Sep 12

ISRAELVALLEY – BUDGET 2013: L'IMPOSSIBLE ÉQUATION DU GOUVERNEMENT ISRAÉLIEN: comment ramener le déficit public à 3% du PIB, sans prendre des mesures impopulaires?

Authors picture

Jacques Bendelac, à Jérusalem | Économie

Headline image

Les dirigeants israéliens se heurtent au même dilemme budgétaire qui préoccupe le gouvernement français et avec des chiffres qui sont, proportionnellement, très semblables: où et comment trouver 12 milliards de shekels (2,4 milliards d’euros) pour ramener le déficit public à 3% du produit intérieur brut (PIB) l’an prochain? C’est sur cette équation que buttent le Premier ministre israélien et son ministre des Finances. Alors que le gouvernement s’apprête à réviser à la baisse la prévision de croissance du PIB israélien pour 2013, la préparation d’un budget pour l’an prochain devient un exercice périlleux. C’est ce qui explique qu’à la mi-septembre, le gouvernement n’ait pas encore approuvé la loi de finances prévisionnelle pour l’an prochain. Ce retard exceptionnel ne laisse rien présager de bon, ni pour les ménages, ni pour les entreprises. Pour l’heure, une chose est sûre: pour permettre au pays de tenir ses objectifs, les contribuables devront mettre la main au portefeuille.

Croissance ralentie

La controverse sur le chiffre de la croissance pour 2013 fait rage au sein même du ministère des Finances. Les hauts fonctionnaires les plus optimistes, comme le directeur du budget, tablent sur une croissance de 3%; d’autres, comme le directeur général des Finances, avancent même le chiffre de 3,3%. Il faut dire que l’Institut de la Statistique confirme ce vent d’optimisme: au second trimestre de 2012, le PIB a augmenté de 3,2% en rythme annuel, contre 2,8% au premier trimestre.

Si les chiffres officiels confirment la tendance prévue pour 2013, en revanche, les économistes qui opèrent dans le secteur privé sont plus prudents: ils estiment que la croissance oscillera dans une fourchette comprise entre 2,5 et 2,8%, soit en dessous des estimations officielles. Or, la prévision de croissance du PIB est nécessaire pour déterminer les recettes de l’Etat: plus la croissance est ralentie, et plus les rentrées fiscales se contracteront, ce qui élargira le déficit public.

Budget d’austérité

A la Banque d’Israël, on commence à s’inquiéter de la paralysie du gouvernement en vue des préparatifs du budget 2013. C’est le gouverneur Stanley Fischer qui vient de tirer la sonnette d’alarme: il estime que les prévisions officielles de croissance sont trop pessimistes et qu’il faudrait couper 13 milliards de shekels supplémentaires dans le budget pour 2013. Après les coupes opérées en 2012, le gouvernement israélien estime qu’un nouveau tour-de-vis pour l’an prochain serait impopulaire, même si cela paraît une nécessité pour contenir le déficit public à 3% du PIB. D’où la question qui n’est pas encore tranchée: faut-il réduire les dépenses ou, contraire, augmenter les impôts?

Après la hausse des impôts de 2012 (TVA et impôt sur le revenu), le gouvernement israélien s’achemine vraisemblablement vers une baisse des dépenses publiques. Parmi les coupes envisagées, on trouve les grands postes de dépenses de l’Etat: le budget de la Défense, les prestations sociales (comme les allocations familiales), les infrastructures et le salaire des fonctionnaires. A moins que des élections législatives anticipées permettent de reporter à 2013 le même budget de 2012, repoussant alors les responsabilités des coupes budgétaires sur le prochain gouvernement.

Jacques Bendelac (Jérusalem)

La dégringolade des places mondiales se répercute aussi à la bourse de Tel Aviv: depuis le début de l’année, l’indice TA-25 s’enfonce en perdant 9%. Depuis le début 2016, les bourses mondiales s’enfoncent, faisant resurgir les craintes d’un krach. À Tel Aviv aussi, la plupart des actions sont dans le rouge : pour la seule journée de jeudi dernier, l’indice TA-25 a perdu 2,8% et depuis le d...

Jacques Bendelac | Économie

Dans son rapport de 2015, le Ministère israélien de l’économie rapporte que 28 firmes israéliennes ont exporté leurs chocolats, pour une valeur de 10 millions de dollars, vers 42 pays dont l’Egypte, la Corée du Sud et l’Angola. La plus grande exportation chocolatière était aux Etats-Unis (50% de toutes les ventes), suivi par le Royaume Uni (1,1 million) et la France (600.000 dollars). Le mar...

IsraelValley Plus | Économie

Thiébault Dromard : "C’est l’histoire d’un amour raté entre une actionnaire, la Taïwanaise Shaw-Lan Wang, et un styliste-vedette, Alber Elbaz. En désaccord stratégique, il avait démarché de nouveaux investisseurs : elle l’a brutalement débarqué. Aujourd’hui, la maison se sent orpheline. Dans le monde feutré de la mode, la brutalité du départ a heurté, car Lanvin et Elbaz ne formaient plus qu...

IsraelValley Desk | Économie

Israël et l’Inde seraient sur le point de conclure un accord de ventes d’armes évalué à 3 milliards de dollars, un deal qui fera de l’Etat Hébreu, l’un des trois plus importants fournisseurs d’armes de l’armée indienne et de l’Inde, le premier acheteur de l’armement israélien. Au menu, des lasers de ciblage, et des bombes téléguidées, plus exactement 164 systèmes laser et 250 bombes Bunker ...

H.P. Benhamou | Économie

Jusqu’où iront les privatisations en Israël ? Dans une économie qui prône un libéralisme à outrance, aucun secteur n’échappe au retrait de l’État. « En Israël, on privatise tout ce qui bouge » : cet adage populaire va encore être prouvé si le ministère de la Santé mène à son terme son nouveau projet de privatisation de la morgue publique. En effet, le ministre Yaakov Litzman examine la pos...

Jacques Bendelac | Économie

Instabilité géopolitique, gaz, immigration, tensions sociales: l'OCDE prévoit quatre chocs potentiels susceptibles d'affecter l'économie israélienne. L'économie israélienne est résiliente: elle connaît sa 13e année consécutive de croissance, et elle fait preuve d'une capacité de résistance aux chocs extérieurs. Le dernier rapport de l’OCDE ne tarit pas d’éloge sur l’économie israélienne : ...

Jacques Bendelac | Économie

La dette publique d’Israël est tombée à 64,9% du PIB en 2015, son plus bas niveau historique; l'agence S&P confirme la note de crédit d'Israël à A+ Standard & Poor’s, l’une des trois principales agences mondiales de notation financière et économique, vient de confirmer la note « A+ » pour l’économie israélienne qui bénéfice d’une « perspective stable ». Les experts de S&P se félicitent de...

Jacques Bendelac | Économie

Shraga Blum : "Standard & Poor’s l’une des trois principales agences mondiales de notation financière et économique vient de décerner à l’économie israélienne la note « A+ » qui est la cinquième place sur une échelle de ving-trois niveaux. La note A+ est la plus haute de la catégorie « Qualité moyenne supérieure », juste avant d’accéder à la catégorie « Haute qualité ». L’agence S&P féli...

IsraelValley Desk | Économie

Le ministère de l’Economie va investir 225 millions de shekels (environ 52 millions d’euros) dans un nouveau programme de soutien en faveur des moyennes entreprises. Ce programme concerne les sociétés qui ne font pas partie du secteur de la haute technologie et dont le chiffre d’affaires annuel est compris entre 10 et 100 millions de shekels. „Les petites et moyennes entreprises sont le...

IsraelValley Desk | Économie

L’accord de partenariat transpacifique donnera naissance à la plus vaste zone de libre-échange de la planète ; et Israël aussi en profitera. Jeudi dernier, les représentants des douze nations ayant finalisé, l’an dernier, l’accord de partenariat transpacifique ou TPP, se sont retrouvés à Auckland en Nouvelle-Zélande, pour signer formellement le grand pacte commercial. Dorénavant, l’Austra...

Jacques Bendelac | Économie

C'est la news'éco d'Israël qui a fait bondir la bourse de Tel Aviv. Nestlé (Suisse) devrait racheter 100% de Osem. Le montant versé par Nestlé €752m ($840m) pour prendre le contrôle total de la société israélienne. Nestlé est une entreprise suisse, et l'un des principaux acteurs de l'agroalimentaire dans le monde. Selon la presse Suisse : "Nestlé a conclu avec le conseil d'administration du...

IsraelValley Desk | Économie

En 2015, 91% des Israéliens ont fait des emplettes en ligne ; les sites de vente chinois caracolent en tête des sites préférés des Israéliens. La consommation en ligne se développe rapidement en Israël. En 2015, ce sont 91% des Israéliens adultes qui ont effectué au moins un achat sur Internet : c’est ce qu’il ressort d’une enquête réalisée par l’institut de sondages TRI. Les sites chinois...

Jacques Bendelac | Économie

Le Premier Ministre israélien ne laissera pas le BDS occuper le terrain médiatique. A la Knesset Yarden Vatikai (un ex des services de sécurité) a laissé entrevoir la réponse d'Israël au BDS. Il a annoncé que 35 personnes (tous recrutés cette année) vont rejoindre le "Strategic Affairs Ministry". Par ailleurs, Ayelet Shaked, ministre de la Justice prépare un projet de loi permettant de faire co...

Ludwig Walter | Économie

La crise du logement en Israël n'épargne pas les étudiants : si 49% d'entre eux louent un logement, 36% habitent toujours chez leurs parents. Les 310 000 étudiants israéliens ont de plus en plus de mal à se loger ; un bon tiers de ceux qui habitent en location, est obligé de déménager en cours d’études, et cela en raison de la cherté de la location. C’est ce que révèle une récente enquête ...

Jacques Bendelac | Économie

Le chef du ministère de la Défense politique, Amos Gilad, s’est exprimé dans un interview à la radio militaire, ce matin, et a annoncé que les Etats-Unis participent au montant de plus de 100 millions de $ dans le projet technologique israélien qui vise à identifier les tunnels dans la bande de Gaza. Amos Gilad a ajouté que, selon les évaluations du renseignement, aucun tunnels n’a traversé la...

IsraelValley Desk | Économie