Sep 9

ISRAELVALLEY EXCLUSIF- DROIT ET FISCALITE EN ISRAËL. Conseils de Lior Pick & Co. "Succursale" ou "Filiale" en Israël? Généralement créer une société en Israël est une procédure simple et rapide

Authors picture

Lior Pick (Tel-Aviv) | Droit et fiscalité

Headline image

De nombreuses sociétés internationales souhaitant démarrer une activité en Israël se trouvent alors face à un dilemme: établir en Israël une filiale ou bien faire le choix d’une succursale de la société internationale.
Quelles sont les différences entre les deux structures qui doivent être prises en compte afin de parvenir à une décision éclairée.

Responsabilité légale (l’écran de l’incorporation)
Habituellement, une succursale est un établissement représentant une société étrangère, par lequel celle-ci organise son activité en Israël.
On rencontre certains cas dans lesquels la succursale israélienne constitue seulement une représentation quasi marketing de la société-mère étrangère.
Pour chaque situation dans laquelle une société étrangère opère à travers une succursale en Israël, la question de savoir si la succursale est un établissement permanent ou non doit être abordée.

Une succursale n’a pas de personnalité légale séparée de sa propriétaire, la société-mère. Cela reste vrai même dans le cas où ses activités commerciales ou financières sont complètement séparées dans un centre d`activités\de production séparé. Par conséquent, légalement, une société étrangère qui agit à travers une succursale en Israël peut très facilement se trouver en situation de défendeur concernant l’endettement de sa succursale (dérivant d’opérations effectuées en Israël). En général, la société étrangère sera directement considérée comme endettée et
responsable pour toutes les dettes de sa succursale en Israël (en faveur de ses créanciers, de l’administration fiscale etc) pour la simple raison qu’il n’y a pas de séparation légale pas d’écran légal qui les sépare.

Une filiale quant à elle, est une entité légale séparée, dans laquelle les actionnaires sont la société étrangère. Par conséquent, en règle générale le risque que la société étrangère supporte concernant la filiale est limité aux investissements que la société étrangère a effectués dans la filiale.

Cette règle est parfois écartée quand les activités entre la filiale et la société-mère conduisent les tribunaux israéliens à ignorer la précitée séparation et à lever l’écran légal de la filiale, permettant ainsi aux créanciers d’agir contre la société-mère (la société étrangère).

Il faut cependant noter que les tribunaux en Israël n’ont pas l’habitude d’ignorer l’écran légal et que, conformément à la Loi sur les Sociétés 5759-1999 ils se doivent de fournir de lourds arguments pour le faire. Par conséquent, de ce point de vue, il semble préférable de s’intégrer en Israël en tant que filiale.

Introduire un nouveau partenaire / Vendre l’activité en Israël
La création d’une filiale en Israël permet plus de flexibilité concernant l’introduction d’un nouveau partenaire (israélien ou étranger) ainsi que concernant la vente de l’activité en Israël (via la vente des parts de la société israélienne ou l’attribution des parts à la filiale en Israël). Il faut noter que généralement cette attribution des parts ne sera pas un événement
imposable en Israël.

Considérations fiscales
Une société israélienne est imposable en Israël sur ses bénéfices au taux de 25% (en 2012). Cela exclue les sociétés qui bénéficient d’un avantage fiscal par le biais de mesures de soutien telles que la Loi soutenant l’investissement en capital, 5719 – 1959.

En outre, généralement, un impôt additionnel de 25% à 30% est payé en cas de distribution des bénéfices de la société israélienne en tant que dividendes (aux actionnaires détenant une participation majoritaire-10% et plus), sauf quand les dividendes sont distribués à une société-mère israélienne (sous certaines conditions), ou quand il s’agit d’une société bénéficiant d’un avantage fiscal (par la Loi soutenant l’investissement en capital – 15%), ou enfin quand les dividendes sont distribués à une
société-mère dans un pays ayant signé un traité qui pose une atténuation du taux d’imposition (par exemple en Russie – 10%, aux Etats-Unis – 12,5% sous certaines conditions etc)

En revanche, une succursale israélienne d’une société étrangère est uniquement imposable sur la base du taux de l’impôt sur les sociétés (25% en 2012), sans aucune autre charge fiscale sur la distribution des bénéfices\des dividendes, cette distribution constituant donc simplement un transfert d’un compte à l’autre (car pour chaque opération les bénéfices
appartiennent à la société étrangère qui détient la succursale israélienne)

La nomination d’un “Représentant” pour les besoins fiscaux
L’article 60 de la Loi sur la TVA 5736 – 1975 impose la nomination d’un représentant pour les résidents étrangers qui ont des activités commerciales en Israël à travers des sociétés étrangères.
L’article 60 ajoute également que ce résident étranger doit informer l’administration fiscale en charge de la TVA du nom de son représentant local dans un délai de 60 jours à compter du jour où a débuté son activité commerciale en Israël.

Le représentant peut être un individu qui réside de façon permanente en Israël, ou une corporation enregistrée en Israël.
L’article 60 détermine de quelle manière enregistrer une activité commerciale étrangère qui est effectuée en Israël et dispose qu’un représentant nommé conformément a la Loi sur la TVA est traité comme imposable. Par conséquent, l’extension de la responsabilité qui pèse sur ce représentant est compréhensible.

Il faut ajouter que l’article 68b de l’Amendement 132 de l’ordonnance sur l’impôt sur le revenu déclare qu’un citoyen étranger qui doit nommer un représentant conformément à l’article 60 de la loi sur la TVA doit également nommer ce représentant conformément aux buts de l’ordonnance sur l’impôt sur le revenu.
Le représentant du résident étranger doit envoyer un apport aux autorités fiscales, recevoir de l’argent pour le résident étranger, et traiter chaque question juridique liée au droit en Israël.

Enregistrement en Israël
L’article 346 de la Loi sur les sociétés oblige toutes les corporations étrangères qui ont des activités commerciales en Israël à être enregistrées au Registre des Sociétés en tant que corporation étrangère opérant en Israël.
De plus, la conduite d’une activité en Israël oblige à ouvrir des dossiers et à s’enregistrer auprès de l’administration fiscale en Israël (TVA, Impôt sur le revenu, assurance nationale et déductions sur l’Impôt sur le revenu) avant de commencer une activité commerciale.

A partir de son intégration et du commencement de ses activités en Israël, une filiale israélienne doit également être enregistrée et ouvrir les dossiers précités auprès de l’administration fiscale en Israël, tout comme la succursale.

Généralement, créer une société est une procédure simple et rapide en Israël. Enregistrer une succursale d’une société étrangère en Israël est une procédure également simple, mais légèrement plus longue.

Cependant, la procédure requise pour ouvrir un compte bancaire en Israël pour une succursale d’une société étrangère opérant en Israël peut être un peu plus complexe qu’ouvrir un compte bancaire pour une société israélienne locale.

Il faut ajouter que les opérations d’enregistrement et d’ouverture de dossiers auprès de l’administration fiscale ne peuvent pas être effectuées avant que la société ouvre un compte bancaire en Israël. Par conséquent, une société ou une succursale qui n’a pas ouvert de compte bancaire ni été enregistrée auprès de l’administration fiscale en Israël n’est pas autorisée à commencer une activité commerciale en Israël.

Une activité commerciale qui ne respecterait pas les règles précitées serait considérée comme une activité illégale.

En Conclusion
D’un point de vue fiscal, pour exercer une activité en Israël il serait probablement plus intéressant d’agir en Israël à travers la succursale d’une société étrangère.
Cependant, si on se place sur le terrain de l’efficacité, de la simplicité et de la protection juridique, il apparait qu’il serait sans doute plus avantageux d’établir une société israélienne.

Maitre Lior Pick.

Lior Pick & co Law Offices
2 Hanechoshet St., Ramat Ha’chayal, Tel Aviv,
ISRAEL
Tel: +972-3-5105002
Fax: +972-3-5105025
E-mail: office@pick-law.com

Vous êtes propriétaire d’un appartement en Israël et vous rencontrez des problèmes avec votre locataire. Sachez que divers recours s’ouvrent à vous, et ce dans le limites de la loi et du type de contrat de location. 1. La caution et les garanties : dans tout bail de location, il est recommandé de prévoir précisément des clauses qui garantissent le bailleur en cas d’impayés ou de dégâts causé...

Maître Yael Hagege-Maruani | Droit et fiscalité

Loi sur les arrangements: TVA, assurance nationale et encouragement à l'investissement en capital Au regard du Droit fiscal, ladite Loi inclut de nombreux amendements, notamment concernant l'...

Maître Lior Pick | Droit et fiscalité

Grace aux nouvelles dispositions législatives, les Autorités fiscales auront la possibilité, et ce pour la première fois, de coopérer avec les Autorités étrangères, y compris les pays avec lesquels Israël n'a pas signé de Convention visant à lutter contre la double imposition. Une telle coopération interétatique permettrait la circulation des informations financières et la recherche des rési...

Maître Lior Pick | Droit et fiscalité

Au début de l’année 2014, de nouvelles lois fiscales sont entrées en vigueur en Israël, réduisant considérablement le champ d’application des exemptions classiques de la taxe sur la plus-value en Israël. Parallèlement à cela, des mesures transitoires permettent aujourd’hui de pouvoir vendre deux appartements tout en profitant d’une exemption partielle qui s’avère selon les cas très conséquente....

Maître Yael Hagege-Maruani | Droit et fiscalité

Les Autorités fiscales sont aux aguets de l'argent noir détenu par des résidents israéliens à l'étranger. Ils attaquent de nouveau les fraudeurs par le biais d'une nouvelle version du programme de divulgation volontaire et d'une nouvelle législation dont l'objectif est de mettre la main sur les fonds non déclarés. Une guerre économique enclenchée par les Etats-Unis Les Etats-Unis, en tan...

Maître Lior Pick | Droit et fiscalité

Dimona : cafouillage fiscal autour du réacteur nucléaire. La municipalité de Dimona exige une augmentation significative des impôts fonciers versés par la centrale nucléaire POLEMIQUE. Une surprenante polémique a éclaté cette semaine autour de la centrale nucléaire de Dimona. Le réacteur, probablement essentiel au développement du programme nucléaire israélien, doit faire face à un nouveau p...

Lazar Berman (Times of Israel) | Droit et fiscalité

La Banque Discount exige de ses clients étrangers la présentation de documents fiscaux certifiant la source des sommes d'argent déposées sur leurs comptes en banque.                                                                           Depuis quelques semaines, simultanément avec l'entrée en fonction d'Asher Topilski à la tête de la société, la Banque Discount exige de ses nouveaux clien...

Maître Lior Pick | Droit et fiscalité

Au début de l’année 2014, de nouvelles lois fiscales sont entrées en vigueur en Israël, réduisant considérablement le champ d’application des exemptions classiques de la taxe sur la plus-value en Israël. Parallèlement à cela, des mesures transitoires permettent aujourd’hui de pouvoir vendre deux appartements tout en profitant d’une exemption partielle qui s’avère selon les cas très conséquente....

Maître Yael Hagege-Maruani | Droit et fiscalité

Un dossier va empoisonner sérieusement les relations France-USA. Trois banques françaises (d'autres grandes banques internationales non françaises) sont impliquées. En Israël, on observe avec une très grande attention ce dossier car l'Iran, ennemi mortel d'Israël, aurait bénéficié de "violations de sanctions américaines " (lire ci-dessous) des banques. La Tribune (Copyrights) : "Les banques ...

IsraelValley Desk | Droit et fiscalité

Excellente nouvelle annonçée avec satisfaction et larges sourires par le Ministre qui s'occupe de tout sauf d'économie Naftali Bennett (qui se vante d'un succès qui ne lui revient certainement pas car c'est en 2008 que les négociateurs ont commençé les pourparlers!). Israël ne fait plus partie des pays voyous qui figuraient sur le "Special Report 301" américain. Ce Report a empoisonné duran...

Youval Blumenthal | Droit et fiscalité

Vous désirez acquérir un bien en Israël mais vous hésitez encore sur sa destination : vacances, alya, location ? Sachez que l’investissement locatif en Israël est bien plus souple qu’en France juridiquement et il peut donc s’avérer plus facilement lucratif. 1. Les conditions du bail de location : En Israël, il n’y a pas de contrat standard, ce qui sign...

Maître Yael Hagege-Maruani | Droit et fiscalité

Le Directeur du Département du Trésor israélien a accéléré les négociations avec le Département du Trésor américain en ce qui concerne l'Accord qui mettrait en place, notamment, le transfert des informations relatives aux comptes bancaires des résidents étrangers. Selon les estimations, l'Accord devrait être signé dans les mois à venir. Dans le cadre de l'Accord, les banques tra...

Maître Lior Pick | Droit et fiscalité

Israël a averti ce mercredi au sujet des risques potentiels du Bitcoin, la fameuse "crypto-devise" virtuelle qui fait fureur et suscite des réactions extrêmes, critiques ou enthousiastes. Karnit Flug, la gouverneure de la Banque centrale d'Israël, doit participer à une réunion cette semaine avec d'autres régulateurs des marchés de capitaux, des questions fiscales ou bien encore du blanchiment. ...

IsraelValley Desk | Droit et fiscalité

Opter pour la déclaration volontaire avant que soit mise en application la transparence inter-étatique. Le 29 Janvier 2014, a été officiellement publiée la proposition d'amendement de l'Ordonnance traitant de l'impôt sur le revenu. La proposition l...

Maître Lior Pick | Droit et fiscalité

Chaque premier lundi du mois se tient le Business club Ashdod-Café. La troisième édition s'est tenue dans les locaux de Bella Ligna, un grand magasin de meubles design, spécialisé dans les lignes italiennes. Me Irène Ezratty-Farhi, avocate spécialisée en propriété intellectuelle a longuement évoqué le droit des marques au cours de l'événement. "La marque fai...

Irène Ezratty-Farhi | Droit et fiscalité