Sep 9

ISRAELVALLEY EXCLUSIF- DROIT ET FISCALITE EN ISRAËL. Conseils de Lior Pick & Co. "Succursale" ou "Filiale" en Israël? Généralement créer une société en Israël est une procédure simple et rapide

Authors picture

Lior Pick (Tel-Aviv) | Droit et fiscalité

Headline image

De nombreuses sociétés internationales souhaitant démarrer une activité en Israël se trouvent alors face à un dilemme: établir en Israël une filiale ou bien faire le choix d’une succursale de la société internationale.
Quelles sont les différences entre les deux structures qui doivent être prises en compte afin de parvenir à une décision éclairée.

Responsabilité légale (l’écran de l’incorporation)
Habituellement, une succursale est un établissement représentant une société étrangère, par lequel celle-ci organise son activité en Israël.
On rencontre certains cas dans lesquels la succursale israélienne constitue seulement une représentation quasi marketing de la société-mère étrangère.
Pour chaque situation dans laquelle une société étrangère opère à travers une succursale en Israël, la question de savoir si la succursale est un établissement permanent ou non doit être abordée.

Une succursale n’a pas de personnalité légale séparée de sa propriétaire, la société-mère. Cela reste vrai même dans le cas où ses activités commerciales ou financières sont complètement séparées dans un centre d`activités\de production séparé. Par conséquent, légalement, une société étrangère qui agit à travers une succursale en Israël peut très facilement se trouver en situation de défendeur concernant l’endettement de sa succursale (dérivant d’opérations effectuées en Israël). En général, la société étrangère sera directement considérée comme endettée et
responsable pour toutes les dettes de sa succursale en Israël (en faveur de ses créanciers, de l’administration fiscale etc) pour la simple raison qu’il n’y a pas de séparation légale pas d’écran légal qui les sépare.

Une filiale quant à elle, est une entité légale séparée, dans laquelle les actionnaires sont la société étrangère. Par conséquent, en règle générale le risque que la société étrangère supporte concernant la filiale est limité aux investissements que la société étrangère a effectués dans la filiale.

Cette règle est parfois écartée quand les activités entre la filiale et la société-mère conduisent les tribunaux israéliens à ignorer la précitée séparation et à lever l’écran légal de la filiale, permettant ainsi aux créanciers d’agir contre la société-mère (la société étrangère).

Il faut cependant noter que les tribunaux en Israël n’ont pas l’habitude d’ignorer l’écran légal et que, conformément à la Loi sur les Sociétés 5759-1999 ils se doivent de fournir de lourds arguments pour le faire. Par conséquent, de ce point de vue, il semble préférable de s’intégrer en Israël en tant que filiale.

Introduire un nouveau partenaire / Vendre l’activité en Israël
La création d’une filiale en Israël permet plus de flexibilité concernant l’introduction d’un nouveau partenaire (israélien ou étranger) ainsi que concernant la vente de l’activité en Israël (via la vente des parts de la société israélienne ou l’attribution des parts à la filiale en Israël). Il faut noter que généralement cette attribution des parts ne sera pas un événement
imposable en Israël.

Considérations fiscales
Une société israélienne est imposable en Israël sur ses bénéfices au taux de 25% (en 2012). Cela exclue les sociétés qui bénéficient d’un avantage fiscal par le biais de mesures de soutien telles que la Loi soutenant l’investissement en capital, 5719 – 1959.

En outre, généralement, un impôt additionnel de 25% à 30% est payé en cas de distribution des bénéfices de la société israélienne en tant que dividendes (aux actionnaires détenant une participation majoritaire-10% et plus), sauf quand les dividendes sont distribués à une société-mère israélienne (sous certaines conditions), ou quand il s’agit d’une société bénéficiant d’un avantage fiscal (par la Loi soutenant l’investissement en capital – 15%), ou enfin quand les dividendes sont distribués à une
société-mère dans un pays ayant signé un traité qui pose une atténuation du taux d’imposition (par exemple en Russie – 10%, aux Etats-Unis – 12,5% sous certaines conditions etc)

En revanche, une succursale israélienne d’une société étrangère est uniquement imposable sur la base du taux de l’impôt sur les sociétés (25% en 2012), sans aucune autre charge fiscale sur la distribution des bénéfices\des dividendes, cette distribution constituant donc simplement un transfert d’un compte à l’autre (car pour chaque opération les bénéfices
appartiennent à la société étrangère qui détient la succursale israélienne)

La nomination d’un “Représentant” pour les besoins fiscaux
L’article 60 de la Loi sur la TVA 5736 – 1975 impose la nomination d’un représentant pour les résidents étrangers qui ont des activités commerciales en Israël à travers des sociétés étrangères.
L’article 60 ajoute également que ce résident étranger doit informer l’administration fiscale en charge de la TVA du nom de son représentant local dans un délai de 60 jours à compter du jour où a débuté son activité commerciale en Israël.

Le représentant peut être un individu qui réside de façon permanente en Israël, ou une corporation enregistrée en Israël.
L’article 60 détermine de quelle manière enregistrer une activité commerciale étrangère qui est effectuée en Israël et dispose qu’un représentant nommé conformément a la Loi sur la TVA est traité comme imposable. Par conséquent, l’extension de la responsabilité qui pèse sur ce représentant est compréhensible.

Il faut ajouter que l’article 68b de l’Amendement 132 de l’ordonnance sur l’impôt sur le revenu déclare qu’un citoyen étranger qui doit nommer un représentant conformément à l’article 60 de la loi sur la TVA doit également nommer ce représentant conformément aux buts de l’ordonnance sur l’impôt sur le revenu.
Le représentant du résident étranger doit envoyer un apport aux autorités fiscales, recevoir de l’argent pour le résident étranger, et traiter chaque question juridique liée au droit en Israël.

Enregistrement en Israël
L’article 346 de la Loi sur les sociétés oblige toutes les corporations étrangères qui ont des activités commerciales en Israël à être enregistrées au Registre des Sociétés en tant que corporation étrangère opérant en Israël.
De plus, la conduite d’une activité en Israël oblige à ouvrir des dossiers et à s’enregistrer auprès de l’administration fiscale en Israël (TVA, Impôt sur le revenu, assurance nationale et déductions sur l’Impôt sur le revenu) avant de commencer une activité commerciale.

A partir de son intégration et du commencement de ses activités en Israël, une filiale israélienne doit également être enregistrée et ouvrir les dossiers précités auprès de l’administration fiscale en Israël, tout comme la succursale.

Généralement, créer une société est une procédure simple et rapide en Israël. Enregistrer une succursale d’une société étrangère en Israël est une procédure également simple, mais légèrement plus longue.

Cependant, la procédure requise pour ouvrir un compte bancaire en Israël pour une succursale d’une société étrangère opérant en Israël peut être un peu plus complexe qu’ouvrir un compte bancaire pour une société israélienne locale.

Il faut ajouter que les opérations d’enregistrement et d’ouverture de dossiers auprès de l’administration fiscale ne peuvent pas être effectuées avant que la société ouvre un compte bancaire en Israël. Par conséquent, une société ou une succursale qui n’a pas ouvert de compte bancaire ni été enregistrée auprès de l’administration fiscale en Israël n’est pas autorisée à commencer une activité commerciale en Israël.

Une activité commerciale qui ne respecterait pas les règles précitées serait considérée comme une activité illégale.

En Conclusion
D’un point de vue fiscal, pour exercer une activité en Israël il serait probablement plus intéressant d’agir en Israël à travers la succursale d’une société étrangère.
Cependant, si on se place sur le terrain de l’efficacité, de la simplicité et de la protection juridique, il apparait qu’il serait sans doute plus avantageux d’établir une société israélienne.

Maitre Lior Pick.

Lior Pick & co Law Offices
2 Hanechoshet St., Ramat Ha’chayal, Tel Aviv,
ISRAEL
Tel: +972-3-5105002
Fax: +972-3-5105025
E-mail: office@pick-law.com

Un article de Yaël Scemama (A.J.): Le président de l’Association francophone des juristes et avocats hébraïsants annonce qu’une nouvelle session de préparation aux examens d’équivalence du Barreau israélien démarre (1). Actualité Juive : En quoi consistent les formations de l’AFJAH ? Laurent-Meyer Elaïch : Depuis trois ans, notre association, basée à la Maison du Barreau de l’Ordre des A...

IsraelValley Desk | Droit et fiscalité

Ehud Olmert a pour la première fois plaidé coupable pour entrave à la justice dans deux affaires de corruption dont une doit le conduire en prison le 15 février. Ehud Olmert, 70 ans, avait jusqu’alors toujours proclamé son innocence devant les juges face aux accusations de corruption. LE PLUS. Ehud Olmert (en hébreu : אהוד אולמרט), né le 30 septembre 1945 à Binyamina en Palestine mandataire,...

IsraelValley Desk | Droit et fiscalité

L’Alya des français a pris de l’ampleur depuis 2 ans et plus particulièrement depuis l’année 2015, mais le système fiscal israélien reste difficile à appréhender pour les “olim” des nouvelles générations ou même des plus anciennes. Il serait donc intéressant de passer en revue les points essentiels à retenir ou à clarifier pour mieux comprendre le système fiscal israélien, à travers les cas pré...

Esther Amar | Droit et fiscalité

On parle de succession internationale lorsqu’une personne décède dans un pays qui n’est pas celui de sa nationalité ou de sa résidence ou qu’elle laisse des biens dans des pays différents. Par Me Aimé Tangy. Comment se définit l’ordre des héritiers : En droit français la loi touchant les biens mobiliers est la loi du dernier domicile tandis que la loi touchant les biens immobiliers est l...

Me Aimé Tangy. | Droit et fiscalité

Des milliers d'israéliens ne vont pas passer un week-end style "peace and love". Le patron (aucune casserole... pour l'instant) de l'Israel Tax Authority, Moshe Asher, a jeté cette semaine un froid dans les milieux d'affaires du pays. Selon ses propos repris par le journal Globes : "Une banque Suisse devrait remettre à Israël une "liste noire" de clients israéliens". LE PLUS DANS NOS ARCHIV...

Eyal Rosenthal | Droit et fiscalité

L’église méthodiste unie (UMC) a annoncé qu’elle n’investirait plus ses fonds de retraite dans cinq banques israéliennes. L’UMC, une organisation presbytérienne qui possède plusieurs millions de membres, a déclaré qu’elle n’investirait plus dans des banques qui financent « les activités de colonisation » sur les lignes d’armistice de 1949, rapporte le New York Times. Les cinq banques sur la ...

IsraelValley Desk | Droit et fiscalité

Vous envisagez une transaction immobilière en Israël ? Que vous soyez acheteur, vendeur ou loueur, la fiscalité immobilière s’applique en Israël à différents niveaux. Faisons le point sur la taxation et les exemptions possibles. 1.L’acheteur : au moment de l’acquisition d’un bien, vous devez à l’Etat la fameuse taxe d’acquisition. Pour les logements, elle est a priori de 8% si vous êtes ...

Me Yaël Hagege-Maruani | Droit et fiscalité

Selon les chiffres du rapport « Projet Impôts » de l’OCDE publié en décembre 2015, les israéliens paient moins d’impôts que les résidents de 22 des 34 pays de l’OCDE. Les Israéliens paient en moyenne 31,4 % d’impôts sur leurs revenus (moyenne de l’OCDE étant de 34,4 %). Israël tient bien la comparaison non seulement par rapport aux pays très taxés, comme le Danemark, la Suède, la France, et...

IsraelValley Desk | Droit et fiscalité

Quelle fiscalité pour un bien immobilier en Israël ? par Florence Toledano, fiscaliste du Réseau Experts Alya – ancienne Inspectrice des Impôts en France. Avoir un bien immobilier en Israël représente l’accomplissement d’un rêve et le premier pas dans les méandres de la fiscalité immobilière internationale. Pour appréhender au mieux la fiscalité dans ce domaine, trois critères doivent êtr...

IsraelValley Desk | Droit et fiscalité

Bar Refaeli aurait essayé de jouer un mauvais tour au fisc israélien en faisant disparaitre une partie de ses revenus La célèbre top-modèle est soupçonnée de ne pas avoir déclaré ses gains à l'étranger en mentant sur son lieu de résidence, a été arrêtée jeudi puis libérée sous caution, ont indiqué les autorités israéliennes. La mannequin est également suspectée de ne pas avoir déclaré des f...

IsraelValley Desk | Droit et fiscalité

Le tribunal de Tel Aviv a présenté mercredi matin un acte d’inculpation contre l’ancien député et ministre travailliste Binyamin Ben Eliezer. Il a été mis en examen pour corruption, fraude fiscale, abus de confiance, blanchiment d’argent et pots de vin, des faits datant de l’époque où il était député et ministre entre 2007 et 2014. Ses complices, des hommes d’affaires ont également été incul...

IsraPresse | Droit et fiscalité

Des droits de succession entre Israël et la France ? Vous résidez en France et vous héritez d’un bien en Israël ? Vous résidez en Israël et vous léguez à des Israéliens des biens en France ? Vous souhaitez prévoir votre Alya et votre succession pour l’optimiser fiscalement ? Ces quelques conseils pourront vous être utiles : 1. La non-imposition en Israël : bien que des projets soient en disc...

Maitre Yaël Hagege Maruani | Droit et fiscalité

Ces dix dernières années, des efforts considérables ont été entrepris, notamment par l’Union Européenne et l’OCDE, afin de promouvoir la coopération internationale pour une meilleure application des législations fiscales nationales. C’est dans ce contexte qu’a été élaborée la Convention OCDE concernant l'assistance administrative mutuelle en matière fiscale. A ce jour, Israël est le seul Eta...

Michaël Journo, Avocat | Droit et fiscalité

Demander conseil à un spécialiste au moment de faire son Alyah peut s’avérer très utile, compte tenu de la complexité du Code général des Impôts et du Code de procédures fiscales en France (pas loin de 8000 pages en tout…). D’autant que les idées reçues en la matière ne manquent pas. UN ARTICLE DE ACTUALITE JUIVE. « Les gens font souvent trois erreurs majeures », souligne Philippe Rochmann,...

Karen Benchetrit | Droit et fiscalité

Le géant américain de l'internet Google a nié lundi avoir conclu un accord avec le gouvernement israélien visant à surveiller les incitations à la violence via des vidéos postées sur YouTube, contredisant des déclarations de la diplomatie israélienne. La Croix (Copyrights) :"La vice-ministre israélienne des Affaires étrangères, Tzipi Hotovely, avait annoncé la semaine dernière que Google, le...

IsraelValley Desk | Droit et fiscalité