Sep 24

ISRAELVALLEY – ISRAËL-PALESTINE: LE TRAITÉ DE LA DISCORDE. Israël accorde un paquet d'aide à l'Autorité palestinienne; les Palestiniens exigent la révision du Protocole de Paris.

Authors picture

Jacques Bendelac, à Jérusalem | Économie

Headline image

Le gouvernement israélien vient d’accorder un nouveau paquet d’aide à l’Autorité palestinienne: augmentation du quota d’ouvriers palestiniens autorisés à travailler en Israël, transfert direct de marchandises de Gaza en Cisjordanie, accélération des procédures de prélèvements douaniers, etc. S’agit-il d’un signe de bonne volonté de la part des dirigeants israéliens en vue de soutenir l’économie palestinienne en proie à des difficultés croissantes; ou s’agit-il plutôt de la crainte d’un “printemps palestinien” qui aurait convaincu les dirigeants israéliens d’assouplir les contraintes qui pèsent sur l’économie locale?

En réalité, le principal handicap de l’économie palestinienne est ailleurs: il se trouve dans un document de 80 pages qui a été signé à Paris, en avril 1994, entre le gouvernement de l’Etat d’Israël et l’Organisation de Libération de la Palestine, et qui s’intitule « Protocole sur les Relations Économiques ». Cet accord, qui régit les relations économiques entre Israël et l’Autorité palestinienne, est aujourd’hui à l’origine des blocages de l’économie palestinienne et de la cherté de la vie dans les territoires.

Que prévoit le Protocole économique de Paris ?

De façon générale, le protocole établit une union douanière entre les territoires palestiniens autonomes et Israël: il prévoit la libre-circulation des marchandises entre les deux partenaires, sans aucun droit de douane ou taxe à l’importation, et avec des tarifs douaniers communs à l’extérieur de cet espace économique. Les droits de douane sur les marchandises qui sont importées de l’étranger et qui transitent par le territoire israélien, sont perçus par les autorités israéliennes et reversés à l’Autorité palestinienne.

Cependant, pour répondre aux besoins élémentaires des Palestiniens et pour favoriser leur développement économique, des exceptions ont été prévues au principe de l’union douanière avec Israël. Par exemple, l’Autorité palestinienne peut fixer ses propres règles douanières pour certains produits de première nécessité importés de Jordanie et d’Egypte. De même, les Palestiniens sont autorisés à importer certains produits d’autres pays arabes. Enfin, l’Autorité palestinienne a tout pouvoir pour déterminer les droits de douane sur les équipements industriels indispensables à son développement économique. Pour les autres produits, c’est Israël qui fixe les taux d’imposition qui sont aussi en vigueur dans les territoires autonomes.

Pourquoi les Palestiniens réclament-ils l’abrogation du Protocole ?

Le Protocole économique de 1994 visait à encourager « la consolidation des bases économiques de l’entité palestinienne ainsi que l’exercice de son droit à la prise de décision selon son propre programme de développement et priorités ». En d’autres termes, le transfert de pouvoir en Cisjordanie et dans la bande de Gaza à l’Autorité palestinienne aurait dû permettre à l’économie palestinienne de passer d’une situation de dépendance à un processus de croissance autonome. Seulement voilà: les règles qui ont été fixées pour une période intérimaire (2 à 3 ans), durent depuis près de 20 ans! Les réalités économiques ont largement changé et les besoins de l’économie palestinienne aussi.

En fait, la dépendance des Territoires palestiniens vis-à-vis d’Israël s’est renforcée, notamment pour leur approvisionnement en eau, en électricité et en essence. La liberté d’exportation des produits palestiniens se heurte à l’absence de ports et aéroports; l’obligation de transiter par le territoire israélien a développé la dépendance économique des Palestiniens du bon vouloir des autorités israéliennes, tandis que les bouclages répétés des territoires ont entravé la libre circulation entre les deux espaces économiques. Israël a souvent imposé aux Palestiniens ses propres produits, notamment en alourdissant les formalités d’importation d’un pays tiers.

Quant aux droits de douane perçus par les autorités israéliennes pour les marchandises importées pour les Territoires palestiniens et reversés à l’Autorité palestinienne (400 millions de dollars par an), ils ont souvent été versés avec retard, notamment lorsque des fournisseurs israéliens impayés en faisaient la saisie. Or, près de 60% des recettes du budget palestinien sont subordonnées aux rétrocessions des droits de douane par Israël, ce qui oblige à une coopération étroite entre les deux partenaires.

Pourquoi le coût de la vie augmente dans les territoires palestiniens ?

Les Palestiniens doivent s’aligner sur les prix israéliens et subir les mêmes augmentations des prix qu’en Israël, notamment pour les carburants et l’électricité. Cette dépendance est forte puisqu’aujourd’hui, 75% des importations de l’Autorité palestinienne sont fournis par Israël. De même, le Protocole de Paris prévoit que la TVA palestinienne devra se maintenir entre 15 et 16% pour rester proche de la TVA israélienne (17% aujourd’hui); les Palestiniens ne peuvent donc abaisser unilatéralement leur TVA pour réduire le coût de la vie. Et si l’Autorité palestinienne veut importer de l’extérieur des produits moins chers, ainsi que le Protocole de Paris l’autorise, il ne pourra s’agir que de produits de première nécessité. Pour l’importation de matières premières ou des matériaux industriels, les Palestiniens doivent obtenir l’agrément d’Israël par le biais d’une Commission économique conjointe.

Autrement dit, l’augmentation des prix en Cisjordanie est une “inflation importée” d’Israël. Dans cette situation « intérimaire », mais qui dure depuis deux décennies, l’Autorité palestinienne ne dispose d’aucune marge de manœuvre pour fixer sa propre politique commerciale (comme signer des accords commerciaux avec un pays tiers) et sa propre politique fiscale (comme déterminer le niveau de sa TVA). Et en l’absence de toute politique monétaire autonome, la capacité des autorités palestiniennes de maîtriser l’inflation reste très réduite.

C’est pour mettre un terme à cette situation anachronique que les Palestiniens exigent une révision du Protocole de Paris; or celui-ci n’est qu’une annexe de l’accord d’Oslo qui a conduit à la séparation politique des Israéliens et Palestiniens. En l’absence de tout nouvel accord politique entre les deux partenaires, une révision des règles économiques reste improbable.

Jacques Bendelac (Jérusalem)

Un article de Julien Bondarev pour Economie Matin : "Pour la première fois en 5 ans, l'économie israélienne est en plein recul. La cause ? L'opération «Bordure protectrice» à Gaza de cet été. Le produit intérieur brut israélien (PIB) a baissé de 0,4 % entre juillet et septembre 2014 alors qu'il avait connu une hausse de 3,2 % et 2,2 % respectivement durant le premier et le deuxième semestre de ...

IsraelValley Desk | Économie

Le grand journal yedioth qui fait face à une crise financière sans précédent a décidé de licencier les employés qui distribuaient les journaux. HISTOIRE. Yediot Aharonot, est un journal israélien publié à Tel Aviv depuis l'époque du Mandat britannique. Fondé en 1939 par Nahum Komarov, il est racheté rapidement par Yehuda Moses, dont le fils Noah devient le premier directeur de l'édition. ...

Dan Assayah (Tel-Aviv) | Économie

Excellent nouvelle qui fait la une de toute la presse économique en Israël; Le fonds américain Apax Partners poursuit ses investissements en Israël. Il vient de boucler un nouveau fond de 250 millions de dollars. A l'origine l'objectif était de 300 millions de dollars. Zehavit Cohen, la directrice israélienne d'Apax semblait très heureuse à la télévison lors de cette annonce. ISRAELVALLEY D...

Ilan Friedman-Cohen | Économie

Selon l'agence Bloomberg la Banque Leumi, accusée de faciliter l'évasion fiscale auprès de riches américains, devra payer une amende record de 400 millions de dollars. LE DOSSIER LEUMI. La banque israélienne Leumi avait indiqué récemment que sa filiale suisse était sur le point de conclure un accord avec le Département américain de la justice. Selon le site ATS (Copyrights) : "Après l'am...

Eyal Dayan (Rehovot) | Économie

Le budget d’Israël pour 2015 prévoit l’extension des dispositifs d’allègement d’impôts pour un coût de 52 milliards de shekels soit 4,7% du PIB. Depuis longtemps, les gouvernements israéliens affirment leur volonté de réduire les dispositifs d’allégement d’impôt (les niches fiscales). Or le budget de 2015 révèle que le coût des niches fiscales ne diminuera pas l’an prochain ; il augmentera...

Jacques Bendelac | Économie

L’hiver qui s’est installé en Israël apporte une bonne nouvelle : après deux jours de pluies torrentielles, les réserves en eau se reconstituent. Officiellement, l’hiver ne commence que le 21 décembre ; mais un mois avant, il est déjà tombé en Israël la moitié de la quantité de pluies de tout l’hiver ! C’est en particulier depuis 48 heures, qu’Israël est en proie aux premières intempéries de...

Jacques Bendelac | Économie

La Semaine Méditerranéenne des Leaders Economiques est devenue selon econostrum.info "un événement économique majeur dans la région méditerranéenne et constitue aujourd’hui une plateforme unique pour l’échange de débat et d’expériences en faveur de la promotion et de l’intégration euro-méditerranéenne". Il semblerait que les israéliens ignorent totalement cet évènement qui pourrait être une bel...

IsraelValley Desk | Économie

Dentistes, architectes, kinésithérapeutes ou médecins : ces professionnels devraient s’intégrer plus facilement sur le marché du travail israélien. Le gouvernement israélien décide enfin de déployer les grands moyens : le Conseil des Ministres hebdomadaire vient de voter en faveur d’un train de mesures destinées à faciliter l’intégration professionnelle des nouveaux immigrants. Les Juifs d...

Jacques Bendelac | Économie

Quatre ans après avoir été détrônée par Burger Ranch, la franchise américaine de restauration rapide, Burger King, pourrait bientôt être de retour. Rani Zim est un entrepreneur rompu à l'univers de la grande distribution. Yair Hasson est, quant à lui, un ancien franchisé de Burger King en Israël. Les deux protagonistes sont actuellement en pourparlers avec d'aut...

Avner Myers | Économie

Depuis quelques jours une partie de l'équipe de la startup israélienne "Bits of Gold" se trouve à New York au coeur de Manahattan. IsraelValley se trouvait récemment en visite dans le Gratte-Ciel qui accueille les startupistes israéliens. Le patron de cette jeune startup, Jonathan Rouach, habituellent très bavard avec la presse israélienne, est "obligé" de garder le silence (un contrat hyper-c...

Ilan Friedman-Cohen | Économie

Le système israélien Te-O-Fun est considéré comme un succès quasi-miraculeux. les adeptes de ce mode de transport sont très nombreux à Tel Aviv. Plus de 110 stations et 2000 bicyclettes sont disponibles à Tel aviv. La société FSM qui gère le parc a enregistré deux années de pertes mais semble assez optimiste pour le futur.. ISRAELVALLEY PLUS Tel-O-Fun est un service de partage de vélo qui f...

Ilana Trajman | Économie

Le 1er dialogue Energie France- Israël s’est tenu, le 17 novembre 2014, à Paris, au Ministère de l’Ecologie, du Développement Durable et de l’Energie. La réunion était coprésidée par M. Laurent Michel, Directeur Général de l’Energie et du Climat au Ministère français de l’Ecologie, du Développement Durable et de l’Energie et Mme Orna Hozman-Bechor, Directrice Générale du Ministère israélien...

IsraelValley Desk | Économie

Casher ou pas, les vins israéliens étaient à l'honneur lundi 24 novembre lors d'une dégustation à l'initiative de l'Organisation internationale des vins, à Paris. Une vingtaine de viticulteurs étaient venus présenter leurs produits aux cavistes et oenologues français. (www.20minutes.fr) ISRAELVALLEY PLUS. DANS COOLISRAEL. Le Ministre israélien de l’Agriculture et du Développement Rural, M. ...

IsraelValley Desk | Économie

Le Smile Clock est un réveil que l’on ne peut éteindre qu’en souriant. Ce n’est pas simplement une idée amusante, selon le créateur de l’application Hanan Rofe Haim. « Il y a de nombreuses études scientifiques qui montrent que vous passerez une meilleure journée si vous la commencez en souriant, même si vous vous forcez », a déclaré Haim au Times of Israel dans un entretien. C’est exactement...

Times of Israel | Économie

Les promesses de reprise économique en Israël dès la fin de 2014 pourraient voler en éclats face à la détérioration de la situation sécuritaire. La reprise attendue de l’économie israélienne ne sera peut-être pas au rendez-vous de 2015 : l’agence de notation financière internationale Fitch vient de déclasser légèrement les perspectives de l’économie israélienne en lui attribuant la note « ...

Jacques Bendelac | Économie