Sep 18

ISRAELVALLEY. SUISSE ET ISRAËL : UNE POLEMIQUE ENTRE ELBIT ET PILATUS SUR L'UTILISATION D'AVIONS. L’avionneur Suisse Pilatis est un leader mondial des avions d’instruction militaires.

Authors picture

IsraelValley Desk | Défense

Headline image

De temps à autres des litiges (secteur bancaire,…) émergent entre des Suisses et Israël. Cette fois-ci cela concerne le secteur militaire. Selon swissinfo.ch : "Les commandes affluent chez Pilatus. L’avionneur suisse est devenu un leader mondial des avions d’instruction militaires. Un succès qui s’explique par les performances des appareils, mais aussi par une spécialisation dans un marché toujours plus maigre et délaissé par la concurrence. Basée à Stans, dans le canton de Nidwald, la société Pilatus a vu ses résultats s’envoler l’an dernier. L’avionneur a notamment annoncé un chiffre d’affaires record de 781 millions de francs, en progression de près de 14% par rapport à 2010.

Et l’avenir pourrait être bien plus faste encore. Depuis le début de l’année, la firme a enregistré des commandes pour 154 appareils, dont 79 de ses tout derniers PC-21. Mais comment expliquer un tel succès, accompagné régulièrement de controverses en raison de l’emploi d’avions Pilatus observé sur plusieurs théâtres de guerre ces dernières années?

Un appareil tout en un
Dans la revue d’aéronautique en ligne Flightglobal, le pilote britannique Peter Collins lève un coin du voile. En butte aux contraintes budgétaires, beaucoup de forces aériennes sont face à un dilemme: comment produire des pilotes hautement entraînés aux techniques de vol et d’attaque en un minimum de temps et de coûts?

«A l’avenir, nous aurons besoin d’un avion d’entraînement facile d’entretien mais présentant de si hautes performances et embarquant un système de simulation si sophistiqué qu’il peut remplacer trois ou quatre types d’appareils et ainsi couvrir l’ensemble du programme d’instruction», explique-t-il. Or le PC-21 répond à ces critères, estime le pilote d’essai, qui a lui-même testé l’appareil.

«Les forces aériennes suisses ont démontré que l’on peut utiliser le PC-21 tout au long du processus de formation, confirme Max Ungricht, rédacteur en chef de la revue suisse Cockpit. C’est quelque chose qui n’existait pas auparavant. On a toujours eu deux ou trois types d’avions entre le premier appareil d’entraînement et l’avion de chasse. Cela coûte plus cher et prend davantage de temps. Le système de Pilatus présente donc un très grand avantage.»

Un cockpit sur mesure

Deux caractéristiques notamment font que le PC-21 répond aux critères. Tout d’abord, bien qu’il soit équipé d’une hélice turbopropulseur, l’avion se comporte comme un avion à réaction.

«Il est conçu de manière à ne pas présenter le désavantage typique d’un avion à hélice, à savoir une tendance à être déporté sur le côté à cause du mouvement du moteur et de la pression engendrée par l’hélice sur le fuselage, explique Max Ungricht. Sur le PC-21, la correction de trajectoire est automatique, ce qui n’existe pas sur les autres appareils comparables. Le pilote a donc la sensation de piloter un jet, dont la propulsion est toujours droite.»

Outre le comportement de l’appareil, cette sensation de piloter un jet est encore renforcée à l’intérieur du cockpit. «Le cockpit du PC-21 est très proche de celui d’un F/A-18», relève Max Ungricht.

Mais cet intérieur peut aussi être aménagé sur mesure. Dans son rapport, Peter Collins souligne que la société Pilatus peut rendre son cockpit similaire à celui des avions de chasse les plus modernes, comme le Mirage 2000, l’Eurofighter ou le Saab Gripen.

Très bon rapport qualité-prix

Mais les innovations du dernier PC-21 n’expliquent pas à elles seules les succès commerciaux de Pilatus. La société de Stans bénéficie également d’une excellente image et d’une expérience de plusieurs décennies.

«Pilatus a commencé en 1947 avec son premier modèle, le PC-2, qui était déjà un avion d’entraînement très avancé pour l’époque, déclare le pilote et instructeur de vol Raoul Weit. La firme s’est dès le début concentrée sur deux objectifs: la réduction de coûts par rapport à des appareils plus gros et puissants, et des qualités de vol exceptionnelles qui rendent leurs appareils très agréables à piloter.»

«Les PC sont très fiables, poursuit-il. Le rapport qualité-prix est vraiment exceptionnel pour l’utilisateur. Dans les forces aériennes suisses, on voit aujourd’hui encore des PC-7 qui ont plus de 30 ans, mais qui sont encore comme neufs. Cela fait clairement une différence pour un opérateur qui se retrouve avec une machine qui ne vieillit jamais, sauf évidemment au niveau technologique. C’est certainement aussi l’une des clefs du succès de Pilatus.»

Toujours moins de concurrence

Reste que Pilatus a également l’avantage d’évoluer dans un marché où la concurrence se fait toujours moins vive. La baisse du nombre d’avions de combat fait que le nombre d’avions d’entraînement diminue également. Beaucoup de constructeurs ont donc abandonné ce secteur.

«Encore dans les années 1980, on comptait un demi-millier de jets en Suisse contre seulement 35 aujourd’hui, rappelle Raoul Weit. Il fallait donc former entre 70 et 80 pilotes par an, contre 8 aujourd’hui. Les autres pays européens, pour des raisons financières, ont aussi réduit la voilure, ce qui se répercute sur le marché des avions d’entraînement.»

Une concurrence moins vive, certes, mais néanmoins encore active. Par exemple avec l’industrie aéronautique russe qui intéresse une dizaine de pays avec son nouvel avion d’entraînement et de combat Iak-130, ou encore l’italienne qui a vendu mi-juillet 30 jets d’entraînement biplaces M-346 à l’armée de l’air israélienne.

Problème pour la neutralité

Les exportations de Pilatus créent cependant régulièrement la polémique. En effet, ces avions d’entraînement peuvent être armés après coup et utilisés notamment pour l’attaque au sol. Ce qui pose un problème au concept de neutralité suisse, qui interdit d’exporter des armes vers les zones en conflit.

La patron de Pilatus Oscar Schwenk a admis début août qu’une société israélienne, Elbit Systems, était capable d’armer des modèles anciens comme le PC-7 et le PC-9. Les nouveaux PC-21 ne peuvent en revanche être armés sans l’assistance de Pilatus, car il s’agit d’un «avion très complexe qui ne fonctionne qu’assisté par ordinateur», a-t-il assuré dans une interview au journal économique Handelszeitung.

Le patron de Pilatus a indiqué avoir demandé au gouvernement suisse d’intervenir auprès de l’ambassadeur d’Israël à Berne. Une démarche pour l’heure restée sans suite.

Les spécialistes consultés par swissinfo.ch considèrent cependant que la polémique autour de l’armement des PC constitue un faux-problème. «Les résultats n’ont pas du tout été probants, estime Raoul Weit. Les PC ne sont structurellement pas dessinés pour supporter des bombes ou des missiles. Certes, on peut toujours essayer d’armer un PC, mais l’aérodynamique est une science, et il est difficile d’aller à l’encontre de ses règles de bases.»

«On peut armer tous les avions, même le mien, s’emporte Max Ungricht. Mais dans le concept, le PC n’est pas du tout un avion de combat. Il est dommage qu’en Suisse, on ait davantage critiqué Pilatus pour ces questions d’armement plutôt que souligné le succès extraordinaire de cette petite société.»

Source: Olivier Pauchard, swissinfo.ch

ECHEC au BDS. Une filiale de Elbit (électronique de défense) remporte un contrat important ($150 Millions) en Europe. Elbit Systems a annoncé cette semaine que l'une de ses filiales en Europe sera chargée de fournir des systèmes avancés pour les soldats d’infanterie dans les pays du Benelux (Belgique, Pays-Bas et Luxembourg). Le contrat (durée de cinq ans) stipule que le maître d’œuvre du p...

Ilan Rosenthal (Kfar Hanassi) | Défense

Buenos Aires a signé un contrat de 111 millions de dollars avec Israël pour moderniser 74 tanks fabriqués en Argentine. L'accord en question, qui vise à améliorer l'"Argentinian Medium Tank" (TAM) a été finalisé après sa signature dans la capitale argentine en présence du ministre de la Défense Agustin Rossi et de Ben-Baruch Mishel, directeur de la Division dédiée à la coopération international...

i24News | Défense

"Tsahal, l’école des hackers d’Israël" par Sandrine Cassini pour Les Echos (Copyrights) : "Dans un Etat en conflit permanent depuis sa création, la priorité donnée à la cyberdéfense a favorisé l'émergence de quelques 230 entreprises spécialisées. Poussé par sa situation géopolitique et porté par un écosystème favorable aux start-up, le pays s’est fait une place de choix dans la cybersécurité...

Sandrine Cassini (Les Echos) | Défense

Rafael a remporté l’appel d’offres pour construire l’unité de cyber-défense de Tsahal, pour plusieurs dizaines de millions de shekels. Le chef de projet, le général de brigade (réserve) Ariel Caro, a expliqué que l’unité sera créée en partenariat avec des leaders mondiaux tels que IBM, Cisco et EMC. L’unité sera en mesure de fournir « une analyse vaste et en profondeur des cyberattaques en ...

IsraPresse | Défense

Sans aucune opposition, Israël a donné son feu vert à la construction d'une barrière de sécurité de 30 kilomètres le long de sa frontière avec la Jordanie pour un coût estimé à $790 Millions. Objectif de l'État hébreu : empêcher l'entrée de migrants clandestins ou d'assaillants sur son sol. Selon France24 (Copyrights) : "Le cabinet restreint de sécurité a accepté la proposition du Premier mi...

Ilan Rosenthal (Tel Aviv) | Défense

Les investissements directs étrangers (IDE) en Israël ont chuté de près de 50% en 2014 selon un récent rapport. "Nous pensons que les causes de la baisse des investissements en Israël sont l'opération "Bordure protectrice" et les boycotts auxquels l'Etat hébreu est confronté", a affirmé à Ynet le Docteur Roni Manos du l'institut "College of Management" de Rishon LeTzion (centre), l'un des auteu...

I24News | Défense

Lockheed Martin et l'Armée de l'Air d'Israélienne examinent la possibilité d'étendre la portée du futur avion de combat F-35 version israélienne de 30%, soit une portée totale de 1500 kilomètres. Des discussions se sont tenues sur ce sujet lors du salon du Bourget et une délégation de hauts représentants de Lockheed Martin est arrivée en Israël cette semaine pour un autre round de négociati...

David Illouz | Défense

REPORTAGE. Nous avons été reçu par Jacques Chemla dans un des salons du pavillon d’Israel Aerospace Industries, leader dans le secteur et qui détient le record du monde de certifications. Surtout réputé pour ses activités de défense, la branche commerciale d’IAI est cependant non négligeable, ses succès commerciaux à l’export (80% des ventes) en font un moteur économique et social pour Israël. ...

JSS News | Défense

Le Salon International de l'Aéronautique et de l'Espace Paris-Le Bourget est, depuis sa création, le plus grand Salon dédié à l'industrie aéronautique et spatiale, avec : 2 115 exposants internationaux ; 139 000 visiteurs professionnels ; 130 000 m² d'exposition commercialisées (Halls, village, chalets, surface extérieure); 150 aéronefs en présentation aérienne et en exposition. ISRAËL. Au ...

IsraelValley Desk | Défense

Au Salon du Bourget, le match des commandes entre firmes mondiales sera très éprouvant. L'édition 2015 du salon de l'aéronautique du Bourget est l'occasion pour Israël de se livrer à une bataille rangée face aux Européens et Américains. Les experts israéliens interrogés par IsraelValley à Tel Aviv avant leur départ vers la France en sont convaincus : le mouvement BDS France n'aura stricteme...

Dan Assayah (Tel-Aviv) | Défense

"Une peur aiguë peut parfois provoquer des réactions inattendues. Ainsi, la crainte d'un Iran nucléaire peut-elle pousser deux pays que tout oppose - Israël et l'Arabie saoudite - à entamer un improbable rapprochement. D'un côté, l'État hébreu, une démocratie ultra-militarisée non reconnue par la majorité des pays arabes en raison du conflit qui l'oppose aux Palestiniens. De l'autre, une pétrom...

Armin Arefi (Le Point) | Défense

C'est la DGA qui devra trancher, au plus tard avant la fin de l'année. La commande devrait porter sur 14 appareils livrables d'ici à la fin de la loi de programmation militaire (LPM) en 2019 et une trentaine au total avant avant 2025. Pour séduire la DGA, Thales mise sur son drone Watchkeeper déjà vendu à 54 exemplaires aux forces armées britanniques. Ce drone a déjà volé plus de 500 heures ...

IsraelValley Desk | Défense

Les industriels de la défense français (et bien d'autres secteurs) sont "obligés" de prendre le pari des transferts de technologies pour remporter des contrats à l’export. Une conférence organisée par le GTI Lab ESCP EUROPE et la CCIIF, qui se tiendra fin Octobre 2015, à l'Université de Tel Aviv, fera le point sur les plus et moins des transferts de Technologie. Michel Cabirol pour la Tribun...

Michel Cabirol | Défense

À l’approche de sa participation au Salon du Bourget à Paris, la compagnie Israel Aerospace Industries (IAI) annonce avoir mené à bien une série de présentations en vol de son drone de combat à munitions rôdeuses, HAROP, pour le compte d’un client étranger. Ces présentations en vol interviennent après une série de tests opérationnels effectués au cours des mois passés pour divers clients de l’e...

IsraPresse | Défense

EDITORIAL. Contrairement à ce que des blogs francophones irresponsables l'affirment sans preuves, de nombreux Français assistent à titre individuel (pas de stands) à la Conférence ISDEF 2015 (qui se déroule actuellement). Aucune opération de boycott d'Israël par la France n'a été mise en place. Affirmer ceci est totalement inexact. Cette conférence ISDEF est très mal programmée (un marketin...

Dan Rosh (Paris) | Défense