Sep 29

ISRAELVALLEY. LES ISRAELIENS DECOUVRENT, COMME LES ITALIENS, "LA HAINE DE SOI FRANCAISE". La France est peut-être bien déprimée, mais sûrement pas déprimante.

Authors picture

IsraelValley Desk | Culture

Headline image

Le magazine “Courrier International” a relevé un excellent article dans la presse italienne qui traite du moral des Français. Il est certain que les israéliens observent la France avec les mêmes yeux que les Italiens : "C’est bien connu, les Français adorent se plaindre. Mais, en cette rentrée, ça frôle la pathologie, constate ce correspondant italien. Au cinéma, dans les livres, à la radio, un seul leitmotiv : la déprime.

Nicolas Sarkozy voulait une “France forte”, Hollande avait promis de “réenchanter le rêve français”. Pourtant, de retour de vacances, nos cousins se retrouvent en pleine déprime. Soyons clairs : la grogne passe pour une caractéristique nationale dans ce pays cyclothymique où des périodes de sombre découragement et de mélancolie fulgurante alternent avec des rêves de gloire et des bouffées de grandeur, ce pays capable de tout sauf de se résigner à la normalité.Mais cet automne semble bien placé sous le signe du mécontentement. L’économie va mal, le seuil symbolique des trois millions de chômeurs a été dépassé, l’euro est à bout de souffle et de nouvelles vagues de licenciements et de délocalisations sont annoncées.

Même s’ils refusent de l’admettre, à commencer par François Hollande, les Français savent que l’Etat social auquel ils sont attachés (parce qu’il fonctionne bien mieux qu’en Italie, pour le même tarif) n’est plus viable.Résultat : la cote de popularité du tout nouveau président est en chute libre, 11 points perdus au mois d’août [soit 44 % de jugements favorables selon le baromètre Ipsos]. Hollande, à vrai dire, n’est pas responsable d’une situation dont il a largement hérité. Mais il semble à court de solutions pour en sortir. La crise des idées s’est répercutée sur l’optimisme des ménages.

Les perspectives nationales sont tout sauf encourageantes : selon les derniers sondages, 68 % des Français se disent pessimistes pour leur avenir [sondage Ifop].La culture, dans l’un des rares pays à la prendre encore au sérieux, reflète ce mal-être. Prenez une autre des exceptions françaises les plus typiques : la rentrée littéraire, ce raz de marée de romans qui s’abat sur les rayons des librairies en septembre, véritable tsunami littéraire de plus de 500 nouveaux titres [646 livres sont sortis entre août et octobre]. Les deux ouvrages les plus prometteurs, en termes de ventes et en prévision des prix littéraires, sont tout sauf optimistes. Les Lisières, d’Olivier Adam [éd. Flammarion], a déjà été vendu à plus de 70 000 exemplaires.

Son protagoniste, alter ego de l’auteur, largué par sa femme avec qui il vivait en Bretagne, revient sur les lieux de son enfance en banlieue parisienne et découvre, naturellement, combien les lieux se sont dégradés. A dire vrai, tout a empiré : sa mère perd la tête, son père, ex-communiste, est tenté par le Front national (et donc, vu de gauche, timbré lui aussi), la périphérie est peuplée de classes moyennes appauvries et délogées du centre-ville, les classes défavorisées sont reléguées plus loin encore, alors que sur les écrans défilent les images de Fukushima et du tsunami. Ambiance.Autre best-seller, autres désastres. Le sujet d’Une semaine de vacances de Christine Angot [éd. Flammarion] est l’inceste.

La scène d’ouverture montre le père bourreau posant une tranche de jambon sur son sexe et proposant à sa fille de la manger. A droite, c’est-à-dire au Figaro, journal qui ne brille guère par son objectivité (depuis que les socialistes sont au pouvoir, il pleut tous les jours sur la France, plus personne n’ose rire et même le camembert a perdu sa saveur), on s’interroge : “La culture française est-elle déprimée ?” Le critique Charles Dantzig tire à vue sur le “populisme littéraire” auquel les auteurs français s’abandonnent (“J’appelle populisme littéraire une fiction destinée à flatter des sentiments hargneux”). Michel Houellebecq, fondateur du courant “déprimiste” de la République des lettres, a toujours peint le désespoir avec ironie. Aujourd’hui, alors que les réserves d’ironie semblent épuisées, seul demeure le désespoir.

Le cinéma se fait également l’écho de cette tristesse. A côté des incontournables comédies légères sentimentales, les maladies, physiques ou sociales, prolifèrent sur grand écran : c’est une litanie de chômeurs rongés par le désespoir et l’agressivité, sur fond de banlieues dégradées et violentes… Même la chanson a succombé au virus de l’anxiété : “La mélancolie c’est communiste / Tout le monde y a droit de temps en temps / La mélancolie n’est pas capitaliste / C’est même gratuit pour les perdants”, soupire le Breton Miossec (si son nom vous est inconnu, rassurez-vous : la variété française a tendance à vivre en autarcie et dépasse rarement les frontières de l’Hexagone). Et le populaire Benjamin Biolay de lui répondre : “Il n’y a plus de cosmos au-dessus de nos balcons / Il n’y a que des fosses, plus que des dalles de béton.

”En France, depuis toujours, pleurer sur son sort est un sport national. Aujourd’hui, pourtant, c’est en train de dégénérer en pathologie. L’écrivain Michel Onfray parle de “haine de soi française” et l’explique ainsi [dans un article paru en août dans l’hebdomadaire Marianne] : “Les Français, qui furent longtemps des coqs juchés sur leur tas de fumier, sont devenus désormais des poulets de batterie.” Pourquoi pas ? Mais l’observateur étranger aura du mal à cacher sa perplexité. La France est peut-être bien déprimée, mais sûrement pas déprimante".

Source: http://www.courrierinternational.com/article/2012/09/20/meme-le-camembert-a-perdu-sa-saveur

Les fans vont devoir attendre jusqu’au 4 novembre avant de découvrir les nouvelles aventures de Lucky Luke. Dans La terre promise, selon Le Point, il aura cette fois la mission d’emmener une famille juive, les parents de son comparse Jack-la-Poisse, de l’Europe de l’Est jusque dans le grand Ouest américain. Ce dernier n’aurait pas osé avouer à sa famille qu’il était bel et bien...

IsraelValley Desk | Culture

Ce week-end le festival des chiens a eu lieu à Tel Aviv dans une atmosphère très conviviale (IsraelValley y était). Des milliers de personnes se sont déplacées pour cette rencontre unique. Plus de 25 000 chiens vivent à Tel Aviv (1 chien pour 17 habitants) et une industrie a prospéré (véterinaires, magasins spécialisés, services d'adoption...). LE SAVIEZ-VOUS? 1. Une start-up isr...

Ilan Berger (Holon) | Culture

La Cour Suprême d’Israël vient de mettre fin à un feuilleton judiciaire vieux de sept ans. Elle a en effet jugé que les manuscrits de Franz Kafka devaient rester dans le pays. Ils seront transférés sous peu à la Bibliothèque Nationale. La Cour suprême confirme ainsi la décision de deux juridictions inférieures. Eva Hoffe avait reçu les manuscrits de sa mère, alors secrétaire ...

Nathan Sarel (Tel Aviv) | Culture

Pour cette deuxième partie de l’été, Israel Valley vous propose de découvrir (ou redécouvrir) certains de ses articles phares, illustrant de manière presque intemporelle l’essence de l’économie et de la société israélienne. C'est ainsi que Serge Assayag, le 19 mars dernier, nous présentait ses 10 commandements de la culture d'Israël. Israël, la “start up nation”, attir...

Serge Assayag | Culture

En mai dernier, une vidéo haute en couleurs, diffusée sur Internet pour les 68 ans d’existence du pays, montrait les "68 faits que vous ne savez probablement pas à propos d’Israël". Outre l’invention de la tomate cerise, la productivité record des vaches laitières ou encore le fait d’être la "seule démocratie du Moyen-Orient", Israël se distingue par les 3000 entreprises et...

IsraelValley Plus | Culture

Le célèbre festival international d’Animation, de bandes dessinées et de caricatures – Animix – fête son 16e anniversaire ! Le festival présentera des créations israéliennes et des films d’animation venus du monde entier. Le festival propose aussi des rencontres avec des producteurs, des ateliers et des expositions, ainsi que des ” shukcomics ” (marchés de la bande dessinée...

IsraelValley | Culture

Le 150ième sushi bar de Tel-Aviv vient d’ouvrir, ce qui fait de la ville blanche l’un des plus gros marchés du monde en terme de consommation de sushis par habitant. Actuellement il existe 100 restaurants japonais ne servant que des sushis, 25 take-away sushi et 13 restaurants où la carte y est largement consacrée. Israël est aussi apparemment l’un des seuls endroits au monde à offr...

IsraelValley Plus | Culture

A l’occasion de la nouvelle exposition d’art contemporain au Palais de Tokyo à Paris, l'écrivain français Michel Houellebecq a accordé une interview au magazine "Culture" d’i24News. Lors de cet entretien, qu’il commence par "Shalom le koulam" ("Bonjour à tous", en hébreu), Houellebecq présente cette exposition baptisée "Rester vivant", une référence à son premier recueil d...

IsraelValley Plus | Culture

Communiqué. Festival international du jazz de Jaffa. Le Festival international de jazz de Jaffa a été fondé par Amikam Kimelman, jazzman, éducateur et finalement directeur artistique de ce même festival. L’objectif était de mettre en place une plate-forme afin que les musiciens israéliens puissent concevoir des musiques originales avec leurs homologues étrangers, mais également ...

Nathan Sarel (Tel Aviv) | Culture

EXPOSITION - INSTITUT FRANÇAIS DE TEL AVIV "Une fois par an, depuis que l’Unesco a déclaré Tel Aviv “Ville Blanche”, la Mairie de Tel-Aviv – Jaffa offre aux résidents et visiteurs l’occasion de faire la fête jusqu’au bout de la nuit en profitant d’une programmation artistique et culturelle riche et dynamique. Cette année la Nuit Blanche, organisée par la Mairie de Tel Av...

IsraelValley | Culture

Les journées de Galilée (ou Meet in Galilee) auront lieu les 25 et 26 septembre prochains. Si elles seront marquées par les Rencontres Economiques Internationales, elles accueilleront également le Festival International de l'Opéra Baroque. C'est en effet en plein cœur de la cité d'Acre que les Talens Lyriques, sous la direction de Christophe Rousset, déploieront leur virtuosité à ...

Nathan Sarel (Tel Aviv) | Culture

Non seulement Israël a le plus grand nombre de musées par habitant mais les oeuvres d’artistes israéliens comme Menashe Kadishman, Dani Karavan et Sigalit Landau sont connues et exposées dans le monde entier. Le milieu de l’art israélien a ceci de particulier que l’art et l’esprit d’entreprise s’y mêlent de manière inhabituelle, notamment à Tel-Aviv qui s’est révélée no...

Katharina Höftmann | Culture

Le plus grand festival de musique électronique organisé dans le monde arrive en Israël cet été. Il se déroule en Belgique à Boom tous les ans depuis 2005. Israël rejoint le Mexique, l’Inde, le Japon, la Colombie, l’Allemagne et l’Afrique du Sud pour la retransmission en direct du festival. Cette année « UNITE – The Mirror to Tomorrowland » se déroule le 23 juillet 2016 a...

IsraelValley Desk | Culture

La loi portant sur la protection du prix du livre en Israël n’aura finalement vécu que trois années. Adoptée par la Knesset, l’Assemblée nationale israélienne, en août 2013, la législation vient d’être abrogée. Durant moins de deux ans et demi, en somme – elle était entrée en application en janvier 2014 –, la législation a exercé une influence sur le secteur, passablemen...

IsraelValley Plus | Culture

La fabrication de Whisky en Israël est négligeable. Trois distillateurs se sont lancés dans une compétition amicale afin de devenir les «premiers» producteurs de Whisky du pays. Pelter, un producteur du plateau du Golan, a été le premier en Israël à distiller du Whisky, c'était en Novembre 2013. "Milk & Honey" a été le premier à construire une vraie distillerie de whisky en Isr...

IsraelValley Plus | Culture