Sep 24

ISRAELVALLEY – ISRAËL-PALESTINE: LE TRAITÉ DE LA DISCORDE. Israël accorde un paquet d'aide à l'Autorité palestinienne; les Palestiniens exigent la révision du Protocole de Paris.

Authors picture

Jacques Bendelac, à Jérusalem | Économie

Headline image

Le gouvernement israélien vient d’accorder un nouveau paquet d’aide à l’Autorité palestinienne: augmentation du quota d’ouvriers palestiniens autorisés à travailler en Israël, transfert direct de marchandises de Gaza en Cisjordanie, accélération des procédures de prélèvements douaniers, etc. S’agit-il d’un signe de bonne volonté de la part des dirigeants israéliens en vue de soutenir l’économie palestinienne en proie à des difficultés croissantes; ou s’agit-il plutôt de la crainte d’un “printemps palestinien” qui aurait convaincu les dirigeants israéliens d’assouplir les contraintes qui pèsent sur l’économie locale?

En réalité, le principal handicap de l’économie palestinienne est ailleurs: il se trouve dans un document de 80 pages qui a été signé à Paris, en avril 1994, entre le gouvernement de l’Etat d’Israël et l’Organisation de Libération de la Palestine, et qui s’intitule « Protocole sur les Relations Économiques ». Cet accord, qui régit les relations économiques entre Israël et l’Autorité palestinienne, est aujourd’hui à l’origine des blocages de l’économie palestinienne et de la cherté de la vie dans les territoires.

Que prévoit le Protocole économique de Paris ?

De façon générale, le protocole établit une union douanière entre les territoires palestiniens autonomes et Israël: il prévoit la libre-circulation des marchandises entre les deux partenaires, sans aucun droit de douane ou taxe à l’importation, et avec des tarifs douaniers communs à l’extérieur de cet espace économique. Les droits de douane sur les marchandises qui sont importées de l’étranger et qui transitent par le territoire israélien, sont perçus par les autorités israéliennes et reversés à l’Autorité palestinienne.

Cependant, pour répondre aux besoins élémentaires des Palestiniens et pour favoriser leur développement économique, des exceptions ont été prévues au principe de l’union douanière avec Israël. Par exemple, l’Autorité palestinienne peut fixer ses propres règles douanières pour certains produits de première nécessité importés de Jordanie et d’Egypte. De même, les Palestiniens sont autorisés à importer certains produits d’autres pays arabes. Enfin, l’Autorité palestinienne a tout pouvoir pour déterminer les droits de douane sur les équipements industriels indispensables à son développement économique. Pour les autres produits, c’est Israël qui fixe les taux d’imposition qui sont aussi en vigueur dans les territoires autonomes.

Pourquoi les Palestiniens réclament-ils l’abrogation du Protocole ?

Le Protocole économique de 1994 visait à encourager « la consolidation des bases économiques de l’entité palestinienne ainsi que l’exercice de son droit à la prise de décision selon son propre programme de développement et priorités ». En d’autres termes, le transfert de pouvoir en Cisjordanie et dans la bande de Gaza à l’Autorité palestinienne aurait dû permettre à l’économie palestinienne de passer d’une situation de dépendance à un processus de croissance autonome. Seulement voilà: les règles qui ont été fixées pour une période intérimaire (2 à 3 ans), durent depuis près de 20 ans! Les réalités économiques ont largement changé et les besoins de l’économie palestinienne aussi.

En fait, la dépendance des Territoires palestiniens vis-à-vis d’Israël s’est renforcée, notamment pour leur approvisionnement en eau, en électricité et en essence. La liberté d’exportation des produits palestiniens se heurte à l’absence de ports et aéroports; l’obligation de transiter par le territoire israélien a développé la dépendance économique des Palestiniens du bon vouloir des autorités israéliennes, tandis que les bouclages répétés des territoires ont entravé la libre circulation entre les deux espaces économiques. Israël a souvent imposé aux Palestiniens ses propres produits, notamment en alourdissant les formalités d’importation d’un pays tiers.

Quant aux droits de douane perçus par les autorités israéliennes pour les marchandises importées pour les Territoires palestiniens et reversés à l’Autorité palestinienne (400 millions de dollars par an), ils ont souvent été versés avec retard, notamment lorsque des fournisseurs israéliens impayés en faisaient la saisie. Or, près de 60% des recettes du budget palestinien sont subordonnées aux rétrocessions des droits de douane par Israël, ce qui oblige à une coopération étroite entre les deux partenaires.

Pourquoi le coût de la vie augmente dans les territoires palestiniens ?

Les Palestiniens doivent s’aligner sur les prix israéliens et subir les mêmes augmentations des prix qu’en Israël, notamment pour les carburants et l’électricité. Cette dépendance est forte puisqu’aujourd’hui, 75% des importations de l’Autorité palestinienne sont fournis par Israël. De même, le Protocole de Paris prévoit que la TVA palestinienne devra se maintenir entre 15 et 16% pour rester proche de la TVA israélienne (17% aujourd’hui); les Palestiniens ne peuvent donc abaisser unilatéralement leur TVA pour réduire le coût de la vie. Et si l’Autorité palestinienne veut importer de l’extérieur des produits moins chers, ainsi que le Protocole de Paris l’autorise, il ne pourra s’agir que de produits de première nécessité. Pour l’importation de matières premières ou des matériaux industriels, les Palestiniens doivent obtenir l’agrément d’Israël par le biais d’une Commission économique conjointe.

Autrement dit, l’augmentation des prix en Cisjordanie est une “inflation importée” d’Israël. Dans cette situation « intérimaire », mais qui dure depuis deux décennies, l’Autorité palestinienne ne dispose d’aucune marge de manœuvre pour fixer sa propre politique commerciale (comme signer des accords commerciaux avec un pays tiers) et sa propre politique fiscale (comme déterminer le niveau de sa TVA). Et en l’absence de toute politique monétaire autonome, la capacité des autorités palestiniennes de maîtriser l’inflation reste très réduite.

C’est pour mettre un terme à cette situation anachronique que les Palestiniens exigent une révision du Protocole de Paris; or celui-ci n’est qu’une annexe de l’accord d’Oslo qui a conduit à la séparation politique des Israéliens et Palestiniens. En l’absence de tout nouvel accord politique entre les deux partenaires, une révision des règles économiques reste improbable.

Jacques Bendelac (Jérusalem)

L'industrie agroalimentaire israélienne sera présente lors du SIAL 2014 (du 19 au 23 octobre 2014 à Paris - France). C'est l'un des salons professionnels que les israéliens adorent. Les visiteurs israéliens peuvent, en un temps record, rencontrer les meilleurs experts au monde du secteur. C'est l'une des rencontres où l'on peut clôturer des deals dans une atmosphère très conviviale. Selon n...

Eyal Ganor (Tel Aviv) | Économie

Avec des vignobles plantés sur d’anciennes terrasses calcaires à 900 mètres d’altitude, la Psagot Winery propose des vins qui ont un lien avec la terre, riches en minéraux, avec des notes d’herbes méditerranéennes, écrit le critique de vin Daniel Rogov. Psagot est également située dans le centre de la Cisjordanie, à proximité de la banlieue d’El Bireh, un quartier de Ramallah. Vraiment à pro...

Times of Israel | Économie

Le Bureau central de statistique publie un aperçu de la vie dans 14 localités. Vous songez à quitter votre ville natale pour Israël? Le Bureau central des statistiques est là pour vous aider. L'organisme gouvernemental propose un mini guide qui nous apprend laquelle des 14 plus grandes villes d'Israël a le meilleur taux d'actif sur le marché du travail, celle qui a l...

Avner Myers | Économie

Une société en cybersécurité lève 86 millions ; Une filiale de la Israel Corporation vendue à Wall Street L'entreprise israélienne en cybersécurité "CyberArk" a levé 86 millions de dollars mercredi lors de son introduction en bourse et le cours de son action s’est envolé à 86% durant les 3 jours qui ont suivi. "CyberArk", qui développe des logiciels de protection contre les cyber-attaqu...

i24News | Économie

Le Japon n’est pas forcément le premier pays qui vient à l’esprit lorsqu’on pense aux partenaires d’Israël. Pourtant, l’intérêt mutuel que se portent ses deux pays grandit. Ainsi, le Premier ministre Benyamin Netanyahou a effectué au Japon une visite de cinq jours en mai dernier, et en a profité pour signer un nouvel accord de coopération économique avec son homologue japonais. Des échanges ...

Dr Paul Balança | Économie

En raison de la guerre à Gaza, les mois d’été ont été moroses pour les commerçants israéliens: les fêtes juives de la rentrée sont arrivées à temps. Les commerçants israéliens tablent sur les fêtes juives pour redresser leur chiffre d’affaires qui a souffert de la guerre à Gaza. Les fêtes juives, qui ont démarré le 25 septembre avec Rosh Hashana et qui se poursuivront avec Kippour et Soucc...

Jacques Bendelac | Économie

La start-up EatWith propose une plateforme en ligne pour les cuisiniers amateurs souhaitant faire bénéficier de leurs talents culinaires de parfaits étrangers. La formule est simple: elle implique la cuisson de vos meilleurs plats servis à des inconnus transformé en clients le temps d'un repas. La société israélienne vient de lever 8 millions de dollars auprès d'un groupe d'investisseurs di...

Avner Myers | Économie

À la veille de Rosh Hashana, les ministres de la Défense et des Finances se sont mis d’accord: le budget militaire d’Israël bondira de 13% en 2015. Benyamin Netanyahou s’envole ce dimanche pour participer à l’assemble générale des Nations-Unis. Il pourra atterrir à New-York la tête reposée : à la dernier minute, il a réussi à mettre d’accord Yaïr Lapid, son ministre des Finances, et Moshe ...

Jacques Bendelac | Économie

Lors de l'année juive écoulée c'est bien la poussée très forte de l'Alyah de France vers Israël qui a profondément marquée les esprits. Sur le plan économique les chiffres des échanges franco-israéliens sont assez stables. IsraelValley vous présente l'analyse des Autorités françaises qui ont fait récemment le point sur le plan économique entre les deux pays. Selon (1) : "Pays jeune, dyn...

IsraelValley Desk | Économie

Vous voulez vous débarrasser de vos objets superflus ? Durant des années il suffisait en Israël d'entendre les cris de "Alte Zachen" (deux mots en Yiddish, mais déclamés avec une lourde prononciation en arabe) pour comprendre qu'une charrette de ramassage, tirée par des chevaux, passait par là. Les arabes israéliens ont l'exclusivité de ce travail. Depuis quelques jours une nouvelle loi in...

Ilan Friedman (Tel Aviv) | Économie

À la veille de Rosh Hachana, une "guerre des chiffres" sur la population israélienne a opposé le ministère de l’Intérieur au Bureau des Statistiques. En début de semaine, le ministère israélien de l’Intérieur a publié des chiffres pour le moins étonnants : à l’approche de l’année juive 5775, la population israélienne compterait 8.904.373 personnes. En se basant sur cette information, la pr...

Jacques Bendelac | Économie

En matière d'innovation, les israéliens sont très bien plaçés dans le monde. Les chiffres le prouvent . Le nombre de brevets par tête d'habitant d'Israël est exceptionnel. Pourtant à Berlin, lors d'une cérémonie importante, aucun israélien n'était sur scène pour reçevoir un prix.C'est un Allemand qui a attiré le regards et les projecteurs du monde entier. son nom : Artur Fisch. Selon (1) : "...

Eyal Friedmann | Économie

La Silicon Valley aux couleurs d'Israël intéresse toujours les Allemands qui veulent toujours en savoir plus sur le potentiel du pays. Ainsi 19 patrons d'entreprises israéliennes se sont retrouvés à l'Export Institute de Tel Aviv pour présenter leur entreprise aux leaders de BMW, venus pour l'occasion.. L'objet de ce défilé exceptionnel des "19" était pour les Allemands de découvrir (sans p...

Eyal Kaddosh (Tel Aviv) | Économie

Croissance, consommation, chômage, bourse, etc.: durant l’année juive écoulée, les indicateurs économiques ont oscillé entre le vert et le rouge. L’année juive 5774 avait bien démarré pour l’économie israélienne : l’exploitation des nouveaux puits de gaz permettait à Israël d’entrevoir son indépendance énergétique, l’afflux de capitaux étrangers confirmait qu’Israël était un placement sûr ...

Jacques Bendelac | Économie

En France très peu de personnes connaissent le meilleur "Think Tank" de l'Etat Hébreu. Le Reut Institute fait un travail remarquable en Israël. Son objectif est d'aider les décideurs du pays à construire le futur technologique, social, économique du pays. Le Reut Institute est spécialisé dans le domaine de l'innovation sociétale. Une conférence baptisée IL@75 (qui a eu lieu récemment) en Is...

IsraelValley Desk | Économie