Oct 4

ISRAELVALLEY- SOUCCOT- SPÉCIAL AGRICULTURE. Le soutien public à l’agriculture n’a jamais été aussi bas en Israël: en 2011, il représentait 13% seulement du revenu agricole.

Authors picture

Jacques Bendelac, à Jérusalem | Économie

Headline image

Durant la période 2009 à 2011, le soutien public à l’agriculture en Israël est tombé à 13% des recettes agricoles totales, soit le niveau le plus bas qui ait jamais été enregistré. Telle est la conclusion d’une étude spéciale que vient de publier l’Organisation pour la Coopération et le Développement Economiques (OCDE) à Paris, et intitulée “Politiques agricoles: suivi et évaluation 2012”. Israël n’est pas le seul pays occidental qui ait réduit son aide aux agriculteurs: dans les pays de l’OCDE, le soutien public à l’agriculture en 2011 est tombé à 19% des recettes agricoles totales, soit le niveau le plus bas jamais enregistré. Les experts internationaux constatent que, depuis 1995, Israël a plus ou moins suivi le même rythme de réduction du soutien à l’agriculture que les pays membres de l’OCDE dans leur ensemble. Aussi son niveau de soutien représente-t-il toujours deux tiers environ de la moyenne OCDE.

Les instruments d’action n’ont pas changé

La réduction opérée dans le soutien à l’agriculture en Israël tient en partie à la poursuite des réformes intérieures et à une moindre protection aux frontières découlant d’accords bilatéraux de libéralisation des échanges. Par ailleurs, la hausse des prix enregistrée ces dernières années sur les marchés mondiaux a fait diminuer le poids relatif du soutien. Le rapport de l’OCDE en conclut qu’aucune modification n’a été apportée aux principaux instruments d’action en 2011. Depuis la fin des années 1980, Israël a progressivement réduit la portée des politiques fondées sur l’octroi de subventions, la planification centralisée des activités agricoles, l’attribution de quotas de production, le contrôle des prix et la protection à l’importation.

En revanche, les pouvoirs publics continuent d’intervenir dans la répartition des facteurs de production essentiels: les terres, l’eau et la main-d’œuvre étrangère. Certaines filières, notamment le lait ou les œufs, ont certes fait l’objet de réformes particulières, mais elles n’en continuent pas moins à bénéficier de prix garantis et de quotas visant à garantir leur rentabilité pour tous les producteurs. Des prix minimums sont également établis pour les producteurs de blé. Par ailleurs, plusieurs produits alimentaires de base, à commencer par les produits laitiers, les œufs et le pain, sont soumis à des contrôles des prix à la consommation.

Le mouvement social a eu des incidences limitées

En 2011, un mouvement social de grande ampleur contre la hausse des prix alimentaires, illustré en particulier par un boycott du « cottage cheese », a suscité une baisse des prix de détail des produits laitiers commercialisés par les compagnies monopolistiques de la filière, notamment Tnuva, ainsi que des changements à la direction de Tnuva. Le gouvernement a réagi en chargeant plusieurs commissions d’examiner la situation et de formuler des recommandations. La commission Trajtenberg a abordé des aspects très divers et avancé des propositions en faveur d’une réorganisation des priorités budgétaires et de réformes fiscales ayant des incidences très limitées sur le secteur agroalimentaire. Deux autres commissions, les commissions Kedmi, ont axé leurs travaux sur le secteur laitier et sur les prix alimentaires en général. Les propositions relatives au secteur laitier, soumises en août, visaient notamment à baisser le prix garanti du lait non transformé payé aux producteurs laitiers et à ouvrir partiellement le marché laitier aux importations.

Les réformes portant plus généralement sur les prix alimentaires passaient par des instruments faisant davantage jouer la concurrence, une plus grande exposition aux importations et des modifications d’infrastructure. Toutefois, en mars 2012, le gouvernement n’avait pas encore approuvé les premières conclusions concernant les prix alimentaires, et la Cour suprême avait décidé d’attendre l’audition publique pour se prononcer sur la réforme du secteur laitier. Pour l’instant, aucun changement de politique n’est donc intervenu à la suite des protestations, exception faite des légères baisses de tarifs d’importation.

Les niveaux de soutien sont variables selon les pays de l’OCDE

Il ressort du nouveau rapport de l’OCDE que les niveaux de soutien sont encore très variables selon les pays de l’OCDE. Durant la période qui va de 2009 à 2011, le niveau de soutien le plus faible a été enregistré par la Nouvelle-Zélande (1% seulement du revenu agricole), suivie de l’Australie (3%) et du Chili (4%). Les États-Unis (9%), le Mexique (12%), Israël (13%), le Canada (16%) ont également fourni un soutien inférieur à la moyenne de l’OCDE (19%).

Quant à l’Union européenne, elle a ramené son niveau de soutien à 20% du revenu agricole. A l’autre extrême, le soutien aux agriculteurs demeure relativement élevé en Islande (47%), en Corée (50%), au Japon (51%), en Suisse (56%) et en Norvège (60%). Il ressort également du rapport que le soutien total à l’agriculture en pourcentage du revenu national accuse un recul dans la zone de l’OCDE, puisqu’il est passé de 3% du PIB en moyenne sur la période 1986-1988 à moins de 1% sur la période 2009-2011. Cette tendance à la baisse peut être observée dans tous les pays de l’OCDE sur le long terme.

Jacques Bendelac (Jérusalem)

Les compagnies Internet implantées en Israël devraient commencer à payer des impôts, dont une TVA et des impôts sur les revenus. L’Autorité fiscale d'Israël a travaillé sur ces nouvelles règles pendant des mois, en réponse aux critiques et à un procès qui affirmait dans son plaidoyer que les sites web israéliens payaient leurs impôts alors que les multinationales comme Facebook, Google, Amazon,...

Times of Israel | Économie

Analyse. De bons indicateurs économiques attendent le prochain ministre des Finances: une dette publique réduite, une croissance du PIB soutenu, etc. Tout juste sorti de festivités de son soixante-septième anniversaire, Israël est reparti à la recherche d'une coalition gouvernementale. L'homme qui prendra les rênes des Finances, Moshe Kahlon, bénéficiera d’un environnement macro-économique...

Jacques Bendelac | Économie

200 des 2 000 Israéliens présents au Népal à l’heure du séisme n’ont pas encore contacté leurs familles ou l’ambassade d’Israël sur place. Le Népal est une destination très recherchée par les touristes israéliens de tous âges. Au moment du séisme, on pouvait estimer que 2.000 Israéliens se trouvaient sur place. Plusieurs dizaines d’entre eux étaient toujours isolées ce dimanche matin, sans...

Jacques Bendelac | Économie

Tsahal a entamé les premiers préparatifs pour envoyer sur place un hôpital de campagne et une première équipe de secours qui évaluera les besoins. Le Népal est un pays très prisé par les touristes israéliens de tous âges. Au moment du séisme, on pouvait estimer que 2.000 Israéliens se trouvaient sur place. Plusieurs dizaines d’entre eux étaient toujours isolées ce samedi soir, sans doute e...

Jacques Bendelac | Économie

Shimon Peres renonce à son contrat avec la banque Hapoalim, qui avait fait appel à l'ex-dirigeant pour sa promotion sur les marchés financiers internationaux en contrepartie d'honoraires s'élevant à 30 000 dollars (28 000 euros) par mois, a-t-il déclaré jeudi lors d'une interview pour la deuxième chaîne israélienne. "Il est important pour moi de préserver la confiance que le public a en moi"...

i24News | Économie

L’Israélien se plaint régulièrement de payer trop d’impôt: un rapport de l’OCDE révèle que la charge fiscale en Israël est particulièrement faible. Israël a adhéré à l’OCDE en 2009. Depuis plus de six ans, l’Organisation pour la Coopération et le Développement Économiques publie régulièrement des données qui permettent de situer Israël parmi les autres pays occidentaux. La dernière en date...

Jacques Bendelac | Économie

EDITORIAL. Les multinationales françaises du CAC 40 ont encore bien du mal à ignorer où résister au boycott illégal du BDS vis à vis d'Israël. Des fleurons Français "évitent" encore soigneusement de travailler en profondeur en Israël où se retirent discrètement. Ils n'avouent jamais le facteur essentiel de leur départ : la peur du boycott. Inutile de dresser une "liste noire" des firmes de ...

Daniel Rouach | Économie

Yom Haatsmaout est une période faste pour l’économie israélienne ; les commerçants jouent sur la fibre patriotique des Israéliens pour vendre. Les commerçants israéliens le savent et ils en profitent : les Israéliens ont dépensé sans compter pour fêter aujourd’hui, et comme il se dit doit, Yom Haatsmaout, la journée de l’Indépendance d’Israël. Plusieurs semaines avant la fête, les étagères...

Jacques Bendelac | Économie

Nathalie Hamou, Les Echos (copyrights) : "L'oligarque propriétaire du Chelsea FC mise sur IsraëlRoman Abramovitch a injecté 15 milli. ons de dollars dans l'application Music Messenger. Son cinquième investissement dans une start-up israélienne. L'oligarque russe Roman Abramovitch creuse le sillon des technologies israéliennes. Depuis environ un an, pas un mois ne s'écoule sans que le proprié...

Nathalie Hamou, Les Echos | Économie

Le magazine francophone israélien Hamodia consacre un long article aux firmes Allemandes durant la seconde guerre mondiale. Hamodia : "À Wurtemberg (sud-ouest de l’Allemagne), en 1931, Hugo Ferdinand Boss, fondateur de l’atelier de confection du même nom, adhère au NSDAP, ce qui lui permet de travailler avec l’armée de 1933 à 1945 : fabrication des uniformes militaires, notamment ceux des SS, d...

Hamodia | Économie

Les Israéliens célébreront demain les 67 ans de leur pays. Au cours de la dernière année, la population du pays a dépassé les 8,3 millions d’âmes. 8 345 000 Israéliens se souviennent aujourd’hui, dans la douleur, des soldats morts pendant les guerres. Demain, ils fêteront, dans le bonheur, le jour de l’Indépendance d’Israël. Depuis le Yom Haatsmaout précédent, la population israélienne a a...

Jacques Bendelac | Économie

INVITATION. L'institut pour l'innovation et la compétitivité - i7 de ESCP Europe et la CCI de Paris ont le plaisir de vous inviter au colloque "L'Europe, terre d'innovation" le 11 mai de 17h00 à 20h00 à ESCP Europe - campus de Paris / Amphi Vital Roux Animé par Delphine Manceau,Directrice de la division corporate et Professeur à ESCP Europe et Pascal Morand, Directeur général adjoint, charg...

IsraelValley Desk | Économie

ET Solutions AG, a été sélectionnée pour fournir des services d'ingénierie, d'achat et de construction clé en main pour une centrale solaire de 50 MWp en Israël, aux côtés des partenaires locaux G-Systems et El-Mor Group. Le projet se trouve à 20 km au nord-ouest de l'ancienne ville portuaire d'Ashqelon et sera construit sur 60 hectares de terres semi-désertiques. La nouvelle installation ph...

IsraelValley Desk | Économie

Shimon Pérès était à la recherche d’un emploi après avoir quitté la présidence d’Israël en Septembre dernier, et aux dernières nouvelles il a finalement obtenu une offre sympathique. Selon The Marker, M. Pérès a récemment signé un contrat avec la banque Hapoalim, dans lequel il sera payé 30 000 $ par mois pour aider à promouvoir les affaires de la banque. Un conseiller de l’ancien président...

Coolamnews.com | Économie

ANALYSE – À 67 ans, l’Israélien prend sa retraite. Pour l’économie d’Israël, c’est un nouveau départ: une année de protestation contre la vie chère. Qui a dit que le « printemps arabe » avait épargné la société israélienne ? Si Israël compte 8 millions de sujets, ce sont autant de sujets de mécontentement. À 67 ans, l’économie israélienne entre dans sa phase de maturité ; si les réseaux soci...

Jacques Bendelac | Économie