Sep 9

ISRAELVALLEY - HARICH, LA VILLE ORTHODOXE DE DEMAIN. Après la construction de Modiin en 1994, le ministère du Logement crée une nouvelle ville de grande ampleur, et qui sera destinée aux orthodoxes.

Authors picture

Sandy Assouline | Immobilier

Headline image

Pour la première fois depuis la construction de Modiin en 1994, le ministère du Logement crée une nouvelle ville de grande ampleur, et celle-ci sera destinée au public orthodoxe.

Entre Nétanya et ‘Hadéra, dans la région de Wadi Ara se tient la localité de ’Harich. Jusqu’à présent, le lieu abrite quelques 1 200 familles : deux tiers d’entre elles sont laïques, un tiers est composé par un Garine torani – groupe de familles d’obédience sioniste-religieuse – ainsi que par quelques familles Breslev. Sur place, on peut voir à l’heure actuelle quelques infrastructures rudimentaires mais ni vrai quartier ni bâtiment public. Le ministre du Logement, Ariel Attias (du parti Shas) a décidé de prendre les choses en main : la semaine passée lors d’une conférence de presse, il a lancé un appel d’offres visant à la construction de 5 000 unités de logement à ‘Harich. 10 000 familles sont attendues, on estime qu’elles pourront s’installer dans leur nouvel appartement d’ici deux ans et demi.

Pour la première fois depuis la construction de Modiin en 1994, le ministère s’est fixé de mettre sur pied une nouvelle ville de grande ampleur. Celle-ci s’adresse au public orthodoxe qui depuis une dizaine d’années, doit faire face à une grande pénurie de logements. À ‘Harich, il pourra trouver toutes les infrastructures correspondant à ses besoins spécifiques : immeubles ne dépassant pas cinq étages (pour éviter les problèmes d’ascenseur le chabbat), balcons pour la Soucca, absence de parking (qui augmente inutilement les coûts de construction, la plupart des familles orthodoxes d’Israël ne possédant pas de voiture), large réseau de transports publics, 3500 m² de terrains destinés à la construction de synagogues, d’établissements scolaires et d’espaces verts. Et tout cela à des prix très compétitifs : à titre indicatif, le prix moyen d’un appartement s’élève à un demi-million de chékels. Ce prix peu onéreux s’explique par la gratuité du terrain ainsi que par la subvention par le ministère du Logement d’une partie des frais de développement.

Toutefois, ce petit coin de rêve version orthodoxe soulève déjà une vive polémique : les résidents actuels de ’Harich reprochent au ministre du Logement de privilégier les orthodoxes à leur détriment et craignent que la nouvelle population ne les oblige à changer leur mode de vie. Interrogé par Hamodia, le ministre Ariel Attias fait le point sur ces questions.

Hamodia : Pourquoi avoir choisi de lancer le projet de construction maintenant ?
Le ministre Ariel Attias : Mon prédécesseur a essayé à trois reprises de lancer des projets de constructions à ‘Harich. Mais à chaque fois, ces tentatives se sont soldées par des échecs, faute de pouvoir attirer un public suffisant. En 2008, le gouvernement a décidé de lancer un plan urbain destiné à la population orthodoxe et religieuse. Depuis mon entrée en fonction au ministère du Logement, je me suis efforcé de réduire les diverses étapes de la procédure de planification de la ville et d’unifier les différents projets. À cette fin, une équipe spéciale au sein du ministère a été mise en place pour s’occuper exclusivement de l’avancée de ‘Harich. Je suis heureux aujourd’hui de constater que nous avons réussi à atteindre notre but, de manière sans précédent. En un laps de temps très court – trois ans – nous avons terminé toute la partie procédurale et nous pouvons enfin nous atteler à promouvoir le développement de la ville.

H : Vous présentez la ville comme « ouverte à toute population », mais il s’agit pourtant d’un projet destiné au public orthodoxe. Concrètement qu’est-ce que cela signifie ?
- Selon la loi, tout citoyen a le droit d’acquérir un terrain de l’État, ce principe s’applique aussi à ‘Harich. Toutefois, à l’inverse d’autres villes dont la planification exclut souvent les familles orthodoxes – le logement dans des tours par exemple ne convient pas au public ’harédi – le plan urbain prévu à ’Harich a pris en considération les besoins spécifiques de ces familles qui pourront trouver des appartements correspondant à leur mode de vie.

H : Quelle est la spécificité de la ville et en quoi différera-t-elle d’Elad ou de Modiin Illit par exemple pour attirer près de 8 000 familles ?
- La spécificité de ‘Harich repose sur trois paramètres : le premier tient à sa localisation géographique. La ville est située au sein d’une belle région pastorale, à une heure du centre du pays et une heure et demi de Jérusalem. Le second paramètre est la planification. Le ministère du Logement a conçu ‘Harich de A à Z dans un soucis constant d’unité urbaine. En termes de planification, elle sera une sorte de « Modiin du nord », mieux planifiée que cette dernière. Le troisième paramètre relève des prix de l’immobilier sur place. Les terrains à ‘Harich ne coûtent rien. Pour nous, même si un constructeur répond à l’appel d’offre et vient nous proposer un prix très bas, nous conclurons la vente. Car ‘Harich se trouve dans une zone de priorité nationale dans laquelle le développement des terrains est subventionné par l’État. Toutes ces conditions concourront à pouvoir proposer au public des appartements bien meilleur marché que dans d’autres régions d’Israël.

H : Qu’est-il prévu pour les futurs résidents en terme de structures pour l’emploi ?
- Le ministère a prévu la construction d’un parc industriel qui accueillera des sociétés High Tech ainsi que d’autres secteurs afin de fournir des emplois sur place aux habitants de la ville.

H : Pourquoi le ministère a-t-il décidé de lancer des appels d’offre pour la construction de 5 000 logements d’un seul coup et non par étapes ?
- Cette technique revêt différents avantages : elle permet tout d’abord d’obtenir des terrains à bas prix et par voie de conséquence, elle donne l’opportunité au public d’acquérir des appartements peu onéreux. À l’inverse, la technique de la commercialisation par étapes engendre la concurrence entre les différents acteurs, entraînant l’augmentation des prix. Le second avantage de la commercialisation en masse est de conférer à des groupes de résidents la possibilité d’habiter les uns à côté des autres, dans un même immeuble ou une même rue. Enfin, le troisième avantage de la commercialisation en masse est de donner au public l’assurance qu’une véritable ville va être construite et non une petite centaine de logements ponctuels.

H : Que répondez-vous à ceux qui soutiennent que l’endroit a volontairement été négligé pendant des années afin de faire baisser les prix et de brader finalement les constructions au public orthodoxe ?

- L’échec des appels d’offres précédents a eu lieu bien avant que je ne sois nommé ministre du Logement. De même, la décision du gouvernement de faire de ‘Harich une ville orthodoxe a été prise à une époque où le ministre du Logement n’était pas ‘harédi. Ces critiques n’ont donc aucun fondement.

H : Comment comptez-vous assurer la cohabitation au sein d’un même lieu de la population orthodoxe avec les résidents laïcs qui mènent chacun des modes de vie très différents (pour chabbat par exemple) ?
- Une route séparant les futurs quartiers orthodoxes de ceux des laïcs a été prévue par le plan urbain. À cet effet, nous avons dû renoncer à la construction d’un nombre substantiel d’appartements qui auraient dû prendre place à l’endroit où se situe cette route. Le tribunal de Grande Instance a d’ailleurs suivi la position du ministère du Logement et a reconnu que la route en question permettrait à chacun de mener son mode de vie sans gêner l’autre et dissiperait ainsi les craintes des résidents.

Source: http://www.hamodia.fr/article.php?id=3523

L'associé de Xavier Niel lance Roundvip.com, basé en Suisse. Jacques-Antoine Granjon aurait investi dans le site de crowdfunding immobilier. Jérémie Berrebi lance sa start-up, révèle le magazine Challenges. Basée en suisse, la société Roundvip surfe sur un secteur porteur : le crowdfunding immobilier. Le site n'est pas encore lancé officiellement mais se présente comme une "marketplace d...

JDN | Immobilier

19 400 euros du mètre carré, plus cher que l'Avenue Montaigne ! Petit voyage au Proche-Orient, où l’appartement le plus onéreux de Jérusalem a trouvé son acquéreur. L'heureux propriétaire, un Suisse, a dû débourser 17,7 millions de shekels, soit environ 4 millions d'euros, pour s'offrir ce luxueux logement de 212 m², a révélé vendredi le site d'informations israélien Ynet. Cette propriété fe...

lavieimmo | Immobilier

IMMOBILIER. SPECIAL ETUDE COOLAMNEWS (Copyrights). Dans quelles villes obtiendrez-vous un retour d’investissement de plus de 5% par an pour l’achat d’un appartement? Quelle ville au centre d’Israël offre un rendement relativement faible, mais toujours intéressant? Et Comment les bases de Tsahal au sud du pays vont influencer la vie des villes alentour? Le marché de l’immobilier est suspendu ...

Coolamnews Fil Info. | Immobilier

Vous avez décidé d'acheter un appartement en Israël et l'agent immobilier, soucieux de vous « réserver » ce bien immédiatement vous recommande de signer une promesse de vente, un « zihron dvarim ». Quelles sont les conséquences d'un tel acte ? Comment l'annuler ? Pourquoi est-il déconseillé ? 1. Pourquoi est-ce déconseillé? en Israël, la plupart des avocats refusent d'établir un quelconque d...

Yaël Hagege Maruani (Avocat au Barreau d'Israël) | Immobilier

La crise immobilière épargne le secteur du luxe israélien, qui connaît un pic d’activité depuis environ deux ans. Les acheteurs sont diversifiés. Destination phare : le front de mer de Tel-Aviv. L’immobilier est une préoccupation pour tout le monde en Israël. D’un coté, les israéliens des classes moyennes qui sont très impactés par les hausses de prix du marché. De l’autre, l’immobilier de l...

Le Figaro | Immobilier

Lorsqu'une personne décide d’acheter un appartement, il réfléchit tout d’abord au budget qu'il souhaite investir dans cet important projet. Seulement souvent, il oublie qu’il y a des frais annexes à prendre en compte. FRAIS ANNEXES : Pour commencer, il y a la "Mas Rehisha", la taxe d’acquisition. Comme son nom l’indique, il s’agit de la taxe que l’on paye à l’état lorsque l’on achète un...

Talia Blum | Immobilier

L’univers de l’immobilier a toujours été effervescent en Israël et le devient encore plus avec le départ de nombreux juifs d'Europe (France, Belgique) vers Israël. Cette situation influe sur le secteur immobilier. De nouvelles lois facilitent l’achat d’un premier bien immobilier : un prêt peut être octroyé par la banque pour les personnes qui ont un montant insuffisant pour en acquérir un. ...

Talia Blum (Tel Aviv) | Immobilier

L’entreprise chinoise Broad Sustainable Building vient d’établir un record qui sera difficile à battre (surtout par Israël où la lenteur des constructions de grands immeubles est une réalite !) : ses ouvriers ont érigé un gratte-ciel de 57 étages et de 180 000 m2 en seulement dix-neuf jours. (DR) Selon (1) : "Soit une moyenne de 3 étages par jour. À l’intérieur : 19 atriums de 10 mètres de h...

Dan Rosh (Tel Aviv) | Immobilier

En Israël, où l’Etat contrôle 93 % des terres, il faut parfois jusqu’à 12 ans pour obtenir un permis de construire. Selon le Centre Taub, dans les pays européens, ce délai est en général de moins de 12… semaines. Autre difficulté, la plupart des terres constructibles se trouvent dans des zones périphériques, loin des régions attractives de Tel-Aviv ou Jérusalem. "Les jeunes de la classe moye...

France24 | Immobilier

Selon reers (Copyrights) : Plusieurs dizaines de manifestants ont dressé hier un camp de tentes sur l'un des principaux axes de Tel Aviv pour protester contre la pénurie de logement, qui est l'un des thèmes phares de la campagne pour les législatives israéliennes du 17 mars. "Nous allons rester ici jusqu'à ce que nos objectifs soient atteints", a averti Shai Cohen, l'organisateur du mouvemen...

IsraelValley Desk | Immobilier

Isaac Herzog a accusé jeudi le Premier ministre Benyamin Netanyahou d'avoir largement investi dans les constructions des implantations de Cisjordanie au dépend d'une résolution de la crise du logement en Israël, rapporte les médias israéliens. Dans son offensive contre Netanyahou, Herzog s'appuie sur le rapport cinglant sur la crise du logement dans le pays, du contrôleur d'Etat d'Israël Jos...

i24News | Immobilier

JACQUES HUBERT-RODIER : "Tout semble mécanique. Selon le « Wall Street Journal », les prix de l'immobilier en Israël sont en forte progression depuis sept ans. De plus, « une vague attendue de Juifs de France, qui font face en France à un environnement tendu, pourrait pousser les prix encore plus haut ». Aujourd'hui, nombre d'annonces immobilières sont écrites en français à Tel-Aviv. Les p...

Les Echos (Copyrights) | Immobilier

Le groupe « Ben David » s’est lancé dans les affaires dans les années 70. Il a depuis acquis, promut et développé de nombreux biens immobiliers en plus de l’achat de réserves foncières en Israël pour le développement de futurs centres résidentiels et commerciaux. Le groupe propose un large ensemble de services dans l’immobilier. Il identifie les emplacements terrestres attrayants, engage des...

Israël Valley Desk | Immobilier

Environ 25% des transactions immobilières en Israël sont effectuées dans une démarche de refuge contre l'antisémitisme. En 2014, les Juifs français représentaient 29% des acheteurs du marché immobilier israélien. Les actes terroristes survenus la semaine dernière à Paris, et plus particulièrement l'attaque d'un supermarché kasher, sont des événements susceptibles de déclencher un nouvel exod...

Le Figaro | Immobilier

Un panel d’agents immobiliers et de promoteurs a été interrogé par le journal économique israélien Globes. Le constat est unanime: même avant la vague d’attentats qui a secoué Paris la semaine dernière, ces professionnels de l’immobilier ont expliqué que la demande en Israël était poussée par la dynamique des acheteurs francophones. Nouveauté, avec l’Alyah en forte croissance, les achats ne...

Coolamnews.com | Immobilier