Sep 21

ISRAELVALLEY. DES MILLIARDAIRES ISRAELIENS SONT A PARIS. La Biennale des Antiquaires qui se tient au Grand Palais tous les deux ans est le rendez-vous des marchands d’art les plus avertis.

Authors picture

IsraelValley Desk | Culture

Headline image

De nombreux milliardaires israéliens sont à Paris pour “La biennale des antiquaires”. Cet évènement fascine les israéliens qui n’hésitent pas à consacrer des jours entiers à sillonner les allées de la biennale. Les professionnels israéliens (très discrets selon les observations des journalistes d’IsraelValley) sont aussi là. Ils achètent pour le compte de “Tycoons” israéliens.

Tycoon est un mot anglais dérivé du mot japonais taikun signifiant « grand homme » ou « prince », le terme est lui-même d’origine chinoise. En anglais, tycoon signifie « magnat » ou homme d’affaires prospère (appelé autrefois également nabab). En hébreu cela signifie “richissime capitaliste qui en a plein les poches et habite l’une des tours de Tel-Aviv”.

L’homme d’affaires israélien Nohi Dankner est le Tycoon des Tycoons. Il est à la tête du holding IDB. Pas de chance pour lui depuis peu : il a perdu à son grand désespoir en quelques mois une partie de sa fortune (sur papier).

Selon la presse spécialisée : "Dans l’ambiance élégante du Paris Haussmannien revisitée par Karl Lagerfeld, 122 marchands de renommée internationale présentent au Grand Palais le plus beau et le plus cher du marché de l’art à l’occasion de la Biennale des Antiquaires de Paris.

Jusqu’au 24 septembre, 8.000 oeuvres d’exception (mobilier, tableaux et haute joaillerie) “d’une valeur totale de plusieurs milliards d’euros”, selon les organisateurs, sont rassemblées sous la nef transformée en coffre-fort géant sécurisé par le plan Vigipirate Rouge spécialement mis en place. Grand musée éphémère où tout est à vendre, la Biennale organisée par le Syndicat national des Antiquaires (SNA), attend 100.000 visiteurs, de l’acheteur fortuné au néophyte, en passant par le simple amateur de belles choses.

“La Biennale de Paris est devenue incontournable pour le marché de l’art. Nous accueillons 36 exposants de plus. Pendant onze jours, nous réunissons l’excellence de l’art de vivre, en passant en revue plusieurs styles, du XVIIIe à l’art contemporain”, déclare à l’AFP Christian Deydier, président du SNA.

Une trentaine de marchands étrangers dont des Américains, participent à cette 26e édition. La Biennale est aussi un écrin d’exception pour la haute joaillerie: Boucheron, Cartier, Van Cleef ou Harry Winston présentent désormais leurs nouvelles créations sous la grande nef. Pour la première fois, un joaillier chinois, Wallace Chan est présent avec de spectaculaires parures (le total vaut 230 millions d’euros)".

ISRAELVALLEY PLUS
Selon(1) : "C’est l’un des événements parisiens les plus attendus des collectionneurs. La Biennale des Antiquaires qui se tient au Grand Palais tous les deux ans est le rendez-vous des marchands d’art les plus avertis. Elle est aussi le lieu où les grands joaillers lancent leurs pièces les plus exceptionnelles. Dans un écrin démesuré dont la scénographie a été orchestrée par Karl Lagerfeld, Paris concentre pour cette 26e édition, depuis le 14 septembre et jusqu’à dimanche, ce que le monde sait faire de plus beau. L’occasion d’un lèche-vitrines hors du commun.

« Lèche-vitrines à Paris » est d’ailleurs le titre donné par Karl Lagerfeld à cette biennale exceptionnelle en tout point. Pour marquer la démesure de l’espace intérieur du Grand Palais, le couturier/créateur pluridisciplinaire a placé une montgolfière sous le dôme, soulignant l’immensité de la nef. Juste en dessous, un café meublé par Fendi. Partant de ce lieu de rencontre en arc de cercle, rayonnent des minirues où les stands ressemblent à des boutiques d’architecture haussmannienne. On circule sur une moquette qui reproduit un dallage en trompe-l’œil, entre des peintures de Chagall, d’Yves Klein, de Lucio Fontana, des Picasso, des coffres et des cabinets créés par Peter Marino et qui s’annoncent comme les nouveaux indispensables de la décoration intérieure. Mais visiblement, ce sont les joailliers qui drainent le plus d’acheteurs et de curieux. Le public commente en connaisseur, les vigies sont sur les dents, les créateurs sont présents sur les lieux, prêts à offrir au chaland une belle histoire qui apportera une valeur ajoutée à l’objet de la tentation. Bien que ces boutiques soient éphémères, on admire l’effort de décoration et d’effets déployé pour la circonstance.

Boucheron draine les visiteurs avec son bestiaire fantastique, à la fois porte-bonheur et chargé d’émotions. Chez Bulgari, on joue sur la nostalgie de l’âge d’or du cinéma américain. On cite volontiers Élisabeth Taylor qui indiquait que la meilleure partie du tournage de Cléopâtre à Rome était la possibilité pour elle d’aller flâner et faire du shopping chez le grand joaillier. Chez Chaumet, une collection de tiares en maillechort longe une colonne centrale. La maison met en avant son art de la couronne et du bijou de tête, mais aussi des créations exclusives numérotées de 1 à 12, présentées chacune dans une vitrine individuelle. Non loin, le Chinois Wallace Chang, costume sombre, cheveux longs, fine barbichette, parle aux curieux. On murmure qu’il est le seul joaillier invité du Salon, autrement dit, les organisateurs lui auraient offert son stand.

C’est un tel pôle d’attraction qu’on comprend la démarche. Deux cent trente millions d’€ entre bijoux et objets d’art plus fantastiques et plus précieux les uns que les autres, paradoxalement placés sous le signe du zen. Zen, forcément, sont cette faune et cette flore aussi excessives que poétiques, par leur pureté et leur perfection. Chez Dior haute joaillerie, un hommage appuyé était rendu à Monsieur Christian Dior, l’un des premiers couturiers à introduire le faux bijou comme une touche finale à ses créations. C’est en pierres précieuses, opales et gemmes multicolores que la créatrice de cette collection, Victoire de Castellane, a réinterprété les bijoux en toc du créateur. La collection s’appelle d’ailleurs « Dear Dior », presque un billet doux. Chez Chanel, on a carrément déménagé les panneaux de Coromandel chers à Mademoiselle pour reproduire l’univers particulier de cette créatrice qui a révolutionné la mode féminine. Du noir parce qu’elle a été la première à oser faire du noir la couleur de tous les jours".

Source: (1) http://www.lorientlejour.com/category/%C3%80+La+Une/article/779258/Au_bonheur_des_chercheurs_d%27or_et_des_chercheurs_d%27art.html

La question que nous posons en titre laisse penser que les israéliens qui restent à la maison... font l'amour. Et bien, non ! Ils font des "jokes" (blagues). C'est devenu un véritable sport national. Qui sortira la blague la plus reprise sur Facebook devient le héros du moment. Nous avons reçu à la rédaction d'IsraelValley des dizaines de plaisanteries qui se moquent souvent des habitants de Te...

Eyal Friedman (Tel Aviv) | Culture

Un gadget fabriqué en Israël permet de laver ses tsitsith en machine sans risque de les abîmer. Dénommé « Maguen Tzitzit », l’objet, réutilisable, se présente sous la forme d’un cône en plastique bleu dans lequel un dispositif permet d’enrouler les franges rituelles. Produit dans une usine « shomeret shabath », ce dispositif, commercialisé par la société Emeth, est vendu en France pour la modiq...

A.J. | Culture

Liza Minnelli, la légendaire actrice et chanteuse interprète devrait donner un concert à Tel-Aviv, en novembre 2014, dans le cadre de sa tournée européenne. L’artiste s’était déjà produite en Israël en 2011. La longue et impressionnante carrière de Liza Minnelli s’étend sur plus de 60 ans. Fille de l’icône Judy Garland et du réalisateur Vincente Minnelli, Liza Minnelli a reçu en 1972 un Osca...

IsraelValley Desk | Culture

Une véritable mer de plastique est visible au moshav Ein Yahav, dans la région brûlante de l’Arava. Les champs du Moshav sont couverts de plus de 6 millions de m² de plastique, afin d’utiliser la puissance du soleil pour élever les températures des surfaces sous le plastique jusqu’à 55 degrés. Cette chaleur est alors utilisée comme un substitut naturel aux pesticides. Le cliché que « l...

Line Tubiana (TJ) | Culture

Fin 2012, nous en parlions alors, Thibault Verbiest  sortait son premier roman, une œuvre très originale et remarquée, Amalek, le récit passionnant de 9 soldats israéliens qui se retrouvent téléportés, à la mode science-fiction, en plein milieu de la Shoah, à quelques kilomètres d’Auschwitz.   Le roman a connu un bel accueil en France et Belgique et voilà que son auteur décide de se lancer d...

IsraelValley Desk | Culture

Dimie Cat et La Femme, en concert pour la première fois en Israël. Le jeudi 26 juin à partir de 20h, sur la place devant l’Institut français de Tel Aviv, Rothschild 7. Après avoir reçu successivement le groupe Nouvelle Vague avec le designer français Jean-Charles de Castelbajac en 2012 et le groupe les Brigitte en 2013, l’Ambassade de France et l’Institut français d’Israël poursuivent leur ...

IsraelValley Desk | Culture

7863 livres ont été publiés en Israël en 2013. Selon les données de la Bibliothèque nationale, 82 % des nouveaux livres ont été publiés dans leur langue originale et 18 % ont été traduits. Sur les 1257 livres pour adultes publiés en 2013, 810 ont été écrits en hébreu et 447 traduits en hébreu. Parmi les livres écrits par des israéliens et publiés dans leur langue d’origine, 686 ont été publi...

Adèle Berg | Culture

On connaissait Burning Man, cet événement qui attire chaque année des dizaines de milliers d'hurluberlus dans le désert du Nevada. Voici aujourd'hui le Midburn Festival, un rassemblement tout aussi déjanté qui s'est déroulé pour la première fois dans le désert du Néguev, en Israël, au début du mois de juin 2014. ISRAELVALLEY PLUS Le festival Burning Man est une grande rencontre artistique ...

IsraelValley Desk | Culture

Une nouvelle initiative lancée par le ministère de l’Éducation vise à augmenter le nombre d’étudiants israéliens qui contribueront au développement de Wikipedia en hébreu. Le programme a été suggéré la semaine dernière lors d’une réunion entre le ministre de l’éducation, Shay Piron, et le président de la fondation Wikimedia, Jan-Bart de Vreede. Le ministre de l’éducation a exprimé son i...

Tel Avivre | Culture

Interview exclusif d'Edna Stern, pianiste franco-israélienne à l'occasion d'un récital unique de musiqué écrite à Theresinstadt, à La Chapelle de la Fondation Eugène Napoléon. A 70 ans de la fin de la seconde guerre mondiale et dans la vague de ce qui nous interpelle comme musique des camps, Edna Stern, la pianiste franco-israélienne,, vient de donner un recital unique. Au programme : Reine...

Carmela Serfaty | Culture

L’aile Archéologie du Musée d’Israël propose un parcours chronologique fascinant retraçant l’histoire de cette terre. Des temps préhistoriques à l’empire ottoman, le visiteur découvre au travers de sept sections l’histoire mouvementée d’Israël, et les particularités des peuples qui s’y sont succédés. Une exposition unique : Les Plus Vieux Masques Du Monde Le Musée d'Israël rassemble pour...

Cécile Kaplan (Tel Aviv) | Culture

Mercredi soir, le Park Hayarkon de Tel-Aviv retentissait de la voix de Mick Jagger s'adressant au public israélien en hébreu : "Bonsoir Tel-Aviv et bonne fête de Chavouot, nous sommes les Rolling Stones". L’heure du concert, prévu à 20h30 a été retardée d’environ une heure pour permettre à tous (y compris les fans religieux) d’être à l’heure. En effets, les juifs observant doivent attendre ...

Paula Chiche | Culture

L’Ambassade de France et l’Institut français d’Israël, avec le soutien de l’Institut français à Paris, accueillent « Tempête sous un crâne » pour deux représentations en Israël, à Beer Sheva et Nazareth. Les représentations seront suivies d’une discussion animée avec la troupe. En français, surtitres en arabe et/ou hébreu. Adaptée des Misérables, écrite pour cinq comédiens et deux musicien...

IsraelValley Desk | Culture

Une “journée éthiopienne”, en commémoration du 30e anniversaire de l’Opération Moise, au cours de laquelle 6364 Juifs d’Ethiopie ont été acheminés clandestinement des camps de réfugiés au Soudan vers Israël entre novembre 1984 et janvier 1985, a été organisée à l’Université de Tel-Aviv le 15 mai dernier dans le cadre du Conseil des Gouverneurs de l’Université. La journée comprenait le témoignag...

Dr. Sivan Cohen-Wiesenfeld | Culture

"Terminus Tel-Aviv" de Liad Shoham chez Editions les Escales (Paris). Après le noir Scandinave, place au polar israélien ! N°1 des ventes dans son pays, Liad Shoham nous entraîne dans une Tel-Aviv souterraine et marginale à travers un polar explosif sur le racisme et l'exclusion dans la société israélienne contemporaine. Quand Michal Poleg, la plus acharnée des activistes à défendre les droi...

IsraelValley Desk | Culture