Oct 4

ISRAELVALLEY- SOUCCOT- SPÉCIAL AGRICULTURE. Le soutien public à l’agriculture n’a jamais été aussi bas en Israël: en 2011, il représentait 13% seulement du revenu agricole.

Authors picture

Jacques Bendelac, à Jérusalem | Économie

Headline image

Durant la période 2009 à 2011, le soutien public à l’agriculture en Israël est tombé à 13% des recettes agricoles totales, soit le niveau le plus bas qui ait jamais été enregistré. Telle est la conclusion d’une étude spéciale que vient de publier l’Organisation pour la Coopération et le Développement Economiques (OCDE) à Paris, et intitulée “Politiques agricoles: suivi et évaluation 2012”. Israël n’est pas le seul pays occidental qui ait réduit son aide aux agriculteurs: dans les pays de l’OCDE, le soutien public à l’agriculture en 2011 est tombé à 19% des recettes agricoles totales, soit le niveau le plus bas jamais enregistré. Les experts internationaux constatent que, depuis 1995, Israël a plus ou moins suivi le même rythme de réduction du soutien à l’agriculture que les pays membres de l’OCDE dans leur ensemble. Aussi son niveau de soutien représente-t-il toujours deux tiers environ de la moyenne OCDE.

Les instruments d’action n’ont pas changé

La réduction opérée dans le soutien à l’agriculture en Israël tient en partie à la poursuite des réformes intérieures et à une moindre protection aux frontières découlant d’accords bilatéraux de libéralisation des échanges. Par ailleurs, la hausse des prix enregistrée ces dernières années sur les marchés mondiaux a fait diminuer le poids relatif du soutien. Le rapport de l’OCDE en conclut qu’aucune modification n’a été apportée aux principaux instruments d’action en 2011. Depuis la fin des années 1980, Israël a progressivement réduit la portée des politiques fondées sur l’octroi de subventions, la planification centralisée des activités agricoles, l’attribution de quotas de production, le contrôle des prix et la protection à l’importation.

En revanche, les pouvoirs publics continuent d’intervenir dans la répartition des facteurs de production essentiels: les terres, l’eau et la main-d’œuvre étrangère. Certaines filières, notamment le lait ou les œufs, ont certes fait l’objet de réformes particulières, mais elles n’en continuent pas moins à bénéficier de prix garantis et de quotas visant à garantir leur rentabilité pour tous les producteurs. Des prix minimums sont également établis pour les producteurs de blé. Par ailleurs, plusieurs produits alimentaires de base, à commencer par les produits laitiers, les œufs et le pain, sont soumis à des contrôles des prix à la consommation.

Le mouvement social a eu des incidences limitées

En 2011, un mouvement social de grande ampleur contre la hausse des prix alimentaires, illustré en particulier par un boycott du « cottage cheese », a suscité une baisse des prix de détail des produits laitiers commercialisés par les compagnies monopolistiques de la filière, notamment Tnuva, ainsi que des changements à la direction de Tnuva. Le gouvernement a réagi en chargeant plusieurs commissions d’examiner la situation et de formuler des recommandations. La commission Trajtenberg a abordé des aspects très divers et avancé des propositions en faveur d’une réorganisation des priorités budgétaires et de réformes fiscales ayant des incidences très limitées sur le secteur agroalimentaire. Deux autres commissions, les commissions Kedmi, ont axé leurs travaux sur le secteur laitier et sur les prix alimentaires en général. Les propositions relatives au secteur laitier, soumises en août, visaient notamment à baisser le prix garanti du lait non transformé payé aux producteurs laitiers et à ouvrir partiellement le marché laitier aux importations.

Les réformes portant plus généralement sur les prix alimentaires passaient par des instruments faisant davantage jouer la concurrence, une plus grande exposition aux importations et des modifications d’infrastructure. Toutefois, en mars 2012, le gouvernement n’avait pas encore approuvé les premières conclusions concernant les prix alimentaires, et la Cour suprême avait décidé d’attendre l’audition publique pour se prononcer sur la réforme du secteur laitier. Pour l’instant, aucun changement de politique n’est donc intervenu à la suite des protestations, exception faite des légères baisses de tarifs d’importation.

Les niveaux de soutien sont variables selon les pays de l’OCDE

Il ressort du nouveau rapport de l’OCDE que les niveaux de soutien sont encore très variables selon les pays de l’OCDE. Durant la période qui va de 2009 à 2011, le niveau de soutien le plus faible a été enregistré par la Nouvelle-Zélande (1% seulement du revenu agricole), suivie de l’Australie (3%) et du Chili (4%). Les États-Unis (9%), le Mexique (12%), Israël (13%), le Canada (16%) ont également fourni un soutien inférieur à la moyenne de l’OCDE (19%).

Quant à l’Union européenne, elle a ramené son niveau de soutien à 20% du revenu agricole. A l’autre extrême, le soutien aux agriculteurs demeure relativement élevé en Islande (47%), en Corée (50%), au Japon (51%), en Suisse (56%) et en Norvège (60%). Il ressort également du rapport que le soutien total à l’agriculture en pourcentage du revenu national accuse un recul dans la zone de l’OCDE, puisqu’il est passé de 3% du PIB en moyenne sur la période 1986-1988 à moins de 1% sur la période 2009-2011. Cette tendance à la baisse peut être observée dans tous les pays de l’OCDE sur le long terme.

Jacques Bendelac (Jérusalem)

Encore une startup israélienne avalée par HP. Contextream est une firme née dans la Startup Nation qui va compléter harmonieusement l'offre de HP en matière de software (software-defined networking (SDN) and network-function virtualization (NFV). Cotextream va ainsi être totalement absorbée par le Groupe américain qui mène une veille technologique très affinée dans le pays. Les 5 premières soci...

Yotan Frishman (Tel Aviv) | Économie

Aujourd’hui le comité de liaison chargé de l’aide internationale aux Palestiniens se réunit: seul un tiers des promesses d’aide à Gaza a été versé. Pas moins de trois rapports internationaux consacrés à la situation économique des territoires palestiniens, et de Gaza en particulier, ont été publiés ces jours-ci : ils seront tous soumis au comité de liaison ad hoc (ou Ad Hoc Liaison Committ...

Jacques Bendelac | Économie

C'est bien connu. Le malheur des uns, fait le bonheur des autres. En Israël, les banques sont tout a fait disposées à accepter en toute discrétion (mais dans la légalité absolue) les milliards des grosses fortune de Grèce qui quittent le pays à une vitesse vertigineuse. Pour l'instant sans grand succès. Israelvalley a interrogé des banquiers israéliens sur "un état des lieux sur la fraude ...

Youval Kaplish (Ariel) | Économie

Le fisc américain, l’Internal Revenue Service (IRS), a été victime, mardi 26 mai, d’un piratage informatique qui s’est soldé par le vol des données fiscales de quelque 100 000 contribuables. En Israël, le fisc utilise les technologies et firewall les plus solides pour éviter un piratage. Tous les services publics et banques israéliens ont été attaqués avec violence par des hackers palestini...

Dan Rosh (Tel Aviv) | Économie

Après la vente très courante de firmes du high tech à des firmes étrangères, un nouveau trend semble se dessiner en Israël : des entreprises "low tech" sont en vente (Tnouva, vendue à des Chinois)). Keter fait partie des fleurons israéliens du low-tech qui devrait être vendu dans les prochains mois pour pas moins de $2 Milliards. Apax Partners et Markstone avaient dans le passé approché Ket...

Dan Rosh (Tel Aviv) | Économie

En un temps record, EasyJet a gagné des parts de marché exceptionnelles en Israël. La guerre du low cost oblige des frères ennemis israéliens à se rapprocher. Voire fusionner. FUSION ? Les trois Airbus 320 de ISRAIR (pertes de $4,8 Millions en 2014) vont-ils passer sous la coupe de El Al ? Selon le Haaretz cela pourrait être le cas. Le journal annonce que la Compagnie El Al va fusionner ave...

Dan Assayah (Tel-Aviv) | Économie

Le directeur de l'autorité antitrust israélienne a démissionné en raison du refus du gouvernement de Benjamin Netanyahu de casser un monopole sur le marché du gaz extrait en Méditerranée, selon le texte d'une lettre rendue publique lundi. David Gilo a envoyé une lettre de démission au ministre de l'Economie Arye Deri dans laquelle il exprime son opposition au refus du gouvernement de remettr...

Agence France-Presse. | Économie

Le nouveau Ministre de l'Economie, Moshé Kahlon, souhaite augmenter la taxe d'acquisition à partir du second appartement de 5 à 20%. Après la remise à plat des exonérations sur la plus value et la hausse sur la taxe d'acquisition, les investisseurs et les particuliers voient d'un œil inquiet cette nouvelle mesure. La hausse des droits d’acquisition comme remède à la hausse des prix ? Au m...

Emmanuel Charbit (Avocat) | Économie

Une grande partie du travail dans la promotion de liens entre Israël et le Canada est réalisée par la Fondation pour la recherche et le développement industriels Canada-Israël (CIIRDF). La forte relation technologique du Canada avec Israël fait des merveilles des deux côtés, selon le CIIRDF. L’organisation a été créée en 1994, et depuis lors, a financé plus de 90 partenariats technologiques bil...

Times of Israel | Économie

L’Allemagne est aujourd’hui le plus important partenaire européen d’Israël. La force des relations économiques, scientifiques et militaires tissées depuis cinquante ans entre les deux pays reflète le caractère spécifique de cette bilatéralité née « de l’enfer le plus noir de l’Histoire » Flash-back. « Ces cinq dernières décennies ont montré combien l’Allemagne s’était investie pour assurer à...

Caroll Azoulay (A.J) | Économie

Avec 6 547 Français qui ont émigré en Israël en 2014, la France est le premier pourvoyeur d'immigrants à Israël, devançant l’Ukraine et la Russie. En 2014, ce sont 24 112 nouveaux immigrants de toutes origines qui se sont installés en Israël, soit 43% de plus que l’année précédente. C’est ce qu’il ressort des chiffres officiels de l'immigration qui viennent d'être publiés par l’Institut de...

Jacques Bendelac | Économie

Alstom Israël aurait, selon le journal économique Globes, l'intention d'attaquer les Autorités israéliennes (Israel Railways), qui n'appliqueraient pas les règles d'un appel d'offres international sur l'électrification du rail israélien. Le Canadien Bombardier semble être sur la même longueur d'ondes avec le géant Français. Les Chinois CNR et CSR qui ont fusionné depuis peu (ce qui aurait dû...

Ilan Friedman (Tel Aviv) | Économie

Le consortium Strauss est présent sur 11 segments d’activités dont surtout les produits laitiers avec 14 000 employés dans 22 pays et plus de 8 milliards de shekels de chiffre d’affaires, dont près de la moitié en Israël (1). Strauss contrôle 12% du marché israélien de l’agroalimentaire. Ses produits phares sont le café et les salades préparées, dont le célèbre houmous. En 2014, le groupe S...

IsraelValley Desk | Économie

Mahmoud Abbas et Shimon Péres se sont rencontrés au Forum économique du Moyen-Orient et de l’Afrique du Nord qui se tenait en Jordanie. Abbas a expliqué que "la communauté internationale conservera la motivation d’implanter une solution à deux états pour résoudre le conflit arabo-israélien". Péres a déclaré à la tribune que la majorité des Israéliens sont favorables à une solution à deux Etats....

Jo Zisman (JSS News) | Économie

L’usine Touv Taam de Dimona rique de fermer. L’usine créée il y a 15 ans, emploie 70 personnes et produit quelque 15 000 plats alimentaires par jour, livrés dans des écoles et bureaux gouvernementaux. En 2009, le ministère de l’Économie avait demandé à l’administration domaniale israélienne d’accorder un terrain exempté de taxes à l’usine pour construire un édifice de 12 000 m², devant comprend...

IsraPresse | Économie