Sep 9

ISRAELVALLEY EXCLUSIF- DROIT ET FISCALITE EN ISRAËL. Conseils de Lior Pick & Co. "Succursale" ou "Filiale" en Israël? Généralement créer une société en Israël est une procédure simple et rapide

Authors picture

Lior Pick (Tel-Aviv) | Droit et fiscalité

Headline image

De nombreuses sociétés internationales souhaitant démarrer une activité en Israël se trouvent alors face à un dilemme: établir en Israël une filiale ou bien faire le choix d’une succursale de la société internationale.
Quelles sont les différences entre les deux structures qui doivent être prises en compte afin de parvenir à une décision éclairée.

Responsabilité légale (l’écran de l’incorporation)
Habituellement, une succursale est un établissement représentant une société étrangère, par lequel celle-ci organise son activité en Israël.
On rencontre certains cas dans lesquels la succursale israélienne constitue seulement une représentation quasi marketing de la société-mère étrangère.
Pour chaque situation dans laquelle une société étrangère opère à travers une succursale en Israël, la question de savoir si la succursale est un établissement permanent ou non doit être abordée.

Une succursale n’a pas de personnalité légale séparée de sa propriétaire, la société-mère. Cela reste vrai même dans le cas où ses activités commerciales ou financières sont complètement séparées dans un centre d`activités\de production séparé. Par conséquent, légalement, une société étrangère qui agit à travers une succursale en Israël peut très facilement se trouver en situation de défendeur concernant l’endettement de sa succursale (dérivant d’opérations effectuées en Israël). En général, la société étrangère sera directement considérée comme endettée et
responsable pour toutes les dettes de sa succursale en Israël (en faveur de ses créanciers, de l’administration fiscale etc) pour la simple raison qu’il n’y a pas de séparation légale pas d’écran légal qui les sépare.

Une filiale quant à elle, est une entité légale séparée, dans laquelle les actionnaires sont la société étrangère. Par conséquent, en règle générale le risque que la société étrangère supporte concernant la filiale est limité aux investissements que la société étrangère a effectués dans la filiale.

Cette règle est parfois écartée quand les activités entre la filiale et la société-mère conduisent les tribunaux israéliens à ignorer la précitée séparation et à lever l’écran légal de la filiale, permettant ainsi aux créanciers d’agir contre la société-mère (la société étrangère).

Il faut cependant noter que les tribunaux en Israël n’ont pas l’habitude d’ignorer l’écran légal et que, conformément à la Loi sur les Sociétés 5759-1999 ils se doivent de fournir de lourds arguments pour le faire. Par conséquent, de ce point de vue, il semble préférable de s’intégrer en Israël en tant que filiale.

Introduire un nouveau partenaire / Vendre l’activité en Israël
La création d’une filiale en Israël permet plus de flexibilité concernant l’introduction d’un nouveau partenaire (israélien ou étranger) ainsi que concernant la vente de l’activité en Israël (via la vente des parts de la société israélienne ou l’attribution des parts à la filiale en Israël). Il faut noter que généralement cette attribution des parts ne sera pas un événement
imposable en Israël.

Considérations fiscales
Une société israélienne est imposable en Israël sur ses bénéfices au taux de 25% (en 2012). Cela exclue les sociétés qui bénéficient d’un avantage fiscal par le biais de mesures de soutien telles que la Loi soutenant l’investissement en capital, 5719 – 1959.

En outre, généralement, un impôt additionnel de 25% à 30% est payé en cas de distribution des bénéfices de la société israélienne en tant que dividendes (aux actionnaires détenant une participation majoritaire-10% et plus), sauf quand les dividendes sont distribués à une société-mère israélienne (sous certaines conditions), ou quand il s’agit d’une société bénéficiant d’un avantage fiscal (par la Loi soutenant l’investissement en capital – 15%), ou enfin quand les dividendes sont distribués à une
société-mère dans un pays ayant signé un traité qui pose une atténuation du taux d’imposition (par exemple en Russie – 10%, aux Etats-Unis – 12,5% sous certaines conditions etc)

En revanche, une succursale israélienne d’une société étrangère est uniquement imposable sur la base du taux de l’impôt sur les sociétés (25% en 2012), sans aucune autre charge fiscale sur la distribution des bénéfices\des dividendes, cette distribution constituant donc simplement un transfert d’un compte à l’autre (car pour chaque opération les bénéfices
appartiennent à la société étrangère qui détient la succursale israélienne)

La nomination d’un “Représentant” pour les besoins fiscaux
L’article 60 de la Loi sur la TVA 5736 – 1975 impose la nomination d’un représentant pour les résidents étrangers qui ont des activités commerciales en Israël à travers des sociétés étrangères.
L’article 60 ajoute également que ce résident étranger doit informer l’administration fiscale en charge de la TVA du nom de son représentant local dans un délai de 60 jours à compter du jour où a débuté son activité commerciale en Israël.

Le représentant peut être un individu qui réside de façon permanente en Israël, ou une corporation enregistrée en Israël.
L’article 60 détermine de quelle manière enregistrer une activité commerciale étrangère qui est effectuée en Israël et dispose qu’un représentant nommé conformément a la Loi sur la TVA est traité comme imposable. Par conséquent, l’extension de la responsabilité qui pèse sur ce représentant est compréhensible.

Il faut ajouter que l’article 68b de l’Amendement 132 de l’ordonnance sur l’impôt sur le revenu déclare qu’un citoyen étranger qui doit nommer un représentant conformément à l’article 60 de la loi sur la TVA doit également nommer ce représentant conformément aux buts de l’ordonnance sur l’impôt sur le revenu.
Le représentant du résident étranger doit envoyer un apport aux autorités fiscales, recevoir de l’argent pour le résident étranger, et traiter chaque question juridique liée au droit en Israël.

Enregistrement en Israël
L’article 346 de la Loi sur les sociétés oblige toutes les corporations étrangères qui ont des activités commerciales en Israël à être enregistrées au Registre des Sociétés en tant que corporation étrangère opérant en Israël.
De plus, la conduite d’une activité en Israël oblige à ouvrir des dossiers et à s’enregistrer auprès de l’administration fiscale en Israël (TVA, Impôt sur le revenu, assurance nationale et déductions sur l’Impôt sur le revenu) avant de commencer une activité commerciale.

A partir de son intégration et du commencement de ses activités en Israël, une filiale israélienne doit également être enregistrée et ouvrir les dossiers précités auprès de l’administration fiscale en Israël, tout comme la succursale.

Généralement, créer une société est une procédure simple et rapide en Israël. Enregistrer une succursale d’une société étrangère en Israël est une procédure également simple, mais légèrement plus longue.

Cependant, la procédure requise pour ouvrir un compte bancaire en Israël pour une succursale d’une société étrangère opérant en Israël peut être un peu plus complexe qu’ouvrir un compte bancaire pour une société israélienne locale.

Il faut ajouter que les opérations d’enregistrement et d’ouverture de dossiers auprès de l’administration fiscale ne peuvent pas être effectuées avant que la société ouvre un compte bancaire en Israël. Par conséquent, une société ou une succursale qui n’a pas ouvert de compte bancaire ni été enregistrée auprès de l’administration fiscale en Israël n’est pas autorisée à commencer une activité commerciale en Israël.

Une activité commerciale qui ne respecterait pas les règles précitées serait considérée comme une activité illégale.

En Conclusion
D’un point de vue fiscal, pour exercer une activité en Israël il serait probablement plus intéressant d’agir en Israël à travers la succursale d’une société étrangère.
Cependant, si on se place sur le terrain de l’efficacité, de la simplicité et de la protection juridique, il apparait qu’il serait sans doute plus avantageux d’établir une société israélienne.

Maitre Lior Pick.

Lior Pick & co Law Offices
2 Hanechoshet St., Ramat Ha’chayal, Tel Aviv,
ISRAEL
Tel: +972-3-5105002
Fax: +972-3-5105025
E-mail: office@pick-law.com

Selon Globes, le point majeur de ce plan résiderait dans une réduction des impôts sur le revenu et sur les sociétés. Les réductions devraient être appliquées aux revenus mensuels jusqu’à 12000 ou 13000 shekels. L’objectif est de soulager du fardeau fiscal les bas et moyens revenus. Si ces mesures sont encore en discussion et qu’aucune décision n’est définitive, Moshe Kahl...

Nathan Sarel (Tel Aviv) | Droit et fiscalité

*La loi augmentant le nombre de jours minimum de congés payés en Israël, de 10 à 12 par an, est désormais entrée partiellement en application. Les travailleurs israéliens bénéficient depuis le début du mois d’un jour supplémentaire, le second sera effectif à partir de janvier 2017. Proposée et défendue à la Knesset par la députée Rachel Azaria, du parti de centre-droit Kul...

Nathan Sarel (Tel Aviv) | Droit et fiscalité

Lawgeex a pour ambition d’amener les professions juridiques dans le XXIème siècle, de la même manière qu’Uber a transformé le secteur des transports. Pour Noory Bechor, fondateur et président de cette société, “Les services juridiques sont la deuxième industrie de service la plus importante aux États-Unis, derrière les services de santé. Le secteur pèse près de 400 milliards...

Nathan Driot | Droit et fiscalité

Israël a pour la première fois obtenu la présidence d'une des six commissions spécialisées de l'Assemblée générale de l'ONU, au grand dam des pays arabes et des Palestiniens. Dans le cadre du renouvellement des instances de l'Assemblée en prévision de sa 71ème session, qui commence en septembre, l'ambassadeur israélien Danny Danon a été élu à la présidence de la sixième com...

IsraelValley Plus | Droit et fiscalité

Vous possédez un appartement en Israël et désirez le louer ? Sachez que des taxes sont applicables aux loyers, mais qu’il existe également des cas d’exemption. Les conseils qui suivent vous éclaireront sur les conditions de cette imposition. 1. Qui est imposable ? Que vous soyez résident en Israël ou non résident, Israélien ou étranger, la location d’un bien immobilier ...

Yaël Hagege Maruani | Droit et fiscalité

La convention fiscale internationale signée entre la France et Israël du 31 juillet 1995 comporte une clause d’échange de renseignements incluent la levée du secret bancaire. Le principe posé par cette clause est donc l’inopposabilité de principe du secret bancaire. Un État ne peut donc refuser de communiquer des renseignements uniquement parce que ceux-ci sont détenus par une...

IsraelValley | Droit et fiscalité

La Deuxième chaîne a annoncé que le ministre des Affaires sociales Haim Katz (Likud) faisait l’objet d’une enquête pour irrégularités financières. Selon la Dixième chaîne, l’Autorité des titres israélienne enquête sur le ministre pour des présomptions de délit d’initié. La publication du nom du ministre faisait auparavant l’objet d’un ordre de silence. (Times of Israe...

IsraelValley Plus | Droit et fiscalité

Environ 11,5 millions de fichiers retraçant la création de près de 215 000 structures offshores souvent opaques depuis 1977 au Panama, accompagnés d‘informations précises telles que les dates de création, dissolutions et identités complètes des créateurs et actionnaires, sont entre les mains du ICIJ (regroupement de plus de 100 rédactions dans 76 pays). D'après les prem...

Adv. Lior Pick | Droit et fiscalité

En vertu du Protocole de Paris de 1994, Israël devait percevoir des taxes pour le compte de l’Autorité palestinienne (des droits d’importation, une taxe sur la valeur ajoutée et d’autres revenus qui constituent plus de 66% des recettes publiques totales) et les remettre tous les mois. La Banque mondiale a déclaré que ces dispositions ne sont pas systématiquement appliquées, cond...

IsraelValley Plus | Droit et fiscalité

1. Le fisc israélien a annoncé lundi que la TVA serait appliquée sur les ventes locales des grandes entreprises internet, un changement qui pourrait affecter des géants multinationaux comme Google et Facebook. Avant cette nouvelle directive, le revenu des ventes d'une entreprise n'était taxé que sur la production locale. Mais avec la hausse du commerce en ligne, le fisc estime désormais ...

IsraelValley Plus | Droit et fiscalité

L‘Etat d‘Israël a signé, le 24 novembre 2015, la convention de l‘OCDE concernant l'assistance administrative mutuelle en matière fiscale, le but premier étant, à terme, l‘instauration d‘une coopération mondiale dans l‘échange automatique d‘informations. Rien ne peut encore être affirmé de manière ferme concernant la mise en œuvre par l'Etat d'Israël de la levée tot...

Cabinet Lior Pick | Droit et fiscalité

« Les loups de Tel-Aviv ». C'est le titre évocateur d'une enquête publiée le mois dernier dans les colonnes du « Times of Israël », pour dénoncer « la fraude généralisée » dans le secteur des options binaires (produit qui permet de parier à la hausse ou à la baisse) et du Forex (le marché des devises monétaires). Un sujet qui mobilise de plus en plus les autorités françaises...

IsraelValley Desk | Droit et fiscalité

L'alyah ou la montée des juifs de France vers Israël constitue un changement radical de vie notamment en matière de fiscalité, c'est pourquoi il vous faut connaitre vos droits. En effet, le gouvernement israélien entend aider les nouveaux arrivants c'est pourquoi il est indispensable de déterminer son éligibilité. Qui peut être un nouvel immigrant? La législation israélien...

Cabinet Lior Pick & Co | Droit et fiscalité

Vous devez hériter d’un bien en Israël et vous vous interrogez sur la procédure à mettre en place. Ces quelques conseils pourront vous aider à comprendra la marche à suivre. 1. A qui faut-il s’adresser ? En Israël, ce n’est pas un notaire comme en France qui vous délivrera un acte de notoriété, ou une preuve de votre qualité d’héritier, mais c’est le Tribunal lui-m...

Maitre Yael Hagege Maruani | Droit et fiscalité

Aryé Makhlouf Dery (né en 1959 à Meknès (Maroc), était l'ex-ministre de l’Économie et ministre du Développement du Néguev et de la Galilée, au sein du quatrième gouvernement de Benyamin Netanyahou. Il est actuellement Ministre de l'Intérieur. La radio israélienne a annoncé ce matin que des nouveaux ennuis judiciaires concernent le Ministre. Selon i24News : "Arieh Deri, ainsi ...

IsraelValley Plus | Droit et fiscalité