour paraître moins chères aux yeux du consommateur israélien? Voici les principales techniques utilisées par les trois grandes chaînes israéliennes: Shufersal, Mega et Rami Levy. *Des soldes pour attirer le chaland*. La stratégie du discount utilisée par les fabricants et les grandes surfaces fait preuve de son efficacité: arti...

J.B. | Économie