Sep 19

ISRAELVALLEY - LE FILM ALYAH D'ELIE WAJEMAN A DÉJÀ CONQUIS LE CINÉMA FRANÇAIS! L'histoire retrace la vie d'un jeune de vingt-sept ans qui décide de fuir la monotonie de sa vie parisienne.

Authors picture

IsraelValley Desk | Culture

Headline image

Ne répétez pas trop qu’« Alyah » est le meilleur premier film que le cinéma français nous ait donné depuis longtemps.

L’affirmation est juste, mais réductrice. « Alyah » tient dans une histoire parfaitement nouée : celle d’Alex, petit dealer de shit parisien sans envergure. A vingt-sept ans ? Il est fatigué de sa vie grise et des magouilles de son frère. Quoique peu pratiquant, il décide de faire son alyah, d’émigrer en Israël pour investir 15.000 euros dans le restaurant d’un cousin. En quelques jours, il lui faut réunir l’argent… et quitter Jeanne, qu’il vient de rencontrer. Sur un canevas de polar, Wajeman tisse un suspense doublé d’un drame. L’histoire d’un déchirement fraternel inévitable, qui entraîne le sacrifice d’un amour naissant.

Sans aucune star, « Alyah » est un grand film de comédiens, Pio Marmaï a le regard d’un jeune Delon, le cinéaste Cédric Kahn devient un acteur plein de charisme. Adèle Haenel harponne la caméra rien qu’en rattachant ses cheveux, donnant corps par sa seule présence à un personnage qui n’a que peu de scènes pour exister.
Enfin, Wajeman filme Paris. En une séquence, nuit de deal orchestrée comme une fugue pour piano, il nous guide à travers toutes les couches de notre société. Il capte à la volée une capitale vacillante dans une lueur bleutée de réverbère à gaz. Paris toujours belle, mais Paris qui ne promet plus rien. Voilà, entre autres, pourquoi « Alyah » représente plus qu’un bon premier film. Dites plutôt qu’il est l’un des meilleurs films de la rentrée.

Adrien Gombeaud

ISRAELVALLEY PLUS

Pour son premier long métrage, Alyah, Elie Wajeman a opté pour le mélange des genres. Choix audacieux qui l’a poussé à brasser et à réunir en un seul film bon nombre de thèmes disparates : c’est à la fois un polar, un film sur la famille, sur un nouveau départ et sur les sentiments. (…) Je voulais ce mélange des genres. Il donne sa force au sujet, explique le cinéaste. Cela dit, le metteur en scène ajoute que le rythme haletant devait s’imposer comme un élément essentiel du film, qui reste avant tout une fiction tournée vers l’action.

Pour mettre en scène le parcours semé d’embûches de son personnage, le réalisateur Elie Wajeman s’est inspiré du film de Spike Lee, La 25ème heure, qui retrace l’errance d’un repris de justice. En ce qui concerne le traitement de la judaïté, question également assez centrale dans le film, le cinéaste déclare avoir pris modèle sur Two lovers de James Gray pour l’aspect plus ou moins décontracté de son approche de la religion.
Aussi étonnant que cela puisse paraître, Pio Marmai, qui incarne un Juif dans le film, est en réalité un acteur d’origine italienne. Lorsque l’on demande à Elie Wajeman les raisons de son choix, il explique : c’est une tradition du cinéma américain que des acteurs italiens jouent des rôles de Juifs. Voyez Pacino, ou De Niro dans Il était une fois en Amérique de Sergio Leone, ou dans Le Dernier nabab, d’Elia Kazan. L’idée me séduisait.

Dans le film, il est question d’un Juif de la diaspora qui tente de retourner en Israël pour fuir ses problèmes parisiens. En hébreu, cet acte de retour au pays est appelé l’Alyah, ce qui a donné le titre du film. Le cinéaste confie avoir recueilli de nombreux témoignages montrant la détresse de certaines personnes qui ont fait le choix de regagner Israël après avoir connu une série de déboires dans leur pays d’origine (addictions, problèmes financiers, chagrins d’amour, etc…). Le réalisateur s’est par ailleurs étonné du traitement que l’Agence Juive réserve aux aspirants migrants : pour s’être lui-même fait passer pour un candidat à l’Alyah, Elie Wajeman affirme que les précautions sécuritaires mises en œuvre peuvent en décourager plus d’un.
Elie Wajeman explique avoir été attiré par le paradoxe que soulève son sujet : on peut trouver étrange que ce garçon fuie ses problèmes vers un pays lui-même problématique et qui peut se déliter à tout instant. J’aime cette ambiguïté. Fuir pour se reconstruire dans un pays au bord de l’implosion, tel est le thème que le cinéaste a tenu à mettre en exergue dans son premier film.

Le film, qui se déroule en partie à Paris, a également été tourné en Israël. On y découvre alors un pays étonnamment cosmopolite où se mélangent de nombreuses ethnies : Russes, Palestiniens, Africains d’Afrique noire, ou encore Thaïlandais se retrouvent ainsi dans cette région multiculturelle du monde.
Nourri par ses références des années 90 et très inspiré par la génération d’acteurs qui a émergé grâce à Arnaud Desplechin ou encore Olivier Assayas, le réalisateur s’est montré désireux de reproduire un processus similaire, contextualisé dans notre époque, en donnant leur chance à des acteurs encore peu connus, comme le sont Adèle Haenel et Guillaume Gouix : il me fallait choisir des acteurs contemporains pour donner au film sa modernité, résume-t-il.

Le cinéaste avoue avoir eu du mal à réunir le financement nécessaire à la production de son film dont le mélange des genres et de tons semblait en dérouter plus d’un. Il compare sa détermination à celle de son personnage Alex, qui tente de rejoindre Israël par tous les moyens : au fond, la détermination d’Alex ressemble à celle qu’il faut pour faire un premier long métrage, observe-t-il.
Alyah a reçu le prix du public aux lectures du Festival Premiers Plans d’Angers, et a également été présenté à la Quinzaine des Réalisateurs du festival de Cannes 2012.

http://www.citebd.org/spip.php?page=cinema&id_film=926

Source: Les Echos.fr – Copyright © . Tous droits réservés.

La pièce de théâtre pour enfants "quand tout était vert" du théâtre « la clef » est actuellement jouée à Taiwan, et fin Août, elle sera aussi en Slovénie, Japon, Kosovo Norvège et Pologne. En Juin, la pièce a remporté le Prix d'excellence du Festival de la Paix en Arménie, et a également été présentée à l'expo à Milan. Le théâtre « la clef » » a été créée il y a 17 ans par Dikla Katz et Avi...

Noga Bar Noye | Culture

Israël est en train de devenir l’un des leaders de la "révolution végétarienne" dans le monde, avec plus de 400 établissements végétariens à travers le pays. Devant Berlin, New York ou même l’Inde, Tel Aviv a été désignée comme la destination préférée des touristes végétariens par le site The Daily Meal. L’un des exemples les plus connus du changement qui s’opère actuellement dans la Ville b...

I24News. | Culture

Est-ce un hasard si les israéliens sont les plus importants mangeurs de poulets par tête d'habitant au monde ? Peut-être pas si l'on en croit un travail de recherche publié très récemment par l'Université de Haïfa (lire ci-dessous). La consommation de volaille per capita en Israël est la plus élevée au monde. Selon un calcul réalisé par l'institut de recherche OD Consulting, l'Israélien ma...

Ilan Rosenthal | Culture

Un employé d’Intel a fait circuler sur les réseaux sociaux et dans les agences de presse israéliennes, un document concocté par le service marketing du géant informatique Intel, pour expliquer à ses employés la réalité israélienne et la logique des Israéliens en affaire. Ce document n’est pas choquant en soi car toutes les grandes sociétés internationales (y compris israéliennes) entreprenne...

Coolamnews.com | Culture

Quelques semaines après sa visite en juin, Mariah Carey a annoncé un concert le 18 août à l’amphithéâtre du parc Rishon Lezion. « Shalom Israël, je vais venir vous voir en live le 18 août, alors venez me voir ! Shalom », a déclaré Carey dans une vidéo diffusée lors d’une conférence de presse à Tel Aviv. Les billets ont été mis en vente mercredi matin. (Times of Israel) ISRAELVALLEY PLUS M...

IsraelValley Desk | Culture

L’Institut Weizmann, situé à Rehovot a été classé 10ème dans un classement international des institutions et universités pour la recherche. Il s’agit du seul des 10 établissements à être situé à l’extérieur des Etats-Unis. Le classement a été réalisé par le Centre d’Etudes des Sciences et des Technologies de l’Université de Leiden aux Pays-Bas. Ce classement est basé uniquement sur des indi...

(A.H) Ariel Aviv | Culture

Difficile d'imaginer qu'il y a à peine un an, les Israéliens se réfugiaient dans les abris pour se protéger des roquettes du Hamas, la vie culturelle était au point mort et les artistes étrangers annulaient l'un après l'autre leurs représentations. Cet été, la vie a repris ses droits et jusqu'à présent, même les intimidations des activistes pro-palestiniens du BDS n'ont guère réussi à boulevers...

Pascale Zonszain (Actualité Juive) | Culture

Le 16 Juillet 1942 eut lieu à Paris l’arrestation de plus de 13 000 juifs dont 4 115 enfants. Plus de 70 ans plus tard, à l’occasion de la date d’anniversaire de la rafle du Vel d’Hiv, le musée Beit Lohamei Hagetaot - musée des combattants des ghettos - inaugure l’exposition « Sauver les enfants 1938 - 1945 » conçue par l’Oeuvre de Secours aux Enfants (OSE). Exposée pendant deux ans aux Arc...

Ariel Aviv | Culture

La photographe Rosine Klatzmann a lancé une collecte sur le site de financement participatif KissKissBankBank pour l’aider à faire publier son livre de photomontages sur Tel Aviv (format A4, 96 pages en couleurs,). Un éditeur israélien réputé (le Bauhaus Center) doit le publier, mais il a demandé à l’auteur de financer l’édition. On peut contribuer à partir de cinq euros ; il suffit de cliq...

Rosine Klatzmann | Culture

Plusieurs centaines d’habitants de Tel Aviv se sont réunis sur la place Habima (en plein coeur de Tel Aviv, en face du complexe théâtral.) pour la bataille d’eau organisée chaque année dans la ville, et ceci malgré l’annulation de l’événement officiel suite à des réductions budgétaires. Tous ont convergé vers la place située dans le sud de la ville afin de perpétuer cette tradition estivale...

(A.H) Tel Aviv | Culture

Disparu depuis quelques années, le Professeur Joseph Klaztmann avait écrit un petit livre extraordinaire qui se dénommait "Attention Statistiques!". Avant de lire l'article ci-dessous, il faut se méfier des interprétations hâtives sur les résultats et se poser une question évidente : Comment ce sondage a-t il été réalisé? (nombre de personnes interviewées, mode de formulation des questions, qu...

IsraPresse | Culture

Adi Lederman, un ancien participant du télécrochet israélien Kochav Nolad (« Une star est née»), a plaidé coupable de «piratage d’un certain nombre d’ordinateurs» contenant des chansons inédites de l’artiste et «d’avoir vendu les fichiers musicaux à deux acheteurs», selon le ministère de la Justice. Il a alors été condamné à 14 mois de prison pour ce crime par un tribunal israélien. Lederman...

(A.H) Ariel Beniza (Tel Aviv) | Culture

Du 18 juillet au 30 Septembre 2015, le Musée d’art de Ein Harod accueillera la première exposition muséale en Israël dédiée au peintre franco-israélien Jacques Grinberg (1941-2011). Né à Sofia en 1941, Jacques Grinberg a quitté la Bulgarie pour Israël vers l’âge de 13 ans. Il s’inscrit dès 1958 à l’Avni Art Institute (Tel Aviv). Il y étudie durant trois années avec pour professeurs Mokady, S...

A.H et J.G. | Culture

Gal Gadot, la star Hollywoodienne venue d’Israël, prochainement à l’affiche dans le rôle de Wonder Woman a évoqué son expérience au sein de l’armée israélienne et comment cela l’a préparé à son mode de vie effréné en tant qu’actrice, mannequin, épouse et mère de famille. « L’armée m’a bien entrainé pour Hollywood » a déclaré Gal Gadot au Fashion Magazine. Selon le Daily Mail, c’est même cett...

A.H | Culture

L’été à Tel Aviv est particulièrement animé, et cela grâce notamment à une diversité des événements que la ville propose. En effet le mois de Juillet et d’Août risquent d’être riches en diversité. Tel Aviv aura l’occasion au mois de Juillet d’accueillir notamment le prestigieux Cirque du Soleil pour leur deuxième passage en Israël. Le cirque du soleil se produit donc du 2 au 15 juillet dans ...

Félicien Guillbaud (Tel Aviv) | Culture