Sep 9

ISRAELVALLEY - INTERDICTION DU PORC EN ISRAËL? Entre motivations religieuses et écologiques, quelles sont les répercussions économiques pour les Arabes chrétiens d'Israël.

Authors picture

IsraelValley Desk | Économie

Headline image

Extraits: "A la naissance d’Israël, en 1948, alors que cette nouvelle nation devait relever le défi de construire un pays au milieu d’une guerre, ses premiers dirigeants ont débattu de nombreuses questions délicates : que faire des réfugiés arabes, comment installer des centaines de milliers d’immigrants et, de manière plus surprenante, la question de savoir si l’élevage des porcs devait être autorisée.

Le porc était (et est resté) un sujet de controverse en raison de l’interdit de la consommation de sa viande selon la loi juive, mais aussi parce que le caractère juif d’Israël était considéré comme partie prenante de l’identité du nouvel Etat. Les politiciens et les écrivains ont tous donné leur avis sur le sujet. Si les politiciens orthodoxes avançaient des arguments religieux, même Natan Alterman, poète laïc, considérait l’importance symbolique de l’interdiction du porc sur le territoire israélien. Il écrivait ainsi dans un éditorial publié dans le journal du parti Mapai: «Si une nation juive accepte la présence de porc sur son sol, son existence est menacée.»

Pourtant, de nombreux sionistes socialistes rejetèrent l’idée de fonder des lois séculières sur la tradition juive. Le journaliste laïc Mair Bareli, tout en prenant la mesure de l’importance du tabou du porc, considérait le faible coup de son élevage, à une époque où le manque de viande était criant, comme une excellente raison de l’autoriser.

Une industrie limitée
L’histoire contemporaine de l’industrie du porc en Israël est vieille de cinquante ans et date du moment où la Knesset a passé une loi interdisant l’élevage de porc sur le territoire de l’Etat hébreu. Cette loi –une des plus controversées de l’histoire d’Israël– a été conçue avec un vide juridique permettant l’élevage de porcs dans les régions majoritairement chrétiennes du nord, comme une forme de concession à l’égard des minorités religieuses du nouvel Etat d’Israël.

Voilà pourquoi les villes majoritairement peuplées d’Arabes chrétiens sont devenues des zones de production porcine. Si les politiciens ultra-orthodoxes ont, à plusieurs reprises, tenté de faire interdire l’élevage de porc en Israël, la loi limite l’expansion de cette industrie tout en protégeant les intérêts des producteurs chrétiens.

Il y a un peu plus d’un mois, un panel de représentants du gouvernement israélien a soudainement recommandé un changement de la loi et demandé que la production porcine soit délocalisée dans le sud afin de «réduire la densité de production de porcs» et de réguler les fermes.

Le porc est généralement considéré comme davantage interdit que la crevette ou le crabe (qui ne sont pas non plus casher) car depuis des millénaires, de nombreuses populations ont persécuté les Juifs en utilisant ce tabou pour les humilier et les punir.

Jusqu’aux années 1990, l’industrie israélienne du porc était presque clandestine, mais avec un afflux d’émigrants venus de l’ex-union soviétique et avec une Cour suprême plus progressiste, le porc est devenu plus répandu en Israël. Le pays étant repassé à droite avec l’élection de Benjamin Netanyahu, certains consommateurs de porcs ont de bonnes raisons de craindre que les membres religieux du gouvernement ne tentent –comme ils l’ont déjà fait à maintes reprises par le passé– de limiter la production porcine en Israël.

Cet été, tandis que je me trouvais à Tel Aviv pour enquêter sur cette industrie, le spécialiste des questions d’alimentation de Haaretz, Ronit Vered, m’a expliqué que le ministre de l’Agriculture ne se soucie guère des porcs. Les porcheries sont bien moins contrôlées que les fermes l’élevage de bovins et les discours sur la santé ou le bien-être des animaux sont quasi-inexistants.

L’intérêt récent que porte le Ministère de l’agriculture à l’élevage des porcs est donc censé porter avant toute chose sur les mauvaises conditions environnementales et d’hygiène. Il est certain que les fermes du Nord, dans les villes d’Ibilin, de Mailya, de Kafr Yasif et de Nazareth sont aussi surpeuplées que peu salubres, un fait que je ne puis que confirmer au vu de ma visite, il y a quatre ans, de la ville d’Ibilin. Je n’étais alors pas parvenu, malgré mes efforts, à échapper à l’odeur pestilentielle du lisier, même en roulant avec ma voiture toutes fenêtres fermées.

Le récent rapport du gouvernement recommande qu’Israël déplace ses porcheries dans le sud ou les cochons auront davantage d’espace et qu’Israël adopte “la directive de l’Union Européenne sur la question des droits des animaux”.

Israël pourrait imposer des conditions d’exploitation plus strictes aux fermes existantes plutôt que de relocaliser 26 exploitations, mais, contacté sur ce sujet, le Ministère de l’agriculture n’a pas souhaité répondre à ma question.

Des répercussions économiques
Si cette initiative se concrétise, les répercussions économiques pour les Arabes chrétiens seront graves, surtout dans une région qui voit le nombre de Chrétiens diminuer. Les Arabes chrétiens ne seront certainement pas prêts à abandonner des villages qu’ils occupent depuis des générations pour déménager dans un désert aride. L’Egypte a connu un précédent fâcheux il y a trois ans de cela lorsque sous couvert d’une «mesure de santé publique» l’ancien président Hosni Moubarak a fait abattre les 300 000 porcs du pays lors d’une éruption de grippe porcine. Les Coptes d’Egypte, principaux éleveurs de porcs, ont subi cette mesure de plein fouet, une mesure considérée par beaucoup comme une attaque déguisée contre cette minorité religieuse vulnérable.

Le risque existe que les consommateurs de porcs en Israël y perdent tout autant que les chrétiens d’Israël. En l’état actuel, le Ministre de l’intérieur doit examiner les recommandations du panel et décider ou non de leur acceptation, entamant ainsi la réforme des lois israéliennes sur le porc. Eli Yishai, Ministre de l’intérieur, est le chef du parti Shas, ultra-orthodoxe, dont les membres militent sans relâche pour l’interdiction du porc et qui critiquent les Israéliens d’origines russes qui en consomment. Si la loi change et que l’élevage de porcs n’est plus autorisé dans les zones chrétiennes, l’interdiction des porcheries pourrait suivre.

Le rapport déjà évoqué demandait à Yishai de «ne pas hésiter à prendre cette question à bras le corps, les porcs étant considérés comme l’exemple même de l’animal non-casher», ce qui montre la coloration religieuse du panel.

Mais ce n’est pas la première fois que les porcs attirent l’attention dans la région. Dans le récit de la Bible du voyage de Jésus au pays des Géraséniens, il y rencontre un homme accablé par des démons. Jésus le soigne en faisant entrer les démons dans un troupeau de porcs qu’il envoie ensuite à la mort en les faisant se noyer en Mer de Galilée. Au vu de cette histoire, le fait que les cochons finissent dans le désert du sud serait finalement un moindre mal".

Jeffrey Yoskowitz

Traduit par Antoine Bourguilleau

Source: Slate. Copyrights.

Le ministère des Affaires étrangères a organisé mardi 25 août une session de rendez-vous de 15 minutes entre quelques centaines de PME et les 169 ambassadeurs de France réunis à Paris. L'Ambassadeur de France en Israël était présent. Une quinzaine d'entreprises Françaises avaient souhaité le rencontrer. Selon des informations IsraelValley, les contacts entre Patrick Maisonnave et les entreprene...

Dan Rosh (Rehovot) | Économie

Acheter un congélateur, un lecteur DVD ou une télé LCD devrait coûter beaucoup moins cher aux israéliens dans les prochaines années, suite à un accord approuvé par les pays de l’Organisation Mondiale du Commerce qui vise à supprimer ou à réduire les taxes sur plus de 200 produits électroniques. L’entente signée par 54 pays, y compris Israël, est la première coupe tarifaire en 18 ans d’existe...

Dan Birenbaum | Économie

La journaliste Anaïs Lerévérend décrypte les phénomènes de mode qui se développent en Israël et leurs enjeux économiques (site Fashionmag). Comment prendre le « pouls mode » d’une ville ? Il règne en tout cas à Tel-Aviv une impression qu’il s’y passe quelque chose, qu’une culture mode est en train de se façonner. Si, dans la rue, le phénomène n’est pas encore perceptible au premier coup d’oe...

IsraelValley Desk | Économie

La récente situation économique a rappelé à Israël que peu importe ce qu'il pourrait faire, son destin économique ne lui appartient pas tout à fait. Les baisses de la Bourse de Tel Aviv ont suivi celles des marchés mondiaux. Sa piètre performance au deuxième trimestre a été principalement le résultat d'une économie mondiale sur le déclin, qui a rendu le shekel élevé, ses exportations moins c...

(A.H) Ariel Aviv | Économie

Ce mardi le Tel Aviv 25 Index est monté de 2.58%, le Tel Aviv 100 Index a progressé de 2.92%, et le BlueTech Index (technologies) est monté de 3.33%. David Ilouz : "Écrans verts mais optimisme prudent : la bourse de Tel Aviv semble avoir repris du poil de la bête ce mardi et la tendance est à la hausse après l'effondrement de ces derniers jours. Les indicateurs boursiers ont augmenté de 1,...

IsraelValley Desk | Économie

En France, Heinz est presque synonyme de ketchup, mais Israël a retiré à la marque le droit d’appeler « Ketchup » son produit – et devrait le qualifier « d’assaisonnement à la tomate ». Le ministère de la Santé a jugé que le produit de marque Heinz ne contient pas suffisamment « solides de tomate » pour être étiqueté comme ketchup. JSS News :"La décision est le résultat d’une campagne de lob...

Jérémyah Albert | Économie

De Dubaï à Tel Aviv ou Anvers, les diamantaires s'inquiètent : leurs pierres ne se vendent plus. Et la chute des prix qui en découle se fait particulièrement sentir sur les pierres taillées. Depuis près de 25 ans déjà, les diamants taillés mis en vente sont bien plus nombreux que les pierres achetées par les consommateurs. Et cette tendance n'a fait que s'amplifier au début des années 2000. ...

IsraelValley Desk | Économie

SPÉCIAL. Ce 24 août marque les 100 premiers jours du gouvernement Netanyahou. Le Premier ministre israélien semble paralysé par sa coalition étroite. (photo du Ministre de l'économie). Où en est la coalition gouvernementale au pouvoir à Jérusalem depuis le 17 mai dernier ? Après cent jours de gouvernement, le Premier ministre Benyamin Netanyahou semble pris en tenaille dans la mise en œuvre ...

Jacques Bendelac | Économie

La bourse de Tel Aviv est en fort recul, le TA-75 et celui des banques sont en baisse d'environ 5%. Le marché a enregistré aujourd'hui pour 1.3 milliards de shekels de transactions. L'indice phare TASE a perdu 3,3% et la grande majorité des actions sont en baisse, par exemple, Gazit Globe perd 4,6%, Mizrahi Tefahot perd 4,3%, Delek Group perd 4,2% , Elbit Systems et Israël Corp perdent tout deu...

David Illouz | Économie

Le Marché du Porc Breton de Plérin est un marché où le prix du porc est fixé pour le reste de la France. En 2015, Cooperl Arc Atlantique et le Groupe Bigard, les deux producteurs de porcs les plus importants de France, refusent de participer au marché. Ils considèrent que le prix est trop élevé par rapport au prix d’autres pays européens. En Israël pas de soucis! EN ISRAËL. Les boucheries qu...

IsraelValley Desk | Économie

Taux de Change : cette semaine le shekel a dévissé de 4% face à l'euro (NIS4.356/€). Face au dollar le shekel a perdu 3% (NIS 3.874/$). Cette perte du shekel est liée principalement à la baisse de la croissance économique de l'Etat Hébreu. Selon Le Point : "L'euro montait nettement vendredi face à un dollar qui souffrait des incertitudes sur la politique monétaire américaine, les cambistes ...

Ilan Rosenthal (Eilat) | Économie

Israël possède plus de 380 Shopping Centers ("Canyon" en hébreu ). Dans ces "Malls", Fox (470 magasins) et Castro (148 magasins) sont les plus actifs. A elles seules ses deux chaînes d'habillement possédées par des familles israéliennes dominent les revenus de ces Shopping Centers. Les franchises étrangères H&M, America's Forever, Gap possèdent ensemble moins de 50 magasins en Israël. Fox est p...

Ilan Rosenthal (Eilat) | Économie

Shraga Brosh, président de l’Association des Fabricants (le MEDEF israélien) : "La dure réalité est là. La détérioration des exportations est réelle, mais personne au Gouvernement n'écoute ". Selon le JPost : "La croissance trimestrielle anémique a été exacerbée par une baisse annualisée de 12,5% des exportations, une tendance que Shraga Brosh explique par la force du shekel. Shraga Brosh do...

(A.H) Ariel Aviv | Économie

Depuis le mois de juillet 2015, la société Afek d’exploration pétrolière et gazière israélienne procède à un second test de forage dans les hauteurs du Golan, dans le cadre d’un programme de recherches de nouvelles sources d’approvisionnement d’hydrocarbures. Aussi, et en complément des champs gaziers du Léviathan et de Tamar en mer Méditerranée, Israël est sur le point de trouver une nouvel...

Bertrand Ramas-Muhlbach | Économie

ANALYSE. Alors, bon ou mauvais accord ? Le gouvernement israélien a approuvé l'accord-cadre sur le gaz naturel malgré de nombreuses zones d'ombre. (Photo : Reuters) Le Conseil des ministres hebdomadaire a voté dimanche l’accord-cadre sur l’exploitation gazière concocté par le ministre de l’Énergie ; un seul ministre s’y est opposé, celui de la Protection de l’Environnement. Le premier acte d...

Jacques Bendelac | Économie