Sep 19

ISRAELVALLEY SUISSE. LA CONFEDERATION HELVETIQUE DEVRAIT ACHETER DES DRONES ISRAELIENS D'EXPLORATION. LE CHOIX DEVRAIT SE FAIRE ENTRE ELBIT ET ISRAEL AEROSPACE INDUSTRIES.

Authors picture

IsraelValley Desk | High-Tech

La Suisse effectuera une série de vols d’évaluation en septembre et octobre sur l’aérodrome militaire d’Emmen, pour l’acquisition du nouveau système de drones d’exploration ( ADS 15 ), a annoncé fin Aout le Département fédéral de la défense, de la protection de la population et des sports suisse (DDPS).

Sur les onze systèmes de neuf entreprises qui entraient initialement en question, ceux des sociétés Israel Aerospace Industries LTD et Elbit Systems restent encore en lice, a précisé le DDPS. Les tests seront effectués en septembre et octobre par une équipe de projet composée de spécialistes des Forces aériennes suisses et d’armasuisse. Les vols de tests se dérouleront en Suisse centrale et au Jura.

Ces vols font partie de l’ensemble de l’évaluation des deux systèmes de drones entrant en question pour l’acquisition, à savoir le Hermes 900 ( Elbit ) et le Heron 1 ( IAI ). Le choix du type est prévu dans le courant du premier semestre de 2014, et l’acquisition avec le programme d’armement de 2015. Actuellement, les Forces aériennes suisses utilisent le drone d’exploration 95 ( ADS 95 ), qui atteindra le terme de sa durée d’utilisation ces années prochaines a expliqué le DDPS.

ISRAELVALLEY DANS NOS ARCHIVES
La Suisse va acquérir six drones d’un coût de 300 à 400 millions de francs. Armasuisse choisira son prochain drone entre deux modèles israéliens. Israeli Aerospace Industries LTD et Elbit Systems sont les deux dernières entreprises sur neuf restées en lice pour remplacer les ADS 95 qui arrivent en fin de course après 12 ans d’exploitation.

Les deux constructeurs doivent soumettre d’ici août 2012 une offre détaillée, a indiqué lundi Armasuisse dans un communiqué. Les tests porteront sur les avions sans pilote de type Hermes 900 de la société Elbit et Heron 1 de l’entreprise Israeli Aerospace Industries dans la deuxième moitié 2012. Le choix définitif se fera en 2014.

La Suisse compte acquérir 6 drones pour un coût compris entre 300 et 400 millions de francs. Cette somme inclut les aéronefs, la formation, la maintenance et l’entraînement, a précisé Kaj-Gunnar Sievert, porte-parole d’armasuisse. Les appareils doivent être livrés en 2015.

L’actuel drone ADS 95 est utilisé par l’armée mais sert aussi à d’autres autorités comme les gardes-frontière et la police.

ISRAELVALLEY PLUS DANS NOS ARCHIVES
Pour la surveillance aérienne du champ de bataille, Israël mise bien évidemment sur les nombreux types de drones qu’elle a développé. Véritable précurseur en la matière, l’Etat hébreu a inspiré de nombreuses armées étrangères. De l’Afghanistan à l’Irak, en passant par la Géorgie et le Cachemire, il n’est pas de théâtre d’opérations où les avions sans pilote israéliens ne soient pas engagés.

Dans ce domaine de l’aéronautique, Israël représente le seul concurrent sérieux des Etats-Unis, notamment des constructeurs General Atomics et Northrop Grumman, qui développent les appareils Predator et Global Hawk. Sur le plan commercial, les drones constituent également le système que les Israéliens exportent le mieux. Pour preuve, la société Elbit Systems, via sa filiale Silver Arrow, inonde le marché mondial de ses Hunter, Hermes, Heron et autres dérivés de drones développés en partenariat avec l’Union européenne1.

En l’espace d’une décennie, outre les Etats-Unis et les pays européens comme la France, Israël a su vendre son savoir-faire aux quatre coins de la planète : Brésil, Mexique, Australie, Nigéria, Corée du Sud, Inde, etc. Ces contrats rapportent chaque année des centaines de millions de dollars à l’Etat hébreu. Et comme souvent lorsqu’il s’agit d’armements, les affaires s’accommodent étrangement de la réalité géopolitique. En avril 2010, la Russie a ainsi fait part de son intention d’acquérir une cinquantaine de drones auprès d’Israël : Bird-Eye 400, I-View MK150 et Searcher MK II. Ce type d’appareil avait pourtant été vendu à l’armée géorgienne juste avant que celle-ci ne déclenche son offensive en Ossétie du Sud.

Cette omniprésence israélienne sur le marché des avions sans pilote n’est pas née du hasard. Au début des années 1970, les Israéliens sont les premiers à concevoir une nouvelle génération de drones ne se limitant pas seulement à être programmés sur des cibles, mais télécommandables à distance. Pendant la guerre de Kippour, l’utilisation massive de missiles sol-air SAM par les armées arabes anéantit 40% de l’aviation israélienne et démontre la nécessité d’élaborer un outil de renseignement en temps réel, en mesure de protéger la vie des pilotes. Le Mastiff fut le tout premier drone produit par l’industrie aéronautique israélienne. Très rapidement, l’aviation de Tsahal comprend l’intérêt tactique d’une telle technologie et lance plusieurs programmes de développement.

En 1982, les drones israéliens sont pour la première fois engagés massivement sur le champ de bataille. Au cours de l’offensive terrestre menée au Sud-Liban contre les bases de l’OLP, ces appareils font étalage de leur efficacité en détruisant les 28 sites de missiles SAM déployés par la Syrie. Cette performance bouleverse les doctrines militaires de l’époque. L’armée américaine ne tarde pas à suivre l’exemple en s’associant durablement à Israel Aircraft Industries (IAI). Dans les années 1990, les avions sans pilote Pionneer et Hunter font leur apparition dans la guerre du Golfe, puis en Libye, au Kosovo et en Serbie. Plus récemment, ces drones se sont montrés décisifs lors de la bataille de Falloujah contre les insurgés irakiens et servent régulièrement à déloger les Talibans des provinces afghanes. Avec les drones, tout un éventail d’applications a vu le jour dans le domaine de la défense : drones espion, bombardier, leurre, radar, transmission, cartographie, etc. Ces avancées militaires ont naturellement généré de nouveaux concepts civils2. La technologie d’avions sans pilote israélienne a permis de lancer de nombreuses initiatives comme la surveillance du trafic routier et des frontières, la météo, la lutte contre les incendies de forêts ou les réseaux de transmission téléphoniques.

L’utilisation d’avions sans pilote est aujourd’hui devenue indispensable pour toute force armée engagée sur un front. Au sein de Tsahal, le drone le plus utilisé actuellement est le Heron. Avec une charge utile de 300 kilos pour une longueur de 17 mètres, cet appareil sert notamment à la surveillance de la bande de Gaza et des zones chiites du Sud-Liban. Sa version améliorée, appelée Heron TP ou Eitan, peut emporter jusqu’à 700 kilos de charge. Illustration de leur rôle croissant dans les opérations, le temps de vol des drones israéliens a décuplé depuis la deuxième guerre du Liban, passant de 4176 heures par an en 2006 à près de 15.000 heures en 2008.

Dernièrement, les unités d’infanterie israéliennes ont toutes été équipées du micro-drone Skylark, développé par Elbit. Ce système portatif permet de sécuriser la progression de fantassins engagés dans des combats en zone urbaine. A l’instar du Skylark, d’autres modèles appartenant à la génération des mini-drones sont devenus opérationnels. Produit de l’IAI, le Mosquito est utilisé pour couvrir la progression des unités combattantes en position avancée. Il dispose de caractéristiques impressionnantes : une envergure de 13 centimètres et un poids variant entre 250 et 500 grammes selon les modèles. Seul handicap : sa portée de 1500 mètres oblige une utilisation limitée et ciblée. D’autres drones de petite dimension sont également utilisés pour surveiller les Territoires palestiniens. L’un d’entre eux, Birdy, 1,3 kilo, dispose d’une portée de 5 kilomètres et peut être facilement manipulé par un seul soldat. Légèrement plus lourd, le mini-drone Spy There peut effectuer des missions sur un rayon de 10 km.

Maxime Perez

Jeudi dernier, au cœur du superbe Centre pour la Paix Shimon Peres se déroulait la quatrième édition de la Conférence Ecomotion. Cet événement annuel, organisé par le Président de la joint-venture Boaz Mamo, a réuni une fois de plus les start-up israéliennes et les investisseurs du monde entier du secteur du transport intelligent (Smart Transportation). Boaz Mamo s’est logiquement montré sat...

Nathan Sarel (Tel Aviv) | High-Tech

C'est le méga-deal de la semaine. Le sowftare spécialiste, Nice Systems, a fait l'acquisition de inContact (Etats-Unis) pour un montant record de $870 Millions. NICE est une société israélienne basée à Raanana, distribuant des systèmes d’information et des produits de sécurité dans plus de 100 pays. Elle est spécialisée dans la surveillance des réseaux téléphoniques, par enregistrement et a...

Dan Rosh | High-Tech

La start-up israélienne SkyFi a développé un nouveau modèle de nano-satellite susceptible d’offrir au monde une connexion à haut-débit. Ceux-ci son petits et peu coûteux. Ils sont lancés par grappes et se déplient dans l’espace pour former un grand système de communication. Selon Raz Itzhaki-Tami, président de l’Association isrélienne des Nano-Satellites, PDG et co-fondateur de SkyFi, le la...

Nathan Sarel (Tel Aviv) | High-Tech

UN 1ER BILAN SUR LA CYBERSECURITE. Israël est l’un des leaders mondiaux dans le domaine de la cybersécurité. Un tel essor a notamment été permis par une coopération entre l’armée, le gouvernement, le secteur privé et le monde éducatif d’un niveau “inégalé dans le monde occidental” rapporte le Washington Post. La cybersécurité israélienne génère annuellement un demi-milliard de dollars, se pl...

Nathan Sarel (Tel Aviv) | High-Tech

En 2014, Israël était classé premier pays au monde dans le domaine de l’innovation liée aux technologies propres (CleanTech) selon le classement “Global CleanTech Innovation Index 2014”. Doté d’une très forte culture entrepreneuriale, d’un système éducatif de haut niveau et confronté à d’importantes contraintes géographiques et naturelles, Israël réunit des conditions particulièrement propices ...

Nathan Sarel (Tel Aviv) | High-Tech

La startup française Heetch poursuit son développement international et participe à une délégation française à Tel-Aviv afin d’y évaluer l’opportunité d’un futur lancement. Cette visite fait suite au succès rencontré en France depuis sa création, et au lancement de son service fin 2015 à Varsovie et début mai à Stockholm. La startup espère ainsi lancer son application dans une nouvelle ville...

IsraelValley Plus | High-Tech

"Apporter aujourd’hui la technologie de demain” est la devise de Sirin labs, start-up israélo-britannique et nouveau fabriquant de smartphone haut de gamme ayant pour objectif d’assurer une sécurité optimale à tous ses utilisateurs en s’appuyant sur l’expertise israélienne en matière de cybersécurité. Le projet est né en 2013 entre Moshe Hogeg et l’investisseur Kenges Rakishev. L’aventure a ...

IsraelValley Plus | High-Tech

L’hydroponique est une technique consistant à cultiver les plantes dans l’eau et pas dans le sol, elle existe depuis longtemps puisque les aztèques l’utilisaient déjà. Mais Moti Cohen, un chercheur israélien qui dirige la société LivinGreen, veut la remettre au goût du jour et surtout lui adjoindre la pisciculture pour optimiser les résultats. En effet, il cultive les plantes dans les bassi...

IsraelValley Plus | High-Tech

Bnei Brak se développe, se modernise pour mieux coller aux réalités de l’Etat et à son activité économique. Par Noémie Grynberg pour Israël Magazine. Aujourd’hui Bnei Brak n’est plus seulement la ville des Yéshivot. En bordure de Tel-Aviv, dans la région Centre, la plus dynamique du pays, la cité mue et se transforme. Pour commencer, il y a un an, la localité la plus dense d’Israël (170.0...

IsraelValley Plus | High-Tech

Le rédacteur en chef du site Economie Matin, Jean-Baptiste Giraud, s’est rendu en Israël en 2016 pour dénicher des "innovations qui vont nous changer la vie". Dans un entretien accordé à la station de radio RTL M. Giraud a déclaré « Tel-Aviv, pour ceux qui ne le savent pas, c’est la Californie, la Silicon Valley israélienne. À une différence près : là-bas, les inventeurs ont les mains libres...

IsraelValley Desk | High-Tech

La start-up israélienne Gaash Lighting est à l’origine d’Apollo, un lampadaire haute-technologie qui, en plus d’éclairer la voie, est doté de nombreuses fonctions additionnelles. Le système a été dévoilé en février, à la conférence “Smart Cities” d’Eilat. Tout en équipant ses luminaires de LED basse-consommation, Gaash Lighting y incorpore plusieurs caméras de surveillances en plus d’un syst...

Nathan Sarel (Tel Aviv) | High-Tech

Consumer Physics annonce la mise au point d’un scanner de taille très réduite, utilisable sous forme de boîtier, relié par internet à un téléphone portable pour scanner les aliments. Connecté à un smartphone, il permettra de détecter tous les allergènes, les produits chimiques, les nutriments et les calories présents dans les aliments. Il sera possible par exemple, de scanner une pomme pour ...

IsraelValley Plus | High-Tech

Comme annoncé en décembre dernier par IsraelValley News, l’application Serenita est disponible sur les magasins d’applications des systèmes iOS et Android. Retour sur une technologie d’avenir. La société israélienne Eco-Fusion a en effet développé une application mobile capable de mesurer votre niveau de stress et de vous aider à réduire celui-ci tout au long de la journée grâce à des exercice...

Nathan Sarel (Tel Aviv) | High-Tech

Selon Globes.co, les conducteurs n’utilisent des outils d’assistance à la navigation que sur 5% du réseau routier mondial. Cependant, le succès des applications offrant ce type de service est indéniable. On compte actuellement plus d’une centaine d’applications mobiles y étant spécifiquement dédiées. La start-up israélienne Cellepathy est l’une de ces sociétés développant ce type d’outils. ...

Nathan Sarel | High-Tech

Tikkun Olam Makers organise des “makethons” où les ingénieurs inventent des produits pour les handicapés. La start-up israélienne Paratrek a créé un fauteuil roulant amélioré, qui permet aux paraplégiques de faire des randonnées, pendant un makethon. Selon timesofisrael.com : "Google va financer à hauteur de 700 000 dollars une initiative israélienne visant à produire des technologies pour a...

IsraelValley Plus | High-Tech