Sep 29

ISRAELVALLEY. LES ISRAELIENS DECOUVRENT, COMME LES ITALIENS, "LA HAINE DE SOI FRANCAISE". La France est peut-être bien déprimée, mais sûrement pas déprimante.

Authors picture

IsraelValley Desk | Culture

Headline image

Le magazine “Courrier International” a relevé un excellent article dans la presse italienne qui traite du moral des Français. Il est certain que les israéliens observent la France avec les mêmes yeux que les Italiens : "C’est bien connu, les Français adorent se plaindre. Mais, en cette rentrée, ça frôle la pathologie, constate ce correspondant italien. Au cinéma, dans les livres, à la radio, un seul leitmotiv : la déprime.

Nicolas Sarkozy voulait une “France forte”, Hollande avait promis de “réenchanter le rêve français”. Pourtant, de retour de vacances, nos cousins se retrouvent en pleine déprime. Soyons clairs : la grogne passe pour une caractéristique nationale dans ce pays cyclothymique où des périodes de sombre découragement et de mélancolie fulgurante alternent avec des rêves de gloire et des bouffées de grandeur, ce pays capable de tout sauf de se résigner à la normalité.Mais cet automne semble bien placé sous le signe du mécontentement. L’économie va mal, le seuil symbolique des trois millions de chômeurs a été dépassé, l’euro est à bout de souffle et de nouvelles vagues de licenciements et de délocalisations sont annoncées.

Même s’ils refusent de l’admettre, à commencer par François Hollande, les Français savent que l’Etat social auquel ils sont attachés (parce qu’il fonctionne bien mieux qu’en Italie, pour le même tarif) n’est plus viable.Résultat : la cote de popularité du tout nouveau président est en chute libre, 11 points perdus au mois d’août [soit 44 % de jugements favorables selon le baromètre Ipsos]. Hollande, à vrai dire, n’est pas responsable d’une situation dont il a largement hérité. Mais il semble à court de solutions pour en sortir. La crise des idées s’est répercutée sur l’optimisme des ménages.

Les perspectives nationales sont tout sauf encourageantes : selon les derniers sondages, 68 % des Français se disent pessimistes pour leur avenir [sondage Ifop].La culture, dans l’un des rares pays à la prendre encore au sérieux, reflète ce mal-être. Prenez une autre des exceptions françaises les plus typiques : la rentrée littéraire, ce raz de marée de romans qui s’abat sur les rayons des librairies en septembre, véritable tsunami littéraire de plus de 500 nouveaux titres [646 livres sont sortis entre août et octobre]. Les deux ouvrages les plus prometteurs, en termes de ventes et en prévision des prix littéraires, sont tout sauf optimistes. Les Lisières, d’Olivier Adam [éd. Flammarion], a déjà été vendu à plus de 70 000 exemplaires.

Son protagoniste, alter ego de l’auteur, largué par sa femme avec qui il vivait en Bretagne, revient sur les lieux de son enfance en banlieue parisienne et découvre, naturellement, combien les lieux se sont dégradés. A dire vrai, tout a empiré : sa mère perd la tête, son père, ex-communiste, est tenté par le Front national (et donc, vu de gauche, timbré lui aussi), la périphérie est peuplée de classes moyennes appauvries et délogées du centre-ville, les classes défavorisées sont reléguées plus loin encore, alors que sur les écrans défilent les images de Fukushima et du tsunami. Ambiance.Autre best-seller, autres désastres. Le sujet d’Une semaine de vacances de Christine Angot [éd. Flammarion] est l’inceste.

La scène d’ouverture montre le père bourreau posant une tranche de jambon sur son sexe et proposant à sa fille de la manger. A droite, c’est-à-dire au Figaro, journal qui ne brille guère par son objectivité (depuis que les socialistes sont au pouvoir, il pleut tous les jours sur la France, plus personne n’ose rire et même le camembert a perdu sa saveur), on s’interroge : “La culture française est-elle déprimée ?” Le critique Charles Dantzig tire à vue sur le “populisme littéraire” auquel les auteurs français s’abandonnent (“J’appelle populisme littéraire une fiction destinée à flatter des sentiments hargneux”). Michel Houellebecq, fondateur du courant “déprimiste” de la République des lettres, a toujours peint le désespoir avec ironie. Aujourd’hui, alors que les réserves d’ironie semblent épuisées, seul demeure le désespoir.

Le cinéma se fait également l’écho de cette tristesse. A côté des incontournables comédies légères sentimentales, les maladies, physiques ou sociales, prolifèrent sur grand écran : c’est une litanie de chômeurs rongés par le désespoir et l’agressivité, sur fond de banlieues dégradées et violentes… Même la chanson a succombé au virus de l’anxiété : “La mélancolie c’est communiste / Tout le monde y a droit de temps en temps / La mélancolie n’est pas capitaliste / C’est même gratuit pour les perdants”, soupire le Breton Miossec (si son nom vous est inconnu, rassurez-vous : la variété française a tendance à vivre en autarcie et dépasse rarement les frontières de l’Hexagone). Et le populaire Benjamin Biolay de lui répondre : “Il n’y a plus de cosmos au-dessus de nos balcons / Il n’y a que des fosses, plus que des dalles de béton.

”En France, depuis toujours, pleurer sur son sort est un sport national. Aujourd’hui, pourtant, c’est en train de dégénérer en pathologie. L’écrivain Michel Onfray parle de “haine de soi française” et l’explique ainsi [dans un article paru en août dans l’hebdomadaire Marianne] : “Les Français, qui furent longtemps des coqs juchés sur leur tas de fumier, sont devenus désormais des poulets de batterie.” Pourquoi pas ? Mais l’observateur étranger aura du mal à cacher sa perplexité. La France est peut-être bien déprimée, mais sûrement pas déprimante".

Source: http://www.courrierinternational.com/article/2012/09/20/meme-le-camembert-a-perdu-sa-saveur

La Maire de Paris qui tente de faire revenir à Paris les touristes du monde entier va être étonnée de cette news. La Ministre israélienne de la Justice, Ayelet Shaked (Habayit HaYehudi), a parlé de la conférence de paix de Paris : « Nili Dagan, un poète israélien, a déclaré que "la paix commence à partir de l’endroit où l’amour commence". Les nations du monde ne sont pas ...

IsraelValley Desk | Culture

Le Dr. Eran Neuman, directeur de l’Ecole d’Architecture de la Faculté des arts de l’Université de Tel-Aviv, vient d’être nommé directeur du Musée d’Israël à Jérusalem, la plus grande institution culturelle du pays. Il entrera en fonction début février. Le Dr. Neuman  a été choisi au terme de neuf mois de recherche, au cours desquels ont été examinées des candidature...

Sivan Cohen-Wiesenfeld | Culture

Avec plus de 200 musées en Israël – le plus grand nombre de musées par habitant dans le monde – il n’est guère étonnant que le site de voyage de CNN a choisi de mettre en lumière leur liste des 10 meilleurs musées de la Terre Sainte. La liste comprend des noms attendus – comme les institutions de renommée mondiale, le Musée d’Israël et Yad Vashem, à Jérusalem ou encore ...

IsraelValley Desk | Culture

La présence chrétienne en Israël a un peu augmenté en 2015, l’immigration parvenant à compenser l’émigration de familles chrétiennes désireuses d’une vie meilleure. COMBIEN SONT-ILS ? À la veille de Noël, le Bureau central de statistiques d’Israël a fourni des données relatives aux citoyens israéliens de foi chrétienne. Selon les sources officielles consultées par l...

IsraelValley Desk | Culture

Un nouveau projet de fouilles sur le site biblique de Kiriyat-Yéarim va être lancé en août 2017, sous la direction conjointe du Prof. Israël Finkelstein, responsable de la chaire d'archéologie des périodes du bronze et du fer en Israël de l'Université de Tel-Aviv, et des Prof. Christophe Nicolle et Thomas Römer du Collège de France. Il a pour but d’enrichir les connaissances su...

Sivan Cohen-Wiesenfeld | Culture

Les produits de consommation pour la maison et la famille provenant d’Israël gagnent du terrain parmi les consommateurs, et ce rapidement, partout où ils sont vendus. Quelques exemples du catalogue 2016-2017 du secteur DIY (do it yourself) et décoration d’intérieurs en Israël. Il présente les meilleurs créateurs ainsi que les produits les plus innovants et originaux du secte...

IsraelValley Desk | Culture

Concerts, Master Classes, Jazz Bar et soirées Jam Sessions dans les hôtels autour de la ville de Eilat. Le 7e Festival de Jazz d'hiver de la mer Rouge vous invite à vous réchauffer avec une sélection d'artistes remarquables et un programme artistique riche et varié. Pendant six années consécutives depuis sa création, l'édition hivernale du Red Sea Jazz Festival a attiré des mi...

Aharon Kahn | Culture

Qu'on se le dise. Les israéliens cultivent la différence et "bossent" le 1er Janvier alors que le monde entier est en congé durant ce jour symbole. La Saint Sylvestre (Oh, my god!) n'est pas dans le calendrier juif. Les nouveaux immigrants (surtout les Français qui font semblant de ne pas le savoir) subissent le "vrai" choc de la Alyah ce jour là. BRESIL La nuit du nouvel an, « Vé...

Ilan Berger (Césarée) | Culture

Intrigues, corruption et rébellion populaire, quels sont les véritables dessous de la Fête  des Lumières ? Sans déflorer le récit que nous aimons tous, voici quelques mises au point historiques du Département d'Archéologie et des anciennes Cultures orientales de l'Université de Tel-Aviv, à la veille de l’allumage des dernières bougies de Hanoucca. «Tout a commencé vers 160 a...

Sivan Cohen-Wiesenfeld | Culture

Les supers stars internationales annoncent les unes après les autres des concerts à Tel Aviv. Après Justin Bieber ou encore Aerosmith, c’est au tour de Céline Dion de travailler sur un premier concert en Israël. Une première pour la Canadienne. Le journal Ynet rapporte que les agents de la chanteuse canadienne sont actuellement en pourparlers avec des producteurs israéliens pour ...

IsraelValley Desk | Culture

Du 29 janvier au 1 février 2017, Tel-Aviv met à l'honneur les designers israéliens lors de la «Gindi Tel Aviv Fashion Week» au centre commercial Tel Aviv Fashion. Au programme de cette année des concepteurs chevronnés qui présenteront pour la première fois, ainsi que de nouvelles marques prometteuses. Le plus au menu: la marque pour enfants Flamingo et la soirée de Gala pour fêter...

Aharon Kahn | Culture

Jusqu’ici, il était vain de chercher un centre national d’archéologie en Israël, mais les choses vont changer. La maquette du „National Campus for the Archaelogy of Israel“ a été présentée à Jérusalem. Le nouveau „Jay and Jeanie Schottenstein National Campus for the Archaeology of Israel“ sera construit entre le Musée d’Israël et le Musée Bible et Terre Sainte à Gi...

IsraelValley Desk | Culture

660 000 citoyens israéliens ne peuvent se marier dans leur propre pays. Ce chiffre englobe de nombreux immigrants en provenance de l’Ex-Union soviétique, les enfants de parents convertis dont la conversion n’est pas reconnue par les instances religieuses en Israël ainsi que les homosexuels. Le mariage civil n’existant pas en Israël, il ne reste que le mariage religieux, mais cela s...

IsraelValley Desk | Culture

La Fête de Hanouccah commémore la victoire des Juifs contre les Gréco-Syriens durant l’occupation de la Judée, vers 174 avant notre ère. Lors de cette victoire historique, le Chandelier sacré du Temple de Jérusalem put être allumé à l’aide d’une huile pure trouvée par hasard… Et qui miraculeusement, dura huit jours au lieu d’une seule journée. Egalement appelée la Fê...

IsraelValley Desk | Culture

Pour la première fois, Jérusalem est l'objet d'un véritable travail d'histoire urbaine, de la construction du premier Temple à l'époque contemporaine. Entretien avec Vincent Lemire, coordinateur de “Jérusalem. Histoire d'une ville-monde”. Vincent Lemire est maître de conférences en histoire contemporaine à l'université Paris-Est Marne-la-Vallée et directeur du projet Open J...

IsraelValley Desk | Culture