Sep 9

ISRAELVALLEY EXCLUSIF- DROIT ET FISCALITE EN ISRAËL. Conseils de Lior Pick & Co. "Succursale" ou "Filiale" en Israël? Généralement créer une société en Israël est une procédure simple et rapide

Authors picture

Lior Pick (Tel-Aviv) | Droit et fiscalité

Headline image

De nombreuses sociétés internationales souhaitant démarrer une activité en Israël se trouvent alors face à un dilemme: établir en Israël une filiale ou bien faire le choix d’une succursale de la société internationale.
Quelles sont les différences entre les deux structures qui doivent être prises en compte afin de parvenir à une décision éclairée.

Responsabilité légale (l’écran de l’incorporation)
Habituellement, une succursale est un établissement représentant une société étrangère, par lequel celle-ci organise son activité en Israël.
On rencontre certains cas dans lesquels la succursale israélienne constitue seulement une représentation quasi marketing de la société-mère étrangère.
Pour chaque situation dans laquelle une société étrangère opère à travers une succursale en Israël, la question de savoir si la succursale est un établissement permanent ou non doit être abordée.

Une succursale n’a pas de personnalité légale séparée de sa propriétaire, la société-mère. Cela reste vrai même dans le cas où ses activités commerciales ou financières sont complètement séparées dans un centre d`activités\de production séparé. Par conséquent, légalement, une société étrangère qui agit à travers une succursale en Israël peut très facilement se trouver en situation de défendeur concernant l’endettement de sa succursale (dérivant d’opérations effectuées en Israël). En général, la société étrangère sera directement considérée comme endettée et
responsable pour toutes les dettes de sa succursale en Israël (en faveur de ses créanciers, de l’administration fiscale etc) pour la simple raison qu’il n’y a pas de séparation légale pas d’écran légal qui les sépare.

Une filiale quant à elle, est une entité légale séparée, dans laquelle les actionnaires sont la société étrangère. Par conséquent, en règle générale le risque que la société étrangère supporte concernant la filiale est limité aux investissements que la société étrangère a effectués dans la filiale.

Cette règle est parfois écartée quand les activités entre la filiale et la société-mère conduisent les tribunaux israéliens à ignorer la précitée séparation et à lever l’écran légal de la filiale, permettant ainsi aux créanciers d’agir contre la société-mère (la société étrangère).

Il faut cependant noter que les tribunaux en Israël n’ont pas l’habitude d’ignorer l’écran légal et que, conformément à la Loi sur les Sociétés 5759-1999 ils se doivent de fournir de lourds arguments pour le faire. Par conséquent, de ce point de vue, il semble préférable de s’intégrer en Israël en tant que filiale.

Introduire un nouveau partenaire / Vendre l’activité en Israël
La création d’une filiale en Israël permet plus de flexibilité concernant l’introduction d’un nouveau partenaire (israélien ou étranger) ainsi que concernant la vente de l’activité en Israël (via la vente des parts de la société israélienne ou l’attribution des parts à la filiale en Israël). Il faut noter que généralement cette attribution des parts ne sera pas un événement
imposable en Israël.

Considérations fiscales
Une société israélienne est imposable en Israël sur ses bénéfices au taux de 25% (en 2012). Cela exclue les sociétés qui bénéficient d’un avantage fiscal par le biais de mesures de soutien telles que la Loi soutenant l’investissement en capital, 5719 – 1959.

En outre, généralement, un impôt additionnel de 25% à 30% est payé en cas de distribution des bénéfices de la société israélienne en tant que dividendes (aux actionnaires détenant une participation majoritaire-10% et plus), sauf quand les dividendes sont distribués à une société-mère israélienne (sous certaines conditions), ou quand il s’agit d’une société bénéficiant d’un avantage fiscal (par la Loi soutenant l’investissement en capital – 15%), ou enfin quand les dividendes sont distribués à une
société-mère dans un pays ayant signé un traité qui pose une atténuation du taux d’imposition (par exemple en Russie – 10%, aux Etats-Unis – 12,5% sous certaines conditions etc)

En revanche, une succursale israélienne d’une société étrangère est uniquement imposable sur la base du taux de l’impôt sur les sociétés (25% en 2012), sans aucune autre charge fiscale sur la distribution des bénéfices\des dividendes, cette distribution constituant donc simplement un transfert d’un compte à l’autre (car pour chaque opération les bénéfices
appartiennent à la société étrangère qui détient la succursale israélienne)

La nomination d’un “Représentant” pour les besoins fiscaux
L’article 60 de la Loi sur la TVA 5736 – 1975 impose la nomination d’un représentant pour les résidents étrangers qui ont des activités commerciales en Israël à travers des sociétés étrangères.
L’article 60 ajoute également que ce résident étranger doit informer l’administration fiscale en charge de la TVA du nom de son représentant local dans un délai de 60 jours à compter du jour où a débuté son activité commerciale en Israël.

Le représentant peut être un individu qui réside de façon permanente en Israël, ou une corporation enregistrée en Israël.
L’article 60 détermine de quelle manière enregistrer une activité commerciale étrangère qui est effectuée en Israël et dispose qu’un représentant nommé conformément a la Loi sur la TVA est traité comme imposable. Par conséquent, l’extension de la responsabilité qui pèse sur ce représentant est compréhensible.

Il faut ajouter que l’article 68b de l’Amendement 132 de l’ordonnance sur l’impôt sur le revenu déclare qu’un citoyen étranger qui doit nommer un représentant conformément à l’article 60 de la loi sur la TVA doit également nommer ce représentant conformément aux buts de l’ordonnance sur l’impôt sur le revenu.
Le représentant du résident étranger doit envoyer un apport aux autorités fiscales, recevoir de l’argent pour le résident étranger, et traiter chaque question juridique liée au droit en Israël.

Enregistrement en Israël
L’article 346 de la Loi sur les sociétés oblige toutes les corporations étrangères qui ont des activités commerciales en Israël à être enregistrées au Registre des Sociétés en tant que corporation étrangère opérant en Israël.
De plus, la conduite d’une activité en Israël oblige à ouvrir des dossiers et à s’enregistrer auprès de l’administration fiscale en Israël (TVA, Impôt sur le revenu, assurance nationale et déductions sur l’Impôt sur le revenu) avant de commencer une activité commerciale.

A partir de son intégration et du commencement de ses activités en Israël, une filiale israélienne doit également être enregistrée et ouvrir les dossiers précités auprès de l’administration fiscale en Israël, tout comme la succursale.

Généralement, créer une société est une procédure simple et rapide en Israël. Enregistrer une succursale d’une société étrangère en Israël est une procédure également simple, mais légèrement plus longue.

Cependant, la procédure requise pour ouvrir un compte bancaire en Israël pour une succursale d’une société étrangère opérant en Israël peut être un peu plus complexe qu’ouvrir un compte bancaire pour une société israélienne locale.

Il faut ajouter que les opérations d’enregistrement et d’ouverture de dossiers auprès de l’administration fiscale ne peuvent pas être effectuées avant que la société ouvre un compte bancaire en Israël. Par conséquent, une société ou une succursale qui n’a pas ouvert de compte bancaire ni été enregistrée auprès de l’administration fiscale en Israël n’est pas autorisée à commencer une activité commerciale en Israël.

Une activité commerciale qui ne respecterait pas les règles précitées serait considérée comme une activité illégale.

En Conclusion
D’un point de vue fiscal, pour exercer une activité en Israël il serait probablement plus intéressant d’agir en Israël à travers la succursale d’une société étrangère.
Cependant, si on se place sur le terrain de l’efficacité, de la simplicité et de la protection juridique, il apparait qu’il serait sans doute plus avantageux d’établir une société israélienne.

Maitre Lior Pick.

Lior Pick & co Law Offices
2 Hanechoshet St., Ramat Ha’chayal, Tel Aviv,
ISRAEL
Tel: +972-3-5105002
Fax: +972-3-5105025
E-mail: office@pick-law.com

Comptes bancaires en Israël: vers la régularisation spontanée ou obligatoire des comptes non-déclarés détenus par des résidents étrangers – Entrée en vigueur de la réforme à partir du 1er janvier 2017. 
Par Docteur Debborah Abitbol Sujet au cœur des préoccupations actuelles de tout détenteur de compte en Israël, nous avons voulu faire un point sur la situation juridique...

IsraelValley Desk | Droit et fiscalité

Ça y'est, c'est voté : les pharmaciens ayant plus de 3 ans d’expérience dans leur pays d'origine sont exemptés d'examen d’équivalence ! La Knesset a voté cet après-midi en seconde et troisième lecture de le correctif de la loi des pharmaciens. Ce correctif concerne les pharmaciens ayant une expérience de plus de 3 ans dans leur pays d'origine (durant les 4 années précédant...

IsraelValley Desk | Droit et fiscalité

Le procès du soldat israélien reconnu coupable du meurtre d'un Palestinien blessé a pris en Israël une dimension symbolique et surtout politique. À Tel-Aviv, dans la salle du tribunal militaire, les trois juges viennent tout juste de condamner pour homicide le soldat Eleor Azaria, qui a achevé un assaillant palestinien blessé et à terre. Un de ses proches lance au tribunal : «...

IsraelValley Desk | Droit et fiscalité

Dray & Dray - Cabinet d'Expertise Comptable en Israël note plusieurs changements qui vont toucher la fiscalité des sociétés en Israël (et leurs actionnaires). A noter : pour les actionnaires de sociétés en Israël, la fête est finie! 1 – IMPÔT SUR LES SOCIÉTÉS Le gouvernement a toujours voulu diminuer l’impôt sur les sociétés en Israël. Il voulait même le baisser à 1...

IsraelValley Desk | Droit et fiscalité

Les médias israéliens se sont calmés hier concernant les comptes rendus (sulfureux pour la plupart) de l'affaire de corruption qui vise le Premier Ministre. Avichai Mandelblit, Procureur général, a publié hier un texte qui restera gravé dans la mémoire du Premier Ministre israélien et de son entourage direct. A l’issue d'auditions, et à la lumière de nouveaux documents parvenus...

IsraelValley Desk | Droit et fiscalité

L’Etat hébreu assure qu’Internet a joué un rôle clé dans l’incitation aux violences perpétrées contre les Israéliens par des Palestiniens depuis octobre 2015. Des ministres israéliens ont approuvé dimanche 25 décembre un projet de loi qui autorisera un tribunal à ordonner à des sites comme Facebook ou YouTube de supprimer certains contenus considérés comme des incitatio...

IsraelValley Desk | Droit et fiscalité

Beaucoup de parents qui ont été confrontés à la dure réalité de l’enlèvement des enfants par l’un d’eux se retrouvent perdus face à une décision unilatérale du parent qui emmène le mineur à l’étranger sans l’intention de le ramener, parfois dans le but de s’en servir comme monnaie d’échange dans le cadre d’une procédure de divorce, et d’autres fois pour dispara...

IsraelValley Desk | Droit et fiscalité

Le Gouvernement israélien a adopté des changements qui concernent le salaire en Israël. A partir du 1er janvier 2017 les salariés auront un meilleur salaire, encore plus de vacances et plus d’argent pour leur retraite. Mais ce n’est pas tout, il y a une nouvelle surprise qui a été votée concernant la limite des cotisations à la retraite. 1 – Le salaire minimum. Le sala...

IsraelValley Desk | Droit et fiscalité

La commission ministérielle législative discute d’une proposition de loi visant à accorder une compensation financière pour les professions indépendantes durant les sept jours de deuil. A l’heure actuelle, une telle mesure n’existe que pour les salariés. Le texte de la loi précise que durant les sept jours de deuil, l’indépendant ferme son entreprise, perd de la clientèle e...

IsraelValley Desk | Droit et fiscalité

"Alerté il y a près d’un an et demi entre autres par Sammy Ghozlan de l’urgence de trouver des solutions au problème de la conversion du permis de conduire français en Israël, ce dossier est devenu une de mes priorités. A l’heure actuelle, après un an de résidence en Israël, on est tenu de convertir son permis en produisant une attestation ophtalmologique et en passant un exam...

IsraelVallley Desk | Droit et fiscalité

En dehors des groupes bancaires Français qui regardent à la jumelle Israël (un boycott passif ?), les banques étrangères se bousculent sur la Rue Rothschid (Tel Aviv) dans le secteur de la Fintech. Citi, Barclays Bank Plc, HSBC et Banco Santander, ont mis en place des plates-formes de technologie financière dans la capitale économique de l'Etat hébreu. Le site spécialisé VentureBe...

Eyal Kaplan (Tel Aviv) | Droit et fiscalité

Le BDS, déclaré ennemi de l'Etat d'Israël, doit être ivre de joie. Ivry-sur-Seine vient de voter le boycott des produits israéliens. Selon Marianne : "Le 20 octobre, la majorité municipale (communistes, EELV, Front de gauche, Convergence citoyenne ivryenne) vote le boycott des produits issus des colonies israéliennes. Le « vœu » est de toute façon illégal (comme celui pris par la ma...

Ilan Berger (Césarée) | Droit et fiscalité

Un projet de loi visant à bloquer par défaut les sites pornographiques avait reçu l'approbation du gouvernement israélien le 30 octobre. Mais finalement il sera retiré du vote à la Knesset ! Ce texte était issu d'un consensus assez large à la Knesset qui n'a pas encore voté cette loi. 26 députés répartis sur tout l'échiquier politique israélien soutiennent le projet de loi. Seu...

IsraelValley Desk | Droit et fiscalité

Malgré la promesse du Portugal d’accorder la citoyenneté aux Juifs séfarades descendants des juifs persécutés pendant l’Inquisition, 92% des demandes sont toujours en cours, avec seulement 292 approuvées sur 3838 demandes sur les 18 derniers mois. Toutefois, aucune demande n’a été refusée jusqu’à présent. La « loi du retour» au Portugal permet à ceux qui peuvent prouver...

IsraelValley Desk | Droit et fiscalité

Israël avait récemment, et pour la première fois, accepté la demande de la CPI, qui cherche à décider si elle ouvre une enquête pour crimes de guerre commis à Gaza en 2014. Cette semaine on apprend que des représentants de la procureure de la Cour pénale internationale seront jusqu'à lundi prochain en Israël et dans les Territoires. LE POINT. "C'est une information qui vient d'un...

IsraelValley Desk | Droit et fiscalité