Sep 30

ISRAELVALLEY – SPÉCIAL SOUCCOT. LE PASSAGE À LA LIBERTÉ CARACTÉRISE AUSSI L'ÉCONOMIE ISRAÉLIENNE. Malgré le déficit public, le gouvernement n'a pas renoncé à son credo néolibéral.

Authors picture

Jacques Bendelac, à Jérusalem | Économie

Headline image

ANALYSE – La fête de Souccot, qui débute ce soir, symbolise le passage de l’esclavage à la liberté. Le parallèle avec les transformations qu’a connues l’économie israélienne est facile: celle-ci est passée des carcans de la régulation étatique à un libéralisme pur avec un Etat réduit au minimum. Et si les déficits budgétaires obligent le gouvernement de Jérusalem à intervenir pour relever certains impôts, il ne s’agit que d’une parenthèse temporaire qui ne contredit pas le virage libérale que l’économie israélienne a pris à partir de 2003.

En revanche, le patronat israélien considère que l’économie israélienne souffre d’un excès de régulation: c’est le message que les patrons de l’industrie israélienne transmettent régulièrement à Benyamin Netanyahou. Pour le patronat, les pouvoirs publics outrepassent leur rôle de régulateur de l’économie israélienne. A chaque occasion, le chef du gouvernement israélien tente de rassurer ses interlocuteurs de la confédération patronale: ses convictions néolibérales n’ont pas changé et il fera tout pour atténuer les effets néfastes d’une trop forte régulation de l’Etat sur l’économie.

Une parenthèse conjoncturelle

Le Premier ministre israélien n’a donc pas renoncé à ses convictions libérales. Il vient de le rappeler à l’occasion d’une entrevue accordée à la presse israélienne à la veille du nouvel An juif: « S’il y a quelqu’un qui déteste augmenter les impôts, c’est bien moi: j’ai diminué les impôts davantage que tout autre Premier ministre de l’histoire du pays ». Et d’ajouter: « Parfois, nous sommes contraint de relever la fiscalité, mais nous le faisons moins que tous les gouvernements précédents ».

La politique économique conduite par le Premier ministre israélien reste donc la même: le secteur privé est considéré comme le principal moteur de la croissance et il faut tout faire pour lui laisser les mains libres: moins d’impôt sur le capital et davantage sur le travail, moins d’impôts directs et davantage d’impôt indirects, moins de réglementation et davantage de liberté, moins de bureaucratie, etc.

Modèle israélien de régulation

Résultat: les entreprises sont moins imposées que les particuliers et la fiscalité indirecte reste forte. C’est pour cette raison que le gouvernement israélien n’a pas relevé l’impôt sur le bénéfice des sociétés lors du dernier correctif budgétaire adopté dans l’urgence à la mi-août. Il n’a pas non plus toucher aux niches fiscales qui bénéficient aux Israéliens les plus riches, préférant relever la TVA que paient tous les consommateurs. Et si l’impôt sur les hauts et moyens revenus a été relevé, ce fut contre l’avis du Trésor: c’est Stanley Fischer, le gouverneur de la banque centrale, qui a imposé 1% d’impôt supplémentaire pour réduire le déficit public qui commence à déraper.

En fait, Benyamin Netanyahou a inventé un « modèle israélien de régulation »: il s’agit pour l’Etat de faire croire qu’il défend le consommateur alors qu’en réalité, il laisse le champ libre aux industriels. Le credo n’a donc pas évolué d’un pouce: l’intervention de l’Etat est réduite au minimum, et lorsque celui-ci est contraint d’agir, c’est à l’avantage des entreprises, le consommateur ne venant qu’en seconde priorité.

Pourtant, une bonne dose de régulation permet de baisser le prix de nombreux produits et services. Exemple récent: c’est la régulation qui a permis aux Israéliens de réduire leur facture de téléphone mobile, même au prix d’une baisse de rentabilité des opérateurs. On attend le même résultat d’une régulation plus importante dans des secteurs encore dominés par des monopoles comme la banque, l’énergie et l’Internet.

Front commun du patronat

L’économie israélienne, comme dans la plupart des pays libéraux, est régulée par le marché afin d’obtenir une concurrence pure et parfaite. Or les monopoles et ententes entre industriels obligent l’Etat à intervenir pour favoriser la libre-concurrence et protéger les intérêts des consommateurs. En Israël, les principaux régulateurs publics sont: la Direction de la Concurrence, l’Autorité des Operations boursières, le Conseil des Emissions de Télévision câblée, le Contrôleur des Banques, etc.

C’est dans cette optique que le patronat fait front commun contre l’excès de régulation, allant jusqu’à affirmer que la « régulation devient incontrôlable ». Les patrons font notamment référence aux nouvelles règles dictées par les pouvoirs publics en matière de lutte contre la pollution pour limiter les rejets de déchets industriels dans l’atmosphère. En d’autres termes, le patronat israélien se plaint d’un excès de dirigisme et d’une insuffisance de laisser-faire. De son côté, Benyamin Netanyahou a admis que la régulation a perdu son équilibre, et il a promis d’agir pour la réduire au minimum.

Jacques Bendelac (Jérusalem)

Evalué avec un score de 69,7 points sur 100 en 2017, Israël maintient son statut de pays modérément libre dans l’indice économique élaboré par le laboratoire d’idées américain Heritage en se classant à la 36ème place mondiale. Le Japon se classe à la 40ème place, la Belgique à la 49ème place, l’Espagne à la 69ème place et la France à la 74ème place. Aux premières plac...

Aharon Kahn | Économie

Les travaux pour fabriquer les tunnels du tramway-métro de Tel-Aviv commenceront avant la date prévue. Une cérémonie spéciale a eu lieu en présence du ministre des Transports Yisrael Katz et du maire de Tel Aviv, Ron Huldai, pour accueillir les machines de forage de tunnel. Huit tunneliers creuseront 12 kilomètres de tunnel à une profondeur de 30 mètres sous Bnei Brak, Ramat Ga...

IsraelValley Desk | Économie

Narendra Modi, qui se rendra en Israël en Juillet 2017, vise à mettre l'Inde sur une trajectoire de croissance similaire à celle de la Chine et travaille à intégrer Israël dans les énormes réformes qu'il dirige. Entre autres examiner la possibilité de lancer des méga-projets conjoints dans les domaines de l'agriculture et de la qualité de l'eau d'une valeur de plusieurs milliards de ...

Aharon Kahn (Jérusalem) | Économie

Surprise totale en Israël. Cofix, le Roi du prix fixe, va faire passer ses prix de 5 shekels à 6 shekels. La raison officielle invoquée : les ingrédients coûtent trop chers. En fait les actionnaires de Cofix veulent gagner bien plus. Normal, non ? ARCHIVES DE TEL AVIVRE. COFIX la chaîne alimentaire bien connue des israéliens et des touristes proposant des jus de carottes, jus d’oran...

Eyal Koren | Économie

Hyundai Motor a vendu 39.086 unités en Israël l'année dernière, devenant le meilleur vendeur pour la première fois en trois ans, selon les données. Kia Motors s'est classé deuxième avec 38.069 unités vendues. En 2015, Kia était la marque la plus vendue dans ce pays, suivie par Hyundai. Le premier constructeur automobile sud-coréen a représenté 13,6% du marché automobile israé...

IsraelValley Desk | Économie

L’Office central de la statistique a publié hier une donnée impressionnante: le produit intérieur brut (PIB) a fait un bond de 6,2% en donnée annuelle durant le 4e trimestre de l’année 2016. Il s’agit de la plus forte hausse trimestrielle depuis le 2e trimestre 2013. D’après les estimations, l’économie à progressé de 5% sur le second semestre après une croissance de 3,2%...

Aharon Kahn | Économie

La direction et la Histadrout ont indiqué qu'un accord a été conclu sur le statut et la rémunération des pilotes âgés de 65 à 67 ans. La Histadrout (Fédération générale du travail en Israël) et la direction de la compagnie aérienne ont confirmé que la crise chez El Al Israel Airlines Ltd. était terminée. Les pilotes n'ont pas encore fait d'annonce officielle. Selon un com...

Aharon Kahn | Économie

Le Bureau central de la statistique reporte que les prix de l’immobilier étaient en baisse de 1,2% pour le mois allant du 15 novembre au 15 décembre par rapport au mois précédent. Les efforts du ministre des Finances Moshé Kahlon ont porté leur fruits, après un rapport sur une baisse de 20% des transactions sur le second semestre, du fait de la taxe à l’achat pour les investisseu...

Aharon Kahn | Économie

Selon un des top manager de la Banque Julius Baer en Suisse, le processus de rachat de la Banque Leumi Suisse (il y a de cela deux ans)a été un succès. Julius Bär ou Julius Baer est la plus grande banque suisse de gestion de titres, basée à Zurich. La société date des années 1890 et fut fondée par le banquier du même nom1. En septembre 2005, Julius Bär acquiert les banques pri...

Ilan Korit | Économie

EasyJet a annoncé qu’elle est devenue la plus grande compagnie aérienne étrangère en Israël. Selon les chiffres publiés par l’Autorité aéroportuaire israélienne pour le mois de janvier, easyJet est maintenant second transporteur en nombre de passagers après El Al. EasyJet a transporté plus de 56.000 passagers le mois dernier, soit une augmentation de près de 10% par rapport à j...

IsraelValley | Économie

La mission du FMI a conclu sa visite en Israël et a félicité le ministre des Finances au sujet de la performance de l'économie du pays. « Les perspectives économiques de l'entreprise israélienne sont fortes. Israël a renforcé ses réalisations économiques en 2016 et a réduit la dette du PIB, le déficit public était de 2,1% du PIB, contre un objectif de 2,9%». En deux mots, les ...

IsraelValley | Économie

Nathalie Hamou, Correspondante à Tel-Aviv de Les Echos :"Rien ne va plus pour Teva Pharmaceutical. Non seulement le leader mondial des génériques a dû annoncer le départ de son PDG, Erez Vigodman, resté seulement trois ans à la tête du groupe israélien, dont il n'a pu assurer le redressement. Mais vingt-quatre heures plus tard, le laboratoire de Petah Tikva (près de Tel-Aviv) a dû au...

IsraelValley Desk | Économie

Les réserves de devises étrangères d'Israël ont franchi la barre des 100 milliards de dollars en Janvier, leur plus haut niveau depuis que la Banque d'Israël a été créée en 1954. Les réserves en devises se sont élevées à 101,6 milliards de dollars à la fin du mois de Janvier, soit une augmentation de 3,16 milliards de dollars par rapport à la fin du mois de décembre. Une déc...

IsraelValley Desk | Économie

LE LIVRE A LIRE. DANIEL HABER "Les surprises de l'économie d'Israël " "Ce livre est d’abord ma propre surprise de découvrir, en enseignant en Israël depuis cinq ans, une économie vibrante et un peuple qui a les mêmes soucis que nous : l’emploi, le coût de la vie, la maison, l’éducation des enfants, la plage du week-end et les vacances, si possible à l’étranger. Un pays ...

IsraelValley | Économie

Erez Vigodman quitte son poste suite à l’échec de l'acquisition de la société Actavis Generics et une baisse de 50% dans le prix de l’action. Le conseil d'administration de Teva a décidé de nommer le Prof. Yitzhak Peterburg comme remplaçant temporaire de Vigodman en tant que PDG jusqu'à la nomination d'un directeur général permanent. Vigodman, administrateur depuis 2009, a ...

Aharon Kahn | Économie