Sep 29

ISRAELVALLEY. LES ISRAELIENS DECOUVRENT, COMME LES ITALIENS, "LA HAINE DE SOI FRANCAISE". La France est peut-être bien déprimée, mais sûrement pas déprimante.

Authors picture

IsraelValley Desk | Culture

Headline image

Le magazine “Courrier International” a relevé un excellent article dans la presse italienne qui traite du moral des Français. Il est certain que les israéliens observent la France avec les mêmes yeux que les Italiens : "C’est bien connu, les Français adorent se plaindre. Mais, en cette rentrée, ça frôle la pathologie, constate ce correspondant italien. Au cinéma, dans les livres, à la radio, un seul leitmotiv : la déprime.

Nicolas Sarkozy voulait une “France forte”, Hollande avait promis de “réenchanter le rêve français”. Pourtant, de retour de vacances, nos cousins se retrouvent en pleine déprime. Soyons clairs : la grogne passe pour une caractéristique nationale dans ce pays cyclothymique où des périodes de sombre découragement et de mélancolie fulgurante alternent avec des rêves de gloire et des bouffées de grandeur, ce pays capable de tout sauf de se résigner à la normalité.Mais cet automne semble bien placé sous le signe du mécontentement. L’économie va mal, le seuil symbolique des trois millions de chômeurs a été dépassé, l’euro est à bout de souffle et de nouvelles vagues de licenciements et de délocalisations sont annoncées.

Même s’ils refusent de l’admettre, à commencer par François Hollande, les Français savent que l’Etat social auquel ils sont attachés (parce qu’il fonctionne bien mieux qu’en Italie, pour le même tarif) n’est plus viable.Résultat : la cote de popularité du tout nouveau président est en chute libre, 11 points perdus au mois d’août [soit 44 % de jugements favorables selon le baromètre Ipsos]. Hollande, à vrai dire, n’est pas responsable d’une situation dont il a largement hérité. Mais il semble à court de solutions pour en sortir. La crise des idées s’est répercutée sur l’optimisme des ménages.

Les perspectives nationales sont tout sauf encourageantes : selon les derniers sondages, 68 % des Français se disent pessimistes pour leur avenir [sondage Ifop].La culture, dans l’un des rares pays à la prendre encore au sérieux, reflète ce mal-être. Prenez une autre des exceptions françaises les plus typiques : la rentrée littéraire, ce raz de marée de romans qui s’abat sur les rayons des librairies en septembre, véritable tsunami littéraire de plus de 500 nouveaux titres [646 livres sont sortis entre août et octobre]. Les deux ouvrages les plus prometteurs, en termes de ventes et en prévision des prix littéraires, sont tout sauf optimistes. Les Lisières, d’Olivier Adam [éd. Flammarion], a déjà été vendu à plus de 70 000 exemplaires.

Son protagoniste, alter ego de l’auteur, largué par sa femme avec qui il vivait en Bretagne, revient sur les lieux de son enfance en banlieue parisienne et découvre, naturellement, combien les lieux se sont dégradés. A dire vrai, tout a empiré : sa mère perd la tête, son père, ex-communiste, est tenté par le Front national (et donc, vu de gauche, timbré lui aussi), la périphérie est peuplée de classes moyennes appauvries et délogées du centre-ville, les classes défavorisées sont reléguées plus loin encore, alors que sur les écrans défilent les images de Fukushima et du tsunami. Ambiance.Autre best-seller, autres désastres. Le sujet d’Une semaine de vacances de Christine Angot [éd. Flammarion] est l’inceste.

La scène d’ouverture montre le père bourreau posant une tranche de jambon sur son sexe et proposant à sa fille de la manger. A droite, c’est-à-dire au Figaro, journal qui ne brille guère par son objectivité (depuis que les socialistes sont au pouvoir, il pleut tous les jours sur la France, plus personne n’ose rire et même le camembert a perdu sa saveur), on s’interroge : “La culture française est-elle déprimée ?” Le critique Charles Dantzig tire à vue sur le “populisme littéraire” auquel les auteurs français s’abandonnent (“J’appelle populisme littéraire une fiction destinée à flatter des sentiments hargneux”). Michel Houellebecq, fondateur du courant “déprimiste” de la République des lettres, a toujours peint le désespoir avec ironie. Aujourd’hui, alors que les réserves d’ironie semblent épuisées, seul demeure le désespoir.

Le cinéma se fait également l’écho de cette tristesse. A côté des incontournables comédies légères sentimentales, les maladies, physiques ou sociales, prolifèrent sur grand écran : c’est une litanie de chômeurs rongés par le désespoir et l’agressivité, sur fond de banlieues dégradées et violentes… Même la chanson a succombé au virus de l’anxiété : “La mélancolie c’est communiste / Tout le monde y a droit de temps en temps / La mélancolie n’est pas capitaliste / C’est même gratuit pour les perdants”, soupire le Breton Miossec (si son nom vous est inconnu, rassurez-vous : la variété française a tendance à vivre en autarcie et dépasse rarement les frontières de l’Hexagone). Et le populaire Benjamin Biolay de lui répondre : “Il n’y a plus de cosmos au-dessus de nos balcons / Il n’y a que des fosses, plus que des dalles de béton.

”En France, depuis toujours, pleurer sur son sort est un sport national. Aujourd’hui, pourtant, c’est en train de dégénérer en pathologie. L’écrivain Michel Onfray parle de “haine de soi française” et l’explique ainsi [dans un article paru en août dans l’hebdomadaire Marianne] : “Les Français, qui furent longtemps des coqs juchés sur leur tas de fumier, sont devenus désormais des poulets de batterie.” Pourquoi pas ? Mais l’observateur étranger aura du mal à cacher sa perplexité. La France est peut-être bien déprimée, mais sûrement pas déprimante".

Source: http://www.courrierinternational.com/article/2012/09/20/meme-le-camembert-a-perdu-sa-saveur

La Tribune : "Selon la loi juive, une femme peut demander le divorce si elle n’est pas satisfaite sexuellement par son mari. Pour aider les couples « licites » (c’est-à-dire hétérosexuels et mariés) à vivre une sexualité épanouie, le rabbin orthodoxe Natan Alexander s’est lancé dans la vente de sextoys casher. Son site bebetter2gether.com (mieux vivre ensemble) propose des vibromasseurs, bo...

La Tribune | Culture

LIBRE OPINION. « Les Guignols de l’info » peuvent-ils disparaître de l’antenne de Canal+ ? Pourquoi pas ? Cette émission critique avec constance les dirigeants de l'Etat d'Israël et se classe pro-Palestiniennne. Elle construit des caricatures infâmes et a formé (un populisme dégoulinant de bons sentiments ) une génération d'anti-israéliens qui voient Ben Laden avec un regard plein de tendresse....

Dan Rosh (Tel Aviv) | Culture

Après une longue saga concernant les droits de propriété d’une collection de manuscrits rares de Franz Kafka, une décision de justice rendue à Tel Aviv a finalement tranché en faveur de la Bibliothèque nationale israélienne. Le jugement, publié Mercredi, a imposé à Mme Eva Hoffe, qui réclamait la propriété de ces manuscrits, de rendre tous ceux qui étaient en sa possession à la bibliothèque...

Ariel Haziza (Tel Aviv) | Culture

À ne pas manquer : du 9 au 19 juillet se déroulera à la cinémathèque de Jérusalem la 32ème édition du festival cinématographique de Jérusalem. Malheureusement, ce festival fondé en 1984 par Lia van Leer, à vu s’éteindre sa créatrice. Effectivement Lia Van Leer (réalisatrice israélienne) est morte en Mars dernier, elle était notamment fondatrice et directrice des cinémathèques de Jérusalem et d...

Félicien Guilbaud (Tel Aviv) | Culture

Pour vous faire plaisir et prendre une douce revanche sur le BDS offrez pour les fêtes la fleur magique que les israéliens ont déclaré "fleur nationale". Selon Tel Avivre : "La fleur nationale d’Israël est le Cyclamen persicum. Dans l’antiquité, le cyclamen a été reconnu pour ses vertus thérapeutiques, en raison de la présence de cyclamine, une substance amère aux pouvoirs purgatifs. Elle est u...

Ilana Dreyfus (Tel Aviv) | Culture

Il est temps de préparer vos vacances. Un article très intéressant (à imprimer avant de vous rendre en Israël). Les meilleurs restaurants y sont mentionnés. IsraelValley a pratiquement visité chacun des restaurants de l'article paru dans L'Express et écrit par Marie-Odile Briet. ISRAELVALLEY PLUS. L'Express : "Impossible de quitter Tel-Aviv sans tester la cuisine d'Eyal Shani, la "rock star"...

L'Express | Culture

Le 41e prix du Livre Inter a été attribué aujourd'hui à Valérie Zenatti pour "Jacob, Jacob" (L'Olivier), un roman qui explore la mémoire algérienne à travers le portrait de Jacob, jeune Juif de Constantine enrôlé en juin 44 pour libérer la France des nazis. Présidé cette année par le médecin, écrivain et académicien Jean-Christophe Rufin, le jury de ce prix était composé de 24 auditrices et ...

Le Figaro | Culture

EXCLUSIF. Interview d'Olivier Rubinstein – Conseiller de Coopération et d'action culturelle et Directeur de l'Institut Français d'Israël « un Ministère miniature de la culture et de la séduction ». Jeudi dernier, la première « Nuit de la Philosophie et des Arts » a été organisée à Tel Aviv, dans différents lieux de la ville, par l'Institut français d'Israël (IFI) dirigé par Olivier Rubinstein. ...

Magali Allouche (Tel Aviv) | Culture

Pour sa 3ème édition, le Festival de la Méditerranée se déroulera au 8 au 11 juin au Ashdod Performing Arts Center. Il réunira des musiciens (Shlomi Shabat, Idan Raichel..), des films (« Transparent », « Almost Friends »..) et des expositions d'art au Musée d'art d'Ashdod. Ouvert sur tout le pourtour méditerranéen, les artistes ne sont pas seulement israéliens : ils sont également espagnols, gr...

Magali Allouche (Tel Aviv) | Culture

Le photographe français expose le projet “This Place” au Musée d'Art de Tel-Aviv. Si l'ambition est d'explorer la complexité d'Israël et de la Cisjordanie sans approche idéologique, la dimension politique n'est jamais très loin. Pendant un quart de siècle, Frédéric Brenner a promené son objectif sur la diaspora juive aux quatre coins du monde. A partir de 2006, le photographe français conçoi...

Nathalie Hamou (Telerama) | Culture

Interview exclusive d'Ariane Bois - Critique littéraire et Reporter spécialisée en sujets de société. A l'occasion de la Table ronde exceptionnelle "Ecrire la Guerre: Rencontre d'Ecrivains" qui aura lieu le 14 mai à 9 h à l'Université de Tel Aviv, Ariane Bois a accepté de donner une interview à IsraelValley. *1. Pouvez-vous me parler de votre parcours professionnel ?* « Après des études l...

Magali Allouche | Culture

Les frères Coen : Coprésidents du Jury du Festival de Cannes. Les lauréats de la Palme d'or du Festival de Cannes 1991 pour Barton Fink, partageront cette année la Présidence du Jury du 68e Festival de Cannes. En effet, les frères Coen, très proches du Festival, à l'instar des frères Dardenne, ont vu 8 de leurs longs métrages sélectionnés en compétition. Pour rappel, ils ont gagné, dans le cadr...

Magali Allouche (Tel Aviv) | Culture

Interview – Lisa Raduszynski. C'est presque par hasard que Lisa Raduszynski va jouer son spectacle « Dans 2 minutes...j'suis au top ! » à Tel Aviv. Elle a en effet la chance de profiter de ses vacances dans "la ville qui ne dort jamais" pour jouer, sur la scène du café Bialik le lundi 4 mai à 20h30, son one woman show déjà bien rodé. Elle l'a créé il y a 4 ans et le joue régulièrement au Théâtr...

Magali Allouche (Tel Aviv) | Culture

De nombreux israéliens assisteront au pèlerinage de la Ghriba, en Tunisie (6 et 7 mai). Selon Perez Trabelsi, le Président de la communauté juive de Djerba des israéliens, Canadiens, Francais ont bien confirmé leur présence, Plus de 3000 personnes au total sont attendues durant le pélérinage.(Quoide9israel) Selon un site Tunisien directinfo.webmanagercenter.com : "Les préparatifs sécuritair...

D.I. | Culture

La veille de Yom Hatsmaout a lieu Yom Hazikaron, jour de recueillement où l'on commémore les soldats morts pour la création puis la défense de l'Etat d'Israël. Les commémorations du Yom Hazikaron débuteront ce soir à 20h00 à la mémoire des 23 320 soldats tombés au combat. Cette année, Israël honorera la mémoire de 116 victimes supplémentaires, dont 73 soldats et civils tués l’été dernier,...

Raphael Levin (Tel Aviv) | Culture