Sep 24

ISRAELVALLEY – ISRAËL-PALESTINE: LE TRAITÉ DE LA DISCORDE. Israël accorde un paquet d'aide à l'Autorité palestinienne; les Palestiniens exigent la révision du Protocole de Paris.

Authors picture

Jacques Bendelac, à Jérusalem | Économie

Headline image

Le gouvernement israélien vient d’accorder un nouveau paquet d’aide à l’Autorité palestinienne: augmentation du quota d’ouvriers palestiniens autorisés à travailler en Israël, transfert direct de marchandises de Gaza en Cisjordanie, accélération des procédures de prélèvements douaniers, etc. S’agit-il d’un signe de bonne volonté de la part des dirigeants israéliens en vue de soutenir l’économie palestinienne en proie à des difficultés croissantes; ou s’agit-il plutôt de la crainte d’un “printemps palestinien” qui aurait convaincu les dirigeants israéliens d’assouplir les contraintes qui pèsent sur l’économie locale?

En réalité, le principal handicap de l’économie palestinienne est ailleurs: il se trouve dans un document de 80 pages qui a été signé à Paris, en avril 1994, entre le gouvernement de l’Etat d’Israël et l’Organisation de Libération de la Palestine, et qui s’intitule « Protocole sur les Relations Économiques ». Cet accord, qui régit les relations économiques entre Israël et l’Autorité palestinienne, est aujourd’hui à l’origine des blocages de l’économie palestinienne et de la cherté de la vie dans les territoires.

Que prévoit le Protocole économique de Paris ?

De façon générale, le protocole établit une union douanière entre les territoires palestiniens autonomes et Israël: il prévoit la libre-circulation des marchandises entre les deux partenaires, sans aucun droit de douane ou taxe à l’importation, et avec des tarifs douaniers communs à l’extérieur de cet espace économique. Les droits de douane sur les marchandises qui sont importées de l’étranger et qui transitent par le territoire israélien, sont perçus par les autorités israéliennes et reversés à l’Autorité palestinienne.

Cependant, pour répondre aux besoins élémentaires des Palestiniens et pour favoriser leur développement économique, des exceptions ont été prévues au principe de l’union douanière avec Israël. Par exemple, l’Autorité palestinienne peut fixer ses propres règles douanières pour certains produits de première nécessité importés de Jordanie et d’Egypte. De même, les Palestiniens sont autorisés à importer certains produits d’autres pays arabes. Enfin, l’Autorité palestinienne a tout pouvoir pour déterminer les droits de douane sur les équipements industriels indispensables à son développement économique. Pour les autres produits, c’est Israël qui fixe les taux d’imposition qui sont aussi en vigueur dans les territoires autonomes.

Pourquoi les Palestiniens réclament-ils l’abrogation du Protocole ?

Le Protocole économique de 1994 visait à encourager « la consolidation des bases économiques de l’entité palestinienne ainsi que l’exercice de son droit à la prise de décision selon son propre programme de développement et priorités ». En d’autres termes, le transfert de pouvoir en Cisjordanie et dans la bande de Gaza à l’Autorité palestinienne aurait dû permettre à l’économie palestinienne de passer d’une situation de dépendance à un processus de croissance autonome. Seulement voilà: les règles qui ont été fixées pour une période intérimaire (2 à 3 ans), durent depuis près de 20 ans! Les réalités économiques ont largement changé et les besoins de l’économie palestinienne aussi.

En fait, la dépendance des Territoires palestiniens vis-à-vis d’Israël s’est renforcée, notamment pour leur approvisionnement en eau, en électricité et en essence. La liberté d’exportation des produits palestiniens se heurte à l’absence de ports et aéroports; l’obligation de transiter par le territoire israélien a développé la dépendance économique des Palestiniens du bon vouloir des autorités israéliennes, tandis que les bouclages répétés des territoires ont entravé la libre circulation entre les deux espaces économiques. Israël a souvent imposé aux Palestiniens ses propres produits, notamment en alourdissant les formalités d’importation d’un pays tiers.

Quant aux droits de douane perçus par les autorités israéliennes pour les marchandises importées pour les Territoires palestiniens et reversés à l’Autorité palestinienne (400 millions de dollars par an), ils ont souvent été versés avec retard, notamment lorsque des fournisseurs israéliens impayés en faisaient la saisie. Or, près de 60% des recettes du budget palestinien sont subordonnées aux rétrocessions des droits de douane par Israël, ce qui oblige à une coopération étroite entre les deux partenaires.

Pourquoi le coût de la vie augmente dans les territoires palestiniens ?

Les Palestiniens doivent s’aligner sur les prix israéliens et subir les mêmes augmentations des prix qu’en Israël, notamment pour les carburants et l’électricité. Cette dépendance est forte puisqu’aujourd’hui, 75% des importations de l’Autorité palestinienne sont fournis par Israël. De même, le Protocole de Paris prévoit que la TVA palestinienne devra se maintenir entre 15 et 16% pour rester proche de la TVA israélienne (17% aujourd’hui); les Palestiniens ne peuvent donc abaisser unilatéralement leur TVA pour réduire le coût de la vie. Et si l’Autorité palestinienne veut importer de l’extérieur des produits moins chers, ainsi que le Protocole de Paris l’autorise, il ne pourra s’agir que de produits de première nécessité. Pour l’importation de matières premières ou des matériaux industriels, les Palestiniens doivent obtenir l’agrément d’Israël par le biais d’une Commission économique conjointe.

Autrement dit, l’augmentation des prix en Cisjordanie est une “inflation importée” d’Israël. Dans cette situation « intérimaire », mais qui dure depuis deux décennies, l’Autorité palestinienne ne dispose d’aucune marge de manœuvre pour fixer sa propre politique commerciale (comme signer des accords commerciaux avec un pays tiers) et sa propre politique fiscale (comme déterminer le niveau de sa TVA). Et en l’absence de toute politique monétaire autonome, la capacité des autorités palestiniennes de maîtriser l’inflation reste très réduite.

C’est pour mettre un terme à cette situation anachronique que les Palestiniens exigent une révision du Protocole de Paris; or celui-ci n’est qu’une annexe de l’accord d’Oslo qui a conduit à la séparation politique des Israéliens et Palestiniens. En l’absence de tout nouvel accord politique entre les deux partenaires, une révision des règles économiques reste improbable.

Jacques Bendelac (Jérusalem)

En 2014, le nombre de demandeurs d’emploi est passé à 223.000, soit 5,9% de la population active. À quoi ressemblait un chômeur en Israël en 2014? 2014 aura été une bonne année pour les chiffres du chômage en Israël : en moyenne annuelle, le taux de chômage s’est établi à 5,9%, contre 6,2% en 2013. Autre tendance encourageante : le taux de chômage a marqué une baisse continue tout au long ...

Jacques Bendelac | Économie

C'est certainement le deal surprise de la semaine. Le Groupe de Chimie "Israel Chemical", actif dans le monde entier, vient d'acquérir Prolactal pour un montant estimé à 100 millions d'euros, un groupe Allemand-Autrichien présent dans le secteur des protéines laitières. ICL est l'un des joyaux israéliens actif dans un secteur clé : les engrais. Fondée en 1968, ICL (Israel Chemicals ltd), est...

Eyal Cohen-Sellam | Économie

La baisse de l’euro handicape les exportations israéliennes vers la France qui reste au 10e rang des clients d’Israël et son 12e fournisseur. Selon les chiffres transmis par les douanes israéliennes et repris par l’Institut de la Statistique, les variations des taux de change du shekel sont largement responsables des modifications dans les échanges commerciaux d’Israël en 2014. Dans le ca...

Jacques Bendelac | Économie

Face à la victoire de Syriza en Grèce, Israël espère que le changement de majorité n’ouvrira pas une nouvelle période d’instabilité dans la zone euro. Pour l’heure, ce sont les exportateurs israéliens qui s’inquiètent de la faiblesse de l’euro et pour cause : plusieurs produits israéliens sont particulièrement exposés à la crise de la monnaie européenne, notamment parce que le l’Europe est...

Jacques Bendelac | Économie

L’année 2015 a commencé au plus haut pour le secteur de la haute technologie israélienne et du rachat de start-up. Bilan de 2014 avec les 10 plus gros exit de l’année. En 2014, 3.4 milliards de dollars ont été investis dans les start-up israéliennes. C’est plus que le record de 2000 au début des années high tech et avant la crise de 2001 et 2008. Aussi le niveau d’investissement dans la haut...

Eyal Dotan (Citizen Kane) | Économie

Le secteur vinicole se porte bien en Israël. Les ventes de vins israéliens ont atteint 220 millions de $ en 2014, dont 40 millions de $ à l’export. Parmi les principaux marchés, on compte l’Amérique du nord (58% des exportations), l’Europe (33%) et l’Asie (6%). Notons que c’est la France qui importe le plus de vins israéliens en Europe. (coolamnews). GLOBES (Copyrights) : "Tel Aviv Sommelier...

Coolamnews.com | Économie

Le groupe israélien Teva aurait rejeté, selon Bloomberg, une offre de rachat de Teva par Pfizer. Cette nouvelle a fait bondir le cours de Teva à la Bourse. Pfizer est une société pharmaceutique américaine fondée en 1849. Présent dans plus de 150 pays, le groupe est, en 2013, le leader mondial dans son secteur avec un chiffre d'affaires s'élevant à 51,58 milliards de dollars US, une capitalis...

Ilana Dreyfus | Économie

ANALYSE – L’objectif des mesures prises par la BCE est de relancer la croissance en Europe; les retombées économiques pour Israël seront importantes. La Banque Centrale Européenne a lancé un programme d’assouplissement quantitatif calqué sur le modèle anglo-saxon : la BCE injectera massivement des liquidités dans les marchés en achetant de grandes quantités de titres, notamment des emprunts ...

Jacques Bendelac | Économie

Arthur de Villemandy : "Google ambitionne d’inaugurer un incubateur l’année prochaine à Séoul pour élargir sa communauté d’entrepreneurs, mais surtout pour profiter de la dynamique entrepreneuriale de la Corée du Sud. Depuis quelques années, Google montre sa volonté d’être hyperactif dans le milieu entrepreneurial avec son fonds d’investissement dédié aux startups Google Ventures, mais aussi...

IsraelValley Desk | Économie

En Israël, le sport a aussi des enjeux politiques, économiques et touristiques. Surtout lorsqu’il s’agit d’un championnat d’Europe de football. Le 18e championnat d'Europe (UEFA) de football féminin des moins de 19 ans se tiendra en Israël du 15 au 28 juillet 2015. Les joueuses nées après le 1er janvier 1996 pourront participer à la compétition. À cette occasion, le sport, l’économie et la...

Jacques Bendelac | Économie

REVELATIONS ISRAELVALLEY. La presse israélienne et nos propres sources à Tel Aviv, parlent d'un montant minima de $350 millions déboursés par Amazon pour se payer Annapurna Labs, un fleuron "caché" du high tech israélien. Selon lemondeinformatique.fr : "Depuis sa création en 2011, la start-up israélienne Annapurna Labs, qui vient d'être acquise par Amazon, était restée assez discrète sur se...

IsraelValley Desk | Économie

Microsoft a officiellement acheté Equivio, une start-up qui développe l’outil Zoom disposant d’une technologie de Machine Learning capable de structurer des documents de différentes natures autour d’un sujet précis avec une analyse poussée du texte et en rapprochant automatiquement les doublons. Au fur et à mesure les algorithmes seront en capables de mieux trier ces fichiers pour répondre p...

Citizenkane | Économie

Un nouveau produit d’exportation apparaît en Israël: la mouche. Stérilisé, l’insecte permet de lutter contre la "mouche méditerranéenne des fruits". Un nouveau mouvement migratoire se développe d’Israël vers l’Europe : il ne s’agit pas d’émigrants israéliens attirés par la vie facile d’une capitale européenne. Il s’agit d’un container de mouches qui a été expédié par avion depuis Tel Aviv ...

Jacques Bendelac | Économie

Depuis des années IsraelValley à l'habitude de suivre un dossier très sensible. Celui de l'emploi des travailleurs étrangers en Israël. Beaucoup a été fait par les autorités israéliennes pour éviter une situation dramatique des travailleurs Thaïlandais dans le pays qui sont abusés par des employeurs escrocs. Une nouvelle étude tire un signal d'alarme : Selon un document tout a fait sérieux...

IsraelValley Desk | Économie

Un nouveau rapport publié par le Fonds monétaire international dévoile une prévision favorable de la croissance économique d'Israël en 2015 qui serait de 3%. Les projections du FMI ont attribué la faible croissance de l'économie israélienne au ralentissement général de l'économie en Europe ainsi que l'opération " Bordure protectrice " menée dans la bande de Gaza l'été dernier. Les projections d...

IsraelValley Desk | Économie