Sep 2

ISRAELVALLEY CINEMA. LE CONSEIL DU WEK-END : "LE SEXE DES LARMES". Voir des films qui vous arrachent des larmes est une bonne chose.

Authors picture

Charlotte Pudlowski | Culture

Headline image

Un article qui mérite d’être largement traduit en hébreu car les israéliens, plus que jamais, ont besoin de déstresser. Selon Slate (Copyrights) : "«On se sent manifestement mieux après avoir vu un film triste», explique à Slate.fr Silvia Knobloch-Westerwick, professeur à l’Ohio State University, aux Etats-Unis. Cette enseignante, qui travaille sur les médias de masse et la consommation culturelle, a mené des travaux aboutissant à une conclusion simple: voir des films qui vous arrachent des larmes est une bonne chose.

Pour cela, elle a choisi 361 étudiants, auxquels elle a montré le film Atonement (Reviens-moi en VF) en version abrégée. Avant et après le film, plusieurs questions leur ont été posées pour évaluer leur degré de contentement, de joie: «On leur posait des questions sur leur vie, comment ils se sentaient.» A l’issue de la projection, les participants devaient aussi écrire des textes libres, une manière de comprendre ce qui occupait leur esprit après avoir vu un film pareil, évoquant la séparation et la mort de deux amants.

Conclusion indéniable, selon Silvia Knobloch-Westerwick:
«Les gens se sentent mieux en sortant du film.»

Le psychanalyste Raymond Cahn, auteur notamment de Adolescence et folie: les déliaisons dangereuses et L’adolescent dans la psychanalyse: l’aventure de la subjectivation, explique que les films tristes ou angoissants (et Titanic, avec son histoire d’amour tragique, ses morts, et son naufrage monumental, en est un) ont un effet «jouissif».

«Dans un film comme Titanic, vous êtes transporté au-delà de vous-même: cela fait voler le ronron habituel et fait entrer dans un univers très dangereux et imprévisible. Quand on assiste à une catastrophe, on est spectateur et on s’identifie au héros. On est donc à la fois pris dans la même angoisse, la même tonalité d’humeur, avec cette particularité qu’on est l’autre et on ne l’est pas. On gagne l’excitation, mais sans rien risquer, à l’abri.»

Raymond Cahn rappelle que ce n’est pas pour rien si les enfants sont si friands des histoires qui font peur. La Barbe bleue par exemple? Le Petit Chaperon rouge avec ce loup aux grandes dents, qui dévore l’enfant?

«Ça les fait trembler et simultanément pouvoir se serrer dans les bras de leur mère: avoir gratuitement une telle peur est véritablement jouissif.»
Sadisme?Il ne s’agit pas, en revanche, face aux films tristes, d’une forme de crauté qui consisterait à comparer sa vie au personnage, et à tirer une jouissance de cette comparaison. Une comparaison qui ferait dire: «Oh! Jack (DiCaprio, souvenez-vous) est en train de mourir congelé sur un débris de bateau pendant que je mange ma glace, ma vie est vachement mieux que la sienne»…

«D’après nos travaux, cette comparaison n’a pas d’effet sur la joie des participants», insiste Silvia Knobloch-Westerwick. «Eventuellement, un participant peut apprécier le film davantage s’il y a cet élément de comparaison, sociale par exemple, mais il n’en éprouve pas plus de bonheur.»

Ce «bonheur» évoqué provient davantage d’un retour sur soi-même. En voyant un film triste, le spectateur est amené à réfléchir et à penser aux relations heureuses qui l’entourent:

«Quand on rit, en regardant une comédie par exemple, on n’est pas poussé à réfléchir, tout va bien. La tristesse que suscitent les films comme Titanic permet de cogiter, et de penser aux gens que l’on aime, ce qui procure un sentiment de bonheur.»

Pendant qu’ils regardaient le film, à intervalles réguliers, les spectateurs participant à l’étude devaient aussi répondre à des questions, pour évaluer le degré de tristesse qu’ils ressentaient:

«Les gens éprouvant les accès de tristesse les plus importants étaient le plus souvent ceux qui, ensuite, dans le texte libre, écrivaient à propos des gens qu’ils aiment, qui leur sont proches.»

La tristesse, et son pendant lacrymal, remplit aussi une fonction cathartique. «Lorsque l’on pleure, comme lorsque l’on s’exprime par le rire, les hurlements, le sport, il y a une réaction interne: toutes les hormones liées au stress, comme le cortisol ou l’adrénaline, chutent, car on se vide d’un trop-plein d’émotions», précise Patrick Lemoine, psychiatre auteur de nombreux livres dont Le Sexe des larmes: Pourquoi les femmes pleurent-elles plus et mieux que les hommes?:

«Nous sommes dans une société qui prône le bonheur permanent, tout le monde doit être beau, jeune et souriant. Cela fait du bien quand on regarde un film triste de pouvoir s’identifier à un personnage et de pleurer à l’unisson avec la tonalité du film.»

Voire à l’unisson avec une salle entière de cinéma. Qui pleurera sur le sort des amants. Ou qui pleurera sur le fait d’avoir 3h20 à passer devant un film qu’elle a déjà vu et dont elle connaît la fin. Mais qui pleurera.

Charlotte Pudlowski

Grâce au travail et à l'engagement d'un luthier de Tel-Aviv, des instruments de musique utilisés pendant la période de la Shoah connaissent une nouvelle vie. « Pendant la guerre, les Allemands utilisaient ce violon pour piéger les juifs. Quand ils sortaient des trains, à l’arrivée au camp, entendaient le son du violon et se disaient ‘rien ne peut nous arriver ici, il y a un violon qui joue’....

IsraelValley Desk | Culture

Une nouvelle exposition parrainée par le ministère des Affaires étrangères et le ministère des Affaires stratégiques d'Israël a ouvert à Rome le week-end. L'exposition interactive est construite autour de neuf portes qui racontent l'histoire d'Israël. Chaque porte ouvre sur différents aspects de la société israélienne, notamment l'éducation, la culture, la technologie, la diversité. Le ...

David Illouz | Culture

Illustration de l’âme israélienne, se rassemblant sur ses valeurs mais tellement diversifiées par ses cultures, les kibboutzim offrent une pluralité d’atmosphères, d’architectures et de comportements qui vous enchanteront par leurs personnalités distinctes. Ainsi, Ein Harod partagé en deux : Ein Harod (Meuhad) et Ein Harod (Ihud) est devenu un kibboutz emblématique par sa vocation environnem...

IsraelValley Desk | Culture

Le site Roots Israel est un régal. A lire le week-end pour sentir l'air respirable du pays. Quelques auteurs du site que nous avons sélectionné : 1. Lionel Friedfeld est un investment banker « multinationalisé » après avoir vécu en France, au Canada, à Hong Kong, à Singapour et en Israël. Néo-conservateur pragmatique, spécialiste de Corporate Finance (M&A, Marchés de Capitaux, Venture Ca...

IsraelValley Desk | Culture

Des Israéliens lambda sont soupçonnés d’assassinat. Victimes ou agents troubles? La série False Flag confirme la vitalité des productions télé "made in Tel-Aviv". Et si les meilleures séries d'espionnage venaient d'Israël? La formidable Homeland est l'adaptation hollywoodienne de Hatufim, qui racontait de façon encore plus audacieuse le difficile retour dans leurs foyers de trois otages tort...

IsraelValley Desk | Culture

ANTI-BOYCOTT. Des dizaines d’artistes sont venus présenter des films et se produire en concert en Israël en 2015, notamment Emma Shapplin, Matissyahou, Bon Jovi, Kanye West, Gloria Gaynor, Maria Carrey, Julio Iglesias, Enrique Iglesias, Art Garfunkel, One Republic, Gilberto Gil, Robbie Williams, Duran Duran, Suzanne Vega, Damian et Ziggy Marley, James Blunt, John Turturro et Michael Douglas. (I...

IsraelValley Desk | Culture

Le réalisateur Xavier Dolan a publié lundi sur son compte Twitter une lettre destinée à la filiale britannique du géant Netflix, l'accusant « d'altérer le ratio » du film Mommy. En Israël le film ne sera pas retouché et sera vu dans sa version originale. Selon Radio Canada : "Dolan reprochait au service de vidéos en continu d'avoir modifié sans son consentement le ratio de certaines scènes d...

IsraelValley Desk | Culture

Des latkes "Made in Sheinkin". Dans un décor très minimaliste, le restaurant Orna et Ella est une valeur sûre et un incontournable de Tel Aviv. Certaines des scènes du film d’Eytan Fox, The Bubble y ont été tournées. Passer quelques temps dans ce café/restaurant est une bonne manière de ressentir l’ambiance de Sheinkin et de côtoyer des célébrités locales tout en se régalant. Et ceci à tout...

Rachel Semoul | Culture

ATTIA CHANTE BRASSENS le MERCREDI 6 JANVIER A 20h30 au Théâtre Inbal, Centre Suzanne Dellal, Tel Aviv. Né le 22 octobre (1921), décédé le 29 octobre (1981), Georges Brassens a marqué la littérature et la culture française par sa liberté de ton, sa finesse d’esprit, son humour et sa détermination à parler au plus grand nombre. Comme les 8 jours de l’éphéméride Brassens (du 22 au 29 octobre), ...

IsraelValley Desk | Culture

Apres un triomphe a Londres, Paris ,Genève, Jérusalem, Netanya, Versailles, Lyon, Anvers, Strasbourg, Nice, Lausanne et Grenoble, Inch' Alyah revient a Tel Aviv le 28 Décembre 2015! Description du show: Dans son One Womam Show pétillant "Inch' Alyah" Judith nous parle de tous ces espoirs idylliques qu'on fonde sur la fameuse montée en terre promise. "Etre enfin dans un pays ou l'on sera ...

Israel Valley Desk | Culture

Le Conseil européen de la Recherche (ERC) a publié en fin de semaine dernière les lauréats de ses prestigieuses bourses de recherche attribuées à de jeunes chercheurs pour l’année 2015 dans le cadre du programme Horizons 2020. Parmi les 291 bourses allouées, 24 ont été accordées à de jeunes chercheurs israéliens dont 8 de l’Université de Tel-Aviv. L’Université hébraïque suit avec 5 bourses,...

IsraelValley Desk | Culture

L’Opéra de Paris a invité la troupe de danse israélienne Batsheva à se produire à l’Opéra Garnier début janvier 2016, malgré la pression incroyable mise sur la direction de l’Opéra de la part des organisations anti-israéliennes, qui utilisent leurs relais dans toute l’Europe et jusqu’en Australie. Rien n’y fait, la troupe de danse est toujours programmée Opéra Garnier. ISRAELVALLEY PLUS. Sel...

IsraelValley Plus | Culture

« UN SPECTACLE SANS NOM, ET SANS AFFICHE », de David SMADJA. LUNDI 30 NOVEMBRE à 20h30. ZOA, 26 rue Ibn Gvirol, Tel-Aviv Le Spectacle Après une tournée triomphale en France et en Suisse (Pronzo, Djamel Comedy Club, festival de Neuchâtel, etc.), le spectacle de one man show de David Smadja "Un spectacle sans nom" revient en Israël pour notre plus grand plaisir, moins anonyme que jamais !! ...

IsraelValley Plus | Culture

Facebook Israël se concentre sur des projets pour « faire le bien ». Le projet Internet.org de Facebook permet d’accéder à des services de base d’Internet gratuitement dans les pays en développement. Il permet aux personnes n’ayant pas accès à Internet, de créer une connexion via leurs téléphones cellulaires. Ce projet est testé aux Philippines, en Inde, au Ghana. LE SAVIEZ-VOUS? Vous l’av...

Anthéa Bismuth | Culture

Journaliste pour l’Express, L’obs, Newsweek et The Times of Israël, Rebecca Benhamou revient de Tel Aviv avec un petit guide précieux aux éditions Cosmopole. Sous ses airs de guide de voyage, le Dictionnaire insolite de Tel-Aviv est surtout une porte d’entrée très bien construite dans une culture et une histoire complexes. Classés par ordre alphabétique, les concepts, les noms et les lieux q...

IsraelValley Desk | Culture