Sep 19

ISRAELVALLEY SUISSE. LA CONFEDERATION HELVETIQUE DEVRAIT ACHETER DES DRONES ISRAELIENS D'EXPLORATION. LE CHOIX DEVRAIT SE FAIRE ENTRE ELBIT ET ISRAEL AEROSPACE INDUSTRIES.

Authors picture

IsraelValley Desk | High-Tech

La Suisse effectuera une série de vols d’évaluation en septembre et octobre sur l’aérodrome militaire d’Emmen, pour l’acquisition du nouveau système de drones d’exploration ( ADS 15 ), a annoncé fin Aout le Département fédéral de la défense, de la protection de la population et des sports suisse (DDPS).

Sur les onze systèmes de neuf entreprises qui entraient initialement en question, ceux des sociétés Israel Aerospace Industries LTD et Elbit Systems restent encore en lice, a précisé le DDPS. Les tests seront effectués en septembre et octobre par une équipe de projet composée de spécialistes des Forces aériennes suisses et d’armasuisse. Les vols de tests se dérouleront en Suisse centrale et au Jura.

Ces vols font partie de l’ensemble de l’évaluation des deux systèmes de drones entrant en question pour l’acquisition, à savoir le Hermes 900 ( Elbit ) et le Heron 1 ( IAI ). Le choix du type est prévu dans le courant du premier semestre de 2014, et l’acquisition avec le programme d’armement de 2015. Actuellement, les Forces aériennes suisses utilisent le drone d’exploration 95 ( ADS 95 ), qui atteindra le terme de sa durée d’utilisation ces années prochaines a expliqué le DDPS.

ISRAELVALLEY DANS NOS ARCHIVES
La Suisse va acquérir six drones d’un coût de 300 à 400 millions de francs. Armasuisse choisira son prochain drone entre deux modèles israéliens. Israeli Aerospace Industries LTD et Elbit Systems sont les deux dernières entreprises sur neuf restées en lice pour remplacer les ADS 95 qui arrivent en fin de course après 12 ans d’exploitation.

Les deux constructeurs doivent soumettre d’ici août 2012 une offre détaillée, a indiqué lundi Armasuisse dans un communiqué. Les tests porteront sur les avions sans pilote de type Hermes 900 de la société Elbit et Heron 1 de l’entreprise Israeli Aerospace Industries dans la deuxième moitié 2012. Le choix définitif se fera en 2014.

La Suisse compte acquérir 6 drones pour un coût compris entre 300 et 400 millions de francs. Cette somme inclut les aéronefs, la formation, la maintenance et l’entraînement, a précisé Kaj-Gunnar Sievert, porte-parole d’armasuisse. Les appareils doivent être livrés en 2015.

L’actuel drone ADS 95 est utilisé par l’armée mais sert aussi à d’autres autorités comme les gardes-frontière et la police.

ISRAELVALLEY PLUS DANS NOS ARCHIVES
Pour la surveillance aérienne du champ de bataille, Israël mise bien évidemment sur les nombreux types de drones qu’elle a développé. Véritable précurseur en la matière, l’Etat hébreu a inspiré de nombreuses armées étrangères. De l’Afghanistan à l’Irak, en passant par la Géorgie et le Cachemire, il n’est pas de théâtre d’opérations où les avions sans pilote israéliens ne soient pas engagés.

Dans ce domaine de l’aéronautique, Israël représente le seul concurrent sérieux des Etats-Unis, notamment des constructeurs General Atomics et Northrop Grumman, qui développent les appareils Predator et Global Hawk. Sur le plan commercial, les drones constituent également le système que les Israéliens exportent le mieux. Pour preuve, la société Elbit Systems, via sa filiale Silver Arrow, inonde le marché mondial de ses Hunter, Hermes, Heron et autres dérivés de drones développés en partenariat avec l’Union européenne1.

En l’espace d’une décennie, outre les Etats-Unis et les pays européens comme la France, Israël a su vendre son savoir-faire aux quatre coins de la planète : Brésil, Mexique, Australie, Nigéria, Corée du Sud, Inde, etc. Ces contrats rapportent chaque année des centaines de millions de dollars à l’Etat hébreu. Et comme souvent lorsqu’il s’agit d’armements, les affaires s’accommodent étrangement de la réalité géopolitique. En avril 2010, la Russie a ainsi fait part de son intention d’acquérir une cinquantaine de drones auprès d’Israël : Bird-Eye 400, I-View MK150 et Searcher MK II. Ce type d’appareil avait pourtant été vendu à l’armée géorgienne juste avant que celle-ci ne déclenche son offensive en Ossétie du Sud.

Cette omniprésence israélienne sur le marché des avions sans pilote n’est pas née du hasard. Au début des années 1970, les Israéliens sont les premiers à concevoir une nouvelle génération de drones ne se limitant pas seulement à être programmés sur des cibles, mais télécommandables à distance. Pendant la guerre de Kippour, l’utilisation massive de missiles sol-air SAM par les armées arabes anéantit 40% de l’aviation israélienne et démontre la nécessité d’élaborer un outil de renseignement en temps réel, en mesure de protéger la vie des pilotes. Le Mastiff fut le tout premier drone produit par l’industrie aéronautique israélienne. Très rapidement, l’aviation de Tsahal comprend l’intérêt tactique d’une telle technologie et lance plusieurs programmes de développement.

En 1982, les drones israéliens sont pour la première fois engagés massivement sur le champ de bataille. Au cours de l’offensive terrestre menée au Sud-Liban contre les bases de l’OLP, ces appareils font étalage de leur efficacité en détruisant les 28 sites de missiles SAM déployés par la Syrie. Cette performance bouleverse les doctrines militaires de l’époque. L’armée américaine ne tarde pas à suivre l’exemple en s’associant durablement à Israel Aircraft Industries (IAI). Dans les années 1990, les avions sans pilote Pionneer et Hunter font leur apparition dans la guerre du Golfe, puis en Libye, au Kosovo et en Serbie. Plus récemment, ces drones se sont montrés décisifs lors de la bataille de Falloujah contre les insurgés irakiens et servent régulièrement à déloger les Talibans des provinces afghanes. Avec les drones, tout un éventail d’applications a vu le jour dans le domaine de la défense : drones espion, bombardier, leurre, radar, transmission, cartographie, etc. Ces avancées militaires ont naturellement généré de nouveaux concepts civils2. La technologie d’avions sans pilote israélienne a permis de lancer de nombreuses initiatives comme la surveillance du trafic routier et des frontières, la météo, la lutte contre les incendies de forêts ou les réseaux de transmission téléphoniques.

L’utilisation d’avions sans pilote est aujourd’hui devenue indispensable pour toute force armée engagée sur un front. Au sein de Tsahal, le drone le plus utilisé actuellement est le Heron. Avec une charge utile de 300 kilos pour une longueur de 17 mètres, cet appareil sert notamment à la surveillance de la bande de Gaza et des zones chiites du Sud-Liban. Sa version améliorée, appelée Heron TP ou Eitan, peut emporter jusqu’à 700 kilos de charge. Illustration de leur rôle croissant dans les opérations, le temps de vol des drones israéliens a décuplé depuis la deuxième guerre du Liban, passant de 4176 heures par an en 2006 à près de 15.000 heures en 2008.

Dernièrement, les unités d’infanterie israéliennes ont toutes été équipées du micro-drone Skylark, développé par Elbit. Ce système portatif permet de sécuriser la progression de fantassins engagés dans des combats en zone urbaine. A l’instar du Skylark, d’autres modèles appartenant à la génération des mini-drones sont devenus opérationnels. Produit de l’IAI, le Mosquito est utilisé pour couvrir la progression des unités combattantes en position avancée. Il dispose de caractéristiques impressionnantes : une envergure de 13 centimètres et un poids variant entre 250 et 500 grammes selon les modèles. Seul handicap : sa portée de 1500 mètres oblige une utilisation limitée et ciblée. D’autres drones de petite dimension sont également utilisés pour surveiller les Territoires palestiniens. L’un d’entre eux, Birdy, 1,3 kilo, dispose d’une portée de 5 kilomètres et peut être facilement manipulé par un seul soldat. Légèrement plus lourd, le mini-drone Spy There peut effectuer des missions sur un rayon de 10 km.

Maxime Perez

Créée en 2012, la start-Up israélienne daPulse est considérée par le PDG de Wix, comme "proposant le meilleur outil collaboratif sur le marché". La philosophie de daPulse, consiste à offrir une vision globale et partagée des différents projets d’une entreprise. La start-up permet à tout entrepreneur d’améliorer ses rendements ainsi que celui de ses associés en offrant, par l’intermédiaire d...

Silicon Wadi | High-Tech

Le 26 Avril 2015, une délégation d’entrepreneurs français est attendue en Israël pour un voyage d’étude sur le thème de l’Innovation. Il inaugurera le programme ISRAEL INSIDE de l’année 2015 mis en place par l’accélérateur Parrainer la Croissance et la société Traveltek. Plus généralement, les voyages d’études ISRAEL INSIDE sont destinés à favoriser échanges et coopérations portant sur des ...

Silicon Wadi | High-Tech

Alibaba se lance pour la première fois dans le capital-risque. Le géant chinois de l’e-commerce va placer des investissements dans l’un des principaux fonds de capital-risque d’Israël, Jerusalem Venture Partners. La nouvelle a été annoncée ce lundi par l’un des associés principal du fonds, Kobi Rozengarten, à l’occasion de la présentation des résultats annuels de la firme. Jerusalem Venture Par...

FrenchWeb | High-Tech

Un consortium de chercheurs de l'Union européenne, des développeurs de logiciels et des organismes de normalisation inventent un nouvel écosystème d'affaires qui permettra d'exploiter la puissance de l'Internet des objets pour chaque utilisateur - du consommateur à l'automobiliste en passant par le vacancier ou le fan de sport. Les partenaires du projet COMPOSE ont créé une plateforme infor...

Techno-science | High-Tech

Le Top 5 des économies avancées. Quels sont les pays avancés les mieux placés pour accélérer leur croissance au cours de la prochaine décennie ? Le palmarès des économistes de la Coface. Trois ans après le début de la reprise, les économies avancées continuent de tirer la croissance mondiale, même si celle-ci n’accélère que timidement, passant de 2,7 points en 2013 à 3 points en 2015. Mais c...

A.A. | High-Tech

REPORTAGE SPECIAL ISRAELVALLEY. Le haut conseil sur la robotique Médicale s’est déroulé ce lundi 23 mars dans une des salles du Dan Panorama à Tel Aviv. Il regroupait de nombreux Français et Israéliens professeurs, chercheurs ou encore représentant d’entreprises actifs dans ce secteur qui combine deux mondes qui s’opposent, la robotique associé à « l’infaillible » et la médecine associé à « l’a...

Yann Silvera (Tel Aviv) | High-Tech

Vingt sociétés israéliennes spécialisées dans le "Sport Tech" vont se rendre à Londres dans les prochains jours. Il s'agit de startups dont les solutions et les technologies pourraient intéresser les établissements sportifs britanniques, les radiodiffuseurs, les stades et les clubs sportifs. Les délégués israéliens ont été sélectionnés par un panel d’experts de l’industrie sur des dizaines d...

Israelscienceinfo | High-Tech

Omri “Bob” Shor est le co- fondateur et PDG de Medisafe. Depuis 2012, il fait partie des « entrepreneurs en Jeans », un programme parrainé par Boston faisant la promotion de l’éco-système entrepreneurial dans la ville de Haïfa, la ville natale de Omri. Medisafe est une application dont les données sont stockées sur le cloud et qui renseigne sur la consommation médicamenteuse des patients. L’obj...

Times of Israel | High-Tech

Les universités israéliennes ont recueilli 430 millions de dollars (fonds de recherche des entreprises et des fondations privées en Israël et à l’étranger) pendant l’année académique 2014 – une augmentation de 9 % par rapport à l’année précédente – mais cela reste insuffisant pour que les institutions puissent faire des recherches appropriées, selon un haut responsable du ministère de la Scienc...

Times of Israel | High-Tech

L’autorité des antiquités d’Israël lance sa première application : un jeu disponible sur iPhone et Android et destiné aux enfants de 7 à 11 ans, mais tout aussi intéressant pour les adultes qui aiment l’archéologie. L’application propose des jeux et des puzzles sur deux sites archéologiques célèbres, Lod et Qumran, et permet d’en savoir plus, notamment, sur les Rouleaux de la Mer Morte. Une...

Yaël Ancri (IsraPresse) | High-Tech

Trois microsatellites Samson ont été lancés à partir d’un avion, sur une orbite basse de 300/600 km, en formation. Mis au point par le Technion de Haïfa, sous la direction du Pr Pini Gourfil, en coopération avec les sociétés Rafael et Israel Aerospace Industries, chaque satellite est construit à partir de six cubes dont le volume ne dépasse pas 10cm3 et pour un poids total de 8 kg. Ces micr...

Israelmagazine | High-Tech

Innovation Made in Israel. Selon (1) : "Chaque jour, des pirates volent les données de millions de personnes dans le monde en s’introduisant dans les messageries privées. Problème : les logiciels antivirus n’informent l’utilisateur qu’après coup. La start-up israélienne LogDog a donc créé une application smartphone qui prévient en temps réel en cas d’attaque sur un compte Gmail, Yahoo, Face...

La Tribune | High-Tech

Selon (1) : "Avec l’allongement de l’espérance de vie, de plus en plus de personnes vivront avec la dégénérescence maculaire liée à l’âge (DMLA), une détérioration naturelle de la rétine survenant après 50 ans et qui dégrade progressivement la vue. Pour améliorer cela, des chercheurs de l’université de Tel-Aviv travaillent à l’élaboration d’une rétine artificielle. Celle-ci serait capable d...

La Tribune | High-Tech

Nouveau succès pour la biotech d'Israël. Novartis a signé un accord avec Mnemosyne (Clal Biotechnology Industries Ltd.) pour un montant global de $380 millions de royalties potentielles. Novartis est depuis 2012 devenu le premier groupe pharmaceutique au monde. Il détient 6 % du marché mondial de vaccins. La société israélienne Mnemosyne est active dans la lutte contre une maladie génétique....

Dan Rosh (Tel Aviv) | High-Tech

2 jeunes Franco-Israéliens ont lancé REM1ND.ME, une solution très simple et maligne pour ne plus jamais oublier un message dont la réponse se fait attendre. Il s’agit d’un assistant virtuel qui permet de ne plus jamais perdre de vue les mails importants. « Il est rare d’obtenir du premier coup l’accord d’un client potentiel. Seuls des arguments ciblés et un timing parfait permettent de faire...

Talia Blum | High-Tech