Sep 12

ISRAELVALLEY – BUDGET 2013: L'IMPOSSIBLE ÉQUATION DU GOUVERNEMENT ISRAÉLIEN: comment ramener le déficit public à 3% du PIB, sans prendre des mesures impopulaires?

Authors picture

Jacques Bendelac, à Jérusalem | Économie

Headline image

Les dirigeants israéliens se heurtent au même dilemme budgétaire qui préoccupe le gouvernement français et avec des chiffres qui sont, proportionnellement, très semblables: où et comment trouver 12 milliards de shekels (2,4 milliards d’euros) pour ramener le déficit public à 3% du produit intérieur brut (PIB) l’an prochain? C’est sur cette équation que buttent le Premier ministre israélien et son ministre des Finances. Alors que le gouvernement s’apprête à réviser à la baisse la prévision de croissance du PIB israélien pour 2013, la préparation d’un budget pour l’an prochain devient un exercice périlleux. C’est ce qui explique qu’à la mi-septembre, le gouvernement n’ait pas encore approuvé la loi de finances prévisionnelle pour l’an prochain. Ce retard exceptionnel ne laisse rien présager de bon, ni pour les ménages, ni pour les entreprises. Pour l’heure, une chose est sûre: pour permettre au pays de tenir ses objectifs, les contribuables devront mettre la main au portefeuille.

Croissance ralentie

La controverse sur le chiffre de la croissance pour 2013 fait rage au sein même du ministère des Finances. Les hauts fonctionnaires les plus optimistes, comme le directeur du budget, tablent sur une croissance de 3%; d’autres, comme le directeur général des Finances, avancent même le chiffre de 3,3%. Il faut dire que l’Institut de la Statistique confirme ce vent d’optimisme: au second trimestre de 2012, le PIB a augmenté de 3,2% en rythme annuel, contre 2,8% au premier trimestre.

Si les chiffres officiels confirment la tendance prévue pour 2013, en revanche, les économistes qui opèrent dans le secteur privé sont plus prudents: ils estiment que la croissance oscillera dans une fourchette comprise entre 2,5 et 2,8%, soit en dessous des estimations officielles. Or, la prévision de croissance du PIB est nécessaire pour déterminer les recettes de l’Etat: plus la croissance est ralentie, et plus les rentrées fiscales se contracteront, ce qui élargira le déficit public.

Budget d’austérité

A la Banque d’Israël, on commence à s’inquiéter de la paralysie du gouvernement en vue des préparatifs du budget 2013. C’est le gouverneur Stanley Fischer qui vient de tirer la sonnette d’alarme: il estime que les prévisions officielles de croissance sont trop pessimistes et qu’il faudrait couper 13 milliards de shekels supplémentaires dans le budget pour 2013. Après les coupes opérées en 2012, le gouvernement israélien estime qu’un nouveau tour-de-vis pour l’an prochain serait impopulaire, même si cela paraît une nécessité pour contenir le déficit public à 3% du PIB. D’où la question qui n’est pas encore tranchée: faut-il réduire les dépenses ou, contraire, augmenter les impôts?

Après la hausse des impôts de 2012 (TVA et impôt sur le revenu), le gouvernement israélien s’achemine vraisemblablement vers une baisse des dépenses publiques. Parmi les coupes envisagées, on trouve les grands postes de dépenses de l’Etat: le budget de la Défense, les prestations sociales (comme les allocations familiales), les infrastructures et le salaire des fonctionnaires. A moins que des élections législatives anticipées permettent de reporter à 2013 le même budget de 2012, repoussant alors les responsabilités des coupes budgétaires sur le prochain gouvernement.

Jacques Bendelac (Jérusalem)

Les Juifs scandinaves, plus particulièrement de Suède et du Danemark, ont commencé à faire leurs emplettes sur le marché immobilier israélien sur fond d'antisémitisme dans leurs pays d'origine. Selon le quotidien économique Calcalist, certains acquéreurs se sont installés en Israël alors que d'autres achètent pour faire un investissement ou dans l'intention d'une immigration à plus ou moins ...

i24News | Économie

Interrogé hier soir à la TV israélienne, le prochain ministre des Finances, Moshé Kahlon, a confirmé que trois réformes fiscales étaient à l’étude. Moshé Kahlon a levé le voile sur ses intentions concernant la politique fiscale du prochain gouvernement israélien dont il dirigera les Finances. Il a confirmé qu’en 2015, il ne touchera pas à l’impôt sur le revenu. En revanche, il a révélé que...

Jacques Bendelac | Économie

Selon les spécialistes, tous les 80 ans, une secousse sismique dépassant le niveau 6 à l’échelle de Richter touche Israël. L’épicentre de ce séisme serait Beth Chéan, dans la vallée du Jourdain. Pour la direction du ministère de la Construction et du Logement, en cas de tremblement de terre, pas moins de 70 000 bâtiments, construits avant les années 80, et situés dans la Vallée du Jourdain ...

Hamodia | Économie

Des hommes d’affaires, scientifiques et représentants politiques israéliens et étrangers s’étaient donné rendez-vous cette semaine pour assister au Salon AgriVest 2015. Il s’agissait du 3ème salon international organisé à l’Institut Weizmann de Rehovot. Des start-ups israéliennes parmi les plus prometteuses et innovantes étaient venues présenter leurs technologies agricoles aux investisseur...

IsraPresse | Économie

Nouveau rapport sur les niveaux de salaires dans les entreprises d’Etat pour l’année 2014. Il s’avère que ce sont les employés du port d’Ashdod qui touchent les plus hauts salaires avec une moyenne de 442.200 shekels annuels. En seconde position arrivent ceux du port de Haïfa avec 438.400 shekels, puis ceux des industries militaires Rafael Ltd avec 397.800 et la Compagnie nationale d’électricit...

IsraPresse | Économie

Le ministère des Finances a recommandé à Moshé Kahlon, d’instaurer une taxe de 20% sur les achats de logements à des fins d’investissement. M. Kahlon a déjà déclaré son intention d’introduire une hausse de la taxe dans le cadre de l’accord de coalition que son parti, Koulanou, a signé hier avec le Likoud. Une enquête interne de la Direction du budget du ministère des Finances a révélé qu’une...

Israpresse.net | Économie

Pas de jour férié, pas de mobilisation syndicale et peu de cortèges: si le 1e mai est à peine marqué en Israël, quelques associations se mobilisent. En Israël, le 1er mai n'a jamais été un jour chômé. En revanche, de nombreuses manifestations publiques ont longtemps marqué la fête du Travail. Cette année, la société civile se mobilise pour la défense des travailleurs défavorisés. Comme le 1e...

Jacques Bendelac | Économie

CONFLITS DU TRAVAIL. Contrairement à ce que les mauvaises langues affirment (beaucoup de "french bashing" en Israël et aux Etats-Unis), se mettre en grève n'est pas du tout une spécialité exclusive de la France. Israël, discret sur ce sujet qui risque d'écorner à l'international la bonne image économique du pays, aussi a eu son lot de grèves en 2014. Des milliers de personnes (surtout dans ...

Dan Rosh (Tel Aviv) | Économie

La Banque centrale israélienne a maintenu son principal taux directeur à 0,1%, conformément aux attentes du consensus Bloomberg. L'alternative défendue par certains analystes était une nouvelle baisse. Le choix qui a été fait par la Banque centrale a plutôt réjoui les cambistes puisque le shekel israélien s'est rapidement apprécié de 0,9% face à la devise américaine à 0,2568 dollar pour 1 sheke...

Boursorama | Économie

La société Pango qui détenait le monopole du paiement à distance des places de parking va devoir partager ce juteux marché avec d’autres concurrents. Depuis quelques années, l’Israélien s’était habitué à régler sa place de stationnement en ligne, grâce à un abonnement de l’application Pango. Or, après huit années de monopole en Israël, Pango va devoir partager ce marché rentable avec des n...

Jacques Bendelac | Économie

"La baisse de la TVA ne peut être un moyen d'agir sur les inégalités sociales." A déclaré le secrétaire général de l’OCDE, Angel Gurria, à l’occasion du 5e anniversaire de la reconnaissance d’Israël par l’OCDE, dimanche 26 avril 2015, lors d'une conférence de presse à Washington. Les économistes internationaux ont fortement critiqué l’un des sujets centraux des accords israéliens de coaliti...

Hélène Lesman (Econostrum | Économie

Excellent nouvelle poue l'industrie israélienne. Selon IVC (Israel Venture Capital Association) qui réalise des statistiques très sérieuses pour le hightech, la Startup Nation continue son chemin sans encombres. Les startups du pays ont levé le premier trimestre 2015, un montant proche d'un milliard de dollars (10% de moins que l'an dernier). ISRAELVALLEY PLUS DANS LE JOURNAL LE MONDE PAR MD...

Ilana Dreyfus | Économie

Israël entre dans la période de « baby-boom » de l’après-guerre à Gaza; la natalité commence à remonter, notamment dans le sud et le centre du pays. La dernière opération militaire menée par Israël dans la bande de Gaza Tsouk Eitan (Bordure protectrice) a duré une bonne partie de l’été 2014 : du 8 juillet au 26 août. Neuf mois plus tard, c’est-à-dire en cette fin avril, les hôpitaux du sud...

Jacques Bendelac | Économie

Les compagnies Internet implantées en Israël devraient commencer à payer des impôts, dont une TVA et des impôts sur les revenus. L’Autorité fiscale d'Israël a travaillé sur ces nouvelles règles pendant des mois, en réponse aux critiques et à un procès qui affirmait dans son plaidoyer que les sites web israéliens payaient leurs impôts alors que les multinationales comme Facebook, Google, Amazon,...

Times of Israel | Économie

Analyse. De bons indicateurs économiques attendent le prochain ministre des Finances: une dette publique réduite, une croissance du PIB soutenu, etc. Tout juste sorti de festivités de son soixante-septième anniversaire, Israël est reparti à la recherche d'une coalition gouvernementale. L'homme qui prendra les rênes des Finances, Moshe Kahlon, bénéficiera d’un environnement macro-économique...

Jacques Bendelac | Économie