Sep 19

ISRAELVALLEY SUISSE. LA CONFEDERATION HELVETIQUE DEVRAIT ACHETER DES DRONES ISRAELIENS D'EXPLORATION. LE CHOIX DEVRAIT SE FAIRE ENTRE ELBIT ET ISRAEL AEROSPACE INDUSTRIES.

Authors picture

IsraelValley Desk | High-Tech

La Suisse effectuera une série de vols d’évaluation en septembre et octobre sur l’aérodrome militaire d’Emmen, pour l’acquisition du nouveau système de drones d’exploration ( ADS 15 ), a annoncé fin Aout le Département fédéral de la défense, de la protection de la population et des sports suisse (DDPS).

Sur les onze systèmes de neuf entreprises qui entraient initialement en question, ceux des sociétés Israel Aerospace Industries LTD et Elbit Systems restent encore en lice, a précisé le DDPS. Les tests seront effectués en septembre et octobre par une équipe de projet composée de spécialistes des Forces aériennes suisses et d’armasuisse. Les vols de tests se dérouleront en Suisse centrale et au Jura.

Ces vols font partie de l’ensemble de l’évaluation des deux systèmes de drones entrant en question pour l’acquisition, à savoir le Hermes 900 ( Elbit ) et le Heron 1 ( IAI ). Le choix du type est prévu dans le courant du premier semestre de 2014, et l’acquisition avec le programme d’armement de 2015. Actuellement, les Forces aériennes suisses utilisent le drone d’exploration 95 ( ADS 95 ), qui atteindra le terme de sa durée d’utilisation ces années prochaines a expliqué le DDPS.

ISRAELVALLEY DANS NOS ARCHIVES
La Suisse va acquérir six drones d’un coût de 300 à 400 millions de francs. Armasuisse choisira son prochain drone entre deux modèles israéliens. Israeli Aerospace Industries LTD et Elbit Systems sont les deux dernières entreprises sur neuf restées en lice pour remplacer les ADS 95 qui arrivent en fin de course après 12 ans d’exploitation.

Les deux constructeurs doivent soumettre d’ici août 2012 une offre détaillée, a indiqué lundi Armasuisse dans un communiqué. Les tests porteront sur les avions sans pilote de type Hermes 900 de la société Elbit et Heron 1 de l’entreprise Israeli Aerospace Industries dans la deuxième moitié 2012. Le choix définitif se fera en 2014.

La Suisse compte acquérir 6 drones pour un coût compris entre 300 et 400 millions de francs. Cette somme inclut les aéronefs, la formation, la maintenance et l’entraînement, a précisé Kaj-Gunnar Sievert, porte-parole d’armasuisse. Les appareils doivent être livrés en 2015.

L’actuel drone ADS 95 est utilisé par l’armée mais sert aussi à d’autres autorités comme les gardes-frontière et la police.

ISRAELVALLEY PLUS DANS NOS ARCHIVES
Pour la surveillance aérienne du champ de bataille, Israël mise bien évidemment sur les nombreux types de drones qu’elle a développé. Véritable précurseur en la matière, l’Etat hébreu a inspiré de nombreuses armées étrangères. De l’Afghanistan à l’Irak, en passant par la Géorgie et le Cachemire, il n’est pas de théâtre d’opérations où les avions sans pilote israéliens ne soient pas engagés.

Dans ce domaine de l’aéronautique, Israël représente le seul concurrent sérieux des Etats-Unis, notamment des constructeurs General Atomics et Northrop Grumman, qui développent les appareils Predator et Global Hawk. Sur le plan commercial, les drones constituent également le système que les Israéliens exportent le mieux. Pour preuve, la société Elbit Systems, via sa filiale Silver Arrow, inonde le marché mondial de ses Hunter, Hermes, Heron et autres dérivés de drones développés en partenariat avec l’Union européenne1.

En l’espace d’une décennie, outre les Etats-Unis et les pays européens comme la France, Israël a su vendre son savoir-faire aux quatre coins de la planète : Brésil, Mexique, Australie, Nigéria, Corée du Sud, Inde, etc. Ces contrats rapportent chaque année des centaines de millions de dollars à l’Etat hébreu. Et comme souvent lorsqu’il s’agit d’armements, les affaires s’accommodent étrangement de la réalité géopolitique. En avril 2010, la Russie a ainsi fait part de son intention d’acquérir une cinquantaine de drones auprès d’Israël : Bird-Eye 400, I-View MK150 et Searcher MK II. Ce type d’appareil avait pourtant été vendu à l’armée géorgienne juste avant que celle-ci ne déclenche son offensive en Ossétie du Sud.

Cette omniprésence israélienne sur le marché des avions sans pilote n’est pas née du hasard. Au début des années 1970, les Israéliens sont les premiers à concevoir une nouvelle génération de drones ne se limitant pas seulement à être programmés sur des cibles, mais télécommandables à distance. Pendant la guerre de Kippour, l’utilisation massive de missiles sol-air SAM par les armées arabes anéantit 40% de l’aviation israélienne et démontre la nécessité d’élaborer un outil de renseignement en temps réel, en mesure de protéger la vie des pilotes. Le Mastiff fut le tout premier drone produit par l’industrie aéronautique israélienne. Très rapidement, l’aviation de Tsahal comprend l’intérêt tactique d’une telle technologie et lance plusieurs programmes de développement.

En 1982, les drones israéliens sont pour la première fois engagés massivement sur le champ de bataille. Au cours de l’offensive terrestre menée au Sud-Liban contre les bases de l’OLP, ces appareils font étalage de leur efficacité en détruisant les 28 sites de missiles SAM déployés par la Syrie. Cette performance bouleverse les doctrines militaires de l’époque. L’armée américaine ne tarde pas à suivre l’exemple en s’associant durablement à Israel Aircraft Industries (IAI). Dans les années 1990, les avions sans pilote Pionneer et Hunter font leur apparition dans la guerre du Golfe, puis en Libye, au Kosovo et en Serbie. Plus récemment, ces drones se sont montrés décisifs lors de la bataille de Falloujah contre les insurgés irakiens et servent régulièrement à déloger les Talibans des provinces afghanes. Avec les drones, tout un éventail d’applications a vu le jour dans le domaine de la défense : drones espion, bombardier, leurre, radar, transmission, cartographie, etc. Ces avancées militaires ont naturellement généré de nouveaux concepts civils2. La technologie d’avions sans pilote israélienne a permis de lancer de nombreuses initiatives comme la surveillance du trafic routier et des frontières, la météo, la lutte contre les incendies de forêts ou les réseaux de transmission téléphoniques.

L’utilisation d’avions sans pilote est aujourd’hui devenue indispensable pour toute force armée engagée sur un front. Au sein de Tsahal, le drone le plus utilisé actuellement est le Heron. Avec une charge utile de 300 kilos pour une longueur de 17 mètres, cet appareil sert notamment à la surveillance de la bande de Gaza et des zones chiites du Sud-Liban. Sa version améliorée, appelée Heron TP ou Eitan, peut emporter jusqu’à 700 kilos de charge. Illustration de leur rôle croissant dans les opérations, le temps de vol des drones israéliens a décuplé depuis la deuxième guerre du Liban, passant de 4176 heures par an en 2006 à près de 15.000 heures en 2008.

Dernièrement, les unités d’infanterie israéliennes ont toutes été équipées du micro-drone Skylark, développé par Elbit. Ce système portatif permet de sécuriser la progression de fantassins engagés dans des combats en zone urbaine. A l’instar du Skylark, d’autres modèles appartenant à la génération des mini-drones sont devenus opérationnels. Produit de l’IAI, le Mosquito est utilisé pour couvrir la progression des unités combattantes en position avancée. Il dispose de caractéristiques impressionnantes : une envergure de 13 centimètres et un poids variant entre 250 et 500 grammes selon les modèles. Seul handicap : sa portée de 1500 mètres oblige une utilisation limitée et ciblée. D’autres drones de petite dimension sont également utilisés pour surveiller les Territoires palestiniens. L’un d’entre eux, Birdy, 1,3 kilo, dispose d’une portée de 5 kilomètres et peut être facilement manipulé par un seul soldat. Légèrement plus lourd, le mini-drone Spy There peut effectuer des missions sur un rayon de 10 km.

Maxime Perez

Un récent article publié dans des sites spécialisés fait référence au rôle, supposé actif, de Axelle Lemaire dans le report de la journée de l'innovation France-Israël qui devait avoir lieu le 16 décembre 2014. Il s'agit certainement d'une contre-vérité. La décision finale de report en 2015, selon nos informations, a été en fait prise dans un esprit de coopération entre les représentants de...

Yotan Frishman | High-Tech

Les leaders israéliens du hightech (surtout la multitude de startups qui se sont lancées dans le domaine des applications mobiles) ont en main les chiffres d'une étude du Boston Consulting Group sur l'internet mobile. Et ils sont extraordinaires. Dans les prochaines années l'internet mobile va représenter un marché colossal et en pleine croissance (+25% l'an). Alors que les israéliens sembl...

Ilan Friedman-Cohen | High-Tech

Aux quatre coins de la planète, des entrepreneurs tentent de reproduire la dynamique qui a fait de la Californie l'eldorado des sociétés de nouvelles technologies. L’Usine Digitale tire pour vous le portrait de 10 villes qui se rêvent en Silicon Valley. Aujourd'hui partons pour Israël, de Tel Aviv à Haïfa. Les maestros du code informatique, ceux qui ont développé Google Suggest, Google Trend...

Usine Digitale. | High-Tech

La Silicon Wadi israélienne est extrêmement dynamique. Concentrées autour de villes telles que Tel Aviv, Haifa et Caesarea, ce sont près de 5 000 start-ups qui se développent, sur cette mince bande de terre grande comme la Bretagne, le long de la mer Méditerranée. Qu’est-ce qui fait la force de ce territoire en matière de start-ups ? Voici quelques éléments de réponse dispensés par deux repr...

Adeline Raynal (FrenchWeb) | High-Tech

Kira Radinsky est une jeune femme de 27 ans à la tête d’une start-up florissante. A tel point que son entreprise, SalesPredict, a été sélectionné par le MIT Tech Review dans son célèbre palmarès des 35 jeunes les plus innovants du monde. Son invention, elle la détient du Big Data, en ayant programmé un logiciel qui permet de prédire l’avenir. Kira Radinsky, retenez bien ce nom. Tout comme se...

Samuel Paulet (focusur.fr) | High-Tech

C'est le secret le mieux gardé de la silicon valley israélienne : le nom de la prmière startup "Made In Israel" qui devrait être rachetée par Baidu. Des rumeurs folles circulent à Tel Aviv et de nombreuses startups à très haut potentiels sont citées. Une délégation d'ingénieurs et patrons de Baidu était durant plusieurs jours en visite en Israël très récemment. Baidu est une entreprise inter...

Eyal Ganim (Rehovot) | High-Tech

Que devient Yo, l’application décrite au milieu de l’année 2014 comme la figure type de la start-up inutile qui a malgré tout (ou peut-être pour cette raison) bénéficié d'une impressionnante campagne de presse... et réussi à lever des fonds pour se développer? Yo, qui ne permet d’envoyer que le message «Yo» à ses contacts, existe toujours, confirme Business Insider qui a interviewé son cofon...

Slate (Copyrights) | High-Tech

Qualcomm Ferme son Centre R&D à Beit Shemesh en Israël. Cette fermeture va entraîner le licenciement de 30 à 40 salariés israéliens. Qualcomm, qui est le plus grand fabricant mondial de puces informatiques pour appareils mobiles, vient d'annoncer la fermeture de son centre de recherche et de développement basé à Beit Shemesh et le licenciement consécutif de 30 et 40 employés, rapporte TheMarker...

Avner Myers | High-Tech

“Hacker pour le bien commun”, c’était le thème du hackaton, un marathon de programmation en quelque sorte, mondial organisé par Paypal que deux israéliens ont récemment gagné à San José en Californie. Se distinguant face à des développeurs venant de 14 pays différents après un processus de sélection ayant réuni plus de 3 000 programmeurs, Shai Mishali et Pavel Kaminsky sont restés plus de 40 he...

Thibault de la Baronnière (Siliconwadi) | High-Tech

Le développement et l'installation de panneaux solaires se sont accélérés dans le monde depuis une quinzaine d'année, multipliant par cent la puissance installée pour atteindre 140 gigawatts (l'équivalent d'environ 150 centrales au charbon). Ce mode de production est très intéressant pour des pays comme Israël qui disposent d'un ensoleillement important et de zones désertiques pouvant se prêter...

Paul Balança (BE) | High-Tech

L'été 2014 a été marqué par une catastrophe sanitaire de taille : la fulgurante épidémie du virus Ebola qui a déjà provoqué plus de 3.000 morts et qui, au moment où j'écris ces lignes, continue à ravager l'Afrique de l'Ouest. Ce triste bilan confirme la nécessité de disposer de moyens efficaces pour enrayer Ebola et les épidémies similaires. Une solution pour lutter contre la propagation de tel...

Coralie Ebert (BE) | High-Tech

LA TRIBUNE (Copyrights). A Nantes, une clinique a acquis une machine innovante conçue par une start-up israélienne, qui permet de ralentir l'évolution de la maladie. Un espoir pour traiter efficacement les 850.000 personnes touchées par Alzheimer en France? Pour 120.000 euros, la clinique nantaise Brétéché (groupe Vedici), a acquis au mois de septembre la machine NeuroAD, créée par la startup i...

IsraelValley Desk | High-Tech

De plus en plus courant : des firmes israéliennes, dans le cadre de leur développement international, rachètent des firmes étrangères. C'est le cas cette semaine pour Silicom qui vient d'absorber Fiberblaze, une startup très réputée basée au Danemark. IsraelValley a déjà récemment parlé de Silicom : "Le fondateur de Silicom augmente ses parts dans la société* Zohar Zisapel, co-fondateur de l...

Ilan Friedman-Cohen | High-Tech

La naissance de Space-Nest a été annonçée lors de la dérnière conférence Globes qui a eu lieu cette semaine. Cet incubateur sera destiné à lancer des projets nouveaux dans le domaine de l'espace. Israel Aéronautique Industries a décidé d'auto-financer son projet. Opher Doron, le leader du projet a aussi signalé que le financement viendra de "The Space Angels Network". LE SAVIEZ-VOUS? IAI pr...

Dan Rosh (Tel Aviv) | High-Tech

Des robots qui écrivent des articles et qui présentent le journal télévisé, ce n’est plus de la science-fiction. C’est un petit robot haut comme trois pommes, dans un décor de JT de 20 heures, qui présente les nouvelles avec une voix synthétique plutôt chaleureuse… Voilà ce que l’on peut voir en ce moment sur le stand de France Télévision au Web 14. Certes, ce robot n’a pas la chevelure de D...

Franceinfo | High-Tech