Oct 4

ISRAELVALLEY- SOUCCOT- SPÉCIAL AGRICULTURE. Le soutien public à l’agriculture n’a jamais été aussi bas en Israël: en 2011, il représentait 13% seulement du revenu agricole.

Authors picture

Jacques Bendelac, à Jérusalem | Économie

Headline image

Durant la période 2009 à 2011, le soutien public à l’agriculture en Israël est tombé à 13% des recettes agricoles totales, soit le niveau le plus bas qui ait jamais été enregistré. Telle est la conclusion d’une étude spéciale que vient de publier l’Organisation pour la Coopération et le Développement Economiques (OCDE) à Paris, et intitulée “Politiques agricoles: suivi et évaluation 2012”. Israël n’est pas le seul pays occidental qui ait réduit son aide aux agriculteurs: dans les pays de l’OCDE, le soutien public à l’agriculture en 2011 est tombé à 19% des recettes agricoles totales, soit le niveau le plus bas jamais enregistré. Les experts internationaux constatent que, depuis 1995, Israël a plus ou moins suivi le même rythme de réduction du soutien à l’agriculture que les pays membres de l’OCDE dans leur ensemble. Aussi son niveau de soutien représente-t-il toujours deux tiers environ de la moyenne OCDE.

Les instruments d’action n’ont pas changé

La réduction opérée dans le soutien à l’agriculture en Israël tient en partie à la poursuite des réformes intérieures et à une moindre protection aux frontières découlant d’accords bilatéraux de libéralisation des échanges. Par ailleurs, la hausse des prix enregistrée ces dernières années sur les marchés mondiaux a fait diminuer le poids relatif du soutien. Le rapport de l’OCDE en conclut qu’aucune modification n’a été apportée aux principaux instruments d’action en 2011. Depuis la fin des années 1980, Israël a progressivement réduit la portée des politiques fondées sur l’octroi de subventions, la planification centralisée des activités agricoles, l’attribution de quotas de production, le contrôle des prix et la protection à l’importation.

En revanche, les pouvoirs publics continuent d’intervenir dans la répartition des facteurs de production essentiels: les terres, l’eau et la main-d’œuvre étrangère. Certaines filières, notamment le lait ou les œufs, ont certes fait l’objet de réformes particulières, mais elles n’en continuent pas moins à bénéficier de prix garantis et de quotas visant à garantir leur rentabilité pour tous les producteurs. Des prix minimums sont également établis pour les producteurs de blé. Par ailleurs, plusieurs produits alimentaires de base, à commencer par les produits laitiers, les œufs et le pain, sont soumis à des contrôles des prix à la consommation.

Le mouvement social a eu des incidences limitées

En 2011, un mouvement social de grande ampleur contre la hausse des prix alimentaires, illustré en particulier par un boycott du « cottage cheese », a suscité une baisse des prix de détail des produits laitiers commercialisés par les compagnies monopolistiques de la filière, notamment Tnuva, ainsi que des changements à la direction de Tnuva. Le gouvernement a réagi en chargeant plusieurs commissions d’examiner la situation et de formuler des recommandations. La commission Trajtenberg a abordé des aspects très divers et avancé des propositions en faveur d’une réorganisation des priorités budgétaires et de réformes fiscales ayant des incidences très limitées sur le secteur agroalimentaire. Deux autres commissions, les commissions Kedmi, ont axé leurs travaux sur le secteur laitier et sur les prix alimentaires en général. Les propositions relatives au secteur laitier, soumises en août, visaient notamment à baisser le prix garanti du lait non transformé payé aux producteurs laitiers et à ouvrir partiellement le marché laitier aux importations.

Les réformes portant plus généralement sur les prix alimentaires passaient par des instruments faisant davantage jouer la concurrence, une plus grande exposition aux importations et des modifications d’infrastructure. Toutefois, en mars 2012, le gouvernement n’avait pas encore approuvé les premières conclusions concernant les prix alimentaires, et la Cour suprême avait décidé d’attendre l’audition publique pour se prononcer sur la réforme du secteur laitier. Pour l’instant, aucun changement de politique n’est donc intervenu à la suite des protestations, exception faite des légères baisses de tarifs d’importation.

Les niveaux de soutien sont variables selon les pays de l’OCDE

Il ressort du nouveau rapport de l’OCDE que les niveaux de soutien sont encore très variables selon les pays de l’OCDE. Durant la période qui va de 2009 à 2011, le niveau de soutien le plus faible a été enregistré par la Nouvelle-Zélande (1% seulement du revenu agricole), suivie de l’Australie (3%) et du Chili (4%). Les États-Unis (9%), le Mexique (12%), Israël (13%), le Canada (16%) ont également fourni un soutien inférieur à la moyenne de l’OCDE (19%).

Quant à l’Union européenne, elle a ramené son niveau de soutien à 20% du revenu agricole. A l’autre extrême, le soutien aux agriculteurs demeure relativement élevé en Islande (47%), en Corée (50%), au Japon (51%), en Suisse (56%) et en Norvège (60%). Il ressort également du rapport que le soutien total à l’agriculture en pourcentage du revenu national accuse un recul dans la zone de l’OCDE, puisqu’il est passé de 3% du PIB en moyenne sur la période 1986-1988 à moins de 1% sur la période 2009-2011. Cette tendance à la baisse peut être observée dans tous les pays de l’OCDE sur le long terme.

Jacques Bendelac (Jérusalem)

Y aurait-il un effet Trump sur l'économie ? En Israël, les milieux d'affaires le redoutent, notamment sur la question du protectionnisme. La cérémonie d'investiture de Donald Trump ce 20 janvier à Washington marque le début d’une nouvelle ère pour les États-Unis comme pour le monde entier. En Israël, le flou du programme économique de Donald Trump inquiète les économistes, ho...

Jacques Bendelac | Économie

Il y a entre 196 et 250 pays au monde suivant les définitions. Israël est classé 154e pour sa superficie et 97e pour sa population. Mais l’Etat juif occupe des places de premier plan dans l’innovation et la recherche. L’agence économique et financière Bloomberg établit chaque année un classement mondial appelé  Bloomberg Innovation Index  qui est particulièrement élogieu...

IsraelValley Desk | Économie

ANALYSE – Le déficit commercial israélien s'est creusé de 60% en 2016 : à qui la faute ? Les chiffres du commerce extérieur d’Israël pour 2016 ne sont pas très encourageants : le déficit commercial a été le plus élevé depuis 2012, selon l’Institut de la Statistique à Jérusalem. En 2016, la balance des marchandises (exportations moins importations) a été déficitaire de ...

Jacques Bendelac | Économie

A quelques jours de l’ouverture du congrès Cars 2017 à Eilat, l’un des grands rendez-vous de la branche automobile, l’Office israélien du Commerce a publié une proposition intéressante à l’intention du gouvernement. L’avocat Dan Carmeli, adjoint du président Ouriel Linn a proposé que la TVA soit supprimée lors de l’achat de la première voiture pour une famille. Le juri...

IsraelValley Desk | Économie

En quelques décennies, le high tech est devenu la locomotive de l’économie israélienne; aujourd’hui, la pénurie de main d’œuvre menace son avenir. La Start-up Nation serait-elle menacée par son propre succès ? Avec de milliers de startups et des centaines de centres de R&D établies par des multinationales en Israël, la poursuite du développement du secteur des hautes techno...

Jacques Bendelac | Économie

Rivulis Irrigation (Kibbutz Gvat) a fait la Une de la presse spécialisée en Grèce après avoir racheté Eurodrip (le montant de la transactionn'a pas été divulgué). La firme israélienne est spécialisée dans l’industrie de la micro-irrigation et du goutte à goutte, "en fournissant des solutions aux agriculteurs qui souhaitent optimiser leurs rendements et leurs opérations". Rivul...

Ilan Berger (Césarée) | Économie

La situation des finances publiques d’Israël s’améliore : avec quatre années d’avance, sa dette publique tombe à 60% de son PIB. L’objectif financier était prévu pour 2020 mais il a été atteint dès la fin de 2016 : la dette publique d’Israël a frôlé les 60% en 2016, exactement 60,4%. À l’origine de ce résultat inattendu : la hausse des recettes fiscales qui est lié...

Jacques Bendelac | Économie

Les exportations de produits de haute technologie ont représenté 49% de toutes les exportations israéliennes de marchandises l'an dernier. Les exportations de haute technologie ont diminué de 7,1% en 2016, par rapport à 2015, selon les chiffres publiés hier par le Bureau central des statistiques. L'une des raisons pour lesquelles les exportations de haute technologie ont chuté a é...

Aharon Kahn | Économie

L'Etat israélien n'avait pas sollicité les investisseurs obligataires en euros depuis 2014. Et son retour sur le marché, mercredi, s'est déroulé de manière plus que satisfaisante. Le pays, noté A1 /A+ a levé 1,5 milliard d'euros à 10 ans et 750 millions d'euros à 20 ans. Un total supérieur à l'objectif initialement affiché, compris entre 1 et 2 milliards d'euros. Cette aug...

IsraelValley Desk | Économie

Comme son cours de bourse continue à baisser, l'analyste UBS Marc Goodman a abaissé l’objectif de cours de la société pharmaceutique israélienne de 7$. Le cours de l'action de Teva Pharmaceutical Industries Ltd. (Nasdaq: TEVA ; TASE: TEVA ) a continué de baisser à nouveau. Dans le commerce de l'après-midi, le cours de l'action a baissé de 2,51% après avoir chuté de 2,61% sur...

Aharon Kahn | Économie

"Je crois que c'est la première fois qu'un Premier ministre jamaïcain vient en Israël" (Netanyahou) Le Premier ministre israélien Benyamin Netanyahou a rencontré jeudi son homologue jamaïcain, Andrew Holness, lors de sa première visite en Israël. "Je crois que c'est la première fois qu'un Premier ministre jamaïcain vient en Israël", a déclaré Netanyahou, en remerciant Holness...

i24news | Économie

Les députés israéliens continuent de mettre de l’ordre dans le secteur de la loterie : les paris sur les courses hippiques seront mis hors-la-loi. La commission des Réformes de la Knesset a discuté cette semaine de la proposition du gouvernement de limiter les jeux et paris en Israël. Après avoir interdit les machines à sous, ce sont les paris sur les courses hippiques qui seront...

Jacques Bendelac | Économie

En Israël, la compétitivité de l’industrie est en perte de vitesse : le gouvernement concocte un "plan de renforcement de l’industrie israélienne". Les industriels israéliens ont été entendus : les pouvoirs publics se penchent enfin au chevet de l’industrie qui souffre, depuis longtemps d’une perte de sa compétitivité sur les marchés internationaux. Certes, le rythme de l...

Jacques Bendelac | Économie

Les relations entre Israël et l’Inde se renforcent de jour en jour dans des domaines très divers, dans le cadre d’une coopération de plus en plus active sur le plan commercial, scientifique et militaire. Après la visite, en novembre dernier, du président Rivlin à New Dehli, c’est au tour du ministre de l’Agriculture Ouri Ariel de faire le voyage pour assister à une conférenc...

IsraelValley Desk | Économie

Les israéliens continuent de consommer à crédit alors que de plus en plus de commerçants acceptent les cartes de crédit en moyen de paiement. 272 milliards de shekels ou 65 milliards d'euros: c'est le montant fabuleux des achats à crédit que les consommateurs israéliens ont réalisé auprès de leurs commerçants en 2016. C'est 7,2% de plus que l'année précédente. Et encore ce c...

Jacques Bendelac | Économie