Oct 4

ISRAELVALLEY- SOUCCOT- SPÉCIAL AGRICULTURE. Le soutien public à l’agriculture n’a jamais été aussi bas en Israël: en 2011, il représentait 13% seulement du revenu agricole.

Authors picture

Jacques Bendelac, à Jérusalem | Économie

Headline image

Durant la période 2009 à 2011, le soutien public à l’agriculture en Israël est tombé à 13% des recettes agricoles totales, soit le niveau le plus bas qui ait jamais été enregistré. Telle est la conclusion d’une étude spéciale que vient de publier l’Organisation pour la Coopération et le Développement Economiques (OCDE) à Paris, et intitulée “Politiques agricoles: suivi et évaluation 2012”. Israël n’est pas le seul pays occidental qui ait réduit son aide aux agriculteurs: dans les pays de l’OCDE, le soutien public à l’agriculture en 2011 est tombé à 19% des recettes agricoles totales, soit le niveau le plus bas jamais enregistré. Les experts internationaux constatent que, depuis 1995, Israël a plus ou moins suivi le même rythme de réduction du soutien à l’agriculture que les pays membres de l’OCDE dans leur ensemble. Aussi son niveau de soutien représente-t-il toujours deux tiers environ de la moyenne OCDE.

Les instruments d’action n’ont pas changé

La réduction opérée dans le soutien à l’agriculture en Israël tient en partie à la poursuite des réformes intérieures et à une moindre protection aux frontières découlant d’accords bilatéraux de libéralisation des échanges. Par ailleurs, la hausse des prix enregistrée ces dernières années sur les marchés mondiaux a fait diminuer le poids relatif du soutien. Le rapport de l’OCDE en conclut qu’aucune modification n’a été apportée aux principaux instruments d’action en 2011. Depuis la fin des années 1980, Israël a progressivement réduit la portée des politiques fondées sur l’octroi de subventions, la planification centralisée des activités agricoles, l’attribution de quotas de production, le contrôle des prix et la protection à l’importation.

En revanche, les pouvoirs publics continuent d’intervenir dans la répartition des facteurs de production essentiels: les terres, l’eau et la main-d’œuvre étrangère. Certaines filières, notamment le lait ou les œufs, ont certes fait l’objet de réformes particulières, mais elles n’en continuent pas moins à bénéficier de prix garantis et de quotas visant à garantir leur rentabilité pour tous les producteurs. Des prix minimums sont également établis pour les producteurs de blé. Par ailleurs, plusieurs produits alimentaires de base, à commencer par les produits laitiers, les œufs et le pain, sont soumis à des contrôles des prix à la consommation.

Le mouvement social a eu des incidences limitées

En 2011, un mouvement social de grande ampleur contre la hausse des prix alimentaires, illustré en particulier par un boycott du « cottage cheese », a suscité une baisse des prix de détail des produits laitiers commercialisés par les compagnies monopolistiques de la filière, notamment Tnuva, ainsi que des changements à la direction de Tnuva. Le gouvernement a réagi en chargeant plusieurs commissions d’examiner la situation et de formuler des recommandations. La commission Trajtenberg a abordé des aspects très divers et avancé des propositions en faveur d’une réorganisation des priorités budgétaires et de réformes fiscales ayant des incidences très limitées sur le secteur agroalimentaire. Deux autres commissions, les commissions Kedmi, ont axé leurs travaux sur le secteur laitier et sur les prix alimentaires en général. Les propositions relatives au secteur laitier, soumises en août, visaient notamment à baisser le prix garanti du lait non transformé payé aux producteurs laitiers et à ouvrir partiellement le marché laitier aux importations.

Les réformes portant plus généralement sur les prix alimentaires passaient par des instruments faisant davantage jouer la concurrence, une plus grande exposition aux importations et des modifications d’infrastructure. Toutefois, en mars 2012, le gouvernement n’avait pas encore approuvé les premières conclusions concernant les prix alimentaires, et la Cour suprême avait décidé d’attendre l’audition publique pour se prononcer sur la réforme du secteur laitier. Pour l’instant, aucun changement de politique n’est donc intervenu à la suite des protestations, exception faite des légères baisses de tarifs d’importation.

Les niveaux de soutien sont variables selon les pays de l’OCDE

Il ressort du nouveau rapport de l’OCDE que les niveaux de soutien sont encore très variables selon les pays de l’OCDE. Durant la période qui va de 2009 à 2011, le niveau de soutien le plus faible a été enregistré par la Nouvelle-Zélande (1% seulement du revenu agricole), suivie de l’Australie (3%) et du Chili (4%). Les États-Unis (9%), le Mexique (12%), Israël (13%), le Canada (16%) ont également fourni un soutien inférieur à la moyenne de l’OCDE (19%).

Quant à l’Union européenne, elle a ramené son niveau de soutien à 20% du revenu agricole. A l’autre extrême, le soutien aux agriculteurs demeure relativement élevé en Islande (47%), en Corée (50%), au Japon (51%), en Suisse (56%) et en Norvège (60%). Il ressort également du rapport que le soutien total à l’agriculture en pourcentage du revenu national accuse un recul dans la zone de l’OCDE, puisqu’il est passé de 3% du PIB en moyenne sur la période 1986-1988 à moins de 1% sur la période 2009-2011. Cette tendance à la baisse peut être observée dans tous les pays de l’OCDE sur le long terme.

Jacques Bendelac (Jérusalem)

Changement de comportement des consommateurs. Depuis le dernier week-end, (exactement samedi soir), les Centres Commerciaux du Centre et du Sud d'Israël sont, pour certains, assez bien fréquentés (Ashdod, Ashkélone, Beersheva). Les Malls ("Canyons", mot utilisé en Israël pour parler des centres commerciaux très bien climatisés) du Sud d'Israël étaient quasiment vides durant les trois semain...

Eitan Koren (Tel Aviv) | Économie

Selon un fonctionnaire de l'Autorité de l'Aviation Civile Israélienne, Israël a besoin de la construction d'un deuxième aéroport pour pouvoir assurer un service complet du trafic aérien en temps de guerre. La leçon de la brève suspension de la plupart des vols internationaux, par les compagnies aériennes étrangères, la semaine dernière, doit être prise en considération. «La crise, qui a surg...

Avner Myers | Économie

Delta Galil, dont les ventes vont avoisiner 1 Milliard de dollars en 2014, fait partie des firmes qui représentent l'histoire économique du pays. L'entreprise semble en avoir terminé avec ses années noires (des pertes énormes). Les profits devraient être au rendez-vous pour 2014. Delta est spécial. On peut la classer dans le type de firmes qui "ne peuvent fermer un jour". Pas un israélien q...

Amiram Cohen-Zenou (Jerusalem) | Économie

Le magnat déchu devrait vendre sa villa d'Herlizya Pituah évaluée à 12 millions de dollars et pourrait recevoir également des fonds de son père et de ses amis. Nochi Dankner, qui a perdu le contrôle de son empire industriel IDB en janvier 2014, devrait passer le reste de sa vie à payer une partie des 400 à 500 millions de ...

Avner Myers | Économie

IsraelValley y était. Les premiers arrivés hier matin au nouveau siège de la Bourse de Tel Aviv étaient soucieux. Les bruits de guerre et les sirènes hantent les esprits de tous. Le magnifique bâtiment situé Ahuzat Bayit Street à deux pas de la Tour Shalom va devenir le centre névralgique de la vie économque d'Israël. Le bâtiment flambant neuf a coûté 350 millions de shekels, soit 70 million...

Eric Shiran (Tel Aviv) et Jacques Bendelac | Économie

Tous les ans nous faisons un copié-collé dans IsraelValley pour dire la même chose : le shekel et surévalué selon le Big Mac Index. Selon le dernier résultat de cet indice la monnaie israélienne se place en huitième position (après la Norvège, la Suisse) dans le monde comme monnaie surévaluée. Un Big Mac est vendu 17,50 shekel en Israël (un peu cher mais excellent !). Tout le calcul du jou...

Eyal Friedman (Tel Aviv) | Économie

Les récentes perturbations et annulations de vols ont causé des annulations de chambres d'hôtels avec des frais, voire le plus souvent en haute saison la perte totale du prix de la chambre. Or la start-up israélienne "Roomer" (https://www.roomertravel.com/), permet en ligne de vendre sa réservation de chambre à prix réduit à une autre personne. L'acheteur acquiert ainsi une chambre avec une ...

Lionel Bobot | Économie

Selon Globes et l'Israel Hotel Association, les pertes estimées sont de 500 Millions $ pour le secteur touristique israélien et plus particulièrement les hôtels. En effet, depuis le début du conflit les hôtels ont connu une chute de la fréquentation de près de 40% avec une perte enregistrée de 100 Millions $. Cett...

Lionel Bobot | Économie

Des scientifiques israéliens ont perfectionné une méthode qui utilise les infrastructures des téléphones mobiles pour créer une mesure météorologique plus précise. Cette méthode a déjà prouvé qu'elle pouvait produire un meilleur suivi des précipitations, qui peut être utilisé pour donner un préavis sur les dangers des conditions météorologiques comme sur les inondations. Cette découverte acc...

Iddo Genuth (i24News) | Économie

SPÉCIAL – Le Hamas a déjà perdu la guerre économique: l’opération Tsouk Eitan marquera le début d’un grand bond en arrière pour l’économie de Gaza. Si le conflit israélo-gazaoui n’est pas encore conclu, une chose est déjà sûre : le Hamas a déjà perdu la guerre économique dans la bande de Gaza. Son infrastructure souterraine est détruite et ses sources de revenus sont taries. Mais les destruc...

Jacques Bendelac | Économie

Au travers des images de la télévision, et avec un regard attentif, on peut s'en rendre compte. Sans aucun doute, cet activiste du Hamas qui rencontre un homme politique européen de premier plan est habillé avec un costume qui coûte plus de 2 000 euros sur les Champs-Elysées. Sa montre est une Rolex. Sa cravate st en soie. Ses chaussures des Westons. Lorsque un organe de presse comme Globes ...

Dan Rosh | Économie

Habituellement, lorsque les balles pleuvent, les risques augmentent et les traders réagissent. Cette fois, les choses sont différentes, mais la protection du shekel par le Dôme de Fer n'est pas la seule raison. Si l'on étudie attentivement la volatilité du shekel face au dollar américain le mois dernier, il n'y a rien d'inhabituel. Étrange? Depuis que le shekel est devenu une monnaie lib...

Avner Myers | Économie

La plupart des grandes compagnies internationales, comme Air France, ont mis un arrêt a tout vol vers Israël. Premier impact immédiat et majeur sur l'économie de l'Etat Hébreu : l'arrêt des visites des touristes étrangers dans les hôtels du pays. Des millions d'euros de pertes pour toute une industrie qui se voit obligée de se séparer d'une grande partie de son personnel. Deuxième impact : a...

Jonathan Friedman (Tel Aviv) | Économie

La banque privée basée à Zurich Julius Baer a annoncé lundi son intention d'acheter les activités de banque privée de la Banque Leumi au Luxembourg et en Suisse. Le deal porterait sur une somme de 70 millions de francs suisses (78 millions de dollars). Julius Baer est actuellement soumis à une enquête des autorités américaines qui soupçonnent la banque suisse d'aider de riches Américains à...

Avner Myers | Économie

Selon Globes et l'Israel Hotel Association (Association des Hoteliers d'Israel), 30 à 40% d'annulation de séjours de touristes étrangers dans les hôtels a été enregistré depuis le début de la crise en juillet. Cette chute se fait sentir notamment dans le Sud du pays mais aussi a Tel Aviv (-30%). Pour le Directeur de l'Israel Tourist and Travel As...

Lionel Bobot | Économie