Sep 24

ISRAELVALLEY – ISRAËL-PALESTINE: LE TRAITÉ DE LA DISCORDE. Israël accorde un paquet d'aide à l'Autorité palestinienne; les Palestiniens exigent la révision du Protocole de Paris.

Authors picture

Jacques Bendelac, à Jérusalem | Économie

Headline image

Le gouvernement israélien vient d’accorder un nouveau paquet d’aide à l’Autorité palestinienne: augmentation du quota d’ouvriers palestiniens autorisés à travailler en Israël, transfert direct de marchandises de Gaza en Cisjordanie, accélération des procédures de prélèvements douaniers, etc. S’agit-il d’un signe de bonne volonté de la part des dirigeants israéliens en vue de soutenir l’économie palestinienne en proie à des difficultés croissantes; ou s’agit-il plutôt de la crainte d’un “printemps palestinien” qui aurait convaincu les dirigeants israéliens d’assouplir les contraintes qui pèsent sur l’économie locale?

En réalité, le principal handicap de l’économie palestinienne est ailleurs: il se trouve dans un document de 80 pages qui a été signé à Paris, en avril 1994, entre le gouvernement de l’Etat d’Israël et l’Organisation de Libération de la Palestine, et qui s’intitule « Protocole sur les Relations Économiques ». Cet accord, qui régit les relations économiques entre Israël et l’Autorité palestinienne, est aujourd’hui à l’origine des blocages de l’économie palestinienne et de la cherté de la vie dans les territoires.

Que prévoit le Protocole économique de Paris ?

De façon générale, le protocole établit une union douanière entre les territoires palestiniens autonomes et Israël: il prévoit la libre-circulation des marchandises entre les deux partenaires, sans aucun droit de douane ou taxe à l’importation, et avec des tarifs douaniers communs à l’extérieur de cet espace économique. Les droits de douane sur les marchandises qui sont importées de l’étranger et qui transitent par le territoire israélien, sont perçus par les autorités israéliennes et reversés à l’Autorité palestinienne.

Cependant, pour répondre aux besoins élémentaires des Palestiniens et pour favoriser leur développement économique, des exceptions ont été prévues au principe de l’union douanière avec Israël. Par exemple, l’Autorité palestinienne peut fixer ses propres règles douanières pour certains produits de première nécessité importés de Jordanie et d’Egypte. De même, les Palestiniens sont autorisés à importer certains produits d’autres pays arabes. Enfin, l’Autorité palestinienne a tout pouvoir pour déterminer les droits de douane sur les équipements industriels indispensables à son développement économique. Pour les autres produits, c’est Israël qui fixe les taux d’imposition qui sont aussi en vigueur dans les territoires autonomes.

Pourquoi les Palestiniens réclament-ils l’abrogation du Protocole ?

Le Protocole économique de 1994 visait à encourager « la consolidation des bases économiques de l’entité palestinienne ainsi que l’exercice de son droit à la prise de décision selon son propre programme de développement et priorités ». En d’autres termes, le transfert de pouvoir en Cisjordanie et dans la bande de Gaza à l’Autorité palestinienne aurait dû permettre à l’économie palestinienne de passer d’une situation de dépendance à un processus de croissance autonome. Seulement voilà: les règles qui ont été fixées pour une période intérimaire (2 à 3 ans), durent depuis près de 20 ans! Les réalités économiques ont largement changé et les besoins de l’économie palestinienne aussi.

En fait, la dépendance des Territoires palestiniens vis-à-vis d’Israël s’est renforcée, notamment pour leur approvisionnement en eau, en électricité et en essence. La liberté d’exportation des produits palestiniens se heurte à l’absence de ports et aéroports; l’obligation de transiter par le territoire israélien a développé la dépendance économique des Palestiniens du bon vouloir des autorités israéliennes, tandis que les bouclages répétés des territoires ont entravé la libre circulation entre les deux espaces économiques. Israël a souvent imposé aux Palestiniens ses propres produits, notamment en alourdissant les formalités d’importation d’un pays tiers.

Quant aux droits de douane perçus par les autorités israéliennes pour les marchandises importées pour les Territoires palestiniens et reversés à l’Autorité palestinienne (400 millions de dollars par an), ils ont souvent été versés avec retard, notamment lorsque des fournisseurs israéliens impayés en faisaient la saisie. Or, près de 60% des recettes du budget palestinien sont subordonnées aux rétrocessions des droits de douane par Israël, ce qui oblige à une coopération étroite entre les deux partenaires.

Pourquoi le coût de la vie augmente dans les territoires palestiniens ?

Les Palestiniens doivent s’aligner sur les prix israéliens et subir les mêmes augmentations des prix qu’en Israël, notamment pour les carburants et l’électricité. Cette dépendance est forte puisqu’aujourd’hui, 75% des importations de l’Autorité palestinienne sont fournis par Israël. De même, le Protocole de Paris prévoit que la TVA palestinienne devra se maintenir entre 15 et 16% pour rester proche de la TVA israélienne (17% aujourd’hui); les Palestiniens ne peuvent donc abaisser unilatéralement leur TVA pour réduire le coût de la vie. Et si l’Autorité palestinienne veut importer de l’extérieur des produits moins chers, ainsi que le Protocole de Paris l’autorise, il ne pourra s’agir que de produits de première nécessité. Pour l’importation de matières premières ou des matériaux industriels, les Palestiniens doivent obtenir l’agrément d’Israël par le biais d’une Commission économique conjointe.

Autrement dit, l’augmentation des prix en Cisjordanie est une “inflation importée” d’Israël. Dans cette situation « intérimaire », mais qui dure depuis deux décennies, l’Autorité palestinienne ne dispose d’aucune marge de manœuvre pour fixer sa propre politique commerciale (comme signer des accords commerciaux avec un pays tiers) et sa propre politique fiscale (comme déterminer le niveau de sa TVA). Et en l’absence de toute politique monétaire autonome, la capacité des autorités palestiniennes de maîtriser l’inflation reste très réduite.

C’est pour mettre un terme à cette situation anachronique que les Palestiniens exigent une révision du Protocole de Paris; or celui-ci n’est qu’une annexe de l’accord d’Oslo qui a conduit à la séparation politique des Israéliens et Palestiniens. En l’absence de tout nouvel accord politique entre les deux partenaires, une révision des règles économiques reste improbable.

Jacques Bendelac (Jérusalem)

Selon un fonctionnaire de l'Autorité de l'Aviation Civile Israélienne, Israël a besoin de la construction d'un deuxième aéroport pour pouvoir assurer un service complet du trafic aérien en temps de guerre. La leçon de la brève suspension de la plupart des vols internationaux, par les compagnies aériennes étrangères, la semaine dernière, doit être prise en considération. «La crise, qui a surg...

Avner Myers | Économie

Delta Galil, dont les ventes vont avoisiner 1 Milliard de dollars en 2014, fait partie des firmes qui représentent l'histoire économique du pays. L'entreprise semble en avoir terminé avec ses années noires (des pertes énormes). Les profits devraient être au rendez-vous pour 2014. Delta est spécial. On peut la classer dans le type de firmes qui "ne peuvent fermer un jour". Pas un israélien q...

Amiram Cohen-Zenou (Jerusalem) | Économie

Changement de comportement des consommateurs. Depuis le dernier week-end, (exactement samedi soir), les Centres Commerciaux du Centre et du Sud d'Israël sont, pour certains, assez bien fréquentés (Ashdod, Ashkélone, Beersheva). Les Malls ("Canyons", mot utilisé en Israël pour parler des centres commerciaux très bien climatisés) du Sud d'Israël étaient quasiment vides durant les trois semain...

Eitan Koren (Tel Aviv) | Économie

Le magnat déchu devrait vendre sa villa d'Herlizya Pituah évaluée à 12 millions de dollars et pourrait recevoir également des fonds de son père et de ses amis. Nochi Dankner, qui a perdu le contrôle de son empire industriel IDB en janvier 2014, devrait passer le reste de sa vie à payer une partie des 400 à 500 millions de ...

Avner Myers | Économie

IsraelValley y était. Les premiers arrivés hier matin au nouveau siège de la Bourse de Tel Aviv étaient soucieux. Les bruits de guerre et les sirènes hantent les esprits de tous. Le magnifique bâtiment situé Ahuzat Bayit Street à deux pas de la Tour Shalom va devenir le centre névralgique de la vie économque d'Israël. Le bâtiment flambant neuf a coûté 350 millions de shekels, soit 70 million...

Eric Shiran (Tel Aviv) et Jacques Bendelac | Économie

Tous les ans nous faisons un copié-collé dans IsraelValley pour dire la même chose : le shekel et surévalué selon le Big Mac Index. Selon le dernier résultat de cet indice la monnaie israélienne se place en huitième position (après la Norvège, la Suisse) dans le monde comme monnaie surévaluée. Un Big Mac est vendu 17,50 shekel en Israël (un peu cher mais excellent !). Tout le calcul du jou...

Eyal Friedman (Tel Aviv) | Économie

Les récentes perturbations et annulations de vols ont causé des annulations de chambres d'hôtels avec des frais, voire le plus souvent en haute saison la perte totale du prix de la chambre. Or la start-up israélienne "Roomer" (https://www.roomertravel.com/), permet en ligne de vendre sa réservation de chambre à prix réduit à une autre personne. L'acheteur acquiert ainsi une chambre avec une ...

Lionel Bobot | Économie

Selon Globes et l'Israel Hotel Association, les pertes estimées sont de 500 Millions $ pour le secteur touristique israélien et plus particulièrement les hôtels. En effet, depuis le début du conflit les hôtels ont connu une chute de la fréquentation de près de 40% avec une perte enregistrée de 100 Millions $. Cett...

Lionel Bobot | Économie

Des scientifiques israéliens ont perfectionné une méthode qui utilise les infrastructures des téléphones mobiles pour créer une mesure météorologique plus précise. Cette méthode a déjà prouvé qu'elle pouvait produire un meilleur suivi des précipitations, qui peut être utilisé pour donner un préavis sur les dangers des conditions météorologiques comme sur les inondations. Cette découverte acc...

Iddo Genuth (i24News) | Économie

SPÉCIAL – Le Hamas a déjà perdu la guerre économique: l’opération Tsouk Eitan marquera le début d’un grand bond en arrière pour l’économie de Gaza. Si le conflit israélo-gazaoui n’est pas encore conclu, une chose est déjà sûre : le Hamas a déjà perdu la guerre économique dans la bande de Gaza. Son infrastructure souterraine est détruite et ses sources de revenus sont taries. Mais les destruc...

Jacques Bendelac | Économie

Au travers des images de la télévision, et avec un regard attentif, on peut s'en rendre compte. Sans aucun doute, cet activiste du Hamas qui rencontre un homme politique européen de premier plan est habillé avec un costume qui coûte plus de 2 000 euros sur les Champs-Elysées. Sa montre est une Rolex. Sa cravate st en soie. Ses chaussures des Westons. Lorsque un organe de presse comme Globes ...

Dan Rosh | Économie

Habituellement, lorsque les balles pleuvent, les risques augmentent et les traders réagissent. Cette fois, les choses sont différentes, mais la protection du shekel par le Dôme de Fer n'est pas la seule raison. Si l'on étudie attentivement la volatilité du shekel face au dollar américain le mois dernier, il n'y a rien d'inhabituel. Étrange? Depuis que le shekel est devenu une monnaie lib...

Avner Myers | Économie

La plupart des grandes compagnies internationales, comme Air France, ont mis un arrêt a tout vol vers Israël. Premier impact immédiat et majeur sur l'économie de l'Etat Hébreu : l'arrêt des visites des touristes étrangers dans les hôtels du pays. Des millions d'euros de pertes pour toute une industrie qui se voit obligée de se séparer d'une grande partie de son personnel. Deuxième impact : a...

Jonathan Friedman (Tel Aviv) | Économie

La banque privée basée à Zurich Julius Baer a annoncé lundi son intention d'acheter les activités de banque privée de la Banque Leumi au Luxembourg et en Suisse. Le deal porterait sur une somme de 70 millions de francs suisses (78 millions de dollars). Julius Baer est actuellement soumis à une enquête des autorités américaines qui soupçonnent la banque suisse d'aider de riches Américains à...

Avner Myers | Économie

Selon Globes et l'Israel Hotel Association (Association des Hoteliers d'Israel), 30 à 40% d'annulation de séjours de touristes étrangers dans les hôtels a été enregistré depuis le début de la crise en juillet. Cette chute se fait sentir notamment dans le Sud du pays mais aussi a Tel Aviv (-30%). Pour le Directeur de l'Israel Tourist and Travel As...

Lionel Bobot | Économie