Sep 24

ISRAELVALLEY – ISRAËL-PALESTINE: LE TRAITÉ DE LA DISCORDE. Israël accorde un paquet d'aide à l'Autorité palestinienne; les Palestiniens exigent la révision du Protocole de Paris.

Authors picture

Jacques Bendelac, à Jérusalem | Économie

Headline image

Le gouvernement israélien vient d’accorder un nouveau paquet d’aide à l’Autorité palestinienne: augmentation du quota d’ouvriers palestiniens autorisés à travailler en Israël, transfert direct de marchandises de Gaza en Cisjordanie, accélération des procédures de prélèvements douaniers, etc. S’agit-il d’un signe de bonne volonté de la part des dirigeants israéliens en vue de soutenir l’économie palestinienne en proie à des difficultés croissantes; ou s’agit-il plutôt de la crainte d’un “printemps palestinien” qui aurait convaincu les dirigeants israéliens d’assouplir les contraintes qui pèsent sur l’économie locale?

En réalité, le principal handicap de l’économie palestinienne est ailleurs: il se trouve dans un document de 80 pages qui a été signé à Paris, en avril 1994, entre le gouvernement de l’Etat d’Israël et l’Organisation de Libération de la Palestine, et qui s’intitule « Protocole sur les Relations Économiques ». Cet accord, qui régit les relations économiques entre Israël et l’Autorité palestinienne, est aujourd’hui à l’origine des blocages de l’économie palestinienne et de la cherté de la vie dans les territoires.

Que prévoit le Protocole économique de Paris ?

De façon générale, le protocole établit une union douanière entre les territoires palestiniens autonomes et Israël: il prévoit la libre-circulation des marchandises entre les deux partenaires, sans aucun droit de douane ou taxe à l’importation, et avec des tarifs douaniers communs à l’extérieur de cet espace économique. Les droits de douane sur les marchandises qui sont importées de l’étranger et qui transitent par le territoire israélien, sont perçus par les autorités israéliennes et reversés à l’Autorité palestinienne.

Cependant, pour répondre aux besoins élémentaires des Palestiniens et pour favoriser leur développement économique, des exceptions ont été prévues au principe de l’union douanière avec Israël. Par exemple, l’Autorité palestinienne peut fixer ses propres règles douanières pour certains produits de première nécessité importés de Jordanie et d’Egypte. De même, les Palestiniens sont autorisés à importer certains produits d’autres pays arabes. Enfin, l’Autorité palestinienne a tout pouvoir pour déterminer les droits de douane sur les équipements industriels indispensables à son développement économique. Pour les autres produits, c’est Israël qui fixe les taux d’imposition qui sont aussi en vigueur dans les territoires autonomes.

Pourquoi les Palestiniens réclament-ils l’abrogation du Protocole ?

Le Protocole économique de 1994 visait à encourager « la consolidation des bases économiques de l’entité palestinienne ainsi que l’exercice de son droit à la prise de décision selon son propre programme de développement et priorités ». En d’autres termes, le transfert de pouvoir en Cisjordanie et dans la bande de Gaza à l’Autorité palestinienne aurait dû permettre à l’économie palestinienne de passer d’une situation de dépendance à un processus de croissance autonome. Seulement voilà: les règles qui ont été fixées pour une période intérimaire (2 à 3 ans), durent depuis près de 20 ans! Les réalités économiques ont largement changé et les besoins de l’économie palestinienne aussi.

En fait, la dépendance des Territoires palestiniens vis-à-vis d’Israël s’est renforcée, notamment pour leur approvisionnement en eau, en électricité et en essence. La liberté d’exportation des produits palestiniens se heurte à l’absence de ports et aéroports; l’obligation de transiter par le territoire israélien a développé la dépendance économique des Palestiniens du bon vouloir des autorités israéliennes, tandis que les bouclages répétés des territoires ont entravé la libre circulation entre les deux espaces économiques. Israël a souvent imposé aux Palestiniens ses propres produits, notamment en alourdissant les formalités d’importation d’un pays tiers.

Quant aux droits de douane perçus par les autorités israéliennes pour les marchandises importées pour les Territoires palestiniens et reversés à l’Autorité palestinienne (400 millions de dollars par an), ils ont souvent été versés avec retard, notamment lorsque des fournisseurs israéliens impayés en faisaient la saisie. Or, près de 60% des recettes du budget palestinien sont subordonnées aux rétrocessions des droits de douane par Israël, ce qui oblige à une coopération étroite entre les deux partenaires.

Pourquoi le coût de la vie augmente dans les territoires palestiniens ?

Les Palestiniens doivent s’aligner sur les prix israéliens et subir les mêmes augmentations des prix qu’en Israël, notamment pour les carburants et l’électricité. Cette dépendance est forte puisqu’aujourd’hui, 75% des importations de l’Autorité palestinienne sont fournis par Israël. De même, le Protocole de Paris prévoit que la TVA palestinienne devra se maintenir entre 15 et 16% pour rester proche de la TVA israélienne (17% aujourd’hui); les Palestiniens ne peuvent donc abaisser unilatéralement leur TVA pour réduire le coût de la vie. Et si l’Autorité palestinienne veut importer de l’extérieur des produits moins chers, ainsi que le Protocole de Paris l’autorise, il ne pourra s’agir que de produits de première nécessité. Pour l’importation de matières premières ou des matériaux industriels, les Palestiniens doivent obtenir l’agrément d’Israël par le biais d’une Commission économique conjointe.

Autrement dit, l’augmentation des prix en Cisjordanie est une “inflation importée” d’Israël. Dans cette situation « intérimaire », mais qui dure depuis deux décennies, l’Autorité palestinienne ne dispose d’aucune marge de manœuvre pour fixer sa propre politique commerciale (comme signer des accords commerciaux avec un pays tiers) et sa propre politique fiscale (comme déterminer le niveau de sa TVA). Et en l’absence de toute politique monétaire autonome, la capacité des autorités palestiniennes de maîtriser l’inflation reste très réduite.

C’est pour mettre un terme à cette situation anachronique que les Palestiniens exigent une révision du Protocole de Paris; or celui-ci n’est qu’une annexe de l’accord d’Oslo qui a conduit à la séparation politique des Israéliens et Palestiniens. En l’absence de tout nouvel accord politique entre les deux partenaires, une révision des règles économiques reste improbable.

Jacques Bendelac (Jérusalem)

Israël gagne à toute vitesse des parts de marché dans le secteur agricole en Russie. Les israéliens (au moins le Ministre Shamir) semblent heureux par l'attitude très offensive de Poutine sur l'Ukraine qui finalement semble combler d'aise les firmes israéliennes du secteur agro-alimentaire. Presse Russe : "Spirale des sanctions entre Russie et UE : Israël grand bénéficiaire. Le ministre isra...

IsraelValley Desk | Économie

Le plus long tunnel d’Israël a été achevé cette semaine après 22 mois de travail intensif. Ce tunnel, de 11.6 km, servira à la future liaison entre Jérusalem et Tel-Aviv (Mevasseret Zion et Nahal Yitlah). Un tunnel identique, parallèle à celui-ci, sera construit à partir du mois de septembre 2014, permettant aux passagers de pouvoir prendre le train dans l’autre sens. Le tunnel terminé cette...

IsraelValley Desk | Économie

Selon un sondage réalisé par The Marker, la classe moyenne juive ultra-orthodoxe en Israël possède moins de voitures et se rend plus rarement à des concerts, mais passe plus de temps au téléphone et voyage fréquemment à l'étranger. Enfin, ils apprécient les grandes marques et sont souvent propriétaires de leur maison. Selon la façon dont sont comptabilisés ses membres, la communauté haredi (...

Avner Myers | Économie

Les arabes israéliens (20% de la population du pays) se sont lancés depuis des années dans l'export de produits Halal. C'est un marché qui progresse à grande allure et représente un potentiel énorme de développement. Selon le World Halal Forum, ce marché pesait 2300 milliards de dollars en 2013 dans le monde. Le mot "halal", qui signifie ce qui est "licite" dans la religion musulmane, ne dés...

IsraelValley Desk | Économie

La Banque d'Israël a annoncé lundi avoir réduit son taux d'intérêt directeur de 0,25 point à 0,25%, sa deuxième baisse de taux en autant de mois afin de soutenir l'activité économique. Selon Reuters (Copyrights) : "Cette décision, inattendue puisque dix économistes interrogés par Reuters étaient unanimes à prévoir un statu quo, ramène le taux directeur israélien à un nouveau plus bas record ...

IsraelValley Desk | Économie

Après 50 jours de conflit, l’économie israélienne marque une pause : la production ralentit, l’investissement se contracte, la déflation menace. L’opération Bordure protectrice, qui entame sa huitième semaine, risque d’aggraver la récession, en plongeant de nombreux secteurs dans le rouge, notamment le tourisme, l’agriculture et le commerce. Pour faire face au ralentissement de l’économie ...

Jacques Bendelac | Économie

Le patronat israélien a lancé une campagne contre un boycottage des produits israéliens fabriqués dans les colonies de Cisjordanie en expliquant que les Palestiniens eux-mêmes risquaient d'en faire les frais. Selon courrier-picard.fr : "Le président de l'Association des industriels, principale organisation patronale israélienne, Zvi Oren, a écrit à une trentaine de ses homologues européens e...

IsraelValley Desk | Économie

Le Saviez-vous ? Burger King, qui a disparu d'Israël, pourrait racheter le canadien Tim Hortons. La « fusion fiscale » des deux groupes permettrait de créer le numéro un mondial de la restauration rapide, selon le Wall Street Journal. Les aficionados du fast-food le savent. La chaîne de restaurants Burger King a progressivement disparu du paysage israélien pour laisser place à son enseigne a...

Oren Dan | Économie

Get Taxi va être bientôt confronté en Israël à l'américain Uber qui, en juin 2014, a levé 1,2 milliards de dollars, valorisant l'entreprise à 17 milliards de dollars. GetTaxi, l'application mobile israélienne dédiée à la réservation de taxis, revendique au niveau mondial des revenus annuels de plus de 100 millions de dollars, selon son fondateur et Président, Shahar Waiser. PORTRAIT DE UBER....

Dan Friedman | Économie

Pango, la start-up israélienne qui propose une application permettant aux conducteurs de payer le parking dans les rues ou parkings via le téléphone mobile, a annoncé que selon ses statistiques, les revenus des parkings étaient en forte baisse (au moins 8 % en juillet) sur l’ensemble du pays. La chute est très forte dans de nombreuses villes aux centre et sud d’Israël, principales cibles de roq...

IsraelValley Desk | Économie

Un article diffusé dans le New-York Times et repris par Les Echos donne un angle nouveau aux crises du Moyen-Orient. La raison principale des guerres régionales est liée au fait que cette région est écartée de la mondialisation, ce qui est certainement le cas pour Gaza qui est une île de pauvreté et de misère noire (les dirigeants du Hamas ont une très lourde responsabilité dans la situation) :...

Dan Friedman | Économie

Quelques heures dans les rues d'Israël (Tel Aviv surtout...) suffisent pour constater que l'économie continue d'aller de l'avant. Et pourtant certaines données viennent obscurcir ce constat à priori. La récession économique est-elle à nos portes ? Cette question mérite d'être posée. En effet depuis la reprise du conflit Israël/Hamas on constate une baisse des ventes de tous types de produits...

Dan Rosh (Tel Aviv) | Économie

Les habitants de Tel Aviv jettent à peu près trois kilos d’ordures par jour tandis que les habitants d’Ashdod, qui gaspillent le moins dans le pays, en jettent la moitié de cette quantité. Le ministère de la Protection de l’environnement explique cette grande différence de quantité d’ordures, qui est de 3,1 kilos par personne et par jour à Tel Aviv et de 1,49 kilo à Ashdod, par le programm...

Times of Israel | Économie

Actionnaire majoritaire de la banque israélienne avec 20,3 % des actions détenues par Arison Holdings et 1,3 % par Salt of the Earth Ltd, la milliardaire a vendu 8.750.000 parts pour un montant total de 51 millions de dollars. Shari Arison avait déjà vendu des actions Hapoalim à plusieurs reprises, et ce dans le cadre d'une stratégie visant à augmenter le montant des investisseurs étrangers ...

Avner Myers | Économie

ANALYSE – Au bord de la faillite, l’Autorité palestinienne ne pourra pas remplacer le pouvoir du Hamas à Gaza sans l’aide des donateurs étrangers. La volonté avouée des dirigeants israéliens de remplacer le pouvoir du Hamas dans la bande de Gaza par l’Autorité palestinienne (AP) présidée par Mahmoud Abbas risque de se heurter à un problème économique majeur : l’AP est elle-même au bord de ...

Jacques Bendelac | Économie