Oct 4

ISRAELVALLEY- SOUCCOT- SPÉCIAL AGRICULTURE. Le soutien public à l’agriculture n’a jamais été aussi bas en Israël: en 2011, il représentait 13% seulement du revenu agricole.

Authors picture

Jacques Bendelac, à Jérusalem | Économie

Headline image

Durant la période 2009 à 2011, le soutien public à l’agriculture en Israël est tombé à 13% des recettes agricoles totales, soit le niveau le plus bas qui ait jamais été enregistré. Telle est la conclusion d’une étude spéciale que vient de publier l’Organisation pour la Coopération et le Développement Economiques (OCDE) à Paris, et intitulée “Politiques agricoles: suivi et évaluation 2012”. Israël n’est pas le seul pays occidental qui ait réduit son aide aux agriculteurs: dans les pays de l’OCDE, le soutien public à l’agriculture en 2011 est tombé à 19% des recettes agricoles totales, soit le niveau le plus bas jamais enregistré. Les experts internationaux constatent que, depuis 1995, Israël a plus ou moins suivi le même rythme de réduction du soutien à l’agriculture que les pays membres de l’OCDE dans leur ensemble. Aussi son niveau de soutien représente-t-il toujours deux tiers environ de la moyenne OCDE.

Les instruments d’action n’ont pas changé

La réduction opérée dans le soutien à l’agriculture en Israël tient en partie à la poursuite des réformes intérieures et à une moindre protection aux frontières découlant d’accords bilatéraux de libéralisation des échanges. Par ailleurs, la hausse des prix enregistrée ces dernières années sur les marchés mondiaux a fait diminuer le poids relatif du soutien. Le rapport de l’OCDE en conclut qu’aucune modification n’a été apportée aux principaux instruments d’action en 2011. Depuis la fin des années 1980, Israël a progressivement réduit la portée des politiques fondées sur l’octroi de subventions, la planification centralisée des activités agricoles, l’attribution de quotas de production, le contrôle des prix et la protection à l’importation.

En revanche, les pouvoirs publics continuent d’intervenir dans la répartition des facteurs de production essentiels: les terres, l’eau et la main-d’œuvre étrangère. Certaines filières, notamment le lait ou les œufs, ont certes fait l’objet de réformes particulières, mais elles n’en continuent pas moins à bénéficier de prix garantis et de quotas visant à garantir leur rentabilité pour tous les producteurs. Des prix minimums sont également établis pour les producteurs de blé. Par ailleurs, plusieurs produits alimentaires de base, à commencer par les produits laitiers, les œufs et le pain, sont soumis à des contrôles des prix à la consommation.

Le mouvement social a eu des incidences limitées

En 2011, un mouvement social de grande ampleur contre la hausse des prix alimentaires, illustré en particulier par un boycott du « cottage cheese », a suscité une baisse des prix de détail des produits laitiers commercialisés par les compagnies monopolistiques de la filière, notamment Tnuva, ainsi que des changements à la direction de Tnuva. Le gouvernement a réagi en chargeant plusieurs commissions d’examiner la situation et de formuler des recommandations. La commission Trajtenberg a abordé des aspects très divers et avancé des propositions en faveur d’une réorganisation des priorités budgétaires et de réformes fiscales ayant des incidences très limitées sur le secteur agroalimentaire. Deux autres commissions, les commissions Kedmi, ont axé leurs travaux sur le secteur laitier et sur les prix alimentaires en général. Les propositions relatives au secteur laitier, soumises en août, visaient notamment à baisser le prix garanti du lait non transformé payé aux producteurs laitiers et à ouvrir partiellement le marché laitier aux importations.

Les réformes portant plus généralement sur les prix alimentaires passaient par des instruments faisant davantage jouer la concurrence, une plus grande exposition aux importations et des modifications d’infrastructure. Toutefois, en mars 2012, le gouvernement n’avait pas encore approuvé les premières conclusions concernant les prix alimentaires, et la Cour suprême avait décidé d’attendre l’audition publique pour se prononcer sur la réforme du secteur laitier. Pour l’instant, aucun changement de politique n’est donc intervenu à la suite des protestations, exception faite des légères baisses de tarifs d’importation.

Les niveaux de soutien sont variables selon les pays de l’OCDE

Il ressort du nouveau rapport de l’OCDE que les niveaux de soutien sont encore très variables selon les pays de l’OCDE. Durant la période qui va de 2009 à 2011, le niveau de soutien le plus faible a été enregistré par la Nouvelle-Zélande (1% seulement du revenu agricole), suivie de l’Australie (3%) et du Chili (4%). Les États-Unis (9%), le Mexique (12%), Israël (13%), le Canada (16%) ont également fourni un soutien inférieur à la moyenne de l’OCDE (19%).

Quant à l’Union européenne, elle a ramené son niveau de soutien à 20% du revenu agricole. A l’autre extrême, le soutien aux agriculteurs demeure relativement élevé en Islande (47%), en Corée (50%), au Japon (51%), en Suisse (56%) et en Norvège (60%). Il ressort également du rapport que le soutien total à l’agriculture en pourcentage du revenu national accuse un recul dans la zone de l’OCDE, puisqu’il est passé de 3% du PIB en moyenne sur la période 1986-1988 à moins de 1% sur la période 2009-2011. Cette tendance à la baisse peut être observée dans tous les pays de l’OCDE sur le long terme.

Jacques Bendelac (Jérusalem)

Afin de venir en aide aux Iles Marshall qui souffrent d’une pénurie d’eau douce, le Ministère des Affaires étrangères d’Israël s’apprête à transférer un véhicule de désalinisation au petit état insulaire de l’Océan pacifique. Dans cette perspective, des représentants de G.A.L. Water Technologies Ltd., l’entreprise basée à Hadera responsable de la conception du véhicule mobile, ainsi que des ...

Silicon Wadi | Économie

Israël est un pays comme un autre. Je veux dire par là qu'un État n'est pas, par nature, philanthrope. Ainsi, il semble important de garder à l'esprit, lorsque l'on étudie les relations internationales, que « nous n'avons pas d'alliés éternels, et nous n'avons pas d'ennemis perpétuels. Nos intérêts sont éternels et perpétuels, et ce sont des intérêts qu'il est de notre devoir de suivre »(Lor...

Magali Allouche | Économie

ANALYSE – Vers des taux d’intérêt négatifs en Israël ? C’est la question que l’on peut se poser après la baisse du taux directeur à 0,1% seulement. En ce début mars 2015, la Banque d’Israël a créé l’évènement économique : le taux d’intérêt directeur est passé de 0,25% à 0,1%, soit pas très loin d’un taux nul, voire négatif. C’est la première baisse des taux en six mois en Israël, sur fond ...

Jacques Bendelac | Économie

Le nombre d'étrangers quittant le pays "reflète la détérioration des perspectives économiques en Russie" et le "signe" de l'isolement croissant du pays, selon le "Financial Times". Selon notre enquête réalisée en Israël, les investisseurs israéliens ne quittent pas la Russie. Selon tempsreel.nouvelobs.com : "La Russie fait face à une vague d'émigration presque incontrôlable. Selon le "Financ...

Dan Rosh (Tel Aviv) | Économie

Les menaces de licenciements ont conduit la Histadrout à lancer un préavis de grève générale pour les entreprises industrielles du Sud d’Israël. À seulement deux semaines des législatives israéliennes, la Confédération générale des Travailleurs (la Histadrout) déposé un préavis de grève générale ; celui-ci prendra effet dans quinze jours, soit à la veille des élections, dans toutes les ind...

Jacques Bendelac | Économie

Oupss, ça sent un peu le roussi pour Nutella en ce moment : si la célèbre pâte à tartiner est toujours très sollicitée dans nos placards, la marque traverse actuellement une période de bad buzz. En cause ? La censure appliquée par l’enseigne pour son projet « Dites-le-avec Nutella » via lequel les consommateurs peuvent personnaliser leur pot et y inscrire des messages. Oui mais voilà, certains ...

be.com | Économie

1. Les prix à la pompe vont connaitre une forte hausse Samedi soir, en augmentant de 0,38 NIS pour atteindre 6,46 NIS par litre. Cette hausse résulte de l’augmentation de 23,2% des prix du baril de brut lors du mois de Février. 2. Après deux déconnexions électriques à Naplouse et Jénine la semaine dernière pour cause d’impayés, le cabinet du Premier ministre a accepté de transférer à la com...

Coolamnews.com | Économie

Faut-il interdire en Israël les transferts budgétaires d’une administration à l’autre ? Les juges de la Cour suprême devront trancher. Un recours déposé devant la Cour suprême à Jérusalem par une députée travailliste met à jour une pratique courante en Israël : le gouvernement modifie la destination des crédits sans l’autorisation de la séance plénière de la Knesset ; la seule commission d...

Jacques Bendelac | Économie

Selon des données de la Banque mondiale, un cinquième de l’économie israélienne, soit 53 milliards de dollars, n’est pas déclaré. C’est deux fois plus qu’aux Etats-Unis, où cette part s’élève à 10%. D’après les statistiques de la Banque nationale suisse, les fonds déposés par des ressortissants de l’Etat hébreu en Suisse s’élevaient à 8,6 milliards de francs à la fin 2013. (letemps.ch) ISRAE...

IsraelValley Desk | Économie

En 2014, selon le FMI, le PIB par habitant d’Israël était de 33 300 dollars, contre 24 100 en 2005. Le pays se classe juste au-dessus de l’Espagne et juste en-dessous de l’Italie, de la Nouvelle-Zélande et de la Corée du Sud. Selon les chiffres préliminaires du Bureau central des statistiques en Israël, le PIB par habitant du pays a augmenté de 0,9 % en 2014. (Times of Israel) ISRAELVALLEY P...

Times of Israel | Économie

Crise du logement – 2.700 logements ont été vendus en Israël à des non-résidents en 2014 : c’est une baisse de 13% par rapport à l’année précédente. Alors que le Contrôleur de l’Etat publie un rapport accablant sur la politique du logement conduite en Israël au cours des sept dernières années, un autre rapport révèle le rôle des non-résidents sur le marché immobilier israélien. Il s’agi...

Jacques Bendelac | Économie

La monnaie israélienne a poursuivi sa chute dans la foulée de la baisse du taux directeur annoncé hier par la Banque d’Israël, à la surprise des analystes financiers. Le Shekel a perdu 1,63% face au Dollar, avec un taux de change de 3.9208 NIS pour un $,et la monnaie israélienne a perdu 1.85% face à l’Euro, à 4.4416 NIS pour un €. (coolamnews) ISRAELVALLEY PLUS. Selon les echos.fr (Copyrigh...

Coolamnews.com | Économie

Bonne nouvelle pour les familles israéliennes très endettées dont les factures d’eau s’accumulent: les coupures seront interdites à compter du 31 mars. Les compagnies israéliennes de distribution d’eau n’auront plus le droit de couper l’eau dans les logements pour cause de factures impayées : la commission de l’Économie de la Knesset s’est réunie exceptionnellement pour voter un amendement...

Jacques Bendelac | Économie

Des dizaines de pressoirs à olives ont été découverts dans le Golan, comme autant de preuves d'une présence juive dans la région depuis des millénaires. Il en est de même en Galilée, et dans le sud du pays. Résultats : de plus en plus de producteurs juifs suivent les traces de leurs ancêtres et se lancent dans la production d’huile d’olive pure dans la plus « pure » tradition. Le Plateau du...

Moshe Michael Tzoren | Économie

Selon lesechos.fr (Copyrights) : "La Banque d'Israël a annoncé lundi avoir réduit son taux d'intérêt directeur de 15 points de base à 0,10%, sa première baisse de taux en six mois sur fond de déflation persistante et de renforcement du shekel. Cette décision a surpris les marchés : 11 des 12 économistes interrogés par Reuters avant la décision anticipaient un statu quo. Le shekel s'est appré...

IsraelValley Desk | Économie