Sep 19

ISRAELVALLEY - LE FILM ALYAH D'ELIE WAJEMAN A DÉJÀ CONQUIS LE CINÉMA FRANÇAIS! L'histoire retrace la vie d'un jeune de vingt-sept ans qui décide de fuir la monotonie de sa vie parisienne.

Authors picture

IsraelValley Desk | Culture

Headline image

Ne répétez pas trop qu’« Alyah » est le meilleur premier film que le cinéma français nous ait donné depuis longtemps.

L’affirmation est juste, mais réductrice. « Alyah » tient dans une histoire parfaitement nouée : celle d’Alex, petit dealer de shit parisien sans envergure. A vingt-sept ans ? Il est fatigué de sa vie grise et des magouilles de son frère. Quoique peu pratiquant, il décide de faire son alyah, d’émigrer en Israël pour investir 15.000 euros dans le restaurant d’un cousin. En quelques jours, il lui faut réunir l’argent… et quitter Jeanne, qu’il vient de rencontrer. Sur un canevas de polar, Wajeman tisse un suspense doublé d’un drame. L’histoire d’un déchirement fraternel inévitable, qui entraîne le sacrifice d’un amour naissant.

Sans aucune star, « Alyah » est un grand film de comédiens, Pio Marmaï a le regard d’un jeune Delon, le cinéaste Cédric Kahn devient un acteur plein de charisme. Adèle Haenel harponne la caméra rien qu’en rattachant ses cheveux, donnant corps par sa seule présence à un personnage qui n’a que peu de scènes pour exister.
Enfin, Wajeman filme Paris. En une séquence, nuit de deal orchestrée comme une fugue pour piano, il nous guide à travers toutes les couches de notre société. Il capte à la volée une capitale vacillante dans une lueur bleutée de réverbère à gaz. Paris toujours belle, mais Paris qui ne promet plus rien. Voilà, entre autres, pourquoi « Alyah » représente plus qu’un bon premier film. Dites plutôt qu’il est l’un des meilleurs films de la rentrée.

Adrien Gombeaud

ISRAELVALLEY PLUS

Pour son premier long métrage, Alyah, Elie Wajeman a opté pour le mélange des genres. Choix audacieux qui l’a poussé à brasser et à réunir en un seul film bon nombre de thèmes disparates : c’est à la fois un polar, un film sur la famille, sur un nouveau départ et sur les sentiments. (…) Je voulais ce mélange des genres. Il donne sa force au sujet, explique le cinéaste. Cela dit, le metteur en scène ajoute que le rythme haletant devait s’imposer comme un élément essentiel du film, qui reste avant tout une fiction tournée vers l’action.

Pour mettre en scène le parcours semé d’embûches de son personnage, le réalisateur Elie Wajeman s’est inspiré du film de Spike Lee, La 25ème heure, qui retrace l’errance d’un repris de justice. En ce qui concerne le traitement de la judaïté, question également assez centrale dans le film, le cinéaste déclare avoir pris modèle sur Two lovers de James Gray pour l’aspect plus ou moins décontracté de son approche de la religion.
Aussi étonnant que cela puisse paraître, Pio Marmai, qui incarne un Juif dans le film, est en réalité un acteur d’origine italienne. Lorsque l’on demande à Elie Wajeman les raisons de son choix, il explique : c’est une tradition du cinéma américain que des acteurs italiens jouent des rôles de Juifs. Voyez Pacino, ou De Niro dans Il était une fois en Amérique de Sergio Leone, ou dans Le Dernier nabab, d’Elia Kazan. L’idée me séduisait.

Dans le film, il est question d’un Juif de la diaspora qui tente de retourner en Israël pour fuir ses problèmes parisiens. En hébreu, cet acte de retour au pays est appelé l’Alyah, ce qui a donné le titre du film. Le cinéaste confie avoir recueilli de nombreux témoignages montrant la détresse de certaines personnes qui ont fait le choix de regagner Israël après avoir connu une série de déboires dans leur pays d’origine (addictions, problèmes financiers, chagrins d’amour, etc…). Le réalisateur s’est par ailleurs étonné du traitement que l’Agence Juive réserve aux aspirants migrants : pour s’être lui-même fait passer pour un candidat à l’Alyah, Elie Wajeman affirme que les précautions sécuritaires mises en œuvre peuvent en décourager plus d’un.
Elie Wajeman explique avoir été attiré par le paradoxe que soulève son sujet : on peut trouver étrange que ce garçon fuie ses problèmes vers un pays lui-même problématique et qui peut se déliter à tout instant. J’aime cette ambiguïté. Fuir pour se reconstruire dans un pays au bord de l’implosion, tel est le thème que le cinéaste a tenu à mettre en exergue dans son premier film.

Le film, qui se déroule en partie à Paris, a également été tourné en Israël. On y découvre alors un pays étonnamment cosmopolite où se mélangent de nombreuses ethnies : Russes, Palestiniens, Africains d’Afrique noire, ou encore Thaïlandais se retrouvent ainsi dans cette région multiculturelle du monde.
Nourri par ses références des années 90 et très inspiré par la génération d’acteurs qui a émergé grâce à Arnaud Desplechin ou encore Olivier Assayas, le réalisateur s’est montré désireux de reproduire un processus similaire, contextualisé dans notre époque, en donnant leur chance à des acteurs encore peu connus, comme le sont Adèle Haenel et Guillaume Gouix : il me fallait choisir des acteurs contemporains pour donner au film sa modernité, résume-t-il.

Le cinéaste avoue avoir eu du mal à réunir le financement nécessaire à la production de son film dont le mélange des genres et de tons semblait en dérouter plus d’un. Il compare sa détermination à celle de son personnage Alex, qui tente de rejoindre Israël par tous les moyens : au fond, la détermination d’Alex ressemble à celle qu’il faut pour faire un premier long métrage, observe-t-il.
Alyah a reçu le prix du public aux lectures du Festival Premiers Plans d’Angers, et a également été présenté à la Quinzaine des Réalisateurs du festival de Cannes 2012.

http://www.citebd.org/spip.php?page=cinema&id_film=926

Source: Les Echos.fr – Copyright © . Tous droits réservés.

La Cour Suprême d’Israël vient de mettre fin à un feuilleton judiciaire vieux de sept ans. Elle a en effet jugé que les manuscrits de Franz Kafka devaient rester dans le pays. Ils seront transférés sous peu à la Bibliothèque Nationale. La Cour suprême confirme ainsi la décision de deux juridictions inférieures. Eva Hoffe avait reçu les manuscrits de sa mère, alors secrétaire ...

Nathan Sarel (Tel Aviv) | Culture

Pour cette deuxième partie de l’été, Israel Valley vous propose de découvrir (ou redécouvrir) certains de ses articles phares, illustrant de manière presque intemporelle l’essence de l’économie et de la société israélienne. C'est ainsi que Serge Assayag, le 19 mars dernier, nous présentait ses 10 commandements de la culture d'Israël. Israël, la “start up nation”, attir...

Serge Assayag | Culture

En mai dernier, une vidéo haute en couleurs, diffusée sur Internet pour les 68 ans d’existence du pays, montrait les "68 faits que vous ne savez probablement pas à propos d’Israël". Outre l’invention de la tomate cerise, la productivité record des vaches laitières ou encore le fait d’être la "seule démocratie du Moyen-Orient", Israël se distingue par les 3000 entreprises et...

IsraelValley Plus | Culture

Le célèbre festival international d’Animation, de bandes dessinées et de caricatures – Animix – fête son 16e anniversaire ! Le festival présentera des créations israéliennes et des films d’animation venus du monde entier. Le festival propose aussi des rencontres avec des producteurs, des ateliers et des expositions, ainsi que des ” shukcomics ” (marchés de la bande dessinée...

IsraelValley | Culture

Le 150ième sushi bar de Tel-Aviv vient d’ouvrir, ce qui fait de la ville blanche l’un des plus gros marchés du monde en terme de consommation de sushis par habitant. Actuellement il existe 100 restaurants japonais ne servant que des sushis, 25 take-away sushi et 13 restaurants où la carte y est largement consacrée. Israël est aussi apparemment l’un des seuls endroits au monde à offr...

IsraelValley Plus | Culture

A l’occasion de la nouvelle exposition d’art contemporain au Palais de Tokyo à Paris, l'écrivain français Michel Houellebecq a accordé une interview au magazine "Culture" d’i24News. Lors de cet entretien, qu’il commence par "Shalom le koulam" ("Bonjour à tous", en hébreu), Houellebecq présente cette exposition baptisée "Rester vivant", une référence à son premier recueil d...

IsraelValley Plus | Culture

Communiqué. Festival international du jazz de Jaffa. Le Festival international de jazz de Jaffa a été fondé par Amikam Kimelman, jazzman, éducateur et finalement directeur artistique de ce même festival. L’objectif était de mettre en place une plate-forme afin que les musiciens israéliens puissent concevoir des musiques originales avec leurs homologues étrangers, mais également ...

Nathan Sarel (Tel Aviv) | Culture

EXPOSITION - INSTITUT FRANÇAIS DE TEL AVIV "Une fois par an, depuis que l’Unesco a déclaré Tel Aviv “Ville Blanche”, la Mairie de Tel-Aviv – Jaffa offre aux résidents et visiteurs l’occasion de faire la fête jusqu’au bout de la nuit en profitant d’une programmation artistique et culturelle riche et dynamique. Cette année la Nuit Blanche, organisée par la Mairie de Tel Av...

IsraelValley | Culture

Les journées de Galilée (ou Meet in Galilee) auront lieu les 25 et 26 septembre prochains. Si elles seront marquées par les Rencontres Economiques Internationales, elles accueilleront également le Festival International de l'Opéra Baroque. C'est en effet en plein cœur de la cité d'Acre que les Talens Lyriques, sous la direction de Christophe Rousset, déploieront leur virtuosité à ...

Nathan Sarel (Tel Aviv) | Culture

Non seulement Israël a le plus grand nombre de musées par habitant mais les oeuvres d’artistes israéliens comme Menashe Kadishman, Dani Karavan et Sigalit Landau sont connues et exposées dans le monde entier. Le milieu de l’art israélien a ceci de particulier que l’art et l’esprit d’entreprise s’y mêlent de manière inhabituelle, notamment à Tel-Aviv qui s’est révélée no...

Katharina Höftmann | Culture

Le plus grand festival de musique électronique organisé dans le monde arrive en Israël cet été. Il se déroule en Belgique à Boom tous les ans depuis 2005. Israël rejoint le Mexique, l’Inde, le Japon, la Colombie, l’Allemagne et l’Afrique du Sud pour la retransmission en direct du festival. Cette année « UNITE – The Mirror to Tomorrowland » se déroule le 23 juillet 2016 a...

IsraelValley Desk | Culture

La loi portant sur la protection du prix du livre en Israël n’aura finalement vécu que trois années. Adoptée par la Knesset, l’Assemblée nationale israélienne, en août 2013, la législation vient d’être abrogée. Durant moins de deux ans et demi, en somme – elle était entrée en application en janvier 2014 –, la législation a exercé une influence sur le secteur, passablemen...

IsraelValley Plus | Culture

La fabrication de Whisky en Israël est négligeable. Trois distillateurs se sont lancés dans une compétition amicale afin de devenir les «premiers» producteurs de Whisky du pays. Pelter, un producteur du plateau du Golan, a été le premier en Israël à distiller du Whisky, c'était en Novembre 2013. "Milk & Honey" a été le premier à construire une vraie distillerie de whisky en Isr...

IsraelValley Plus | Culture

L’Institut français de Tel Aviv organise une présentation de deux nouveaux titres parus dans la collection des Dictionnaires insolites (guides de voyage des éditions Cosmopole), consacrés respectivement à Tel Aviv et Jérusalem. Une occasion d’évoquer, de comparer, de confronter, mais aussi de rapprocher les deux villes. Tel Aviv et Jérusalem, deux villes que tout oppose ? La fes...

IsraelValley | Culture

Le réalisateur français Michel Hazanavicius sera l'invité d'honneur de la trentième édition du Festival international du film étudiant qui prendra place à Tel Aviv du 9 au 16 juin. Visant à faire découvrir les talents de demain, le FIFE est devenu l’une des plus grandes manifestations cinématographiques de l’année. Au programme : 200 films projetés réalisés par des étudian...

IsraelValley Plus | Culture