Sep 24

ISRAELVALLEY – ISRAËL-PALESTINE: LE TRAITÉ DE LA DISCORDE. Israël accorde un paquet d'aide à l'Autorité palestinienne; les Palestiniens exigent la révision du Protocole de Paris.

Authors picture

Jacques Bendelac, à Jérusalem | Économie

Headline image

Le gouvernement israélien vient d’accorder un nouveau paquet d’aide à l’Autorité palestinienne: augmentation du quota d’ouvriers palestiniens autorisés à travailler en Israël, transfert direct de marchandises de Gaza en Cisjordanie, accélération des procédures de prélèvements douaniers, etc. S’agit-il d’un signe de bonne volonté de la part des dirigeants israéliens en vue de soutenir l’économie palestinienne en proie à des difficultés croissantes; ou s’agit-il plutôt de la crainte d’un “printemps palestinien” qui aurait convaincu les dirigeants israéliens d’assouplir les contraintes qui pèsent sur l’économie locale?

En réalité, le principal handicap de l’économie palestinienne est ailleurs: il se trouve dans un document de 80 pages qui a été signé à Paris, en avril 1994, entre le gouvernement de l’Etat d’Israël et l’Organisation de Libération de la Palestine, et qui s’intitule « Protocole sur les Relations Économiques ». Cet accord, qui régit les relations économiques entre Israël et l’Autorité palestinienne, est aujourd’hui à l’origine des blocages de l’économie palestinienne et de la cherté de la vie dans les territoires.

Que prévoit le Protocole économique de Paris ?

De façon générale, le protocole établit une union douanière entre les territoires palestiniens autonomes et Israël: il prévoit la libre-circulation des marchandises entre les deux partenaires, sans aucun droit de douane ou taxe à l’importation, et avec des tarifs douaniers communs à l’extérieur de cet espace économique. Les droits de douane sur les marchandises qui sont importées de l’étranger et qui transitent par le territoire israélien, sont perçus par les autorités israéliennes et reversés à l’Autorité palestinienne.

Cependant, pour répondre aux besoins élémentaires des Palestiniens et pour favoriser leur développement économique, des exceptions ont été prévues au principe de l’union douanière avec Israël. Par exemple, l’Autorité palestinienne peut fixer ses propres règles douanières pour certains produits de première nécessité importés de Jordanie et d’Egypte. De même, les Palestiniens sont autorisés à importer certains produits d’autres pays arabes. Enfin, l’Autorité palestinienne a tout pouvoir pour déterminer les droits de douane sur les équipements industriels indispensables à son développement économique. Pour les autres produits, c’est Israël qui fixe les taux d’imposition qui sont aussi en vigueur dans les territoires autonomes.

Pourquoi les Palestiniens réclament-ils l’abrogation du Protocole ?

Le Protocole économique de 1994 visait à encourager « la consolidation des bases économiques de l’entité palestinienne ainsi que l’exercice de son droit à la prise de décision selon son propre programme de développement et priorités ». En d’autres termes, le transfert de pouvoir en Cisjordanie et dans la bande de Gaza à l’Autorité palestinienne aurait dû permettre à l’économie palestinienne de passer d’une situation de dépendance à un processus de croissance autonome. Seulement voilà: les règles qui ont été fixées pour une période intérimaire (2 à 3 ans), durent depuis près de 20 ans! Les réalités économiques ont largement changé et les besoins de l’économie palestinienne aussi.

En fait, la dépendance des Territoires palestiniens vis-à-vis d’Israël s’est renforcée, notamment pour leur approvisionnement en eau, en électricité et en essence. La liberté d’exportation des produits palestiniens se heurte à l’absence de ports et aéroports; l’obligation de transiter par le territoire israélien a développé la dépendance économique des Palestiniens du bon vouloir des autorités israéliennes, tandis que les bouclages répétés des territoires ont entravé la libre circulation entre les deux espaces économiques. Israël a souvent imposé aux Palestiniens ses propres produits, notamment en alourdissant les formalités d’importation d’un pays tiers.

Quant aux droits de douane perçus par les autorités israéliennes pour les marchandises importées pour les Territoires palestiniens et reversés à l’Autorité palestinienne (400 millions de dollars par an), ils ont souvent été versés avec retard, notamment lorsque des fournisseurs israéliens impayés en faisaient la saisie. Or, près de 60% des recettes du budget palestinien sont subordonnées aux rétrocessions des droits de douane par Israël, ce qui oblige à une coopération étroite entre les deux partenaires.

Pourquoi le coût de la vie augmente dans les territoires palestiniens ?

Les Palestiniens doivent s’aligner sur les prix israéliens et subir les mêmes augmentations des prix qu’en Israël, notamment pour les carburants et l’électricité. Cette dépendance est forte puisqu’aujourd’hui, 75% des importations de l’Autorité palestinienne sont fournis par Israël. De même, le Protocole de Paris prévoit que la TVA palestinienne devra se maintenir entre 15 et 16% pour rester proche de la TVA israélienne (17% aujourd’hui); les Palestiniens ne peuvent donc abaisser unilatéralement leur TVA pour réduire le coût de la vie. Et si l’Autorité palestinienne veut importer de l’extérieur des produits moins chers, ainsi que le Protocole de Paris l’autorise, il ne pourra s’agir que de produits de première nécessité. Pour l’importation de matières premières ou des matériaux industriels, les Palestiniens doivent obtenir l’agrément d’Israël par le biais d’une Commission économique conjointe.

Autrement dit, l’augmentation des prix en Cisjordanie est une “inflation importée” d’Israël. Dans cette situation « intérimaire », mais qui dure depuis deux décennies, l’Autorité palestinienne ne dispose d’aucune marge de manœuvre pour fixer sa propre politique commerciale (comme signer des accords commerciaux avec un pays tiers) et sa propre politique fiscale (comme déterminer le niveau de sa TVA). Et en l’absence de toute politique monétaire autonome, la capacité des autorités palestiniennes de maîtriser l’inflation reste très réduite.

C’est pour mettre un terme à cette situation anachronique que les Palestiniens exigent une révision du Protocole de Paris; or celui-ci n’est qu’une annexe de l’accord d’Oslo qui a conduit à la séparation politique des Israéliens et Palestiniens. En l’absence de tout nouvel accord politique entre les deux partenaires, une révision des règles économiques reste improbable.

Jacques Bendelac (Jérusalem)

Hong Kong (awp) - DKSH, groupe proposant des services aidants à l’expansion de marché, particulièrement en Asie, et dont le siège est à Zurich (Suisse), a conclu un accord avec la société ICL (Israel Chemicals Limited) Advanced Additives concernant les produits de protection anticorrosion. La division Performance Materials commercialisera et livrera au Japon les composants antirouille ...

IsraelVallley Desk | Économie

Après des années de retard, Israël s'engage dans son plus vaste projet d'infrastructure jamais réalisé avec le développement de l'énorme champ de gaz offshore Leviathan en Méditerranée. La première phase implique un investissement initial de 4 milliards de dollars pour produire 12 milliards de mètres cubes de gaz par an pour les clients nationaux ainsi que, dans un premier temps, les...

Aharon Kahn | Économie

Malgré l'absence de relations officielles, les deux pays ont poursuivi discrètement des échanges commerciaux et touristiques. Les obsèques de Fidel Castro ont lieu ce dimanche 4 décembre à Santiago de Cuba. La disparition de l'ancien dirigeant cubain ne devrait pas avoir d’impact sur les relations israélo-cubaines. En revanche, la nouvelle administration américaine sous la prési...

Jacques Bendelac | Économie

Le secrétaire d'Etat aux questions financières internationales Jörg Gasser a signé une déclaration commune en Israël pour introduire l'échange automatique de renseignements en matière fiscale. Le secrétaire d'Etat aux questions financières internationales Jörg Gasser s'est rendu de lundi à mercredi au Moyen-Orient, pour une visite de travail. Au début de son voyage, il a notamme...

IsraelVallley Desk | Économie

Des investisseurs chinois chercheraient à acheter des hôtels israéliens, et pour cause : le tourisme chinois en Israël est en plein boom. « On n’est jamais mieux servi que par soi-même » : les Chinois sont en passe d’appliquer en Israël cet adage bien connu. Puisque les Chinois sont de plus en plus nombreux à visiter Israël, pourquoi ne pas les loger dans des hôtels chinois ...

Jacques Bendelac | Économie

Les nouvelles expérimentations managériales élisent domicile dans l'Etat hébreu. Ce qui explique en grande partie la bonne santé économique de cette nation start-up. L’entreprise ne se vit plus centrée sur elle-même, elle appartient à un écosystème social, sectoriel, géographique, culturel beaucoup plus large. Son nouveau rôle est donc d’offrir aux équipes un espace mélang...

Serge Assayag | Économie

Les députés israéliens examinent cette semaine la proposition du gouvernement de surtaxer les propriétaires de trois logements et plus. 54 000 Israéliens sont en colère : ils sont propriétaires de trois logements ou plus, et le gouvernement veut les imposer davantage. Selon la proposition du ministre des Finances, une nouvelle taxe de 1% par an s’appliquera à la valeur de chaque ...

Jacques Bendelac | Économie

Réputé pour ses prouesses technologiques, Israël a su introduire ses atouts dans l’agriculture pour dompter la nature et atteindre son autosuffisance alimentaire. Ce pays a pour ambition de nourrir le monde. À une cinquantaine de kilomètres au sud de Jérusalem se dresse fièrement la localité de Kibutz. Comme oasis dans le désert, elle jouxte la mer morte qui elle-même perd enviro...

IsraelVallley Desk | Économie

Accusé de corruption par le régime guinéen, Beny Steinmetz n’est pas près d’être rattrapé par la justice. Le dossier s’enlise. L’histoire peut se résumer ainsi : en 2008, la société minière Beny Steinmetz Group Resources (BSGR) obtient pour 165 millions de dollars la concession des blocs 1 et 2 de Simandou, en Guinée, le plus vaste gisement de fer non exploité du monde. C...

IsraelValley Desk | Économie

Le référendum en Italie et la réunion des pays de l’Opep sont à l’origine du repli de l’euro à son plus bas niveau historique face au shekel. L’euro s’échangeait hier contre 4,06 shekels, soit son cours le plus bas jamais relevé. Certes, la faiblesse de la devise européenne favorise le touriste israélien qui prévoit un séjour dans un pays de la zone euro. En revanche, ...

Jacques Bendelac | Économie

La Jordanie a annoncé lundi avoir choisi cinq consortiums internationaux pour la réalisation de la première phase d'un projet de canal reliant la mer Rouge à la mer Morte, menacée d'assèchement. Ce projet, dont le coût est évalué à environ 1,1 milliard de dollars, concerne la Jordanie, Israël et l'Autorité palestinienne, qui se partagent les rivages de la mer Morte. Ils avaient s...

IsraelVallley Desk | Économie

Le géant mondial de l’appareillage médical, Edwards Lifeciences a acquis l’entreprise israélienne Valtech Cardio pour un montant de 929 millions de dollars. La société Valtech Cardio est basée à Or Yehouda. La firme américaine, évaluée à 19 milliards de dollars au Nasdaq, a justifié cet achat par le développement par Valtech Cardio d’un produit innovant non-intrusif dans l...

IsraelValley Desk | Économie

Selon un rapport publié par le Crédit Suisse, environ 2% des Israéliens possèdent des avoirs supérieurs à 1 million de dollars, 32% possèdent entre 100.000 et 1.000.000 de dollars, 42,5% entre 10.000 et 100.000 dollars et 23,5% ont moins de 10.000 dollars. Selon le rapport, le nombre de millionnaires en Israël, définis comme possédant plus de 1 million de dollars en avoirs (espèce...

David Ilouz | Économie

Au bout de trois semaines de grève perlée, avec 17 vols annulés et plus de 100 avions loués, l’un des conflits les plus médiatisés de l'histoire de l'entreprise a pris fin hier soir (dimanche), après une série de réunions tenues dans la matinée d’hier à négocier avec le président du Comité économique par l’entremise de lla centrale syndicale Histadrout. Souvenons-nous de...

Aharon Kahn | Économie

Lancé il y a 2 ans, le fonds Copia Agro & Food veut investir dans les technologies agricoles et alimentaires développées par les instituts de recherche. L’organisme veut collecter 50 millions de dollars pour accroître ses investissements en Israël. Objectif : relever les grands défis de demain comme le changement climatique et la pénurie alimentaire. 50 millions de dollars, c’est ...

IsraelVallley Desk | Économie