Sep 19

ISRAELVALLEY - LE FILM ALYAH D'ELIE WAJEMAN A DÉJÀ CONQUIS LE CINÉMA FRANÇAIS! L'histoire retrace la vie d'un jeune de vingt-sept ans qui décide de fuir la monotonie de sa vie parisienne.

Authors picture

IsraelValley Desk | Culture

Headline image

Ne répétez pas trop qu’« Alyah » est le meilleur premier film que le cinéma français nous ait donné depuis longtemps.

L’affirmation est juste, mais réductrice. « Alyah » tient dans une histoire parfaitement nouée : celle d’Alex, petit dealer de shit parisien sans envergure. A vingt-sept ans ? Il est fatigué de sa vie grise et des magouilles de son frère. Quoique peu pratiquant, il décide de faire son alyah, d’émigrer en Israël pour investir 15.000 euros dans le restaurant d’un cousin. En quelques jours, il lui faut réunir l’argent… et quitter Jeanne, qu’il vient de rencontrer. Sur un canevas de polar, Wajeman tisse un suspense doublé d’un drame. L’histoire d’un déchirement fraternel inévitable, qui entraîne le sacrifice d’un amour naissant.

Sans aucune star, « Alyah » est un grand film de comédiens, Pio Marmaï a le regard d’un jeune Delon, le cinéaste Cédric Kahn devient un acteur plein de charisme. Adèle Haenel harponne la caméra rien qu’en rattachant ses cheveux, donnant corps par sa seule présence à un personnage qui n’a que peu de scènes pour exister.
Enfin, Wajeman filme Paris. En une séquence, nuit de deal orchestrée comme une fugue pour piano, il nous guide à travers toutes les couches de notre société. Il capte à la volée une capitale vacillante dans une lueur bleutée de réverbère à gaz. Paris toujours belle, mais Paris qui ne promet plus rien. Voilà, entre autres, pourquoi « Alyah » représente plus qu’un bon premier film. Dites plutôt qu’il est l’un des meilleurs films de la rentrée.

Adrien Gombeaud

ISRAELVALLEY PLUS

Pour son premier long métrage, Alyah, Elie Wajeman a opté pour le mélange des genres. Choix audacieux qui l’a poussé à brasser et à réunir en un seul film bon nombre de thèmes disparates : c’est à la fois un polar, un film sur la famille, sur un nouveau départ et sur les sentiments. (…) Je voulais ce mélange des genres. Il donne sa force au sujet, explique le cinéaste. Cela dit, le metteur en scène ajoute que le rythme haletant devait s’imposer comme un élément essentiel du film, qui reste avant tout une fiction tournée vers l’action.

Pour mettre en scène le parcours semé d’embûches de son personnage, le réalisateur Elie Wajeman s’est inspiré du film de Spike Lee, La 25ème heure, qui retrace l’errance d’un repris de justice. En ce qui concerne le traitement de la judaïté, question également assez centrale dans le film, le cinéaste déclare avoir pris modèle sur Two lovers de James Gray pour l’aspect plus ou moins décontracté de son approche de la religion.
Aussi étonnant que cela puisse paraître, Pio Marmai, qui incarne un Juif dans le film, est en réalité un acteur d’origine italienne. Lorsque l’on demande à Elie Wajeman les raisons de son choix, il explique : c’est une tradition du cinéma américain que des acteurs italiens jouent des rôles de Juifs. Voyez Pacino, ou De Niro dans Il était une fois en Amérique de Sergio Leone, ou dans Le Dernier nabab, d’Elia Kazan. L’idée me séduisait.

Dans le film, il est question d’un Juif de la diaspora qui tente de retourner en Israël pour fuir ses problèmes parisiens. En hébreu, cet acte de retour au pays est appelé l’Alyah, ce qui a donné le titre du film. Le cinéaste confie avoir recueilli de nombreux témoignages montrant la détresse de certaines personnes qui ont fait le choix de regagner Israël après avoir connu une série de déboires dans leur pays d’origine (addictions, problèmes financiers, chagrins d’amour, etc…). Le réalisateur s’est par ailleurs étonné du traitement que l’Agence Juive réserve aux aspirants migrants : pour s’être lui-même fait passer pour un candidat à l’Alyah, Elie Wajeman affirme que les précautions sécuritaires mises en œuvre peuvent en décourager plus d’un.
Elie Wajeman explique avoir été attiré par le paradoxe que soulève son sujet : on peut trouver étrange que ce garçon fuie ses problèmes vers un pays lui-même problématique et qui peut se déliter à tout instant. J’aime cette ambiguïté. Fuir pour se reconstruire dans un pays au bord de l’implosion, tel est le thème que le cinéaste a tenu à mettre en exergue dans son premier film.

Le film, qui se déroule en partie à Paris, a également été tourné en Israël. On y découvre alors un pays étonnamment cosmopolite où se mélangent de nombreuses ethnies : Russes, Palestiniens, Africains d’Afrique noire, ou encore Thaïlandais se retrouvent ainsi dans cette région multiculturelle du monde.
Nourri par ses références des années 90 et très inspiré par la génération d’acteurs qui a émergé grâce à Arnaud Desplechin ou encore Olivier Assayas, le réalisateur s’est montré désireux de reproduire un processus similaire, contextualisé dans notre époque, en donnant leur chance à des acteurs encore peu connus, comme le sont Adèle Haenel et Guillaume Gouix : il me fallait choisir des acteurs contemporains pour donner au film sa modernité, résume-t-il.

Le cinéaste avoue avoir eu du mal à réunir le financement nécessaire à la production de son film dont le mélange des genres et de tons semblait en dérouter plus d’un. Il compare sa détermination à celle de son personnage Alex, qui tente de rejoindre Israël par tous les moyens : au fond, la détermination d’Alex ressemble à celle qu’il faut pour faire un premier long métrage, observe-t-il.
Alyah a reçu le prix du public aux lectures du Festival Premiers Plans d’Angers, et a également été présenté à la Quinzaine des Réalisateurs du festival de Cannes 2012.

http://www.citebd.org/spip.php?page=cinema&id_film=926

Source: Les Echos.fr – Copyright © . Tous droits réservés.

La Maire de Paris qui tente de faire revenir à Paris les touristes du monde entier va être étonnée de cette news. La Ministre israélienne de la Justice, Ayelet Shaked (Habayit HaYehudi), a parlé de la conférence de paix de Paris : « Nili Dagan, un poète israélien, a déclaré que "la paix commence à partir de l’endroit où l’amour commence". Les nations du monde ne sont pas ...

IsraelValley Desk | Culture

Le Dr. Eran Neuman, directeur de l’Ecole d’Architecture de la Faculté des arts de l’Université de Tel-Aviv, vient d’être nommé directeur du Musée d’Israël à Jérusalem, la plus grande institution culturelle du pays. Il entrera en fonction début février. Le Dr. Neuman  a été choisi au terme de neuf mois de recherche, au cours desquels ont été examinées des candidature...

Sivan Cohen-Wiesenfeld | Culture

Avec plus de 200 musées en Israël – le plus grand nombre de musées par habitant dans le monde – il n’est guère étonnant que le site de voyage de CNN a choisi de mettre en lumière leur liste des 10 meilleurs musées de la Terre Sainte. La liste comprend des noms attendus – comme les institutions de renommée mondiale, le Musée d’Israël et Yad Vashem, à Jérusalem ou encore ...

IsraelValley Desk | Culture

La présence chrétienne en Israël a un peu augmenté en 2015, l’immigration parvenant à compenser l’émigration de familles chrétiennes désireuses d’une vie meilleure. COMBIEN SONT-ILS ? À la veille de Noël, le Bureau central de statistiques d’Israël a fourni des données relatives aux citoyens israéliens de foi chrétienne. Selon les sources officielles consultées par l...

IsraelValley Desk | Culture

Un nouveau projet de fouilles sur le site biblique de Kiriyat-Yéarim va être lancé en août 2017, sous la direction conjointe du Prof. Israël Finkelstein, responsable de la chaire d'archéologie des périodes du bronze et du fer en Israël de l'Université de Tel-Aviv, et des Prof. Christophe Nicolle et Thomas Römer du Collège de France. Il a pour but d’enrichir les connaissances su...

Sivan Cohen-Wiesenfeld | Culture

Les produits de consommation pour la maison et la famille provenant d’Israël gagnent du terrain parmi les consommateurs, et ce rapidement, partout où ils sont vendus. Quelques exemples du catalogue 2016-2017 du secteur DIY (do it yourself) et décoration d’intérieurs en Israël. Il présente les meilleurs créateurs ainsi que les produits les plus innovants et originaux du secte...

IsraelValley Desk | Culture

Concerts, Master Classes, Jazz Bar et soirées Jam Sessions dans les hôtels autour de la ville de Eilat. Le 7e Festival de Jazz d'hiver de la mer Rouge vous invite à vous réchauffer avec une sélection d'artistes remarquables et un programme artistique riche et varié. Pendant six années consécutives depuis sa création, l'édition hivernale du Red Sea Jazz Festival a attiré des mi...

Aharon Kahn | Culture

Qu'on se le dise. Les israéliens cultivent la différence et "bossent" le 1er Janvier alors que le monde entier est en congé durant ce jour symbole. La Saint Sylvestre (Oh, my god!) n'est pas dans le calendrier juif. Les nouveaux immigrants (surtout les Français qui font semblant de ne pas le savoir) subissent le "vrai" choc de la Alyah ce jour là. BRESIL La nuit du nouvel an, « Vé...

Ilan Berger (Césarée) | Culture

Intrigues, corruption et rébellion populaire, quels sont les véritables dessous de la Fête  des Lumières ? Sans déflorer le récit que nous aimons tous, voici quelques mises au point historiques du Département d'Archéologie et des anciennes Cultures orientales de l'Université de Tel-Aviv, à la veille de l’allumage des dernières bougies de Hanoucca. «Tout a commencé vers 160 a...

Sivan Cohen-Wiesenfeld | Culture

Les supers stars internationales annoncent les unes après les autres des concerts à Tel Aviv. Après Justin Bieber ou encore Aerosmith, c’est au tour de Céline Dion de travailler sur un premier concert en Israël. Une première pour la Canadienne. Le journal Ynet rapporte que les agents de la chanteuse canadienne sont actuellement en pourparlers avec des producteurs israéliens pour ...

IsraelValley Desk | Culture

Du 29 janvier au 1 février 2017, Tel-Aviv met à l'honneur les designers israéliens lors de la «Gindi Tel Aviv Fashion Week» au centre commercial Tel Aviv Fashion. Au programme de cette année des concepteurs chevronnés qui présenteront pour la première fois, ainsi que de nouvelles marques prometteuses. Le plus au menu: la marque pour enfants Flamingo et la soirée de Gala pour fêter...

Aharon Kahn | Culture

Jusqu’ici, il était vain de chercher un centre national d’archéologie en Israël, mais les choses vont changer. La maquette du „National Campus for the Archaelogy of Israel“ a été présentée à Jérusalem. Le nouveau „Jay and Jeanie Schottenstein National Campus for the Archaeology of Israel“ sera construit entre le Musée d’Israël et le Musée Bible et Terre Sainte à Gi...

IsraelValley Desk | Culture

660 000 citoyens israéliens ne peuvent se marier dans leur propre pays. Ce chiffre englobe de nombreux immigrants en provenance de l’Ex-Union soviétique, les enfants de parents convertis dont la conversion n’est pas reconnue par les instances religieuses en Israël ainsi que les homosexuels. Le mariage civil n’existant pas en Israël, il ne reste que le mariage religieux, mais cela s...

IsraelValley Desk | Culture

La Fête de Hanouccah commémore la victoire des Juifs contre les Gréco-Syriens durant l’occupation de la Judée, vers 174 avant notre ère. Lors de cette victoire historique, le Chandelier sacré du Temple de Jérusalem put être allumé à l’aide d’une huile pure trouvée par hasard… Et qui miraculeusement, dura huit jours au lieu d’une seule journée. Egalement appelée la Fê...

IsraelValley Desk | Culture

Pour la première fois, Jérusalem est l'objet d'un véritable travail d'histoire urbaine, de la construction du premier Temple à l'époque contemporaine. Entretien avec Vincent Lemire, coordinateur de “Jérusalem. Histoire d'une ville-monde”. Vincent Lemire est maître de conférences en histoire contemporaine à l'université Paris-Est Marne-la-Vallée et directeur du projet Open J...

IsraelValley Desk | Culture