Oct 4

ISRAELVALLEY- SOUCCOT- SPÉCIAL AGRICULTURE. Le soutien public à l’agriculture n’a jamais été aussi bas en Israël: en 2011, il représentait 13% seulement du revenu agricole.

Authors picture

Jacques Bendelac, à Jérusalem | Économie

Headline image

Durant la période 2009 à 2011, le soutien public à l’agriculture en Israël est tombé à 13% des recettes agricoles totales, soit le niveau le plus bas qui ait jamais été enregistré. Telle est la conclusion d’une étude spéciale que vient de publier l’Organisation pour la Coopération et le Développement Economiques (OCDE) à Paris, et intitulée “Politiques agricoles: suivi et évaluation 2012”. Israël n’est pas le seul pays occidental qui ait réduit son aide aux agriculteurs: dans les pays de l’OCDE, le soutien public à l’agriculture en 2011 est tombé à 19% des recettes agricoles totales, soit le niveau le plus bas jamais enregistré. Les experts internationaux constatent que, depuis 1995, Israël a plus ou moins suivi le même rythme de réduction du soutien à l’agriculture que les pays membres de l’OCDE dans leur ensemble. Aussi son niveau de soutien représente-t-il toujours deux tiers environ de la moyenne OCDE.

Les instruments d’action n’ont pas changé

La réduction opérée dans le soutien à l’agriculture en Israël tient en partie à la poursuite des réformes intérieures et à une moindre protection aux frontières découlant d’accords bilatéraux de libéralisation des échanges. Par ailleurs, la hausse des prix enregistrée ces dernières années sur les marchés mondiaux a fait diminuer le poids relatif du soutien. Le rapport de l’OCDE en conclut qu’aucune modification n’a été apportée aux principaux instruments d’action en 2011. Depuis la fin des années 1980, Israël a progressivement réduit la portée des politiques fondées sur l’octroi de subventions, la planification centralisée des activités agricoles, l’attribution de quotas de production, le contrôle des prix et la protection à l’importation.

En revanche, les pouvoirs publics continuent d’intervenir dans la répartition des facteurs de production essentiels: les terres, l’eau et la main-d’œuvre étrangère. Certaines filières, notamment le lait ou les œufs, ont certes fait l’objet de réformes particulières, mais elles n’en continuent pas moins à bénéficier de prix garantis et de quotas visant à garantir leur rentabilité pour tous les producteurs. Des prix minimums sont également établis pour les producteurs de blé. Par ailleurs, plusieurs produits alimentaires de base, à commencer par les produits laitiers, les œufs et le pain, sont soumis à des contrôles des prix à la consommation.

Le mouvement social a eu des incidences limitées

En 2011, un mouvement social de grande ampleur contre la hausse des prix alimentaires, illustré en particulier par un boycott du « cottage cheese », a suscité une baisse des prix de détail des produits laitiers commercialisés par les compagnies monopolistiques de la filière, notamment Tnuva, ainsi que des changements à la direction de Tnuva. Le gouvernement a réagi en chargeant plusieurs commissions d’examiner la situation et de formuler des recommandations. La commission Trajtenberg a abordé des aspects très divers et avancé des propositions en faveur d’une réorganisation des priorités budgétaires et de réformes fiscales ayant des incidences très limitées sur le secteur agroalimentaire. Deux autres commissions, les commissions Kedmi, ont axé leurs travaux sur le secteur laitier et sur les prix alimentaires en général. Les propositions relatives au secteur laitier, soumises en août, visaient notamment à baisser le prix garanti du lait non transformé payé aux producteurs laitiers et à ouvrir partiellement le marché laitier aux importations.

Les réformes portant plus généralement sur les prix alimentaires passaient par des instruments faisant davantage jouer la concurrence, une plus grande exposition aux importations et des modifications d’infrastructure. Toutefois, en mars 2012, le gouvernement n’avait pas encore approuvé les premières conclusions concernant les prix alimentaires, et la Cour suprême avait décidé d’attendre l’audition publique pour se prononcer sur la réforme du secteur laitier. Pour l’instant, aucun changement de politique n’est donc intervenu à la suite des protestations, exception faite des légères baisses de tarifs d’importation.

Les niveaux de soutien sont variables selon les pays de l’OCDE

Il ressort du nouveau rapport de l’OCDE que les niveaux de soutien sont encore très variables selon les pays de l’OCDE. Durant la période qui va de 2009 à 2011, le niveau de soutien le plus faible a été enregistré par la Nouvelle-Zélande (1% seulement du revenu agricole), suivie de l’Australie (3%) et du Chili (4%). Les États-Unis (9%), le Mexique (12%), Israël (13%), le Canada (16%) ont également fourni un soutien inférieur à la moyenne de l’OCDE (19%).

Quant à l’Union européenne, elle a ramené son niveau de soutien à 20% du revenu agricole. A l’autre extrême, le soutien aux agriculteurs demeure relativement élevé en Islande (47%), en Corée (50%), au Japon (51%), en Suisse (56%) et en Norvège (60%). Il ressort également du rapport que le soutien total à l’agriculture en pourcentage du revenu national accuse un recul dans la zone de l’OCDE, puisqu’il est passé de 3% du PIB en moyenne sur la période 1986-1988 à moins de 1% sur la période 2009-2011. Cette tendance à la baisse peut être observée dans tous les pays de l’OCDE sur le long terme.

Jacques Bendelac (Jérusalem)

La paix passera-t-elle par l’économie ? Israël vient de donner son accord pour l’ouverture d’une usine de Coca-Cola à Karni, dans la bande de Gaza. Malgré les menaces d’une troisième Intifada, deux investisseurs palestiniens viennent de recevoir toutes les autorisations pour l’installation d’une usine de Coca-Cola à Gaza. L’accord a été donné simultanément par les autorités israéliennes, p...

Jacques Bendelac | Économie

Le maire d'Ashkelon : «Bien que le déploiement de gardes de sécurité soit de la responsabilité du ministère de la Sécurité intérieure, j'ai décidé de placer à partir de demain (ndlr: jeudi) matin des gardes armés près de toutes les écoles maternelles adjacentes à des chantiers sur lesquels travaillent des ouvriers arabes», a-t-il ajouté. Le déploiement des gardes de sécurité sera financé par...

IsraelValley Desk | Économie

Israël pourrait exporter vers l'Egypte à partir de 2017, pour une durée de sept ans, via un nouveau pipeline. Les champs de gaz israéliens offshore Tamar pourrait bénéficier de nouvelles installations, estimées à 2 milliards de dollars, avec notamment un nouveau pipeline sous-marin construit pour l'exportation vers L'Egypte. Deux nouveaux puits et une plate-forme font également partie des pl...

i24News | Économie

Outbrain, société israélienne qui génère des suggestions d'articles automatiques pour des sites d'information, a conclu un accord avec Time Incorporated. Le contrat porte sur la fourniture exclusive de ce service pour les titres principaux du géant américain tels que Time.com et People.com. Time souhaite par cette collaboration renforcer sa stratégie digitale. Jusqu'à présent, l'éditeur américa...

Avner Myers | Économie

Ce 20 novembre est la Journée mondiale de l’Enfance ; l’occasion de faire le point sur la situation sociale et économique des enfants en Israël. La journée internationale des droits de l'enfant est la date anniversaire de la signature de la Convention internationale des droits de l'enfant le 20 novembre 1989 par 191 pays, Israël compris. Cette convention affirme qu'un enfant n'est pas seul...

Jacques Bendelac | Économie

SafeNet, société spécialisée dans la protection de données, a recensé entre juillet et septembre 2014 320 fuites majeures de données confidentielles dans le monde, un chiffre en hausse de 25% sur un an. Les services bancaires et financiers sont les plus touchés par le phénomène. SafeNet analyse, dans un communiqué au ton assez alarmiste, les informations tirées de son Breach Level Index, une...

IsraelValley Desk | Économie

La fédération syndicale israélienne (Histadrut) a lancé mardi un préavis de grève à l'échelle nationale. Elle exige du gouvernement une augmentation du salaire minimum de 1000 shekels (260 dollars) par mois. Cette augmentation serait de près de 25% supérieure au salaire minimum actuel qui s'élève à 4300 shekels (en vigueur depuis deux ans). Président de la Histadrout, Avi Nissenkorn explique...

Avner Myers | Économie

Success-Story : la chaîne de bar-café hiérosolymitaine s’internationalise. Elle va ouvrir un café en Finlande et lorgne sur toute la Scandinavie. Les frères Abouhatsira, Oshri (36 ans) et Eliran (35 ans), sont aux anges : leur enseigne de bar à gaufres Waffel-Bar, créée à Jérusalem il y a 14 ans, va étendre ses ramifications en Europe. C’est la rencontre entre les deux frères et un homme d...

Jacques Bendelac | Économie

Les Israéliens peuvent certes se plaindre au sujet du coût élevé de la vie, mais si vous êtes cadre dirigeant expatrié, déménager pour un emploi en Israël est une aubaine. C'est le résultat d'une étude menée par le cabinet d'avocats Herzog Fox & Neeman en partenariat avec l'entreprise Relocation Jobs, qui aide les multinationales en matière d'emploi en Israël. L'étude a comparé Israël à Hong...

Avner Myers | Économie

Julius Baer a attribué la progression de ses actifs sous gestion au rehaussement de sa participation dans le brésilien GPS, qui y a contribué à hauteur de 6 milliards de francs suisses. Quant aux avoirs totaux de la clientèle de Julius Baer, ils ont gonflé de 11% à 385 milliards. La performance reflète notamment la poursuite de l'intégration des activités de gestion de fortune internationale...

IsraelValley Desk | Économie

La croissance économique israélienne connait un ralentissement au troisième trimestre pour la première fois en cinq ans. Cette baisse coïncide avec l'opération militaire "Bordure protectrice" à Gaza, qui a duré deux mois l'été dernier, et qui a coûté à l'Etat hébreu plus de 2.5 milliards de dollars. Pour la période juillet-septembre, la croissance économique israélienne a reculé de 1.4% e...

i24News | Économie

Israël est le plus grand fournisseur de technologie et d’équipements militaires de la Chine, après la Russie. La Chine est également le troisième plus grand partenaire commercial d’Israël, avec un volume commercial annuel de 10 milliards de dollars. La Chine bénéficie de l’expertise d’Israël dans les domaines de la technologie militaire, de l’énergie solaire, de l’irrigation et de la désalinisa...

Albert Soued | Économie

La révolte actuelle des citoyens arabes d’Israël rappelle les émeutes de 2000. Quatorze ans après, leur intégration sociale s’est-elle améliorée ? Depuis quelques semaines, la violence n’implique pas seulement des Palestiniens de la Cisjordanie ; elle s’étend aussi aux Arabes d’Israël. Le scénario est connu : il est le même qui s’est déjà produit en septembre 2000. Une tension sur le Mont ...

Jacques Bendelac | Économie

Le top 10 des pays où l’on compte le plus de foyers millionnaires en proportion de la population, selon le rapport du Boston Consulting Group : 1/ Qatar (17,5%), 2/ Suisse (12,7%), 3/ Singapour (10,0%), 4/ Hong CKong (9,6%), 5/ Koweït (9,0), 6/ Bahreïn (5,9%), 7/ Etats-Unis (5,9%), 8/ Israël (4,6%), 9/ Taïwan (4,2%), 10/ Oman (3,7%) Le 11ème pays du classement est… la Belgique, avec 3,4% de ...

IsraelValley Desk | Économie

La société Wix, développeur de plate-forme de site web, basée à Tel Aviv, a déclaré la semaine dernière qu'elle fera de la publicité pour la première fois sur les ondes américaines à l'occasion du Super Bowl en Février. Le spot de 30 secondes, qui doit encore être produit, devrait coûter la modique somme de 4 millions de dollars. La raison est très simple: la compétition de football US bat ...

Avner Myers | Économie