Sep 19

ISRAELVALLEY SUISSE. LA CONFEDERATION HELVETIQUE DEVRAIT ACHETER DES DRONES ISRAELIENS D'EXPLORATION. LE CHOIX DEVRAIT SE FAIRE ENTRE ELBIT ET ISRAEL AEROSPACE INDUSTRIES.

Authors picture

IsraelValley Desk | High-Tech

La Suisse effectuera une série de vols d’évaluation en septembre et octobre sur l’aérodrome militaire d’Emmen, pour l’acquisition du nouveau système de drones d’exploration ( ADS 15 ), a annoncé fin Aout le Département fédéral de la défense, de la protection de la population et des sports suisse (DDPS).

Sur les onze systèmes de neuf entreprises qui entraient initialement en question, ceux des sociétés Israel Aerospace Industries LTD et Elbit Systems restent encore en lice, a précisé le DDPS. Les tests seront effectués en septembre et octobre par une équipe de projet composée de spécialistes des Forces aériennes suisses et d’armasuisse. Les vols de tests se dérouleront en Suisse centrale et au Jura.

Ces vols font partie de l’ensemble de l’évaluation des deux systèmes de drones entrant en question pour l’acquisition, à savoir le Hermes 900 ( Elbit ) et le Heron 1 ( IAI ). Le choix du type est prévu dans le courant du premier semestre de 2014, et l’acquisition avec le programme d’armement de 2015. Actuellement, les Forces aériennes suisses utilisent le drone d’exploration 95 ( ADS 95 ), qui atteindra le terme de sa durée d’utilisation ces années prochaines a expliqué le DDPS.

ISRAELVALLEY DANS NOS ARCHIVES
La Suisse va acquérir six drones d’un coût de 300 à 400 millions de francs. Armasuisse choisira son prochain drone entre deux modèles israéliens. Israeli Aerospace Industries LTD et Elbit Systems sont les deux dernières entreprises sur neuf restées en lice pour remplacer les ADS 95 qui arrivent en fin de course après 12 ans d’exploitation.

Les deux constructeurs doivent soumettre d’ici août 2012 une offre détaillée, a indiqué lundi Armasuisse dans un communiqué. Les tests porteront sur les avions sans pilote de type Hermes 900 de la société Elbit et Heron 1 de l’entreprise Israeli Aerospace Industries dans la deuxième moitié 2012. Le choix définitif se fera en 2014.

La Suisse compte acquérir 6 drones pour un coût compris entre 300 et 400 millions de francs. Cette somme inclut les aéronefs, la formation, la maintenance et l’entraînement, a précisé Kaj-Gunnar Sievert, porte-parole d’armasuisse. Les appareils doivent être livrés en 2015.

L’actuel drone ADS 95 est utilisé par l’armée mais sert aussi à d’autres autorités comme les gardes-frontière et la police.

ISRAELVALLEY PLUS DANS NOS ARCHIVES
Pour la surveillance aérienne du champ de bataille, Israël mise bien évidemment sur les nombreux types de drones qu’elle a développé. Véritable précurseur en la matière, l’Etat hébreu a inspiré de nombreuses armées étrangères. De l’Afghanistan à l’Irak, en passant par la Géorgie et le Cachemire, il n’est pas de théâtre d’opérations où les avions sans pilote israéliens ne soient pas engagés.

Dans ce domaine de l’aéronautique, Israël représente le seul concurrent sérieux des Etats-Unis, notamment des constructeurs General Atomics et Northrop Grumman, qui développent les appareils Predator et Global Hawk. Sur le plan commercial, les drones constituent également le système que les Israéliens exportent le mieux. Pour preuve, la société Elbit Systems, via sa filiale Silver Arrow, inonde le marché mondial de ses Hunter, Hermes, Heron et autres dérivés de drones développés en partenariat avec l’Union européenne1.

En l’espace d’une décennie, outre les Etats-Unis et les pays européens comme la France, Israël a su vendre son savoir-faire aux quatre coins de la planète : Brésil, Mexique, Australie, Nigéria, Corée du Sud, Inde, etc. Ces contrats rapportent chaque année des centaines de millions de dollars à l’Etat hébreu. Et comme souvent lorsqu’il s’agit d’armements, les affaires s’accommodent étrangement de la réalité géopolitique. En avril 2010, la Russie a ainsi fait part de son intention d’acquérir une cinquantaine de drones auprès d’Israël : Bird-Eye 400, I-View MK150 et Searcher MK II. Ce type d’appareil avait pourtant été vendu à l’armée géorgienne juste avant que celle-ci ne déclenche son offensive en Ossétie du Sud.

Cette omniprésence israélienne sur le marché des avions sans pilote n’est pas née du hasard. Au début des années 1970, les Israéliens sont les premiers à concevoir une nouvelle génération de drones ne se limitant pas seulement à être programmés sur des cibles, mais télécommandables à distance. Pendant la guerre de Kippour, l’utilisation massive de missiles sol-air SAM par les armées arabes anéantit 40% de l’aviation israélienne et démontre la nécessité d’élaborer un outil de renseignement en temps réel, en mesure de protéger la vie des pilotes. Le Mastiff fut le tout premier drone produit par l’industrie aéronautique israélienne. Très rapidement, l’aviation de Tsahal comprend l’intérêt tactique d’une telle technologie et lance plusieurs programmes de développement.

En 1982, les drones israéliens sont pour la première fois engagés massivement sur le champ de bataille. Au cours de l’offensive terrestre menée au Sud-Liban contre les bases de l’OLP, ces appareils font étalage de leur efficacité en détruisant les 28 sites de missiles SAM déployés par la Syrie. Cette performance bouleverse les doctrines militaires de l’époque. L’armée américaine ne tarde pas à suivre l’exemple en s’associant durablement à Israel Aircraft Industries (IAI). Dans les années 1990, les avions sans pilote Pionneer et Hunter font leur apparition dans la guerre du Golfe, puis en Libye, au Kosovo et en Serbie. Plus récemment, ces drones se sont montrés décisifs lors de la bataille de Falloujah contre les insurgés irakiens et servent régulièrement à déloger les Talibans des provinces afghanes. Avec les drones, tout un éventail d’applications a vu le jour dans le domaine de la défense : drones espion, bombardier, leurre, radar, transmission, cartographie, etc. Ces avancées militaires ont naturellement généré de nouveaux concepts civils2. La technologie d’avions sans pilote israélienne a permis de lancer de nombreuses initiatives comme la surveillance du trafic routier et des frontières, la météo, la lutte contre les incendies de forêts ou les réseaux de transmission téléphoniques.

L’utilisation d’avions sans pilote est aujourd’hui devenue indispensable pour toute force armée engagée sur un front. Au sein de Tsahal, le drone le plus utilisé actuellement est le Heron. Avec une charge utile de 300 kilos pour une longueur de 17 mètres, cet appareil sert notamment à la surveillance de la bande de Gaza et des zones chiites du Sud-Liban. Sa version améliorée, appelée Heron TP ou Eitan, peut emporter jusqu’à 700 kilos de charge. Illustration de leur rôle croissant dans les opérations, le temps de vol des drones israéliens a décuplé depuis la deuxième guerre du Liban, passant de 4176 heures par an en 2006 à près de 15.000 heures en 2008.

Dernièrement, les unités d’infanterie israéliennes ont toutes été équipées du micro-drone Skylark, développé par Elbit. Ce système portatif permet de sécuriser la progression de fantassins engagés dans des combats en zone urbaine. A l’instar du Skylark, d’autres modèles appartenant à la génération des mini-drones sont devenus opérationnels. Produit de l’IAI, le Mosquito est utilisé pour couvrir la progression des unités combattantes en position avancée. Il dispose de caractéristiques impressionnantes : une envergure de 13 centimètres et un poids variant entre 250 et 500 grammes selon les modèles. Seul handicap : sa portée de 1500 mètres oblige une utilisation limitée et ciblée. D’autres drones de petite dimension sont également utilisés pour surveiller les Territoires palestiniens. L’un d’entre eux, Birdy, 1,3 kilo, dispose d’une portée de 5 kilomètres et peut être facilement manipulé par un seul soldat. Légèrement plus lourd, le mini-drone Spy There peut effectuer des missions sur un rayon de 10 km.

Maxime Perez

Des scientifiques israéliens ont conçu des membranes spéciales à partir de composants organiques qui sont capables de purifier l’eau en filtrant de grands et même de petits virus. Les filtres à eau sont un sujet largement évoqué aujourd'hui. Les chercheurs ont manifesté des progrès importants dans ce domaine. Selon l'article publié dans la revue Water Research (Science Direct...

Ilanit Hayut | High-Tech

Sur Europe1, Anicet Mbida offre chaque matin ce qui se fait de mieux en matière d'innovation : "Encore une technologie surprenante ce matin, des hauts parleurs qui dirigent le son directement vers nos oreilles. C’est à peine croyable. Par exemple : vous posez votre téléphone sur la table, vous le mettez sur haut-parleur. Mais il n’y a que vous qui l’entendez. Vous pouvez bouger, v...

Eyal Koren | High-Tech

SPECIAL ISRAELVALLEY. Ils sont sur Sdérot Rothshild, en plein coeur de la StartUp Nation. Les nombreux très jeunes chercheurs de Facebook à Tel Aviv sont concentrés sur les concepts du futur. Un excellent article est paru dans Les Echos sur les recherches du géant américain (sans citer Tel Aviv) : "Communiquer par la pensée et entendre par la peau, les nouveaux paris fous de Facebook...

Eyal Koren | High-Tech

Rien de nouveau dans le ciel de la Startup Nation. Une firme israélienne a été rachetée par un leader américain du "M-Ticketing". SeatGeek rachète la firme israélienne TopTix, leader mondial dans le domaine du software dédié aux ventes de billets. Le M-Ticketing, comme mobile-ticketing, est un concept qui permet de se servir de son téléphone mobile comme d'un ticket « papier » ...

Dan Rosh (Tel Aviv) | High-Tech

Excellente nouvelle pour le hightech israélien. La firme américaine Flex va embaucher des ingénieurs sytèmes en Israël. Un centre de conception va ouvrir dans la Startup Nation. HISTOIRE DE FLEX. La firme américaine avait à l'origine offert une solution de développement créée par Macromedia en 2004 puis reprise par Adobe en 2006, permettant de créer et de déployer des application...

Dan Rosch (Paris) | High-Tech

Depuis plus de deux ans, la magazine suisse Bilan a sélectionné les plus prometteurs Baby Entrepreneurs : ces jeunes fondateurs d’entreprise romands ont osé se lancer très jeunes dans l’aventure de l’entrepreneuriat, certains avant même d’avoir fini leur cursus. En partenariat avec Procter & Gamble est né le Baby Entrepreneurs Challenge 2017 : 20 jeunes pousses parmi les plus ...

IsraelValley Desk | High-Tech

Avec 2,7 milliards d'euros levés en 2016, la France s'est hissée au deuxième rang des "start-up nations" européennes, juste derrière le Royaume-Uni. Et pourtant, même si le montant est énorme à l'échelle française, il reste minuscule en comparaison des montants levés aux Etats-Unis. "Ce n'est pas grave. Les fonds ne sont pas nécessaires, estime Loïc Le Meur, entrepreneur franç...

IsraelValley Desk | High-Tech

Pascale Zonszain pour AJ : "Barkid, une start-up israélienne propose un bracelet intelligent pour permettre aux parents de savoir à tout moment où se trouvent leurs enfants. « Le fondateur de Barkid habite à Beer-Sheva et ce n'est pas un hasard. Eliav Elhadad n'a pas oublié ce jour de juillet 2014, quand un Grad du Hamas s'est abattu sur la capitale du Néguev et que les parents, terr...

IsraelValley Desk | High-Tech

Un article de Cyril Cohen-Solal : "Au-delà d’un énième robot qu’on voit circuler dans les salons high-tech, Elli-Q est un compagnon doté d’une Intelligence Artificielle qui est capable d’intéragir et d’apprendre de son entourage (Machine Learning). Surtout, Elli-Q est animé d’émotions, d’humour (même si ce n’est pas encore du Gad Elmaleh) et d’une capacité de sugg...

IsraelValley Desk | High-Tech

Le quatrième homme le plus riche du monde, le Mexicain Carlos Slim, a affirmé récemment qu’Israël constitue un défi majeur pour les États-Unis dans l’industrie des hautes technologies. « Vous [les Américains] êtes les leaders mondiaux dans les hautes technologies mais des pays comme la Chine ou Israël défie en la matière le leadership des États-Unis », a déclaré l’homme...

IsraelValley Desk | High-Tech

Bonjour chers auditeurs de Radio J. Bonjour Jacquot. Je suis actuellement en Israël, et le temps est superbe. Tout d'abord, heureux Pessah à tous. Les nouvelles hightech de la semaine : 1. FRUTAROM. Le fabricant israélien d'arômes et d'additifs Frutarom Industries a annoncé l'acquisition du laboratoire français René Laurent pour 20,0 millions d'euros. Fondée en 1885 et spécialisée...

Dan Rosh (Tel Aviv) | High-Tech

Dans les bureaux d'Epicenter, un regroupement suédois d'entreprises en démarrage, des employés munis de micropuces numériques implantées dans leur corps peuvent ouvrir les portes, activer les imprimantes ou même s'acheter des smoothies simplement en agitant la main. D'une grosseur comparable à celle d'un grain de riz, la micropuce proposée aux employés et membres d'Epicenter fait l'...

IsraelValley Desk | High-Tech

Israël, terre d'élection du véhicule intelligent ? Le pari paraissait voilà peu improbable dans un pays dépourvu d'industrie automobile, à l'exception de la production anecdotique de la Sussita, un véhicule à la carrosserie en fibre de verre fabriqué dans les années 1950 dans une usine située près du port de Haïfa… Et pourtant, il a suffi d'une petite décennie pour que la Si...

IsraelValley Desk | High-Tech

Boaz Mamo (à gauche sur la photo), fondateur d'EcoMotion, communauté israélienne des transports intelligents vient de créer Drive, un centre d'innovation doublé d'un accélérateur, lancé à Tel-Aviv en partenariat avec Honda, Volvo et la société de location Hertz. (Nathalie Hamou pour Les Echos) Les systèmes de transport intelligents (STI) (en anglais intelligent transportation sys...

Ilan Kotel (Tel Aviv) | High-Tech

La technologie radar avancée micro-puissante, les 3D algorithmes de reconstruction d’image et des techniques de traitement du signal développés par l’armée israélienne sont construits à l’intérieur des caméras de sécurité portables de Camero qui permettent aux travailleurs de recherche et de sauvetage de trouver des objets fixes et mobiles cachés de la vue. Les systèmes de...

IsraelValley Desk | High-Tech