Sep 30

ISRAELVALLEY – SPÉCIAL SOUCCOT. LE PASSAGE À LA LIBERTÉ CARACTÉRISE AUSSI L'ÉCONOMIE ISRAÉLIENNE. Malgré le déficit public, le gouvernement n'a pas renoncé à son credo néolibéral.

Authors picture

Jacques Bendelac, à Jérusalem | Économie

Headline image

ANALYSE – La fête de Souccot, qui débute ce soir, symbolise le passage de l’esclavage à la liberté. Le parallèle avec les transformations qu’a connues l’économie israélienne est facile: celle-ci est passée des carcans de la régulation étatique à un libéralisme pur avec un Etat réduit au minimum. Et si les déficits budgétaires obligent le gouvernement de Jérusalem à intervenir pour relever certains impôts, il ne s’agit que d’une parenthèse temporaire qui ne contredit pas le virage libérale que l’économie israélienne a pris à partir de 2003.

En revanche, le patronat israélien considère que l’économie israélienne souffre d’un excès de régulation: c’est le message que les patrons de l’industrie israélienne transmettent régulièrement à Benyamin Netanyahou. Pour le patronat, les pouvoirs publics outrepassent leur rôle de régulateur de l’économie israélienne. A chaque occasion, le chef du gouvernement israélien tente de rassurer ses interlocuteurs de la confédération patronale: ses convictions néolibérales n’ont pas changé et il fera tout pour atténuer les effets néfastes d’une trop forte régulation de l’Etat sur l’économie.

Une parenthèse conjoncturelle

Le Premier ministre israélien n’a donc pas renoncé à ses convictions libérales. Il vient de le rappeler à l’occasion d’une entrevue accordée à la presse israélienne à la veille du nouvel An juif: « S’il y a quelqu’un qui déteste augmenter les impôts, c’est bien moi: j’ai diminué les impôts davantage que tout autre Premier ministre de l’histoire du pays ». Et d’ajouter: « Parfois, nous sommes contraint de relever la fiscalité, mais nous le faisons moins que tous les gouvernements précédents ».

La politique économique conduite par le Premier ministre israélien reste donc la même: le secteur privé est considéré comme le principal moteur de la croissance et il faut tout faire pour lui laisser les mains libres: moins d’impôt sur le capital et davantage sur le travail, moins d’impôts directs et davantage d’impôt indirects, moins de réglementation et davantage de liberté, moins de bureaucratie, etc.

Modèle israélien de régulation

Résultat: les entreprises sont moins imposées que les particuliers et la fiscalité indirecte reste forte. C’est pour cette raison que le gouvernement israélien n’a pas relevé l’impôt sur le bénéfice des sociétés lors du dernier correctif budgétaire adopté dans l’urgence à la mi-août. Il n’a pas non plus toucher aux niches fiscales qui bénéficient aux Israéliens les plus riches, préférant relever la TVA que paient tous les consommateurs. Et si l’impôt sur les hauts et moyens revenus a été relevé, ce fut contre l’avis du Trésor: c’est Stanley Fischer, le gouverneur de la banque centrale, qui a imposé 1% d’impôt supplémentaire pour réduire le déficit public qui commence à déraper.

En fait, Benyamin Netanyahou a inventé un « modèle israélien de régulation »: il s’agit pour l’Etat de faire croire qu’il défend le consommateur alors qu’en réalité, il laisse le champ libre aux industriels. Le credo n’a donc pas évolué d’un pouce: l’intervention de l’Etat est réduite au minimum, et lorsque celui-ci est contraint d’agir, c’est à l’avantage des entreprises, le consommateur ne venant qu’en seconde priorité.

Pourtant, une bonne dose de régulation permet de baisser le prix de nombreux produits et services. Exemple récent: c’est la régulation qui a permis aux Israéliens de réduire leur facture de téléphone mobile, même au prix d’une baisse de rentabilité des opérateurs. On attend le même résultat d’une régulation plus importante dans des secteurs encore dominés par des monopoles comme la banque, l’énergie et l’Internet.

Front commun du patronat

L’économie israélienne, comme dans la plupart des pays libéraux, est régulée par le marché afin d’obtenir une concurrence pure et parfaite. Or les monopoles et ententes entre industriels obligent l’Etat à intervenir pour favoriser la libre-concurrence et protéger les intérêts des consommateurs. En Israël, les principaux régulateurs publics sont: la Direction de la Concurrence, l’Autorité des Operations boursières, le Conseil des Emissions de Télévision câblée, le Contrôleur des Banques, etc.

C’est dans cette optique que le patronat fait front commun contre l’excès de régulation, allant jusqu’à affirmer que la « régulation devient incontrôlable ». Les patrons font notamment référence aux nouvelles règles dictées par les pouvoirs publics en matière de lutte contre la pollution pour limiter les rejets de déchets industriels dans l’atmosphère. En d’autres termes, le patronat israélien se plaint d’un excès de dirigisme et d’une insuffisance de laisser-faire. De son côté, Benyamin Netanyahou a admis que la régulation a perdu son équilibre, et il a promis d’agir pour la réduire au minimum.

Jacques Bendelac (Jérusalem)

Le bitcoin est-il la monnaie virtuelle avec la plus grosse valorisation boursière au monde ? L'ethereum et le monero arrivent-ils à rivaliser ? Réponses avec Statista. Les crypto-monnaies, ces monnaies virtuelles qui se sont imposées dans le paysage Internet au point de devenir des moyens de paiement, sont nombreuses. Côté valorisation boursière, c'est la plus populaire d'entre elle...

IsraelValley Desk | Économie

La mer Morte cristallise tous les problèmes géopolitiques du Moyen Orient: une rareté de la ressource en eau, des besoins importants pour l’agriculture et l’eau potable, une manne touristique fragile et une écologie qui passe bien souvent au dernier rang des préoccupations. Ainsi la Mer Morte est en passe de… Mourir. Son assèchement n’est qu’une question d’années tant les ...

IsraelValley Desk | Économie

Le recul des exportations israéliennes de marchandises vers la France s’est traduit pour Israël par une aggravation de son déficit commercial. 3,14 milliards de dollars : c’est le volume des échanges de marchandises entre Israël et la France en 2016. Selon les chiffres des douanes israéliennes, le commerce bilatéral a reculé de 4,5% entre 2015 et 2016 : l’an passé, les deux ...

Jacques Bendelac | Économie

Des ministres et hauts fonctionnaires des pays du "Groupe G-10" de l'OMC (Organisation mondiale du commerce) se sont rencontrés vendredi à Davos, en marge du Forum économique mondial, sur invitation du ministre suisse de l'économie. Les membres du "Groupe G-10" ont notamment discuté des négociations agricoles dans le cadre de l'OMC et ont souligné "leur volonté de s'engager de maniè...

IsraelValley Desk | Économie

Y aurait-il un effet Trump sur l'économie ? En Israël, les milieux d'affaires le redoutent, notamment sur la question du protectionnisme. La cérémonie d'investiture de Donald Trump ce 20 janvier à Washington marque le début d’une nouvelle ère pour les États-Unis comme pour le monde entier. En Israël, le flou du programme économique de Donald Trump inquiète les économistes, ho...

Jacques Bendelac | Économie

Il y a entre 196 et 250 pays au monde suivant les définitions. Israël est classé 154e pour sa superficie et 97e pour sa population. Mais l’Etat juif occupe des places de premier plan dans l’innovation et la recherche. L’agence économique et financière Bloomberg établit chaque année un classement mondial appelé  Bloomberg Innovation Index  qui est particulièrement élogieu...

IsraelValley Desk | Économie

ANALYSE – Le déficit commercial israélien s'est creusé de 60% en 2016 : à qui la faute ? Les chiffres du commerce extérieur d’Israël pour 2016 ne sont pas très encourageants : le déficit commercial a été le plus élevé depuis 2012, selon l’Institut de la Statistique à Jérusalem. En 2016, la balance des marchandises (exportations moins importations) a été déficitaire de ...

Jacques Bendelac | Économie

A quelques jours de l’ouverture du congrès Cars 2017 à Eilat, l’un des grands rendez-vous de la branche automobile, l’Office israélien du Commerce a publié une proposition intéressante à l’intention du gouvernement. L’avocat Dan Carmeli, adjoint du président Ouriel Linn a proposé que la TVA soit supprimée lors de l’achat de la première voiture pour une famille. Le juri...

IsraelValley Desk | Économie

En quelques décennies, le high tech est devenu la locomotive de l’économie israélienne; aujourd’hui, la pénurie de main d’œuvre menace son avenir. La Start-up Nation serait-elle menacée par son propre succès ? Avec de milliers de startups et des centaines de centres de R&D établies par des multinationales en Israël, la poursuite du développement du secteur des hautes techno...

Jacques Bendelac | Économie

Rivulis Irrigation (Kibbutz Gvat) a fait la Une de la presse spécialisée en Grèce après avoir racheté Eurodrip (le montant de la transactionn'a pas été divulgué). La firme israélienne est spécialisée dans l’industrie de la micro-irrigation et du goutte à goutte, "en fournissant des solutions aux agriculteurs qui souhaitent optimiser leurs rendements et leurs opérations". Rivul...

Ilan Berger (Césarée) | Économie

La situation des finances publiques d’Israël s’améliore : avec quatre années d’avance, sa dette publique tombe à 60% de son PIB. L’objectif financier était prévu pour 2020 mais il a été atteint dès la fin de 2016 : la dette publique d’Israël a frôlé les 60% en 2016, exactement 60,4%. À l’origine de ce résultat inattendu : la hausse des recettes fiscales qui est lié...

Jacques Bendelac | Économie

Les exportations de produits de haute technologie ont représenté 49% de toutes les exportations israéliennes de marchandises l'an dernier. Les exportations de haute technologie ont diminué de 7,1% en 2016, par rapport à 2015, selon les chiffres publiés hier par le Bureau central des statistiques. L'une des raisons pour lesquelles les exportations de haute technologie ont chuté a é...

Aharon Kahn | Économie

L'Etat israélien n'avait pas sollicité les investisseurs obligataires en euros depuis 2014. Et son retour sur le marché, mercredi, s'est déroulé de manière plus que satisfaisante. Le pays, noté A1 /A+ a levé 1,5 milliard d'euros à 10 ans et 750 millions d'euros à 20 ans. Un total supérieur à l'objectif initialement affiché, compris entre 1 et 2 milliards d'euros. Cette aug...

IsraelValley Desk | Économie

Comme son cours de bourse continue à baisser, l'analyste UBS Marc Goodman a abaissé l’objectif de cours de la société pharmaceutique israélienne de 7$. Le cours de l'action de Teva Pharmaceutical Industries Ltd. (Nasdaq: TEVA ; TASE: TEVA ) a continué de baisser à nouveau. Dans le commerce de l'après-midi, le cours de l'action a baissé de 2,51% après avoir chuté de 2,61% sur...

Aharon Kahn | Économie

"Je crois que c'est la première fois qu'un Premier ministre jamaïcain vient en Israël" (Netanyahou) Le Premier ministre israélien Benyamin Netanyahou a rencontré jeudi son homologue jamaïcain, Andrew Holness, lors de sa première visite en Israël. "Je crois que c'est la première fois qu'un Premier ministre jamaïcain vient en Israël", a déclaré Netanyahou, en remerciant Holness...

i24news | Économie