Sep 30

ISRAELVALLEY – SPÉCIAL SOUCCOT. LE PASSAGE À LA LIBERTÉ CARACTÉRISE AUSSI L'ÉCONOMIE ISRAÉLIENNE. Malgré le déficit public, le gouvernement n'a pas renoncé à son credo néolibéral.

Authors picture

Jacques Bendelac, à Jérusalem | Économie

Headline image

ANALYSE – La fête de Souccot, qui débute ce soir, symbolise le passage de l’esclavage à la liberté. Le parallèle avec les transformations qu’a connues l’économie israélienne est facile: celle-ci est passée des carcans de la régulation étatique à un libéralisme pur avec un Etat réduit au minimum. Et si les déficits budgétaires obligent le gouvernement de Jérusalem à intervenir pour relever certains impôts, il ne s’agit que d’une parenthèse temporaire qui ne contredit pas le virage libérale que l’économie israélienne a pris à partir de 2003.

En revanche, le patronat israélien considère que l’économie israélienne souffre d’un excès de régulation: c’est le message que les patrons de l’industrie israélienne transmettent régulièrement à Benyamin Netanyahou. Pour le patronat, les pouvoirs publics outrepassent leur rôle de régulateur de l’économie israélienne. A chaque occasion, le chef du gouvernement israélien tente de rassurer ses interlocuteurs de la confédération patronale: ses convictions néolibérales n’ont pas changé et il fera tout pour atténuer les effets néfastes d’une trop forte régulation de l’Etat sur l’économie.

Une parenthèse conjoncturelle

Le Premier ministre israélien n’a donc pas renoncé à ses convictions libérales. Il vient de le rappeler à l’occasion d’une entrevue accordée à la presse israélienne à la veille du nouvel An juif: « S’il y a quelqu’un qui déteste augmenter les impôts, c’est bien moi: j’ai diminué les impôts davantage que tout autre Premier ministre de l’histoire du pays ». Et d’ajouter: « Parfois, nous sommes contraint de relever la fiscalité, mais nous le faisons moins que tous les gouvernements précédents ».

La politique économique conduite par le Premier ministre israélien reste donc la même: le secteur privé est considéré comme le principal moteur de la croissance et il faut tout faire pour lui laisser les mains libres: moins d’impôt sur le capital et davantage sur le travail, moins d’impôts directs et davantage d’impôt indirects, moins de réglementation et davantage de liberté, moins de bureaucratie, etc.

Modèle israélien de régulation

Résultat: les entreprises sont moins imposées que les particuliers et la fiscalité indirecte reste forte. C’est pour cette raison que le gouvernement israélien n’a pas relevé l’impôt sur le bénéfice des sociétés lors du dernier correctif budgétaire adopté dans l’urgence à la mi-août. Il n’a pas non plus toucher aux niches fiscales qui bénéficient aux Israéliens les plus riches, préférant relever la TVA que paient tous les consommateurs. Et si l’impôt sur les hauts et moyens revenus a été relevé, ce fut contre l’avis du Trésor: c’est Stanley Fischer, le gouverneur de la banque centrale, qui a imposé 1% d’impôt supplémentaire pour réduire le déficit public qui commence à déraper.

En fait, Benyamin Netanyahou a inventé un « modèle israélien de régulation »: il s’agit pour l’Etat de faire croire qu’il défend le consommateur alors qu’en réalité, il laisse le champ libre aux industriels. Le credo n’a donc pas évolué d’un pouce: l’intervention de l’Etat est réduite au minimum, et lorsque celui-ci est contraint d’agir, c’est à l’avantage des entreprises, le consommateur ne venant qu’en seconde priorité.

Pourtant, une bonne dose de régulation permet de baisser le prix de nombreux produits et services. Exemple récent: c’est la régulation qui a permis aux Israéliens de réduire leur facture de téléphone mobile, même au prix d’une baisse de rentabilité des opérateurs. On attend le même résultat d’une régulation plus importante dans des secteurs encore dominés par des monopoles comme la banque, l’énergie et l’Internet.

Front commun du patronat

L’économie israélienne, comme dans la plupart des pays libéraux, est régulée par le marché afin d’obtenir une concurrence pure et parfaite. Or les monopoles et ententes entre industriels obligent l’Etat à intervenir pour favoriser la libre-concurrence et protéger les intérêts des consommateurs. En Israël, les principaux régulateurs publics sont: la Direction de la Concurrence, l’Autorité des Operations boursières, le Conseil des Emissions de Télévision câblée, le Contrôleur des Banques, etc.

C’est dans cette optique que le patronat fait front commun contre l’excès de régulation, allant jusqu’à affirmer que la « régulation devient incontrôlable ». Les patrons font notamment référence aux nouvelles règles dictées par les pouvoirs publics en matière de lutte contre la pollution pour limiter les rejets de déchets industriels dans l’atmosphère. En d’autres termes, le patronat israélien se plaint d’un excès de dirigisme et d’une insuffisance de laisser-faire. De son côté, Benyamin Netanyahou a admis que la régulation a perdu son équilibre, et il a promis d’agir pour la réduire au minimum.

Jacques Bendelac (Jérusalem)

La banque centrale d'Israël a maintenu son taux d'intérêt à 0,1%. Cette décision était attendue par l'ensemble des économistes interrogés par Bloomberg. Le shekel israélien a ensuite perdu 0,38% à 0,2637 dollar. La Banque d’Israël a de nouveau indiqué qu'elle maintiendrait sa politique accommodante pour renvoyer l'inflation dans sa cible de 1 à 3% par an alors que les anticipatio...

IsraelValley Desk | Économie

Une entreprise israélienne parmi les plus innovantes du monde va peut être passer dans les mains d'un groupe Chinois, le China Communication and Construction Company (CCCC). Selon (1): "La prestigieuse MIT Technology Review a récemment publié un classement des cinquante entreprises les plus innovantes du monde. Parmi elles, une entreprise israélienne: IDE Technologies. A SAVOIR. La...

Eyal Kaplan (Tel Aviv) | Économie

"Ces pays en pointe sur le web : Israël, berceau de l'innovation". Publié le 02/08/2016 par Bastien Roques : "Tant par sa culture que par nécessité, l'État Hébreu a mis en place une politique axée sur l'innovation, en particulier dans le secteur des hautes technologies. L'innovation, entre culture et nécessité L'innovation occupe une place essentielle dans l'industrie israélie...

IsraelValley Desk | Économie

Quels sont les pays qui offrent le plus d’opportunités économiques ? Dans un article paru sous ce titre en 2016, Israël (croissance régulière, économie stable, chômage très faible...) est "oublié". Incompétence ? "Erreur" délibérée? Manque de curiosité ? Esprit étroit? On ne le saura jamais... Dans un souci d'éviter de ne pas être repris par la presse arabe il n'est pas r...

IsraelValley Desk | Économie

Alors qu’au niveau mondial une canette de 330 ml de Coca Cola coûte en moyenne 2,64 NIS (environ 0,63 euros, 0,67 CHF), les Israéliens doivent la payer 4,90 NIS (1,15 Euro, 1,25 CHF), soit une différence de 86 pour cent. Quant à la bouteille de 1,5 litre, elle coûte en Israël 40 pour cent de plus qu’aux Etats-Unis. Un consommateur israélien a décidé de ne plus se laisser faire....

IsraelValley Desk | Économie

Brussels Airlines a retiré de son offre, le mois dernier, une douceur fabriquée dans une entreprise israélienne opérant dans les Territoires. L'information a été confirmée à l'agence Belga par la compagnie aérienne. Brussels Airlines a été alertée par le passager d'un vol reliant Tel Aviv à Bruxelles qui savait que le produit proposé, Vanilla Halva, provenait des territoires. "Il ...

IsraelValley Desk | Économie

Le Département des Affaires Commerciales de l’Ambassade d’Israël en France est la représentation officielle du ministère de l’économie israélien en France Le Département des Affaires Commerciales de l’Ambassade d’Israël en France a pour mission d’identifier les opportunités de partenariat pertinentes en vue de promouvoir les relations d’affaires franco-israéliennes. S...

IsraelValley Desk | Économie

Au deuxième trimestre 2016, le PIB israélien a progressé de 3,7% selon l'institut de statistiques du pays, après avoir stagné au deuxième trimestre 2015 et avoir augmenté de 2,2% sur les trois premiers mois de l'année. Les analystes interrogés par Bloomberg attendaient un léger repli de la croissance à 2,1%. La surperformance de l'économie israélienne a soutenu aujourd'hui le s...

IsraelValley Desk | Économie

Le directeur de l'autorité égyptienne pour l'investissement Mohamed Khadir a annoncé en août la hausse des investissements étrangers en Égypte à hauteur de 7 milliards de dollars pour l'année 2016 contre 6,4 milliards de dollars en 2015. Les israéliens souhaitent investir en Egypte, malgré une relation économique binationale en dents de scie. Le courant d'affaires israélo-égyptien ...

Eyal Kaplan (Tel Aviv) | Économie

La famille Grass, à l’origine de la chaîne américaine de pharmacie Rite Aid, la plus importante de la côte Est et la troisième au niveau national, a investi 10 millions de dollars dans une nouvelle chaîne israélienne : Good Pharm. Le premier magasin été inauguré la semaine dernière au cœur King George Street, à Tel Aviv. 49% des parts sont revenues aux investisseurs, le contr...

Avi Mondeil (Tel Aviv) | Économie

IronSource dans le software et Infinidat (stockage de données) sont deux startups israéliennes qui viennent d’entrer dans le Club très fermé des 131 « licornes » (startups dont la valorisation dépasse le milliard de dollars). La France à sa nouvelle licorne OVH. En Europe, c’est du Royaume-Uni que proviennent la plupart des licornes (17/40, notamment Shazam, PokerStars, et Asos)...

Eyal Kaplan (Tel Aviv) | Économie

Le fournisseur d’énergie chypriote Energean Oil & Gas est sur le point d’acquérir les champs gaziers israéliens de Tanin et Karish auprès de deux filiales du Groupe Delek : Avner Oil and Gas et Delek Drilling. Le montant de la transaction s'élève à 148,5 millions de dollars, 40 millions directement, et les 108,5 restant seront payés sur les 10 prochaines années, plus les intérêt...

Nathan Sarel (Tel Aviv) | Économie

Pour cette deuxième partie de l’été, Israel Valley vous propose de découvrir (ou redécouvrir) certains de ses articles phares, illustrant de manière presque intemporelle l’essence de l’économie et de la société israélienne. Le 19 décembre dernier, en pleine période de fêtes, Jacques Bendelac nous présentait sa sélection des 10 centres commerciaux les plus importants d'Isra...

Jacques Bendelac | Économie

La chaîne espagnole de prêt-à-porter Stradivarius a ouvert son premier magasin en Israël. La société appartient au groupe Inditex, possédant également Zara, Pull&Bear, Bershka et Massimo Dutti. C’est au cœur du centre commercial Azrieli de Tel Aviv, pour une surface de 320 mètres carré, qu’a été inaugurée l’enseigne vendredi dernier. Fin 2016, ce sont deux nouveaux magas...

Nathan Sarel (Tel Aviv) | Économie

Alors que le ministère des finances travaille sur un plan de contrôle étatique des marges effectuées par les intermédiaires pour les produits frais, l’Association israélienne des cultivateurs de légumes (Israel Vegetable Growers Association) a proposé son idée de réglementation. Dans une lettre destinée à Moshe Kahlon et Uri Ariel (respectivement ministres des finances et de l...

Nathan Sarel (Tel Aviv) | Économie