Sep 24

ISRAELVALLEY – ISRAËL-PALESTINE: LE TRAITÉ DE LA DISCORDE. Israël accorde un paquet d'aide à l'Autorité palestinienne; les Palestiniens exigent la révision du Protocole de Paris.

Authors picture

Jacques Bendelac, à Jérusalem | Économie

Headline image

Le gouvernement israélien vient d’accorder un nouveau paquet d’aide à l’Autorité palestinienne: augmentation du quota d’ouvriers palestiniens autorisés à travailler en Israël, transfert direct de marchandises de Gaza en Cisjordanie, accélération des procédures de prélèvements douaniers, etc. S’agit-il d’un signe de bonne volonté de la part des dirigeants israéliens en vue de soutenir l’économie palestinienne en proie à des difficultés croissantes; ou s’agit-il plutôt de la crainte d’un “printemps palestinien” qui aurait convaincu les dirigeants israéliens d’assouplir les contraintes qui pèsent sur l’économie locale?

En réalité, le principal handicap de l’économie palestinienne est ailleurs: il se trouve dans un document de 80 pages qui a été signé à Paris, en avril 1994, entre le gouvernement de l’Etat d’Israël et l’Organisation de Libération de la Palestine, et qui s’intitule « Protocole sur les Relations Économiques ». Cet accord, qui régit les relations économiques entre Israël et l’Autorité palestinienne, est aujourd’hui à l’origine des blocages de l’économie palestinienne et de la cherté de la vie dans les territoires.

Que prévoit le Protocole économique de Paris ?

De façon générale, le protocole établit une union douanière entre les territoires palestiniens autonomes et Israël: il prévoit la libre-circulation des marchandises entre les deux partenaires, sans aucun droit de douane ou taxe à l’importation, et avec des tarifs douaniers communs à l’extérieur de cet espace économique. Les droits de douane sur les marchandises qui sont importées de l’étranger et qui transitent par le territoire israélien, sont perçus par les autorités israéliennes et reversés à l’Autorité palestinienne.

Cependant, pour répondre aux besoins élémentaires des Palestiniens et pour favoriser leur développement économique, des exceptions ont été prévues au principe de l’union douanière avec Israël. Par exemple, l’Autorité palestinienne peut fixer ses propres règles douanières pour certains produits de première nécessité importés de Jordanie et d’Egypte. De même, les Palestiniens sont autorisés à importer certains produits d’autres pays arabes. Enfin, l’Autorité palestinienne a tout pouvoir pour déterminer les droits de douane sur les équipements industriels indispensables à son développement économique. Pour les autres produits, c’est Israël qui fixe les taux d’imposition qui sont aussi en vigueur dans les territoires autonomes.

Pourquoi les Palestiniens réclament-ils l’abrogation du Protocole ?

Le Protocole économique de 1994 visait à encourager « la consolidation des bases économiques de l’entité palestinienne ainsi que l’exercice de son droit à la prise de décision selon son propre programme de développement et priorités ». En d’autres termes, le transfert de pouvoir en Cisjordanie et dans la bande de Gaza à l’Autorité palestinienne aurait dû permettre à l’économie palestinienne de passer d’une situation de dépendance à un processus de croissance autonome. Seulement voilà: les règles qui ont été fixées pour une période intérimaire (2 à 3 ans), durent depuis près de 20 ans! Les réalités économiques ont largement changé et les besoins de l’économie palestinienne aussi.

En fait, la dépendance des Territoires palestiniens vis-à-vis d’Israël s’est renforcée, notamment pour leur approvisionnement en eau, en électricité et en essence. La liberté d’exportation des produits palestiniens se heurte à l’absence de ports et aéroports; l’obligation de transiter par le territoire israélien a développé la dépendance économique des Palestiniens du bon vouloir des autorités israéliennes, tandis que les bouclages répétés des territoires ont entravé la libre circulation entre les deux espaces économiques. Israël a souvent imposé aux Palestiniens ses propres produits, notamment en alourdissant les formalités d’importation d’un pays tiers.

Quant aux droits de douane perçus par les autorités israéliennes pour les marchandises importées pour les Territoires palestiniens et reversés à l’Autorité palestinienne (400 millions de dollars par an), ils ont souvent été versés avec retard, notamment lorsque des fournisseurs israéliens impayés en faisaient la saisie. Or, près de 60% des recettes du budget palestinien sont subordonnées aux rétrocessions des droits de douane par Israël, ce qui oblige à une coopération étroite entre les deux partenaires.

Pourquoi le coût de la vie augmente dans les territoires palestiniens ?

Les Palestiniens doivent s’aligner sur les prix israéliens et subir les mêmes augmentations des prix qu’en Israël, notamment pour les carburants et l’électricité. Cette dépendance est forte puisqu’aujourd’hui, 75% des importations de l’Autorité palestinienne sont fournis par Israël. De même, le Protocole de Paris prévoit que la TVA palestinienne devra se maintenir entre 15 et 16% pour rester proche de la TVA israélienne (17% aujourd’hui); les Palestiniens ne peuvent donc abaisser unilatéralement leur TVA pour réduire le coût de la vie. Et si l’Autorité palestinienne veut importer de l’extérieur des produits moins chers, ainsi que le Protocole de Paris l’autorise, il ne pourra s’agir que de produits de première nécessité. Pour l’importation de matières premières ou des matériaux industriels, les Palestiniens doivent obtenir l’agrément d’Israël par le biais d’une Commission économique conjointe.

Autrement dit, l’augmentation des prix en Cisjordanie est une “inflation importée” d’Israël. Dans cette situation « intérimaire », mais qui dure depuis deux décennies, l’Autorité palestinienne ne dispose d’aucune marge de manœuvre pour fixer sa propre politique commerciale (comme signer des accords commerciaux avec un pays tiers) et sa propre politique fiscale (comme déterminer le niveau de sa TVA). Et en l’absence de toute politique monétaire autonome, la capacité des autorités palestiniennes de maîtriser l’inflation reste très réduite.

C’est pour mettre un terme à cette situation anachronique que les Palestiniens exigent une révision du Protocole de Paris; or celui-ci n’est qu’une annexe de l’accord d’Oslo qui a conduit à la séparation politique des Israéliens et Palestiniens. En l’absence de tout nouvel accord politique entre les deux partenaires, une révision des règles économiques reste improbable.

Jacques Bendelac (Jérusalem)

ISRAELVALLEY EXCLUSIF. Un open-space au sein d'une ambassade ? Cela relèverait de la fiction si l'on ne se trouvait pas en Israël. Le premier étage de l'ambassade du Royaume-Uni en Israël donne directement sur un open-space totalement dédié à l'UK Israel Tech Hub. L’équipe est jeune, l’ambiance est détendue: une véritable start-up dans les locaux britanniques. Créé en 2011, sous l'impulsion...

Magali Allouche (Tel Aviv) | Économie

Le pavillon d’Israël au CommunicAsia 2015, organisé à Singapour, accueillera 20 entreprises israéliennes qui présenteront du 2 au 5 juin les innovations du marché israélien des communications. Quelque 40 000 visiteurs sont attendus à ce 26e salon des Télécommunications, des Technologies de l’Information et Multimédia numériques. Les attachés commerciaux du ministère de l’Économie ont d’ores ...

IsraPresse | Économie

Le chômage est tombé à 4,9% en avril, un des taux les plus bas jamais enregistré en Israël. Le travail féminin en serait la principale explication. Au mois d'avril, Israël comptait 187 000 chômeurs; le taux de chômage est donc retombé à 4,9% de la population active, contre 5,2% pour le mois de mars. Les chiffres que publie l'Institut de la Statistique sont sans équivoque : le chômage en Is...

Jacques Bendelac | Économie

C'est bien connu. Le malheur des uns, fait le bonheur des autres. En Israël, les banques sont tout a fait disposées à accepter en toute discrétion (mais dans la légalité absolue) les milliards des grosses fortune de Grèce qui quittent le pays à une vitesse vertigineuse. Pour l'instant sans grand succès. Israelvalley a interrogé des banquiers israéliens sur "un état des lieux sur la fraude ...

Youval Kaplish (Ariel) | Économie

Encore une startup israélienne avalée par HP. Contextream est une firme née dans la Startup Nation qui va compléter harmonieusement l'offre de HP en matière de software (software-defined networking (SDN) and network-function virtualization (NFV). Cotextream va ainsi être totalement absorbée par le Groupe américain qui mène une veille technologique très affinée dans le pays. Les 5 premières soci...

Yotan Frishman (Tel Aviv) | Économie

Le fisc américain, l’Internal Revenue Service (IRS), a été victime, mardi 26 mai, d’un piratage informatique qui s’est soldé par le vol des données fiscales de quelque 100 000 contribuables. En Israël, le fisc utilise les technologies et firewall les plus solides pour éviter un piratage. Tous les services publics et banques israéliens ont été attaqués avec violence par des hackers palestini...

Dan Rosh (Tel Aviv) | Économie

Aujourd’hui le comité de liaison chargé de l’aide internationale aux Palestiniens se réunit: seul un tiers des promesses d’aide à Gaza a été versé. Pas moins de trois rapports internationaux consacrés à la situation économique des territoires palestiniens, et de Gaza en particulier, ont été publiés ces jours-ci : ils seront tous soumis au comité de liaison ad hoc (ou Ad Hoc Liaison Committ...

Jacques Bendelac | Économie

Après la vente très courante de firmes du high tech à des firmes étrangères, un nouveau trend semble se dessiner en Israël : des entreprises "low tech" sont en vente (Tnouva, vendue à des Chinois)). Keter fait partie des fleurons israéliens du low-tech qui devrait être vendu dans les prochains mois pour pas moins de $2 Milliards. Apax Partners et Markstone avaient dans le passé approché Ket...

Dan Rosh (Tel Aviv) | Économie

En un temps record, EasyJet a gagné des parts de marché exceptionnelles en Israël. La guerre du low cost oblige des frères ennemis israéliens à se rapprocher. Voire fusionner. FUSION ? Les trois Airbus 320 de ISRAIR (pertes de $4,8 Millions en 2014) vont-ils passer sous la coupe de El Al ? Selon le Haaretz cela pourrait être le cas. Le journal annonce que la Compagnie El Al va fusionner ave...

Dan Assayah (Tel-Aviv) | Économie

Le directeur de l'autorité antitrust israélienne a démissionné en raison du refus du gouvernement de Benjamin Netanyahu de casser un monopole sur le marché du gaz extrait en Méditerranée, selon le texte d'une lettre rendue publique lundi. David Gilo a envoyé une lettre de démission au ministre de l'Economie Arye Deri dans laquelle il exprime son opposition au refus du gouvernement de remettr...

Agence France-Presse. | Économie

Le nouveau Ministre de l'Economie, Moshé Kahlon, souhaite augmenter la taxe d'acquisition à partir du second appartement de 5 à 20%. Après la remise à plat des exonérations sur la plus value et la hausse sur la taxe d'acquisition, les investisseurs et les particuliers voient d'un œil inquiet cette nouvelle mesure. La hausse des droits d’acquisition comme remède à la hausse des prix ? Au m...

Emmanuel Charbit (Avocat) | Économie

Une grande partie du travail dans la promotion de liens entre Israël et le Canada est réalisée par la Fondation pour la recherche et le développement industriels Canada-Israël (CIIRDF). La forte relation technologique du Canada avec Israël fait des merveilles des deux côtés, selon le CIIRDF. L’organisation a été créée en 1994, et depuis lors, a financé plus de 90 partenariats technologiques bil...

Times of Israel | Économie

L’Allemagne est aujourd’hui le plus important partenaire européen d’Israël. La force des relations économiques, scientifiques et militaires tissées depuis cinquante ans entre les deux pays reflète le caractère spécifique de cette bilatéralité née « de l’enfer le plus noir de l’Histoire » Flash-back. « Ces cinq dernières décennies ont montré combien l’Allemagne s’était investie pour assurer à...

Caroll Azoulay (A.J) | Économie

Avec 6 547 Français qui ont émigré en Israël en 2014, la France est le premier pourvoyeur d'immigrants à Israël, devançant l’Ukraine et la Russie. En 2014, ce sont 24 112 nouveaux immigrants de toutes origines qui se sont installés en Israël, soit 43% de plus que l’année précédente. C’est ce qu’il ressort des chiffres officiels de l'immigration qui viennent d'être publiés par l’Institut de...

Jacques Bendelac | Économie

Alstom Israël aurait, selon le journal économique Globes, l'intention d'attaquer les Autorités israéliennes (Israel Railways), qui n'appliqueraient pas les règles d'un appel d'offres international sur l'électrification du rail israélien. Le Canadien Bombardier semble être sur la même longueur d'ondes avec le géant Français. Les Chinois CNR et CSR qui ont fusionné depuis peu (ce qui aurait dû...

Ilan Friedman (Tel Aviv) | Économie