Sep 9

ISRAELVALLEY - INTERDICTION DU PORC EN ISRAËL? Entre motivations religieuses et écologiques, quelles sont les répercussions économiques pour les Arabes chrétiens d'Israël.

Authors picture

IsraelValley Desk | Économie

Headline image

Extraits: "A la naissance d’Israël, en 1948, alors que cette nouvelle nation devait relever le défi de construire un pays au milieu d’une guerre, ses premiers dirigeants ont débattu de nombreuses questions délicates : que faire des réfugiés arabes, comment installer des centaines de milliers d’immigrants et, de manière plus surprenante, la question de savoir si l’élevage des porcs devait être autorisée.

Le porc était (et est resté) un sujet de controverse en raison de l’interdit de la consommation de sa viande selon la loi juive, mais aussi parce que le caractère juif d’Israël était considéré comme partie prenante de l’identité du nouvel Etat. Les politiciens et les écrivains ont tous donné leur avis sur le sujet. Si les politiciens orthodoxes avançaient des arguments religieux, même Natan Alterman, poète laïc, considérait l’importance symbolique de l’interdiction du porc sur le territoire israélien. Il écrivait ainsi dans un éditorial publié dans le journal du parti Mapai: «Si une nation juive accepte la présence de porc sur son sol, son existence est menacée.»

Pourtant, de nombreux sionistes socialistes rejetèrent l’idée de fonder des lois séculières sur la tradition juive. Le journaliste laïc Mair Bareli, tout en prenant la mesure de l’importance du tabou du porc, considérait le faible coup de son élevage, à une époque où le manque de viande était criant, comme une excellente raison de l’autoriser.

Une industrie limitée
L’histoire contemporaine de l’industrie du porc en Israël est vieille de cinquante ans et date du moment où la Knesset a passé une loi interdisant l’élevage de porc sur le territoire de l’Etat hébreu. Cette loi –une des plus controversées de l’histoire d’Israël– a été conçue avec un vide juridique permettant l’élevage de porcs dans les régions majoritairement chrétiennes du nord, comme une forme de concession à l’égard des minorités religieuses du nouvel Etat d’Israël.

Voilà pourquoi les villes majoritairement peuplées d’Arabes chrétiens sont devenues des zones de production porcine. Si les politiciens ultra-orthodoxes ont, à plusieurs reprises, tenté de faire interdire l’élevage de porc en Israël, la loi limite l’expansion de cette industrie tout en protégeant les intérêts des producteurs chrétiens.

Il y a un peu plus d’un mois, un panel de représentants du gouvernement israélien a soudainement recommandé un changement de la loi et demandé que la production porcine soit délocalisée dans le sud afin de «réduire la densité de production de porcs» et de réguler les fermes.

Le porc est généralement considéré comme davantage interdit que la crevette ou le crabe (qui ne sont pas non plus casher) car depuis des millénaires, de nombreuses populations ont persécuté les Juifs en utilisant ce tabou pour les humilier et les punir.

Jusqu’aux années 1990, l’industrie israélienne du porc était presque clandestine, mais avec un afflux d’émigrants venus de l’ex-union soviétique et avec une Cour suprême plus progressiste, le porc est devenu plus répandu en Israël. Le pays étant repassé à droite avec l’élection de Benjamin Netanyahu, certains consommateurs de porcs ont de bonnes raisons de craindre que les membres religieux du gouvernement ne tentent –comme ils l’ont déjà fait à maintes reprises par le passé– de limiter la production porcine en Israël.

Cet été, tandis que je me trouvais à Tel Aviv pour enquêter sur cette industrie, le spécialiste des questions d’alimentation de Haaretz, Ronit Vered, m’a expliqué que le ministre de l’Agriculture ne se soucie guère des porcs. Les porcheries sont bien moins contrôlées que les fermes l’élevage de bovins et les discours sur la santé ou le bien-être des animaux sont quasi-inexistants.

L’intérêt récent que porte le Ministère de l’agriculture à l’élevage des porcs est donc censé porter avant toute chose sur les mauvaises conditions environnementales et d’hygiène. Il est certain que les fermes du Nord, dans les villes d’Ibilin, de Mailya, de Kafr Yasif et de Nazareth sont aussi surpeuplées que peu salubres, un fait que je ne puis que confirmer au vu de ma visite, il y a quatre ans, de la ville d’Ibilin. Je n’étais alors pas parvenu, malgré mes efforts, à échapper à l’odeur pestilentielle du lisier, même en roulant avec ma voiture toutes fenêtres fermées.

Le récent rapport du gouvernement recommande qu’Israël déplace ses porcheries dans le sud ou les cochons auront davantage d’espace et qu’Israël adopte “la directive de l’Union Européenne sur la question des droits des animaux”.

Israël pourrait imposer des conditions d’exploitation plus strictes aux fermes existantes plutôt que de relocaliser 26 exploitations, mais, contacté sur ce sujet, le Ministère de l’agriculture n’a pas souhaité répondre à ma question.

Des répercussions économiques
Si cette initiative se concrétise, les répercussions économiques pour les Arabes chrétiens seront graves, surtout dans une région qui voit le nombre de Chrétiens diminuer. Les Arabes chrétiens ne seront certainement pas prêts à abandonner des villages qu’ils occupent depuis des générations pour déménager dans un désert aride. L’Egypte a connu un précédent fâcheux il y a trois ans de cela lorsque sous couvert d’une «mesure de santé publique» l’ancien président Hosni Moubarak a fait abattre les 300 000 porcs du pays lors d’une éruption de grippe porcine. Les Coptes d’Egypte, principaux éleveurs de porcs, ont subi cette mesure de plein fouet, une mesure considérée par beaucoup comme une attaque déguisée contre cette minorité religieuse vulnérable.

Le risque existe que les consommateurs de porcs en Israël y perdent tout autant que les chrétiens d’Israël. En l’état actuel, le Ministre de l’intérieur doit examiner les recommandations du panel et décider ou non de leur acceptation, entamant ainsi la réforme des lois israéliennes sur le porc. Eli Yishai, Ministre de l’intérieur, est le chef du parti Shas, ultra-orthodoxe, dont les membres militent sans relâche pour l’interdiction du porc et qui critiquent les Israéliens d’origines russes qui en consomment. Si la loi change et que l’élevage de porcs n’est plus autorisé dans les zones chrétiennes, l’interdiction des porcheries pourrait suivre.

Le rapport déjà évoqué demandait à Yishai de «ne pas hésiter à prendre cette question à bras le corps, les porcs étant considérés comme l’exemple même de l’animal non-casher», ce qui montre la coloration religieuse du panel.

Mais ce n’est pas la première fois que les porcs attirent l’attention dans la région. Dans le récit de la Bible du voyage de Jésus au pays des Géraséniens, il y rencontre un homme accablé par des démons. Jésus le soigne en faisant entrer les démons dans un troupeau de porcs qu’il envoie ensuite à la mort en les faisant se noyer en Mer de Galilée. Au vu de cette histoire, le fait que les cochons finissent dans le désert du sud serait finalement un moindre mal".

Jeffrey Yoskowitz

Traduit par Antoine Bourguilleau

Source: Slate. Copyrights.

Avec des partenaires de premier plan, Herez (gestion de patrimoine) se prépare à lancer un évènement majeur en Juillet 2017 à Tel Aviv. IsraelValley sera le partenaire média de cet évènement. Avec un milliard d’euros d’actifs financiers conseillés, Herez est un des leaders français indépendants de la Gestion de patrimoine, de la Gestion de Fortune et du Family Office. Élu...

Eyal Aviv (Kikar hamedina) | Économie

1. La police Israélienne a arrêté mardi plusieurs membres d'un gang spécialisé dans le vol d'informations relatives aux cartes de crédit, ces individus, tous des résidents étrangers en provenance de Roumanie, installaient des équipements électroniques sur les distributeurs ATM dans le but de voler des informations et des mots de passe. 2. Le magazine Forbes a publié sa liste des m...

IsraelValley Desk | Économie

Binyamin Netanyahou est en Chine avec une importante délégation à l’occasion du 25e anniversaire de l’instauration de relations diplomatiques entre Pékin et Jérusalem. Dans le cadre de ce séjour, il a rencontré 11 patrons des coopératives les plus importantes de Chine dont certaines investissent déjà en Israël. Netanyahou a souligné que ces investissements chinois en Israël ...

IsraelValley Desk | Économie

Le secteur des importations de voitures en Israël présente peu de concurrence et des marges bénéficiaires exceptionnelles, selon l’économiste en chef du ministère des Finances. Les achats de véhicules neufs ont progressé depuis 2007 et les 12 importateurs de véhicules ont accumulé un bénéfice global de 14,1 milliards de NIS entre 2007-2014, soit une moyenne annuelle de 1,6 mill...

IsraelValley Desk | Économie

Israël lorgne sur le potentiel d'expansion commerciale constitué par les pays africains: l'Afrique ne représente aujourd'hui que 2% de son commerce extérieur, de même que l'État hébreu cherche à s'assurer du soutien des pays africains dans les institutions internationales. Israël et la Banque mondiale (BM) prévoient d'étendre la coopération dans les domaines de l'eau, de la cyber...

IsraelValley Desk | Économie

Surprise pour les analystes qui n'en reviennent pas. Selon des chiffres publiés par les Autorités à Jérusalem, Israël a investi plus de deux milliards de dollars au Mexique l'an dernier. L’économie du Mexique a été classée douzième parmi les économies mondiales avec un produit intérieur brut 1 788 milliards $, mesuré en parité de pouvoir d'achat. Le Mexique possède une écon...

IsraelValley Desk | Économie

"L’économie israélienne a progressé de 4% en 2016, dépassant les taux d’autres pays Etats membres de l'OCDE dont la moyenne est de 1,7% de croissance", a déclaré jeudi, le Bureau central de statistique israélien. La croissance du produit national brut d’Israël se situait à 2,5% en 2015 et 3,2% en 2014. Le secteur des affaires du pays a connu 4,2% de croissance en 2016 par rapp...

IsraelValley Desk | Économie

Seuls 47% des consommateurs ont tendance à vérifier systématiquement leur ticket de caisse. 55% du public pense que les entreprises ne les traitent pas de manière équitable. Selon une enquête menée par l’Autorité internationale des consommateurs à l’occasion de la Journée internationale du consommateur, il apparaît que 77% des clients de supermarchés ayant regardé leur ticke...

IsraelValley Desk | Économie

Le 23 mars prochain le "Gindi Fashion Mall", premier centre commercial de Tel Aviv dédié entièrement à la mode, va ouvrir ses portes au public. Pour la mode, en plus de H&M ET Zara (Femme, Homme et enfant) qui vont y ouvrir leur Flag Store, on peut noter la présence du premier magasin COS d’Israël ou encore de Lacoste, Longchamps et Calvin Klein. (https://happyintlv.net) Zara est la ...

IsraelValley Desk | Économie

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu a rencontré le PDG d'Intel, Brian Krzanich, et les fondateurs de Mobileye, Prof. Amnon Shashua et Ziv Aviram, au bureau du Premier ministre à Jérusalem. Le ministre de l'Économie, Eli Cohen, a également assisté à la réunion.   Le Premier ministre Netanyahu : "C'est la fête pour l'économie israélienne et pour Jérusalem. Israël devient rapide...

Aharon Kahn | Économie

L'action Mobileye a bondi de 28,3% ce soir à Wall Street à 60,6 $ par action, après une ouverture à +30,12% - c'est le plus haut niveau depuis Août 2015 - suite à l'annonce de son acquisition par Intel à un prix de $15,3 milliards, la plus importante transaction de l'histoire de l'économie israélienne. Le cours de l'action Intel a quant à lui chuté de 2,2% à 35,1 $ l'action. ...

Aharon Kahn | Économie

AFP – Le géant américain des puces électroniques Intel a décidé de se renforcer dans le secteur de la voiture autonome avec le rachat annoncé lundi de Mobileye, société israélienne spécialisée dans les systèmes anti-collisions, pour plus de 15 milliards de dollars. L'opération chiffrée approximativement à 15,3 milliards de dollars (14,3 milliards d'euros) par Intel est prés...

IsraelValley Desk | Économie

Le ministre des Finances Moshe Kahlon (Kulanu) a déclaré samedi soir qu’il prévoit de réduire les impôts dans un avenir proche. «Nous sommes sur le point de baisser les impôts », a déclaré Kahlon dans une interview avec Channel 2. «Nous devons donner de l’argent aux secteurs les plus faibles de la société. » «Nous voyons des changements dans le marché de l’immobilier...

IsraelValley Desk | Économie

Soulagement pour Michael Golan et ses partenaires. Michal Halperin, patronne de la Commission Antitrust, donne son feu vert au rachat de Golan Telecom par Electra Consumer Products. La transaction est estimée à $94.9 million selon The Marker. Electra Consumer Products fait partie de Elco Holdings Ltd, l’un des plus grands groupes industriels israéliens. Elco dispose de plusieurs centres...

Eyal Koren | Économie

Le maire Yitzhak Halevy : «Cet accord va nous faire marcher vers l'indépendance économique". Le gouvernement et l’Autorité des Terres d'Israël ont signé un accord avec la municipalité d’Eilat, dans le but d'augmenter le rythme de la construction dans la ville, de manière à en doubler la superficie. Selon l'accord, 18,372 unités de logement dans neuf nouveaux quartiers, ainsi qu...

Aharon Kahn | Économie