Sep 30

ISRAELVALLEY. JEAN-FRANCOIS COPE EN DIRECT. Vous avez dénoncé la proposition du Front national d'interdire voile et kippa, pourquoi ? Quel regard portez-vous sur les tensions entre l'Iran et Israël ?

Authors picture

IsraelValley Desk | Économie

Headline image

Jean-François Copé a accordé une interview exclusive au petitjournal.com Tel-Aviv et fait le point sur l’actualité en France et le statut des Français de l’étranger.(Israelvalley a sélectionné une partie de cet interview). De nombreux Français de l’étranger ont dénoncé l’attitude irresponsable de Charlie Hebdo, qui les aurait mis “en danger”. En ces temps troublés, quelle est votre position sur les limites imposées au droit d’expression ?

La liberté d’expression est un droit fondamental, sauf bien sûr quand elle verse dans le négationnisme, l’incitation à la haine ou la diffamation. Pour moi, la liberté d’expression n’est donc pas négociable. Mais je crois que cette liberté doit aussi s’exercer intelligemment, en particulier dans ce contexte de tensions internationales très fortes qui ont conduit à plusieurs morts. Je crois qu’un caricaturiste doit assumer une forme d’éthique de responsabilité et se demander s’il est opportun de jeter de l’huile sur le feu ! Si jamais des Français de l’étranger sont pris pour cible, à cause de ces caricatures, certains, à Charlie Hebdo devront sérieusement se remettre en question.

Vous avez dénoncé la proposition de la présidente du Front national d’interdire voile et kippa dans la rue, pourquoi ?

Comme toujours, Marine Le Pen verse dans l’outrance et la provocation. Marine Le Pen n’a pas compris le sens de la laïcité. La laïcité, ce n’est pas l’éradication des religions, ce n’est pas la suppression de tout signe d’expression religieuse – croix, kippa ou voile – de l’espace public. C’est au contraire un concept positif qui consiste à garantir la liberté, pour celui qui le souhaite, d’exercer son culte dans le respect de celui des autres et des lois de la République. Ainsi, à l’UMP, nous savons mettre des barrières quand il le faut : nous avons interdit le port du voile intégral dans l’espace public, car c’était une négation même de la personne humaine. Mais il n’est pas question de brimer la liberté de conscience : il serait ridicule d’interdire à quiconque de porter un voile, une croix, une kippa, dans la mesure où cette personne le fait librement et dans le respect de l’ordre public.

Vous sillonnez la France à la rencontre des militants UMP. Envisagez-vous un déplacement dans les 11 circonscriptions des Français de l’étranger ?

Chaque jour, comme depuis des mois, je vais à la rencontre et à l’écoute des militants dans chaque département de France mais aussi auprès des Français de l’étranger. Au cours de mes déplacements à l’étranger, je ne manque jamais de rencontrer nos compatriotes. Je l’ai fait à Londres, Abidjan, Pékin et Singapour avant et pendant la campagne présidentielle. Je tisse un extraordinaire lien personnel d’amitié et de respect avec nos militants, dont l’engagement est formidable. Je n’accepte d’ailleurs pas que certains s’amusent à laisser croire qu’ils n’auraient pas été mobilisés durant la campagne présidentielle ! Ceux qui les critiquent n’étaient certainement pas présents à Villepinte, à la Concorde ou au Trocadéro où des dizaines de milliers de militants étaient là, dans une atmosphère indescriptible, drapés de bleu-blanc-rouge, pour soutenir Nicolas Sarkozy.

Quel serait le message que vous souhaiteriez leur adresser pour les convaincre de voter pour vous ?

Les militants UMP de l’étranger sont sensibles aux mêmes thématiques que les militants qui vivent en France. Les résultats des élections législatives ont été décevants dans les circonscriptions de l’étranger. 8 sièges des Français établis hors de France sur 11, dont celui de la 8ème circonscription qui comprend Israël, sont détenus par la gauche. Nous devons faire beaucoup mieux, la reconquête commence dès maintenant.

Questions relatives aux Français de l’étranger :
La suppression de la prise en charge (PEC) des frais de scolarité des Français de l’étranger a été entérinée par le Conseil des ministres du 4 juillet. Votre réaction ?
Nicolas Sarkozy avait fait de la prise en charge des frais de scolarité un de ses engagements de campagne en 2007, conscient de l’importance de renforcer l’enseignement du Français à l’étranger et de permettre à tous nos compatriotes d’en bénéficier.

La Gauche a toujours caricaturé les Français de l’étranger, les considérant comme des expatriés fiscaux alors même que de nombreux Français résidant hors de France font face à des difficultés économiques. Une fois encore, ce sont les classes moyennes qui sont touchées.

Le réseau de lycées français à l’étranger constitue une force et une chance pour notre pays. C’est l’un des instruments privilégiés du rayonnement de la France dans le monde qui permet de renforcer notre influence tant au niveau économique que culturel.

Je suis tout particulièrement sensible aux statuts des femmes divorcées qui, très souvent, ont beaucoup de mal à payer les études de leurs enfants dans les écoles françaises.

D’une manière plus générale, quels sont les grands chantiers qu’il faudrait entreprendre pour les Français résidents hors de France ?

Nos compatriotes établis à l’étranger sont une chance pour la France : un pont entre notre pays et le pays dans lequel ils résident. Ils sont des ambassadeurs à la fois culturels et économiques.

Je sais que les Français de l’étranger attendent une meilleure prise en compte de leur statut, principalement sur les questions sociales, accès à la carte vitale ou retraite. La reconnaissance des diplômes est un chantier majeur car il est essentiel que les diplômes Français soient mieux reconnus à l’étranger afin de favoriser l’embauche des Français à l’étranger.

Nicolas Sarkozy, dans son programme, proposait une définition du statut des Français établis hors de France avec un guichet unique qui permettait de faciliter les démarches administratives de nos compatriotes dans le pays dans lequel ils résident ou en cas de retour.

Nous nous opposerons à une fiscalité confiscatoire et excessive pour les Français de l’étranger telle que la prévoit le PS. Enfin, il est nécessaire de renforcer la coordination des élus des Français de l’étranger : des Députés et des Sénateurs.

En tant que Secrétaire-général de l’UMP, comment analysez vous la défaite de l’UMP aux législatives, votre parti n’ayant que 3 députés élus sur 11 postes ? Etes vous en contact avec la candidate UMP pour la 8 circonscription, Valérie Hoffenberg ?

La vague rose a été très importante dans toute la France. Il a été très difficile pour nos candidats de gagner de nouvelles circonscriptions. Cette élection fut une première et nos compatriotes ont préféré voter pour un député appartenant à la majorité présidentielle. J’ai soutenu la candidature de Valérie dont je regrette la défaite, mais ce n’est que partie remise. Valérie continue de travailler à mes côtés en tant que Secrétaire Nationale de l’UMP et je me réjouis qu’elle ait appelé à voter pour moi.

Certains pensent que le poste de député des français de l’étranger, voulu par Nicolas Sarkozy, sera supprimé. Pensez-vous qu’il soit réellement utile ?

Il est vrai que nous avons été surpris par la faible mobilisation mais il s’agit d’une première et je reste persuadé que nos compatriotes ont besoin de députés efficaces qui sauront défendre leurs intérêts à l’Assemble Nationale. En revanche, j’appelle les Français établis hors de France à davantage se mobiliser lors des prochains scrutins afin de faire entendre leur voix dans tous les grands dossiers qui touchent la France et les Français quel que soit le pays où ils résident.

Quel regard portez-vous sur les tensions entre l’Iran et Israël et sur les positions de la gauche sur ce sujet ?

J’ai toujours été particulièrement attentif aux questions qui concernent la sécurité d’Israël.

Nicolas Sarkozy a été en première ligne pour la mise en place des sanctions à l’encontre de l’Iran, il fut le premier à comprendre l’importance du danger que représente un Iran possédant l’arme nucléaire.

Nous devons être conscients que le danger se rapproche car l’Iran sera très bientôt capable de fabriquer du combustible nucléaire.

Le danger est extrême pour Israël et nous ne pouvons prendre à la légère les déclarations inacceptables d’Ahmadinejad qui a, encore récemment, appelé à la destruction du “cancer sioniste”.

Israël ne doit pas être seule face à ce danger car la capacité nucléaire de l’Iran remettrait en cause l’équilibre régional et entrainerait une course à l’arme atomique dans tout le Moyen-Orient.

Je regrette que Laurent Fabius se soit rendu, au mois d’août, en Egypte, en Jordanie ainsi qu’au Liban et qu’il n’ait pas, dans le même temps, daigné aller en Israël alors même que le pays est menacé par l’Iran.

Au delà de la posture, j’attends du gouvernement Français qu’il fasse preuve de fermeté concernant le renforcement des sanctions. Le Président Hollande devrait se rendre en Chine et en Russie comme l’a fait dans le passé Nicolas Sarkozy pour obtenir un durcissement de ses pays vis à vis de l’Iran mais aussi de la Syrie.

Avec mes amis de l’UMP, nous serons très attentifs à ce que tous les accords de coopération économiques, scientifiques et éducatifs mis en place pour le Gouvernement Sarkozy entre la France et Israël ne soient pas remis en cause par la Gauche.

Un message particulier pour les Français résidents en Israël qui, ont très largement voté pour Nicolas Sarkozy lors des présidentielles ?

Je remercie les Français d’Israël qui ont voté à 94% pour Nicolas Sarkozy et à 67% pour Valérie Hoffenberg. Je tiens à affirmer que si je suis élu Président de l’UMP, je poursuivrai la politique de renforcement des liens entre la France et Israël initiée par Nicolas Sarkozy. Ils pourront compter sur moi pour rester très vigilant sur la lutte contre l’antisémitisme et tous les extrémismes en France. J’aurai d’ailleurs le plaisir de recevoir Dan Meridor, vice-Premier ministre et ministre chargé du renseignement et de l’énergie atomique à l’UMP au mois d’octobre.

(lepetitjournal.com/telaviv) Jeudi 27 septembre 2012

Source: http://www.lepetitjournal.com/telaviv/123460-tel-aviv-actualite.html

INVITATION. L'institut pour l'innovation et la compétitivité - i7 de ESCP Europe et la CCI de Paris ont le plaisir de vous inviter au colloque "L'Europe, terre d'innovation" le 11 mai de 17h00 à 20h00 à ESCP Europe - campus de Paris / Amphi Vital Roux Animé par Delphine Manceau,Directrice de la division corporate et Professeur à ESCP Europe et Pascal Morand, Directeur général adjoint, charg...

IsraelValley Desk | Économie

ET Solutions AG, a été sélectionnée pour fournir des services d'ingénierie, d'achat et de construction clé en main pour une centrale solaire de 50 MWp en Israël, aux côtés des partenaires locaux G-Systems et El-Mor Group. Le projet se trouve à 20 km au nord-ouest de l'ancienne ville portuaire d'Ashqelon et sera construit sur 60 hectares de terres semi-désertiques. La nouvelle installation ph...

IsraelValley Desk | Économie

Shimon Pérès était à la recherche d’un emploi après avoir quitté la présidence d’Israël en Septembre dernier, et aux dernières nouvelles il a finalement obtenu une offre sympathique. Selon The Marker, M. Pérès a récemment signé un contrat avec la banque Hapoalim, dans lequel il sera payé 30 000 $ par mois pour aider à promouvoir les affaires de la banque. Un conseiller de l’ancien président...

Coolamnews.com | Économie

ANALYSE – À 67 ans, l’Israélien prend sa retraite. Pour l’économie d’Israël, c’est un nouveau départ: une année de protestation contre la vie chère. Qui a dit que le « printemps arabe » avait épargné la société israélienne ? Si Israël compte 8 millions de sujets, ce sont autant de sujets de mécontentement. À 67 ans, l’économie israélienne entre dans sa phase de maturité ; si les réseaux soci...

Jacques Bendelac | Économie

Les ministres des Affaires étrangères de seize des vingt-huit pays de l’Union européenne, dont la France, ont adressé une lettre à Federica Mogherini. Ils lui demandent d’accélérer le processus de signalisation des produits en provenance des localités juives de Judée-Samarie vendus sur le marché européen. Dans leur lettre, les ministres indiquent qu’il s’agira d’un pas important dans l’appli...

IsraPresse | Économie

Le gouvernement israélien veut encourager la reconversion des agriculteurs de l’Arava qui produisent essentiellement du poivron destiné à la Russie. La crise économique en Russie et la chute du rouble se répercutent jusque dans les exploitations israéliennes de la vallée de l’Arava. Au fil des dernières années, de nombreux agriculteurs israéliens se sont spécialisés dans la culture du poiv...

Jacques Bendelac | Économie

La saison 3 est lancée ! Les 6 start-ups sélectionnées parmi 175 candidatures pour le programme d’accélération Orange Fab France ont présenté leur projet devant des investisseurs et des entrepreneurs à Paris aujourd’hui. Dopez vos plus-values Afrostream est le service de vidéo à la demande par abonnement qui donne à des millions de fans un accès illimité aux films et séries africaines, afro...

IsraelValley Desk | Économie

Les transactions immobilières ont reculé en février après une poussée en janvier ; le Sud d’Israël devient très recherché par les investisseurs. La note de conjoncture hebdomadaire publiée par le ministère des Finances à Jérusalem consacre une longue analyse au marché immobilier au début 2015. En février dernier, 10.500 logements ont été achetés en Israël, soit 3,5% de moins qu’en janvier. C...

Jacques Bendelac | Économie

Si la situation économique des rescapés de la Shoah s’améliore, ils sont encore nombreux à vivre dans la pauvreté et à rogner sur leurs dépenses. Israël commémore aujourd’hui la Journée de la Shoah, officiellement dénommée Yom ha-zikaron laShoah vélaGvoura (« Journée du souvenir pour la Shoah et l’Héroïsme »). Au début 2015, 189.000 rescapés de la Shoah vivaient en Israël ; deux tiers d’en...

Jacques Bendelac | Économie

Le ministre israélien des Transports prépare une mini-révolution dans les plaques d’immatriculation des véhicules; son coût élevé sera inévitable. À partir de 2017, les plaques d’immatriculation des véhicules en Israël sera composé de huit chiffres, contre sept aujourd’hui. Explication : au rythme actuel des immatriculations, toutes les combinaisons à sept chiffres seront prochainement épu...

Jacques Bendelac | Économie

Fin de la trêve pascale en Israël : les tractations pour la formation d’un gouvernement reprennent, les dossiers économiques restent brûlants. L’économie sera un des principaux enjeux des transactions pour former un gouvernement de coalition israélien. Le Premier ministre nommé, Benyamin Netanyahou, devra « jongler » entre les exigences des différents partenaires potentiels, tout en leur f...

Jacques Bendelac | Économie

De nombreuses universités et associations philantropiques israéliennes rêvent de reçevoir une partie de la fortune de Tim Cook. Selon i24News : "Le patron d'Apple, Tim Cook, céderait sa fortune à des oeuvres de charité, une somme qui approcherait les 800 millions de dollars, selon une révélation du magazine Fortune. Aujourd'hui âgé de 54 ans, Tim Cook a indiqué qu'il donnera son argent à des...

IsraelValley et i24News | Économie

Avec le recul de l’euro face au shekel, la parité euro/dollar deviendrait une réalité dans le courant de 2015. Quel impact sur l’économie d’Israël? Au dernier jour de cotation de la semaine de Pessah à la bourse de Tel Aviv, le dollar est resté stable à 3,94 shekels. En revanche, la monnaie européenne a encore perdu 1% de sa valeur face à la devise israélienne : l’euro vaut désormais 4,24 ...

Jacques Bendelac | Économie

HiLabs tente de faire passer le message de la nation start-up aux 200 000 Juifs argentins. Situé à Buenos Aires, HiLabs cherche recréer autant que possible l’atmosphère des incubateurs israéliens, en donnant aux participants les outils et le mentorat nécessaires au développement d’applications et de nouvelles technologies. « Nous avons reçu 300 candidatures pour 30 places. Cela a dépassé tou...

Times of Israel | Économie

Benjamin Netanyahu a l’intention de revenir à des budgets sur deux ans, une politique financière que son gouvernement avait adoptée lors de son mandat de 2009 à 2013 mais qui avait été abandonnée par le gouvernement récemment dissous. La decision de réintroduire cette politique n’a pas été motivée par des considérations budgétaires, mais dans le but de stabiliser la future coalition au pouvoir ...

Times of Israel | Économie