Oct 4

ISRAELVALLEY- SOUCCOT- SPÉCIAL AGRICULTURE. Le soutien public à l’agriculture n’a jamais été aussi bas en Israël: en 2011, il représentait 13% seulement du revenu agricole.

Authors picture

Jacques Bendelac, à Jérusalem | Économie

Headline image

Durant la période 2009 à 2011, le soutien public à l’agriculture en Israël est tombé à 13% des recettes agricoles totales, soit le niveau le plus bas qui ait jamais été enregistré. Telle est la conclusion d’une étude spéciale que vient de publier l’Organisation pour la Coopération et le Développement Economiques (OCDE) à Paris, et intitulée “Politiques agricoles: suivi et évaluation 2012”. Israël n’est pas le seul pays occidental qui ait réduit son aide aux agriculteurs: dans les pays de l’OCDE, le soutien public à l’agriculture en 2011 est tombé à 19% des recettes agricoles totales, soit le niveau le plus bas jamais enregistré. Les experts internationaux constatent que, depuis 1995, Israël a plus ou moins suivi le même rythme de réduction du soutien à l’agriculture que les pays membres de l’OCDE dans leur ensemble. Aussi son niveau de soutien représente-t-il toujours deux tiers environ de la moyenne OCDE.

Les instruments d’action n’ont pas changé

La réduction opérée dans le soutien à l’agriculture en Israël tient en partie à la poursuite des réformes intérieures et à une moindre protection aux frontières découlant d’accords bilatéraux de libéralisation des échanges. Par ailleurs, la hausse des prix enregistrée ces dernières années sur les marchés mondiaux a fait diminuer le poids relatif du soutien. Le rapport de l’OCDE en conclut qu’aucune modification n’a été apportée aux principaux instruments d’action en 2011. Depuis la fin des années 1980, Israël a progressivement réduit la portée des politiques fondées sur l’octroi de subventions, la planification centralisée des activités agricoles, l’attribution de quotas de production, le contrôle des prix et la protection à l’importation.

En revanche, les pouvoirs publics continuent d’intervenir dans la répartition des facteurs de production essentiels: les terres, l’eau et la main-d’œuvre étrangère. Certaines filières, notamment le lait ou les œufs, ont certes fait l’objet de réformes particulières, mais elles n’en continuent pas moins à bénéficier de prix garantis et de quotas visant à garantir leur rentabilité pour tous les producteurs. Des prix minimums sont également établis pour les producteurs de blé. Par ailleurs, plusieurs produits alimentaires de base, à commencer par les produits laitiers, les œufs et le pain, sont soumis à des contrôles des prix à la consommation.

Le mouvement social a eu des incidences limitées

En 2011, un mouvement social de grande ampleur contre la hausse des prix alimentaires, illustré en particulier par un boycott du « cottage cheese », a suscité une baisse des prix de détail des produits laitiers commercialisés par les compagnies monopolistiques de la filière, notamment Tnuva, ainsi que des changements à la direction de Tnuva. Le gouvernement a réagi en chargeant plusieurs commissions d’examiner la situation et de formuler des recommandations. La commission Trajtenberg a abordé des aspects très divers et avancé des propositions en faveur d’une réorganisation des priorités budgétaires et de réformes fiscales ayant des incidences très limitées sur le secteur agroalimentaire. Deux autres commissions, les commissions Kedmi, ont axé leurs travaux sur le secteur laitier et sur les prix alimentaires en général. Les propositions relatives au secteur laitier, soumises en août, visaient notamment à baisser le prix garanti du lait non transformé payé aux producteurs laitiers et à ouvrir partiellement le marché laitier aux importations.

Les réformes portant plus généralement sur les prix alimentaires passaient par des instruments faisant davantage jouer la concurrence, une plus grande exposition aux importations et des modifications d’infrastructure. Toutefois, en mars 2012, le gouvernement n’avait pas encore approuvé les premières conclusions concernant les prix alimentaires, et la Cour suprême avait décidé d’attendre l’audition publique pour se prononcer sur la réforme du secteur laitier. Pour l’instant, aucun changement de politique n’est donc intervenu à la suite des protestations, exception faite des légères baisses de tarifs d’importation.

Les niveaux de soutien sont variables selon les pays de l’OCDE

Il ressort du nouveau rapport de l’OCDE que les niveaux de soutien sont encore très variables selon les pays de l’OCDE. Durant la période qui va de 2009 à 2011, le niveau de soutien le plus faible a été enregistré par la Nouvelle-Zélande (1% seulement du revenu agricole), suivie de l’Australie (3%) et du Chili (4%). Les États-Unis (9%), le Mexique (12%), Israël (13%), le Canada (16%) ont également fourni un soutien inférieur à la moyenne de l’OCDE (19%).

Quant à l’Union européenne, elle a ramené son niveau de soutien à 20% du revenu agricole. A l’autre extrême, le soutien aux agriculteurs demeure relativement élevé en Islande (47%), en Corée (50%), au Japon (51%), en Suisse (56%) et en Norvège (60%). Il ressort également du rapport que le soutien total à l’agriculture en pourcentage du revenu national accuse un recul dans la zone de l’OCDE, puisqu’il est passé de 3% du PIB en moyenne sur la période 1986-1988 à moins de 1% sur la période 2009-2011. Cette tendance à la baisse peut être observée dans tous les pays de l’OCDE sur le long terme.

Jacques Bendelac (Jérusalem)

La banque Leumi semble abonnée aux mauvaises nouvelles provenant de New York. Selon la presse américaine l'établissement financier israélien devra payer une énorme amende et des frais importants. La banque serait coupable d'avoir aidé des américains à pratiquer l'évasion fiscale. La justice américaine ne fait aucun cadeau à l'entité financière. ISRAELVALLEY PLUS La banque israélienne Leum...

Yannick Danel | Économie

Les travaux de construction par une société publique chinoise du nouveau port privé à Ashdod ont commencé mardi, provoquant la grève des dockers du port de Haïfa qui s'opposent à cette étape dans le processus de privatisation du dispositif portuaire israélien. Le gouverment du Premier ministre Benjamin Netanyahu, qui cherche à briser le monopole des deux ports publics de Haïfa et Ashdod à tr...

i24News | Économie

C’est une véritable victoire pour l'industrie solaire israélienne, après deux ans d’attente, le Cabinet ministériel approuve enfin l’augmentation des quotas de puissance pour l’électricité produite à partir de panneaux photovoltaïques. Les producteurs d’énergie solaire photovoltaïque pourront atteindre les 300 MW PV. Le gouvernement a approuvé plusieurs projets dans le désert du Néguev : ...

Econostrum | Économie

L’activité économique de Jérusalem subit les conséquences du climat de violence : le commerce ralentit et le tourisme risque d’en payer le prix. Depuis l’été, les heurts entre jeunes palestiniens et policiers israéliens sont quasi quotidiens et rien ne laisse envisager un prochain retour à la normale. Le climat de violence, qui règne dans les quartiers-Est de Jérusalem, commence à se faire...

Jacques Bendelac | Économie

Malgré un ralentissement économique, Israël se maintient dans le Top 50 de l’édition 2015 de Doing Business, le classement édité par la Banque mondiale des pays les plus accueillants pour les entreprises. Dans l’édition 2015 de son classement annuel Doing Business, parmi les 189 pays passés à la loupe selon leur «facilité de faire des affaires», Israël est de loin juste après les Émirats ara...

Arié Azoulay | Économie

Étape par étape, la fin du secret bancaire approche également pour Israël. Le compte à rebours est lancé pour la généralisation de l'échange automatique d'information, l'arme jugée la plus efficace contre l'évasion fiscale. Selon (1) : "Ce mercredi, lors de la réunion annuelle du Forum mondial sur la transparence fiscale, cinquante pays, les premiers à s'être engagés à adopter ce nouveau st...

IsraelValley Desk | Économie

Selon lefigaro.fr : "Le géant des boissons non alcoolisées a signé un accord avec le spécialiste des boissons faites maison. Le titre Sodastream s'est envolé vendredi dernier en Bourse. PepsiCo (Pepsi, 7UP, Gatorade, Tropicana) a-t-il voulu copier son rival de toujours Coca-Cola ? La semaine dernière, le numéro 2 mondial des sodas a en effet annoncé avoir signé un accord avec le spécialiste isr...

IsraelValley Desk | Économie

6.000 shekels soit l’équivalent de 1.200 euros : c’est le salaire médian en Israël, c’est-à-dire le salaire que gagne un salarié israélien sur deux. Les écarts de salaire restent particulièrement ouverts en Israël ; telle est la conclusion d’un rapport de la Sécurité sociale publié hier à Jérusalem. Cette enquête inédite présente un panorama complet des salaires en Israël en 2012, dernière...

Jacques Bendelac | Économie

Tapis rouge pour l'Italie ? Les autorités israéliennes font des efforts réels (des propositions d'exonérations fiscales exceptionnelles) pour pousser le groupe Fiat à ouvrir un centre de recherche et développement dans le pays. Des délégations italiennes ont déjà visité l'Etat Hébreu plus d'une fois. Avec le temps, l'option de bâtir un centre de recherche à Tel Aviv semble de plus en plus r...

Ilan Friedman-Cohen | Économie

L’hiver sera chaud à la Knesset. De nombreux dossiers économiques attendent les députés qui rentrent de vacances : budget, coût de la vie, etc. Après de longues semaines de vacances estivales et religieuses, les députés israéliens retrouvent aujourd’hui leur siège dans l’hémicycle de la Knesset. La session d’hiver est traditionnellement chargée de dossiers économiques. La loi de finances p...

Jacques Bendelac | Économie

"Bits of Gold" devrait annoncer dans les prochains jours la grande nouvelle : l'aventure américaine devrait démarrer en trombe début novembre pour la startup israélienne experte du Bitcoin (transactions et technologies). Son jeune PDG devrait annoncer aux professionnels du secteur lors d'un évènement majeur qui se déroulera mardi à l'Université de Tel Aviv (Transtech5) le pas majeur de "Bit...

Eyal Dayan (Rehovot) | Économie

A New York, une campagne publicitaire lancée cet été et qui a duré jusqu'à mi-octobre n'est pas passée inaperçue. Pour combler son retard sur le marché par rapport à sa concurrente Sabra (67% du marché), la marque de houmous israélien Tribe a créé des affiches qu'elle a publiées dans les médias et accrochées dans les stations de métro. Ce ne sont pas les slogans à double sens («Si bon, il d...

Slate | Économie

310 125 étudiants israéliens prennent cette semaine le chemin d’un des 65 établissements d’enseignement supérieur: la majorité d’entre eux travaille. L’étudiant israélien de 2014 travaillera davantage, mais il aura aussi besoin de l’aide accrue de ses parents : ceux-ci accordent à leur enfant étudiant la somme moyenne de 16.497 shekels par an (3.500 euros) pour l’aider à boucler son budget...

Jacques Bendelac | Économie

Toutes les études le prouvent dans l'Etat hébreu : il va manquer cruellement dans les années à venir de jeunes ayant un niveau suffisant en mathématiques. La "Startup Nation" risque de s'effondrer sans ingénieurs et scientifiques de rang international. Comment réagir ? Intel, Sandisk, Marvell Israel, Microsoft, IBM, Qualcomm, Red Hat, Amdocs, eBay, et Philips s'associent dans un programme co...

Ilana Trajman | Économie

Ce n'est pas du tout par hasard si les touristes israéliens retournent au pays après avoir acheté des quantités énormes d'alcools à l'étranger. Exemple. Depuis quinze mois les prix de l'Absolut Vodka en Israël sont de +33%. La raison : des taxes sur l'alcool imposée par le Gouvernement pour renflouer les caisses de l'Etat. ISRAELVALLEY PLUS DANS NOS ARCHIVES. Après Brooklyn, Vancouver, Ista...

Ilan Friedman-Cohen | Économie