Sep 19

ISRAELVALLEY - LE FILM ALYAH D'ELIE WAJEMAN A DÉJÀ CONQUIS LE CINÉMA FRANÇAIS! L'histoire retrace la vie d'un jeune de vingt-sept ans qui décide de fuir la monotonie de sa vie parisienne.

Authors picture

IsraelValley Desk | Culture

Headline image

Ne répétez pas trop qu’« Alyah » est le meilleur premier film que le cinéma français nous ait donné depuis longtemps.

L’affirmation est juste, mais réductrice. « Alyah » tient dans une histoire parfaitement nouée : celle d’Alex, petit dealer de shit parisien sans envergure. A vingt-sept ans ? Il est fatigué de sa vie grise et des magouilles de son frère. Quoique peu pratiquant, il décide de faire son alyah, d’émigrer en Israël pour investir 15.000 euros dans le restaurant d’un cousin. En quelques jours, il lui faut réunir l’argent… et quitter Jeanne, qu’il vient de rencontrer. Sur un canevas de polar, Wajeman tisse un suspense doublé d’un drame. L’histoire d’un déchirement fraternel inévitable, qui entraîne le sacrifice d’un amour naissant.

Sans aucune star, « Alyah » est un grand film de comédiens, Pio Marmaï a le regard d’un jeune Delon, le cinéaste Cédric Kahn devient un acteur plein de charisme. Adèle Haenel harponne la caméra rien qu’en rattachant ses cheveux, donnant corps par sa seule présence à un personnage qui n’a que peu de scènes pour exister.
Enfin, Wajeman filme Paris. En une séquence, nuit de deal orchestrée comme une fugue pour piano, il nous guide à travers toutes les couches de notre société. Il capte à la volée une capitale vacillante dans une lueur bleutée de réverbère à gaz. Paris toujours belle, mais Paris qui ne promet plus rien. Voilà, entre autres, pourquoi « Alyah » représente plus qu’un bon premier film. Dites plutôt qu’il est l’un des meilleurs films de la rentrée.

Adrien Gombeaud

ISRAELVALLEY PLUS

Pour son premier long métrage, Alyah, Elie Wajeman a opté pour le mélange des genres. Choix audacieux qui l’a poussé à brasser et à réunir en un seul film bon nombre de thèmes disparates : c’est à la fois un polar, un film sur la famille, sur un nouveau départ et sur les sentiments. (…) Je voulais ce mélange des genres. Il donne sa force au sujet, explique le cinéaste. Cela dit, le metteur en scène ajoute que le rythme haletant devait s’imposer comme un élément essentiel du film, qui reste avant tout une fiction tournée vers l’action.

Pour mettre en scène le parcours semé d’embûches de son personnage, le réalisateur Elie Wajeman s’est inspiré du film de Spike Lee, La 25ème heure, qui retrace l’errance d’un repris de justice. En ce qui concerne le traitement de la judaïté, question également assez centrale dans le film, le cinéaste déclare avoir pris modèle sur Two lovers de James Gray pour l’aspect plus ou moins décontracté de son approche de la religion.
Aussi étonnant que cela puisse paraître, Pio Marmai, qui incarne un Juif dans le film, est en réalité un acteur d’origine italienne. Lorsque l’on demande à Elie Wajeman les raisons de son choix, il explique : c’est une tradition du cinéma américain que des acteurs italiens jouent des rôles de Juifs. Voyez Pacino, ou De Niro dans Il était une fois en Amérique de Sergio Leone, ou dans Le Dernier nabab, d’Elia Kazan. L’idée me séduisait.

Dans le film, il est question d’un Juif de la diaspora qui tente de retourner en Israël pour fuir ses problèmes parisiens. En hébreu, cet acte de retour au pays est appelé l’Alyah, ce qui a donné le titre du film. Le cinéaste confie avoir recueilli de nombreux témoignages montrant la détresse de certaines personnes qui ont fait le choix de regagner Israël après avoir connu une série de déboires dans leur pays d’origine (addictions, problèmes financiers, chagrins d’amour, etc…). Le réalisateur s’est par ailleurs étonné du traitement que l’Agence Juive réserve aux aspirants migrants : pour s’être lui-même fait passer pour un candidat à l’Alyah, Elie Wajeman affirme que les précautions sécuritaires mises en œuvre peuvent en décourager plus d’un.
Elie Wajeman explique avoir été attiré par le paradoxe que soulève son sujet : on peut trouver étrange que ce garçon fuie ses problèmes vers un pays lui-même problématique et qui peut se déliter à tout instant. J’aime cette ambiguïté. Fuir pour se reconstruire dans un pays au bord de l’implosion, tel est le thème que le cinéaste a tenu à mettre en exergue dans son premier film.

Le film, qui se déroule en partie à Paris, a également été tourné en Israël. On y découvre alors un pays étonnamment cosmopolite où se mélangent de nombreuses ethnies : Russes, Palestiniens, Africains d’Afrique noire, ou encore Thaïlandais se retrouvent ainsi dans cette région multiculturelle du monde.
Nourri par ses références des années 90 et très inspiré par la génération d’acteurs qui a émergé grâce à Arnaud Desplechin ou encore Olivier Assayas, le réalisateur s’est montré désireux de reproduire un processus similaire, contextualisé dans notre époque, en donnant leur chance à des acteurs encore peu connus, comme le sont Adèle Haenel et Guillaume Gouix : il me fallait choisir des acteurs contemporains pour donner au film sa modernité, résume-t-il.

Le cinéaste avoue avoir eu du mal à réunir le financement nécessaire à la production de son film dont le mélange des genres et de tons semblait en dérouter plus d’un. Il compare sa détermination à celle de son personnage Alex, qui tente de rejoindre Israël par tous les moyens : au fond, la détermination d’Alex ressemble à celle qu’il faut pour faire un premier long métrage, observe-t-il.
Alyah a reçu le prix du public aux lectures du Festival Premiers Plans d’Angers, et a également été présenté à la Quinzaine des Réalisateurs du festival de Cannes 2012.

http://www.citebd.org/spip.php?page=cinema&id_film=926

Source: Les Echos.fr – Copyright © . Tous droits réservés.

Grâce au travail et à l'engagement d'un luthier de Tel-Aviv, des instruments de musique utilisés pendant la période de la Shoah connaissent une nouvelle vie. « Pendant la guerre, les Allemands utilisaient ce violon pour piéger les juifs. Quand ils sortaient des trains, à l’arrivée au camp, entendaient le son du violon et se disaient ‘rien ne peut nous arriver ici, il y a un violon qui joue’....

IsraelValley Desk | Culture

Une nouvelle exposition parrainée par le ministère des Affaires étrangères et le ministère des Affaires stratégiques d'Israël a ouvert à Rome le week-end. L'exposition interactive est construite autour de neuf portes qui racontent l'histoire d'Israël. Chaque porte ouvre sur différents aspects de la société israélienne, notamment l'éducation, la culture, la technologie, la diversité. Le ...

David Illouz | Culture

Illustration de l’âme israélienne, se rassemblant sur ses valeurs mais tellement diversifiées par ses cultures, les kibboutzim offrent une pluralité d’atmosphères, d’architectures et de comportements qui vous enchanteront par leurs personnalités distinctes. Ainsi, Ein Harod partagé en deux : Ein Harod (Meuhad) et Ein Harod (Ihud) est devenu un kibboutz emblématique par sa vocation environnem...

IsraelValley Desk | Culture

Le site Roots Israel est un régal. A lire le week-end pour sentir l'air respirable du pays. Quelques auteurs du site que nous avons sélectionné : 1. Lionel Friedfeld est un investment banker « multinationalisé » après avoir vécu en France, au Canada, à Hong Kong, à Singapour et en Israël. Néo-conservateur pragmatique, spécialiste de Corporate Finance (M&A, Marchés de Capitaux, Venture Ca...

IsraelValley Desk | Culture

Des Israéliens lambda sont soupçonnés d’assassinat. Victimes ou agents troubles? La série False Flag confirme la vitalité des productions télé "made in Tel-Aviv". Et si les meilleures séries d'espionnage venaient d'Israël? La formidable Homeland est l'adaptation hollywoodienne de Hatufim, qui racontait de façon encore plus audacieuse le difficile retour dans leurs foyers de trois otages tort...

IsraelValley Desk | Culture

ANTI-BOYCOTT. Des dizaines d’artistes sont venus présenter des films et se produire en concert en Israël en 2015, notamment Emma Shapplin, Matissyahou, Bon Jovi, Kanye West, Gloria Gaynor, Maria Carrey, Julio Iglesias, Enrique Iglesias, Art Garfunkel, One Republic, Gilberto Gil, Robbie Williams, Duran Duran, Suzanne Vega, Damian et Ziggy Marley, James Blunt, John Turturro et Michael Douglas. (I...

IsraelValley Desk | Culture

Le réalisateur Xavier Dolan a publié lundi sur son compte Twitter une lettre destinée à la filiale britannique du géant Netflix, l'accusant « d'altérer le ratio » du film Mommy. En Israël le film ne sera pas retouché et sera vu dans sa version originale. Selon Radio Canada : "Dolan reprochait au service de vidéos en continu d'avoir modifié sans son consentement le ratio de certaines scènes d...

IsraelValley Desk | Culture

Des latkes "Made in Sheinkin". Dans un décor très minimaliste, le restaurant Orna et Ella est une valeur sûre et un incontournable de Tel Aviv. Certaines des scènes du film d’Eytan Fox, The Bubble y ont été tournées. Passer quelques temps dans ce café/restaurant est une bonne manière de ressentir l’ambiance de Sheinkin et de côtoyer des célébrités locales tout en se régalant. Et ceci à tout...

Rachel Semoul | Culture

ATTIA CHANTE BRASSENS le MERCREDI 6 JANVIER A 20h30 au Théâtre Inbal, Centre Suzanne Dellal, Tel Aviv. Né le 22 octobre (1921), décédé le 29 octobre (1981), Georges Brassens a marqué la littérature et la culture française par sa liberté de ton, sa finesse d’esprit, son humour et sa détermination à parler au plus grand nombre. Comme les 8 jours de l’éphéméride Brassens (du 22 au 29 octobre), ...

IsraelValley Desk | Culture

Apres un triomphe a Londres, Paris ,Genève, Jérusalem, Netanya, Versailles, Lyon, Anvers, Strasbourg, Nice, Lausanne et Grenoble, Inch' Alyah revient a Tel Aviv le 28 Décembre 2015! Description du show: Dans son One Womam Show pétillant "Inch' Alyah" Judith nous parle de tous ces espoirs idylliques qu'on fonde sur la fameuse montée en terre promise. "Etre enfin dans un pays ou l'on sera ...

Israel Valley Desk | Culture

Le Conseil européen de la Recherche (ERC) a publié en fin de semaine dernière les lauréats de ses prestigieuses bourses de recherche attribuées à de jeunes chercheurs pour l’année 2015 dans le cadre du programme Horizons 2020. Parmi les 291 bourses allouées, 24 ont été accordées à de jeunes chercheurs israéliens dont 8 de l’Université de Tel-Aviv. L’Université hébraïque suit avec 5 bourses,...

IsraelValley Desk | Culture

L’Opéra de Paris a invité la troupe de danse israélienne Batsheva à se produire à l’Opéra Garnier début janvier 2016, malgré la pression incroyable mise sur la direction de l’Opéra de la part des organisations anti-israéliennes, qui utilisent leurs relais dans toute l’Europe et jusqu’en Australie. Rien n’y fait, la troupe de danse est toujours programmée Opéra Garnier. ISRAELVALLEY PLUS. Sel...

IsraelValley Plus | Culture

« UN SPECTACLE SANS NOM, ET SANS AFFICHE », de David SMADJA. LUNDI 30 NOVEMBRE à 20h30. ZOA, 26 rue Ibn Gvirol, Tel-Aviv Le Spectacle Après une tournée triomphale en France et en Suisse (Pronzo, Djamel Comedy Club, festival de Neuchâtel, etc.), le spectacle de one man show de David Smadja "Un spectacle sans nom" revient en Israël pour notre plus grand plaisir, moins anonyme que jamais !! ...

IsraelValley Plus | Culture

Facebook Israël se concentre sur des projets pour « faire le bien ». Le projet Internet.org de Facebook permet d’accéder à des services de base d’Internet gratuitement dans les pays en développement. Il permet aux personnes n’ayant pas accès à Internet, de créer une connexion via leurs téléphones cellulaires. Ce projet est testé aux Philippines, en Inde, au Ghana. LE SAVIEZ-VOUS? Vous l’av...

Anthéa Bismuth | Culture

Journaliste pour l’Express, L’obs, Newsweek et The Times of Israël, Rebecca Benhamou revient de Tel Aviv avec un petit guide précieux aux éditions Cosmopole. Sous ses airs de guide de voyage, le Dictionnaire insolite de Tel-Aviv est surtout une porte d’entrée très bien construite dans une culture et une histoire complexes. Classés par ordre alphabétique, les concepts, les noms et les lieux q...

IsraelValley Desk | Culture