Sep 24

ISRAELVALLEY – ISRAËL-PALESTINE: LE TRAITÉ DE LA DISCORDE. Israël accorde un paquet d'aide à l'Autorité palestinienne; les Palestiniens exigent la révision du Protocole de Paris.

Authors picture

Jacques Bendelac, à Jérusalem | Économie

Headline image

Le gouvernement israélien vient d’accorder un nouveau paquet d’aide à l’Autorité palestinienne: augmentation du quota d’ouvriers palestiniens autorisés à travailler en Israël, transfert direct de marchandises de Gaza en Cisjordanie, accélération des procédures de prélèvements douaniers, etc. S’agit-il d’un signe de bonne volonté de la part des dirigeants israéliens en vue de soutenir l’économie palestinienne en proie à des difficultés croissantes; ou s’agit-il plutôt de la crainte d’un “printemps palestinien” qui aurait convaincu les dirigeants israéliens d’assouplir les contraintes qui pèsent sur l’économie locale?

En réalité, le principal handicap de l’économie palestinienne est ailleurs: il se trouve dans un document de 80 pages qui a été signé à Paris, en avril 1994, entre le gouvernement de l’Etat d’Israël et l’Organisation de Libération de la Palestine, et qui s’intitule « Protocole sur les Relations Économiques ». Cet accord, qui régit les relations économiques entre Israël et l’Autorité palestinienne, est aujourd’hui à l’origine des blocages de l’économie palestinienne et de la cherté de la vie dans les territoires.

Que prévoit le Protocole économique de Paris ?

De façon générale, le protocole établit une union douanière entre les territoires palestiniens autonomes et Israël: il prévoit la libre-circulation des marchandises entre les deux partenaires, sans aucun droit de douane ou taxe à l’importation, et avec des tarifs douaniers communs à l’extérieur de cet espace économique. Les droits de douane sur les marchandises qui sont importées de l’étranger et qui transitent par le territoire israélien, sont perçus par les autorités israéliennes et reversés à l’Autorité palestinienne.

Cependant, pour répondre aux besoins élémentaires des Palestiniens et pour favoriser leur développement économique, des exceptions ont été prévues au principe de l’union douanière avec Israël. Par exemple, l’Autorité palestinienne peut fixer ses propres règles douanières pour certains produits de première nécessité importés de Jordanie et d’Egypte. De même, les Palestiniens sont autorisés à importer certains produits d’autres pays arabes. Enfin, l’Autorité palestinienne a tout pouvoir pour déterminer les droits de douane sur les équipements industriels indispensables à son développement économique. Pour les autres produits, c’est Israël qui fixe les taux d’imposition qui sont aussi en vigueur dans les territoires autonomes.

Pourquoi les Palestiniens réclament-ils l’abrogation du Protocole ?

Le Protocole économique de 1994 visait à encourager « la consolidation des bases économiques de l’entité palestinienne ainsi que l’exercice de son droit à la prise de décision selon son propre programme de développement et priorités ». En d’autres termes, le transfert de pouvoir en Cisjordanie et dans la bande de Gaza à l’Autorité palestinienne aurait dû permettre à l’économie palestinienne de passer d’une situation de dépendance à un processus de croissance autonome. Seulement voilà: les règles qui ont été fixées pour une période intérimaire (2 à 3 ans), durent depuis près de 20 ans! Les réalités économiques ont largement changé et les besoins de l’économie palestinienne aussi.

En fait, la dépendance des Territoires palestiniens vis-à-vis d’Israël s’est renforcée, notamment pour leur approvisionnement en eau, en électricité et en essence. La liberté d’exportation des produits palestiniens se heurte à l’absence de ports et aéroports; l’obligation de transiter par le territoire israélien a développé la dépendance économique des Palestiniens du bon vouloir des autorités israéliennes, tandis que les bouclages répétés des territoires ont entravé la libre circulation entre les deux espaces économiques. Israël a souvent imposé aux Palestiniens ses propres produits, notamment en alourdissant les formalités d’importation d’un pays tiers.

Quant aux droits de douane perçus par les autorités israéliennes pour les marchandises importées pour les Territoires palestiniens et reversés à l’Autorité palestinienne (400 millions de dollars par an), ils ont souvent été versés avec retard, notamment lorsque des fournisseurs israéliens impayés en faisaient la saisie. Or, près de 60% des recettes du budget palestinien sont subordonnées aux rétrocessions des droits de douane par Israël, ce qui oblige à une coopération étroite entre les deux partenaires.

Pourquoi le coût de la vie augmente dans les territoires palestiniens ?

Les Palestiniens doivent s’aligner sur les prix israéliens et subir les mêmes augmentations des prix qu’en Israël, notamment pour les carburants et l’électricité. Cette dépendance est forte puisqu’aujourd’hui, 75% des importations de l’Autorité palestinienne sont fournis par Israël. De même, le Protocole de Paris prévoit que la TVA palestinienne devra se maintenir entre 15 et 16% pour rester proche de la TVA israélienne (17% aujourd’hui); les Palestiniens ne peuvent donc abaisser unilatéralement leur TVA pour réduire le coût de la vie. Et si l’Autorité palestinienne veut importer de l’extérieur des produits moins chers, ainsi que le Protocole de Paris l’autorise, il ne pourra s’agir que de produits de première nécessité. Pour l’importation de matières premières ou des matériaux industriels, les Palestiniens doivent obtenir l’agrément d’Israël par le biais d’une Commission économique conjointe.

Autrement dit, l’augmentation des prix en Cisjordanie est une “inflation importée” d’Israël. Dans cette situation « intérimaire », mais qui dure depuis deux décennies, l’Autorité palestinienne ne dispose d’aucune marge de manœuvre pour fixer sa propre politique commerciale (comme signer des accords commerciaux avec un pays tiers) et sa propre politique fiscale (comme déterminer le niveau de sa TVA). Et en l’absence de toute politique monétaire autonome, la capacité des autorités palestiniennes de maîtriser l’inflation reste très réduite.

C’est pour mettre un terme à cette situation anachronique que les Palestiniens exigent une révision du Protocole de Paris; or celui-ci n’est qu’une annexe de l’accord d’Oslo qui a conduit à la séparation politique des Israéliens et Palestiniens. En l’absence de tout nouvel accord politique entre les deux partenaires, une révision des règles économiques reste improbable.

Jacques Bendelac (Jérusalem)

La Tribune - Acteurs de l'Economie. Par Maxime Hanssen. "Lyon French Tech a célébré sa première année d'existence ce 21 juin. Avant la fête, les acteurs de l'écosystème ont présenté les projets pour l'année en cours : implantation du French Tech Ticket à Lyon, hubs internationaux et labels thématiques étaient notamment au menu. Pour son premier anniversaire, Lyon French Tech a mis les petit...

La Tribune | Économie

L’été 2016 est déjà là et beaucoup de vacanciers s’accorderont un repos bien mérité sur une plage d’Israël ; mais gare aux dangers qui menacent. La saison des baignades est déjà bien entamée le long des 143 plages surveillées d’Israël : 96 plages sur la Méditerranée, 27 plages autour du Kinnereth (lac de Tibériade), 16 plages sur la mer Morte et 4 plages sur la mer Rouge. Si les vacance...

Jacques Bendelac | Économie

La Bitcoin Embassy de Tel Aviv est submergée de demandes. Bits of Gold (son fondateur Jonathan Rouach, est co-fondateur d'IsraelValley), leader du marché du Bitcoin en Israël, a l'habitude des baisses et hausses vertigineuses du bitcoin. Il reste cool. Bits of Gold a été sélectionnée dans le "Top 5" (sur plus de cent dossiers) des "meilleures startups de Tel Aviv". Bits of Gold a gagné égal...

Youval Barzilaï (Rehovot) | Économie

Selon un nouveau rapport de l'OCDE, Tel Aviv est au top des régions israéliennes pour les emplois, l'accès aux services, le revenu et l'environnement. Les inégalités de revenu s’aggravent dans de nombreux pays, et les disparités régionales constatées en matière de logement, de sécurité et de qualité de l’air se creusent aussi, selon un nouveau rapport de l’OCDE. Le rapport couvre l’ensemb...

Jacques Bendelac | Économie

POLÉMIQUE. Y aurait-il en Israël plus de logements qu’on ne le croit ? Les chiffres officiels sur la pénurie de logements ignorent le marché noir. À en croire les chiffres officiels, il ne manquerait pas moins de 100.000 logements en Israël ; cette pénurie immobilière est le résultat d’une décennie de construction lente et insuffisante. « La demande est supérieure à l’offre » expliquent le...

Jacques Bendelac | Économie

Comme en 2014, les Français sont ceux qui ont le moins travaillé en Europe avec un total de 1.646 heures, selon des chiffres d'Eurostat. Selon l'OCDE, Israël détient un taux d’employés travaillant 50 heures ou plus par semaine (16%) très élevé. Une proposition de loi visant à diminuer le temps de travail a été soumis aux membres du parlement israélien à au moins quatre reprises, sans succès...

Eyal Aviv (Ramat Hasharon) | Économie

Le salaire minimum en Israël doit être revu à la hausse pour atteindre 4 825 NIS (1 104 euros) par mois à partir du 1er juillet. Benjamin Netanyahu, qui est également ministre de l’Economie, a ratifié la loi sur cette nouvelle augmentation du salaire minimum. Ce geste intervient après une décision du cabinet, prise plus tôt cette année, d’augmenter le salaire minimum à 5 000 NIS (1 144 euros...

IsraelValley Plus | Économie

Une nouvelle initiative est en train de voir le jour afin de créer un incubateur de technologie dans le sud d’Israël dans les communautés frontalières de Gaza, rapporte Globes. SouthUp sera le premier incubateur à être créé dans cette région, très affectée par le terrorisme du Hamas. Cet incubateur est conçu pour les compagnies spécialisées en agro-technologie, en énergie renouvelable, en sé...

IsraelValley Plus | Économie

Le secteur du transport intelligent regroupe les solutions proposées en terme de gestion de parking, de trafic, de signalisation mais aussi les systèmes d’aides à la conduite, d’utilisation des transports en commun. En plus de ces nombreuses solutions, le transport intelligent inclut également le développement de véhicules électriques et autonomes. Un récent rapport “Smart Transportation - G...

Nathan Sarel (Tel Aviv) | Économie

La préparation du budget d’Israël pour les deux années à venir bat son plein : le ministère des Finances table sur une croissance à 2,9% en 2017. Après avoir décidé d’adopter un budget bisannuel (pour 2017 et 2018), le gouvernement israélien s’est immédiatement mis à la tâche. Préparer le budget de l’État pour une année n’est pas une tâche facile ; pour une période de deux années, l’exerci...

Jacques Bendelac | Économie

Le 16 juin, à l’occasion de la dernière journée de la Conférence d’Herzliya (Interdisciplinary Center), Yuval Steinitz, ministre des infrastructures nationales, de l’énergie et des ressources en eau, a annoncé qu’il restait à découvrir pour Israël des champs gaziers ayant le potentiel de quatre Leviathan. Selon lui, “ce n’est un secret pour personne qu’Israël connaît un important ralentissem...

Nathan Sarel (Tel Aviv) | Économie

En raison de la tension sécuritaire en Judée-Samarie, le gouvernement israélien débloque un budget spécial pour aider les localités juives en 2016. Réuni ce dimanche à Jérusalem, le conseil des Ministres adopte une « aide spéciale pour l’année 2016 à la région de Judée et Samarie ». Derrière ce titre anodin, l’intention du gouvernement israélien est clairement énoncée : « les localités israé...

Jacques Bendelac | Économie

Cafés, commerces, produits dérivés, etc. : en Israël aussi, l’Euro 2016 de football a ouvert de nouvelles perspectives de business. Tour d’horizon. Même pour un pays éloigné de la France et qui ne participe pas à la compétition, les retombées économiques de l’Euro de football peuvent être importantes ; c’est le cas d’Israël. Certes, l’impact économique des matchs de foot en Israël est marg...

Jacques Bendelac | Économie

L’incertitude entourant le référendum britannique est montée d’un cran depuis quelques jours, suite à la publication de plusieurs sondages prédisant une victoire du vote « Leave ». La livre sterling et les marchés actions européens ont été les principales victimes de ce regain de tension. En effet, les investisseurs cherchant à se couvrir contre le risque de « Brexit » ont préféré alléger le...

Herez - Conseil & Gestion | Économie

Lundi, le ministre des finances Moshe Kahlon présentait au gouvernement son rapport préliminaire concernant la réforme bancaire. Celle-ci cherche à encourager la concurrence entre les services bancaires et ceux de cartes de crédit à disposition des consommateurs. Le rapport en question a été rédigé par un comité du ministère des finances mené par Dror Strum, ancien membre de la commission de...

Nathan Sarel (Tel Aviv) | Économie