Sep 19

ISRAELVALLEY SUISSE. LA CONFEDERATION HELVETIQUE DEVRAIT ACHETER DES DRONES ISRAELIENS D'EXPLORATION. LE CHOIX DEVRAIT SE FAIRE ENTRE ELBIT ET ISRAEL AEROSPACE INDUSTRIES.

Authors picture

IsraelValley Desk | High-Tech

La Suisse effectuera une série de vols d’évaluation en septembre et octobre sur l’aérodrome militaire d’Emmen, pour l’acquisition du nouveau système de drones d’exploration ( ADS 15 ), a annoncé fin Aout le Département fédéral de la défense, de la protection de la population et des sports suisse (DDPS).

Sur les onze systèmes de neuf entreprises qui entraient initialement en question, ceux des sociétés Israel Aerospace Industries LTD et Elbit Systems restent encore en lice, a précisé le DDPS. Les tests seront effectués en septembre et octobre par une équipe de projet composée de spécialistes des Forces aériennes suisses et d’armasuisse. Les vols de tests se dérouleront en Suisse centrale et au Jura.

Ces vols font partie de l’ensemble de l’évaluation des deux systèmes de drones entrant en question pour l’acquisition, à savoir le Hermes 900 ( Elbit ) et le Heron 1 ( IAI ). Le choix du type est prévu dans le courant du premier semestre de 2014, et l’acquisition avec le programme d’armement de 2015. Actuellement, les Forces aériennes suisses utilisent le drone d’exploration 95 ( ADS 95 ), qui atteindra le terme de sa durée d’utilisation ces années prochaines a expliqué le DDPS.

ISRAELVALLEY DANS NOS ARCHIVES
La Suisse va acquérir six drones d’un coût de 300 à 400 millions de francs. Armasuisse choisira son prochain drone entre deux modèles israéliens. Israeli Aerospace Industries LTD et Elbit Systems sont les deux dernières entreprises sur neuf restées en lice pour remplacer les ADS 95 qui arrivent en fin de course après 12 ans d’exploitation.

Les deux constructeurs doivent soumettre d’ici août 2012 une offre détaillée, a indiqué lundi Armasuisse dans un communiqué. Les tests porteront sur les avions sans pilote de type Hermes 900 de la société Elbit et Heron 1 de l’entreprise Israeli Aerospace Industries dans la deuxième moitié 2012. Le choix définitif se fera en 2014.

La Suisse compte acquérir 6 drones pour un coût compris entre 300 et 400 millions de francs. Cette somme inclut les aéronefs, la formation, la maintenance et l’entraînement, a précisé Kaj-Gunnar Sievert, porte-parole d’armasuisse. Les appareils doivent être livrés en 2015.

L’actuel drone ADS 95 est utilisé par l’armée mais sert aussi à d’autres autorités comme les gardes-frontière et la police.

ISRAELVALLEY PLUS DANS NOS ARCHIVES
Pour la surveillance aérienne du champ de bataille, Israël mise bien évidemment sur les nombreux types de drones qu’elle a développé. Véritable précurseur en la matière, l’Etat hébreu a inspiré de nombreuses armées étrangères. De l’Afghanistan à l’Irak, en passant par la Géorgie et le Cachemire, il n’est pas de théâtre d’opérations où les avions sans pilote israéliens ne soient pas engagés.

Dans ce domaine de l’aéronautique, Israël représente le seul concurrent sérieux des Etats-Unis, notamment des constructeurs General Atomics et Northrop Grumman, qui développent les appareils Predator et Global Hawk. Sur le plan commercial, les drones constituent également le système que les Israéliens exportent le mieux. Pour preuve, la société Elbit Systems, via sa filiale Silver Arrow, inonde le marché mondial de ses Hunter, Hermes, Heron et autres dérivés de drones développés en partenariat avec l’Union européenne1.

En l’espace d’une décennie, outre les Etats-Unis et les pays européens comme la France, Israël a su vendre son savoir-faire aux quatre coins de la planète : Brésil, Mexique, Australie, Nigéria, Corée du Sud, Inde, etc. Ces contrats rapportent chaque année des centaines de millions de dollars à l’Etat hébreu. Et comme souvent lorsqu’il s’agit d’armements, les affaires s’accommodent étrangement de la réalité géopolitique. En avril 2010, la Russie a ainsi fait part de son intention d’acquérir une cinquantaine de drones auprès d’Israël : Bird-Eye 400, I-View MK150 et Searcher MK II. Ce type d’appareil avait pourtant été vendu à l’armée géorgienne juste avant que celle-ci ne déclenche son offensive en Ossétie du Sud.

Cette omniprésence israélienne sur le marché des avions sans pilote n’est pas née du hasard. Au début des années 1970, les Israéliens sont les premiers à concevoir une nouvelle génération de drones ne se limitant pas seulement à être programmés sur des cibles, mais télécommandables à distance. Pendant la guerre de Kippour, l’utilisation massive de missiles sol-air SAM par les armées arabes anéantit 40% de l’aviation israélienne et démontre la nécessité d’élaborer un outil de renseignement en temps réel, en mesure de protéger la vie des pilotes. Le Mastiff fut le tout premier drone produit par l’industrie aéronautique israélienne. Très rapidement, l’aviation de Tsahal comprend l’intérêt tactique d’une telle technologie et lance plusieurs programmes de développement.

En 1982, les drones israéliens sont pour la première fois engagés massivement sur le champ de bataille. Au cours de l’offensive terrestre menée au Sud-Liban contre les bases de l’OLP, ces appareils font étalage de leur efficacité en détruisant les 28 sites de missiles SAM déployés par la Syrie. Cette performance bouleverse les doctrines militaires de l’époque. L’armée américaine ne tarde pas à suivre l’exemple en s’associant durablement à Israel Aircraft Industries (IAI). Dans les années 1990, les avions sans pilote Pionneer et Hunter font leur apparition dans la guerre du Golfe, puis en Libye, au Kosovo et en Serbie. Plus récemment, ces drones se sont montrés décisifs lors de la bataille de Falloujah contre les insurgés irakiens et servent régulièrement à déloger les Talibans des provinces afghanes. Avec les drones, tout un éventail d’applications a vu le jour dans le domaine de la défense : drones espion, bombardier, leurre, radar, transmission, cartographie, etc. Ces avancées militaires ont naturellement généré de nouveaux concepts civils2. La technologie d’avions sans pilote israélienne a permis de lancer de nombreuses initiatives comme la surveillance du trafic routier et des frontières, la météo, la lutte contre les incendies de forêts ou les réseaux de transmission téléphoniques.

L’utilisation d’avions sans pilote est aujourd’hui devenue indispensable pour toute force armée engagée sur un front. Au sein de Tsahal, le drone le plus utilisé actuellement est le Heron. Avec une charge utile de 300 kilos pour une longueur de 17 mètres, cet appareil sert notamment à la surveillance de la bande de Gaza et des zones chiites du Sud-Liban. Sa version améliorée, appelée Heron TP ou Eitan, peut emporter jusqu’à 700 kilos de charge. Illustration de leur rôle croissant dans les opérations, le temps de vol des drones israéliens a décuplé depuis la deuxième guerre du Liban, passant de 4176 heures par an en 2006 à près de 15.000 heures en 2008.

Dernièrement, les unités d’infanterie israéliennes ont toutes été équipées du micro-drone Skylark, développé par Elbit. Ce système portatif permet de sécuriser la progression de fantassins engagés dans des combats en zone urbaine. A l’instar du Skylark, d’autres modèles appartenant à la génération des mini-drones sont devenus opérationnels. Produit de l’IAI, le Mosquito est utilisé pour couvrir la progression des unités combattantes en position avancée. Il dispose de caractéristiques impressionnantes : une envergure de 13 centimètres et un poids variant entre 250 et 500 grammes selon les modèles. Seul handicap : sa portée de 1500 mètres oblige une utilisation limitée et ciblée. D’autres drones de petite dimension sont également utilisés pour surveiller les Territoires palestiniens. L’un d’entre eux, Birdy, 1,3 kilo, dispose d’une portée de 5 kilomètres et peut être facilement manipulé par un seul soldat. Légèrement plus lourd, le mini-drone Spy There peut effectuer des missions sur un rayon de 10 km.

Maxime Perez

Une enquête en ligne de l'IVC Research Center indique que les entreprises israéliennes du secteur high-tech viennent d'enregistrer leurs meilleurs résultats au cours de l'été. Au mois de juillet-août, les roquettes s'abattaient sur Israël, les sirènes hurlaient et Israël connu un conflit de 50 jours avec le Hamas. Mais pour la Startup Nation, l'opération Bordure Protectrice n'a eu aucun impa...

Avner Myers | High-Tech

Une nouvelle génération de start-ups voit le jour en Israël. Ces jeunes entreprises partagent en commun leur volonté de "faciliter la vie", en transformant les soins de santé, les loisirs, les médias, les finances et autres industries. Selon le classement publié par Forbes en juin 2014, vingt-cinq de ces nouvelles start-up devraient entrer en bourse en 2015. Zuta Lab arrive en tête avec so...

Econostrum | High-Tech

Hélène Lesman (Econostrum) : "A Tel-Aviv, la société Carmel Ventures, du groupe Viola, a annonçe fin octobre la clôture de son dernier fonds d’investissement Carmel Ventures IV, pour un montant de 194 M$ (153,4 M€). «Comme les précédents, ce fonds est destiné à investir essentiellement dans des start-ups technologiques israéliennes en phase d’amorçage, des secteurs à forte croissance, comme...

Econostrum | High-Tech

Microsoft Ventures est devenu en quelques années un partenaire stratégique pour toutes les startups prometteuses. il s’agit d’un programme international qui possède des accélérateurs partout dans le monde : au Royaume-Uni, en Allemagne, en Israël, en Chine, en Inde et bientôt aux Etats-Unis. L’appel à candidatures pour l’édition parisienne a eu lieu en juin dernier pour un début de programm...

IsraelValley Desk | High-Tech

IBM SmartCamp est l’évènement qui regroupe l’écosystème startups et jeunes entrepreneurs du programme IBM Global Entrepreneur. L’objectif d’IBM SmartCamp, est de rassembler sur une journée les startups technologiques innovantes du programme IBM Global Entrepreneur. C’est par le biais de ce programme qui soutient les startups durant toute l’année que cette journée à été pensée. Avec un programme...

IsraelValley Desk | High-Tech

Selon maddyness.com : "Il y a presque un an, Kima Ventures lançait Kima15, un dispositif de financement qui avait pour but de simplifier la levée de fonds des entreprises innovantes en apportant 150 000 dollars contre 15% du capital. Jérémie Berrebi, cofondateur de Kima Ventures, établit un premier bilan de ce dispositif pour Maddyness. Quel est votre premier bilan de Kima15 ? Nous avons re...

IsraelValley Desk | High-Tech

La centrale solaire d’Agahozo Shalom, soixante kilomètres à l’est de Kigali, est une réalisation du consortium hollandais Gigawatt Global présidé par l’israélo-américain Yosef Abramowitz. Le projet d’un montant de 23 millions de dollars est également co-financé par la Norvège. Le bras stratégique et opérationnel du projet est la société israélienne Energiya Global Capital basée à Jérusale...

NanoJV | High-Tech

Des chercheurs israéliens ont développé un programme informatique ressemblant à un simple jeu vidéo qui pourrait aider à soigner un trouble psychologique appelé rumination. Ruminer un problème, une angoisse ou une peur peut devenir très problématique. Au-delà du temps perdu et de l’impossibilité de se concentrer sur autre chose, la rumination débouche parfois sur de véritables dépressions. P...

Guillaume Doisy | High-Tech

En 2012, la start-up arabe israélienne Yafita Internet Solutions Ltd voit le jour. Son créateur et PDG Bader Mansour s’est en effet rendu compte de la difficulté d’organiser et de suivre des contenus intéressants en arabe sur Internet. La raison ? Il existe très peu de contenu en arabe, il est souvent difficile à trouver, voire inaccessible et manque de structure. C’est donc pour pallier cet...

Silicon Wadi | High-Tech

Le Journal de la Science (Copyrights) : "l y a 40 ans, le célèbre astrophysicien Stephen Hawking prédisait que des particules seraient capables de s’échapper des trous noirs. Or, un physicien israélien a créé un dispositif en laboratoire qui pourrait permettre de tester cette théorie. On le sait, rien ne peut s’échapper d’un trou noir, pas même la lumière. Rien, sauf peut-être les radiations...

Silicon Wadi | High-Tech

Pas de surprise pour ceux qui suivent l'évolution de la "Startup Nation "L'un des symboles du hightech israélien, la startup Babylon, se porte bien mal et se retrouve dans l'obligation de réduire sa voilure. ISRAELVALLEY PLUS Le logiciel israélien de traduction multi-langues " Babylon " a vu ses actions plonger de plus de 60% cette semaine après l'annonce du non renouvellement du contrat pa...

Eyal Dayan (Rehovot) | High-Tech

Le père de la carte mémoire et inventeur israélien, le Dr.Eli Harari, fondateur et ancien président de la société SanDisk, s’est vu décerner par les États-Unis la Médaille nationale de l’innovation technologique, la plus haute distinction scientifique américaine. « Ces chercheurs et innovateurs ont élargi notre compréhension du monde, apporté une contribution inestimable à leurs domaines et ...

Serge Dahan | High-Tech

En Israël, le lancement d'une politique du "tout solaire" du Maroc force l'admiration des experts et politiques chargés de la construction d'une stratégie du pays en matière d'énergie. Le Maroc, un exemple pour Israël ? Pourquoi pas. i24News (Copyrights) : "Le royaume chérifien entend disposer à terme de cinq parcs solaires, le premier étant celui de Ouarzazate La première centrale thermo...

IsraelValley Desk | High-Tech

Des ingénieurs israéliens ont créé un "arbre solaire" capable de produire de l’électricité et remplir diverses fonctions pratiques. Le "eTree", comme ils l'ont baptisé, est une structure écologique développée par une entreprise israélienne spécialisée dans les énergies renouvelables (Sologic). D’après le site internet de Sologic, ce eTree permet notamment d’offrir du WiFi gratuit et peut êt...

i24News | High-Tech

Marc Zaffagni, Futura-Sciences (Copyrights) : "Aujourd’hui encore, et malgré toutes les avancées en matière de détection d’obstacles et de cartographie en 3D, les personnes non-voyantes s’en remettent majoritairement à la canne blanche ou au chien-guide pour pouvoir se déplacer. Il existe bien des dispositifs électroniques qui se servent de rayons infrarouges ou d’ultrasons pour détecter et éva...

IsraelValley Desk | High-Tech