Sep 24

ISRAELVALLEY – ISRAËL-PALESTINE: LE TRAITÉ DE LA DISCORDE. Israël accorde un paquet d'aide à l'Autorité palestinienne; les Palestiniens exigent la révision du Protocole de Paris.

Authors picture

Jacques Bendelac, à Jérusalem | Économie

Headline image

Le gouvernement israélien vient d’accorder un nouveau paquet d’aide à l’Autorité palestinienne: augmentation du quota d’ouvriers palestiniens autorisés à travailler en Israël, transfert direct de marchandises de Gaza en Cisjordanie, accélération des procédures de prélèvements douaniers, etc. S’agit-il d’un signe de bonne volonté de la part des dirigeants israéliens en vue de soutenir l’économie palestinienne en proie à des difficultés croissantes; ou s’agit-il plutôt de la crainte d’un “printemps palestinien” qui aurait convaincu les dirigeants israéliens d’assouplir les contraintes qui pèsent sur l’économie locale?

En réalité, le principal handicap de l’économie palestinienne est ailleurs: il se trouve dans un document de 80 pages qui a été signé à Paris, en avril 1994, entre le gouvernement de l’Etat d’Israël et l’Organisation de Libération de la Palestine, et qui s’intitule « Protocole sur les Relations Économiques ». Cet accord, qui régit les relations économiques entre Israël et l’Autorité palestinienne, est aujourd’hui à l’origine des blocages de l’économie palestinienne et de la cherté de la vie dans les territoires.

Que prévoit le Protocole économique de Paris ?

De façon générale, le protocole établit une union douanière entre les territoires palestiniens autonomes et Israël: il prévoit la libre-circulation des marchandises entre les deux partenaires, sans aucun droit de douane ou taxe à l’importation, et avec des tarifs douaniers communs à l’extérieur de cet espace économique. Les droits de douane sur les marchandises qui sont importées de l’étranger et qui transitent par le territoire israélien, sont perçus par les autorités israéliennes et reversés à l’Autorité palestinienne.

Cependant, pour répondre aux besoins élémentaires des Palestiniens et pour favoriser leur développement économique, des exceptions ont été prévues au principe de l’union douanière avec Israël. Par exemple, l’Autorité palestinienne peut fixer ses propres règles douanières pour certains produits de première nécessité importés de Jordanie et d’Egypte. De même, les Palestiniens sont autorisés à importer certains produits d’autres pays arabes. Enfin, l’Autorité palestinienne a tout pouvoir pour déterminer les droits de douane sur les équipements industriels indispensables à son développement économique. Pour les autres produits, c’est Israël qui fixe les taux d’imposition qui sont aussi en vigueur dans les territoires autonomes.

Pourquoi les Palestiniens réclament-ils l’abrogation du Protocole ?

Le Protocole économique de 1994 visait à encourager « la consolidation des bases économiques de l’entité palestinienne ainsi que l’exercice de son droit à la prise de décision selon son propre programme de développement et priorités ». En d’autres termes, le transfert de pouvoir en Cisjordanie et dans la bande de Gaza à l’Autorité palestinienne aurait dû permettre à l’économie palestinienne de passer d’une situation de dépendance à un processus de croissance autonome. Seulement voilà: les règles qui ont été fixées pour une période intérimaire (2 à 3 ans), durent depuis près de 20 ans! Les réalités économiques ont largement changé et les besoins de l’économie palestinienne aussi.

En fait, la dépendance des Territoires palestiniens vis-à-vis d’Israël s’est renforcée, notamment pour leur approvisionnement en eau, en électricité et en essence. La liberté d’exportation des produits palestiniens se heurte à l’absence de ports et aéroports; l’obligation de transiter par le territoire israélien a développé la dépendance économique des Palestiniens du bon vouloir des autorités israéliennes, tandis que les bouclages répétés des territoires ont entravé la libre circulation entre les deux espaces économiques. Israël a souvent imposé aux Palestiniens ses propres produits, notamment en alourdissant les formalités d’importation d’un pays tiers.

Quant aux droits de douane perçus par les autorités israéliennes pour les marchandises importées pour les Territoires palestiniens et reversés à l’Autorité palestinienne (400 millions de dollars par an), ils ont souvent été versés avec retard, notamment lorsque des fournisseurs israéliens impayés en faisaient la saisie. Or, près de 60% des recettes du budget palestinien sont subordonnées aux rétrocessions des droits de douane par Israël, ce qui oblige à une coopération étroite entre les deux partenaires.

Pourquoi le coût de la vie augmente dans les territoires palestiniens ?

Les Palestiniens doivent s’aligner sur les prix israéliens et subir les mêmes augmentations des prix qu’en Israël, notamment pour les carburants et l’électricité. Cette dépendance est forte puisqu’aujourd’hui, 75% des importations de l’Autorité palestinienne sont fournis par Israël. De même, le Protocole de Paris prévoit que la TVA palestinienne devra se maintenir entre 15 et 16% pour rester proche de la TVA israélienne (17% aujourd’hui); les Palestiniens ne peuvent donc abaisser unilatéralement leur TVA pour réduire le coût de la vie. Et si l’Autorité palestinienne veut importer de l’extérieur des produits moins chers, ainsi que le Protocole de Paris l’autorise, il ne pourra s’agir que de produits de première nécessité. Pour l’importation de matières premières ou des matériaux industriels, les Palestiniens doivent obtenir l’agrément d’Israël par le biais d’une Commission économique conjointe.

Autrement dit, l’augmentation des prix en Cisjordanie est une “inflation importée” d’Israël. Dans cette situation « intérimaire », mais qui dure depuis deux décennies, l’Autorité palestinienne ne dispose d’aucune marge de manœuvre pour fixer sa propre politique commerciale (comme signer des accords commerciaux avec un pays tiers) et sa propre politique fiscale (comme déterminer le niveau de sa TVA). Et en l’absence de toute politique monétaire autonome, la capacité des autorités palestiniennes de maîtriser l’inflation reste très réduite.

C’est pour mettre un terme à cette situation anachronique que les Palestiniens exigent une révision du Protocole de Paris; or celui-ci n’est qu’une annexe de l’accord d’Oslo qui a conduit à la séparation politique des Israéliens et Palestiniens. En l’absence de tout nouvel accord politique entre les deux partenaires, une révision des règles économiques reste improbable.

Jacques Bendelac (Jérusalem)

"Ces pays en pointe sur le web : Israël, berceau de l'innovation". Publié le 02/08/2016 par Bastien Roques : "Tant par sa culture que par nécessité, l'État Hébreu a mis en place une politique axée sur l'innovation, en particulier dans le secteur des hautes technologies. L'innovation, entre culture et nécessité L'innovation occupe une place essentielle dans l'industrie israélie...

IsraelValley Desk | Économie

Quels sont les pays qui offrent le plus d’opportunités économiques ? Dans un article paru sous ce titre en 2016, Israël (croissance régulière, économie stable, chômage très faible...) est "oublié". Incompétence ? "Erreur" délibérée? Manque de curiosité ? Esprit étroit? On ne le saura jamais... Dans un souci d'éviter de ne pas être repris par la presse arabe il n'est pas r...

IsraelValley Desk | Économie

Alors qu’au niveau mondial une canette de 330 ml de Coca Cola coûte en moyenne 2,64 NIS (environ 0,63 euros, 0,67 CHF), les Israéliens doivent la payer 4,90 NIS (1,15 Euro, 1,25 CHF), soit une différence de 86 pour cent. Quant à la bouteille de 1,5 litre, elle coûte en Israël 40 pour cent de plus qu’aux Etats-Unis. Un consommateur israélien a décidé de ne plus se laisser faire....

IsraelValley Desk | Économie

Brussels Airlines a retiré de son offre, le mois dernier, une douceur fabriquée dans une entreprise israélienne opérant dans les Territoires. L'information a été confirmée à l'agence Belga par la compagnie aérienne. Brussels Airlines a été alertée par le passager d'un vol reliant Tel Aviv à Bruxelles qui savait que le produit proposé, Vanilla Halva, provenait des territoires. "Il ...

IsraelValley Desk | Économie

Le Département des Affaires Commerciales de l’Ambassade d’Israël en France est la représentation officielle du ministère de l’économie israélien en France Le Département des Affaires Commerciales de l’Ambassade d’Israël en France a pour mission d’identifier les opportunités de partenariat pertinentes en vue de promouvoir les relations d’affaires franco-israéliennes. S...

IsraelValley Desk | Économie

Au deuxième trimestre 2016, le PIB israélien a progressé de 3,7% selon l'institut de statistiques du pays, après avoir stagné au deuxième trimestre 2015 et avoir augmenté de 2,2% sur les trois premiers mois de l'année. Les analystes interrogés par Bloomberg attendaient un léger repli de la croissance à 2,1%. La surperformance de l'économie israélienne a soutenu aujourd'hui le s...

IsraelValley Desk | Économie

Le directeur de l'autorité égyptienne pour l'investissement Mohamed Khadir a annoncé en août la hausse des investissements étrangers en Égypte à hauteur de 7 milliards de dollars pour l'année 2016 contre 6,4 milliards de dollars en 2015. Les israéliens souhaitent investir en Egypte, malgré une relation économique binationale en dents de scie. Le courant d'affaires israélo-égyptien ...

Eyal Kaplan (Tel Aviv) | Économie

La famille Grass, à l’origine de la chaîne américaine de pharmacie Rite Aid, la plus importante de la côte Est et la troisième au niveau national, a investi 10 millions de dollars dans une nouvelle chaîne israélienne : Good Pharm. Le premier magasin été inauguré la semaine dernière au cœur King George Street, à Tel Aviv. 49% des parts sont revenues aux investisseurs, le contr...

Avi Mondeil (Tel Aviv) | Économie

IronSource dans le software et Infinidat (stockage de données) sont deux startups israéliennes qui viennent d’entrer dans le Club très fermé des 131 « licornes » (startups dont la valorisation dépasse le milliard de dollars). La France à sa nouvelle licorne OVH. En Europe, c’est du Royaume-Uni que proviennent la plupart des licornes (17/40, notamment Shazam, PokerStars, et Asos)...

Eyal Kaplan (Tel Aviv) | Économie

Le fournisseur d’énergie chypriote Energean Oil & Gas est sur le point d’acquérir les champs gaziers israéliens de Tanin et Karish auprès de deux filiales du Groupe Delek : Avner Oil and Gas et Delek Drilling. Le montant de la transaction s'élève à 148,5 millions de dollars, 40 millions directement, et les 108,5 restant seront payés sur les 10 prochaines années, plus les intérêt...

Nathan Sarel (Tel Aviv) | Économie

Pour cette deuxième partie de l’été, Israel Valley vous propose de découvrir (ou redécouvrir) certains de ses articles phares, illustrant de manière presque intemporelle l’essence de l’économie et de la société israélienne. Le 19 décembre dernier, en pleine période de fêtes, Jacques Bendelac nous présentait sa sélection des 10 centres commerciaux les plus importants d'Isra...

Jacques Bendelac | Économie

La chaîne espagnole de prêt-à-porter Stradivarius a ouvert son premier magasin en Israël. La société appartient au groupe Inditex, possédant également Zara, Pull&Bear, Bershka et Massimo Dutti. C’est au cœur du centre commercial Azrieli de Tel Aviv, pour une surface de 320 mètres carré, qu’a été inaugurée l’enseigne vendredi dernier. Fin 2016, ce sont deux nouveaux magas...

Nathan Sarel (Tel Aviv) | Économie

Alors que le ministère des finances travaille sur un plan de contrôle étatique des marges effectuées par les intermédiaires pour les produits frais, l’Association israélienne des cultivateurs de légumes (Israel Vegetable Growers Association) a proposé son idée de réglementation. Dans une lettre destinée à Moshe Kahlon et Uri Ariel (respectivement ministres des finances et de l...

Nathan Sarel (Tel Aviv) | Économie

Sur ces dernières semaines, Roman Abramovitch a de nouveau investi en Israël, à destination de deux start-up : La plate-forme d’engagement social Spot.IM et DreaMed Diabetes, société développant des solutions de traitement du diabète. Le milliardaire russe possède désormais un riche porte-feuille de start-up de haute-technologie, et ce par le biais de ses sociétés d’investisse...

Nathan Sarel (Tel Aviv) | Économie

L’application israélienne de réservation de taxi Gett (ou Get Taxi) s’unit avec Google. Le géant américain intègre les services de Gett au sein de l’application de navigation Google Maps. Ses utilisateurs peuvent désormais commander un taxi directement depuis les cartes proposées. Cette option supplémentaire sera activée dès que l’utilisateur recherchera un chemin routier...

Nathan Sarel (Tel Aviv) | Économie