Sep 30

ISRAELVALLEY – SPÉCIAL SOUCCOT. LE PASSAGE À LA LIBERTÉ CARACTÉRISE AUSSI L'ÉCONOMIE ISRAÉLIENNE. Malgré le déficit public, le gouvernement n'a pas renoncé à son credo néolibéral.

Authors picture

Jacques Bendelac, à Jérusalem | Économie

Headline image

ANALYSE – La fête de Souccot, qui débute ce soir, symbolise le passage de l’esclavage à la liberté. Le parallèle avec les transformations qu’a connues l’économie israélienne est facile: celle-ci est passée des carcans de la régulation étatique à un libéralisme pur avec un Etat réduit au minimum. Et si les déficits budgétaires obligent le gouvernement de Jérusalem à intervenir pour relever certains impôts, il ne s’agit que d’une parenthèse temporaire qui ne contredit pas le virage libérale que l’économie israélienne a pris à partir de 2003.

En revanche, le patronat israélien considère que l’économie israélienne souffre d’un excès de régulation: c’est le message que les patrons de l’industrie israélienne transmettent régulièrement à Benyamin Netanyahou. Pour le patronat, les pouvoirs publics outrepassent leur rôle de régulateur de l’économie israélienne. A chaque occasion, le chef du gouvernement israélien tente de rassurer ses interlocuteurs de la confédération patronale: ses convictions néolibérales n’ont pas changé et il fera tout pour atténuer les effets néfastes d’une trop forte régulation de l’Etat sur l’économie.

Une parenthèse conjoncturelle

Le Premier ministre israélien n’a donc pas renoncé à ses convictions libérales. Il vient de le rappeler à l’occasion d’une entrevue accordée à la presse israélienne à la veille du nouvel An juif: « S’il y a quelqu’un qui déteste augmenter les impôts, c’est bien moi: j’ai diminué les impôts davantage que tout autre Premier ministre de l’histoire du pays ». Et d’ajouter: « Parfois, nous sommes contraint de relever la fiscalité, mais nous le faisons moins que tous les gouvernements précédents ».

La politique économique conduite par le Premier ministre israélien reste donc la même: le secteur privé est considéré comme le principal moteur de la croissance et il faut tout faire pour lui laisser les mains libres: moins d’impôt sur le capital et davantage sur le travail, moins d’impôts directs et davantage d’impôt indirects, moins de réglementation et davantage de liberté, moins de bureaucratie, etc.

Modèle israélien de régulation

Résultat: les entreprises sont moins imposées que les particuliers et la fiscalité indirecte reste forte. C’est pour cette raison que le gouvernement israélien n’a pas relevé l’impôt sur le bénéfice des sociétés lors du dernier correctif budgétaire adopté dans l’urgence à la mi-août. Il n’a pas non plus toucher aux niches fiscales qui bénéficient aux Israéliens les plus riches, préférant relever la TVA que paient tous les consommateurs. Et si l’impôt sur les hauts et moyens revenus a été relevé, ce fut contre l’avis du Trésor: c’est Stanley Fischer, le gouverneur de la banque centrale, qui a imposé 1% d’impôt supplémentaire pour réduire le déficit public qui commence à déraper.

En fait, Benyamin Netanyahou a inventé un « modèle israélien de régulation »: il s’agit pour l’Etat de faire croire qu’il défend le consommateur alors qu’en réalité, il laisse le champ libre aux industriels. Le credo n’a donc pas évolué d’un pouce: l’intervention de l’Etat est réduite au minimum, et lorsque celui-ci est contraint d’agir, c’est à l’avantage des entreprises, le consommateur ne venant qu’en seconde priorité.

Pourtant, une bonne dose de régulation permet de baisser le prix de nombreux produits et services. Exemple récent: c’est la régulation qui a permis aux Israéliens de réduire leur facture de téléphone mobile, même au prix d’une baisse de rentabilité des opérateurs. On attend le même résultat d’une régulation plus importante dans des secteurs encore dominés par des monopoles comme la banque, l’énergie et l’Internet.

Front commun du patronat

L’économie israélienne, comme dans la plupart des pays libéraux, est régulée par le marché afin d’obtenir une concurrence pure et parfaite. Or les monopoles et ententes entre industriels obligent l’Etat à intervenir pour favoriser la libre-concurrence et protéger les intérêts des consommateurs. En Israël, les principaux régulateurs publics sont: la Direction de la Concurrence, l’Autorité des Operations boursières, le Conseil des Emissions de Télévision câblée, le Contrôleur des Banques, etc.

C’est dans cette optique que le patronat fait front commun contre l’excès de régulation, allant jusqu’à affirmer que la « régulation devient incontrôlable ». Les patrons font notamment référence aux nouvelles règles dictées par les pouvoirs publics en matière de lutte contre la pollution pour limiter les rejets de déchets industriels dans l’atmosphère. En d’autres termes, le patronat israélien se plaint d’un excès de dirigisme et d’une insuffisance de laisser-faire. De son côté, Benyamin Netanyahou a admis que la régulation a perdu son équilibre, et il a promis d’agir pour la réduire au minimum.

Jacques Bendelac (Jérusalem)

En début d'année 2016, la plus grande société de sécurité au monde, la GS4 britannique, annonçait vouloir se retirer d’Israël. Une victoire que le BDS s’est empressé de revendiquer. Mais fin juin, le magazine Tablet publiait un article d’Eugene Kontorovich, professeur à la faculté de droit de Northwestern (Chicago), dans lequel il écrivait : « Il se trouve que l’un des ...

IsraelValley Plus | Économie

Les experts de la Banque d’Israël (qui ont beaucoup d'imagination!) planchent actuellement sur un scénario catastrophe engendré par une inflation galopante, la hausse des taux d’intérêt et du chômage, une hausse des prix de l’immobilier de 25 %, une chute de l’indice boursier de 40 %, ainsi qu’un total de 40 milliards de shekels de prêts irrécouvrables. Les exportations de ...

IsraelValley Plus | Économie

Si son rapport semi-annuel sur la stabilité financière se concentre principalement sur les risques du marché immobilier, la Banque d’Israël en a également consacré une partie non négligeable sur la forte augmentation des crédits aux ménages sur les dernières années, et sur les risques qu’une telle situation implique. Selon l’institution, les crédits accordés aux ménages (...

Nathan Sarel (Tel Aviv) | Économie

Andrew Cuomo, gouverneur de New York, prévient: « C’est très simple, si vous boycottez Israël, New York vous boycottera ». Il calquait alors sa stratégie sur celle adoptée pour cibler les banques et les entreprises européennes qui commerçaient avec l’Iran, à savoir que ces dernières voyaient leurs avoirs gelés sur le lucratif marché américain. La menace de Cuomo fait partie...

IsraelValley Plus | Économie

La société israélienne SodaStream International étend sa production dans le Parc industriel Idan Haneguev près de Lehavim dans le sud d’Israël. Elle a notamment embauché 300 nouveaux employés sur les trois derniers mois. 70 salariés devraient également être engagés dans les prochaines semaines. Aujourd’hui, la multinationale compte 1400 employés dans ce parc, dont un tiers d...

Nathan Sarel (Tel Aviv) | Économie

Les automobilistes israéliens paieront plus cher leur voiture dès le 1 janvier 2017. La taxe éco gonflera les prix de quelques milliers de shekels. Bizarrement, h4. les voitures de luxe ne seront pas touchées. Les petites voitures dites mini verront leur prix augmenter de 1500 à 3000 shekels et curieusement les voitures hybrides augmenteront sensiblement. Ces voitures très peu gourmand...

IsraelValley Plus | Économie

22 ans après l’accord de paix avec la Jordanie, Israël est sur le point de renforcer ses relations avec son voisin par le biais d’initiatives conjointes. Début juillet, une délégation menée par le ministre-adjoint à la coopération régionale Ayoob Kara a rencontré le premier ministre jordanien Hani Al-Muki. Les deux parties se sont alors entendues sur une coopération plus importan...

Nathan Sarel (Tel Aviv) | Économie

Par Nathalie Hamou (thegoodlife) : "Premier « génériqueur » mondial, ce champion israélien a également su miser sur les médicaments innovants". La cérémonie s’est déroulée début ­décembre dans un grand hôtel de Tel-Aviv, devant le gotha du monde des affaires israélien. Désigné homme de l’année 2015 par le quotidien des affaires Globes, Erez Vigodman, qui a repris, ...

IsraelValley Plus | Économie

Depuis plus de 20 ans, Israël connaît un phénomène unique : Le dynamisme du pays et sa jeunesse donne à ses habitants l'envie de développer leur propre projet. Beaucoup d’israéliens ont la fibre entrepreneuriale due à une combinaison de facteurs uniques. Le gouvernement joue un rôle actif, et finance l'innovation via 21 structures et centres de recherche et développement, comme...

Jessica Philippe Consulting | Économie

Peut-être passées inaperçues, elles ont pourtant leur importance. Quelques nouvelles qu'il ne fallait pas rater ce week-end. 1. Teva vend pour 15 milliards d’obligations : Jeudi dernier, le groupe israélien Teva a annoncé avoir vendu 15 milliards de dollars d’obligations. L’objectif ? Permettre l’acquisition de la division des génériques de la multinationale pharmaceutique ...

Nathan Sarel (Tel Aviv) | Économie

A l’occasion de la conférence “Israël, la clé du Moyen-Orient ?” organisée par Herez Israël et accueillant Olivier Rafowicz, colonel de réserve et ancien porte-parole de Tsahal, ainsi qu’Avi Pazner, ancien ambassadeur d’Israël en France, Israël Valley est allé à la rencontre de Jérôme Jarmoune et Laurent Perez associés directeur de la structure en Israël et de Dan Cal...

Nathan Sarel (Tel Aviv) | Économie

Rami Lévy, le propriétaire de la chaîne de supermarchés à bas prix qui porte son nom, a décidé de construire entre Jérusalem et Ramallah le premier centre commercial israélo-palestinien. Certaines enseignes palestiniennes comme la boulangerie Sinokrot ou les bonbons Zalatimo ont déjà retenu des emplacements. Au total, 70 magasins ouvriront dans un peu plus d'un an. Rami Lévy tab...

IsraelValley Plus | Économie

Le ministère des Finances israélien, qui a déjà fait le tour des conséquences du retrait du Royaume-Uni dans un rapport récemment publié, pense quant à lui que le Brexit peut être une chance pour Israël : „Il est possible que la sortie de la Grande-Bretagne de l’UE améliore les chances d’Israël en matière de compétitivité sur le marché européen“. En effet, Israël s...

IsraelValley Plus | Économie

Selon Investing.com : "Israël: Les marchés actions ont terminé la séance en baisse ce jeudi; le repli des secteurs Communication, Pétrole et gaz, et Immobilier a contribué à cette baisse. En clôture à Tel Aviv, l'indice Tel Aviv 25 a lâché 0,04%. La meilleure performance de la séance pour l'indice Tel Aviv 25 est à mettre au crédit du titre Mylan NV (TA:MYL) en hausse de 1,4...

IsraelValley Plus | Économie

Netanyahou et les ministre des Finances Moshé Kahlon ont décidé d’une nouvelle baisse du taux de l’impôt sur les sociétés pour le budget 2017-2018. Il devrait passer en deux étapes de 25% à 23%, ce qui est un plancher historique. LPH : "Dans le budget actuel, ce taux avait déjà été ramené de 26,5% à 25%. Cette mesure devrait encourager les investissements, créer de l’em...

IsraelValley Plus | Économie