Sep 11

ISRAELVALLEY - A GUICHETS FERMES ! PLUS DE 150 AUDITEURS INSCRITS POUR "MEET THE LEADERS" DE MICHAEL GOLAN ORGANISE PAR LA CHAMBRE DE COMMERCE ISRAEL-FRANCE A TEL-AVIV. GVAHIM EST SPONSOR.

Authors picture

Dan Assayah (Tel-Aviv) | Culture

Headline image

C’est un fait que le jounal économique israélien The Marker a bien souligné : Michael Golan (ex-Michaël Boukobza, ex-D.G. d’Illiad et Israélien depuis à peine quatre ans) attire le regard de tous. La Chambre de Commerce Israël-France avait prévu d’attirer 150 personnes à L’Université IDC (Hertzlya) pour son deuxième évènement “Meet The Leaders” (Gad Propper de L’Oréal était le premier invité). Les services économiques de l’Ambassade de France seront représentés par Mr Wisselman. Des startups “au goût Français” seront présentées dans la soirée par Jonathan Sullum Rouach (Ingénieur chez Waves Audio et directeur des brevets de cette société, qui a reçu récemment un Grammy Award à Hollywood pour sa technologie)

Actuellement le standard de la CCIIF à Ramat Gan reçoit sans cesse des appels. Cet évènement qui se tiendra ce Jeudi soir a déjà enregistré 150 personnes (dont 80 businessmen). La salle contient 160 places et dès ce soir les inscriptions seront closes (A Savoir : pour des raisons de sécurité il sera impossible aux étudiants de s’asseoir dans les couloirs de l’Amphi).

INTERVIEW DE MICHAEL GOLAN PAR HAMODIA EN MAI 2012.
Laly Derai : "Il a créé la surprise en avançant de plusieurs mois l’entrée de sa compagnie, Golan Telecom, sur le marché israélien de la téléphonie mobile. Michaël Golan a voulu « renverser la pyramide » et « redonner au consommateur israélien son pouvoir d’achat ». Résultat : la facture du consommateur israélien a baissé drastiquement depuis lundi dernier et les P.D.G. des trois grandes compagnies cellulaires dorment beaucoup moins bien la nuit. Hamodia a rencontré cet homme d’affaires dynamique qui est certain que la révolution engendrée par Golan Telecom servira de modèle pour d’autres briseurs de monopoles…

Hamodia : Depuis lundi dernier, on ne parle que de Golan Telecom et de ses deux forfaits à prix cassés. Comment cette aventure a-t-elle commencé ?

Michael Golan : Un peu après être monté en Israël il y a quatre ans, je me suis confié à Xavier Niel (le patron de Free, où Golan occupait le poste de Directeur général avant son alya – NDLR) et lui ai raconté que j’avais envie de faire quelque chose de bien pour mon nouveau pays. Je me demandais dans quel domaine je pourrai apporter ma contribution et Xavier m’a immédiatement dit : dans les télécommunications. C’est comme ça que je me suis lancé dans cette aventure. Nous avons répondu à l’appel d’offres du ministère des Télécommunications, dirigé par le ministre Moché Kahlon, et après de nombreuses péripéties, nous sommes devenus le nouvel opérateur mobile israélien.

Hamodia : Les lecteurs français vous connaissent sous le nom de Michaël Boukobza mais ici, vous vous appelez Golan et c’est également le nom de votre société. Pourquoi ce nom ?

Lorsque je suis arrivé en Israël, j’ai d’abord appris l’hébreu à l’oulpan de Raanana. Ensuite, j’ai fait l’acquisition, avec des amis, d’une parcelle de terrain dans le Golan où je cultive jusqu’à aujourd’hui des grenades, du raisin et des olives. C’est comme ça que j’ai choisi mon nouveau patronyme.

Hamodia : Votre mot d’ordre est « Ca suffit d’être des pigeons ! ». Comment comptez-vous y parvenir ?

Le marché de la téléphonie mobile en Israël était détenu, jusqu’au 14 mai dernier, par un oligopole constitué de trois compagnies (Pelephone, Cellcom et Orange) qui, bien qu’elles n’aient pas le droit de se communiquer leurs tarifs, s’alignaient magiquement l’une sur l’autre et se partageaient quasiment à parts égales le marché. Dans ces conditions, aucune concurrence n’était possible et les prix allaient en augmentant. Sans parler du service après-vente abominable. Les consommateurs israéliens n’arrivent pas à comprendre leur facture truffée d’astérisques, de promotions qui se révèlent coûter plus cher et des remises qui ne font pas baisser la facture mais au contraire, l’augmentent. Je compare cela à un couscous où tu reçois de la graine, des boulettes, de la viande, des légumes, du bouillon, pour un prix global. Les tarifs que

Golan Telecom va pratiquer reflètent la véritable valeur du produit : 99 shekels pour l’illimité et 9 shekels pour les « petits consommateurs » qui, pour ce tarif-là, recevront 60 minutes et 60 SMS par mois. Nous offrons un modèle de service simple, sans astérisques et sans surprises pour le consommateur. Le 14 mai 2012 est devenu la journée du consommateur à mon sens, le pouvoir est maintenant entre ses mains. Désormais, « 99 shekels » est devenu le standard des tarifs en Israël !

Hamodia : Mais parviendrez-vous à tenir ce cap des 99 shekels indéfiniment ?
Le modèle que Golan Telecom propose n’a jamais existé en Israël et le seul modèle dont je dispose est celui de Free et de Xavier Niel, qui est actionnaire dans Golan Telecom. Voici dix ans que Free a lancé la Freebox pour un tarif unique de 29.99 euros par mois. Le prix n’a jamais augmenté, au contraire, des services ont été ajoutés.

Hamodia : La majeure partie de l’interaction avec Golan Telecom se déroule via Internet. N’y a-t-il pas de risque que le service après-vente en prenne un coup ?

Tout d’abord, nous avons un service clientèle, le *0058, pour lequel nous employons chaque jour de plus gros effectifs et davantage de télé-conseillers. Mais le plus gros avantage de Golan Telecom, c’est que justement, les clients n’auront plus à attendre des heures pour ajouter un service ou en retirer, pour changer de mot de passe ou même pour résilier leur contrat. Aujourd’hui, les sites Internet des autres compagnies ne servent pratiquement à rien puisqu’ils ne permettent rien et que tout doit passer par un service clientèle dont on connaît le manque d’efficacité. En outre, les clients de Golan Telecom n’ont pas à parlementer ou négocier avec les téléconseillers puisque nous offrons deux forfaits très simples. Nous ne vendons pas d’appareils, mais uniquement des cartes SIM. De ce fait, le service clientèle est d’autant moins sollicité…

Hamodia : Vos concurrents ne doivent pas être très contents…
En effet, nous sommes l’objet de très fortes pressions et les critiques fusent de toutes parts, mais nous tenons bon parce que nous savons que nous contribuons à mettre un terme aux oligopoles, à élargir la concurrence et à créer plus de transparence dans ce marché où tout le monde se perdait jusque-là. Les magnats sont sous pression, ils sentent que le pont en or qu’ils se sont bâti est en train de s’effondrer et ils tentent par tous les moyens de nous déstabiliser.

Certains disent que nous ne sommes pas une vraie société et que nous ne mettons pas en place d’antennes : c’est faux ! Nous allons construire très exactement et dans les délais les infrastructures exigées par l’État dans son appel d’offres. Nous disposons de plusieurs années pour cela et pour le moment, nous avons un accord avec Cellcom et utilisons ses infrastructures et ses antennes dans les endroits où ne nous sommes pas encore présents.

Certains disent que nous ne disposons pas de cartes SIM, que notre site Internet n’est pas sécurisé… Des accusations sans fondement émises par des magnats sous pression.

Hamodia. Vous les avez quand même traités de voleurs…
Parce que selon moi, faire payer 800 shekels quelque chose qui en vaut 100, c’est du vol. Mais attention, le système des oligopoles ne ronge pas seulement le marché des cellulaires, mais bien d’autres domaines de l’économie israélienne. J’espère vraiment que la révolution de Golan Telecom va ouvrir la voie à d’autres révolutions".

ISRAELVALLEY PLUS
Le 13 Septembre 2012. MEET THE LEADERS, “THE FRENCH TOUCH IN ISRAEL”. La Chambre de Commerce et d’Industrie Israël-France et son Président, Daniel Rouach ont le plaisir de vous inviter à l’évènement “Meet the Leaders”. Le jeudi 13 septembre 2012 de 18h à 20h, à l’école IDC (המרכז הבינתחומי הרצליה. Interdisciplinary Center), à Herzliya, 1 Kanfei Nesharim Street.

L’évènement aura pour principal intervenant Michael Golan, Président de Golan Telecom. Le thème de la soirée sera la "French Touch en Israël’ avec la participation de nombreux leaders du monde des affaires.

Merci de confirmer votre participation:
-par téléphone: 03-51 00 288
-par email: cciif@cciif.org.il

PAF
Membres CCIIF: entrée gratuite
Non membres: 100 NIS

CCIIF,3 Ha’yetzira Street.
Ramat Gan 52521, Israel
Tel: +972 37414141
E-mail: cciif@cciif.org.il
http://cciif.com

280px Azrieliflag ISRAELVALLEY DANS NOS ARCHIVES

EXCLUSIF – Economie : La tour Yoo accueille la première édition de ‘Meet The Leaders’. Les happy fews qui ont eu le privilège d’assister au lancement du premier ‘Meet the Leaders", organisé le 19 juillet par la chambre de commerce et d’industrie Israël France, ne dissimulaient pas leur satisfaction.

Pour cette première édition d’une longue série promise à un bel avenir, le président de la chambre de Commerce et d’industrie Israël France, Daniel Rouach, avait choisi les salons de la prestigieuse tour Yoo entièrement désignée par le créateur français Philippe Starck.

Toute une ambiance pour cette soirée qui a réunit une soixantaine de personnes appartenant au club fermé des hommes et femmes d’affaires, entrepreneurs et investisseurs israéliens et français venus écouter la star de la soirée, Gad Propper, président de l’Oréal Israël.

Racontant les débuts de son père Eugène, jeune immigrant ambitieux qui créa Osem, l’une des plus grosse industries alimentaires d’Israël, Gad Propper a ensuite évoqué sa longue carrière de businessman et bien entendu, son rôle dans l’implantation en Israël du groupe L’Oréal.

“Capacité, ténacité, et chance” voici les 3 critères d’une réussite a affirmé Gad Propper devant une assistance captivée.

Objectif atteint pour Daniel Rouach qui souhaite faire du rendez-vous ‘Meet the leaders’ *un des nombreux points forts du programme de relooking de la CCIIF.

Longtemps en berne, le moral de cet organe important de la relation binationale, semble avoir pris un véritable coup de jeune depuis sa nomination il a quelques mois.
A ses côtés, une équipe extrêmement motivée constituée de grands noms de l’industrie israélienne, de jeunes recrues et une vision ultra moderne du management mise en œuvre par ce professeur au Département Stratégie, Hommes et Organisation de l’ESCP Europe.

Déléguer, motiver, s’entourer des bonnes personnes et savoir à qui faire confiance, tel semble être le secret du docteur Rouach qui privilégie par ailleurs la discrétion.
“Avec nos rencontres ‘Meet The Leaders’ qui permettront à nos membres de rencontrer les grands décideurs de l’économie israélienne mais aussi à travers nos diverses activités régulières nous espérons convaincre de nombreuses entreprises israéliennes et françaises de l’intérêt à nous rejoindre au sein de la CCIIF”.

Parmi les différents avantages et objectifs mis en avant par les responsables de l’institution on notera :

La création d’une passerelle commerciale entre Israël et la France, une expertise des différents besoins de l’économie israélienne avec des analyses pour mesurer les secteurs porteurs, la présence d’une équipe en Israël permettant aux chefs d’entreprises israéliens d’organiser leurs voyages en France et de créer leur carnet d’adresses la mise à disposition d’un lieu d’échanges et de discussions entre les entreprises israéliennes et françaises …

Autant d’atouts qui semblent séduire les adhérents de plus en plus nombreux qui ont choisis de rejoindre la CCIF pour développer encore davantage leurs liens économiques avec la France.

Pour toute information
www.cciif.org

*Après Gad Propper, de nombreux invités de prestige ont pris la parole.
Edouard Cukierman, président du fond d’investissement Cukierman and Co, l’avocate Shirley Gal du cabinet Eitan, Mehulal and Sadot, Dan Catarivas, directeur du département des affaires étrangères et relations internationales au sein de l’Association des Manufacturiers d’Israël, Fréderic Szabo directeur d’Ubi France Israel, et le coprésident du Haut Conseil Franco-Israélien pour la Science et la Technologie (HCST) David Harari…

Caroll Azoulay. Le Petit Journal

Les cérémonies officielles de Yom Hashoah débuteront ce soir en Israël et se termineront demain à la tombée de la nuit. Le jour de la Shoah commémore le génocide de près de 6 millions de Juifs par les nazis. À cette occasion, des sirènes retentissent dans le pays, invitant les Israéliens à se recueillir en silence pendant une minute. Soudain, tout s’arrête, on descend même de v...

IsraelValley Desk | Culture

Vrai? Faux? Une information assez étrange. Une sculpture de Menashe Kadishman plantée à Ramat Gan aurait un pouvoir pour accroître la fertilité des femmes. Le site de Ramat Gan attire un flot permanent de femmes qui souhaitent avoir des enfants. LE PLUS. Menashe Kadishman (né en Palestine mandataire le 21 août 1932, et mort en Israël le 8 mai 2015 (à 82 ans) est un plasticien, sculp...

Eyal Koren | Culture

La mimouna est une fête populaire observée depuis environ trois siècles par les communautés juives originaires d’Afrique du Nord au sortir du dernier jour de Pessa'h. Elle a pris une ampleur particulière en Israël, où elle atteint des proportions quasi nationales. Elle célèbre les retrouvailles entre voisins qui, au vu des nombreuses opinions et coutumes concernant l’interdictio...

IsraelValley Desk | Culture

“Israel Calling 2017” a permis pour la deuxième fois que la majorité des participants à Eurovision Song Contest puissent visiter Israël. Le projet est organisé en collaboration avec le Ministère des Affaires étrangères, le Ministère du Tourisme, le Ministère de Jérusalem et du Patrimoine, le Fonds National Juif, les Entreprises de StandWithUs et les municipalités de Herzliya ...

IsraelValley Desk | Culture

Un article du Grand Rabbin de France. "Pessah nous permet de nous remémorer notre sortie d’Egypte, le retour pour les Hébreux de la liberté et la naissance du peuple juif. C’est aussi le temps où le cœur endurci de Pharaon et de son peuple ne peut plus trouver de prétexte afin de justifier les plaies qui les frappent. La vérité enfin apparaît pour eux et s’accomplit alors la p...

Haïm Korsia (AJ) | Culture

Des statistiques publiées à la veille de Pessah (ce soir premier jour) montrent qu'environ 92 % des foyers juifs israéliens vont fêter le seder de Pessah, 80 % ne vont pas manger de pain pendant cette semaine et 60 % ne vont manger que des produits cacher pour Pessah. A SAVOIR. FIN DE PESSAHE. CELEBRATION, LA MIMOUNA. En Israël, la Mimouna est devenue une fête pour tous et de nombreu...

Ilan Kotel (Tel Aviv) | Culture

SPECIAL WEEK-END. Boulangerie Abulafia. Située au coeur du vieux Jaffa, la boulangerie Abulafia est un arrêt obligé pour se restaurer en ce milieu de journée, que ce soit pour un de ses immenses bagels garnis de fromages, d'olives, d'oeufs et de légumes ou pour un délicieux pita au zaatar, un mélange de thym, de sumac et de sésame. Ces denrées sont toujours fraîchement sorties du four...

IsraelValley Desk | Culture

SPECIAL WEEK-END. Un schnitzel? Si les Israéliens et les Palestiniens sont connus pour leurs excellents falafels et shawarmas, le sandwich au schnitzel, une escalope de poulet panée, est un autre classique telavivien. On le déguste dans un pita ou une baguette, agrémenté de marinades, d'houmous, de tahini ou d'une sauce aux aubergines. Albert's Schnitzel 59, rue Ben Yehuda LE PLUS. ...

IsraelValley Desk | Culture

Depuis le 13eme siècle, un décret religieux interdit aux juifs ashkénazes de manger du riz, des légumes secs et du maïs pendant la semaine de pessah, la pâque juive. Etrangement, le cannabis est aussi considéré comme faisant partie de ce groupe d'aliments traditionnellement interdits. Or juste avant le début de pessah de 2016, un rabbin orthodoxe en Israël a déclaré que fumer ou ...

IsraelValley Desk | Culture

Dans quelques jours, les Schtroumpfs costaud, maladroit et à lunettes partirons à la recherche d'un mystérieux village en compagnie de la Schtroumpfette, comme les bandes-annonces et affiches nous l'ont clairement fait comprendre. Sauf à Bnei Brak, enclave ultra-orthodoxe en périphérie de Tel Aviv (Israël), où le seul personnage féminin des bandes-dessinées créées par Peyo a dé...

IsraelValley Desk | Culture

Maintenant que vous avez travaillé dur pendant ces dernières semaines pour préparer la fête de Pessa’h, le moment est venu de profiter de la Fête de la Liberté avec famille et amis, autour de la table du Seder. Evidemment, servir le meilleur tout au long de la soirée implique de savourer de grands crus et de savourer chaque gorgée, de la première coupe à la dernière. Les Sages ...

Par Ken Stephens | Culture

Enfin, le Nobel de littérature a été remis à son lauréat surprise d’octobre dernier. Après des mois de suspense, Bob Dylan a finalement reçu samedi à Stockholm son prix lors d’une rencontre à huis clos avec les académiciens suédois qui l’ont distingué pour sa poésie. Thomas Mann, Albert Camus, Samuel Beckett, Gabriel Garcia Marquez ou Doris Lessing : à 75 ans, il est le p...

IsraelValley Desk | Culture

Au sentier à Paris un commerçant chinois va voir son voisin Élie pour se plaindre qu'il s'est encore fait cambrioler pour la 37ème fois ce trimestre alors que tous les autres commerçants juifs eux presque pas. Élie le console comme il peut et lui dit: - Mais qu'est ce que je peut faire pour toi ? En quoi puis je t'aider ? Le chinois répond : - Tu me vends Mezouza ! Il faut Me...

IsraelValley Desk | Culture

La station de radio WDR (West Deutscher Rundfunk) m’a interrogée sur ma relation avec Tel-Aviv. Relation est le mot exact, car entre Tel-Aviv et moi c’est devenu le grand amour, ce qui n’exclut pas les moments de ras le bol. Ce n’est pas par hasard que j’ai quitté cette ville pendant presque trois ans. D’ailleurs, je ne suis pas tout de suite tombée sous le charme. Contrairem...

IsraelValley Desk | Culture

Au sein de mes activités et celle de directrice du Technion France, l’intelligence émotionnelle est primordiale. Réunir la France et Israël, 2 écosystèmes, 2 cultures, tout deux aux bords de la méditerranée par le facteur humain est majeur car celui-ci est basé sur la confiance et l’éthique. L’aspect « relation interhumain » est une force d’inspiration, dont l’empathie ...

MurielTouaty | Culture