Sep 19

ISRAELVALLEY SUISSE. LA CONFEDERATION HELVETIQUE DEVRAIT ACHETER DES DRONES ISRAELIENS D'EXPLORATION. LE CHOIX DEVRAIT SE FAIRE ENTRE ELBIT ET ISRAEL AEROSPACE INDUSTRIES.

Authors picture

IsraelValley Desk | High-Tech

La Suisse effectuera une série de vols d’évaluation en septembre et octobre sur l’aérodrome militaire d’Emmen, pour l’acquisition du nouveau système de drones d’exploration ( ADS 15 ), a annoncé fin Aout le Département fédéral de la défense, de la protection de la population et des sports suisse (DDPS).

Sur les onze systèmes de neuf entreprises qui entraient initialement en question, ceux des sociétés Israel Aerospace Industries LTD et Elbit Systems restent encore en lice, a précisé le DDPS. Les tests seront effectués en septembre et octobre par une équipe de projet composée de spécialistes des Forces aériennes suisses et d’armasuisse. Les vols de tests se dérouleront en Suisse centrale et au Jura.

Ces vols font partie de l’ensemble de l’évaluation des deux systèmes de drones entrant en question pour l’acquisition, à savoir le Hermes 900 ( Elbit ) et le Heron 1 ( IAI ). Le choix du type est prévu dans le courant du premier semestre de 2014, et l’acquisition avec le programme d’armement de 2015. Actuellement, les Forces aériennes suisses utilisent le drone d’exploration 95 ( ADS 95 ), qui atteindra le terme de sa durée d’utilisation ces années prochaines a expliqué le DDPS.

ISRAELVALLEY DANS NOS ARCHIVES
La Suisse va acquérir six drones d’un coût de 300 à 400 millions de francs. Armasuisse choisira son prochain drone entre deux modèles israéliens. Israeli Aerospace Industries LTD et Elbit Systems sont les deux dernières entreprises sur neuf restées en lice pour remplacer les ADS 95 qui arrivent en fin de course après 12 ans d’exploitation.

Les deux constructeurs doivent soumettre d’ici août 2012 une offre détaillée, a indiqué lundi Armasuisse dans un communiqué. Les tests porteront sur les avions sans pilote de type Hermes 900 de la société Elbit et Heron 1 de l’entreprise Israeli Aerospace Industries dans la deuxième moitié 2012. Le choix définitif se fera en 2014.

La Suisse compte acquérir 6 drones pour un coût compris entre 300 et 400 millions de francs. Cette somme inclut les aéronefs, la formation, la maintenance et l’entraînement, a précisé Kaj-Gunnar Sievert, porte-parole d’armasuisse. Les appareils doivent être livrés en 2015.

L’actuel drone ADS 95 est utilisé par l’armée mais sert aussi à d’autres autorités comme les gardes-frontière et la police.

ISRAELVALLEY PLUS DANS NOS ARCHIVES
Pour la surveillance aérienne du champ de bataille, Israël mise bien évidemment sur les nombreux types de drones qu’elle a développé. Véritable précurseur en la matière, l’Etat hébreu a inspiré de nombreuses armées étrangères. De l’Afghanistan à l’Irak, en passant par la Géorgie et le Cachemire, il n’est pas de théâtre d’opérations où les avions sans pilote israéliens ne soient pas engagés.

Dans ce domaine de l’aéronautique, Israël représente le seul concurrent sérieux des Etats-Unis, notamment des constructeurs General Atomics et Northrop Grumman, qui développent les appareils Predator et Global Hawk. Sur le plan commercial, les drones constituent également le système que les Israéliens exportent le mieux. Pour preuve, la société Elbit Systems, via sa filiale Silver Arrow, inonde le marché mondial de ses Hunter, Hermes, Heron et autres dérivés de drones développés en partenariat avec l’Union européenne1.

En l’espace d’une décennie, outre les Etats-Unis et les pays européens comme la France, Israël a su vendre son savoir-faire aux quatre coins de la planète : Brésil, Mexique, Australie, Nigéria, Corée du Sud, Inde, etc. Ces contrats rapportent chaque année des centaines de millions de dollars à l’Etat hébreu. Et comme souvent lorsqu’il s’agit d’armements, les affaires s’accommodent étrangement de la réalité géopolitique. En avril 2010, la Russie a ainsi fait part de son intention d’acquérir une cinquantaine de drones auprès d’Israël : Bird-Eye 400, I-View MK150 et Searcher MK II. Ce type d’appareil avait pourtant été vendu à l’armée géorgienne juste avant que celle-ci ne déclenche son offensive en Ossétie du Sud.

Cette omniprésence israélienne sur le marché des avions sans pilote n’est pas née du hasard. Au début des années 1970, les Israéliens sont les premiers à concevoir une nouvelle génération de drones ne se limitant pas seulement à être programmés sur des cibles, mais télécommandables à distance. Pendant la guerre de Kippour, l’utilisation massive de missiles sol-air SAM par les armées arabes anéantit 40% de l’aviation israélienne et démontre la nécessité d’élaborer un outil de renseignement en temps réel, en mesure de protéger la vie des pilotes. Le Mastiff fut le tout premier drone produit par l’industrie aéronautique israélienne. Très rapidement, l’aviation de Tsahal comprend l’intérêt tactique d’une telle technologie et lance plusieurs programmes de développement.

En 1982, les drones israéliens sont pour la première fois engagés massivement sur le champ de bataille. Au cours de l’offensive terrestre menée au Sud-Liban contre les bases de l’OLP, ces appareils font étalage de leur efficacité en détruisant les 28 sites de missiles SAM déployés par la Syrie. Cette performance bouleverse les doctrines militaires de l’époque. L’armée américaine ne tarde pas à suivre l’exemple en s’associant durablement à Israel Aircraft Industries (IAI). Dans les années 1990, les avions sans pilote Pionneer et Hunter font leur apparition dans la guerre du Golfe, puis en Libye, au Kosovo et en Serbie. Plus récemment, ces drones se sont montrés décisifs lors de la bataille de Falloujah contre les insurgés irakiens et servent régulièrement à déloger les Talibans des provinces afghanes. Avec les drones, tout un éventail d’applications a vu le jour dans le domaine de la défense : drones espion, bombardier, leurre, radar, transmission, cartographie, etc. Ces avancées militaires ont naturellement généré de nouveaux concepts civils2. La technologie d’avions sans pilote israélienne a permis de lancer de nombreuses initiatives comme la surveillance du trafic routier et des frontières, la météo, la lutte contre les incendies de forêts ou les réseaux de transmission téléphoniques.

L’utilisation d’avions sans pilote est aujourd’hui devenue indispensable pour toute force armée engagée sur un front. Au sein de Tsahal, le drone le plus utilisé actuellement est le Heron. Avec une charge utile de 300 kilos pour une longueur de 17 mètres, cet appareil sert notamment à la surveillance de la bande de Gaza et des zones chiites du Sud-Liban. Sa version améliorée, appelée Heron TP ou Eitan, peut emporter jusqu’à 700 kilos de charge. Illustration de leur rôle croissant dans les opérations, le temps de vol des drones israéliens a décuplé depuis la deuxième guerre du Liban, passant de 4176 heures par an en 2006 à près de 15.000 heures en 2008.

Dernièrement, les unités d’infanterie israéliennes ont toutes été équipées du micro-drone Skylark, développé par Elbit. Ce système portatif permet de sécuriser la progression de fantassins engagés dans des combats en zone urbaine. A l’instar du Skylark, d’autres modèles appartenant à la génération des mini-drones sont devenus opérationnels. Produit de l’IAI, le Mosquito est utilisé pour couvrir la progression des unités combattantes en position avancée. Il dispose de caractéristiques impressionnantes : une envergure de 13 centimètres et un poids variant entre 250 et 500 grammes selon les modèles. Seul handicap : sa portée de 1500 mètres oblige une utilisation limitée et ciblée. D’autres drones de petite dimension sont également utilisés pour surveiller les Territoires palestiniens. L’un d’entre eux, Birdy, 1,3 kilo, dispose d’une portée de 5 kilomètres et peut être facilement manipulé par un seul soldat. Légèrement plus lourd, le mini-drone Spy There peut effectuer des missions sur un rayon de 10 km.

Maxime Perez

Coup de tonnerre dans l'industrie du software en Israël. Le groupe américain Harman rachète pour 170 millions de dollars l'israélien Red Bend. Fondée en 1999, Red Bend Software est une entreprise privée, au capital-risque financé société possède des bureaux en Chine, Israël, le Japon, la Corée, le Royaume-Uni et les Etats-Unis 1. Red Bend Software est le leader mondial de solutions de gesti...

Eyal Dayan (Rehovot) | High-Tech

Un excellent article paru dans L'Atelier explique de manière rationnelle les raisons qui poussent les "Gafa" à investir et racheter des startups. Israël est bien le lieu de rêve de Google, Apple, Facebook et Amazon. Arthur de Villemandy : "Les GAFA (acronyme pour Google, Apple, Facebook et Amazon) ont assis leur suprématie en générant des revenus gigantesques (déjà 123 milliards de dollars e...

IsraelValley Desk | High-Tech

Google est devenu incontournable en Israël. et son impact est réel dans tout l'écosystème de la startup Ntion. cela va être aussi le cas en Europe. Selon Eliane HONG : "La création de Google Ventures Europe apportera de nouvelles ressources dans l’écosystème d’innovation européen mais il devra s’adapter au marché local pour se développer de manière optimale. Pour l’année 2013, les investisse...

IsraelValley Desk | High-Tech

Un excellent article de Arthur de Villemandy de L'Atelier (Copyrights) qui explique mieux que quiconque pourquoi des startups (entre autres israéliennes) se délocalisent sans aucun complexe : "Même si l’écosystème entrepreneurial européen est encore fragile et naissant, de nouvelles sources de financement apparaissent et vont permettre aux start-up embryonnaires de sécuriser des tours de tables...

IsraelValley Desk | High-Tech

Silicon Wadi : "Deux entrepreneurs ultra-orthodoxes de Benei Brak, la ville ultra-religieuse de la banlieue de Tel-Aviv, lancent le tout premier incubateur High-Tech Haredi. Selon Yitzik Krombi, l’un des deux fondateurs, en 2014, 8 000 ultraorthodoxes suivaient des études dans le secteur du high-tech. “Même si le milieu des entrepreneurs ultra-orthodoxes reste plutôt masculin, il existe en ...

Siilcon Wadi | High-Tech

Samsung a fait l’acquisition de 2 startups israéliennes en à peine une semaine. Deux investissements de 10 millions de dollars américains chacun ont permis le rachat de Rounds et d’EarlySense, respectivement spécialisées dans les applications de communication sur internet et de suivi médical de patients à distance. Le géant coréen compte ainsi intégrer les applications israéliennes à son savoir...

Citizenkane | High-Tech

Selon frenchweb.fr (copyrights) : "C’est la plus grosse acquisition de Dropbox en nombre d’employés: l’entreprise américaine vient de faire l’acquisition de CloudOn, prenant la main sur la trentaine d’employés de cette start-up basée à Herzliya. Un moyen pour le service de stockage et de transfert de fichiers de s’implanter en Israël, deux ans après avoir ouvert son premier bureau en Europe...

Adeline Raynal (frenchweb) | High-Tech

Rarissime. Un site antisioniste majeur vient de faire paraître un article tout a fait intéressant sur la liaison hightech, politique et pouvoir d'influence (extraits) : "L’Inde a fait la découverte d’un marché israélien high-tech qui cible l’industrie militaire et la société civile. Si le marché israélien est en plein essor c’est plus ou moins grâce à l’Inde et à sa soif de technologie militair...

IsraelValley Desk | High-Tech

1. Conservation des fruits : le monde entier s’intéresse à Pimi Agro Conservation des fruits : le monde entier s’intéresse à Pimi Agro. Environ 30% des fruits sont déjà impropres à la consommation avant d’atteindre le consommateur. Pour réduire ces pertes, Nimrod Ben-Yehuda a créé Pimi Agro, il y a 15 ans. Il s’agit d’une solution naturelle, sans produits chimiques, permettant de garder frais,...

SiliconWadi | High-Tech

Communiqué Officiel de Ubifrance : Les "French Tech Days Israël" seront organisés par Ubifrance du 7 au 9 juin 2015, et bénéficiez ainsi : - d'une mise en avant commerciale de vos produits et solutions auprès des grands comptes israéliens (opérateurs, intégrateurs, banques...) - d'un positionnement privilégié auprès des décideurs locaux pour une projection immédiate sur le marché israélie...

Karen Gordon (Ubifrance) | High-Tech

L’observatoire Netexplo a choisi, pour la 8ème édition de son forum dédié aux grandes tendances digitales, le thème "My smart life ?". Le numérique ne serait donc pas forcément intelligent ? Après “My life with the cloud” en 2013, “My life with data” en 2014, la grande tendance numérique de 2015, selon l’observatoire Netexplo, sera "My smart life ?". Après les réseaux bienveillants et l’inva...

IsraelValley Desk | High-Tech

Les dix innovations numériques mondiales les plus prometteuses - Quel melon est le plus sucré ? Cet avocat est-il mûr ? Ma plante verte se porte-t-elle bien ? Combien de calories y'a-t-il dans ce morceau de fromage ? Répondre à toutes ces questions sera bientôt un jeu d'enfant, grâce au petit capteur moléculaire de poche qu'a conçu la start-up israëlienne Scio. " Chaque type de molécule vib...

IsraelValley Desk | High-Tech

NazTech n'est que la partie émergée de l'écosystème de Nazareth. Comment cette localité de 80.000 âmes, dont 70 % de musulmans, est-elle devenue la ville pilote de l'intégration des Arabes israéliens au secteur des hautes technologies ? Tout a commencé à la fin des années 2000, grâce à la volonté d'une poignée d'entrepreneurs juifs et arabes et du secteur privé, de faire bouger les choses e...

Nathalie Hamou (Les Echos) | High-Tech

C'est au bout d'une ruelle bordée de cafés et d'échoppes de jus de grenade, à 100 mètres de la basilique de l'Annonciation de Nazareth, que se niche la couveuse. Ce jour-là, Jafar Sabbah fait le pitch de sa start-up, Beam Riders, une plateforme mobile en arabe spécialisée dans les « apps » et les jeux pour les 6-12 ans. « Il y a 350 millions d'arabophones dans le monde, et l'on ne trouve qu...

Nathalie Hamou (Les Echos) | High-Tech

La ministre de l'Écologie Ségolène Royal représentera la France aux funérailles en Israël des victimes de l'attaque contre l'Hyper Cacher de Paris. Elle sera ce mardi à Jérusalem. EDITORIAL. Depuis des mois aucun Ministre Français n'était venu en Israël. Depuis la venue de François Hollande en novembre 2013 les visites se sont bloquées pour des raisons politiques (conflit moyen-oriental). I...

Daniel Rouach | High-Tech